Wikipédia:Sélection/Terre du Milieu

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Choix possibles

Article de qualité Articles de qualité :

Bon thème Bons thèmes :

Bon article Bons articles

modifier la liste

Aperçu du résultat

Bilbo le Hobbit

Tranches des réimpressions de la deuxième édition américaine de Houghton Mifflin de Bilbo le Hobbit.

Le Hobbit (The Hobbit) ou Bilbo le Hobbit est un roman de fantasy de l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien. Il raconte les aventures du hobbit Bilbo, emmené bien malgré lui par le magicien Gandalf et une compagnie de treize nains dans leur voyage vers la Montagne Solitaire, à la recherche du trésor gardé par le dragon Smaug.

Rédigé de manière intermittente de la fin des années 1920 au début des années 1930, Le Hobbit n’a d’autre but à l’origine que de divertir les jeunes enfants de Tolkien. Le manuscrit inachevé circule parmi les proches de l’écrivain et arrive finalement chez l’éditeur londonien Allen & Unwin, qui demande à Tolkien d’achever le récit et de l’illustrer.

Le Hobbit paraît le au Royaume-Uni. C’est la première œuvre publiée qui explore l’univers de la Terre du Milieu, sur lequel Tolkien travaille depuis une vingtaine d’années. Elle rencontre un franc succès critique et commercial, qui incite Allen & Unwin à réclamer une suite à son auteur. Cette suite devient le roman le plus connu de Tolkien : Le Seigneur des anneaux, une œuvre beaucoup plus complexe et sombre. Le souci de cohérence entre les deux ouvrages pousse l’écrivain à procéder à des révisions du texte du Hobbit, concernant en particulier le rôle de Gollum.

Le Hobbit a connu des adaptations sur de nombreux supports : au théâtre, à la radio, en téléfilm d'animation, en jeux de société et en jeux vidéo. Une adaptation cinématographique en trois volets, réalisée par Peter Jackson, est en projet. Le premier film est sorti en France le .

Le Fermier Gilles de Ham

Le Fermier Gilles de Ham (Farmer Giles of Ham) est un ouvrage de J. R. R. Tolkien paru en 1949 avec des illustrations de Pauline Baynes. Ce conte de fées humoristique, bien qu'inventé par Tolkien pour ses enfants, n'est guère destiné à un public enfantin dans sa version finale, où l'auteur abandonne le ton caractéristique des contes pour enfants et se livre à de nombreuses plaisanteries philologiques. Sans lien avec les récits de la Terre du Milieu, Le Fermier Gilles de Ham se déroule dans les Midlands (région que Tolkien connaissait bien) d'une Angleterre plus ou moins médiévale, imaginaire et anachronique. Il relate les exploits du personnage-titre, un paisible fermier qui triomphe successivement d'un géant stupide et d'un dragon rusé avant de devenir roi.

Le Seigneur des anneaux

L'Anneau unique, forgé par Sauron.

Le Seigneur des anneaux (The Lord of the Rings) est un roman en trois volumes de J. R. R. Tolkien paru en 1954 et 1955.

L'histoire reprend certains des personnages présentés dans Le Hobbit, premier roman de l'auteur paru en 1937, mais l'œuvre est plus complexe et plus sombre. Tolkien entreprend sa rédaction à la demande de son éditeur, Allen & Unwin, à la suite du succès critique et commercial du Hobbit. Il lui faut douze ans pour parvenir à achever ce nouveau roman qu'il truffe de références et d'allusions au monde du Silmarillion, la Terre du Milieu, sur lequel il travaille depuis 1917 et dans lequel Le Hobbit a été attiré « contre l'intention première » de son auteur.

C'est une des œuvres fondamentales de la littérature dite de fantasy, terme que Tolkien explicite dans son essai Du conte de fées de 1939. Tolkien lui-même considérait son livre comme « un conte de fées [...] pour des adultes », écrit « pour amuser (au sens noble) : pour être agréable à lire ».

Cette œuvre est composée de six livres, qui ne portent pas de titres. À l'origine, Tolkien souhaite publier Le Seigneur des anneaux en un seul volume, mais le prix du papier étant trop élevé en cette période d'après-guerre, l'œuvre est divisée en trois volumes : La Communauté de l'anneau (The Fellowship of the Ring), Les Deux Tours (The Two Towers) et Le Retour du roi (The Return of the King). On appelle souvent cette œuvre « la trilogie du Seigneur des anneaux », mot techniquement incorrect car l'œuvre fut écrite et conçue d'un seul tenant. Néanmoins, Tolkien lui-même reprend dans ses lettres, de temps à autre, le mot « trilogie » lorsqu'il est employé par ses correspondants.

Les Aventures de Tom Bombadil

Les Aventures de Tom Bombadil est un recueil de poèmes de J. R. R. Tolkien paru en 1962. Il se compose de seize poèmes, dont seuls les deux premiers ont véritablement à voir avec le personnage de Tom Bombadil. L'ensemble forme une collection hétéroclite où l'humour léger (« Le Troll de pierre », « Fastitocalon ») et les jeux sur les sonorités (« Errance », « Chat ») côtoient des vers plus sombres et mélancoliques (« La Cloche marine », « Le Dernier Vaisseau »).

La plupart de ces poèmes sont des œuvres de jeunesse de Tolkien n'ayant à l'origine aucun lien avec la Terre du Milieu. Pour leur parution dans ce recueil, l'écrivain procède à des révisions plus ou moins importantes de chacun d'eux et feint, dans la préface du livre, d'en être non pas l'auteur, mais simplement le traducteur. De la même façon que Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux sont supposés être tirés des mémoires de Bilbon et Frodon, compilés dans le Livre rouge de la Marche de l'Ouest, les poèmes des Aventures de Tom Bombadil se voient attribuer diverses origines fictives : certains sont l'œuvre de figures célèbres (Bilbon ou Sam Gamegie), d'autres sont issus du folklore du Pays de Bouc, quelques-uns enfin apparaissent dans les marges du Livre Rouge sans qu'on en connaisse les auteurs.

Smith de Grand Wootton

Smith de Grand Wootton (Smith of Wootton Major, également paru en français sous le titre Ferrant de Bourg-aux-Bois) est un ouvrage de J. R. R. Tolkien paru en 1967. Ce conte de fées, non lié aux récits sur la Terre du Milieu, relate les voyages d’un forgeron humain en Faërie, le pays des Elfes. Smith de Grand Wootton est le dernier ouvrage de Tolkien paru de son vivant, et il a fait l’objet de diverses interprétations allégoriques.

Khuzdul

Inscription en Khuzdul : Balin, fils de Fundin, seigneur de la Moria.

Le khuzdul, ou nanien, est l'une des langues construites imaginées par le romancier et philologue John Ronald Reuel Tolkien dans le cadre de l'élaboration des récits de la Terre du Milieu. Il semble que sa création remonte aux années 1930, mais la majorité du corpus connu à ce jour (soit environ 60 à 80 termes) date des années 1950, pendant et après l'achèvement de l'écriture du Seigneur des anneaux.

Au sein de son univers de fiction, le khuzdul est la langue propre au peuple des Nains, qui la reçurent de leur créateur Aulë. Ils l'auraient transcrite principalement par un système d'écriture runique appelé cirth.

La structure du khuzdul, de type flexionnel, est inspirée de celles des langues sémitiques, telles que l'arabe ou l'hébreu : elle repose sur des racines consonantiques, à partir desquelles les mots sont bâtis par intercalation de voyelles et ajout d'affixes. Le vocabulaire est construit a priori, c'est-à-dire indépendamment de celui des langues naturelles, et conçu par Tolkien de sorte qu'il se distingue nettement de celui des autres langues de la Terre du Milieu : le khuzdul devait sembler « encombrant et disgracieux » vis-à-vis des langues des Elfes.

Noir parler

Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk agh burzum-ishi krimpatul. « Un Anneau pour les gouverner tous, un Anneau pour les trouver, un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier. »

Le noir parler, parler noir ou langue noire (en anglais Black Speech) est une des langues construites conçues par l’écrivain et philologue John Ronald Reuel Tolkien dans le cadre des récits de la Terre du Milieu. Il s’agit de la langue de Sauron, le Seigneur des Ténèbres, et de ses serviteurs. La quasi-totalité du corpus connu de cette langue apparaît dans Le Seigneur des anneaux : il se compose d’une phrase, l’inscription portée sur l’Anneau unique, et de quelques mots et noms isolés.

Quenya

« Ah ! comme l'or tombent les feuilles dans le vent, de longues années innombrables comme les ailes des arbres ! »

Le quenya (prononcé ['kʷɛnʲa]) ou haut-elfique est une des langues construites imaginées par le romancier et philologue John Ronald Reuel Tolkien dans le cadre de l'élaboration des récits de la Terre du Milieu. Sa création remonte au plus tard à l'année 1915. Le vocabulaire et la grammaire de cette langue ont progressivement évolué durant la vie de leur auteur, jusqu'à atteindre une relative stabilité après la publication de son roman Le Seigneur des anneaux en 1954-1955. Tolkien s'est principalement inspiré du finnois pour l'élaboration de la langue, ainsi que du latin et du grec.

Au sein de son univers de fiction, le quenya est la langue des Elfes Vanyar et Ñoldor installés en Valinor, sur le continent d’Aman. La langue s’implanta en Terre du Milieu quand les Ñoldor s’y exilèrent ; elle cessa bientôt d’y être employée comme langue courante, mais subsista comme langue de culture et de cérémonie parmi les Elfes ainsi qu’un peuple d'Hommes, les Dúnedain.

Le quenya fut conçu par Tolkien comme dérivant d'une langue originelle commune à toutes les langues elfiques qu'il imagina. C'est une langue à morphologie complexe, qui présente à la fois des traits flexionnels et agglutinants ; elle repose en grande partie sur l'emploi d'affixes, mais recourt aussi à l'alternance vocalique. Le quenya est pourvu d'une riche déclinaison et d'une conjugaison de type synthétique. Le nombre de cas et la conjugaison ont varié avec les années au cours du développement de la langue par leur auteur. Le vocabulaire est essentiellement a priori, c'est-à-dire créé indépendamment de celui des langues naturelles, mais il est en revanche apparenté à celui des autres langues elfiques imaginées par Tolkien.

Le quenya se transcrit par différents systèmes d'écriture tels que les sarati ou les tengwar.

Sindarin

Tengwar sindarin

Le sindarin ou gris-elfique est une des langues construites imaginées par le romancier et philologue J. R. R. Tolkien dans le cadre de l’élaboration des récits de la Terre du Milieu. Il en commença la construction vers 1917 sous une forme alors appelée gnomique, et ne cessa ensuite au cours de sa vie d’en faire évoluer les conceptions, tant dans ses caractéristiques proprement linguistiques que dans sa place dans la narration. Le nom même de la langue fut modifié plusieurs fois, et le terme de sindarin n’apparut qu’au début des années 1950 à la fin de la rédaction du Seigneur des anneaux, l’œuvre la plus connue de son auteur.

Au sein de son univers de fiction, le sindarin est la langue des Sindar ou Elfes Gris, qui se développa d’abord au Beleriand pendant le Premier Âge, à partir d’un ancêtre commun aux diverses langues des Elfes. Plus tard, il fut adopté par divers autres peuples et s’étendit en de nombreuses régions de Terre du Milieu, y devenant ainsi la langue véhiculaire des Elfes, et l’une des langues en usage chez un peuple d’Hommes, les Dúnedain.

La phonétique et une bonne part de la grammaire sont fortement inspirées de celles du gallois. Par sa morphologie, le sindarin est une langue flexionnelle, qui fait un large usage d’alternances vocaliques et de mutations consonantiques. La syntaxe est relativement analytique. Le vocabulaire, par construction, est a priori, c’est-à-dire créé indépendamment de celui des langues naturelles ; mais Tolkien l’a conçu de sorte qu’il soit apparenté à celui des autres langues elfiques qu’il imagina, telles que le quenya.

Tom Bombadil

Tom Bombadil est un personnage de l’œuvre de John Ronald Reuel Tolkien, qui apparaît dans le premier tome du Seigneur des anneaux, La Communauté de l’anneau. Il est également le personnage principal de deux poèmes des Aventures de Tom Bombadil, « Les Aventures de Tom Bombadil » et « Bombadil en bateau », et d’un troisième poème, « Once Upon a Time », jamais publié en français. Être mystérieux, doté d’un grand pouvoir tout en étant apparemment insensible à celui de l’Anneau unique, sa nature exacte n’a jamais été définie par Tolkien, et de nombreux auteurs ont essayé de répondre à la question posée à deux reprises par Frodon dans Le Seigneur des Anneaux : « Qui est Tom Bombadil ? ».

Elendil

Elendil est un personnage de fiction appartenant à l'univers de la Terre du Milieu de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien. Il apparaît dans les romans Le Seigneur des anneaux, Le Silmarillion et les Contes et légendes inachevés.

Selon la chronologie de Tolkien, il est né en 3119 et mort en 3441 du Second Âge. C'est un humain de Númenor (ou Dúnadan) d'ascendance noble, apparenté à la dynastie des rois de Númenor. Il fut le dernier seigneur d'Andúnië, ainsi que le fondateur et Grand Roi d'Arnor et de Gondor. Son exil de Númenor à la suite de la submersion de l'île a été comparé par Tolkien à l'histoire de Noé, et par des commentateurs à celle d'Énée.

Dans le cadre de la Dernière Alliance des Elfes et des Hommes, qu'il conduisit avec Gil-galad, il affronta et fut tué par Sauron. Par son fils cadet Anárion, il est l'ancêtre des rois du Gondor, et par son aîné Isildur, celui des rois d'Arnor, des chefs des Dúnedain du Nord et donc d'Aragorn.

Faramir

Dessin représentant Faramir.

Faramir est un personnage du roman Le Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien. Fils de l’Intendant du Gondor Denethor et frère cadet de Boromir, Faramir apparaît dans le second volet du Seigneur des anneaux, Les Deux Tours, lorsqu’il croise la route du trio de voyageurs constitué par Frodon, Sam et Gollum. Contrairement à son frère, il résiste à l’attraction de l’Anneau unique et laisse son porteur continuer sa quête.

Capitaine de l’armée du Gondor après la mort de Boromir, il est blessé et tenu pour mort alors qu’il mène la retraite de ses troupes jusque sous les murs de Minas Tirith. Durant sa convalescence, il rencontre Éowyn et tombe amoureux d’elle. Il l’épousera après la fin de la guerre de l’Anneau. Il devient également Intendant du Gondor, prince d’Ithilien et seigneur d’Emyn Arnen.

Le personnage de Faramir apparaît dans plusieurs adaptations du roman de Tolkien, notamment la trilogie réalisée par Peter Jackson, où son caractère subit d’importants changements ; il se révèle notamment moins insensible à la tentation de l’Unique

Galadriel

Dessin représentant Galadriel.

Galadriel est un personnage fictif du legendarium créé par l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien et qui apparaît dans ses romans Le Silmarillion et Le Seigneur des anneaux. C’est une Elfe de la lignée royale des Ñoldor, fille de Finarfin et sœur de Finrod Felagund.

Elle est considérée comme l’une des plus grandes des Eldar, avec Fëanor et Lúthien. Son rôle et son importance ont émergé au fur et à mesure du récit et subi de constants remaniements. Il est donc très difficile de concilier tous les faits marquants de l’histoire du personnage.

Son désir de pouvoir l’amène à se joindre à l’exil des Ñoldor en Terre du Milieu, promu par son oncle Fëanor dans les dernières années des Années des Arbres. En Terre du Milieu, elle réside dans le royaume de Doriath, où elle reçoit l’enseignement de Melian. Refusant de revenir en Valinor à la fin du Premier Âge, malgré le pardon des Valar, elle reste en Terre du Milieu avec son mari Celeborn, et après un temps, le couple s’installe dans la forêt de Lothlórien, dont ils deviennent les seigneurs jusqu’à la fin du Troisième Âge ; la Lórien devient un havre elfique, protégée par Nenya, l’Anneau donné à Galadriel par Celebrimbor. Pendant la Guerre de l’Anneau, Galadriel offre l’hospitalité à la Compagnie de l’Anneau, et à la fin du conflit, elle part pour l’Ouest.

J. R. R. Tolkien conçut le personnage de Galadriel durant la rédaction du Seigneur des anneaux, et l’ajouta par la suite aux textes du Silmarillion. Tolkien envisagea plusieurs versions de l’histoire de Galadriel, qui présentent de nombreuses différences sur des points comme les raisons de son départ d’Aman et de son refus d’y revenir, le moment de sa rencontre avec Celeborn (et l’identité de celui-ci) ou ses pérégrinations en Terre du Milieu avant son établissement en Lothlórien. Le Silmarillion publié en 1977 lisse ces difficultés en présentant une unique version des événements ; Christopher Tolkien a ultérieurement détaillé les hésitations de son père dans les Contes et légendes inachevés, où il écrit que « nulle part, dans l’histoire de la Terre du Milieu, on ne se heurte à tant de difficultés que dans le récit de Galadriel et de Celeborn ».

Galadriel apparaît dans plusieurs adaptations du Seigneur des anneaux, parmi lesquelles le film dirigé par Ralph Bakshi, la trilogie cinématographique de Peter Jackson, la série radiophonique de la BBC Radio, le jeu vidéo La Bataille pour la Terre du Milieu II.

Glorfindel

Glorfindel (« cheveux d’or » en sindarin) est un personnage de l’œuvre de J. R. R. Tolkien, qui apparaît dans ses romans Le Seigneur des anneaux et Le Silmarillion.

Au Premier Âge, cet Elfe du peuple des Ñoldor est capitaine de la Cité cachée de Gondolin et seigneur de la Maison de la Fleur d’Or, l’une des douze maisons nobles de la ville. Il périt lors de la chute de la cité mais il lui est permis de se réincarner dans son propre corps. Il retourne en Terre du Milieu et s’installe à Fondcombe. Au cours du Troisième Âge, il participe à la guerre contre le Roi-Sorcier d’Angmar et, plusieurs siècles après, joue un rôle mineur dans les événements entourant la guerre de l’Anneau, lorsque, dans la Communauté de l’anneau, il aide Frodon à gagner Fondcombe.

Glorfindel est l’un des premiers personnages créés par J. R. R. Tolkien pour son légendaire, apparaissant dans la première histoire qu’il écrivit : La Chute de Gondolin, vers 1916–1917. Son rôle dans l’histoire, important à l’origine, fut réduit lorsque Tolkien résuma le récit dans les versions successives de la Quenta Silmarillion, de sorte qu’il n’apparaît que très brièvement dans Le Silmarillion tel que l’a publié Christopher Tolkien.

Glorfindel n’apparaît dans aucune des adaptations cinématographiques du Seigneur des anneaux. Il est toutefois présent dans le jeu vidéo La Bataille pour la Terre du Milieu II, dérivé de la trilogie du réalisateur néo-zélandais Peter Jackson, où il est un protagoniste important, avec le nain Glóin, de la campagne du Bien.

Gollum

Le périple de Gollum commence, par Frédéric Bennett.

Gollum est un personnage fictif du légendaire créé par l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien et qui apparaît dans ses romans Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux. Connu en tant que Sméagol à l'origine, Gollum est un Hobbit de la branche des Forts, qui vivait aux Champs aux Iris vers 2440 T. A.. En 2463 T. A., il s'empare de l'Anneau unique après avoir tué son ami qui vient de découvrir l'anneau dans le lit de l'Anduin. Chassé par sa famille, il se réfugie dans une caverne des Montagnes de Brume et prend le nom « Gollum » à cause de bruits de déglutition qu'il fait avec sa gorge. Grâce à l'Anneau unique, sa vie se voit allongée de plusieurs siècles mais il est obsédé par celui-ci au point d'en devenir l'esclave. En 2941 T. A, il croise la route de Bilbo Bessac, lequel vient de trouver l'Anneau unique que Gollum venait d'égarer. Il suit Bilbo vers l'est, jusqu'à Esgaroth puis poursuit sa route vers le sud jusqu'en Mordor. Capturé puis relâché par Sauron, il est pris par Aragorn qui le livre aux Elfes sylvains de la Forêt de Grand'Peur, auxquels il échappe. Il trouve refuge en Moria où il croise la route de la Fraternité de l'Anneau qu'il suit jusqu'à Amon Hen. Il est capturé par Frodo et Sam dans l'Emyn Muil et, à partir de ce moment, leur sert de guide vers le Mordor. Grâce à son aide, Frodo et Sam parviennent jusqu'aux Sammath Naur, où Gollum tente alors d'arracher l'anneau des mains de Frodo mais chute dans le cœur du volcan, permettant la destruction de l'Anneau.

Présenté comme un personnage sympathique dans la première édition du Hobbit, il acquiert sa profondeur et sa noirceur dans Le Seigneur des anneaux puis dans la révision du Hobbit qui s'ensuit. Personnage atypique, notamment par ses caractéristiques physiques, Gollum est souvent rapproché de monstres célèbres de la littérature, notamment de Grendel qui apparaît dans le texte Beowulf ou encore de Gagool dans Les Mines du roi Salomon par exemple. Son caractère ambivalent oscillant entre bien et mal est l'objet de nombreuses analyses mais fait du personnage l'une des créatures les plus marquantes de l’œuvre de Tolkien. Il apparaît ainsi dans la plupart des adaptations filmées ou radiophoniques du Hobbit et du Seigneur des anneaux, ainsi que dans plusieurs jeux vidéo et a également laissé sa trace dans la littérature, les sciences ou encore les médias.

Comté (Terre du Milieu)

Décor de Hobbitebourg employé dans les films de Peter Jackson.

La Comté (The Shire, en anglais) est un pays de fiction imaginé et décrit par l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien. L’action de nombreux passages de ses romans Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux s’y déroule.

Fondée au milieu du Troisième Âge, la Comté est une région du Nord-Ouest de la Terre du Milieu située au cœur de l’Eriador, un territoire correspondant à celui de l’ancien royaume d’Arnor. Elle est peuplée exclusivement par des Hobbits, des créatures apparentées aux Hommes caractérisées par leur petite taille. Du fait de la nature pacifique de ses habitants, l’histoire de la Comté est presque dépourvue d’événements marquants, à l’exception des faits survenus durant la guerre de l’Anneau.

Le westron est parlé dans la Comté et les Hobbits nomment dans cette langue leur pays Sûza (« Comté ») ou Sûzat (« la Comté »). Son nom en sindarin, langue des Elfes Gris, est i Drann. Elle est aussi appelée Quatre Quartiers, nom qui fait référence à sa division territoriale…

Minas Tirith

Plan de Minas Tirith

Minas Tirith est une cité fortifiée fictive de l’œuvre de J. R. R. Tolkien qui apparaît notamment dans le troisième tome du Seigneur des anneaux, Le Retour du roi. À la fin du Troisième Âge, époque du récit, elle est la capitale et la principale ville du royaume du Gondor. Elle fait face au Mordor et, à ce titre, est l’un des enjeux majeurs de la guerre de l’Anneau : la description de son siège par les forces de Sauron et de la bataille qui se déroule sous ses murs et permet sa libération occupe une large partie du Retour du roi, et il en est de même dans les adaptations du livre de Tolkien.

Ainulindalë

L’Ainulindalë [ˌainuˈlindalɛ] est le premier récit du Silmarillion, ouvrage de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien. Au sein de la fiction, ce nom désigne aussi le chant par lequel est formé le monde, également appelé « Grande Musique ».

Ce court texte relate l'histoire de la création d', le monde où prend place le légendaire de Tolkien, par Ilúvatar et les Ainur, et comment ces derniers sont descendus dans le monde pour lui donner forme et le préparer pour l'arrivée des Elfes et des Hommes, les « Enfants d'Ilúvatar ». Ainulindalë signifie littéralement « Musique des Ainur » en quenya, langue construite par Tolkien (de aina « béni » et lin « chanter, faire un son musical » ou lindale « musique »).

La première version de l’Ainulindalë, aussi appelée La Musique des Ainur, fut écrite entre novembre 1918 et le printemps de 1920. Le texte connut plusieurs réécritures par la suite, jusqu'au début des années 1950. Ce texte ne fut publié qu'en 1977, quatre ans après la mort de son auteur, par son fils Christopher. La plupart des critiques du Silmarillion considèrent le roman comme un tout et l’Ainulindalë a généralement été l'objet de commentaires positifs.

Les réécritures successives de l’Ainulindalë la dégagent progressivement des influences de la mythologie nordique pour en faire un manifeste de la foi catholique de l'auteur, ainsi qu'un exemple de son concept de subcréation. Ce récit a donné lieu à des adaptations en particulier musicales et a également pu servir de source d'inspiration pour d'autres œuvres.

Eärendil

Eärendil est un personnage du légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien. Il apparaît notamment dans son roman posthume Le Silmarillion, mais aussi dans Le Livre des contes perdus. Il est évoqué dans Le Seigneur des anneaux comme un être devenu légendaire.

C'est un semi-elfe, fils unique de Tuor, un Homme de la Maison de Hador, et d'Idril Celebrindal, une Elfe noldorine. Il naît à Gondolin et échappe au sac de la ville dans son enfance : ses parents s'enfuient jusqu'à l'embouchure du Sirion, où il rencontre et épouse Elwing. Il a deux fils, Elrond et Elros. Devenu marin, il s'efforce d'atteindre Aman pour solliciter l'aide des Valar dans la lutte contre Morgoth. Eärendil, portant un silmaril au front, devient une étoile.

Il est le premier personnage imaginé par J. R. R. Tolkien pour faire partie de sa mythologie. La création d'Eärendil (appelé durant de nombreuses années Earendel) a été inspirée par le poème religieux Christ II, de l'auteur anglo-saxon Cynewulf. Le personnage a été soumis à une constante évolution pendant des décennies avant d'aboutir à la version définitive de son histoire, telle qu'elle apparaît dans Le Silmarillion publié.

Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours

Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours (The Lord of the Rings: The Two Towers en version originale) est un film basé sur le deuxième tome (1954) du roman Le Seigneur des anneaux, de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien. Dans la trilogie cinématographique du réalisateur néo-zélandais Peter Jackson, qui a reproduit la trilogie du roman, le film suit La Communauté de l'anneau et précède Le Retour du roi.

Le scénario du film a été écrit par Peter Jackson, son épouse Fran Walsh et Philippa Boyens, mais a été modifié en cours de tournage sur de nombreux points, avec l'aide et les idées des interprètes, et notamment pour répondre aux critiques formulées par les fans sur les informations qui avaient filtré sur Internet. Le tournage a eu lieu en Nouvelle-Zélande, entre les années 1999 et 2000.

L'histoire du film commence après la dissolution de la communauté de l'Anneau. Boromir est mort des mains du chef des Uruk-hai, Lurtz, en essayant de sauver les Hobbits Meriadoc Brandebouc et Peregrïn Touque, qui ont été capturés. Aragorn, Gimli et Legolas poursuivent les Uruks afin de libérer leurs compagnons capturés, tandis que Frodon Sacquet et Samsagace Gamegie sont partis seuls pour le Mordor afin de détruire l'Anneau unique, à la Montagne du Destin.

Roverandom

Roverandom est un livre écrit par J. R. R. Tolkien en 1927. L'histoire conte les aventures d'un chiot nommé Rover, qui après avoir été mordu par un sorcier, se voit transformé en jouet (et renommé en Roverandom). Un petit garçon acquiert le chien-jouet, mais finit par le perdre alors qu'il joue sur la plage. Le jouet est alors envoyé par un sorcier vivre des aventures sur la Lune et dans la mer afin de retrouver son apparence originelle.

Tolkien invente les aventures de Rover durant l'été 1925 pour consoler son fils Michael qui vient de perdre, sur la plage de Filey, son jouet favori, un petit chien en plomb. Il propose le texte à son éditeur, Allen & Unwin, en 1936, qui avait alors accepté avec enthousiasme Le Hobbit ; mais le succès de ce dernier incite Stanley Unwin à en réclamer une suite, et Roverandom ne fut probablement jamais sérieusement envisagé pour la publication, de même que les autres textes proposés par Tolkien à la même époque, Mr. Bliss et Le Fermier Gilles de Ham. Roverandom est finalement édité en 1998 par Wayne G. Hammond et Christina Scull, avec cinq illustrations de Tolkien...

Sylvebarbe

Dessin de Sylvebarbe portant Merry et Pippin dans ses mains

Sylvebarbe (appelé Treebeard dans la version anglaise ou Fangorn en sindarin, tous ces noms ayant le même sens) est un personnage fictif du légendaire créé par l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien et qui apparaît dans son roman Le Seigneur des anneaux.

Il appartient à la race des Ents, des êtres fictifs dont la forme corporelle est semblable à un arbre, bien qu'ils possèdent des capacités humaines comme celles de penser, de parler et de marcher. À la fin du Troisième Âge, époque durant laquelle se déroule le roman, Sylvebarbe est le gardien de la forêt de Fangorn et l'Ent le plus âgé vivant en Terre du Milieu. Il apparaît dans Les Deux Tours, où, en compagnie de deux hobbits, Merry et Pippin, il attaque la forteresse de Saroumane, Isengard. Il fait aussi une brève apparition dans Le Retour du roi.

Il est mentionné pour la première fois dans un brouillon de La Communauté de l'anneau daté de la fin de 1938, et continue à faire de brèves apparitions dans les esquisses que Tolkien élaborait pour poursuivre la trame de l'histoire. Il a été à l'origine conçu comme un géant malveillant, et n'a acquis sa forme définitive que lorsque Tolkien a entamé le chapitre qui porte son nom dans Les Deux Tours. Sa façon de parler est basée sur la grosse voix de l'écrivain C. S. Lewis, ami de Tolkien.

Sylvebarbe est apparu dans les différentes adaptations du Seigneur des anneaux, parmi lesquelles le dessin animé du réalisateur Ralph Bakshi (1978), les adaptations radiophoniques du Seigneur des anneaux de 1955 et de 1981 (BBC), la trilogie cinématographique de Peter Jackson (2001, 2002, 2003) et différents jeux vidéo. Sa présence était aussi prévue dans les premiers projets d'adaptation cinématographique du roman, comme le projet écrit par Morton Grady Zimmerman (1957) ou le projet de l'entreprise United Artists avec John Boorman comme réalisateur (années 1970).

Livre rouge de la Marche de l'Ouest

Photo d'une double page manuscripte

Le Livre rouge de la Marche de l'Ouest (Red Book of Westmarch) est un livre imaginaire créé par J. R. R. Tolkien, et censé avoir été rédigé principalement par Bilbon et Frodon Sacquet durant le Troisième Âge de la Terre du Milieu, à la suite de leurs aventures respectives. Également connu sous le nom de Livre rouge des Periannath (Red Book of the Periannath), La Chute du Seigneur des Anneaux (The Downfall of the Lord of the Rings), ou encore sous le nom de sa principale copie le Livre du Thain (Thain's Book), il doit son nom à sa couverture rouge et au fait qu'il est censé avoir été redécouvert dans la Marche de l'Ouest de la Comté.

Composé de quatre volumes principaux que Tolkien aurait découvert, traduit, et édité sous la forme des romans Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux, ainsi que de ses légendes connues sous le nom de Silmarillion, le Livre rouge doit son inspiration principale au Livre rouge de Hergest, un manuscrit médiéval rédigé en gallois vers la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle.

Feuille, de Niggle

Feuille, de Niggle (Leaf by Niggle) est une nouvelle de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien parue en 1945. L'histoire de Niggle, un peintre perfectionniste qui ne peut achever son œuvre, mais trouve néanmoins la consolation, peut s'interpréter comme une allégorie des doutes de Tolkien sur son travail d'écrivain, ou bien comme une transposition des thèmes chrétiens que sont le devenir de l'âme après la mort, le purgatoire et le paradis.

Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l'anneau

L’Anneau unique.

La Communauté de l’anneau (The Fellowship of the Ring) est un film américano-néo-zélandais, premier volet de la trilogie Le Seigneur des anneaux, réalisé par Peter Jackson, d’après l’adaptation du livre La Communauté de l’anneau de John Ronald Reuel Tolkien, et sorti mondialement le .

L’histoire commence lorsque, sur la Terre du Milieu, le magicien Gandalf le Gris (Ian McKellen) découvre que l’anneau que possède le jeune Hobbit Frodon Sacquet (Elijah Wood), qui lui a été légué par son oncle Bilbon et qui lui permet de se rendre invisible, est en réalité l’Anneau unique recherché avidement par le seigneur ténébreux Sauron car il lui permettrait de recouvrer toute sa puissance. Afin d’éviter que Sauron ne récupère l’anneau, Frodon et ses huit compagnons, la Communauté de l’Anneau, entament un périlleux voyage dans le but de le détruire.

À sa sortie au cinéma, le film a été un immense succès commercial et a obtenu des critiques très positives dans l’ensemble. Il a également remporté de nombreuses récompenses, dont notamment quatre Oscars et quatre BAFTA Awards. L’American Film Institute l’a classé dans sa liste des 100 meilleurs films américains ainsi que deuxième meilleur film de fantasy de tous les temps. Une version longue du film comportant trente minutes de scènes supplémentaires est sortie uniquement pour le marché vidéo.

Saroumane

Une main blanche sur un fond noir.

Saroumane (Saruman) est un personnage du légendaire de l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien, apparaissant notamment comme antagoniste dans le roman Le Seigneur des anneaux. Il est le chef des Istarri, les magiciens envoyés en Terre du Milieu par les Valar sous une forme humaine pour lutter contre Sauron. Gagné par la soif du pouvoir, Saroumane finit par faire alliance avec l’Ennemi. Il apparaît essentiellement dans le deuxième tome Les Deux Tours puis à la fin du troisième, Le Retour du roi. Son histoire avant la guerre de l’Anneau est brièvement racontée dans les romans posthumes Le Silmarillion et les Contes et légendes inachevés.

Saroumane est l’un des personnages du roman illustrant la corruption du pouvoir, son désir pour la connaissance et l’ordre précipitant sa chute. Il rejette la chance de rédemption qui lui est offerte. Le nom de « Saroumane » signifie « homme habile ». Il sert d’exemple de modernité et de technologie renversé par des forces plus proches de la nature. Le personnage apparaît dans presque toutes les adaptations du Seigneur des anneaux, ayant un rôle particulièrement long dans les films de Peter Jackson, où il est joué par Christopher Lee.

Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi

Portrait en buste d’Elijah Wood.

Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi (The Lord of the Rings: The Return of the King) est un film américano-néo-zélandais réalisé par Peter Jackson, adapté du livre Le Retour du roi de J. R. R. Tolkien, mais incorporant également des événements du livre précédent, Les Deux Tours. C’est le troisième volet de la trilogie Le Seigneur des anneaux, après La Communauté de l’anneau et Les Deux Tours.

Alors que Sauron lance ses armées à l’assaut de la Terre du Milieu, le magicien Gandalf et le roi Théoden réunissent leurs forces pour défendre la capitale du Gondor, Minas Tirith. Aragorn réclame son trône et fait appel à l’armée des Morts pour remporter la bataille des Champs du Pelennor. Pendant ce temps, les hobbits Frodon Sacquet et Samsagace Gamegie traversent le Mordor, guidés par Gollum, pour aller détruire l’Anneau Unique à la montagne du Destin.

Sorti mondialement le , Le Seigneur des anneaux : le Retour du roi est devenu l’un des films les plus rentables de l’histoire du cinéma. Avec des recettes à travers le monde estimées à plus de 1,119 milliard de dollars américains, il est, en 2011, classé troisième dans la catégorie des films à plus forts revenus de toute l’histoire du cinéma, après Avatar et Titanic. Il remporte les onze Oscars pour lesquels il avait été nommé, égalant les records de Titanic et de Ben-Hur. Une version longue du film, comprenant cinquante-deux minutes supplémentaires, sort en DVD le .

Ancalagon

Ancalagon, dit le Noir, est un dragon qui apparaît dans le légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien, et plus particulièrement dans son roman Le Silmarillion.

Élevé par Morgoth dans les profondeurs de sa forteresse d'Angband, il est présent lors de la dernière bataille du Premier Âge, qui voit se dérouler le combat entre les armées des Valar et Morgoth afin de libérer la Terre du Milieu du joug de celui-ci. Morgoth, voyant que ses armées sont en déroute, dévoile comme dernier recours, à la toute fin de la bataille, les dragons ailés conduits par Ancalagon le Noir. Celui-ci affronte Eärendil et Thorondor dans un combat aérien, au cours duquel il est abattu, provoquant la destruction des sommets du Thangorodrim dans sa chute et la défaite de son maître. Ce récit est probablement inspiré du combat opposant le dragon biblique représentant Satan et l'archange Michel dans l'Apocalypse.

Premier dragon volant à apparaître dans le récit, il dénote également un tournant dans l'évolution physique de cette espèce chez Tolkien.

Lampes des Valar

Les lampes des Valar sont deux artefacts fictifs apparaissant dans le légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien, notamment dans son roman posthume Le Silmarillion. Appelées Illuin et Ormal, elles sont conçues par le Vala Aulë pour éclairer Arda (la Terre) au début de son existence. Leur lumière permet à la végétation de croître pour la première fois en Terre du Milieu. Les lampes sont détruites par Melkor, qui entre en guerre contre les autres Valar et abat les piliers sur lesquels elles reposent.

Les lampes sont un des éléments du légendaire de Tolkien qui apparaissent dès les Contes perdus (peu après la fin de la Première Guerre mondiale) et perdurent ensuite dans toutes les versions successives du Silmarillion. Leur histoire est racontée pour la première fois dans « La Musique des Ainur », première version de l'Ainulindalë, et se retrouve dans « L'Esquisse de la Mythologie », la « Quenta » et la « Quenta Silmarillion », avec des différences plus ou moins remarquables entre chaque version.

Smaug

Smaug le Doré est un dragon appartenant au légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien et intervenant dans son roman Le Hobbit, dont il est le principal antagoniste. À l'époque où se situe l'action du roman, il vit dans les salles du Mont Solitaire, (également connu sous son nom sindarin d'Erebor) en Terre du Milieu, dont il avait dans le passé chassé les anciens occupants, les Nains d'Erebor, pour s'approprier leurs richesses, après avoir détruit la ville de Dale, située au pied de cette montagne et peuplée par des Hommes. Inquiet du retour de Sauron en Terre du Milieu, le mage Gandalf s'interroge sur le rôle que pourrait jouer Smaug dans les plans de conquête de Sauron. C'est au même moment qu'il reçoit la visite du Nain Thorin venu chercher conseil afin de récupérer son héritage perdu. Gandalf propose d'arranger une rencontre entre la compagnie de Thorin et le hobbit Bilbo Baggins (Bilbon Sacquet). C'est ainsi que s'organise la Quête d'Erebor qui permettra de rendre aux Nains les trésors qui leur appartiennent, tout en libérant le nord du Rhovanion de l'influence du dragon. La quête est un succès partiel et Smaug est abattu d'une flèche tirée par le capitaine Bard, lors du survol de la ville d'Esgaroth.

Smaug a été souvent rapproché par les critiques des dragons de la mythologie nordique. En effet, Le Hobbit puise beaucoup de son inspiration à des œuvres issues de cette mythologie, notamment à Beowulf auquel J. R. R. Tolkien a consacré un travail universitaire. Selon cette approche, Smaug peut être interprété comme une figure de l'avarice.

Thorin

« À la forge, répondit Thorin, le travail du marteau nous gardera au moins le bras solide, jusqu'à ce que nous ayons à manier de nouveau des outils plus acérés ! » (Le Seigneur des anneaux, Appendice A III).

Thorin, surnommé « Écu-de-chêne » (Oakenshield en anglais), est un personnage du roman de J. R. R. Tolkien Le Hobbit. C'est un nain, héritier du Royaume sous la Montagne dont le dragon Smaug a chassé sa famille. Il est l'instigateur de l'expédition visant à reconquérir le trésor de ses pères dans laquelle le hobbit Bilbon se retrouve enrôlé malgré lui. L'aventure est couronnée de succès avec la mort du dragon, mais Thorin est tué peu après en affrontant les orques durant la bataille des Cinq Armées.

Thorin est un personnage particulièrement nuancé pour un conte destiné aux enfants. Il est dépeint de manière positive dans la majeure partie du roman, jusqu'à ce qu'il succombe à la tentation de l'or du dragon, apparaissant dès lors sous un jour beaucoup plus négatif, consumé par son avarice (un thème récurrent dans l'œuvre de Tolkien). Son rachat et sa mort au combat annoncent peut-être le sort similaire du personnage de Boromir dans Le Seigneur des anneaux.

Baie d'Or

Les Nymphéas (Claude Monet, 1908). Le personnage de Baie d'Or est étroitement lié aux nymphéacées.

Baie d'Or (Goldberry) est un personnage secondaire du Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien, qui apparaît également dans les poèmes « Les Aventures de Tom Bombadil » et « Once Upon a Time ». Surnommée « fille de la Rivière » (River-woman's daughter) et étroitement liée à l'élément aquatique, elle est la femme de Tom Bombadil. Sa nature exacte est tout aussi mystérieuse que celle de son époux.

Glaurung

Glaurung ([ˈɡlaʊruŋ]) est un dragon du légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien. Il apparaît principalement dans les œuvres posthumes Le Silmarillion (1977), les Contes et légendes inachevés (1980) et les Enfants de Húrin (2007), ainsi que dans la plupart des ouvrages de la série de The History of Middle-earth traitant du Premier Âge.

Considéré comme le père de tous les dragons, il est au service de Morgoth, et participe à trois des grandes batailles du Beleriand, qui voient s'affronter Morgoth et les royaumes ñoldorins : Dagor Aglareb, Dagor Bragollach et Nírnaeth Arnoediad. Il participe également à l'attaque et à la destruction du royaume elfique de Nargothrond. Il se trouve alors confronté à Túrin, fils de Húrin, qui a été maudit par Morgoth. Il participe pleinement à la malédiction en envoûtant Túrin et en l'immobilisant alors que sa bien-aimée Finduilas est emmenée captive. Il le dissuade également de partir à sa recherche en lui faisant craindre pour la vie de sa mère Morwen et de sa sœur Nienor. Plus tard, le dragon les rencontre toutes deux, et fait disparaître Morwen dans la brume tandis qu'il ensorcelle Nienor et lui fait perdre la mémoire. La jeune fille est découverte par son frère, qu'elle n'avait jamais rencontré, en tombe amoureuse, l'épouse et tombe enceinte. Glaurung décide alors d'attaquer la forêt de Brethil, où le couple vit. Túrin, voulant protéger sa nouvelle famille, le transperce. Agonisant, Glaurung rend la mémoire à Nienor et lui dévoile la vérité sur la relation qu'elle entretient avec Túrin, précipitant son suicide puis celui de son frère.

Glaurung est un des personnages les plus malveillants de l'œuvre de J. R. R. Tolkien, et est inspiré des dragons des sagas nordiques, en particulier de Fáfnir, de la Völsunga saga.

J. R. R. Tolkien

Tolkien en uniforme de l'armée britannique durant la Première Guerre mondiale (1916).

John Ronald Reuel Tolkien est un écrivain, poète, philologue et professeur d'université anglais, né le à Bloemfontein et mort le à Bornemouth. Il est principalement connu pour ses romans Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux.

Après des études à Birmingham et à Oxford et l'expérience traumatisante de la Première Guerre mondiale, Tolkien devient professeur assistant (reader) de langue anglaise à l'université de Leeds en 1920, puis professeur de vieil anglais à l'université d'Oxford en 1925 et professeur de langue et de littérature anglaises en 1945, toujours à Oxford. Il prend sa retraite en 1959. Durant sa carrière universitaire, il défend l'apprentissage des langues, surtout germaniques, et bouleverse l'étude du poème anglo-saxon Beowulf avec sa conférence Beowulf : Les Monstres et les Critiques (1936). Son essai Du conte de fées (1939) est également considéré comme un texte crucial dans l'étude de ce genre littéraire.

Tolkien commence à écrire pour son plaisir dans les années 1910, élaborant toute une mythologie autour de langues qu'il invente. L'univers ainsi créé, la Terre du Milieu, prend forme au fil des réécritures et compositions. Son ami C. S. Lewis l'encourage dans cette voie, de même que les autres membres de leur cercle littéraire informel, les Inklings. En 1937, la publication de Le Hobbit fait de Tolkien un auteur pour enfants estimé. Sa suite longtemps attendue, Le Seigneur des anneaux, est d'une tonalité plus sombre. Elle paraît en 1954-1955 et devient un véritable phénomène de société dans les années 1960, notamment sur les campus américains. Tolkien travaille sur sa mythologie jusqu'à sa mort, mais ne parvient pas à donner une forme achevée au Silmarillion. Ce recueil de légendes des premiers âges de la Terre du Milieu est finalement mis en forme et publié à titre posthume en 1977 par son fils et exécuteur littéraire Christopher, en collaboration avec Guy Gavriel Kay. Depuis, Christopher Tolkien publie régulièrement des textes inédits de son père…

L'Album de Bilbo le Hobbit

L'Album de Bilbo le Hobbit - Adieu à la Terre du Milieu [Bilbo's Last Song (at the Grey Havens)] est un poème de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien publié en 1974, un an après la mort de son auteur, sous forme d'un poster illustré par Pauline Baynes.

Dans ce poème, le hobbit Bilbon Sacquet relate son départ de la Terre du Milieu depuis les Havres Gris à bord d'un navire elfique, épisode qui correspond à la fin du Seigneur des anneaux. Ce texte, considéré comme un épilogue au roman, a connu une adaptation sous forme musicale.

Boromir

Représentation de Boromir selon une interprétation personnelle.

Boromir est un personnage du légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien apparaissant dans le roman Le Seigneur des anneaux.

Fils de l'Intendant du Gondor Denethor et frère aîné de Faramir, il est l'un des neuf membres de la Communauté de l'Anneau. Il succombe à la tentation de l'Anneau unique, jusqu'à tenter de le prendre par la force à son porteur, Frodon Sacquet. Repenti, il meurt peu après en tentant de protéger les Hobbits Merry et Pippin d'une attaque d'Orques.

La faute de Boromir et sa rédemption, exemple utilisé par Tolkien pour réfuter les accusations de manichéisme portées à l'encontre de son roman, ont été étudiées à travers le prisme du catholicisme de l'auteur. Les dilemmes qui torturent ce personnage ont fait l'objet de nombreuses analyses : pour Alex Davis, « déchiré entre son roi et son père, entre la Communauté et son pays, entre l'honneur et la fierté, le pouvoir et la sagesse, Boromir reflète la complexité morale et dramatique du Seigneur des anneaux ».

Boromir apparaît par ailleurs dans la majorité des adaptations du Seigneur des anneaux.

Le Retour de Beorhtnoth, fils de Beorhthelm

La statue de Beorhtnoth (ou Byrhtnoth) à Maldon.

Le Retour de Beorhtnoth, fils de Beorhthelm (The Homecoming of Beorhtnoth Beorhthelm's Son) est une pièce de théâtre en vers allitératifs de J. R. R. Tolkien parue en 1953. Son action se déroule en Angleterre, peu après la défaite des Anglo-Saxons face aux Vikings à la bataille de Maldon. Elle met en scène Torhthelm et Tídwald, deux serviteurs chargés d'aller récupérer le corps de leur seigneur Beorhtnoth, tombé au combat lors de cette bataille.

Tolkien situe sa pièce dans la continuité du poème en vieil anglais La Bataille de Maldon. Elle est précédée d'une introduction, dans laquelle Tolkien retrace brièvement le contexte historique du récit, et suivie d'un essai sur le mot anglo-saxon ofermod, qui apparaît dans La Bataille de Maldon pour décrire le caractère de Beorhtnoth et dont le sens exact est incertain.

The Road Goes Ever On

Les deux premiers vers du Namárië en tengwar et en alphabet latin.

The Road Goes Ever On est un cycle musical composé par le musicien britannique Donald Swann sur des textes de l'écrivain de fantasy J. R. R. Tolkien. Il s'agit d'une adaptation de huit poèmes de Tolkien : sept tirés du Seigneur des anneaux et un tiré des Aventures de Tom Bombadil. Le titre du cycle, qui est destiné à être joué dans l'ordre, est également celui de sa première chanson (« La route se poursuit sans fin » dans la traduction française du Seigneur des anneaux).

Le cycle est paru sous forme de livre de partitions en 1967, avec des commentaires linguistiques de Tolkien sur les deux poèmes en langues elfiques qu'il comprend, Namárië et A Elbereth Gilthoniel. La même année est sorti le 33 tours Poems and Songs of Middle Earth, qui comprend une interprétation complète du cycle par Swann et le baryton William Elvin.

The Road Goes Ever On a connu deux rééditions, en 1978 et 1993. Chacune comprend une chanson supplémentaire.

Nessa (Terre du Milieu)

Nessa, surnommée la Danseuse (Nessa the Dancer dans la version originale), est un personnage du légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien et qui apparaît dans son roman posthume Le Silmarillion. C'est une Valië, une dame des Valar, rapide et agile, qui aime les cerfs et la danse. Elle est l'épouse de Tulkas, avec qui elle se marie à Almaren pendant le Printemps d'Arda.

Nessa apparaît pour la première fois dans le troisième Conte perdu, intitulé « La Venue des Valar et la Construction de Valinor » et conçu par Tolkien en 1916 ou 1917, avec son nom définitif, qui ne sera pas modifié par la suite contrairement à l'habitude de Tolkien. Le couple qu'elle forme avec Tulkas n'évolue pas non plus ; mais ce qui fut modifié ce sont les relations « familiales » de Nessa. Par la suite, Tolkien mit de côté pendant plusieurs années les récits des Jours Anciens pour se concentrer sur son roman Le Hobbit et sa suite Le Seigneur des anneaux. Après la publication de ce dernier, au milieu des années 1950, il reprit ses anciennes histoires et produisit un nouveau texte, « The Annals of Aman ». Bien que dans ce texte considéré comme achevé le personnage ne subit pas de changements, plusieurs modifications possibles apparaissent dans les brouillons, depuis la « dégradation » de Nessa au rang de Maia à sa séparation d'avec Tulkas, mais ces changements furent vite écartés. Tous les traits du personnage sont ensuite maintenus dans tous les textes jusqu'à la Valaquenta publiée dans Le Silmarillion.

Du conte de fées

« Du conte de fées » (On Fairy-Stories) est un essai de J. R. R. Tolkien portant sur la nature, les origines et les fonctions du conte de fées. Issu d'une conférence donnée à l'université de St Andrews en 1939, il a été publié en 1947 et fréquemment réédité depuis.

Tolkien y théorise son point de vue sur le genre mythopoéique et introduit les concepts d'eucatastrophe et de monde secondaire. Il illustre ainsi les principes qui sous-tendent la majeure partie de son œuvre de fiction, y compris ses romans les plus connus que sont Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux, l'essai se situant chronologiquement entre ces deux ouvrages. Au-delà de l'œuvre de Tolkien, « Du conte de fées » s'inscrit également dans la continuité des études du XIXe siècle portant sur le folklore et les mythes.

Bard (Terre du Milieu)

Bard ou Barde, surnommé « l'Archer » (the Bowman en anglais), est un personnage du roman Le Hobbit de J. R. R. Tolkien. Cet homme du Bourg-du-Lac, descendant des anciens seigneurs du Val, réussit l'exploit de tuer le dragon Smaug et devient par la suite le roi de la cité reconstruite de Dale.

Le personnage de Bard apparaît tardivement dans le roman, trahissant sa nature ad hoc : Tolkien l'a créé parce qu'il lui fallait un héros capable de tuer un dragon et qu'aucun des autres protagonistes du récit ne pouvait assurer ce rôle. Plusieurs de ses caractéristiques rappellent Wiglaf dans le poème anglo-saxon Beowulf, et il semble anticiper l'un des principaux personnages du Seigneur des anneaux, la suite du Hobbit, en la personne d'Aragorn.

Radagast

Statue de Radegast sur le Radhošť, dans les Beskides.

Radagast le Brun est un personnage de l'œuvre de J. R. R. Tolkien, mentionné dans Le Hobbit, Le Seigneur des anneaux et Contes et légendes inachevés.

Tout comme Gandalf et Saroumane, Radagast appartient à l'ordre des Mages, des émissaires des Valar envoyés en Terre du Milieu pour aider à la lutte contre Sauron. Cependant, Radagast se détourne de sa mission pour se consacrer aux animaux sauvages et aux oiseaux, à l'écart du monde civilisé. Par conséquent, ses apparitions sont réduites à de simples mentions ou à des flashbacks, et le personnage reste mal connu. Les diverses adaptations de l'œuvre de Tolkien ont tendu soit à l'omettre complètement, soit à le développer considérablement.

Beorn

Beorn est un personnage du roman Le Hobbit de J. R. R. Tolkien.

Cet homme vit en solitaire dans le val d'Anduin et possède la capacité de se changer en ours. Il offre le gîte à Thorin et à ses compagnons durant leur voyage vers la Montagne solitaire, puis réapparaît durant la bataille des Cinq Armées où son intervention décisive permet la défaite des gobelins. Il devient par la suite seigneur du val d'Anduin, régnant sur le peuple des Beornides (Beornings), et meurt à une date inconnue, avant les événements relatés dans Le Seigneur des anneaux, la suite du Hobbit.

En partie inspiré des berserker de la mythologie nordique, Beorn est une figure double, à la fois sauvage et amical, violent et casanier, qui préfigure d'une certaine manière Tom Bombadil tel qu'il apparaît dans Le Seigneur des anneaux.

Fiole de Galadriel

Représentation de la Fiole de Galadriel.

La Fiole de Galadriel (Phial of Galadriel en anglais) est un objet qui apparaît dans le roman Le Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien. Ce flacon lumineux est un cadeau de la dame elfe Galadriel au hobbit Frodon Sacquet, qui l'utilise à plusieurs reprises durant son voyage vers la Montagne du Destin.

La Fiole de Galadriel n'apparaît que tardivement au cours de l'écriture du livre, et perd en puissance au fil des réécritures. C'est un des éléments associant le personnage de Galadriel à la lumière et à l'eau, et elle contribue également aux comparaisons avec la Vierge Marie proposées par plusieurs critiques. Elle est présente dans plusieurs adaptations du roman.

Meriadoc Brandebouc

Dominic Monaghan interprète Merry dans l'adaptation de Peter Jackson.

Meriadoc Brandebouc (Meriadoc Brandybuck dans la version originale), dit Merry, est un personnage fictif de la Terre du Milieu de J. R. R. Tolkien, apparaissant dans le roman Le Seigneur des anneaux.

C'est un Hobbit, cousin et ami de Frodon Sacquet, qui accompagne ce dernier lorsqu'il doit quitter la Comté pour rejoindre Fondcombe et mettre l'Anneau unique à l'abri. Lorsque le conseil d'Elrond se décide finalement à détruire l'Anneau dans le feu de la Montagne du Destin, Merry insiste jusqu'à ce qu'il soit autorisé à faire partie de la communauté de l'Anneau, tout comme son cousin Peregrin Touque, dit Pippin. Avec la Communauté, il tente de franchir le Caradhras, traverse la Moria, visite la LothlórienGaladriel lui offre une ceinture d'argent, puis est capturé par les Uruk-hai avec son cousin Pippin alors que Boromir meurt en tentant de les protéger. Merry et Pippin parviennent à s'échapper et à se réfugier dans la forêt de Fangorn où ils rencontrent l'Ent Sylvebarbe, avec lequel ils partent en guerre contre l'Isengard. Merry entre ensuite au service du roi du Rohan, Théoden, en tant qu'écuyer, et participe à la guerre de l'Anneau. Lors de la bataille des Champs du Pelennor, il accomplit son plus grand fait d'armes, aidant Éowyn à abattre le Roi-Sorcier d'Angmar. De retour dans la Comté après la guerre, il est l'un des meneurs de la bataille de Lèzeau qui chasse Sharcoux. Devenu Maître du Pays de Bouc, il retourne en Rohan puis en Gondor à la fin de sa vie, et est enterré dans la Maison des Rois.

Meriadoc Brandebouc apparaît dans la majorité des adaptations du Seigneur des anneaux, aussi bien radiographiques que cinématographiques, ou sur d'autres médias. La trilogie cinématographique de Peter Jackson accentue fortement son intérêt comique, de même que celui de son cousin Pippin, trait beaucoup moins marqué dans le roman.

Peregrin Touque

Billy Boyd joue le rôle de Pippin dans l'adaptation de Peter Jackson.

Peregrin Touque (Peregrin Took dans la version originale, parfois orthographié Peregrïn en français, pour indiquer la prononciation), dit Pippin (ou Pip), est un personnage fictif de la Terre du Milieu de J. R. R. Tolkien, apparaissant dans le roman Le Seigneur des anneaux.

C'est un Hobbit, ami de Frodon Sacquet, qui accompagne ce dernier lorsqu'il doit quitter la Comté pour rejoindre Fondcombe et mettre l'Anneau unique à l'abri. Lorsque le conseil d'Elrond se décide finalement à détruire l'Anneau dans le feu de la Montagne du Destin, Pippin insiste jusqu'à ce qu'il soit autorisé à faire partie de la communauté de l'Anneau, tout comme son cousin Meriadoc Brandebouc, dit Merry. Avec la Communauté, il tente de franchir le Caradhras, traverse la Moria, visite la Lothlórien, puis est capturé par les Uruk-hai avec son cousin alors que Boromir meurt en tentant de les protéger. Merry et Pippin parviennent à s'échapper et à se réfugier dans la forêt de Fangorn où ils rencontrent l'Ent Sylvebarbe, avec lequel ils partent en guerre contre l'Isengard. Gandalf prend Pippin pour Minas Tirith, où il devient garde d'élite de la citadelle. Il participe ensuite à la bataille de la Porte Noire, où il tue un Troll. De retour dans la Comté après la guerre, il est l'un des meneurs de la bataille de Lèzeau qui chasse Sharcoux. Devenu Thain de la Comté, il retourne en Rohan puis en Gondor à la fin de sa vie, et est enterré dans la Maison des Rois.

Pippin est un adolescent, impulsif, inquisiteur, impertinent. Cela lui permet de se sortir de certaines situations critiques, mais l'aventure est également l'occasion pour lui de grandir et mûrir. Son personnage a été l'un des plus tardivement élaborés, mais il reste sensiblement identique dans les différentes adaptations du roman.