Théodore Ier Lascaris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Théodore Ier et Lascaris.
Théodore Ier Lascaris
Θεόδωρος Α΄ Λάσκαρις
Empereur de Nicée
Image illustrative de l'article Théodore Ier Lascaris
Portrait de Théodore Ier Lascaris
(manuscrit du XVe siècle)
Règne
19 mars 1205 - novembre 1221
Période Lascaris
Précédé par Constantin Lascaris
Suivi de Jean III Doukas Vatatzès
Biographie
Naissance v. 1174
Décès novembre 1222
(~48 ans)
Père Manuel Lascaris
Mère Ioanna Karatzaina
Épouse Anne Ange
Philippa
Marie
Descendance Nicolas
Jean
Irène
Marie
Eudoxie
Constantin
Liste des empereurs byzantins

Théodore Ier Lascaris (grec byzantin: Θεόδωρος Α΄ Λάσκαρις), véritable fondateur de l'Empire de Nicée, est empereur byzantin de 1205 à 1221, né vers 1174, mort en novembre 1221[1], fils de Manuel Lascaris et de Jeanne Karatzine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après la prise de Constantinople en 1204 par les Latins de la quatrième croisade, il se replie avec son frère Constantin Lascaris à Nicée où ils fondent une nouvelle dynastie byzantine, à laquelle les croisés enlèvent le nord-ouest de l'Asie Mineure.

Il vainc David Comnène, frère de l'empereur de Trébizonde, et l'empêche d'occuper Nicomédie en 1205.

Il s'allie à Kalojan et s'empare de Cyzique et de Nicomédie, que l'empereur latin d'orient Henri de Hainaut lui abandonne, et conclut une trêve en juin 1207. Il se fait couronner empereur de Nicée en avril 1208 ou avant.

Inquiet de sa puissance, le sultan d'Iconium Kay Khusraw Ier s'entend contre lui avec les Latins. Il s'allie alors à Léon II d'Arménie, roi d'Arménie. Théodore Lascaris bat les Turcs qui le menacent près d'Antioche du Méandre en juin 1211, mais est battu par les Latins en Mysie en octobre 1211. En 1214, il annexe une longue bande de terre, le long de la mer Noire, au détriment des Comnènes de Trébizonde. Il tente de restaurer l'union des Églises chrétiennes entre 1214 et 1220. Il octroie l'autocéphalie à l'Église serbe, sous la direction de Saint Sava en 1219.

Il tente en vain de reprendre par diplomatie Constantinople, puis fait la paix avec l'empereur Robert de Courtenay en 1221. Il fait de l'empire de Nicée le relais officiel de l'empire byzantin jusqu'à sa restauration.

Unions et postérité[modifier | modifier le code]

Il épouse en première noces en 1199 Anne Ange (1175 † 1212), fille d'Alexis III Ange et d'Euphrosyne Kamaterina, et a :

Veuf, il se remarie en 1214 avec Philippa (1183 † ap.1219) fille de Roupen III, roi d'Arménie, et d'Isabelle de Toron. Il s'en sépare en 1216, mais un fils était déjà né de ce mariage :

  • Constantin, né en 1214, duc de Thrace

Enfin, il épouse en troisièmes noces en 1219 Marie de Courtenay (1204 † 1222), fille de Pierre II de Courtenay, empereur latin de Constantinople, et de Yolande de Hainaut. Marie est aussi l'arrière-petite-fille du roi de France Louis VI le Gros.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Acropolite, R. J. Macrides: George Akropolites: the history, Oxford studies in Byzantium, Oxford University Press, 2007, p. 158

Voir aussi[modifier | modifier le code]