Wikipédia:Sélection/Échinodermes

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Acanthaster planci

Très grosse Acanthaster planci gris-bleu et rouge-brun

L'Acanthaster pourpre (Acanthaster planci) est une espèce d'étoile de mer de couleurs vives, de la famille des Acanthasteridae, de la classe des Valvatida. Elle est aussi appelée « couronne du Christ », ou « couronne d'épines », ou encore « coussin de belle-mère ».

Cette espèce carnassière vit dans les écosystèmes coralliens de la zone tropicale du bassin Indo-Pacifique ; elle se nourrit presque exclusivement de corail. De dimensions imposantes, de couleurs et de morphologie variables, elle est dotée de piquants, dont le venin, qui provoque la nécrose des tissus, est toxique pour un grand nombre d'espèces, l'Homme y compris, ce qui lui fait craindre peu de prédateurs. Sa capacité de reproduction est très importante, les femelles pouvant produire plusieurs dizaines de millions d'œufs par saison. Les larves, planctoniques, sont particulièrement mobiles, et peuvent dériver sur des centaines de kilomètres.

L'acanthaster est ainsi connue pour être localement une espèce invasive à fort potentiel de destruction sur les récifs coralliens, dont elle consomme les polypes en grande quantité, et a ainsi fait l'objet de tentatives d'éradication dans certaines régions du monde telles que le Japon ou l'Australie. Les facteurs à l'origine de ces invasions sporadiques des récifs par cette étoile de mer sont encore à l'étude en 2013.

Aquilonastra conandae

Un groupe d'Aquilonastra conandae de La Réunion.

Aquilonastra conandae est une espèce d'étoiles de mer tropicales de la famille des Asterinidae que l'on trouve sur les récifs de corail de l'archipel des Mascareignes, dans l'océan Indien, et notamment à la Réunion où elle fut découverte. Elle a pour particularité de pouvoir se diviser en deux pour se multiplier (multiplication asexuée), ce qui lui confère des formes irrégulières. C'est une toute petite étoile aux couleurs variables, discrète et bien camouflée, qui vit sur la partie supérieure des barrières de corail, dans la zone de déferlement des grosses vagues du large. Sans doute pour ces raisons, elle n'a été identifiée et décrite qu'en 2006 malgré sa relative abondance, par deux biologistes marins australiens. Elle doit son nom à la Française Chantal Conand, biologiste marine à l'origine de sa découverte.

C'est une petite étoile aplatie aux bras courts et arrondis, de coloration variable et chamarrée avec généralement une base de beige et des motifs granuleux irréguliers dans des tons gris, vert, ocre ou rouille. Elle mesure jusqu'à 2 cm de diamètre, avec des bras de 5 mm environ. Sa silhouette aplatie lui permet de se protéger des vagues en se collant au substrat pour offrir une prise à l'eau minimale. Cette espèce a été découverte à la Réunion, au niveau des brisants du récif corallien au lieu-dit « Trou d'eau » (au sud de La Saline les Bains, commune de Saint-Paul), où elle est abondante. Depuis, elle a été identifiée dans d'autres îles de la région des Mascareignes (Maurice et Rodrigues notamment), où on la trouve entre la surface et une dizaine de mètres de profondeur mais plus souvent au niveau du front récifal, sur et sous des substrats durs tels que les coraux massifs.

Échinoderme

Les échinodermes (Echinodermata) forment un embranchement d'animaux marins benthiques présents à toutes les profondeurs océaniques, et dont les premières traces fossiles remontent au Cambrien. Ils regroupent actuellement cinq classes : les étoiles de mer (Astérides), les oursins (Echinides), les concombres de mer (Holothuries), les Crinoïdes et les Ophiures.

Plus de 13 000 d'espèces d'échinodermes éteintes sont recensées par les paléontologues, leur squelette très calcifié permettant généralement une bonne fossilisation. On compte actuellement environ 7 000 espèces vivantes connues.

Très originaux, les représentants de ce groupe possèdent un certain nombre de caractéristiques uniques dans le monde animal. Les principales sont une symétrie générale pentaradiée (symétrie centrale d'ordre 5, bien qu'ils restent bilatériens), l'existence d'un squelette constitué de plaques de calcite percées de nombreuses canalicules (structure dite en stéréome) et la présence d'un système aquifère. Ils constituent un groupe proche des chordés au sein des deutérostomiens.

Lire l'article

Oursin

Sur les côtes européennes, l'oursin le plus commun est l'oursin violet (Paracentrotus lividus).

Les oursins (ou « échinides ») sont des animaux marins de forme arrondie au corps recouvert de piquants.

Ce sont des invertébrés marins de l'embranchement des échinodermes (du grec ancien ἐχῖνος, ekhinos, « épine » et δέρμα, derma « peau »). Ils sont donc de proches parents des concombres de mer et des étoiles de mer.

L'allure générale d'un oursin est classiquement celle d'une sphère sombre de 5 à 10 cm de diamètre, densément recouverte de piquants durs et pointus : c'est la raison pour laquelle on les appelle parfois « châtaignes de mer », ou « hérissons de mer » (ce dernier terme ayant la même origine étymologique que « oursin »).

Les oursins actuels sont divisés en trois groupes principaux : les oursins « réguliers », qui sont les classiques boules recouvertes de piquants fins, les oursins « irréguliers » qui ne sont pas sphériques (la plupart sont en forme de cœur ou de disque) et vivent enterrés dans le sédiment, et les oursins « cidaroïdes » qui sont un groupe à part, avec une physionomie très massive caractérisée par des piquants peu nombreux mais très épais, souvent recouverts d'algues. Les oursins réguliers connaissent eux-mêmes une grande variété de formes, de couleurs, de tailles et de spécificités morphologiques.

On compte à l'heure actuelle approximativement 1 000 espèces d'oursins décrites, et on en trouve à toutes les profondeurs et sous tous les climats, mais jamais en eau douce ou saumâtre. Ce sont généralement des brouteurs d'algues, et ils se déplacent au moyen de leurs piquants et de petits tubes collants appelés podia.

Lire l'article

Holothurie

Holothurie léopard (Bohadschia argus)

Une holothurie (Holothuroidea) est un animal marin, au corps mou et oblong, à symétrie bilatérale, et possédant un cercle de tentacules autour de la bouche. Elles sont aussi appelées concombre de mer ou bêche de mer. En Asie où elles sont très consommées, on les appelle « trepang ».

Les holothuries font partie de l'embranchement des échinodermes et de la classe des holothuroidés. Ces animaux, majoritairement benthiques, vivent suivant les espèces de la surface aux abysses.

Les concombres de mer, comme leur nom l'indique, ont pour la plupart à un corps mou et cylindrique, plus ou moins allongé, arrondi aux extrémités, et généralement sans appendices solides, lisses ou pourvus d'excroissances charnues. Leur forme va de presque globulaire à serpentiforme, en passant par la forme classique de saucisse ou d'autres rappelant plus une chenille. Les holothuries mesurent généralement de 10 à 30 centimètres de long ; mais l'espèce la plus longue atteint 3 mètres. La plupart possèdent 5 rangées de petits pieds à ventouse, mais certaines en sont dépourvus et se déplacent en rampant. À l’une des extrémités s’ouvre la bouche (en position plus ou moins ventrale), entourée d’une couronne de tentacules qui peuvent être très complexes chez certaines espèces ; l'anus est postéro-dorsal.

Les holothuries ressemblent peu aux autres échinodermes, pourtant on y retrouve les caractéristiques essentiels : symétrie pentaradiale (dans le sens de la longueur, visible aux 5 rangées longitudinales de podia), absence de tête, corps structuré par un squelette de calcite en stéréome (ici limité à des spicules microscopiques).

On connaît actuellement environ 1250 espèces d'holothuries, dont un grand nombre sont menacées d'extinction en raison de la surpêche à destination du marché asiatique.

Lire l'article

Ophiure

L'ophiure commune Ophiura ophiura.

Les ophiures (Ophiuroidea) constituent une classe d'échinodermes proches des étoiles de mer. Comme celles-ci, elles sont constituées de 5 bras (parfois plus) rayonnant autour d'un disque central, qui contient les organes vitaux ainsi que la bouche, située au centre de la face inférieure. Les ophiures se distinguent cependant par le fait que leurs bras sont beaucoup plus fins et souples, et ne se touchent pas à leur base, partant d'un disque central bien individualisé. L'ophiure les utilise pour se déplacer en rampant ou en se projetant, alors que les étoiles sont généralement plus lentes, se déplaçant sur des ventouses présentes sous les bras. De nombreuses ophiures ont les bras recouverts de piquants, qui peuvent servir à la défense, à la locomotion ou au nourrissage. Certaines ophiure ont des bras très ramifiés, adaptés à la filtration de l'eau pour se nourrir de plancton : on les appelle « gorgonocéphales » (basket stars en anglais).

Les ophiures sont généralement nocturnes, et se nourrissent principalement de jeunes mollusques et de vers, mais la plupart sont charognardes et opportunistes. Elles ne possèdent pas d'anus : le rejet se fait par la bouche.

Les scientifiques ont répertorié à l'heure actuelle 2 064 espèces connues d'ophiures, ce qui en fait le groupe d'échinodermes le plus vaste. Elles sont cependant peu diversifiées d'un point de vue morphologique, et ne sont divisées qu'en 16 familles, ce qui est extrêmement peu. En conséquence, la plupart des espèces sont extrêmement proches les unes des autres, et d'autant plus difficiles à différencier.

Lire l'article

Asteroidea

Étoile de mer commune (Asterias rubens), une des étoiles de mer les plus courantes de l'Atlantique nord.

Les étoiles de mer (Asteroidea) constituent une classe d'échinodermes. À l'âge adulte, elles arborent généralement une forme d'étoile caractéristique, constituée d'un disque central autour duquel rayonnent 5 bras ou plus. Les étoiles de mer sont des animaux souvent très colorés, et caractérisés comme tous les échinodermes par une symétrie pentaradiale (symétrie centrale d'ordre 5) généralement bien visible à l'âge adulte. Le disque central contient la plupart des organes (systèmes digestif, nerveux...), alors que les bras sont utilisés pour la locomotion et la préhension, équipés de pieds à ventouse (appelés « podia »). La taille du disque par rapport aux bras est variable : si le disque est extrêmement réduit chez certaines espèces, il peut englober les bras chez d'autres, donnant ainsi une forme pentagonale voire ronde, en forme de coussin. On distingue les étoiles de mer de leurs cousines les ophiures au moyen de différents caractéristiques, comme le fait que les bras des étoiles se touchent à leur base, alors que ceux des ophiures sont clairement espacés.

Les étoiles de mer sont des prédateurs carnivores d'animaux lents, ou des omnivores opportunistes se nourrissant sur le fond. Elles ont une espérance de vie d'environ 4 à 5 années, parfois plus. Elles sont un symbole maritime important pour de nombreuses cultures.

Les scientifiques connaissent actuellement un peu plus de 1 500 espèces, réparties dans plus de 30 familles vivant dans tous les océans.

Lire l'article

Crinoïde

Une Comatule de Schlegel (Comaster schlegelii) en Mer Rouge.

Les crinoïdes (Crinoidea, du grec krinon, lis, et eidos, forme) forment une classe d'échinodermes.

Les crinoïdes sont des animaux sessiles (fixes) ou vagiles (mobiles) ressemblant à des plantes, mais pourvus d'un squelette calcaire articulé, d'une sorte de « racine » (éventuellement placée au bout d'une « tige »), et d'un « calice » muni de longs bras flexibles qui leur permettent de filtrer dans l'eau le plancton dont ils se nourrissent. Malgré une morphologie rappelant celle d'un végétal — forme à laquelle ils doivent le nom commun de « Lys de mer » — les crinoïdes sont donc bien des animaux carnivores.

Étant des échinodermes, leurs plus proches parents dans le monde vivant sont les oursins, les étoiles de mer, les ophiures et les holothuries. Les premiers crinoïdes sont attestés à l'ordovicien, période débutant il y a 500 millions d'années environ, ce qui en fait le groupe d'échinodermes actuels le plus ancien. Leur corps est composé d'« articles » articulés et très minéralisés, qui permettent une excellente fossilisation ; en conséquence, ils sont également des fossiles abondants et relativement bien connus.

Pelagothuria natatrix

Pelagothuria natatrix.

Pelagothuria natatrix, unique représentant du genre Pelagothuria, est une espèce d'holothuries (concombres de mer) abyssales de l'ordre des Elasipodida. Cette holothurie est remarquable car elle vit en nageant en pleine eau, à la manière des méduses avec lesquelles elle partage de nombreuses caractéristiques (on peut conjecturer une convergence évolutive). Son corps est ainsi translucide et surmonté par une ombrelle constituée de tentacules modifiés et unis par un voile. Vivant à très grande profondeur, elle semble se nourrir essentiellement de plancton. Cette espèce, à la répartition probablement cosmopolite, demeure cependant très rarement observée : elle n'a pu être observée in situ qu'à trois occasions seulement, près de cent ans après sa découverte.