Césarée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Césarée (homonymie).
Césarée
Tour de Straton
Césarée
Césarée
Localisation
Pays Drapeau d’Israël Israël
Coordonnées 32° 30′ 03″ N 34° 53′ 32″ E / 32.500818, 34.89234232° 30′ 03″ Nord 34° 53′ 32″ Est / 32.500818, 34.892342  

Géolocalisation sur la carte : Israël

(Voir situation sur carte : Israël)
Césarée
Césarée
La cavea du théâtre romain de Césarée.
Mosaïques de Césarée.
L'hippodrome de Césarée.
Aqueduc romain de Césarée.

Césarée, en Israël, est le nom d'une ville antique et moderne, située sur la côte méditerranéenne à 20 km au sud de la ville de Dor, entre Netanya et Hadera. Les vestiges impressionnants de la ville antique permettent d'admirer les ruines de la capitale royale d'Hérode Ier le Grand, et nombre de monuments d'époque romaine et médiévale des Croisades.

Son nom vient du grec ancien : paralios Kaisareia (παράλιος Καισάρεια) signifiant Césarée maritime ; le nom latin est Caesarea Maritima, Césarée maritime, ou encore Caesarea Palestinae c'est-à-dire Césarée de Palestine ; en arabe le nom de la ville est qaysārya (قيسارية) et en hébreu, qeysarya (קיסריה).

La ville a été construite sur l'emplacement d'un port connu sous le nom de Tour de Straton ou en grec, Stratonos pyrgos (Στράτωνος πύργος), en latin, Turris Stratonis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Première guerre judéo-romaine.

Le village primitif, La Tour de Straton, fut établi pendant la période perse (entre 586 av. J.-C. et 332 av. J.-C.). Il s'agrandit durant la période grecque (entre 332 av. J.-C. et 37 av. J.-C.). Refondée par Démétrios Ier Page d'aide sur l'homonymie sous le nom de Demetrias près de la mer[1], la ville est ensuite détachée du royaume hasmonéen par Pompée en 63 av. J.-C., puis sans doute détruite par le séisme qui frappe toute la Judée en 31 av. J.-C. On voit les vestiges de son enceinte un peu au nord de Césarée maritime.

Césarée, capitale royale d'Hérode Ier le Grand[modifier | modifier le code]

En l'an 29 av. J.-C.[2], Octave donne le village de la Tour de Straton en récompense à Hérode qui s'était rallié à lui après la bataille d'Actium. Hérode expulse les Juifs installés après la conquête hasmonéenne dans cette cité très ancienne et grecque à l'origine ; il veut refonder une ville grecque, sur la côte où la population juive est minoritaire. Il fait bâtir une large ville portuaire, ayant vocation à lui servir de capitale dans cette région de Judée centrale, et il la nomme Césarée en souvenir d'Auguste, fils adoptif de Jules César. La construction de la cité nouvelle débute vers 22 av. J.-C.[3], et la ville est dédiée solennellement en 10, après douze ans de travaux. Suivant l'usage des cités de fondation séleucide en Syrie, Hérode la dote d'une déesse tutélaire, la Tychè de Césarée : cette divinité, allégorie de la Fortune, est représentée comme une jeune femme coiffée de la traditionnelle couronne à tours. L'espace urbain de la cité occupe une superficie de 95 ha[4]. Toujours soucieux de peupler son royaume de toponymes faisant référence à la dynastie julio-claudienne, Hérode donne à la plus puissante des tours de défense du port de Césarée le nom de Drusion, du nom de Drusus, le mari d'Antonia Minor[5]. Menant une politique de profond attachement à l'hellénisme, Hérode fait construire à Césarée un théâtre, un hippodrome, y organise des concours d'athlétisme, et introduit en même temps le culte impérial en l'honneur d'Auguste dans le sanctuaire païen du Kaisaréion. Le port artificiel, construit sur une côte plate, figure au nombre des grands travaux de génie civil de ce roi bâtisseur. Ce port connaît une intense activité qui se développe depuis la fondation de la ville et dure jusqu'à la fin du Ier siècle ; par la suite l'affaissement des brise-lames rendit sans doute le port dangereux[6] ; malgré des réparations entreprises aux IIIe et IVe siècles, son déclin est alors manifeste.

Césarée romaine[modifier | modifier le code]

Monnaie frappée en la cité de Césarée

Dès 6 ap. J.-C., Césarée devient le siège de l'administration romaine : un préfet de rang équestre administre la province de Judée-Samarie, et réside à Césarée où stationnent aussi les troupes qu'il commande[7]. Elles sont peu nombreuses, une aile de cavalerie et cinq cohortes d'infanterie tout au plus. Ce préfet dispose aussi de prérogatives en matière de justice, avec droit de vie et de mort, comme c'est le cas dans le procès de Jésus pour Ponce Pilate, nommé préfet de Judée en 26[8].
Le petit-fils d'Hérode, Agrippa Ier, poursuit la politique d'évergétisme de son prédécesseur en construisant à Césarée un théâtre, un amphithéâtre, des thermes, et en y organisant des combats de gladiateurs et un concours grec[9]. Il fait même ériger des statues de ses propres filles.

L'agitation et les troubles qui secouent toute la Galilée, ne vont pas cesser depuis av. J.-C. jusqu'en 66 : les Juifs mènent des actions violentes contre les Romains pour aider à la venue du Messie, et les autorités romaines intensifient la répression mais commettent aussi des provocations ou des excès de zèle. En 26, Ponce Pilate prétend introduire à Jérusalem en Judée, dans le palais d'Hérode, des boucliers dorés dédiés à l'empereur Tibère, au grand scandale des notables juifs[10]. À la demande de Tibère, ces boucliers dorés sont finalement transférés à Césarée et dédiés dans le sanctuaire du Sébastéion. La révolte des Juifs qui éclate au printemps 66 a des conséquences beaucoup plus dramatiques : le procurateur Gessius Florus a de longs démêlés avec les Juifs au sujet de l'égalité des droits entre Grecs et Juifs dans Césarée[11] ; Néron confirme Césarée comme cité grecque, où les Juifs n'ont aucun droit[12]. Gessius Florus fait alors prélever la somme de dix-sept talents au Temple, et réprime férocement, par des crucifixions, l'agitation qui en résulte[13] ; après avoir été dépouillés, les notables juifs sont humiliés, par l'obligation qui leur est faite d'honorer les troupes qui viennent de mater l'émeute. Nouvelle révolte populaire et nouveaux massacres qui entraînent la première guerre judéo-romaine. Les habitants de Césarée massacrent plusieurs milliers de Juifs[14], et la guerre s'étend dans toute la Judée.

Le gouverneur romain de Syrie, Cestius Gallus, réagit alors par la manière forte : à la tête d'une armée de campagne d'au moins 30 000 hommes[15], il rétablit l'ordre à Césarée et dans plusieurs autres villes de la province, mais échoue devant Jérusalem. Ses troupes sont décimées en novembre 66, ce qui incite l'empereur Néron à confier à Flavius Vespasianus le commandement d'un corps expéditionnaire[16] en Judée d’environ 60 000 hommes. Vespasien reprend progressivement le contrôle de la Galilée, puis de la côte au sud, de la Judée et de l'Idumée. À l'été 70, son fils Titus, vainqueur devant Jérusalem, célèbre aussitôt sa victoire à Césarée puis dans plusieurs autres cités. En récompense de l'aide efficace qu'elle a apportée à Rome, Césarée est promue colonie d'une manière remarquable : sans confiscations ni introduction de colons romains, c'est l'ensemble de la population de Césarée qui, collectivement, bénéficie de la citoyenneté romaine[17] ; aux dires d'Ulpien[18], cependant, la ville ne jouit pas du ius italicum.

L'ancienne capitale royale d'Hérode perd ensuite quelque peu de son éclat, bien que la population riche de la ville continue à soutenir la construction d'édifices publics et de sanctuaires décorés d’éléments de marbre et de statues, et à importer de magnifiques sarcophages de marbre, de provenance grecque ou romaine. Dès 100, le culte de Mithra est pratiqué dans les horrea à proximité du port de Césarée[19]. Le violent séisme de 115 détruit sans doute le port de la ville.

Césarée au début du christianisme[modifier | modifier le code]

La ville abrite les premières communautés chrétiennes, et selon toute vraisemblance, elle est à l'origine d'une Église de fondation apostolique. C'est d'ailleurs de Césarée que Paul s'embarque pour Tarse[20], c'est à Césarée qu'il est averti de son prochain emprisonnement[21], et c'est encore dans cette ville qu'il est transféré pour être jugé par le gouverneur Félix[22]. Les premiers chrétiens se targueront même par la suite d'avoir eu Zachée, le publicain repenti, et le centurion Corneille, premier païen converti, baptisé grâce à Pierre[23], pour premiers évêques de Césarée[24]. Mais c'est seulement à la fin du IIe siècle qu'est attesté à Césarée le premier évêché historique, avec Théophile de Césarée[25]. C'est d'ailleurs à Césarée, centre intellectuel de première importance, que Théophile discute de la date de Pâques avec Narcisse de Jérusalem. En 196, sous les auspices du pape Victor, se tint le Concile de Césarée pour régler la date de la célébration de Pâques. Peu après, le théologien grec d'Alexandrie, Origène, est de passage à Césarée en 215, et il se fixe dans cette ville de 231 à sa mort, s'entretenant avec les rabbis et dispensant des cours à un cercle d'élèves où figure en particulier Grégoire le Thaumaturge. C'est aussi dans cette ville que naît, vers 270, le théologien et futur évêque, Eusèbe de Césarée.

Le christianisme se diffuse ensuite dans les principales villes de Syrie, et la plupart des évêques réunis pour juger Paul de Samosate au concile d'Antioche en 268 venaient de la région[26]. Au IIIe siècle, la persécution générale des chrétiens décrétée par Dèce en 251, puis, au début du IVe siècle, la persécution mise en œuvre par Dioclétien, sont à l'origine de nombreux martyrs en Syrie. L'historien grec de l'Église, Eusèbe de Césarée dans son livre Des martyrs de Palestine parle de plusieurs martyrs à Césarée sous Dioclétien, précisant même la date qui passera dans de nombreux calendriers liturgiques. Parmi les principaux martyrs de Césarée, on peut citer, entre beaucoup d'autres, Pierre Apsélamos fêté le 11 janvier, Pamphile de Césarée ainsi que Valens, Paul, Porphyre, Séleukos, Théodule et Julien fêtés le 16 février, Valentine et Paul, fêtés le 25 juillet. La hiérarchie épiscopale est cependant en place désormais : en 325, la liste des Pères de Nicée fournit le nombre de 18 évêques en Palestine, 9 en Phénicie et 22 en Syrie-Cœlé. La plupart des évêques de l'ancien diocèse de Césarée sont considérés comme saints par les Églises chrétiennes : Acace de Césarée († 366), fut évêque de 340 à 366, avec quelques interruptions ; Saint Léonce, évêque de Césarée (IVe siècle), est fêté le 19 mars.

À côté de ces premières communautés chrétiennes, la ville voit se développer aussi le judaïsme, avec des rabbis célèbres comme Yosé bar Abbahu de Césarée, dans l'école influente animée vers 260, par rabbi Yosé bar Hanina[27].

Au VIe siècle, la ville s'honore encore de la naissance de l'historien byzantin Procope de Césarée, auteur de l'ouvrage De Aedificiis.

Au Moyen Âge, Césarée devient une seigneurie dans le royaume de Jérusalem.

Sites archéologiques[modifier | modifier le code]

Le théâtre bâti à l'époque d'Hérode pouvait contenir 4 000 spectateurs. Le cirque bâti à l'époque d'Hérode possède un obélisque sur la spina. Il mesurait 250 m de long et 50 m de large. Il avait douze rangées de sièges et pouvait contenir 10 000 personnes. Césarée possède encore des bains publics, un port antique, des ruines d'une synagogue d'époque byzantine et les ruines de l'aqueduc romain.

La ville moderne de Césarée[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui la ville nouvelle de Césarée est un quartier très riche, offrant de belles plages, des espaces verdoyants, un club de golf international ; on peut y visiter le parc national des antiquités de Césarée.

La ville est liée à des personnalités célèbres, comme Benjamin Netanyahu ; la chanteuse Keren Ann est née à Césarée en 1974, et semble être considérée comme le premier enfant né dans cette ville alors toute nouvelle. Joseph Szydlowski est décédé en 1988 à Césarée.

Césarée en littérature[modifier | modifier le code]

Césarée est un nom que l'on retrouve dans la littérature. Dans Bérénice de Jean Racine (1670), Antiochus dit dans une tirade : « Je demeurai longtemps errant dans Césarée » (Acte I Scène 4). Ce vers est repris dans l'incipit du roman Aurélien de Louis Aragon (1944), par le personnage principal, Aurélien : "Un vers qu'il ne trouvait même pas un beau vers, ou enfin dont la beauté lui semblait douteuse, inexplicable, mais qui l'avait obsédé, qui l'obsédait encore : « Je demeurai longtemps errant dans Césarée... »". Césarée est un court texte de Marguerite Duras, qu'elle adapta ensuite au cinéma en 1979 sous le titre Césarée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sartre 2003, p. 641-642.
  2. Flavius Josèphe, La Guerre des Juifs, I, 396 et Antiquités juives, XV, 217.
  3. Flavius Josèphe, Antiquités juives, XV, 331-341.
  4. Sartre 2003, p. 674.
  5. Sartre 2003, p. 551.
  6. Sartre 2003, p. 826.
  7. Sartre 2003, p. 552-553.
  8. Une inscription de Césarée mentionne expressément Ponce Pilate comme « Praefectus Iudaeae ».
  9. Sartre 2003, p. 548.
  10. Philon Page d'aide sur l'homonymie, Legatio ad Caium, 299-305 (extrait d'une lettre d'Agrippa Ier à Caligula).
  11. Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, II, 284-292.
  12. Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, II, 277 et Antiquités juives, XX, 173-178 et 183-184.
  13. Sartre 2003, p. 577-578.
  14. Flavius Josèphe (Guerre des Juifs, II, 457) parle de 20 000 morts, chiffre sûrement excessif.
  15. Sartre 2003, p. 580-581.
  16. Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, III, 1-8 ; Suétone, Vespasien, IV ; Tacite, Histoire, V, 10.
  17. Sartre 2003, p. 648 et 728-729.
  18. Ulpien, in Digeste, 50, 15, 1.
  19. Sartre 2003, p. 897.
  20. Actes des Apôtres, IX, 30.
  21. Actes des Apôtres, XXI, 8 à 14.
  22. Actes des Apôtres, XXIII, 23-24.
  23. Actes des Apôtres, X, 1 à 47.
  24. Jean-Marie Mayeur, Luce Pietri et André Vauchez, Histoire du christianisme, tome 1 (Des origines à 250), Desclée, 2000, p. 507 sq.
  25. Sartre 2003, p. 729.
  26. Sartre 2003, p. 951-952.
  27. Sartre 2003, p. 730.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Sartre, D'Alexandre à Zénobie : Histoire du Levant antique, IVe siècle av. J.-C. - IIIe siècle ap. J.-C., Fayard,‎ 2003, 1198 p. (ISBN 9-782213-609218)
  • Joseph Ringel, Césarée de Palestine, Étude historique et archéologique, Presses Universitaires de Strasbourg, 1995
  • (en) Kenneth G. Holum et Robert L. Holfehlder, King Herod's Dream : Caesarea on the Sea, New York, W.W. Norton and Company, 1988 (ISBN 978-0393305524)
  • (en) Lee I. Levine, Caesarea under Roman Rule, Leyde, Brill, 1975
  • (en) Avner Raban et Kenneth G. Holum, Caesarea Maritima : a Retrospective after Two Millenia, Leyde-New York, Brill, 1996

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :