Berserk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plaque de bronze de l'âge de Vendel, découverte à Öland, Suède.
Représente un berserker (à droite) tirant une épée du fourreau de la main droite, et, à gauche, Oden. Également inscrit : « ressemble à un chasseur berserk proche de décapiter son ennemi » (Date : avant 1905).

Le berserk (ou berzerk) (en vieux norrois berserkr, pluriel berserkir) désigne[1] un guerrier-fauve qui entre dans une fureur sacrée (en vieux norrois berserksgangr, « marche, allure du guerrier-fauve ») le rendant surpuissant et capable des plus invraisemblables exploits.

Quoique le personnage apparaisse surtout dans les sagas et les mythologies nordiques et germaniques (exemples : Arnwulf, Bernhari, Berthramm, Gundhramm, Haimric, Hlodwig, Richari, Theudberga, Warinhari, Wilhem, etc.), il est néanmoins attesté dans des sources plus historiques, comme le Haraldskvæði[2] (voir le récit de la bataille du Hafrsfjördr[3]) où les berserkers sont également appelés úlfheðnar[4], ou encore l'Histoire de Saint Olaf, dans la Heimskringla.

Étymologie[modifier | modifier le code]

« Berserk » pourrait signifier « peau d’ours » (du vieux norrois[5] ber särk : « chemise [en peau] d’ours »). Il existe une autre théorie, qui interprète le mot en « sans protections » (du norvégien « berr särk », poitrine nue). Cette interprétation, guère contestée autrefois, fut battue en brèche à partir du milieu du XIXe siècle[6]. Elle revint en faveur entre les deux guerres mondiales, défendue par Erik Noreen[7], puis Hans Kühn[8]. Depuis, la controverse demeure ouverte, mais la majorité des auteurs modernes pencherait plutôt, avec Otto Höfler[9], pour la première solution[10].
Selon Régis Boyer, le mot berserkr peut signifier que le guerrier-fauve se battait à découvert (sans chemise), mais plus probablement qu'il avait la force d'un ours dont il portait la peau en guise d'armure (chemise d'ours).

Le terme a été adjectivé en anglais, où « to go berserk » signifie en langage familier « devenir fou furieux »[11], « perdre le contrôle de soi », un peu l'équivalent du québécois « péter sa coche » ou du français « péter les plombs ».

Légende[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Le dieu nordique Odin sur son cheval Sleipnir, décrite sur la pierre de Tjängvide. Odin était un berseker.

Les berserkers pourraient se séparer en trois classes :

  • Les svinfylkingars : guerriers-sangliers.
  • Les ulfhednars ou ulfarks : guerriers-loups.
  • Les berserkers : guerriers-ours.

Dans la mythologie, les berserkers au sens large seraient des guerriers d'Odin, et l'équivalent vivant des Einherjar. Les berserkers combattent dans un état de transe provoqué par l'esprit animal du guerrier (ours, loup ou sanglier). Cette fureur serait liée à l'animal totem de la personne. Les berserkers ne sont pas uniquement des guerriers, ils ont aussi une fonction de prêtres des dieux nordiques et particulièrement d'Odin[réf. nécessaire]. Les berserkers (tous plus de deux mètres de hauteur) étaient censés former la garde rapprochée des rois scandinaves par troupes de 12 guerriers. Certains récits et preuves archéologiques évoquent un clan nommé "Clan des fils d’Odin" prés de Skagen (Danemark) dont les squelettes des hommes mesuraient environ deux mètres.

Les guerriers d'Odin étaient réunis en confréries et chaque aspirant devait passer une initiation dont certains détails nous sont parvenus grâce à la saga de Hrólf Kraki : l'aspirant berserker devait tuer rituellement l'image de l'ours, puis boire son sang afin que le pouvoir de la bête se répande en lui. Il devenait alors un berserker et obtenait en plus de sa fureur le don de Hamrammr, c'est-à-dire le pouvoir de métamorphose qui lui permettait de modifier la perception que les autres ont de lui, mais aussi d'apparaitre sous forme animale. Lors de leurs crises de fureur, les berserkers laissaient s'effacer leur esprit humain pour laisser l'esprit animal prendre le contrôle.

Tous les jeunes guerriers devaient passer un rituel important auprès de leur sorcier[réf. nécessaire] : le rituel de l'éveil. Ce rituel était la signification même de leur colère sacrée : soit ils survivaient, soit ils mouraient. S'ils survivaient au rituel, ils devaient porter une sorte de tatouage en forme de loup ainsi qu'un serpent se mordant la queue et le signe du clan auquel ils appartenaient.

Données historiques[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.
« Uværet, Hjørungavåg »
Illustration de la sage d'Olav Tryggvasons,
Gerhard Munthe (1899).

On sait assez peu de choses des berserkers, et notamment si l'on naissait berserk. Cependant, l'onomastique comme les sagas révélant l'existence de lignées de berserkers, on peut pencher pour le caractère héréditaire du phénomène. On sait seulement qu’ils s'habillaient de peau d'ours ou de loups, et se battaient sous l’emprise de la fureur d’Óðinn (berserksgangr), ce qui était réputé leur conférer une quasi-invincibilité en combat au corps à corps. D'ailleurs, l’Ynglinga Saga dit à leur sujet : « Ses hommes à lui [ceux d'Óðinn] allaient de l’avant sans armure, enragés comme des chiens ou des loups, mordant leur bouclier, forts comme des ours ou des taureaux, et tuant les gens en un coup, mais eux, ni fer ni feu ne les navraient. Ils étaient appelés berserkers. ». En pratique, leur furor les rendait insensibles aux blessures et à la peur.

Vincent Samson, dans une étude exhaustive, montre que la présentation des berserkers a évolué dans le temps. Formant une garde rapprochée autour des rois dans les poèmes scaldiques du début du Xe siècle, ils sont entourés d’un grand prestige d’un bout à l’autre du monde scandinave continental. Vaincre un berserk en combat singulier étant un exploit digne des plus grands héros. Ils sont montrés sous un jour nettement moins positif dans les sagas islandaises de la fin du Moyen Âge[12].

Selon les sagas, le berserksgangr s'accompagnait de manifestations telles que les yeux révulsés, des hurlements (parfois associés à ceux de bêtes sauvages)[13] ou la morsure du rebord du bouclier, résultats du furor ; les guerriers-fauves étaient capables de prouesses diverses : forces décuplées[14], capacité à traverser le feu, invulnérabilité aux coups de leurs adversaires. Tacite (Germania, III) mentionnait déjà la pratique du bardit ou barritus où les guerriers "chantent" derrière leurs boucliers (qui peut rappeler la morsure du bouclier des berserkers)[15]. De même, dans l'Edda poétique (Hávamál, 156), Óðinn chante sous le bouclier pour rendre invincibles ses compagnons.

Dans les sagas islandaises, postérieures à l'arrivée du christianisme, le personnage du berserker évolue vers celui d'une brute, cherchant souvent à s'approprier par la force les biens, voire la femme de son adversaire. Il devient le « méchant », généralement vaincu par le héros à la fin de l'histoire. C'est l'interprétation de Régis Boyer[16], pour lequel le prestige de ces guerriers à l'époque des sagas serait à nuancer ; en effet, dans les sagas islandaises, les berserkers sont souvent dépeints comme des brutes, qui sont, justement, aisément vaincues par le jeune héros, plus rusé[17].

Les sagas islandaises représentent en effet des points de vue tardifs sur les Nordiques, puisqu'elles sont écrites après la christianisation de l'île. L'Íslendingabók, ou "Livre des Islandais", prétendant retracer la colonisation de l'Islande, a ainsi été écrit par un prêtre deux siècles après les faits relatés. Il faut donc noter que le dogme de cette religion, nouvelle pour ces peuples, a pu entacher le prestige dont jouissaient les berserkers, dans le but de mieux saper les bases des anciennes croyances.

Un héros de l'Iliade, Ajax, fils de Télamon, présentait certains des caractères des guerriers-fauves.

Interprétations[modifier | modifier le code]

Une tentative d'explication a été recherchée dans l'utilisation de drogues[18] ou de rites chamaniques. D'autres auteurs ont voulu y voir une affection physiologique[19]. Actuellement, ces théories ne trouvent plus guère de défenseurs. Une autre interprétation proposée par un historien non médiéviste[20] fut que les berserkers étaient en fait des combattants souffrant de problèmes psychologiques liés à la guerre, notamment de ce qui est aujourd'hui désigné comme trouble de stress post-traumatique ; ou du moins dans une telle perspective, la présence de berserkers dans les sagas serait liée à l'existence hypothétique, chez certains guerriers scandinaves, de telles psychoses.

Selon Claude Lecouteux[21] hamr, « peau », dans la mythologie nordique, est une des formes que peut prendre « l'âme », l'homme pouvant en avoir plusieurs. Elle est précisément la forme interne qui épouse intimement l'enveloppe corporelle. La manifestation du hamr s'accompagne d'un accroissement de force, peut prendre l'aspect d'un animal, et se jouer des distances et des obstacles[22]. Le changement de forme, « tandis que l'individu tombe en léthargie », est « un point qui rappelle exactement la transe pendant laquelle l'esprit du chaman visite l'autre monde et entre en communication avec les esprits qu'il interroge »[23]. Régis Boyer, à la suite de Peter Buchholz[24], attribue au phénomène des connotations chamaniques. Cette thèse est, en revanche, réfutée par François-Xavier Dillmann[25] et Vincent Samson[12].

Dans les littératures scandinave et islandaise, ce sont les figures du loup et de l'ours qui reviennent le plus fréquemment lorsqu'il est question de « voyage sous la forme ». Lorsqu'il s'agit du loup, c'est le vargúlfr[26], rappelant le lycanthrope, mais aussi la vargynjur, la femme-louve. Lorsqu'il s'agit de l'ours, c'est le mannbjörn, l'homme-ours. Ces deux formes sont également les représentants des guerriers-fauves (berserkir) d'Odin[27]. Le Berserk prend donc forme d'ours ou de loup dans son furor[28].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Berserker, série de huit romans de Fred Saberhagen.
  • Heimskringla/Ynglinga Saga sur Wikisource.
  • Regnak – ou Rek – est un héros berserk du livre Légende de David Gemmell.
  • Dans la saga des Highlanders de Karen Marie Moning, La Rédemption du berserker est l'histoire romantique du berserker Gavrael McIllioch, en Haute Écosse (publié en 2000 aux États-Unis puis en 2012 en France).
  • Dans les sagas Mercy Thompson et Alpha et Omega de Patricia Briggs, Le Marok Bran est le Berserker.
  • Le titre du roman BZRK de Michael Grant, ainsi que l'organisation du même nom qui y est présente, fait directement référence au mot « berserk ».
  • Dans Les Ombres de la Nuit, tome 9 de Kresley Cole, histoire entre Aidan le Fier et Regin la Radieuse, une Valkyrie.[pas clair]

Bande dessinée et manga[modifier | modifier le code]

  • Dans la bande dessinée Sláine de Pat Mills et Simon Bisley, Sláine se transforme en berserk lors d'une des attaques.
  • Le Bal Des Vampires, quatrième tome de la série de la bande-dessinée Requiem, Chevalier Vampire de Mills et Olivier Ledroit : dans un monde de l'au-delà, Résurrection, des berserkers sont mis en scène, et leur folie meurtrière est utilisée comme arme ultime par les vampires de la Draconie contre les lémures de Lémurie. Après le combat, les Berserkers sont détruits, étant irrécupérables...
  • Berserk, un manga de Kentaro Miura.
  • Dans l'anime Devil Survivor 2, le personnage Wakui Keita a le pouvoir d'invoquer Berserk pour se défendre contre les Septentrions.
  • Dans le manga et anime Dragon Ball Z, les Sayans, guerriers venus d'une autre planète, ont la capacité de se transformer en gorilles géants les soirs de pleine lune, ce qui évoque l'animal totem du berserk. Une autre transformation dite « super Sayan », provoquée, la première fois, par une colère extrême précédée d'un entraînement intensif au combat, les fait changer d'apparence(chevelure et aura dorées, yeux verts, augmentation de la masse musculaire et cheveux hérissés connus comme l'un des signes d'un état de fureur du berserk) et décuple leurs forces, ce qui semble inspiré de la fureur des berserk et à l'état de transe induite par la colère, sans pour autant y faire allusion par des références culturelles précises. A sa première transformation, Sangoku ordonne à son fils "de partir avant qu'il ne perdre totalement la raison". (version vostfr)
  • Dans le manga et anime Naruto, Jûgo, en absorbant l'énergie naturelle se voit possédé par le sceau maudit et devient à la fois fou et surpuissant, ce qui s'apparente à un berserk.
  • Berserker dans le manga Fate stay night écrit et dessiné par Nishiwaki Datto est le Servant d'Ilyasviel von Einzbern. Celui-ci à l'apparence d'un géant à la peau d'acier et à la musculature imposante. Il utilise une gigantesque épée de pierre.
  • Gunnm de Yukito Kishiro, le second corps de Gally.
  • Dans le manga Ken-ichi le disciple ultime, Berserker est le second de l'organisation « Ragnarok ». Celui-ci n'a reçu aucun entraînement martial et se bat uniquement avec sa force brute, il peut également rentrer en mode « berserk » il frappe alors avec sa rage et ne ressent plus la douleur à cause de l'adrénaline.

Musique[modifier | modifier le code]

  • Il existe un groupe australien, The Berzerker, mélangeant du death metal brutal avec de la techno gabba ou hardcore, dont la particularité est de porter des masques particulièrement effrayants à la fois en clip et sur scène. On les associe généralement au mouvement industriel.
  • En 2011, l'artiste colombienne Shakira a sorti un titre nommé « Rabiosa » qui est la traduction espagnole du mot « Berserker », qu'elle emploie ici pour sa traduction en langage courant de « péter les plombs », mais aussi pour la métaphore avec le guerrier fauve.
  • Chanson interprétée par Gary Numan en 1984.
  • Les fans du groupe Black Label Society sont appelés les Berserkers, ils doivent porter les couleur du groupe comme dans certains gangs de motards tels que les Hells Angels mais ceci n'est qu'une image du groupe comme le dit Zakk Wylde (leader du groupe).
  • Berzerk est une chanson du rappeur américain Eminem sortie en 2013. « Go berserk » est une expression qui revient souvent dans la chanson, elle signifie « devenir fou furieux ».
  • Un groupe de Futurepop (ou Synthpop) norvégien porte le nom d'Apotygma Berzerk.
  • Dans la chanson nommé "The Sons Of Odin", le groupe Manowar parle de Berzerken.
  • Le label discographique néerlandais BZRK Records tire son nom du berserk.

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Dans le film Nightbreed tiré de la novella cabal, de Clive Barker, les habitants de Midian gardent prisonniers dans des cellules souterraines les Berserkers, créatures incontrôlables et sanguinaires, qui seront malencontreusement relâchées à la fin du film.

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Dans la saison 4 de Teen Wolf[29], ils sont représentés portant des crânes d'animaux sur la tête et dirigés par une Jaguar-Garou.
  • Dans la série Marvel : Les Agents du SHIELD, les agents découvrent un bâton Asgardien (mythologie nordique) : le Bâton du Berserker, décuplant force et colère. Des soldats d'élite Asgardiens utilisaient les bâtons pour combattre.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Berserk est un jeu de type rogue-like sur la console de jeux vidéo Vectrex.
  • Dans le jeu de stratégie au tour par tour Fire Emblem, le Berserker est une classe de personnages maniant une gigantesque hache et ayant une force et une probabilité de coup critique élevée.
  • Dans le jeu de stratégie Empires : L'Aube d'un monde nouveau, le Berserk est une unité d'infanterie française, du Moyen Âge à l'âge de la poudre à canon.
  • Rome: Total War introduit parmi les unités germaniques des troupes berserks. Peu nombreuses, celles-ci font cependant des ravages incommensurables une fois entrées en transe par l'ivresse de la bataille.
  • Dans le jeu Baldur's Gate, le Rôdeur Minsc peut utiliser une capacité spéciale, appelée « Berserk » qui consiste à le mettre dans un état de furie berserk pour améliorer sa vitesse de frappe, son taux de critique ainsi que ses dégâts, mais il peut aussi s'en prendre à ses alliés sous l'effet de la rage berserk.
  • Dans la série des The Elder Scrolls, les Orques disposent d’un pouvoir inné de Berserk qui, activé, accroît la force, l’état de santé et la fatigue du personnage aux dépens de son agilité. On peut aussi rencontrer sur l’île de Solstheim des « Sans-tuniques » (ou Berserkers) ; insulaires hostiles rendus fous par le froid et l’abus d’hydromel.
  • Dans le jeu Dofus, il y a une classe de personnages Berserkers, les Sacrieurs.
  • Dans le jeu Ragnarök Online, Le Lord Knight (Chevalier) a une capacité se nommant « Berserk » qui lui permet d'attaquer a toute une vitesse et avec une force folle ; les points de vie du personnage descendent au fur et à mesure et il est incapable de faire toute autre action que d'attaquer.
  • Dans Kingdom Hearts, le personnage de Saïx peut entrer en furie, autrement dit, en mode Berserk. Il contrôle d'ailleurs des similis portant le nom de Berserker.
  • Dans le RPG Final Fantasy X-2, il y a une classe nommée Berserk. Le personnage prend alors l'apparence d'une guerrière recouverte d'une peau d'animal et de motifs dessinés sur le corps. Elle possède différentes capacités comme la Furie qui rend le personnage incontrôlable jusqu'à sa mort.
  • Dans le jeu Final Fantasy XI, la classe Guerrier possède une compétence Berserk qui lui augmente considérablement son attaque et diminue d'autant sa défense.
  • Dans le jeu Guild Wars, il y a une compétence de la classe des Guerriers qui se nomme Pose du Berseker et qui permet d'attaquer plus vite.
  • Dans le jeu Age of Empires II: The Age of Kings, le guerrier Berserk (dans le jeu « fou de guerre ») est une unité d'infanterie unique au peuple Viking pouvant se régénérer.
  • Dans le jeu, adapté par la suite en manga et en anime, Fate/stay night, un des servants fait partie de la classe des Berserker.
  • Dans le jeu Warcraft III The Frozen Throne, le troll chasseur de tête évolue en « troll berseker », qui peut augmenter ses dégâts produits mais double ceux subits.
  • Dans le jeu World of Warcraft, il y a une posture de la classe guerrière appelée Posture Berseker. Cette posture permet aux attaques de mêlée normales et aux dégâts subis de générer de la rage.
  • Dans le jeu Paraworld, le berserker est une unité spéciale qui peut être produite à l'aide d'Anthony Cole. En présence d'un ennemi, le berserker devient incontrôlable.
  • Dans le jeu Diablo II, la classe du Barbare possède une attaque appelée « Berseker » qui lui permet d'infliger d'énormes dommages tout en perdant la totalité de sa défense. De plus, la classe du Druide, bien que ne mentionnant nulle part le mot « berzerker » en lui-même, permet entre autres au personnage de se métamorphoser soit en homme-loup, soit en homme-ours, afin de gagner force, rapidité et vitalité, illustrant ainsi également les conceptions des mythologies nordiques mentionnées plus haut.
  • Dans le jeu Lineage II, le Berserker est une classe de la race des Kamaëls. Elle inflige d'énormes dommages, au détriment de sa défense et de son évasion. Elle possède des capacités spécifiques qui amplifient cette particularité, comme « True Berserker » (augmentation de la puissance d'attaque, de la vitesse d'attaque, et de la précision ; réduction de la défense et de l'évasion).
  • Dans le jeu Priston Tale, il y a une compétence de la classe des Fighters qui se nomme « Berserker » qui augmente considérablement la puissance d'attaque.
  • Dans le jeu Dark Age of Camelot, le Berserker est une classe du royaume de Midgard.
  • Dans le jeu Metin2, le Berserk est une compétence augmentant la vitesse d'attaque et la vitesse de déplacement.
  • Dans le jeu Fable, le personnage, en augmentant son expérience, peut posséder l'attaque « Berserk » par laquelle il est atteint d'une folie meurtrière. L'écran devient sombre teinté de rouge, le personnage devient plus musclé. Sa force est au maximum et son intelligence au minimum. Les coups sont plus violents que dans son état normal et avec une épée ou une hache les décapitations sont plus fréquentes[30].
  • Dans le jeu Nostale, « berserker » est la quatrième spécialisation d'escrimeur à obtenir.
  • Dans le jeu Gears of War ainsi que dans Gears of War 2, il existe des ennemis (féminins) appelées « Berserker », qui sont invincibles à moins d'avoir recours à des armes non conventionnelles.
  • Dans le jeu Runescape, le casque « berserker » est un casque avec des cornes. Il existe également le rang « Berserker » dans la compétence Assaut de donjon, qui caractérise un joueur qui a fait preuve de grandes qualités en combat.
  • Dans le jeu Age of Conan: Hyborian Adventures de Funcom, le Maraudeur barbare possède un arbre de compétences Berserk, limitant son armure à l'armure de cuir et lui permettant des attaques rapides, puissantes et sanglantes.
  • Dans le jeu Dragon Age : Origins, une spécialisation des personnages de classe guerrier se nomme Berserker[31].
  • Dans le jeu Unreal Tournament 2004, le joueur peut activer un mode Berserk à la suite d'une combinaison de touche, qui lui permet de tirer 2 fois plus rapidement.[réf. nécessaire]
  • Dans le jeu Grand Fantasia, le berserker est une classe possédant une assez bonne défense, mais sa caractéristique la plus intéressante est sa capacité à infliger des dégâts incroyables.
  • Dans le jeu League of Legends, Olaf, un des personnages jouables désigné comme étant un berserker, voit sa capacité meurtrière s'accroître au fur et à mesure qu'il s'approche de la mort. Ainsi que Tryndamere, qui est un guerrier ayant une capacité lui permettant de ne pas succomber à ses blessures pendant quelques secondes.
  • Dans le jeu Urban Rivals, les Berzerks sont un clan qui est entré dans une immense colère à la suite d'une inhalation de gaz « Xantiax ».
  • Dans la série de jeux Final Fantasy, le job « Berzerk » revient souvent. Il est désigné comme un personnage sanguinaire qui tire sa puissance des coups qu'il encaisse.
  • Dans le jeu Chrono Trigger, il existe un accessoire nommé « Bague de berserk » rendant incontrôlable le personnage lors des combats, et lui augmentant ses caractéristiques d'attaque et de défense.
  • Dans les jeux Heroes of Might and Magic V: Hammers of Fate et Heroes of Might and Magic V: Tribes of the East, le berserker est une unité améliorée de la faction des nains, se basant sur la puissance et la vitesse d'attaque au détriment de la défense.
  • Dans le jeu Hitman: Absolution, le joueur gagne le titre « Berserker » en tuant cinq personnes avec une hache.
  • Dans le jeu Slaves to Armok II: Dwarf Fortress, les nains peuvent devenir Berserk et disposer d'une force accrue mais aussi d'être atteint d'une folie meurtrière[32].
  • Dans The Elder Scrolls V : Skyrim, le joueur peut répartir ses points de compétences de façon à devenir l'un de ses guerrier-fauves et peut, en intégrant les Compagnons de Blancherive, devenir un Loup-Garou.
  • Dans le jeu Dota 2, Huskar, l'un des personnages jouables, a pour 3e pouvoir le Berserker's Blood, qui lui rajoute de la vitesse d'attaque pour le pourcentage de santé manquante.
  • Dans le jeu The Battle for Wesnoth, une des unités naine est appelée « berserker » et se bat jusqu'à la mort ou celle de son adversaire.
  • Le Berserker est une classe dans le jeu War of the Vikings (en).

Jeu de rôle[modifier | modifier le code]

De nombreux univers médiévaux-fantastique, notamment dans les jeux de rôles, comportent des personnages issus de tribus barbares qui présentent les caractéristiques des Berserks (ils peuvent notamment entrer dans une rage guerrière durant laquelle ils ne ressentent plus la douleur et ne sont plus capables de distinguer leurs alliés de leurs ennemis). Ils sont souvent nommés berserkers, le terme berserk désignant alors leur état de rage guerrière.

  • Dans Warhammer 40.000, les Berserkers de Khorne issus de l'armée des Space Marines du Chaos sont de redoutables guerriers spécialisés dans les tactiques de corps à corps, disciples du Dieu chaotique de la guerre et du sang.
  • Dans Warhammer Fantasy Battle, les tueurs nains, des guerriers à la longue barbe rousse, combattant à la hache et sans armure à la recherche d'une mort héroïque, s'inspirent manifestement des Berserkers.
  • Dans Blood Bowl, une faction appelée nordiques s'inspire directement des berserks mythologiques. Elle inclut des loups-garous nordiques et des berserks, leurs compétences dans le jeu retranscrivent bien l'idée de fureur sacrée : ces joueurs poursuivent invariablement leurs adversaires, quitte à risquer plus.

Jeu de société[modifier | modifier le code]

  • Berserks est l'un des pouvoirs spéciaux dans Small World.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. selon Régis Boyer, in Sagas islandaises, traduction et annotations par Régis Boyer, NRF, Gallimard, 1987.
  2. Attribué au scalde Þorbjörn Hornklofi.
  3. Histoire de Harald à la Belle Chevelure in Snorri Sturluson (trad. François-Xavier Dillmann), Histoire des rois de Norvège : Heimskringla, Paris, Gallimard,‎ (ISBN 2-070-73211-8), « L’aube des peuples ».
  4. pluriel de úlfheðinn, littéralement « pelisse de loup ».
  5. En norrois, le mot ber a très tôt été supplanté par le mot bjorn pour désigner l'ours ; il a cependant « survécu » dans le nom de l'ourse, bera.
  6. Sveinbjörn Egilsson, Lexicon poeticum, Copenhague 1860.
  7. auteur d'une étude intitulée Ordet bärsärk, publiée dans la revue Arkiv für nordisk filologi.
  8. Frühmittelalterlische Studien, Berlin, 1968.
  9. Article « Berserkr » in Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 1976.
  10. Vincent Samson, De furore berserkico, thèse de doctorat soutenue à Lille en 2008.
  11. Larousse
  12. a et b Vincent Samson, Les Berserkir. Les guerriers-fauves dans la Scandinavie ancienne, de l’Âge de Vendel aux Vikings (VIe-XIe siècle), Alban Gautier, medievales.revues.org, p. 189-191
  13. Haraldskvæði, strophe 8.
  14. Egilssaga, chapitre XXVII; Ynglinga saga, VI : « ils étaient forts comme des ours ou des taureaux »
  15. « Ils entonnent aussi des hymnes, dont l'exécution, qu'ils appellent "bardit", enflamme les cœurs et présage l'issue du combat à livrer. [...] Ils cherchent surtout à émettre des sons rauques dans un grondement syncopé en plaçant les boucliers devant la bouche. La résonance amplifie les voix en les rendant plus pleines et plus graves. »
  16. Boyer, Régis. Sagas Islandaises. Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1987 ; Régis Boyer, Les Vikings : histoire et civilisation. Librairie Académique Perrin, 2004.
  17. Voir par exemple la Saga de Glumr le Meurtrier, dans Régis Boyer, Sagas Islandaises, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1987.
  18. Samuel L. Ödman, in Försörk at utur Naturens Historia förklära Kämpars Berserkagang, attribue les manifestations du berserksgangr à la consommation d'une amanite.
  19. Frederik Grön, Berserksgangens vesen og Ärsaksforhold. En medisinsk-historisk Studie, Trondheim, 1929.
  20. Richard A. Gabriel, Il n'y a plus de héros : folie et psychiatrie dans la guerre moderne, Albin Michel, 1990.
  21. Claude Lecouteux (postface Régis Boyer), Fantômes et revenants au Moyen Age, Paris, Imago Diffusion Payot,‎ (ISBN 2-902-70233-7).
  22. hamfor, le voyage du hamr.
  23. Claude Lecouteux, p. 178.
  24. Schamanistische Züge in der altisländischen Überlieferung, Munich, 1968.
  25. Les magiciens dans l'Islande ancienne, Uppsala, 2004.
  26. ou encore úlfheðinn, « peau de loup ».
  27. Régis Boyer, Le monde du double : la magie chez les anciens Scandinaves, Paris, Berg international,‎ (ISBN 2-900-26948-2).
  28. par exemple lorsqu'il s'agit de Sigmundr et de Sinfjötli dans la Völsunga Saga.
  29. http://www.bustle.com/articles/29967-teen-wolf-introduced-the-berserkers-in-117what-to-know-about-the-scary-creatures
  30. http://xboxmedia.ign.com/xbox/image/article/542/542116/fable-20040825011922225-000.jpg Illustration
  31. http://dragonage.wikia.com/wiki/Berserker.
  32. http://dwarffortresswiki.org/index.php/v0.31:Insanity Insanity

Quelques Berserkers célèbres : Blarki, Hrolf Kraki.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]