Himyar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Principaux sites de la péninsule arabique vers +40 selon le Le Périple de la mer Érythrée.
Royaumes yéménites vers +230 : Himyar est en rouge.
Proche-Orient vers +565.

Himyar est un royaume antique du Yémen qui connut son apogée au début du Ier siècle en constituant un Empire qui contrôlait une grande partie de l'Arabie méridionale. Ses habitants sont appelés Himyarites ou parfois Homérites.

Le Royaume himyarite[modifier | modifier le code]

Rival du royaume de Saba, de Qataban et d'Hadramaout, ce royaume est pour la première fois attesté au cours du IIe siècle av. J.-C.. À l'époque, le petit royaume est sous la domination du puissant royaume de Qataban qui domine le Yémen entre -500 et -110. Or, le déclin progressif du Qataban pousse Himyar à faire sécession en -110, ce qui achève de décomposer l'empire de Qataban. Mieux, Himyar se place rapidement comme son successeur.

Pourtant, des troubles issus de la chute de Qataban ne permettent pas à Himyar de s'imposer. C'est Hadramaout qui en retire le bénéfice et fonde sa puissance sur le Yémen en imposant son hégémonie.

Face à sa volonté expansionniste rapide et puissante, Himyar prend la tête d'une union de petits royaumes afin de mieux résister à son emprise. Il s'allie ainsi avec le royaume de Zafâr. De plus, pour s'assurer de nouveaux débouchés commerciaux et contrôler les routes d'approvisionnement, Himyar se lance dans une politique de fondations de petites colonies en Érythrée vers 45, qui ne subsistent guère. Mais la puissance de son rival atteint son apogée en 175, lorsqu'il détruit Qataban définitivement.

Progressivement, Himyar se renforce : d'abord en écrasant le royaume de Saba et ses rêves expansionnistes en 230 sous le roi himyarite Yâsir Yuhan'm et son fils Shammir Yuharish qui annexent Saba. Ensuite, l'Hadramaout ne peut contrer l'offensive himyarite et s'effondre en 275. Le souverain himyarite, Shammir Yuharish, unifie pour la première fois la totalité de l'Arabie méridionale, formant ainsi l'Empire himyarite au début du IVe siècle.

L'Empire himyarite[modifier | modifier le code]

L'Empire himyarite inaugure la grande période faste du Yémen préislamique, notamment en raison de son étendue. Il domine le Yémen de 275 à 571, période entrecoupée d'invasion de l'Éthiopie et de guerres religieuses entre juifs et chrétiens.

Économiquement, il est certain que les échanges se poursuivent même s'il y a de sévères revers. En effet, au IVe siècle, le monnayage sudarabique cesse. Pire, le système d'agriculture irriguée pluriséculaire qui permettait d'arrêter la désertification croissante de la région tend à être moins bien entretenu : la première rupture de la digue de Marib eut lieu sous le règne de Tharan Yuhanim en 360 ; la seconde, en janvier 456 sous le règne de Sharahbi'îl Ya'far, fils d'Abîkarib As'ad. Mais les contacts diplomatiques et commerciaux avec Rome se multiplient, comme l'ambassade de 339-344 de Théophile envoyé par l'Empereur romain.

Politiquement, l'Empire s'étend de 440 à 450 avec les expéditions d'Abîkarib As'ad, fils de Malkîkarib Yuhanim, et son fils Hassân Yuhanim qui étendent le pouvoir de Himyar sur l'Arabie centrale. Pour mieux assurer leur contrôle, ils y fondent une principauté confiée à Hujr, prince kindite.

La question religieuse montre combien le Yémen est alors le théâtre de multiples influences.

D'abord, en 380, Abîkarib As'ad et ses corégents se convertissent au judaïsme. Cette première révolution met un terme définitif au polythéisme ancestral, les grands temples sont non seulement abandonnés mais détruits.

Puis, peu à peu, se diffuse le christianisme qui est vu comme une secte et combattue comme telle. Ainsi, vers 470 eut lieu le martyr d'Azqir sous le règne de Sharahbi'îl Ya'far. Une lutte religieuse se développe entre chrétiens et juifs sous couvert d'une guerre civile. Dès 519, le roi d'Éthiopie Kaleb Ella Asbeha soutient activement le coup d'État du chrétien Madîkarib Yafur sur le trône. En juin 522, il est exécuté par le monarque juif Yusuf As'ar Yath'ar qui s'empresse d'asseoir son pouvoir en lançant une grande persécution des chrétiens, dont l'apogée se situe en novembre 523 avec le martyr de Saint Aréthas à Najrân.

Le VIe siècle voit donc se développer des troubles religieux d'importances mais aussi un déclin politique de l'Empire. Déjà, dès 500, les sites de Nashan, Nashq et Manhiyat sont peu à peu abandonnés, signes d'un déclin manifeste. En 518 (ou 519) le chrétien Madîkarib Yafur est installé par les Abyssins. Il dut lancer une expédition punitive en Arabie centrale pour châtier la révolte en juin 521 du kindite juif Al-Hârith qui refusait de reconnaître son usurpation. En 522 le roi juif Yusuf As'ar Yath'ar accède au trône et massacre les chrétiens dans diverses régions. Najrân refuse de se soumettre à lui, il s'en empare après un long siège en 523 et martyrise les chrétiens de la ville[1]. Enfin, l'Empire demeure impuissant à contrer la grande invasion en 525 du Yémen par Kaleb roi d'Aksoum. Le roi Yusuf se suicide.

Le christianisme s'implante ainsi par la force étrangère, balayant les derniers foyers judaïques forcés à se convertir ou partir. On intronise le roi Sumûyafa Ashwa. Les troubles poussent ce dernier à fortifier dès 531 Qâni (Bir-Ali), mais il est renversé en 535 par le chef du corps expéditionnaire abyssin toujours présent, Abraha, qui transfère la capitale de Zafâr à Sanaa.

Le règne d'Abraha semble marquer une pause dans le long déclin de l'Empire très éprouvée par la guerre civile et religieuse. De nouveaux travaux d'ampleur sont mis en œuvre qui attestent du renouveau de l'Empire himyarite : le barrage de Marib est réparé en mars 549, puis un curage complet de la vieille digue est réalisé en 558.

L'occupation abyssine n'est cependant pas très acceptée. Ainsi, en 570, un prince juif yéménite, Sayf ibn Dhi Yazan, fait appel aux Perses pour chasser les Abyssins, ce qui se traduit par l'invasion perse sassanide du Yémen qui renverse le roi abyssin Masrûq. L'Empire himyarite aura vécu.

Liste des rois d'Himyar[modifier | modifier le code]

D'après la reconstiturion établie par Kitchen en 1994 :

Nom Règne approximatif Remarques
Mabhad 115-100 v. Chr. Fils d'Abhad, simple éponyme
Sumhu'ali Dharih III. 20-5 v. Chr. seulement connu comme père du suivant
Dhamar'ali Watar Yuhan'im 5 v. Chr. - 20 n. Chr.
Yada'il Watar II. 20-25 n. Chr.
Dhamar'ali Bayyin II. 25-45 n. Chr.
Karib'il Watar Yuhan'im I. 45-60 n. Chr.
Dhamar'ali Dharih 70-80 n. Chr.
Yuhaqam 80-85 n. Chr.
Karib'il Bayyin III. 85-90 n. Chr.
Nascha'karib Yuha'min I. 90-100 n. Chr.
Rabbschams Nimran 100-110 n. Chr.
Ilscharah Yahdab I. 110-125 n. Chr.
Watar Yuha'min 125-135 n. Chr.
Sa'dschams 'Asra 135-145 n. Chr.
Yasir Yuhasdiq 140-145 n. Chr.
Dhama'ali Yuhabirr I. 145-160 n. Chr.
Tha'ran I. 160-170 n. Chr.
?
Tha'ran II. Ya'ub Yuhan'im 220-225 n. Chr.
Li'azz Yuhanuf Yuhasdiq 225-230 n. Chr.
Schammar Yuhahmid 230-245 n. Chr.
Karib'il Ayfa 245-265 n. Chr.
Yasir Yuhan'im I. 275-285 n. Chr.
Schammar Yuhar'isch 238-300 n. Chr. vainqueur de l'Hadramaout
Yasir Yuhan'im II. 300-310 n. Chr.
Dhamar'ali Yuhabirr II. 310-315 n. Chr.
Tha'ran Yuhan'im 315-340 n. Chr.
Malkikarib Yuha'min I. 340-345 n. Chr.
Karib'il Watar Yuhan'im III. 345-360 n. Chr.
(Hasan) Malkikarib Yu(ha)'min II. 375-410 n. Chr.
Dhara'mar Ayman II. 375-410 n. Chr. Corégent
Asʿad dit Abou-Karib, Ve siècle Premier roi juif, titré Tobbaʿ en arabe ou Tibbân en himyarite
Rabiʿa, fils de Naçr Ve siècle Lakhmide
ʿHasan dit Tobbaʿ le Jeune Ve siècle Fils ainé d'Asʿad
ʿAmrou Ve siècle Fils cadet d'Asʿad
ʿHanîfè, fils d'ʿAlim Ve siècle
Zorʿa dit Dsou-Nowâs Ve-VIe siècle Titré Yousouf, il est vaincu par le roi d'Aksoum vers 525
Simyafa Aschwa 525-536 n. Chr. marionnette d'Aksoum
Abraha 536-570 n. Chr.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Muriel Debié, L'empire Perse et ses marges, in Histoire générale du christianisme t.1, ouvrage collectif sous la direction de Jean-Robert Armogathe (avec Pascal Montaubin et Michel-Yves Perrin pour le t.1), éd. PUF, Collection Quadrige, septembre 2010, 2896 pages.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Arabie heureuse au temps de la reine de Saba, VIIIe-Ier siècle avant J.-C. de Jean-François Breton, collection « La vie quotidienne », édition Hachette, Paris, 1998
  • Arabie du Sud : histoire et civilisation : le peuple yémenite et ses racines, tome 1, de Joseph Chelhod, édition Maisonneuve & Larose, Paris, 1995
  • Andrey Korotayev. Ancient Yemen. Oxford: Oxford University Press, 1995. ISBN 0-19-922237-1.
  • Christian-Julien Robin Hymiar et Israël, Comptes-rendus des séances 2004 de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.
  • Glen W Bowerstock : Le Trône d'Adoulis : les guerres de la Mer Rouge à la veille de l'Islam Article du Monde de présentation, 15/10/2014