Wikipédia:Sélection/Football

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Football

Football iu 1996.jpg

Le football /futbol/ (dans la langue orale, par apocope, le foot), ou soccer /sɔkœʁ/ (en Amérique du Nord), est un sport collectif qui se joue principalement au pied avec un ballon sphérique. Il oppose deux équipes de onze joueurs dans un stade, que ce soit sur un terrain gazonné ou sur un plancher. L'objectif de chaque camp est de mettre le ballon dans le but adverse, sans utiliser les bras, et de le faire plus souvent que l'autre équipe.

Codifié par les Britanniques à la fin du XIXe siècle, le football s'est doté en 1904 d'une fédération internationale, la FIFA. Pratiqué en 2006 par environ 264 millions de joueurs à travers le monde, le football possède le statut de sport numéro un dans la majorité des pays. Certains continents, comme l'Afrique, l'Amérique du Sud et l'Europe, sont même presque entièrement dominés par cette discipline. La simplicité du jeu et le peu de moyens nécessaires à sa pratique expliquent en partie ce succès.

Le calendrier est dominé par deux types d'épreuves : celles concernant les clubs et celles des équipes nationales. La Coupe du monde est l'épreuve internationale la plus prestigieuse. Elle a lieu tous les quatre ans depuis 1930 (sauf entre 1938 et 1950). Pour les clubs, championnats nationaux et autres coupes sont au programme des compétitions.

En compétition de clubs, la Ligue des champions de l'UEFA, disputée en Europe mais qui possède des équivalents sur les autres continents, est le trophée le plus convoité de ce sport, malgré la mise en place récente d'une Coupe du monde des clubs, encore à la recherche de prestige.

Coupe du monde de football de 2006


La coupe du monde de football de 2006 est la dix-huitième édition de la coupe du monde de football, une compétition de la Fédération internationale de football association (FIFA). Elle se déroule du 9 juin au 9 juillet 2006 en Allemagne, choisie en juin 2000 pour organiser l'évènement.

De décembre 2003 à novembre 2005, les sélections nationales de 198 pays participent à une phase de qualification, dans le but de désigner les 31 équipes pouvant prendre part au tournoi final en compagnie de l'Allemagne, qualifiée d'office en tant que pays organisateur.

La compétition est remportée par l'Italie, qui bat en finale la France aux tirs au but. Il s'agit du quatrième titre de champion du monde de l'équipe italienne, après ceux obtenus en 1934, 1938 et 1982. L'Allemagne prend la troisième place devant le Portugal.

Le tournoi 2006 est suivi dans le monde entier et sa couverture médiatique confirme que la coupe du monde de football est l'événement sportif le plus important de la planète à côté des Jeux olympiques. La coupe du monde 2006 est un énorme succès populaire en Allemagne et donne une image très positive du pays à l'étranger.

Équipe d'Allemagne de football féminin

L’Allemagne rencontre la Suède en finale de la Coupe du monde 2003.

L’équipe d’Allemagne de football féminin (en allemand : « Deutsche Fußballnationalmannschaft der Frauen ») est l’équipe nationale qui représente l’Allemagne dans les compétitions majeures de football féminin : la Coupe du monde, les Jeux olympiques, les Championnats d’Europe et l’Algarve Cup. Elle est gérée par la fédération d’Allemagne de football (DFB). Son premier match officiel a eu lieu en 1982. Après la réunification allemande, la DFB est restée du côté de l’Allemagne de l’Ouest.

L’équipe d’Allemagne féminine est l’une des équipes les plus titrées de l’histoire du football féminin. Remportant à deux reprises la Coupe du monde, en 2003 et 2007, elle fait ainsi de l’Allemagne la seule nation à avoir remporté le titre mondial à la fois chez les hommes et les femmes. Elle a également remporté six des neuf Championnats d’Europe, dont les quatre derniers. Enfin, lors des quatre éditions où le football féminin fut présent aux Jeux olympiques, l’Allemagne a remporté trois médailles de bronze (2000, 2004 et 2008). Birgit Prinz, élue à trois reprises meilleure footballeuse du monde (2003, 2004 et 2005), détient le record de sélections, de buts et le record de buts marqués dans l’histoire de la Coupe du monde…

Arsenal Football Club

Logo de l'Arsenal Football Club de 1949 à 2002

Arsenal Football Club est un club de football anglais fondé le à Londres. Son siège est situé dans le district londonien d'Islington.

Membre du « Big Four », Arsenal participe au championnat d'Angleterre de football depuis 1919 ; il en a remporté treize éditions, ce qui en fait le troisième club le plus titré d'Angleterre, ainsi que dix coupes d'Angleterre. Sur le plan continental, les Gunners (en français : « les canonniers ») comptent à leur palmarès une Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe obtenue en 1994. Deux fois finalistes de cette coupe des vainqueurs de coupe en 1980 et 1995, ils ont également atteint les finales de la coupe de l'UEFA en 2000 et de la Ligue des champions en 2006.

Résident dès 1913 du stade de Highbury, situé dans un quartier du nord de Londres, le club s’est installé en 2006 dans une nouvelle enceinte de 60 355 places : l'Emirates Stadium, situé à Ashburton Grove. Arsenal nourrit une certaine rivalité avec les nombreux autres clubs de la capitale, mais celle l'opposant à Tottenham Hotspur, avec qui il dispute chaque année le « North London derby » est particulièrement ancienne et profonde.

Le club est dirigé par Peter Hill-Wood, fils et petit-fils des anciens présidents Denis et Samuel Hill-Wood. Il remplace son père à la mort de ce dernier, en 1982, après vingt ans aux responsabilités. Son entraîneur depuis 1996 est le Français Arsène Wenger, qui a mené notamment son équipe à deux doublés Coupe-championnat en 1998 et 2002.

Association de la jeunesse auxerroise

Maillot porté à l'occasion du centenaire contre le FC Chakhtior Donetsk.

L'Association de la jeunesse auxerroise (AJA) est un club de football français basé à Auxerre et fondé en 1905. Il est présidé depuis mai 2017 par Francis Graille.

L'AJ Auxerre évolue en Ligue 2 depuis la saison 2012-2013 après avoir passé 32 saisons au plus haut niveau (en Division 1 rebaptisée « Ligue 1 »). Le club a remporté quatre Coupes de France et un championnat de France. À ce jour, l'AJ Auxerre a disputé plus de mille matchs en première division et plus de cent matchs en Coupe d'Europe. Il fait partie des cinq clubs professionnels en France à être propriétaire de son stade avec le Stade Malherbe Caen, l'AC Ajaccio, le Gazélec Football Club Ajaccio et l'Olympique lyonnais.

Réputé pour son centre de formation, l'AJ Auxerre est indissociable de la figure emblématique Guy Roux qui en a été l'entraîneur pendant plus de quarante ans.

Club Bruges KV

Club-Brugge04-05.jpg

Le Club Brugge Koninklijke Voetbalvereniging, littéralement Club Bruges royal Football Association, est un club de football belge fondé en 1891 et basé à Bruges.

Le club porte le matricule 3 et ses couleurs sont le bleu et le noir. Il voit le jour en 1891 sous le nom de Brugsche Football Club. Il est le premier club de football fondé dans la région des Flandres.

Le club adopte son appellation actuelle en 1972. Toutefois, dans le langage courant, les francophones belges l'appellent le Club brugeois ou Club de Bruges, quand l'appellation FC Bruges est plutôt employée en France. En Belgique francophone, où il compte de nombreux supporters, le club est régulièrement et simplement identifié comme « le Club », en différenciation avec « le Cercle », l'autre club professionnel de la ville de Bruges.

Le Club Brugge KV possède un des plus importants palmarès du football belge avec quatorze titres nationaux, onze Coupes nationales, treize Supercoupes et deux finales européennes disputées, mais perdues toutes les deux. Le Club n'a évolué qu'en séries nationales, jamais en séries provinciales.

Liverpool Football Club

Shankly Gates.

Le Liverpool Football Club est un club de football anglais fondé le et installé dans la ville de Liverpool, dans le nord-ouest de l'Angleterre.

Le club évolue à Anfield depuis sa création et s'entraîne à Melwood. Les Reds ont choisi le Liver bird comme emblème du club. L'hymne et la devise du club, You'll Never Walk Alone, est devenu un chant mondialement connu.

Liverpool a un des plus beaux palmarès européens avec cinq Ligues des champions, trois Coupes de l'UEFA et trois Supercoupes de l'UEFA, et l'un des plus grands palmarès anglais avec dix-huit championnats d'Angleterre, sept Coupes d'Angleterre, huit Coupes de la Ligue et quinze Community Shield.

Le Liverpool Football Club est aussi célèbre pour les deux drames que ses supporters ont traversés dans les années 1980 : le drame du Heysel en finale de coupe d'Europe (qui causèrent la mort de 34 supporters de la Juventus), et la tragédie de Hillsborough qui a engendré la mort de 96 supporters de Liverpool. La rivalité entre Liverpool et Everton, le deuxième club de Liverpool est encore plus forte que celles qui règnent entre les autres grands clubs anglais (Manchester United, Manchester City, Arsenal, Chelsea, Newcastle, Tottenham).

Olympique de Marseille

Stade Vélodrome (20150405).jpg

L'Olympique de Marseille, couramment abrégé en OM, est un club de football français fondé en 1899 par René Dufaure de Montmirail. Neuf titres de champion de France, dix Coupes de France, trois Coupes de la Ligue, deux Trophées des champions et une Ligue des champions de l'UEFA composent le palmarès du club provençal.

Le club joue au Stade de l'Huveaune de 1904 à 1937, date à laquelle est inauguré le Stade Vélodrome. Auparavant, le club marseillais remporte sa première Coupe de France en 1924 et devient le tout premier club provincial à s'adjuger ce titre. L'OM rremporte son premier championnat professionnel en 1937, avant de descendre pour la première fois en seconde division en 1959. Une série de montées et descentes s'effectue dans les années 1960 et la décennie suivante est marquée par le premier doublé Coupe-Championnat de l'histoire du club en 1972.

Cercle athlétique de Paris

Le CA Paris vainqueur de la Coupe de France 1920 avec, de gauche à droite, Allègre, McDewitt, Mesnier, Dupé, Poullain, Bigué, Vanco, Gravier, Dreyfus, Pache et Bard (capitaine).

Le Cercle athlétique de Paris, couramment abrégé en CA Paris ou CAP, est un club de football français fondé en 1896 sous le nom de Nationale de Saint-Mandé. Il emménage en 1905 au stade de Charentonneau à Maisons-Alfort, commune limitrophe de Paris située dans le département de la Seine. Renommé l'année suivante en Cercle Athlétique de Paris, c'est sous ce nom que le club obtient ses plus grands succès jusque dans les années 1920.

Engagé dans le Championnat de France USFSA dès 1897, le club y gravit tous les échelons et arrive en finale de cette épreuve en 1906 et 1909. Dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale, les Capistes remportent par deux fois le Trophée de France en 1911 et 1913. L'édition 1913 de cette compétition regroupant pour la première fois l'ensemble des quatre fédérations de football alors concurrentes, le CAP peut être considéré comme étant le club champion de France 1913. Les Capistes réussissent ensuite à gagner la Coupe de France en 1920 et à atteindre la finale en 1928.

Le CA Paris obtient le statut professionnel en 1932 et participe aux deux premières saisons du championnat de Division 1 avant d'être relégué en Division 2. La période de gloire du club est révolue et le nombre de Capistes appelés en équipe de France s'arrête à 20 pour un total de 100 sélections. Abonné aux dernières places du championnat de Division 2 et n'ayant plus de stade fixe, le CA Paris quitte la scène professionnelle en 1963. En 1964, le club fusionne avec le Stade Olympique de Charenton et retrouve les terrains de ses débuts à Charentonneau. Depuis, le club évolue dans les divisions inférieures de la Ligue de Paris Île-de-France.

Paris Saint-Germain Football Club

Le Parc des Princes en 2016

Le Paris Saint-Germain Football Club, abrégé en Paris Saint-Germain FC, couramment appelé Paris Saint-Germain ou PSG, est un club de football français faisant partie du club omnisports du même nom, basé à Saint-Germain-en-Laye et dont la section professionnelle l'est à Paris.

Présent en première division du Championnat de France depuis 1974, Paris Saint-Germain est le club y évoluant depuis le plus longtemps sans discontinuité. En 2015, le club parisien réalise le premier « triplé » en remportant le championnat de Ligue 1, la Coupe de France et la Coupe de la Ligue. Le club compte à son palmarès six titres de champion de France (en 1986, 1994 et de 2013 à 2016), dix Coupes de France et six Coupes de la Ligue. Le club remporte la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en 1996.

Le Paris Saint-Germain a pour stade le Parc des Princes, depuis juillet 1974, et s'entraîne au Centre d'entraînement Ooredoo (ex-« Camp des Loges ») à Saint-Germain-en-Laye, un lieu hérité du Stade Saint-Germain. Dirigé dans ses premières années par des personnalités comme Daniel Hechter puis Francis Borelli, le club est racheté en 1991 par le diffuseur du championnat à la télévision, Canal+, qui mène le club parisien à un grand succès pendant ses premières années. Le PSG est ensuite vendu au fonds d'investissement américain Colony Capital en 2006, qui ne remporte pas de titre majeur hormis trois coupes nationales, puis cinq ans plus tard au fonds souverain qatari Qatar Investment Authority (QIA). Les moyens financiers très importants qui sont injectés dans les caisses du club depuis 2011 lui ont permis de remporter douze titres sur la scène nationale. L'ex-tennisman et homme d'affaires qatari Nasser Al-Khelaïfi en est le président du conseil de surveillance depuis 2011 et l'espagnol Unai Emery en est l'entraîneur depuis 2016.

Shamrock Rovers Football Club

Le Shamrock Rovers Football Club (en irlandais : Cumann Peile Ruagairí na Seamróige) est un club de football irlandais basé à Dublin. Il joue dans le championnat d'Irlande de football et est le club irlandais le plus titré avec 15 titres de champion et 24 Coupes d'Irlande. Les Shamrock Rovers ont donné plus de joueurs à l'équipe nationale qu'aucun autre club, soixante-deux au total.

Le club des Shamrock Rovers est fondé à Ringsend, un quartier de Dublin, en 1901. Ils remportent leur premier championnat d'Irlande en 1922-1923 dès leur première participation. Pendant les années 1950, le club remporte trois championnats d'affilée et devient le tout premier club irlandais à disputer une compétition européenne en 1958. La décennie suivante est marquée par six victoires consécutives en Coupe d'Irlande. En 1967, le club passe l'année aux États-Unis et participe, en représentant la ville de Boston sous les couleurs des Boston Rovers, à la création de la United Soccer Association, un ancien championnat professionnel regroupant des équipes américaines et canadiennes. Les années 1980 sont la dernière période faste du club avec quatre victoires consécutives en championnat de 1984 à 1987...

Duncan Edwards

Statue de Duncan Edwards.

Duncan Edwards, né le à Dudley (Angleterre) et mort le à Munich (Allemagne), était un footballeur anglais, qui évoluait au poste de milieu de terrain à Manchester United et en équipe d’Angleterre. Il fait partie des Busby Babes, la jeune équipe de Manchester United formée par l'entraîneur Matt Busby au milieu des années 1950, et l’un des huit joueurs qui sont morts suite au crash aérien de Munich de 1958. Il survit au crash, mais succombe quinze jours après, à l’âge de vingt-et-un ans, des suites de ses blessures.

Edwards s’engage avec Manchester United dès l’adolescence, et devient le plus jeune joueur à disputer le championnat d’Angleterre de football et le plus jeune international anglais depuis la Seconde Guerre mondiale. Au cours de sa carrière professionnelle, qui dure moins de cinq ans, il participe à deux victoires de Manchester en championnat d’Angleterre ainsi qu’à la qualification en demi-finale de la coupe des clubs champions européens de son club.

Duncan Edwards marque cinq buts lors de ses dix-huit sélections avec l’équipe d’Angleterre entre 1955 et 1958.

Bobby Robson

Bobby Robson

Sir Robert William Robson, surnommé Bobby Robson (prononcé [ˈbɒbi ˈrɒbsən]), CBE, né le à Sacriston (Angleterre), et décédé le dans le comté de Durham (Angleterre), est un footballeur anglais, qui évolue au poste d’attaquant principalement à Fulham et en équipe d’Angleterre. Après sa retraite de joueur, il occupe la fonction d'entraîneur de football dans plusieurs clubs européens et à la tête de l’équipe d’Angleterre.

Sa carrière de joueur professionnel s’étale sur près de vingt années, pendant lesquelles il porte les couleurs de trois clubs, Fulham, West Bromwich Albion et de façon plus brève celles de l’ancien club des Vancouver Royals. Robson marque quatre buts lors de ses vingt sélections avec l’équipe d’Angleterre entre 1957 et 1962.

Il est aujourd’hui principalement connu pour ses succès en tant qu’entraîneur pour différents clubs européens mais aussi comme sélectionneur national de l’Angleterre. Il remporte les championnats des Pays-Bas et du Portugal, gagne également des trophées en Angleterre et en Espagne, et conduit l’Angleterre en demi-finale de la Coupe du monde de football de 1990. En fin de carrière il est aussi conseiller technique de l’entraîneur de l’équipe de la République d’Irlande

Guy Roux

Photo-portrait de Guy Roux.

Guy Roux est un joueur puis entraîneur de football français, né le à Colmar.

Après une modeste carrière de joueur amateur à Poitiers et Limoges, il devient entraîneur-joueur à l'AJ Auxerre à l'âge de 23 ans en 1961. C'est le début de sa longue carrière d'entraîneur au sein du club auxerrois jusqu'en 2005, carrière tout juste entrecoupée par son service militaire et par un passage à la direction sportive du club en 2000-2001. Sous sa conduite, l'AJ Auxerre gravit tous les échelons du football français, du championnat régional au championnat de France amateur, jusqu'à la deuxième et à la première division professionnelle en 1980. Il permet au club de remporter un titre de champion de France en 1996 et quatre victoires en Coupe de France.

Ian Rush

Ian Rush

Ian Rush, MBE, né le à St Asaph (Pays de Galles), est un footballeur gallois qui évolue au poste d'attaquant entre les années 1980 et 2000.

Ian Rush commence sa carrière à Chester City avant d'être recruté en avril 1980 par le Liverpool Football Club. Le Gallois, issu d'une famille ouvrière, devient le héros du club de la cité industrielle. L'abnégation démontrée par l'attaquant moustachu suscite le respect et l'admiration des supporters d'Anfield. Avec 346 réalisations en 658 matchs, Ian Rush reste le meilleur buteur que les Reds aient connu. Son apogée se situe en 1984 : meilleur buteur et meilleur joueur de première division anglaise, Soulier d'or européen, vainqueur de la Coupe d'Europe, du championnat et de la Coupe de la ligue anglaise, Rush donne raison à ceux qui l'avaient désigné une saison auparavant meilleur espoir du Royaume-Uni. Plongé dans l'ennui une saison à la Juventus, il revient à Liverpool en 1988 et y reste jusqu'en 1996, devenant capitaine du club les trois dernières saisons. Il fait ensuite des apparitions pour Leeds United, Newcastle United, Sheffield United puis Wrexham avant de finir sa carrière de footballeur en Australie...

Gilberto Silva

Gilberto Silva NorthLondon.jpg

Gilberto Aparecido da Silva, né le 7 octobre 1976 à Lagoa da Prata, est un footballeur brésilien plus connu sous le nom de Gilberto Silva. Il évolue actuellement dans le club grec du Panathinaïkos, en tant que milieu de terrain défensif.

Gilberto est issu d'une famille pauvre et durant son enfance il doit combiner divers petits boulots avec la pratique du football. Il commence sa carrière de joueur professionnel en 1997 avec l’América FC, où ses bonnes performances lui permettent de rejoindre l’Atlético Mineiro en 2000. Il devient un joueur de premier ordre à l’Atlético, où il joue trois ans dans la série A du championnat brésilien. Ses belles performances en club l'amène à être sélectionné au sein de l'équipe nationale du Brésil en 2001. Il devient titulaire à l'occasion de la Coupe du monde de football de 2002 au cours de laquelle il participe aux sept matchs qui conduisent le Brésil au titre de champion du monde...

Zinédine Zidane

Zinedine Zidane

Zinedine Yazid ZidaneÉcouter (en arabe : زين الدين يزيد زيدان) souvent surnommé Zizou, est un ancien international de football français. Issu d'une famille algérienne kabyle, il est né le 23 juin 1972 à Marseille, et a grandi dans une cité de cette ville, « La Castellane ».

Il est cité parmi les plus grands joueurs de football de tous les temps avec Pelé, Michel Platini et Diego Maradona et est listé parmi les 125 meilleurs joueurs mondiaux encore vivants en 2004, dans un classement conjoint de Pelé et de la Fédération internationale de football association (FIFA). Sportif préféré des Français en 2006, il fut classé à trois reprises meilleur joueur mondial de l'année par la FIFA en 1998, 2000 et 2003 et ballon d'or en 1998. Il fut par deux fois classé second meilleur joueur français de tous les temps par France Football.

Jouant au poste de milieu offensif, il a été le meneur de jeu de prestigieux clubs européens, comme la Juventus de Turin ou le Real Madrid, avec lesquels il a remporté de nombreux titres nationaux et internationaux. Il s'est principalement illustré au niveau international lors de la victoire de l'équipe de France à la coupe du monde de 1998 et au championnat d'Europe de 2000. Depuis 2016, il est entraîneur du Real Madrid, où il a terminé sa carrière de joueur.

Old Trafford

Le stade de football Old Trafford - Theatre of Dreams (Théâtre des rêves).

Old Trafford est un stade de football situé dans le comté du Grand Manchester, en Angleterre. Construit en 1909, il est la résidence de Manchester United depuis 1910, à l’exception de la période 1941 à 1949, quand le stade est détruit par des bombardements allemands. Pendant cette période, Manchester United doit alors partager l’ancien terrain de Manchester City, Maine Road, avec son rival.

Surnommé le « Théâtre des Rêves » par sir Bobby Charlton, il est le troisième stade d’Angleterre en termes de places disponibles, derrière les stades de Wembley et de Twickenham, avec une capacité de 76 212 spectateurs. Old Trafford et Wembley sont les uniques stades d’Angleterre à être évalués par l’UEFA comme stades cinq étoiles.

Des matchs de compétitions internationales de la Coupe du monde de football de 1966, remportée par l’Angleterre à domicile, et du championnat d’Europe de football 1996 ont eu lieu à Old Trafford. Le stade accueille aussi des rencontres de rugby à XIII et des concerts. Situé à environ 800 mètres du stade de cricket portant le même nom, il est desservi par la ligne de tramway Manchester Metrolink.

Botafogo de Futebol e Regatas

L'équipe du Botafogo en 1910.

Le Botafogo de Futebol e Regatas est un club omnisports brésilien, basé à Rio de Janeiro, dans le quartier du même nom, Botafogo. Il est principalement reconnu pour sa section de football, mais comporte également des sections d'aviron, de volley-ball, de basket-ball, de natation et d'autres. Fondé en tant que club de football le , sous le nom de Botafogo Football Club, il fusionne avec le Club de Regatas Botafogo, un autre club du même quartier, fondé lui le , pour former le Botafogo de Futebol e Regatas le , jour de la fête de la sainte patronne du club, Nossa Senhora da Conceição.

Surnommé o Glorioso (« le Glorieux » en français) pour ses larges victoires du début du XXe siècle, le Botafogo détient le record du plus grand écart lors d'un match de football au Brésil, 24 à 0 contre le Sport Club Mangueira. Le club prospère rapidement après sa fondation et domine ensuite le football de l'État de Rio de Janeiro dans les années 1930. Il vit son apogée dans les années 1950 et 1960 avec de nombreux titres. Le club alvinegro (« blanc et noir » en français) fournit longtemps de nombreux joueurs à la sélection brésilienne et détient le record du nombre d'internationaux avec 97 joueurs convoqués sous le maillot national, dont 46 pour la Coupe du monde de football...

Raymond Kopa

Raymond Kopa au quatrième rang en haut en partant de la droite

Raymond Kopa, de son vrai nom Raymond Kopaszewski, né le à Nœux-les-Mines (Pas-de-Calais) et mort le (à 85 ans) à Angers (Maine-et-Loire), est un footballeur international français qui évolue principalement au poste de milieu offensif du début des années 1950 jusqu'à la fin des années 1960.

Il commence le football en amateur dans le club de sa ville natale, l'US Nœux-les-Mines. Après avoir terminé deuxième du concours du jeune footballeur 1949, Raymond Kopaszewski est repéré par le SCO d'Angers. Il y joue deux saisons avant de partir ensuite pour le Stade de Reims. Entre 1951 et 1956, il remporte de nombreux trophées sur la scène nationale avec l'équipe champenoise avant d'échouer en finale de la Coupe d'Europe contre le Real Madrid en 1956, quelques semaines avant d'être transféré dans le club espagnol. Il joue trois saisons à Madrid, ne perdant qu'une seule rencontre à domicile et remportant trois Coupes d'Europe et deux championnats d'Espagne. Après trois années en Espagne, il choisit de revenir à Reims, où il reste jusqu'à la fin de sa carrière en 1967.

En équipe de France, Raymond Kopa joue 45 matchs et inscrit 18 buts entre 1952 et 1962. Il participe à la Coupe du monde 1954, puis celle de 1958 lors de laquelle la France termine troisième. À six reprises, il est capitaine de l'équipe nationale. Raymond Kopa est élu Ballon d'or en 1958. Il est le troisième joueur et le premier Français à recevoir cette distinction. Meilleur joueur de la Coupe du monde 1958, il est considéré comme étant un des meilleurs joueurs français de l'histoire du football. Fils d'immigré polonais, Raymond Kopaszewski est la preuve que le football peut être une chance de promotion sociale et facteur d'intégration.

Racing Club de Strasbourg Alsace

Match à domicile du RC Strasbourg.

Le Racing Club de Strasbourg Alsace, couramment abrégé en RC Strasbourg, Racing ou RCS, est un club de football français fondé en 1906 sous le nom de FC Neudorf, du nom d'un quartier strasbourgeois. Il dispute ses premières compétitions officielles à partir de 1909 au sein de la fédération allemande, avant de prendre son nom actuel et de rejoindre les compétitions françaises en 1919. Le club emménage en 1914 au jardin Haemmerlé, une longue prairie sur laquelle est construit l'actuel stade de la Meinau à partir de 1921.

Le club obtient le statut professionnel en 1933 et s’impose alors comme un des meilleurs clubs français. Après deux finales perdues en 1937 et 1947, le RC Strasbourg remporte une première Coupe de France en 1951. Dans les années 1960, il dispute ses premières compétitions continentales, où il élimine notamment l'AC Milan et le FC Barcelone. Il gagne ensuite une deuxième Coupe de France en 1966 avant d'obtenir le titre de champion de France en 1979. Depuis le milieu des années 1990, le palmarès est complété par une Coupe Intertoto (1995), deux Coupes de la Ligue (1997 et 2005) et une troisième Coupe de France (2001).

Les bons résultats du Racing, club marqué par une identité régionale forte, sont néanmoins entrecoupés par des relégations en deuxième division et des changements fréquents au sein de l'encadrement du club, ce qui l'empêche régulièrement de s'inscrire dans la durée. Des résultats sportifs insuffisants entraînent le Racing en 2010 pour la première fois en National, championnat de troisième niveau. Un an plus tard, des problèmes financiers causent une rétrogradation administrative avec perte du statut professionnel et une liquidation judiciaire. Après cinq ans dans les championnats amateur, le RC Strasbourg retrouve le monde professionnel en 2016.

Steve Bruce

Photographie de Stephen Roger Bruce en 2004.

Stephen Roger Bruce dit Steve Bruce, né le à Corbridge (Angleterre), est un footballeur anglais évoluant au poste de défenseur central à Manchester United et en équipe d'Angleterre B, et entraîneur. Jeune footballeur prometteur, il est néanmoins rejeté par plusieurs centres de formation de clubs professionnels. Il est près d'arrêter le football et de devenir apprenti plombier lorsque Gillingham lui fait une offre. Il joue plus de 200 matchs pour le club avant de rejoindre Norwich City en 1984.

En 1987, il est transféré à Manchester United, avec lequel il remporte des succès nationaux, remporte le championnat d'Angleterre, la Coupe d'Angleterre et la Coupe de la ligue anglaise de football. Il devient aussi le premier joueur anglais à réaliser le doublé championnat-coupe en tant que capitaine. Malgré ses succès sur le terrain, il n'est jamais sélectionné pour jouer avec l'équipe d'Angleterre. Il est considéré comme l'un des meilleurs joueurs anglais des années 1980 et 1990 qui n'a jamais joué pour son pays à un niveau international…

Finale de la Coupe d'Angleterre de football de 1923

Débordements de la foule sur le terrain avant le match

La finale de la Coupe d'Angleterre de football de 1923 est une rencontre de football opposant Bolton Wanderers et West Ham United le dans le premier Wembley Stadium à Londres. Ce match est le dernier de l'édition 1923 de la Coupe d'Angleterre, compétition majeure du football anglais. La finale est également connue pour être la première rencontre officielle de football à se dérouler au stade de Wembley. Le roi George V est présent dans les tribunes pour remettre le trophée aux vainqueurs.

Chacune des deux équipes finalistes doit passer cinq tours pour atteindre la finale. Bolton Wanderers remporte les trois matchs précédant la finale sur le score de 1-0 grâce à des buts de David Jack qui marque le seul but du match à chaque fois. Le second club finaliste est West Ham United. Le club londonien est opposé à une équipe de division inférieure lors de chacun de ses matchs, une première depuis l'introduction de plusieurs divisions dans la Football League. West Ham doit jouer trois fois pour se défaire de Southampton lors du quatrième tour. Le club assure sa place en finale grâce à une large victoire en demi-finale en inscrivant cinq buts face à Derby County.

La finale de la Coupe d'Angleterre de football de 1923 est précédée par des scènes chaotiques comme l'envahissement de la pelouse. Les tribunes du stade dépassent largement leur capacité officielle de 125 000 personnes. L'affluence est même évaluée jusqu'à 300 000 spectateurs. Les tribunes surchargées obligent des spectateurs à se placer autour du terrain et sur la pelouse elle-même. La police montée est forcée d'intervenir pour permettre à la rencontre de se disputer. Cette finale est parfois surnommée « The White Horse Final » à la suite des interventions d'un cheval gris nommé Billie. Le match commence avec 45 minutes de retard, une fois que le terrain de jeu est laissé libre par les spectateurs. Bolton montre sa domination sur l'ensemble du match et gagne deux buts à zéro. David Jack marque le premier deux minutes après le début de la rencontre et Jack Smith ajoute un second but controversé au cours de la deuxième mi-temps.

Everton Football Club

Équipe de 1939-1940.

L’Everton Football Club est un club professionnel de football anglais, basé dans la ville de Liverpool et fondé en 1878.

Le club fait partie des membres fondateurs du championnat anglais, la Football League, en 1888. Il remporte son premier championnat deux saisons plus tard, puis quatre nouveaux titres et deux coupes d’Angleterre entre 1906 et 1939. Après la Seconde Guerre mondiale, il traverse une période sans succès d’une vingtaine d’années avant de gagner deux championnats et une coupe d’Angleterre. Le milieu des années 1980 est la dernière période faste du club avec deux victoires en championnat, une nouvelle coupe d’Angleterre et une coupe d’Europe des vainqueurs de coupe, unique trophée continental du club. Le dernier titre au palmarès d’Everton est une coupe d’Angleterre conquise en 1995.

Everton détient le record du nombre de saisons disputées en première division anglaise (107). Everton a remporté le championnat à neuf reprises, ce qui le place au quatrième rang de la hiérarchie derrière Manchester United, Liverpool et Arsenal. Le club participe à la Premier League de manière constante depuis qu’elle a été mise en place en 1992

Olympique lyonnais

Stade de Gerland avant un match de Coupe d’Europe.

L’Olympique lyonnais (couramment abrégé en OL) est un club de football français fondé en 1950. Le club, basé dans le quartier de Gerland, est présidé depuis juin 1987 par Jean-Michel Aulas et l’équipe est entraînée par Rémi Garde depuis juin 2011. Il évolue depuis 1989 en Ligue 1.

L’Olympique lyonnais évolue dans le Stade de Gerland et s’entraîne au centre Tola-Vologe, à Lyon. Il possède à son palmarès sept titres de champion de France, quatre Coupes de France et une Coupe de la Ligue, ce qui en fait l’un des clubs les plus titrés de France.

Le club connaît son apogée au cours des années 2000 avec sept titres consécutifs de champion de France, ce qui constitue un record français, entre 2002 et 2008, une Coupe de France et une Coupe de la Ligue. La section féminine du club a remporté quant à elle le championnat féminin à sept reprises et la Champion's League en 2011. En 2007, les sections masculines et féminines remportent chacune leur championnat de France, pour la première fois dans l’histoire du football français. En 2008, l’Olympique lyonnais fait mieux en remportant deux doublés coupe-championnat.

Sur le plan international, le club participe régulièrement aux coupes européennes. Après avoir été membre du G14, organisation des clubs les plus importants et riches d’Europe, jusqu’à sa dissolution en janvier 2008, il fait partie des fondateurs de l’association européenne des clubs.

Robert Louis-Dreyfus

Robert Louis-Dreyfus, parfois abrégé RLD, est un homme d'affaires suisse d'origine française, né le 14 juin 1946 à Paris et mort le 4 juillet 2009 à Zurich, en Suisse. Il est surtout connu pour ses activités dans la téléphonie et le football.

Héritier de la famille Dreyfus qui a fondé un prospère groupe familial dans le négoce et le transport maritime, le Groupe Louis Dreyfus, Robert Louis-Dreyfus se lance dans les affaires sans l'aide familiale et réussit brillamment. Après avoir échoué au baccalauréat, RLD réussit le concours d'entrée à Harvard. Diplômé de cette université, il investit de l'argent remporté au poker dans l'entreprise IMS Health. Il quitte l'entreprise avec une somme importante et sa réputation récemment acquise le mène à la tête de Saatchi and Saatchi. Il participe au redressement de l'entreprise puis est appelé à la tête d'Adidas. Avec RLD à sa tête, Adidas devient le principal concurrent de Nike sur le marché des équipementiers sportifs. Il s'investit ensuite dans LDCom grâce à Jacques Veyrat.

Fortune faite, Robert Louis-Dreyfus devient en 2007, le principal actionnaire et dirigeant du groupe familial. Passionné de sport, il s'implique dans le football en devenant l'actionnaire principal de l'Olympique de Marseille et un des actionnaires du Standard de Liège. Comme dirigeant, RLD remporte deux titres de champion de Belgique avec le Standard mais aucun titre majeur avec l'OM. Il meurt à 63 ans des suites d'une leucémie.

Stade Malherbe Caen Calvados Basse-Normandie

Supporters dans le stade Michel-d'Ornano

Le Stade Malherbe Caen Calvados Basse-Normandie (SM Caen) est un club de football français fondé en 1913, basé à Caen. Il tire son appellation du lycée Malherbe, du nom du poète François de Malherbe (1555-1628).

Originellement omnisports, le Stade Malherbe se fait surtout connaître pour les résultats de sa section football. Installé dès sa fondation au stade de Venoix, le club tente entre 1934 et 1938 l’aventure du professionnalisme en deuxième division, peu de temps après son autorisation en France. Après-guerre, le club normand retrouve le statut amateur : il dispute vingt des vingt-deux éditions du championnat de France amateur, et à partir de 1970 multiplie les allers-retours entre Division 2 et Division 3.

L'entraîneur Pierre Mankowski, recruté en 1983, insuffle au pensionnaire de D3 des ambitions professionnelles. « Malherbe » retrouve la 2e division et, en 1985, accède au statut professionnel. Trois ans plus tard le club normand est promu pour la première fois en première division, où il se maintient d'abord de justesse. L'entraîneur suisse Daniel Jeandupeux relance la progression. En 1992, quelques mois après que le club ait été sauvé de justesse du dépôt de bilan, les Caennais terminent à la 5e place du championnat, synonyme de qualification pour la coupe UEFA 1992-1993. L'année suivante, ils déménagent au stade Michel-d'Ornano, symbole des nouvelles ambitions du club. Ce dernier est pourtant relégué en 1995, et en dépit de la conquête du championnat de D2 en 1996, il retombe progressivement dans l'anonymat de la deuxième division.

La présidence de Jean-François Fortin, entamée en 2002, coïncide avec le retour d'une certaine réussite sportive, sous la direction sportive de Patrick Remy, de Franck Dumas puis de Patrice Garande. Les « Malherbistes » atteignent la finale de la coupe de la Ligue en 2005 et sont promus à quatre reprises dans l’élite, en 2004, 2007, 2010 et 2014.

Union sportive Avranches Mont-Saint-Michel

L’Union sportive Avranches Mont-Saint-Michel, appelée jusqu’en 1990 l’Union sportive d’Avranches, est un club de football français basé à Avranches, dans le département de la Manche, et fondé en 1897.

Le club est d'abord omnisports, avant que le football ne devienne son unique activité. Après la Seconde Guerre mondiale, le club stagne dans les divisions régionales avant d'accéder au niveau national en 1987. L'US Avranches connaît alors plusieurs montées successives, jusqu'à accéder en 1993 au championnat de National 1, l'élite amateur de l'époque. Dans les années 2000, le club stagne en CFA 2 avant de retrouver l'élite amateur du championnat de CFA lors de la saison 2009-2010. Le club compte également deux victoires en coupe de Basse-Normandie en 1992 et 2007.

L'équipe évolue depuis le début du XXe siècle au stade René-Fenouillère, du nom d'un ancien joueur fondateur du club, devenu par la suite capitaine de l'équipe de France et du FC Barcelone. La première école d'arbitres en France est ouverte par l'US Avranches à la fin des années 2000. Le club, présidé par Gilbert Guérin depuis 1990, compte 400 joueurs licenciés en 2009.

L'équipe première, entraînée par Richard Déziré, évolue lors de la saison 2012-2013 en championnat CFA.

Équipe du Front de libération nationale algérien de football

Équipe du FLN de football en 1974.

L'équipe du FLN de football (arabe : Lire فريق جبهة التحرير الوطني لكرة القدم), surnommée aussi le onze de l’indépendance est une formation constituée principalement de joueurs professionnels qui évoluent en France métropolitaine avant de rejoindre le mouvement indépendantiste algérien du Front de libération nationale (FLN), et de l’aider en organisant entre autres des matchs de football.

L’équipe est fondée le . Le rôle de cette équipe est avant tout psychologique pour montrer aux Français de Métropole que même des footballeurs professionnels s’impliquent dans cette cause, quitte à renoncer à leur statut. Les autorités françaises obtiennent facilement la non-reconnaissance de cette équipe par la FIFA. Malgré cette interdiction de jouer, l’équipe du FLN signe une tournée mondiale d’environ quatre-vingts rencontres, notamment en Europe, en Asie et en Afrique. Ces matchs sont largement exploités par la propagande indépendantiste. L’équipe existe de 1958 à 1962, laissant place en 1963 à son successeur légitime l’Équipe d’Algérie de football.

Équipe d'Angleterre de football

David Beckham avec le maillot national.

L’équipe d’Angleterre de football est constituée par une sélection des meilleurs joueurs anglais sous l’égide de la Football Association. Alors que la plupart des équipes nationales à travers le monde représentent un État indépendant, les quatre Home Nations qui forment le Royaume-Uni sont chacun représentés par une équipe nationale distincte au cours des tournois internationaux. L’équipe d’Angleterre joue habituellement ses matchs au Wembley Stadium. Pendant la rénovation de celui-ci, l’équipe jouait plutôt à Old Trafford, stade de Manchester United. Ses joueurs sont sélectionnés selon les conditions d’admissibilité en sélection d’un joueur britannique.

L’équipe d’Angleterre fait partie des équipes ayant connu le plus de succès dans l’histoire du football, faisant partie des sept équipes ayant remporté la coupe du monde, la victoire de l’Angleterre ayant eu lieu en 1966 alors que le pays organisait la compétition. L’équipe bat en finale l’Allemagne de l’Ouest après prolongations. L’Angleterre partage avec la France le fait d’avoir gagné sa seule coupe du monde sur ses terres, les autres vainqueurs ont tous gagné le trophée au moins deux fois dont au moins une fois sur terre étrangère. Depuis l’équipe d’Angleterre a atteint les demi-finales seulement en 1990, perdant contre la R.F.A. aux tirs au but. L’équipe reste cependant une équipe importante du football international, rarement au-dessous de la dixième place des classements FIFA et Elo

Histoire du Stade rennais football club

L'équipe première du Stade rennais à l'aube du XXe siècle.

L’histoire du Stade rennais football club, club de football français basé à Rennes en Bretagne dont le nom est couramment abrégé en Stade rennais ou Stade rennais FC, débute le , date à laquelle d'anciens étudiants créent sous le nom de Stade rennais un club omnisports où sont pratiqués le football et l'athlétisme. Rapidement, les footballeurs du club s'illustrent lors des premiers championnats régionaux organisés par l'USFSA. En 1904, le Stade rennais et un autre club local, le Football-club rennais, unissent leurs forces pour créer le Stade rennais université-club, adoptant les couleurs rouges et noires du second cité.

Après l'obtention d'un titre de champion de France interfédéral en 1917, l'entre-deux-guerres permet au Stade rennais d'acquérir une certaine notoriété sur la scène nationale en disputant deux finales de Coupe de France, toutes deux perdues, en 1922 et 1935. En 1932, il franchit le pas du professionnalisme, et participe au premier championnat du genre organisé en France. Pendant trente ans, le Stade rennais sillonne les divisions professionnelles sans parvenir réellement à y briller. En 1964, l'arrivée comme entraîneur de Jean Prouff est un déclic. En l'espace de sept ans, le Stade rennais remporte par deux fois la Coupe de France en 1965 et 1971, fait l'expérience de deux participations à la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, et s'installe de fait parmi les meilleures équipes de l'hexagone...

Alfredo Di Stéfano

Alfredo Di Stéfano photographié en 1963.

Alfredo Di Stéfano Laulhé, est un footballeur puis entraîneur, né le à Buenos Aires et mort le à Madrid. De nationalité argentine puis naturalisé Espagnol en 1956, il évolue au poste d’attaquant, du milieu des années 1940 au milieu des années 1960. Considéré comme l'un des tout meilleurs footballeurs de l'histoire, il fait partie de l'équipe mondiale du XXe siècle. Il remporte le Ballon d'or en 1957 et 1959 et devient l'unique lauréat d'un « Super Ballon d'or » en 1989, récompensant l'ensemble de sa carrière.

Alfredo Di Stéfano fait ses premiers pas en première division argentine avec le Club Atlético River Plate le . Il remporte deux fois le championnat argentin avec ce club. Il signe en 1949 aux Millonarios de Bogota et devient trois fois champion de Colombie. En 1953, il rejoint le Real Madrid et écrit les plus belles pages de sa carrière avec le club madrilène, en remportant cinq Coupes d'Europe des clubs champions, une Coupe intercontinentale et huit championnats d'Espagne.

Di Stéfano évolue au sein de deux équipes nationales différentes au cours de sa carrière. Il compte six sélections pour six buts marqués pour l'équipe d'Argentine avec laquelle il gagne la Copa América. Après sa naturalisation espagnole, il dispute 31 matchs et marque 23 buts avec l'équipe d'Espagne.

Comme entraîneur de 1967 à 1991, Di Stéfano dirige notamment Boca Juniors, le Valence CF, River Plate et le Real Madrid. Avec ces différents clubs, il remporte une Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes, deux championnats d'Argentine, un titre de champion d'Espagne et une supercoupe d'Espagne. Il est, de 2000 à sa mort, le président d'honneur du Real Madrid.

Saison 2006-2007 de l'Olympique lyonnais

Maillot extérieur de l'OL pour la saison 2006-2007

La saison 2006-2007 de l'Olympique lyonnais est la cent-huitième de l'histoire du club. Elle débute alors que l'OL a remporté un nouveau titre de champion de France lors de la saison précédente. Gérard Houllier effectue sa seconde saison en tant qu'entraîneur et fixe comme objectif de remporter un nouveau titre synonyme d'une sixième victoire d'affilée et donc d'un record dans le Championnat de France. Le club est par ailleurs engagé en Ligue des champions, dans les deux coupes nationales et joue la finale du Trophée des champions.

Pour effectuer cette saison, lors de la trêve estivale, la direction du club utilise un budget de 45 millions d'euros consacré au recrutement de joueurs comme Jérémy Toulalan, Kim Källström, Sébastien Squillaci et Alou Diarra. Du côté des départs, Mahamadou Diarra est cédé au Real Madrid pour 26 millions d'euros. Pierre-Alain Frau et Sylvain Monsoreau sont également partants.

Au final, l'Olympique lyonnais remporte le Trophée des champions et est sacré champion de France pour la sixième fois consécutive après la défaite de Toulouse à Rennes lors de la trente-troisième journée de Ligue 1. L'équipe est parvenue jusqu'en finale de la Coupe de Ligue, mais a été éliminée de la Coupe de France et de la Ligue des champions dès les huitièmes de finale.

Coupe du monde de football

La Coupe du monde de football ou Coupe du monde de la FIFA est une compétition internationale de football qui se déroule ordinairement tous les quatre ans. Cette compétition, créée par Jules Rimet en France et plus principalement dans la commune de Villefranche-sur-Mer, sur la Côte d'Azur en 1928, est ouverte à toutes les fédérations reconnues par la Fédération internationale de football association (FIFA). La première édition se déroule en 1930 en Uruguay, dont l'équipe nationale sort vainqueur.

À l'exception de la Coupe du monde de 1930, la compétition se tient en deux phases. Organisée par les confédérations continentales, la phase préliminaire permet aux meilleures sélections de chaque continent de se qualifier pour la phase finale qui se déroule dans un pays organisateur. Le format actuel de la phase finale fait s'affronter trente-deux équipes nationales masculines pendant une période d'environ un mois.

Seules huit nations sont au palmarès de la Coupe du monde. Le Brésil, seule équipe à avoir disputé toutes les phases finales de compétition, détient le record d'éditions remportées avec cinq succès. L'Italie, compte quatre trophées, soit un de plus que l'Allemagne. L'équipe vainqueur de la première édition, l'Uruguay, gagne deux fois l'épreuve tout comme l'Argentine, autre pays d'Amérique du Sud. Enfin, la France, l'Angleterre, ainsi que la tenante du titre, l'Espagne, remportent chacune une Coupe du monde...

Ronaldo

Ronaldo, le 14 mai 2013.

Ronaldo Luis Nazário de Lima, dit Ronaldo, est un footballeur brésilien né le à Rio de Janeiro.

Évoluant au poste d'avant-centre, il commence sa carrière professionnelle au Brésil, à Cruzeiro. Il part ensuite pour l'Europe et le PSV Eindhoven. Il y reste deux saisons avant de signer pour le FC Barcelone pour un séjour d'une saison. Ronaldo est ensuite recruté par l'Inter Milan lors d'un transfert record. Il reste cinq saisons en Serie A. Après la Coupe du monde 2002, il rejoint les « Galactiques » du Real Madrid pour quarante-deux millions d'euros. Après cinq saisons avec le club madrilène, il rejoint le Milan AC. En 2009, il retourne dans son pays natal et il est transféré aux Corinthians où il joue toujours.

Surnommé Il Fenomeno, Ronaldo a remporté de nombreux titres avec l'équipe nationale du Brésil. Il a gagné deux fois la Coupe du monde de la FIFA en 1994 et 2002 et échoué une fois en finale en 1998. Meilleur buteur lors de la Coupe du monde 2002 avec huit buts, il est le meilleur joueur de la finale durant laquelle il inscrit un doublé. Il est le joueur qui a inscrit le plus de buts en Coupe du monde avec quinze réalisations. Avec soixante-deux buts en quatre-vingt-dix-sept sélections, il est le deuxième meilleur buteur de la Seleção derrière Pelé...

Saison 1978-1979 du Racing Club de Strasbourg

La saison 1978-1979 du Racing Club de Strasbourg est la trente-quatrième saison du club alsacien en championnat de France de Division 1, sommet de la hiérarchie du football français depuis l'introduction du professionnalisme en 1932. Cette saison est importante dans l'histoire du club strasbourgeois puisque celui-ci devient pour la première fois champion de France.

L'équipe est dirigée par Gilbert Gress, jeune entraîneur de 36 ans désigné entraîneur français de l'année 1978. Celui-ci apporte une tactique innovante en demandant notamment à tous les joueurs de participer aux actions défensives et offensives. La préparation de l'équipe est également innovante avec un travail physique important et une attention particulière portée à l'hygiène de vie des joueurs. La population locale s'identifie fortement avec cette équipe qui comporte une majorité de jeunes joueurs alsaciens talentueux comme Léonard Specht, désigné meilleur jeune joueur 1978, René Deutschmann, l'international espoir Yves Ehrlacher, l'attaquant international Albert Gemmrich, Jean-Jacques Marx et Roland Wagner. Ces joueurs sont entourés de quelques footballeurs plus expérimentés comme le gardien Dominique Dropsy, le défenseur Raymond Domenech ou le meneur de jeu Francis Piasecki.

Le titre de champion du RC Strasbourg intervient après une troisième place obtenue en 1977-1978, qui fait suite à une relégation de Division 1 en 1976 et un titre de champion de Division 2 en 1977. Pour cette nouvelle saison de Division 1 1978-1979, le Racing vise une place dans le premier tiers du classement tandis que les clubs favoris pour remporter le titre sont l'AS Saint-Étienne et le FC Nantes, multiples champion de France dans les années 1970, et l'AS Monaco, champion en titre. Le RC Strasbourg conquiert la première place du classement dès la 5e journée. Il ne quitte plus sa place de leader et gagne peu à peu un statut d'outsider crédible jusqu'à gagner le championnat. Le club atteint en outre la demi-finale en Coupe de France et le huitième de finale en Coupe UEFA. La saison du titre de champion de France 1979 est suivi avec enthousiasme dans la région alsacienne. Après une cinquième place acquise en 1979-1980, Gilbert Gress est limogé en septembre 1980 à cause de profonds désaccords l'opposant au président du club. Cet évènement provoque des émeutes inédites au stade de la Meinau et marque le début du déclin sportif du club dans les années 1980.

Stade de la route de Lorient

Vue intérieure du stade en 2007.

Le Roazhon Park, anciennement stade de la route de Lorient, est un stade de football situé à Rennes, en France. Inauguré le , il est depuis cette date le terrain de jeu du Stade rennais football club. Propriété de la ville de Rennes, il est rénové à plusieurs reprises avant-guerre, dans les années 1950 et à la fin des années 1980. Entre 1999 et 2004, l'ensemble des tribunes du stade sont rénovées ou entièrement reconstruites, ce qui lui permet d'accroître sensiblement sa capacité d'accueil pour atteindre un peu moins de 30 000 places assises.

Quinzième stade français au nombre de places proposées, il accueille également ponctuellement quelques autres événements sportifs et culturels. Situé dans le quartier Bourg-l'Évesque - la Touche - Moulin du Comte, il est bordé par le paisible cours de la Vilaine, et se trouve au centre des installations du Stade rennais FC. À sa proximité immédiate se trouvent le centre de formation et le centre d'entraînement Henri-Guérin, alors que le stade abrite en son sein la boutique et le restaurant du club.

Stade de la Meinau

Vue extérieure de la Meinau.

Le stade de la Meinau, communément appelé la Meinau, est un stade de football situé à Strasbourg, en France. Il s’agit du principal équipement sportif de la ville.

Le site du stade de la Meinau est utilisé pour y jouer au football depuis 1906, lorsque le club du FC Frankonia transforme progressivement la prairie du jardin Haemmerlé en terrain de football. À partir de 1914, le pré est utilisé par le FC Neudorf, qui se renomme Racing Club de Strasbourg en 1919. La première tribune, en bois, est construite en 1921, année où le jardin prend le nom de stade de la Meinau. L’enceinte est rénovée en 1951, avant d’être complètement reconstruite en 1984.

De plus de 40 000 places, la capacité est ensuite réduite à 29 000 places, dont 24 000 assises, pour mettre le stade aux normes de sécurité et de confort. La Meinau est le douzième plus grand stade français en nombre de places proposées. Si le club résident est le RC Strasbourg, l’enceinte accueille ponctuellement d’autres évènements sportifs ou culturels. Le stade se situe le long du Krimmeri, un bras non canalisé du Rhin, dans le quartier de la Meinau.

Football Club de Nantes

Le Football Club de Nantes (FCN) est un club de football français, fondé à Nantes en 1943 par Marcel Saupin. Issu de la fusion de différents clubs nantais dans le but d’intégrer l’élite du football français, le FCN compte huit titres de championnat de France et trois coupes de France, ce qui constitue l’un des plus beaux palmarès du football français.

Ses équipes sont connues pour avoir développé, sous l’égide de José Arribas et de ses disciples Jean-Claude Suaudeau et Raynald Denoueix et grâce au talent de joueurs comme Philippe Gondet, Henri Michel, Maxime Bossis, José Touré ou encore Japhet N'Doram, un jeu vif et technique fondé sur le mouvement collectif et la rapidité d’exécution surnommé « jeu à la nantaise » par la presse et le public. À ce titre, les équipes du milieu des années 1960, de 1983 ou encore de 1995 sont particulièrement réputées.

Le FCN est également réputé pour son centre de formation, « La Jonelière », dont sont issus de nombreux internationaux français tels les champions du monde Didier Deschamps, Marcel Desailly, Christian Karembeu. Ces particularités ont permis au club de ne pas connaître de relégation jusqu’en 2007, après une série record de 44 saisons d’affilée en première division.

D’abord résident du stade Malakoff, devenu stade Marcel-Saupin en 1965, le FC Nantes utilise depuis 1984 le stade de la Beaujoire, le sixième plus grand en France à l’heure actuelle. Le club est présidé par Waldemar Kita depuis 2007. L’équipe première, entraînée par Claudio Ranieri depuis juin 2017, évolue en championnat de Ligue 1 depuis la saison 2017-2018.

Stade Vélodrome

Les gradins du Stade Vélodrome.

Le stade Vélodrome est une enceinte sportive située à Marseille en France. Bati dans le 8e arrondissement de la ville, c'est le principal équipement sportif de Marseille. Le Vélodrome est, depuis son inauguration en 1937, utilisé par le club de football de l'Olympique de Marseille.

Depuis 2014, le stade vélodrome est classé stades quatre ou cinq étoiles, le deuxième stade de France en termes de places disponibles, derrière le Stade de France.

Le stade n'est pas réservé au football : il accueille dans ses débuts des courses cyclistes (d'où le nom de Vélodrome) mais aussi des rencontres du Marseille XIII, club phocéen du rugby à XIII dans les années 1950, certaines rencontres de phase finale du Championnat de France de rugby à XV et du RC Toulon ainsi que des concerts.

Club Atlético Peñarol

Écusson du club.

Le Club Atlético Peñarol est un club omnisports uruguayen basé à Montevideo. Il est particulièrement connu pour les succès de sa section football, désignée meilleur club sud-américain du XXe siècle par la IFFHS en 2009.

Le Peñarol est fondé le par des membres d'origine anglaise du Central Uruguay Railway Cricket Club, lui-même fondé le , dont il reprend les couleurs et le terrain. Le club doit son nom au quartier voisin de Montevideo, qui reprend celui d'une ville italienne : Pinerolo (en français : « Pignerol »). Ses membres ont pour surnoms habituels les manyas, les carboneros (en français : « charbonniers »), les aurinegros (en français : « les noirs et jaunes ») et les mirasoles (en français : « les tournesols »). Ils sont les résidents habituels du stade Centenario, le plus grand stade du pays et propriété à l'État, construit pour la première édition de la coupe du monde en 1930.

Le Peñarol est le club de football le plus titré du pays avec 37 titres professionnels de champion d'Uruguay. Au plan international, Peñarol remporte les deux premières éditions de la Copa Libertadores (en 1960 et 1961), compétition dont il est le club le plus titré hors-Argentine avec cinq trophées. Les Peñarolenses sont également les premiers à avoir remporté à trois reprises la Coupe intercontinentale (1961, 1966 et 1982), un palmarès qu'ils partagent aujourd'hui avec Boca Juniors, le Milan AC, le Real Madrid et le Nacional, leur grand rival de Montevideo. Distancé financièrement par ses concurrents des grands championnats argentin et brésilien depuis le début des années 1990, le club ne parvient plus à rééditer ses succès lors des compétitions internationales et voit sa domination contestée sur la scène nationale.

Montpellier Hérault Sport Club

La première équipe du Stade Olympique Montpelliérain

Le Montpellier Hérault Sport Club est un club de football français basé à Montpellier et fondé en 1919 sous le nom de Stade Olympique Montpelliérain (SOM).

Après avoir remporté la coupe de France en 1929, les Montpelliérains participent à la première édition du championnat national professionnel en 1932 en compagnie de dix-neuf autres clubs pionniers. Le club héraultais va ensuite alterner les saisons en Division 1 et Division 2 pendant trente-sept ans avant de s'effondrer au début des années 1970.

Lorsque le club est racheté en novembre 1974 par Louis Nicollin, il évolue en division d'honneur du sud-est et c'est sous son impulsion que le club héraultais, appelé alors Montpellier la Paillade Sport Club Littoral va remonter au plus haut niveau en seulement huit saisons.

Ce n'est qu'en 1989 que le club adopte définitivement son nom actuel restant ainsi dans l'esprit des Français comme un club de football relativement jeune. Le Montpellier HSC va alors connaître une période de succès avec une victoire en coupe de France en 1990 et plusieurs participations à des coupes d'Europe. Mais au début des années 2000, le club redescend en Ligue 2 évitant même de justesse la relégation en National avant que Rolland Courbis puis René Girard ne le ramènent sur le devant de la scène française en 2010. En 2012, René Girard et son équipe rentrent dans l'histoire du club, en remportant le premier titre de champion de France du Montpellier HSC.

Le club qui évolue en première division depuis la saison 2009-2010, est toujours à ce jour présidé par Louis Nicollin qui en est également l'actionnaire principal. L'équipe est actuellement tenante du titre du championnat de France de football.

Après avoir évolué au Parc à Ballons et au stade des Aubes à ses débuts, au parc des Sports de l'avenue du Pont Juvénal entre 1923 et 1967 puis au stade Richter jusqu'en 1974, le club s'est installé définitivement au stade de la Mosson en 1976.

Depuis 2001, le Montpellier HSC possède également une équipe féminine qui évolue au premier échelon national lors de la saison 2011-2012.

Stade de la Mosson

Vue intérieure du stade lors du match entre l'Australie et les Fidji lors de la Coupe du monde de rugby à XV en 2007

Le stade de la Mosson est un stade de football situé à Montpellier, en France. Depuis la Coupe du monde de football de 1998, son nom officiel est stade de la Mosson-Mondial 98. Inauguré en 1972, il est, depuis 1974, le stade résident du Montpellier Hérault Sport Club, la principale équipe de football de Montpellier.

Géré par la communauté d'agglomération de Montpellier, il a connu de nombreuses rénovations. L'ensemble des tribunes du stade actuel est construit entre 1988 et 1997, ce qui porte sa capacité d'accueil à 35 500 places assises et lui permet d'accueillir la Coupe du monde de football. La dernière rénovation date de 2007 pour la Coupe du monde de rugby ; sa capacité est alors ramenée à 32 939 places assises. Dixième stade français au nombre de places proposées, l'enceinte est donc également utilisée pour des matchs de rugby à XV. Situé dans le quartier de La Paillade, il doit son nom à la rivière Mosson, qui coule à proximité, et dont les crues, lors d'orages cévenols, peuvent provoquer des dégâts au stade.

Anfield

Le mythique "Kop of Anfield" - tribune accueillant les supporters les plus fervents du Liverpool FC - tel qu'on peut le voir en parcourant "Anfield Road", la rue qui mène au stade du même nom.

Anfield est un stade de football situé à Liverpool, en Angleterre. Construit en 1884, il est d'abord l'enceinte d'Everton. En 1892, Everton quitte Anfield pour Goodison Park et le Liverpool Football Club est créé pour jouer à Anfield. Parfois appelé Anfield Road, il est resté plus d'un siècle plus tard le terrain du Liverpool Football Club.

Anfield a dû être reconstruit plusieurs fois pour améliorer la sécurité des spectateurs et suite aux deux tragédies qui ont touché le club des Reds. Sa capacité actuelle est de 45 522 places, toutes assises. Le stade est célèbre pour la ferveur de ses supporteurs et le chant You'll Never Walk Alone.

Des matchs de compétitions nationales et internationales ont eu lieu à Anfield. Le stade a accueilli des rencontres du championnat d'Europe de football 1996, des équipes nationales de football anglaise et galloise, et des matchs de Coupe d'Angleterre de football en terrain neutre.

Anfield est desservi par des trains et des bus mais les places de parking sont peu nombreuses. Le stade pourrait disparaître en cas de la construction du Stanley Park Stadium.

Coupe des confédérations

Scène de la rencontre Allemagne-Brésil lors du tournoi 2005

La Coupe des confédérations est une compétition internationale de football créée en 1992 s'adressant aux sélections nationales masculines. Outre l'équipe nationale du pays hôte du tournoi et l'équipe championne du monde, les champions continentaux des six confédérations de football participent à la compétition. Il s'agit là des vainqueurs de la Coupe d'Afrique des nations, de la Coupe d'Asie des nations, du Championnat d'Europe, de la Coupe d'Océanie, ainsi que des vainqueurs de la Copa América et de la Gold Cup, qui sont les compétitions continentales de la confédération sud-américaine (CONMEBOL) et de la confédération d'Amérique du Nord et centrale et de la Caraïbe (CONCACAF).

Les deux premières éditions ont lieu en 1992 et 1995 sous la dénomination de championnat intercontinental, ou Coupe du Roi Fahd, et prennent la suite de la Coupe intercontinentale des nations qui oppose en 1985 les sélections championnes d'Europe et d'Amérique du Sud. Le tournoi est organisé à partir de 1997 par la Fédération internationale de football association (FIFA), qui le renomme cette année-là en Coupe des confédérations. L'épreuve se déroule alors tous les deux ans jusqu'à l'édition 2005. Depuis lors, la compétition se joue tous les quatre ans, un an avant la Coupe du monde dans le pays organisateur de cette dernière. La Coupe des confédérations fait ainsi figure de répétition générale pour les organisateurs de la Coupe du monde.

L'équipe du Brésil est la meilleure nation au palmarès de la Coupe des confédérations puisqu'elle remporte en 1997, 2005 et 2009 trois des huit titres mis en jeu. L'équipe de France se classe deuxième avec deux victoires en deux participations en 2001 et 2003, alors que trois autres sélections gagnent le tournoi à une reprise : l'Argentine en 1992, le Danemark en 1995 et le Mexique en 1999. Si les équipes participantes ont un niveau disparate, l'épreuve permet aux meilleures équipes de chaque continent de disputer un tournoi de niveau mondial même si elles n'appartiennent pas à l'élite du football.

Historique du parcours européen du Liverpool FC

Le parcours européen du Liverpool Football Club est l'histoire des participations du Liverpool Football Club dans les différentes Coupes d'Europe. Le Liverpool FC est un club professionnel anglais de football basé à Liverpool, Merseyside, qui évolue actuellement en Premier League. Les Reds sont résidents d’Anfield depuis la fondation du club en 1892.

La première participation du Liverpool FC en Coupe d'Europe remonte à 1964 et son premier adversaire est le club islandais du KR Reykjavík. Le club remporte cinq fois l'équivalent de la Ligue des champions, la dernière victoire datant de 2005, ce qui lui vaut d’être l'une des cinq équipes européennes à porter le multiple-winner badge décerné par l’UEFA. Les Anglais comptent également à leur palmarès trois Coupes UEFA, un record que le club partage avec la Juventus de Turin et l’Inter Milan, ainsi que trois Supercoupes de l'UEFA.

FC Barcelone (football)

La devise du club écrite dans les tribunes du Camp Nou.

La section football du FC Barcelone (dont le nom officiel en catalan est Futbol Club Barcelona et le diminutif Barça) est un club de football espagnol fondé en 1899, qui évolue dans le championnat d'Espagne de football.

L'histoire du FC Barcelone en a fait un des porte-drapeau de la Catalogne et du catalanisme, un rôle souligné par sa devise « més que un club ». Ceci n'empêche pas le club d'avoir des supporteurs dans tout le pays et même en dehors de l'Espagne. Il nourrit une très ancienne et profonde rivalité avec le Real Madrid, le club de la capitale espagnole. Leur duel, connu comme el Clásico, décide régulièrement de l'issue du championnat d'Espagne dont les deux clubs dominent largement le palmarès. Les deux institutions sont d'ailleurs les seules, avec l'Athletic Bilbao, à avoir participé à toutes les éditions de la Primera División depuis sa création en 1929.

Établis dans le stade du Camp Nou, qui remplace en 1957 le stade des Corts, les Blaugranas ont remporté vingt-quatre championnats, vingt-huit Coupes d'Espagne, cinq Ligues des champions, quatre Coupes des vainqueurs de coupe, trois Coupes des villes de foire et trois Coupes du monde des clubs.

Depuis le mandat du président Laporta, initié en 2003, le Barça connaît un succès sportif inédit dans son histoire, et devient le club le plus populaire d'Europe. Josep Guardiola rencontre en quatre ans un succès exceptionnel, dont un inédit sextuplé en 2008-2009 (Championnat, Coupe et Supercoupe d'Espagne, Ligue des champions, Supercoupe de l'UEFA et Coupe du monde des clubs). Le club est dirigé par Josep Maria Bartomeu, qui succède à Sandro Rosell le . Pour sa première saison sur le banc, l'entraîneur Luis Enrique remporte en 2014-2015 la Ligue des champions, le Championnat et la Coupe.

Encadrement technique du Racing Club de Strasbourg

L'encadrement technique du RC Strasbourg à l'été 2009 comprend l'entraîneur principal Gilbert Gress (au centre), son adjoint Pascal Janin (à gauche) et l'entraîneur des gardiens Alexander Vencel (à droite).

L'encadrement technique du Racing Club de Strasbourg regroupe l'ensemble des techniciens chargé d'encadrer et de diriger sportivement l'équipe de football du Racing Club de Strasbourg et ses joueurs. Dans les premières années du club au début du XXe siècle, le joueur qui occupe la fonction de capitaine est le chef de l'équipe et décide de la formation de l'équipe et du placement des joueurs. À partir de la fin des années 1920, le rôle du capitaine devient moins important. Les aspects tactiques et la conduite des entraînements sont alors pris en charge par un entraîneur qui ne fait pas partie de l'effectif. Le poste d'entraîneur adjoint apparaît au RC Strasbourg dans les années 1980. Ce technicien est au service de l'entraîneur principal et l'aide à diriger l'entraînement. L'encadrement technique du club s'agrandit encore à partir des années 1990 avec la création des postes d'entraîneur des gardiens et de préparateur physique notamment.

Le premier entraîneur du RC Strasbourg est le Français Oscar Bongard en 1928. À l'époque de la Wunderteam, l'équipe nationale autrichienne à succès des années 1930, le Racing se dote essentiellement de techniciens autrichiens. Dans les années 1950, les premiers anciens joueurs du club occupent la fonction d'entraîneur, dont Pépi Humpal, Oscar Heisserer puis Robert Jonquet à partir de 1961. Les années 1964-1976 sont marquées par l'influence de Paul Frantz, un professeur étranger au monde du football professionnel, qui est entraîneur du RC Strasbourg sur quatre périodes différentes. Il insiste sur l'aspect tactique et sur la préparation physique des joueurs et, sous ses ordres, le club joue les premiers rôles. Le titre de champion de France 1979 est obtenu sous la houlette de Gilbert Gress, entraîneur emblématique du club alsacien, qui axe le jeu de son équipe sur les passes, la conservation du ballon et sa progression vers l'avant. L'instabilité du club strasbourgeois dans les années 1980 se traduit par une succession de treize entraîneurs durant cette décennie. C'est ensuite Jacky Duguépéroux qui laisse son empreinte au club en remportant trois coupes dans les années 1990 et 2000.

LOSC Lille

Photo du bus à impériale rouge qui a défilé dans les rues de Lille le 22 mai 2011, lendemain du sacre en Ligue 1

Le LOSC Lille, couramment abrégé en LOSC ou Lille OSC, est un club de football français. Fondé à Lille en septembre 1944, il est issu de la fusion de deux clubs basés dans différents quartiers de la ville, l'Olympique lillois et le Sporting Club fivois respectivement créés en 1902 et 1901.

Fort du passé de l'Olympique lillois, vainqueur du premier championnat de France professionnel en 1933, le LOSC est la référence d'après-guerre. En dix ans, le club lillois gagne deux titres de champion de France et cinq coupes de France. Mais ne pouvant plus faire face à ses dettes malgré de nombreuses subventions, le club traverse une longue période difficile, avec plusieurs relégations en Division 2, avant d'abandonner son statut professionnel en 1969. Retrouvant la D2 la saison qui suit, le club est financièrement soutenu avant d'être repris par la mairie de Lille en 1980 sous la forme d'une société d'économie mixte. Le LOSC est privatisé en 1999 après avoir frôlé le dépôt de bilan en 1994. Cette privatisation s'accompagne de résultats sportifs positifs : solidement ancré en Ligue 1 depuis la promotion et le titre de champion de deuxième division en 2000, le club se qualifie régulièrement pour les coupes d'Europe actuelles que sont la Ligue des champions ou la Ligue Europa et réalise le doublé championnat-coupe de France lors de la saison 2010-2011.

Le club est présidé depuis 2017 par Gérard Lopez, également actionnaire majoritaire du club. Les Dogues, surnom attribué aux joueurs évoluant sous le maillot du club, sont entraînés depuis décembre 2017 par Christophe Galtier.

Jouant d'abord en alternance dans les stades des deux clubs fusionnés, le LOSC décide plus tard de ne recevoir ses adversaires qu'au stade Victor-Boucquey de l'Olympique lillois, renommé stade Henri-Jooris jusqu'à sa démolition en 1975. Le stade Grimonprez-Jooris a ensuite accueilli jusqu'en 2004 dans Lille intra-muros les rencontres à domicile du club nordiste. Pendant huit ans, le Lille OSC s'est installé provisoirement dans le Stadium Lille Métropole de Villeneuve-d'Ascq puis a emménagé lors de la saison 2012-2013 au stade Pierre-Mauroy, un des cinq plus grands stades de France, également situé à Villeneuve-d'Ascq. Les différentes équipes du club s'entraînent depuis 2004 dans le vaste domaine de Luchin. Basé à Camphin-en-Pévèle, ce centre d'entraînement et de formation sert aussi de siège social du club.

Histoire du Football Club de Nantes

L’histoire du Football Club de Nantes, club de football français basé à Nantes, commence au mois d’avril 1943 par le regroupement de plusieurs clubs nantais dont la Saint-Pierre de Nantes, le principal club amateur de la ville. Le FC Nantes prend le statut professionnel en 1945 lors de la montée dans le championnat national de deuxième division. Le club doit attendre ensuite une vingtaine d’années avant d’accéder, sous l’impulsion de son entraîneur José Arribas, au championnat de France de première division, qu’il remporte deux fois dans la foulée en 1965 et 1966 grâce au jeu offensif, collectif et agréable de ses « Canaris », salué par la France entière. Grâce à cette école de jeu, à la stabilité de son effectif et de son encadrement et à son centre de formation, l’un des premiers et des plus performants, le FCN maintient ses résultats sous Jean Vincent, puis sous Jean-Claude Suaudeau, disciple d’Arribas, et sous Raynald Denoueix, disciple des deux précédents.

Toujours réputé pour son jeu surnommé le « jeu à la nantaise » par les journalistes et les supporters, le FC Nantes, qui devient FC Nantes Atlantique de 1992 à 2007, se forge, malgré quelques périodes délicates, l’un des plus beaux palmarès de France, le deuxième en nombre de championnats (huit titres étalés de 1965 à 2001), auxquels il faut ajouter trois coupes de France. Moins performant sur le plan européen où il ne dépasse pas les demi-finales de la Coupe des coupes 1980 et de la Ligue des champions 1996, le FC Nantes est toutefois réputé pour la qualité de ses équipes à la fois sur le plan collectif et sur le plan individuel, avec quelques vedettes (Henri Michel, Vahid Halilhodžić, Jorge Burruchaga) et de très grands joueurs formés au club (Didier Deschamps, Marcel Desailly, Christian Karembeu, Claude Makelele)…

Club Atlético Boca Juniors

Les supporters de Boca.

Le Club Atlético Boca Juniors est un club omnisports argentin fondé le . Basé dans le quartier populaire de La Boca à Buenos Aires, la capitale argentine, le club est notamment connu pour les succès de sa section de football, très populaire en Argentine, qui dispute le championnat d’Argentine dont elle n’a pas quitté l’élite depuis son accession en 1913.

L’équipe évolue à la Bombonera (en français : « la boîte de chocolats »), un des stades les plus célèbres du monde. Après sa victoire en Recopa Sudamericana en 2008, Boca rejoint le Milan AC en tête du classement des clubs ayant remporté le plus de titres internationaux (18). Parmi ceux-là, on compte six Copa Libertadores et trois Coupes intercontinentales. Boca Juniors a également remporté à vingt-trois reprises le championnat d’Argentine. Ces nombreux trophées et sa popularité lui valent d’apparaître au douzième rang du Classement mondial des clubs du XXe siècle établi par la FIFA en 2000.

Une rivalité féroce oppose Boca Juniors à River Plate, l’autre grand club de Buenos Aires. Boca est traditionnellement considéré comme le club du peuple, alors que River est historiquement plus proche de la bourgeoisie. La rencontre de ces deux équipes, sommet du football argentin, est connu comme le Superclásico.

Par ailleurs, le club omnisports comprend notamment une section professionnelle de basket-ball et une équipe de futsal.

Mario Smash Football

Mario Smash Football (également connu sous le nom Super Mario Strikers au Japon et aux États-Unis) est un jeu vidéo de football arcade développé par Next Level Games et édité par Nintendo sur GameCube. Il est sorti en Europe et en Amérique du Nord fin 2005 et au Japon et en Australie en 2006. Mario Strikers Charged Football, la suite du jeu sortie sur Wii, a aussi été développée par Next Level Games. Les développeurs du jeu avaient auparavant travaillé sur la série NHL, qui leur a servi d'influence pour le côté physique et rythmé du jeu.

Mario Smash Football met en vedette les personnages issus de la série Super Mario. Il reprend les aspects fondamentaux et les objectifs des jeux de football classiques mais s'en détache de par l'absence d'arbitre ou la possibilité de pousser violemment ses adversaires. Le joueur peut également utiliser des objets tirés de la saga Mario comme des peaux de bananes ou des carapaces rouges afin de gêner son adversaire, et des options supplémentaires sont disponibles. Chaque équipe se compose d'un gardien de but, d'un capitaine et de trois autres personnages.

Le jeu a bien été accueilli par la presse spécialisée, et a obtenu une moyenne de 76 % sur GameRankings. Les critiques ont apprécié l'accessibilité et le gameplay multijoueur de Mario Smash Football, mais ont regretté le petit nombre de modes de jeu et l'offre proposée par le mode solo.

Centre de formation du Stade rennais football club

Inscription sur la façade de l'école technique privée Odorico.

Le centre de formation du Stade rennais football club est un centre de formation de football. Il a pour but de former les jeunes joueurs du Stade rennais FC, club de football professionnel situé à Rennes en Bretagne, en leur fournissant une structure d'hébergement, un accompagnement scolaire, et un programme de formation sportive. En tant que structure, il existe depuis la fin des années 1970, mais n'est développé que depuis 1987 avec la création de l'école technique privée Odorico. Auparavant, aucune structure de formation dédiée n'existe au club, ce qui n'empêche pas l'existence d'équipes de jeunes. Celles-ci remportent quelques titres, comme la Coupe Gambardella en 1973.

Les volontés affichées de développer la formation au Stade rennais permettent au fil des ans l'émergence de nombreux jeunes qui intègrent l'équipe fanion du club. Sous la direction de Patrick Rampillon, qui en est le directeur depuis 1987, le centre de formation connaît plusieurs succès sportifs, remportant des titres de champion de France dans certaines catégories, mais aussi deux nouvelles coupes Gambardella, en 2003 et 2008. Il se hisse également de 2006 à 2011 à la première place du classement des centres de formation français, classement établi annuellement par la direction technique nationale.


Celtic Football Club

Vue intérieure du Celtic Park en 2007.

Le Celtic Football Club, parfois appelé « Celtic Glasgow », est un club de football écossais basé à Parkhead, un quartier au Sud-Est de Glasgow. Fondé en 1887 par la communauté irlandaise vivant dans la ville écossaise, le club nourrit depuis lors un lien fort avec la diaspora irlandaise, illustré par le vert et le blanc de son maillot rayé, qui lui vaut d'être particulièrement soutenu à travers le monde.

Le Celtic fait partie des dix membres fondateurs de la Scottish Football League, qui organise depuis 1890 le championnat d'Écosse. Il est résident depuis 1892 du Celtic Park, devenu dans les années 1990 le plus grand stade de football en Écosse. Vainqueur pour la première fois de la compétition en 1893, le club remporte en 2012 son 43e championnat, et en 2011 sa 35e Coupe d'Écosse. L'heure de gloire du Celtic sonne en 1967, quand sous la direction du mythique Jock Stein, il devient le premier club britannique à remporter la Coupe d'Europe des clubs champions, la plus prestigieuse des compétitions européennes. Les Bhoys réalisent cette saison-là l'exploit de remporter les cinq compétitions auxquelles ils participent, avec un effectif composé uniquement de joueurs de la région de Glasgow. Le Celtic reste l'une des meilleures équipes d'Europe jusqu'au départ de Stein en 1975.

Ces trophées en font le deuxième club le plus titré du pays derrière le Rangers FC, son principal rival et alter ego du « Old Firm » (le derby de la ville de Glasgow), avec qui il partage jusqu'à la liquidation de ce dernier en 2012 la particularité de n'avoir manqué aucune édition du championnat écossais. Le Celtic est résident depuis 1892 du Celtic Park, devenu dans les années 1990 le plus grand stade de football en Écosse.

Présidé par John Reid depuis novembre 2007, le club vert et blanc a pour entraîneur le Nord-irlandais Neil Lennon depuis mars 2010. Lui-même ancien capitaine des Bhoys, il mène ses joueurs à la victoire en Coupe d'Écosse en 2011, puis en championnat en 2012, après trois ans de domination des Rangers.

Saison 2010-2011 du Racing Club de Strasbourg

UJA - Strasbourg National 2011.jpg

La saison 2010-2011 du Racing Club de Strasbourg voit le club disputer la treizième édition du Championnat de France de football National, championnat auquel le club participe pour la première fois de son histoire, ceci après avoir terminé 19e de Ligue 2 à l'issue de la saison 2009-2010, qui a été particulièrement chaotique.

Début , le club aurait pu, si son appel auprès de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) des clubs professionnels n'avait pas été reçu, intégrer pour raisons financières le groupe A (Est) du Championnat de France amateur (CFA), le quatrième échelon footballistique français.

La première moitié de saison du Racing se caractérise par « un départ poussif et des nuls qui s'accumulent » selon Barbara Schuster, pour aboutir à une onzième place au classement à la pause hivernale. En janvier, l'équipe entame une « improbable remontée » qui la voit revenir vers les premières places et finalement échouer à la quatrième, à trois points du dernier club promu, l'EA Guingamp. La saison, « calamiteuse en coulisses, la pire de l'histoire du club », est marquée par de nombreux problèmes extra-sportifs.

La fin de la saison est ponctuée par maints rebondissements, dont notamment un abandon du statut professionnel, une relégation administrative en Championnat de France amateur de football par la DNCG, décision maintenue en appel malgré une tentative de rachat du club. Après un dépôt de bilan et un placement en redressement judiciaire, le Racing Club de Strasbourg, racheté par Frédéric Sitterlé, annonce en août sa relégation volontaire en CFA 2 (D5). La saison 2011-2012 est ainsi la première depuis 1944 à être disputée sous statut amateur.

Saison 2010-2011 du LOSC Lille Métropole

Le 29 mai, les joueurs du LOSC reçoivent au Stadium Lille Métropole le Hexagoal.

La saison 2010-2011 du LOSC Lille Métropole est la cinquante-et-unième saison du club nordiste en première division du championnat de France, la onzième consécutive au sein de l'élite du football français. Cette saison est particulièrement importante dans l'histoire du LOSC, puisque ce dernier réalise le doublé championnat et coupe de France, titres qui lui échappent respectivement depuis 1954 et 1955. Ce doublé, le deuxième de l'histoire des Dogues après celui de la saison 1945-1946 et le seizième de l'histoire du football français, est célébré avec ferveur dans la métropole lilloise.

Rudi Garcia, entraîneur de 46 ans reconnu par ses pairs et la presse spécialisée en fin de saison, est à la tête du staff lillois cette saison-là. Il met en place une tactique portée vers l'offensive et le jeu en mouvement. Il se base sur un socle solide de joueurs présents depuis plusieurs saisons, comme Yohan Cabaye né dans la métropole lilloise, le capitaine Rio Mavuba ou le jeune ailier belge Eden Hazard formé par le club, complété par des recrues dont il a souhaité la signature, comme les attaquants Gervinho, arrivé la saison précédente, et Moussa Sow, recruté lors de la dernière intersaison.

Le titre de champion et la victoire en coupe de France font suite à une quatrième place obtenue en 2010 et une cinquième place en 2009, synonymes de retour des Nordistes dans les compétitions européennes. Pour la saison 2010-2011 de Ligue 1, le club de Lille, considéré comme un outsider, vise une place qualificative pour la Ligue des Champions ou la Ligue Europa tandis que les favoris pour remporter le titre sont l'Olympique de Marseille, champion en titre, et l'Olympique lyonnais, sacré sept fois champion de France dans les années 2000.

Le LOSC conquiert la première place du classement dès la quatorzième journée et ne la lâche qu'à deux reprises ; il gagne alors peu à peu un statut de candidat sérieux au titre, jusqu'à remporter celui-ci lors de l'avant-dernière journée. Parallèlement en coupe de France, le club passe cinq tours avant de s'imposer en finale contre le tenant du titre, le Paris Saint-Germain, au terme d'une finale disputée. Il atteint par ailleurs les seizièmes de finale de la Ligue Europa et les quarts de finale de la coupe de la Ligue, respectivement éliminé par le PSV Eindhoven et le Montpellier HSC.

Football Club de Rouen 1899

Photo d'équipe d'avant match.

Le Football Club de Rouen 1899 (ou simplement FC Rouen) est un club de football français, fondé en 1899 à Rouen, en Haute-Normandie.

Dès ses premières années, le club s'impose comme le principal rival en Normandie du Havre AC, une des meilleures équipes de France du moment. Sous la direction de son président-fondateur Robert Diochon, le FC Rouen s'installe dès les années 1910 dans un véritable stade, les « Bruyères » (futur stade Robert-Diochon), et atteint les finales du championnat de France USFSA en 1913 puis de la Coupe de France en 1925.

En 1933, les deux grands clubs haut-normands optent pour le statut professionnel et intègrent la deuxième division nationale. Les Rouennais remportent la compétition en 1936 et rejoignent l'élite, dont ils obtiennent à deux reprises la 4e place. L'effectif rouennais compte alors de nombreux joueurs internationaux français et autrichiens, parmi lesquels Jean Nicolas, meilleur buteur de la sélection. Vainqueur du championnat de France en 1945 (un titre non homologué par la Fédération), le club connait une décennie dorée dans les années 1960, quand il termine à deux reprises à la quatrième place du championnat et défie Arsenal en huitième de finale de la Coupe des villes de foires 1969-1970. Les « Diables rouges », comme on les surnomme en référence à la couleur de leur maillot, disputent ainsi dix-neuf saisons en première division.

Fragilisé par ses difficultés financières récurrentes, qui obligent la mairie de Rouen à intervenir à plusieurs reprises, le FC Rouen chute pour la première fois en troisième division en 1986, après deux relégations d'affilée. Malgré l'ambition des dirigeants, le club échoue depuis à retrouver l'élite. La cauchemardesque fin de saison 1992-1993, qui voit les Rouennais manquer une promotion qui leur semblait promise, marque le début de sa dégringolade : relégué en 1994, il dépose le bilan l'année suivante, doit abandonner le statut professionnel et se retrouve en National 2, le 4e échelon du football français. Un nouveau dépôt de bilan en 1997 plonge le club haut-normand en CFA2. En 2003-2004, les Rouennais font une brève apparition en Ligue 2 puis replongent en championnat de France amateur. Après quatre saisons à ce niveau, le FC Rouen est promu en 2009 en National, où il évolue depuis avec l'ambition d'un retour durable en Ligue 2.

Christian Karembeu

Christian Karembeu au Festival de Cannes 2010.

Christian Karembeu, de son nom complet Christian Lali Kake Karembeu, né le à Lifou (Nouvelle-Calédonie), est un footballeur international français.

Issu d'une famille kanake de dix-huit enfants native de Lifou, il fait ses débuts avec le FC Gaitcha à Nouméa avant de partir au centre de formation du FC Nantes. Il obtient son premier contrat professionnel avec ce club en 1990 et se révèle en remportant le titre de champion de France en 1995. Il part ensuite jouer en Italie à la Sampdoria de Gênes où il reste deux saisons. En 1997, il est transféré au Real Madrid et remporte la Ligue des champions en 1998. Après un court passage dans le club anglais de Middlesbrough, il s'exile en Grèce à l'Olympiakos où il remporte le championnat en 2002 et 2003. En 2004, il rejoint le Servette de Genève mais, suite à des problèmes financiers, il quitte le club helvète quelques mois après. Il annonce sa retraite de joueur le après six mois passés au SC Bastia.

Surnommé « le Cheval fou », Christian Karembeu devient populaire en remportant deux titres majeurs avec l'équipe de France : la Coupe du monde en 1998 et le Championnat d'Europe en 2000. Sa notoriété est nourrie également par le couple qu'il forme avec le mannequin slovaque Adriana Sklenaříková entre 1998 et 2011.

Wanderers Football Club

Logo du Wanderers FC.

Le Wanderers Football Club est un club de football anglais, actif entre 1859 et 1887. Principalement composée d’élèves des écoles privées de Londres, l’équipe des Wanderers a dominé les premières années du football anglais, en remportant notamment les deux premières éditions de la Football Association Challenge Cup, la plus ancienne compétition nationale de football au monde.

Jusqu’à la première édition de la Coupe d’Angleterre, lancée fin 1871, le club ne joue que des rencontres amicales, les règles variant de match en match. Même après la formation de la Fédération anglaise de football en 1863, dont les Wanderers sont un des membres fondateurs, le club continue à pratiquer le football avec des règles différentes de celles de la fédération. Il devient néanmoins une des équipes de pointe du football anglais : outre ses deux premières éditions, les Wanderers remportent trois victoires successives en Coupe d’Angleterre en 1876, 1877 et 1878, un exploit qui n’a été répété qu’une seule fois depuis.

Parmi les joueurs qui ont porté ce maillot, deux ressortent tout particulièrement : Charles Alcock, souvent considéré comme le « père du football moderne », et Arthur Kinnaird, 11e Lord Kinnaird, considéré comme le plus grand joueur des premières années du football. En accord avec leur nom qui signifie « les Vagabonds », les Wanderers n’ont jamais eu de stade attitré et ont joué sur différents terrains de Londres et de ses environs.

Au milieu des années 1880, le club perd de sa superbe et commence à décliner. Les dernières années, il ne dispute plus qu’un seul match par an contre Harrow School, l’école d’origine d’un grand nombre des membres du club. Les Wanderers disparaissent complètement après décembre 1887… pour renaître 122 ans plus tard, en 2009. Le club participe depuis à des matchs caritatifs en faveur de l’UNICEF et dispute un championnat amateur régional.

Jean-Michel Larqué

Jean-Michel Larqué sous les couleurs du Racing Club de Paris en 1982

Jean-Michel Larqué, né le à Bizanos (Pyrénées-Atlantiques), est un footballeur français qui évolue principalement au poste de milieu de terrain de la fin des années 1960 jusqu'au début des années 1980, reconverti en journaliste sportif.

Il débute dans le football au club de la Jeanne d'Arc le Béarn de Pau et remporte le concours du jeune footballeur en 1964. Recruté par l'AS Saint-Étienne, il rejoint l'équipe première en 1966 et en devient le capitaine quelques années plus tard. Remportant de nombreux trophées sur la scène nationale avec l'équipe stéphanoise, il participe à l'« épopée des Verts » qui échoue en finale de la Coupe d'Europe des clubs champions contre le Bayern Munich en 1976. Un an plus tard, il signe au Paris Saint-Germain où il devient entraîneur-joueur. Après deux ans au Paris SG, il termine sa carrière dans le club du Racing Club de Paris où il est de nouveau entraîneur-joueur. Il met un terme à sa carrière en 1983.

En équipe de France dont il est capitaine à trois reprises, Jean-Michel Larqué joue quatorze matchs et inscrit deux buts entre 1969 et 1976. Il participe également aux Jeux olympiques de 1968 à Mexico.

Il devient en 1979 commentateur sportif sur Antenne 2 aux côtés de Thierry Roland. En parallèle, il est journaliste pour le mensuel Onze Mondial à partir de 1980 puis rédacteur en chef de cette revue jusqu'en 2001. Après avoir quitté Antenne 2 pour TF1 en 1984, il poursuit sa carrière de commentateur toujours aux côtés de Thierry Roland, avec lequel il forme l'un des duos les plus célèbres de la télévision française. Leur duo et la célèbre phrase de Larqué « Tout à fait Thierry » inspirent Les Guignols de l'info qui créent leurs marionnettes en 1992.

En octobre 2001, il rejoint RMC Info et depuis le , il anime l'émission Larqué Foot sur cette même radio. Quand Thierry Roland quitte TF1 en 2004, Jean-Michel Larqué forme des duos avec Thierry Gilardi jusqu'au décès de ce dernier puis avec Christian Jeanpierre. À l'issue de la Coupe du monde 2010, Larqué quitte TF1. En 2011, son tandem avec Thierry Roland est reformé sur CFoot et également sur M6 pour commenter un match de l'Équipe de France. Il rejoint définitivement M6 pour commenter avec Denis Balbir les matchs de l'Euro 2012 suite au forfait de Thierry Roland pour raisons médicales puis à son décès quelques jours plus tard.

Olympique lillois (football)

Logo de l'Olympique lillois.

La section football de l'Olympique lillois (dont le diminutif est OL) est un ancien club de football français créé en 1902 à Lille, fondu en 1944 au sein du Lille OSC.

Son histoire est mouvementée : en 1907, l'OL absorbe l'Iris Club lillois et le Stade lillois. L'Iris Club décide de reprendre son indépendance en 1924 avant de revenir vers l'OL en 1941 pour former l'Olympique Iris Club lillois. Quelques mois après une seconde scission avec l'Iris Club début 1944, l'Olympique lillois disparaît en fusionnant avec le rival du Sporting Club fivois (aussi connu sous le nom de SC Fives ou SCF) pour fonder le Stade lillois, futur Lille Olympique Sporting Club.

L'OL est résident du terrain de l'avenue de Dunkerque, connu ensuite comme le stade Victor-Boucquey puis stade Henri-Jooris ; son siège social est basé au café Bellevue, sur la Grand'Place de Lille. C'est un club populaire (il compte 2 000 membres adhérents en 1921) et une des valeurs sûres du football du Nord-Pas-de-Calais, dont il glane sept titres régionaux en vingt ans. Les « Dogues » (surnom des joueurs évoluant au club) parviennent même à se faire une place sur le plan national en remportant en 1914 le championnat de France USFSA et le Trophée de France. Le trophée de France mettant aux prises les champions des quatre fédérations françaises de football concurrentes, l'Olympique lillois peut être considéré comme le meilleur club de France cette année-ci.

D'abord favorables au professionnalisme, l'OL et son président emblématique Henri Jooris se rétractent ensuite par peur de perdre leur influence régionale. Poussé par la professionnalisation du SC Fives, le club franchit finalement le pas à son tour en 1932. Ce choix s'avère bénéfique puisque l'OL remporte la première édition du championnat de France de football professionnel en 1933, en battant en finale l'AS Cannes. Après avoir raté le doublé championnat-coupe de France en 1934, les derniers coups d'éclat de l'OL sont une deuxième place du championnat 1935-1936 et un parcours jusqu'en finale de la coupe de France 1938-1939.

Football Club de Mulhouse

Le Football Club de Mulhouse, couramment abrégé en FC Mulhouse ou FCM, est un club de football français fondé en 1893 sous le nom de FC Mülhausen 1893, dans la mesure où l'Alsace était alors sous administration allemande. Il dispute ses premières compétitions officielles à partir de 1903 au sein de la fédération allemande, avant de prendre son nom actuel et de rejoindre les compétitions françaises en 1919, après la reconquête de l'Alsace-Lorraine par la France. Le club emménage en 1906 au stade vélodrome de Mulhouse, puis déménage en 1921 au stade de Bourtzwiller, avant de s'installer définitivement à Dornach, où est construit le Stade de l'Ill.

Le club obtient le statut professionnel en 1932 et devient alors un des premiers clubs professionnels français. Il participa au premier championnat de France de Division 1, la même année. C'est pendant la Seconde Guerre mondiale qu'il réalise ses meilleures performances, avec trois titres en Gauliga Elsass entre 1941 et 1944. Redevenu amateur en 1946, il retrouve la Division 2 en 1970 puis le statut professionnel en 1981 ; il atteint à deux reprises la Division 1 en 1982 et 1989, puis stagne en Division 2 dans les années 1990.

Les résultats intéressants du FC Mulhouse s'arrêtent avec la relégation en championnat National, le troisième niveau du football français, en 1998. Les problèmes financiers récurrents du club aboutissent à un dépôt de bilan prononcé en 1999 et une relégation administrative en championnat de France amateur. Le club évolue depuis entre CFA / National 2 (1999-2004, 2005-2017, à nouveau depuis 2019) et CFA 2 / National 3 (2004-2005 et 2017-2019). Les ambitions de remontée en National et Ligue 2 n'ayant toujours pas été satisfaites.

Stade de Reims

Envahissement du stade Auguste-Delaune en 2012.

Le Stade de Reims est un club de football français, fondé le à Reims, en Champagne-Ardenne.

Né de la réunion de plusieurs clubs, au premier rang desquels la Société sportive du parc Pommery, le Stade de Reims emménage en 1934 dans le nouveau vélodrome municipal, futur stade Auguste-Delaune. Champion de France amateur en 1935, le club opte pour le professionnalisme et intègre la deuxième division du championnat de France. En 1938, la fusion avec le Sporting Club rémois, le grand rival local au maillot rouge et blanc, donne un nouvel élan à l'ensemble, qui est promu en première division à la sortie de la guerre.

Dans les années 1950, le Stade de Reims s'impose comme le principal club français, amassant en quelques années un palmarès prestigieux. Porté par des personnalités emblématiques (l'entraîneur Albert Batteux, le président Henri Germain ou encore le meneur de jeu Raymond Kopa), il remporte à six reprises le championnat de France et deux fois la coupe de France entre 1949 et 1962. Représentants français à la première édition de la Coupe des clubs champions européens en 1956, les coéquipiers du capitaine Robert Jonquet s'inclinent de justesse en finale face au Real Madrid. L’histoire se répète trois ans plus tard, face au même adversaire.

Le licenciement de Batteux en 1963 coïncide avec le recul sportif du club, relégué en deuxième division en 1964 et 1967. De retour dans l'élite dans les années 1970, le club rémois ne parvient pas à retrouver l'éclat du passé, malgré les exploits de l'Argentin Carlos Bianchi. Sauvé de justesse de la faillite en 1978, relégué l'année suivante, il devient un pensionnaire régulier de la D2 jusqu'à sa liquidation judiciaire en 1991.

Le Stade de Reims repart en Division d'honneur du Nord-Est, 6e échelon du football français, d'où il lui faudra dix saisons pour remonter en Ligue 2, où il se stabilise. En 2012, le Stade de Reims fait finalement son retour dans l'élite, 33 ans après sa dernière saison au plus haut niveau national.

Le club est présidé par Jean-Pierre Caillot depuis 2004 et dirigé par David Guion depuis juin 2017. L'équipe première évolue au sein du championnat de France de Ligue 2.

Football Club de Sète 34

Les joueurs sétois réunis autour du trophée de la Coupe de France en 1934.

Le Football Club de Sète 34 est un club français de football basé à Sète et fondé en 1900 sous le nom d'Olympique de Cette.

L’Olympique de Cette est l’un des clubs pionniers du football languedocien dont il va être le moteur pendant de nombreuses années, en remportant pas moins de sept titres de champion du Languedoc entre 1907 et 1914. Devenant alors le FC Cette, il va dominer la prestigieuse Division d’Honneur du Sud-Est en décrochant les sept premières éditions de cette compétition devançant notamment l’Olympique de Marseille, le Stade Olympique Montpelliérain et le SC nîmois.

En 1930, la ville change de nom et le club devient le FC Sète. Le club héraultais décroche son premier titre majeur en remportant la Coupe de France face au Racing Club de France. C'est donc en tant qu'équipe de premier rang que le FC Sète intègre en 1932 le premier championnat de France national, qu’il remporte dès 1934, signant par ailleurs le premier doublé de l’histoire du football en France en remportant le titre de champion de France et la Coupe de France 1934. Le club redevient champion de France seulement cinq ans plus tard, mais le début de la Seconde Guerre mondiale va donner un coup d'arrêt brutal au club sétois qui ne retrouvera jamais son niveau d’antan. Se maintenant en Division 1 jusqu'en 1954, le club va connaître une lente agonie pour abandonner le professionnalisme en 1960.

Ainsi contraint à l’amateurisme pour des raisons financières, le club végète tout au long des années 1960 en DH puis en CFA, avant de retrouver la Division 2 de 1970 à 1977, puis de 1983 à 1989. En 1990, l’équipe, qui évoluait alors au stade Georges-Bayrou, déménage au stade Louis-Michel. Jusqu'en 2005, le club vogue entre Division 3, CFA et National. Cette année-là, le club accède à nouveau en Ligue 2 après 16 ans d’absence. Ne parvenant pas à se maintenir, le club redescend et est rétrogradé en 2009 en Division d’Honneur à la suite d'une liquidation judiciaire. Après avoir terminé première en 2012, l’équipe évolue actuellement en CFA 2.

Racing Club de France football Colombes 92

Photo d'équipe sur deux rangs, dont l'un où les joueurs sont assis. Une coupe est posée devant le premier rang.

Le Racing Club de France football Colombes 92, plus communément appelé « Racing Colombes 92 » ou simplement « Racing », est un club de football fondé en 1896, en tant que section du Racing Club de France, un club omnisports parisien créé en 1882.

Le Racing connaît de nombreuses identités au cours de son histoire et deux périodes de professionnalisme. La première, la plus longue, de 1932 à 1966, sous le nom de Racing Club de Paris, le voit compter parmi les principaux clubs du championnat de France, grâce à des joueurs de renom et un jeu spectaculaire. Cette période lui permet de réaliser le doublé coupe-championnat en 1936, et d'enlever la coupe de France à quatre autres reprises. Principal club parisien depuis le déclin du Red Star, le club sombre pourtant brutalement en 1967.

Le club renaît dans les années 1980 sous le nom de « Racing Paris 1 » puis de « Matra Racing », sous l'impulsion de l'homme d'affaires Jean-Luc Lagardère. Malgré l'importance des sommes investies, l'équipe ne rencontre de succès ni sportif ni populaire. Finalement lâchés par leur investisseur, les Parisiens atteignent en guise d'adieu la finale de coupe de France. Plombé par des déboires financiers chroniques, le club replonge dans l'amateurisme dont il n'est pas sorti aujourd'hui.

En dehors de ces deux périodes, le club se trouve sous la tutelle plus ou moins marquée du club omnisports Racing Club de France. En 2007, la section football, soutenue depuis 1991 par le Conseil général des Hauts-de-Seine, doit prendre son indépendance. Après un partenariat de trois ans avec la ville de Levallois-Perret, le club revient en 2012 à Colombes, la ville où il est basé historiquement. Les Racingmen sont en effet résidents du stade Lucien-Choine, une annexe du stade Yves-du-Manoir qu'ils utilisaient jusqu'en 2006. Le Racing évolue pour la saison 2012-2013 en championnat de France amateur 2, le cinquième niveau national, avec l'ambition de faire son retour à court terme en championnat National.

Association sportive de Saint-Étienne

L'équipe stéphanoise en 1968.

L'Association sportive de Saint-Étienne, abrégé en ASSE, AS Saint-Étienne ou encore « Sainté », est un club de football français fondé en 1919 par le Groupe Casino, et basé à Saint-Étienne (Loire). Dix titres de champion de France, six Coupes de France et une finale de Coupe des clubs champions européens composent le palmarès d'un des clubs les plus titrés et les plus populaires du football français.

Officiellement professionnel depuis 1933, l'AS Saint-Étienne atteint son apogée dans les années 1960 et 1970, lorsqu'il remporte huit titres de champion de France en seulement treize saisons. En 1976, les Verts de Robert Herbin provoquent une ferveur nationale peu commune en atteignant la finale de la Coupe d'Europe des clubs champions. Ils sont finalement battus par le Bayern Munich, sur un terrain devenu célèbre pour ses « poteaux carrés ». En 2012, les Stéphanois entament leur 60e saison en première division du championnat de France, ce qui en fait le troisième club dans ce domaine.

Depuis qu'il est professionnel, le club réside au Stade Geoffroy-Guichard. Depuis 2004, le club est co-présidé par Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, qui sont les deux actionnaires principaux du club. L'équipe première, entraînée par Óscar García Junyent depuis le mois de juin 2017, évolue en première division.

Youri Djorkaeff

Portait de Youri Djorkaeff.

Youri Raffi Djorkaeff est un footballeur français, né le à Lyon. Il évolue au poste de milieu offensif du milieu des années 1980 au milieu des années 2000. Surnommé le « Snake » (le serpent), il est le fils de « Tchouki », Jean Djorkaeff, autre ancien international français. Son père a des origines kalmoukes (Mongols de Russie) et sa mère une ascendance arménienne.

Durant sa carrière, il évolue dans de nombreuses équipes et joue dans cinq championnats différents. Tout d'abord révélé au FC Grenoble en Division 2 où, en dépit de son jeune âge, on lui confie le brassard de capitaine, il confirme son grand talent et son instinct du but au RC Strasbourg. Ambitieux et désireux de jouer en première division, il part pour l'AS Monaco et reste cinq saisons sur le Rocher. S'il ne parvient pas à remporter de titre de champion de France dans la principauté, cette période de sa carrière coïncide avec ses débuts en équipe de France. Il évolue par la suite au Paris Saint-Germain, avec lequel il remporte une Coupe des Coupes, avant de s'exiler en Italie à l'Inter Milan, en Allemagne à Kaiserslautern, en Angleterre du côté des Bolton Wanderers. Il achève sa carrière aux États-Unis en 2006, après avoir joué durant deux années aux MetroStars de New York.

Avec la sélection nationale, il connaît ses plus beaux succès : il remporte la Coupe du monde 1998, l'Euro 2000 puis la Coupe des confédérations 2001. Il met fin à sa carrière internationale à l'issue de la Coupe du monde 2002, soldée par un lourd échec et une élimination prématurée au premier tour de la compétition.

Au total, Youri Djorkaeff a inscrit plus de deux cents buts tout au long de sa carrière. Il vit actuellement toujours aux États-Unis, et est par ailleurs président du club amateur de l'Union Générale Arménienne de Décines, situé en région lyonnaise.

Cercle Bruges KSV

Tribune nord du Stade Jan Breydel

Le Cercle Bruges Koninklijke Sportvereniging, généralement appelé Le Cercle, est un club de football belge basé à Bruges. Il est fondé en 1899 par l'association des anciens élèves de l'Institut Saint-François-Xavier de Bruges, et s'affilie à la Fédération belge le 7 novembre de la même année. Il fusionne peu après avec le Rapid Football Club, puis en 1902 accueille une partie des anciens membres du Vlaamsche Football Club.

Le Cercle est la première équipe flamande à remporter le Championnat de Belgique de football en 1911, après un club wallon (le RFC Liège, trois fois) et deux clubs bruxellois (le Racing Bruxelles et l'Union, six fois chacun). Il remporte deux autres titres de champion de Belgique, en 1927 et en 1930, ainsi que deux Coupes de Belgique en 1927 et en 1985.

Après la Seconde Guerre mondiale, le Cercle entame une longue traversée du désert, chutant même à deux reprises en Division 3, et sans jamais s'approcher du haut du classement lors des saisons qu'il dispute en première division. Depuis son dernier retour au plus haut niveau en 2003, le club termine régulièrement en milieu de classement, obtenant son meilleur classement, une quatrième place, en 2008. Enfin, le Cercle participe également à trois reprises aux compétitions européennes (en 1985, 1996 et 2010), sans cependant dépasser le stade du premier tour.

Dès sa création, le Cercle entretient une forte rivalité avec l'autre club de la ville de Bruges, le Club, considéré comme « l'équipe des bourgeois », à l'opposé du Cercle vu comme « l'équipe des ouvriers ». Dans la Venise du Nord, on doit choisir son camp : on est soit « Blauw & Zwart » ((en français : « bleu et noir ») pour le Club), soit « Groen-Zwart » ((en français : « vert et noir ») pour le Cercle). Si la rivalité était autant idéologique que sportive durant près de quarante ans, l'évolution opposée des deux entités depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, notamment la montée en puissance du Club à partir de la fin des années 1960, a réduit l'impact sportif de leurs confrontations. Néanmoins, une défaite contre le rival ancestral est toujours très mal vécue, et à l'inverse, les victoires sont longuement célébrées et commentées. Bien que rivaux, les deux clubs partagent le stade Jan Breydel depuis 1975.

Le club, présidé par Paul Vanhaecke depuis le , évolue depuis 2015 en Proximus League, la deuxième division belge. Il dispute en 2016-2017 sa 110e saison dans les divisions nationales, dont 79 l'ont été au plus haut niveau.

Club olympique Roubaix-Tourcoing

Action de jeu pendant la rencontre.

Le Club olympique de Roubaix-Tourcoing est un ancien club de football professionnel français, fondé en 1945. Il est issu de la fusion de trois grands clubs des villes de Roubaix et Tourcoing, le Racing Club de Roubaix, l'Excelsior Athlétic Club de Roubaix et l'Union Sportive de Tourcoing, et d'un petit poucet, l'US Roubaix. Le siège du club est le Café de la Mairie à Roubaix, tandis que son enceinte principale est le stade Amédée-Prouvost, situé à Wattrelos.

Troisième pour son premier exercice dans l'élite, le CORT remporte le championnat de France de football professionnel dès la saison suivante, en 1946-1947. Le club peine cependant à entretenir ses succès avant de ne pouvoir éviter la relégation en deuxième division au bout de la saison 1954-1955. En proie à des dettes de plus en plus importantes, le club abandonne le statut professionnel en 1963. Après plusieurs saisons dans les divisions régionales, le CORT cesse finalement ses activités en 1970 après la reprise progressive de l'indépendance des quatre clubs.

Saison 1948-1949 des Sports réunis Colmar

La saison 1948-1949 des Sports réunis Colmar voit le club disputer pour l'unique fois de son histoire le championnat de France de football de Division 1, après avoir terminé deuxième de Division 2 1947-1948.

L'entraîneur est, depuis 1946, Charles Nicolas. Le club colmarien, qui vient de réaliser deux exercices satisfaisants en Division 2 avec l'ancien Troyen, décide de le maintenir à son poste.

La saison commence en demi-teinte, avec notamment une défaite 7-2 contre le tenant du titre, l'Olympique de Marseille. Il faut attendre la sixième journée pour une première victoire, contre le FC Nancy. Celle-ci ouvre la voie à des résultats irréguliers, alternant victoire, match nul et défaite, sur des scores variés, parfois très déséquilibrés. Cette série de résultats irréguliers s'arrête néanmoins à la vingt-deuxième journée, à partir de laquelle le club enchaîne neuf matchs sans victoire, dont sept défaites. Les trois derniers matchs sont toutefois des victoires. En Coupe de France, le club est éliminé en trente-deuxièmes de finale par l'US Quevilly, alors en CFA (D3).

À l'issue de la saison, l'équipe obtient son maintien, en finissant à la onzième place sur dix-huit. Toutefois, la mort du président-mécène des SRC Joseph Lehmann, un généreux industriel surnommé par les supporters « le bon papa Lehmann », entraîne la fin du professionnalisme à Colmar. Le club, ne pouvant plus s'assumer financièrement, décide d'abandonner sa place en Division 1, et de repartir en championnat amateur, soit au troisième niveau footballistique français.

Laurent Pokou

Laurent Pokou en mai 2011.

Laurent Pokou, de son nom complet Laurent N'Dri Pokou, est un joueur et un entraîneur ivoirien de football, né le à Abidjan, dans la commune de Treichville, et mort le dans la même ville. Il évolue au poste d'attaquant du milieu des années 1960 au tout début des années 1980, avant d'exercer comme entraîneur jusqu'en 1988.

Il se fait connaître nationalement alors qu'il joue avec l'USFRAN Bouaké puis l'ASEC Abidjan, club avec lequel il obtient la plupart des titres figurant à son palmarès. Avant-centre titulaire de l'équipe de Côte d'Ivoire, il obtient une reconnaissance internationale en obtenant le titre de meilleur buteur de la Coupe d'Afrique des nations en 1968 et 1970. Son record de quatorze buts, marqués lors de ces deux éditions de la compétition, n'est battu qu'en 2008, par Samuel Eto'o.

Également retenu par les autorités ivoiriennes, il est longtemps réticent à quitter la Côte d'Ivoire pour devenir footballeur professionnel. Il est cependant encouragé à le faire par Pelé, et finit par rejoindre la France fin décembre 1973, via le Stade rennais, puis l'AS Nancy-Lorraine en 1977, où il côtoie Michel Platini. S'il marque les esprits durant son passage à Rennes, son parcours est toutefois ponctué de nombreuses blessures et par son échec sous le maillot nancéien.

Vu par les médias et par ses pairs comme un joueur spectaculaire, rapide, dribbleur, et un buteur efficace, il monte par deux fois sur le podium du Ballon d'or africain, en 1970 et 1973. Parfois comparé à son contemporain Salif Keïta, et à son successeur en équipe de Côte d'Ivoire Didier Drogba, il est considéré comme l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du football ivoirien et africain.

Sporting Club fivois

SC fivois – Olympique lillois en septembre 1934.

Le Sporting Club fivois, parfois appelé SC Fives ou SCF, est un ancien club de football français fondé en 1901 à Fives, quartier de la ville de Lille. Le SC Fives disparaît en 1944 en fusionnant avec la section football de Olympique lillois (OL) pour donner naissance au Stade lillois, futur Lille Olympique Sporting Club. Le siège social du club est situé à Lille et le SCF joue ses rencontres à domicile au stade Félix-Virnot, renommé en 1937 stade Jules-Lemaire.

Club anonyme dans les années 1910, le club remporte quatre titres de Promotion d'Honneur du Nord après-guerre mais n'arrive pas à se stabiliser en Division d'Honneur, plus haut niveau régional. Le club se fait cependant remarquer sur la scène nationale aux débuts du football professionnel français. Sa décision d'adopter le statut professionnel en juillet 1932 amène le grand rival qu'est l'OL à se professionnaliser à contrecœur. Ensuite, le club fivois termine vice-champion de France en 1934 et se distingue en Coupe de France en atteignant la finale de la Coupe de France 1941 et trois autres demi-finales (1935, 1938 et 1939).

Équipe d'Éthiopie de football

L'équipe d'Éthiopie de football, surnommée les Walya (du nom du Walya ibex, le bouquetin d'Abyssinie) est constituée par une sélection des meilleurs joueurs éthiopiens sous l'égide de la fédération d'Éthiopie de football et représente le pays lors des compétitions régionales, continentales et internationales depuis sa création en 1947. Les Antilopes Walya, comme on les appelle dans le pays, disputent leurs rencontres à domicile au stade d'Addis-Abeba, situé dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba. Les Éthiopiens sont actuellement au 110e rang mondial selon le classement FIFA et au 28e rang africain. L'équipe est entraînée par Sewnet Bishaw, qui a pris son poste en novembre 2011. Sous sa direction, la sélection nationale s'est qualifiée pour la phase finale de la Coupe d'Afrique des nations de football 2013, une compétition dont elle était absente depuis trente-et-un ans.

C'est l'une des trois équipes (avec le Soudan et l'Égypte) à prendre part à l'édition inaugurale de la Coupe d'Afrique des nations en 1957. L'Éthiopie a remporté l'édition 1962, disputée à domicile mais n'a plus eu de résultats probants dans la compétition depuis la fin des années 1960.

Thierry Henry

Henry lors du MLS All-Star Game face à Manchester United en 2011.

Thierry Henry, né le aux Ulis (Essonne, France), est un footballeur international français qui évolue au poste d'attaquant aux Red Bulls de New York.

Durant sa jeunesse, il évolue dans plusieurs clubs de la région parisienne avant d'intégrer le centre de formation de l'INF Clairefontaine. Il est ensuite repéré par l'AS Monaco avec lequel il continue sa formation avant de débuter au niveau professionnel en 1994. Après avoir été sacré champion de France en 1997, il tente l'aventure à l'étranger dans le club de la Juventus. Insatisfait, il quitte le club italien au bout de six mois pour s'affirmer dans le championnat d'Angleterre chez les Gunners d'Arsenal durant huit saisons.

Arrivé au FC Barcelone en 2007, il remporte un sextuplé inédit dans l'histoire du football en 2009 : Ligue des champions, championnat d'Espagne, Coupe d'Espagne, Supercoupe de l'UEFA, Supercoupe d'Espagne et Coupe du monde des clubs. En 2010, il décide de rejoindre les États-Unis et signe aux Red Bulls de New York.

Seul joueur français à avoir disputé quatre Coupes du monde, Henry remporte la compétition en 1998, le Championnat d'Europe en 2000 et la Coupe des confédérations en 2003 avec l'équipe de France. Il détient également le record du nombre de buts inscrits en sélection nationale (51) et il est le second joueur le plus capé en équipe de France avec 123 sélections derrière Lilian Thuram (142)...

Amiens Sporting Club Football

L’Amiens Sporting Club, abrégé en Amiens SC, est un club de football français fondé en 1901 sous le nom d'Amiens Athlétic Club et situé à Amiens en Picardie.

Au cours de son histoire, l'Amiens SC a effectué l'essentiel de ses saisons aux deuxième et troisième niveaux du football français, participant notamment à trente-six saisons de Division 2. En plus de cent ans d'activité, le club n'a cependant jamais atteint la première division. Avant le début du professionnalisme en France en 1932, l'Amiens AC est l'un des meilleurs clubs français. Il remporte régulièrement le championnat de Picardie USFSA, puis devient deux fois champion du Nord dans les années 1920, tout en obtenant de bons résultats en Coupe de France. Tout d'abord réticent à l'adoption du professionnalisme, l'Amiens AC adopte ce statut en 1933 et prend part au premier championnat de France de Division 2, sans parvenir à monter en Division 1 par la suite. Le club abandonne le statut professionnel en 1952 et redevient amateur, participant jusqu'en 1970 au championnat de France amateur et à la Division d'Honneur du Nord. En 1970, le club retrouve la Division 2 grâce à une réforme des compétitions, puis oscille dans les années 1970 et 1980 entre la Division 2 et la Division 3. En 1991, le club retrouve le chemin du professionnalisme près de quarante ans après l'avoir quitté. Depuis cette date, le club s'est régulièrement maintenu en Division 2, devenue la Ligue 2, sans toutefois réussir à monter en Ligue 1.

L'Amiens SC n'a remporté aucune compétition nationale au cours de son histoire. Son principal fait d'armes est une finale de Coupe de France en 2001 alors que le club évoluait en National, troisième niveau du football français, performance que seuls quatre clubs ont réussie alors qu'ils évoluaient à un niveau inférieur à la deuxième division. L'Amiens SC n'a cependant pas remporté cette finale, défait aux tirs au but.

Le club est actuellement présidé par Bernard Joannin, et l'équipe première, entraînée par Christophe Pellissier depuis janvier 2015, évolue en Ligue 2 lors de la saison 2016-2017.

Saison 2011-2012 du Stade Malherbe Caen

But de Livio Nabab contre Auxerre.

La saison 2011-2012 du Stade Malherbe de Caen est la treizième de l'histoire du club bas-normand en première division du championnat de France, la deuxième consécutive au sein de l'élite du football français. C'est aussi la quatre-vingt-huitième de l'histoire du club.

L'équipe est dirigée pour la septième saison consécutive par Franck Dumas, un ancien joueur du club, qui occupe le poste d'entraîneur depuis mai 2005, tandis que le club est présidé par Jean-François Fortin depuis 2002. L'objectif déclaré en début de saison est d'obtenir un maintien plus tranquille que la saison précédente.

Le Stade Malherbe réalise un relativement bon début de saison, puisque les Normands se trouvent au neuvième rang en championnat au bout de treize journées, avec dix-huit points. La suite est plus difficile : Caen traverse trois mois sans gagner le moindre match de championnat et plonge en deuxième partie de tableau. Malgré une embellie en février, Caen continue de s'enfoncer et devient relégable pour la première fois de la saison à l'issue de la 30e journée. Les joueurs se reprennent en fin de saison et semblent pouvoir réaliser l'objectif de début de saison alors qu'ils comptent quatre points d'avance sur le premier relégable à trois journées de la fin. Caen termine le championnat par trois défaites lors des trois dernières journées qui plongent l'équipe à la dix-huitième place. Le Stade Malherbe est relégué alors qu'il n'a connu la zone de relégation que lors de deux journées...

Bert Trautmann

Photographie montrant une statue au musée de Manchester City représentant Bert Trautmann en équipement de gardien de but, couché, tenant un ballon de football des deux mains

Bernhard Trautmann, dit Bert Trautmann OBE, né le à Brême, est un footballeur allemand qui a joué comme gardien de but pour le club de Manchester City de 1949 à 1964.

Né pendant l'entre-deux-guerres en Allemagne, Trautmann rejoint la Luftwaffe, l'armée de l'air allemande, comme Fallschirmjäger au début de la Seconde Guerre mondiale. Il combat sur le front de l'Est trois ans, gagnant cinq médailles dont une Croix de fer. Il est transféré plus tard sur le front de l'Ouest où il est capturé par les Britanniques alors que la guerre touche à sa fin, et transféré dans un camp de prisonniers de guerre situé à Ashton-in-Makerfield. À la fin de la guerre, Trautmann refuse une offre de rapatriement, et après sa libération en 1948, s'installe dans le Lancashire, combinant un travail agricole et le poste de gardien de but de l'équipe de football locale de Saint Helens.

Ses performances à Saint Helens lui confèrent une réputation de bon gardien de but et suscitent l'intérêt des clubs professionnels de la Football League. En octobre 1949, il rejoint le club de Manchester City qui évolue en First Division, le plus haut niveau du football dans le pays. La décision du club d'engager un ancien parachutiste de l'Axe suscite des manifestations mais au fil du temps, il se fait accepter par le biais de ses prestations dans l'équipe, jouant 245 des 250 matchs suivants...

Supporters du Stade rennais football club

Photographie montrant la tribune d'un stade, avec un blason de grande taille en tissu, déployé par la foule.

Des supporters soutiennent et encouragent le Stade rennais football club. Créé en 1901, ce club de football français, basé à Rennes, suscite, dès ses premières années d'existence, un intérêt grandissant parmi les amateurs de sport en Bretagne, attirant plusieurs centaines, puis plusieurs milliers de personnes qui assistent aux rencontres disputées par ses équipes. Leur soutien et leur intérêt s'organisent sous la forme de diverses associations ou souscriptions, lesquelles jouent un rôle décisif dans la sauvegarde du club lorsque celui-ci se retrouve en difficulté financière, dans les années 1930 et 1970 notamment.

Club le plus populaire de la région Bretagne, mais dont la notoriété reste modérée sur la scène nationale, le Stade rennais voit parfois son rôle dépasser le simple cadre sportif : ses succès en Coupe de France en 1965 et 1971 sont l'occasion pour plusieurs milliers de personnes, portant fièrement les couleurs de la Bretagne, de suivre leur équipe jusqu'à Paris, et de célébrer ses victoires dans les rues de Rennes, participant au renouveau et à l'affirmation de l'identité bretonne dans les années 1970.

Suivant les évolutions économiques et sociales de la région rennaise et de la Bretagne, le public qui se masse dans les tribunes du stade de la route de Lorient voit sa composition se modifier au fil des décennies, avec la disparition progressive du tissu industriel rennais au profit du secteur tertiaire, transformant le soutien populaire en un public plus familial, souvent critiqué pour sa froideur et son exigence envers sa propre équipe. Suivant également les évolutions du football, il voit émerger la culture ultra, apparue à Rennes à la fin des années 1980, qui transforme la vie des associations de supporters, ainsi que les formes de soutien, avec ses animations, ses codes, et sa mentalité spécifique.

Arsène Wenger

Arsène Wenger

Arsène Wenger, né le à Strasbourg, est un footballeur français qui évolue au poste de défenseur entre les années 1963 à 1981. Après sa retraite de joueur, il occupe les fonctions d'entraîneur. Il dirige actuellement le club anglais d'Arsenal.

Sa carrière de joueur professionnel s'étale sur près de vingt années, pendant lesquelles il porte les couleurs de cinq clubs alsaciens. En 1963, il joue avec le FC Duttlenheim, club qu'il quitte six ans plus tard pour l'AS Mutzig, club amateur de CFA. Il y reste quatre ans avant de s'engager avec le FC Mulhouse, club où il va jouer en tant que professionnel tout en gardant une licence amateur. Après 2 saisons, il part jouer pour l'ASVP Strasbourg. En 1978, Wenger est transféré au RC Strasbourg, il y termine sa carrière de joueur. Au cours de cette dernière, Wenger dispute 69 matchs professionnels et remporte cinq compétitions, trois coupes d'Alsace, une division d'honneur et un championnat de France.

En 1981, il obtient son diplôme d'entraîneur et prend les rênes du centre de formation du RC Strasbourg. Deux ans plus tard, l’AS Cannes l'engage comme entraineur adjoint. Il y reste jusqu'en 1984. À cette date, il rejoint l'AS Nancy-Lorraine. Après trois saisons passées avec Les Chardons, il devient entraîneur de l’AS Monaco. Sa vision du jeu fait recette, le club de la Principauté remporte dès sa première année comme entraineur le Championnat de France. Malgré une Coupe de France remportée avec le club monégasque en 1991, Arsène Wenger est remercié par Monaco, en 1994, en début de saison. Il rebondit en janvier 1995 au Japon via le Nagoya Grampus. Wenger et son équipe permettent au club japonais de gagner ses deux premiers titres, la Coupe de l'Empereur en novembre suivie quelques mois plus tard de la Supercoupe du Japon en 1996...

Coupe du monde de football de 1930

L'équipe d'Uruguay.

La Coupe du monde de football de 1930 est la première édition de la Coupe du monde de football de la Fédération internationale de football association (FIFA). Elle se déroule en Uruguay du 13 au et voit la victoire de l'Uruguay en finale contre l'Argentine.

Sous l'impulsion de son président, le Français Jules Rimet, la FIFA décide de l'organisation d'une Coupe du monde le . Elle choisit l'Uruguay comme pays organisateur le pour fêter le centenaire de l'indépendance du pays, mais aussi car le pays accepte de payer les frais de participation des équipes et de construire un nouveau stade, le stade Centenario, dans un contexte économique difficile lié au krach de 1929. Toutes les équipes affiliées à la FIFA sont invitées à participer à la compétition mais seulement treize d'entre elles acceptent l'invitation, neuf du continent américain et quatre du continent européen. Peu d'équipes européennes acceptent de participer à cause de la durée du voyage en bateau, qui est de deux semaines.

Équipe de Corée du Nord de football

Deux équipes (en rouge et en jaune) entrent sur un terrain de football, accompagnés d'enfants

L'équipe de Corée du Nord de football est constituée par une sélection des meilleurs joueurs nord-coréens sous l'égide de la fédération de Corée du Nord de football et représente le pays lors des compétitions régionales, continentales et internationales depuis sa création en 1964. Les Chollima, comme les surnomment leurs supporters en référence au Chollima, une créature mythique, disputent leurs rencontres à domicile au Stade Kim Il-sung, situé dans la capitale nord-coréenne, Pyongyang. Les Nord-Coréens ont terminé l'année 2017 au 126e rang mondial du classement FIFA.

La situation diplomatique particulière de la Corée du Nord n'a pas facilité la participation de sa sélection aux diverses compétitions internationales de football. Elle est cependant la première nation asiatique à atteindre les quarts de finale d'une Coupe du monde, lors de l'édition 1966, où elle est éliminée par le Portugal. Depuis, elle ne s'est qualifiée que pour une seule autre phase finale, en 2010, sans passer le premier tour.

Équipe de Jamaïque de football

Maillot de la Jamaïque pour la Coupe du monde 1998.

L'équipe de Jamaïque de football est la sélection des joueurs de football jamaïcains représentant le pays lors des compétitions internationales sous l'égide de la Fédération de Jamaïque de football. Ses joueurs sont surnommés les « Reggae Boyz ».

L'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire le face à Haïti, match remporté sur le score de deux buts à un. À la suite de l'indépendance du pays en 1962, la sélection jamaïcaine dispute ses premières qualifications à une phase finale de Coupe du monde en 1966. Elle ne remporte son premier trophée qu'en 1991 lors de la Coupe caribéenne des nations. Elle compte six victoires dans cette compétition, la dernière en 2014.

En Gold Cup, le championnat continental, la sélection obtient ses meilleurs résultats en 2015 et 2017 en se hissant en finale de la compétition deux fois d'affilée. En Coupe du monde, la Jamaïque s'est qualifiée à une seule occasion pour un tournoi final en 1998, devenant ainsi la troisième nation caribéenne à atteindre ce niveau.

Les Jamaïcains disputent depuis 1962 leurs rencontres à domicile à l'Independence Park, stade de 35 000 places situé dans la capitale, Kingston. Les « Reggae Boyz » ont terminé l'année 2017 au 54e rang mondial selon le classement FIFA et au 4e rang de la CONCACAF.

Équipe de France de football à la Coupe du monde 1930

Plaque commémorative du départ de l'équipe de France de football à la Coupe du monde 1930.

L'équipe de France de football participe à la Coupe du monde de football de 1930 organisée en Uruguay du 13 au . Pour sa première participation à la compétition, où elle ne part pas favorite, la France est éliminée au premier tour, terminant troisième du groupe 1 derrière l'Argentine et le Chili, et devant le Mexique.

La France n'accepte l'invitation à participer que le 19 mai, environ deux mois avant le début de la compétition, poussée par le président de la FIFA, le Français Jules Rimet. L'équipe, composée en majorité de jeunes joueurs ne comptant que peu de sélections à leur actif, effectue le voyage en bateau en compagnie des sélectionneurs Raoul Caudron et Jean Rigal et du soigneur M. Panosetti pour seul encadrement technique. Les deux semaines de traversée sont effectuées avec les sélections de Belgique et de Roumanie.

Les Français disputent l'un des deux matchs d'ouverture contre le Mexique et s'imposent quatre buts à un, Lucien Laurent marquant le premier but de l'histoire de la Coupe du monde, puis s'inclinent deux fois par un but à zéro, d'abord contre l'Argentine puis contre le Chili.

En dépit de cette élimination, la presse française salue la prestation de l'équipe de France, malgré une couverture parcellaire de l'événement par celle-ci.

Bertrand Laquait

Bertrand Laquait.

Bertrand Laquait, né le à Vichy, est un joueur de football français qui évolue au poste de gardien de but. Il joue actuellement avec l'Évian Thonon Gaillard Football Club, en première division française.

Natif de Vichy et issu d'une famille tournée vers le football, Laquait commence sa carrière en jouant dans les clubs de sa ville. Jeune, il passe deux ans au Football Club Sochaux-Montbéliard après avoir signé un contrat de non-sollicitation. Il rejoint finalement son frère, Stéphane Laquait, au centre de formation de l'Association sportive Nancy-Lorraine et y poursuit sa formation. Il intègre le groupe professionnel en 1996 comme doublure de Frédéric Roux, joue son premier match professionnel en 1997, remporte son premier trophée, à savoir le Championnat de France de Ligue 2, en 1998, et devient titulaire en 1999.

Il quitte le club en 2002 après une saison marquée par les blessures et la mort de Philippe Schuth. Après quelques mois sans club, il signe avec le Royal Charleroi Sporting Club où il reste sept années, devenant un des meilleurs gardiens du championnat belge. Durant cette période, il est prêté une saison en Espagne, au Recreativo de Huelva où il a l'occasion de jouer contre de grandes équipes malgré un rôle de second.

En 2009, il signe avec l'Évian Thonon Gaillard Football Club et participe à la fabuleuse montée du club, qui remporte le championnat de National en 2010 ainsi que le championnat de Ligue 2 en 2011. Laquait devient le symbole de l'ETG, notamment lors du parcours en Coupe de France, en 2013, où Évian atteint la finale.

Équipe de France de football à la Coupe du monde 1934

L'équipe de France de football participe à la Coupe du monde de football de 1934 organisée en Italie du 27 mai au . Pour sa deuxième participation à la compétition, dont elle n'est pas tête de série, la France est éliminée dès son premier match en huitième de finale par l'Autriche, l'un des grands favoris du tournoi.

La France se qualifie aisément pour la compétition en battant le Luxembourg un mois et demi avant le début de la phase finale sur le large score de six buts à un. Le comité de sélection, composé de Raoul Caudron, Jean Rigal, Maurice Delanche et Gaston Barreau, constitue la sélection en emmenant quelques joueurs ayant participé à la Coupe du monde quatre ans auparavant, dont les trois joueurs les plus expérimentés de la sélection, Alexis Thépot, Edmond Delfour et Étienne Mattler, mais aussi plusieurs jeunes joueurs, dont Fritz Keller, Jean Nicolas, Roger Rio, Alfred Aston et Joseph Alcazar. L'équipe est de plus accompagnée par un entraîneur anglais, George Kimpton, embauché par la Fédération comme formateur.

Équipe de Yougoslavie de football

But du Yougoslave Katalinski en 1974.

L'équipe de Yougoslavie de football, créée en 1920 et dissoute en 1992, est la sélection de joueurs yougoslaves représentant le pays dans les compétitions internationales de football masculin. Elle défend successivement les couleurs du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, du Royaume de Yougoslavie, de la République fédérative populaire de Yougoslavie et enfin de la République fédérative socialiste de Yougoslavie.

Malgré plusieurs générations de joueurs renommés pour leur qualité technique, la Yougoslavie n'a remporté qu'un seul titre majeur, la médaille d'or des Jeux olympiques de 1960. Elle a cependant brillé régulièrement en compétition internationale, en atteignant les finales des Championnats d'Europe de 1960 et 1968, et l'une des huit premières places lors de sept des quatorze Coupes du monde qui se sont tenues entre 1930 et 1990.

Avec la dissolution progressive de la Yougoslavie, l'équipe nationale laisse la place au début des années 1990 aux sélections de Croatie et de Slovénie, de Macédoine, de Bosnie-Herzégovine, de Serbie et du Monténégro (ces deux dernières rassemblées au sein de la République fédérale de Yougoslavie de 1992 à 2003). La Serbie est considérée par la Fédération internationale de football association (FIFA), le Comité international olympique et l'Union des associations européennes de football (UEFA) comme l'héritière juridique et statistique des sélections de l'équipe de Yougoslavie.

Équipe d'Arabie saoudite de football

Finale de la Coupe d'Asie des nations 1984 entre l'Arabie saoudite et la Chine.

L'équipe d'Arabie saoudite de football (arabe : منتخب السعودية لكرة القدم) est la sélection de joueurs de football saoudiens représentant le pays lors des compétitions régionales, continentales et internationales sous l'égide de la fédération d'Arabie saoudite de football.

L'équipe nationale dispute, et remporte, la première rencontre de son histoire en 1957, face à la Syrie. Malgré une affiliation de la fédération à la Confédération asiatique de football puis à la FIFA dès 1956, la sélection ne s'engage pour la première fois dans les éliminatoires d'une Coupe d'Asie des nations qu'en 1975 et dispute ses premières qualifications à une phase finale de Coupe du monde en 1976.

Elle compte à son palmarès trois victoires en Coupe d'Asie des nations (1984, 1988 et 1996), ainsi que trois finales perdues, et a participé à quatre phases finales de Coupe du monde entre 1994 et 2006. Elle a également remporté la Coupe arabe des nations et la Coupe du Golfe des nations, respectivement deux et trois fois.

Les « Faucons », ou les « Verts », comme ils sont surnommés, disputent leurs rencontres à domicile au Stade international du Roi-Fahd, situé dans la capitale saoudienne, Riyad.

Les Saoudiens sont actuellement au 87e rang mondial selon le classement FIFA et au 9e rang asiatique. L'équipe est entraînée par l'Espagnol Juan Ramón López Caro, qui occupe ce poste depuis juillet 2013.

Équipe de Maurice de football

L'équipe de Maurice de football est la sélection de joueurs de football mauriciens représentant le pays lors des compétitions internationales sous l'égide de la Fédération de Maurice de football. Ses joueurs sont surnommés les « Dodos », animal emblématique du pays aujourd'hui disparu.

L'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire en 1947 face à La Réunion, match remporté sur le score de deux buts à un. À la suite de l'affiliation de la fédération à la Confédération africaine de football en 1963 puis à la FIFA en 1964, la sélection s'engage pour la première fois dans les éliminatoires d'une Coupe d'Afrique des nations en 1968 et dispute ses premières qualifications à une phase finale de Coupe du monde en 1972.

Elle compte à son palmarès une participation à une phase finale de la Coupe d'Afrique des nations en 1974 et deux victoires aux Jeux des îles de l'océan Indien en 1985 et 2003. Elle est également finaliste de cette compétition en 1990 et en 2011.

Le « Club M », son autre surnom à Maurice, dispute ses rencontres à domicile au Stade George-V, stade de 6 200 places, construit en 1955 et modernisé en 2003, situé à Curepipe. Les Mauriciens sont au 177e rang mondial selon le classement FIFA et au 45e rang de la Confédération africaine de football. L'équipe est entraînée par le Mauricien Akbar Patel, qui a pris son poste en 2009.

Équipe de Nouvelle-Zélande de football

Vaughan Coveny, ici en 2008 sous le maillot du Wellington Phoenix FC, est le meilleur buteur de l'histoire de la sélection.

L'équipe de Nouvelle-Zélande de football est constituée par une sélection des meilleurs joueurs néo-zélandais sous l'égide de la Fédération de Nouvelle-Zélande de football. Surnommée les « All Whites » ou les « Kiwis », elle représente le pays lors des compétitions continentales et internationales.

L'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire le face à l'Australie, match remporté sur le score de trois buts à un. Affiliée à la FIFA en 1948, la Fédération est membre fondateur de la Confédération du football d'Océanie en 1966. La sélection néo-zélandaise dispute ses premières qualifications à une phase finale de Coupe du monde en 1970.

Elle remporte son premier trophée en Coupe d'Océanie en 1973 et compte trois autres victoires dans cette compétition en 1998, 2002 et 2008. Elle compte également deux participations à une phase finale de la Coupe du monde, en 1982 et en 2010.

Meilleure nation de la Confédération du football d'Océanie depuis le départ de l'Australie vers la Confédération asiatique de football en 2006, elle occupe le 91e rang mondial du classement FIFA. Les Néo-Zélandais disputent leurs rencontres à domicile au Westpac Stadium, stade de 36 000 places situé à Wellington, ou au North Harbour Stadium d'Auckland, d'une capacité de 35 000 places. L'équipe est entraînée de 2005 à 2013 par le Néo-Zélandais Ricki Herbert.

Encadrement technique du Stade rennais football club

L'entraîneur du Stade rennais Frédéric Antonetti, en discussion avec un arbitre lors d'une rencontre disputée par son équipe en août 2011.

L’encadrement technique du Stade rennais football club regroupe l'ensemble des techniciens chargés d'encadrer et de diriger sportivement l'équipe de football du Stade rennais et ses joueurs. Durant les trente premières années de l'histoire du club, au début du XXe siècle, la présence d'un entraîneur n'est pas régulière. Importée de Grande-Bretagne, cette pratique demeure un luxe pour les clubs français, et le capitaine joue alors un rôle prépondérant par rapport à ses coéquipiers. À l'image de son premier entraîneur, le Gallois Arthur Griffith, qui exerce entre 1907 et 1909, le Stade rennais emploie d'abord des techniciens étrangers, afin que ceux-ci apportent leur expérience à l'effectif rennais. À partir des années 1930, le Stade rennais passant sous statut professionnel, la fonction devient récurrente. Au cours des années, les différents entraîneurs qui se succèdent à la tête du Stade rennais s'entourent d'autres techniciens pour les seconder. Il s'agit d'abord de joueurs de leur effectif, puis de plusieurs adjoints dédiés à partir de la fin des années 1980, parfois spécialisés dans l'entraînement des gardiens de but ou dans la préparation athlétique des joueurs.

Après les techniciens exclusivement étrangers qui exercent au Stade rennais jusqu'en 1936, le premier entraîneur français du club est Jean Batmale, qui reste à la tête de l'effectif professionnel rennais jusqu'en 1945, de façon quasi ininterrompue. À l'instar de Batmale, nombreux sont ensuite les anciens joueurs du club à occuper la fonction d'entraîneur, comme François Pleyer, Salvador Artigas, Henri Guérin et Antoine Cuissard. Les années 1960 sont marquées par le passage de l'un d'entre eux, Jean Prouff, qui dirige le Stade rennais lors de ses deux victoires en Coupe de France en 1965 et 1971. Développant un jeu offensif et spectaculaire, il est ensuite désigné « entraîneur du siècle » lors du centenaire du Stade rennais, en 2001. Depuis lors, aucun technicien ne dépasse les quatre années de présence consécutives à la tête de l'équipe rennaise, ceux-ci se succédant au gré des résultats et des orientations sportives du club.

Équipe de Bolivie de football

Le match Argentine-Bolivie (1-1) lors du premier tour de la Copa América 2011.

L'équipe de Bolivie de football (Selección Boliviana de Futbol) est la sélection de joueurs de football boliviens représentant le pays lors des compétitions régionales, continentales et internationales sous l'égide de la fédération bolivienne de football. Après une affiliation de la fédération à la Confédération sud-américaine de football puis à la FIFA en 1926, la sélection s'engage en Championnat sud-américain de football où elle dispute la première rencontre de son histoire la même année face au Chili. La Copa América 2011 constitue sa 24e participation à la compétition continentale. Elle compte à son palmarès une victoire en Copa América en 1963, ainsi qu'une finale perdue (en 1997), et a participé à trois phases finales de Coupe du monde (1930, 1950 et 1994).

Elle a également remporté le tournoi de football des Jeux bolivariens à deux reprises. La « Verde », comme elle est surnommée, dispute ses rencontres à domicile au Stade Hernando Siles, situé à La Paz, à plus de 3 700 mètres d'altitude. Les Boliviens ont terminé l'année 2013 au 70e rang mondial selon le classement FIFA et au 10e et dernier rang sud-américain. La sélection est sans entraîneur depuis la démission de l'Espagnol Xabier Azkargorta, qui occupe ce poste de juillet 2012 à mars 2014.

Équipe des Seychelles de football

L'équipe des Seychelles de football est la sélection de joueurs de football seychellois représentant le pays lors des compétitions internationales sous l'égide de la Fédération des Seychelles de football. Ses joueurs sont surnommés The Pirates.

L'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire en 1974 face à La Réunion, match perdu sur le score de deux buts à zéro.

Elle compte à son palmarès une victoire aux Jeux des îles de l'océan Indien en 2011. Elle est également finaliste de cette compétition en 1979.

La sélection dispute ses rencontres à domicile au Stade Linité, stade de 10 000 places, construit en 1992 et modernisé en 2007, situé à Victoria. Les Seychellois ont terminé l'année 2013 au 176e rang mondial selon le classement FIFA et au 45e rang de la Confédération africaine de football. L'équipe est entraînée par le Néerlandais Jan Mak, qui a pris son poste en 2013.

Éric Sikora

Éric Sikora en juin 2013.

Éric Sikora, né le à Courrières, dans le département du Pas-de-Calais, est un footballeur professionnel français ayant évolué au poste de latéral droit au Racing Club de Lens et devenu ensuite membre de l'encadrement technique de ce club.

Natif de la région lensoise, Éric Sikora intègre en 1980 le Racing Club de Lens via ses équipes de jeunes. Il en rejoint l'équipe professionnelle en 1985 et découvre à cette occasion la première division française. Après plus de dix ans au club et ayant connu avec lui aussi bien la Coupe UEFA que la deuxième division, Sikora remporte son premier titre en professionnel en 1998, le Championnat de France. Finaliste de la Coupe de France la même année, il gagne également la Coupe de la Ligue en 1999 et est demi-finaliste de la Coupe UEFA en 2000. Vice-champion de France en 2002, il arrête sa carrière de joueur en 2004 et entame une reconversion au sein du club artésien. Membre de l'encadrement technique, il est entraîneur de l'équipe première du à la fin de la saison lensoise 2012-2013. Il dirige ensuite l'équipe réserve du RC Lens.

Sikora, qui fait partie des footballeurs ayant effectué l'ensemble de leur carrière dans un seul et même club, est le joueur ayant disputé le plus de rencontres de première division avec le RC Lens. Il est considéré comme un acteur majeur de l'histoire de cette équipe.

Pascal Delhommeau

Flocage « Delhommeau » apposé sur un t-shirt, en l'honneur de son passage au Football Club de Metz.

Pascal Delhommeau, né le à Nantes, est un footballeur français. Évoluant au poste de défenseur central, il joue quatorze saisons au niveau professionnel et près de 300 matchs au sein de quatre équipes différentes.

Formé au FC Nantes, Delhommeau intègre l'effectif professionnel en 1997 et joue ses premiers matchs au haut niveau l'année suivante. Après trois saisons où il n'arrive pas à s'imposer parmi les titulaires, il est prêté au FC Lorient pour la deuxième partie de la saison 2001-2002. Après cette courte période dans la région bretonne, qui le voit remporter la Coupe de France 2001-2002, il revient à Nantes et devient un joueur clé de l'équipe pendant quatre saisons. Delhommeau reçoit le surnom du « Squale », pour ses qualités défensives ainsi que sa vigilance.

Se sentant écarté par l'entraîneur Serge Le Dizet, il quitte son club formateur en 2006 pour le FC Metz, évoluant en deuxième division. Dès sa première saison chez les Messins, il remporte le titre de champion de France de Ligue 2 et revient parmi l'élite du football français.

En 2008, il signe avec le Vannes OC, en Ligue 2, et joue trois saisons avec les Vénètes avant de prendre sa retraite professionnelle à la fin de la saison 2010-2011 à l'âge de trente-deux ans. Ensuite, Delhommeau retourne au niveau amateur où il intègre l'équipe de son village d'enfance, l'US Château-Thébaud, devenant éducateur auprès des jeunes joueurs.

Football Club de Chambly Thelle

Le Football Club Chambly Oise est un club de football français basé à Chambly dans le pays de Thelle en Picardie. Fondé en 1989 par deux frères, Fulvio et Bruno Luzi, il fait ses débuts en cinquième division de la Ligue de Picardie de football, dont il remporte directement la poule. L'équipe première évolue depuis ses débuts au stade des Marais de Chambly.

L'histoire du club est une succession de promotions qui permet à l'équipe-fanion de s'extirper des championnats de district dès 2002, année où elle obtient sa promotion en Interdistricts de la Ligue de Picardie. Champion d'Interdistricts en 2005, le club évolue trois saisons en Promotion d'Honneur avant d'obtenir sa promotion en Division d'Honneur. Champion de Picardie en 2010, le club des frères Luzi est alors affecté au groupe A du championnat de France amateur 2 (CFA 2).

Le grand-public découvre véritablement le FC Chambly en janvier 2012, quand ce dernier joue un trente-deuxième de finale de la Coupe de France contre l'Association de la jeunesse auxerroise. À l'issue de la saison, l'équipe finit première de son groupe de CFA 2, et monte ainsi en championnat de France amateur (CFA). Deux ans plus tard, en 2014, l'équipe finit vainqueur de groupe et accède au National (troisième niveau) où il évolue depuis.

Football Club de Colmar

Le Football Club de Colmar est un ancien club de football français fondé à Colmar en 1905 sous l'appellation Fussball Klub Colmar, dans la mesure où l'Alsace était alors sous administration allemande. Engagé dès sa deuxième année d'existence dans les championnats du Verband Süddeutscher Fußball-Vereine, fédération regroupant alors les clubs d'Allemagne du Sud, le FK Colmar ne s'y distingue guère. Dissous en 1914, le club est refondé en 1924 sous le nom de Football Club de Colmar, dénomination qu'il gardera la majeure partie de son existence.

Le nouveau club s'affirme rapidement comme un pilier des championnats régionaux, mais refuse plusieurs fois la montée en Division d'Honneur. Il faut attendre 1936 pour que les équipes dirigeantes acceptent l'intégration de l'équipe fanion à l'élite des clubs alsaciens. Dès 1938, le FC Colmar est sacré champion d'Alsace. Pendant la seconde guerre mondiale, le FCC est l'un des rares clubs à participer à toutes les éditions de la Gauliga Elsass, malgré une certaine implication dans la résistance. En 1948-1949, les locataires du Stade du Ladhof disputent le Championnat de France amateur qui correspond alors au troisième niveau de la hiérarchie du football français.

Malgré ces résultats encourageants, le FC Colmar ne se maintient pas, et s'enlise dans les championnats régionaux de Division d'Honneur (DH), puis de Promotion d'Honneur. Remontée en DH en 1961, l'équipe s'y stabilise, réalisant ponctuellement des saisons intéressantes. En 1977, le FC Colmar décide d'abandonner son nom et sa couleur bleue, et devient le Stade Colmar 77, dont la couleur est le rouge. Sur le plan sportif, c'est un succès, l'équipe fanion remontant dès la première saison en Division 3, et disputant la nouvelle Division 4 la saison suivante. Le changement d'identité du club est toutefois contesté, et de nombreux supporters et soutiens se détournent rapidement de la nouvelle entité. Retombé en DH en 1980, le Stade Colmar 77 est relégué en Promotion d'Honneur en 1983, puis en D1 départementale deux ans plus tard. En juin 1986, le club cesse toute activité.

Groupe sportif Consolat

Le Groupe sportif Consolat, ou Consolat Marseille, est un club français de football fondé en 1964 et basé à Marseille, dans le département des Bouches-du-Rhône. Le club tire son nom de la cité Consolat située dans le quartier marseillais de La Calade.

Créé en 1964 par des familles de la Cité de Consolat, le club est présidé depuis 1983 par Jean-Luc Mingallon. Président emblématique du GS Consolat, il pousse l'équipe, qui évoluait alors en championnat départemental, à gravir les échelons. Cela se traduit par une montée en Division d'Honneur en 1999.

En 2006, le club atteint le niveau national amateur, avec la montée en CFA 2 (D5). Cette montée entraîne alors de nombreux derbys avec la réserve de l'Olympique de Marseille et l'US Endoume. La volonté de devenir « le deuxième club de Marseille » est réalisée quand le GS Consolat accède au CFA en 2011. Cette montée est suivie par un titre en 2014, permettant au club de disputer le National pour la première fois de son histoire.

Pour la première saison à ce niveau, coïncidant avec le cinquantenaire du club, l'ancien international William Prunier est nommé entraîneur. Le club ambitionne alors de devenir professionnel.

Football Croix-de-Savoie 74

Johann Durand, gardien historique des Croix-de-Savoie qui a tout connu avec ce club, périodes difficiles comme périodes de gloire.

Le Football Croix-de-Savoie 74 est un club de football français créé en 2003, né de la fusion du Football Club de Gaillard et du Football Club de Ville-la-Grand, deux clubs hauts-savoyards. En 2007, le club fusionne avec l'Olympique Thonon Chablais pour former l'Olympique Croix de Savoie 74 (au moment où Ville-la-Grand quitte d'ailleurs l'association) qui deviendra en 2009 l'Évian Thonon Gaillard Football Club.

Sous l'impulsion de l'ancien joueur professionnel Pascal Dupraz, le Football Club Gaillard, petite ville de Haute-Savoie, parvient à s'extraire des championnats régionaux pour s'installer au niveau national (CFA 2, puis CFA) à la fin des années 1990. Pour pouvoir pérenniser la présence du club à ce niveau, les dirigeants s'associent en 2003, avec un autre club de la banlieue d'Annemasse, le FC Ville-la-Grand.

Le nouveau club, baptisé Football Croix-de-Savoie 74, dans le but de fédérer les haut-savoyards derrière un projet footballistique ambitieux commun et jusqu'alors inédit depuis l'aventure en deuxième division du CS Thonon (années 1980) puis du FC Annecy (début des années 1990), va continuer son expansion en passant deux saisons en championnat de France National (3e division). Mais de graves problèmes internes (financiers notamment) menacent la survie du club. Et c'est ainsi que Franck Riboud, président-directeur général du groupe Danone, fortement implanté dans le Chablais, est approché. Intéressé par le projet de la famille Dupraz, alors aux commandes du club, il œuvra, en collaboration avec eux, à la structuration de ce club qui fusionnera à nouveau, en s'associant avec l'Olympique Thonon Chablais.

Urbain Wallet

Urbain Wallet, né le à Montdidier et mort le à Belloy-sur-Somme, est un footballeur international français qui occupait le poste d'arrière.

Wallet effectue toute sa carrière dans un seul club, l'Amiens AC, jouant en équipe première de 1916 à 1932. Il reste pendant toute cette période sous statut amateur, ne souhaitant pas passer professionnel lorsque ce statut est créé en France en 1932 en même temps que le championnat de France professionnel. Tout en exerçant le métier de commerçant en grains et engrais, il remporte deux fois le championnat du Nord, l'un des championnats régionaux les plus disputés, en 1924 et en 1927. Il participe aussi aux demi-finales de la Coupe de France en 1930, battu par le RC France.

Grâce à ses bonnes performances en club, il est sélectionné à vingt-et-une reprises en équipe de France entre 1925 et 1929, participant notamment à l'épreuve de football aux Jeux olympiques de 1928 à Amsterdam. Sa vitesse et son physique massif lui valent même d'être surnommé le « balayeur de l'équipe de France » et il reste considéré comme l'un des meilleurs joueurs français de l'entre-deux-guerres.

Saison 1997-1998 du Racing Club de Lens

La saison 1997-1998 du Racing Club de Lens est la quarante-cinquième saison du club pas-de-calaisien en première division du championnat de France, la septième consécutive au sein de l'élite du football français. Cette saison marque l'histoire du club car c'est à l'issue de celle-ci que le RC Lens remporte son premier et unique titre de champion de France. Le club artésien atteint également pour la troisième fois de son histoire la finale de la Coupe de France.

Daniel Leclercq entraîne le club lors de cette saison qui se déroule juste avant la Coupe du monde organisée par la France et pour laquelle le stade Bollaert accueille plusieurs matchs. Leclercq prend les commandes de l'équipe en début de saison après avoir été la saison précédente l'adjoint de Roger Lemerre, lui-même arrivé en fonction en cours d'année 1997 pour empêcher une éventuelle relégation lensoise en deuxième division. Leclercq met en place une tactique basée sur l'offensive et la vitesse. Pour cela, il compte sur des joueurs présents depuis plusieurs années, tels Jean-Guy Wallemme, natif de la région, formé au club et capitaine de l'équipe, ou le gardien Guillaume Warmuz. Les recrues Anto Drobnjak et Stéphane Ziani occupent également un rôle central dans l'équipe sang et or.

Sixième du championnat à mi-saison, le RC Lens prend la tête du championnat à l'issue de sa victoire à l'extérieur lors de la trentième journée contre le FC Metz, alors leader. Les Lensois ne quittent plus la première place et sont sacrés lors de la dernière journée après un match nul à Auxerre contre l'AJA. Parallèlement à ce parcours victorieux en championnat, le RC Lens s'incline en finale de la Coupe de France et en demi-finale de la Coupe de la Ligue contre le Paris Saint-Germain.

Équipe des îles Cook de football

L'équipe des îles Cook de football est constituée par une sélection des meilleurs joueurs cookiens sous l'égide de la Fédération des îles Cook de football. Elle représente le pays lors des compétitions continentales et internationales.

L'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire le face à Tahiti, match perdu sur le score de trente buts à zéro, la plus lourde défaite de la sélection. Affiliée à la FIFA en 1994, la sélection cookienne dispute ses premières qualifications à une phase finale de Coupe du monde en 1998. Elle joue, à cette occasion, sa première rencontre sous l'égide de la FIFA, le face aux Tonga, une défaite deux buts à zéro.

Plus petit pays affilié à la FIFA avec moins de 20 000 habitants, la sélection a terminé l'année 2013 au 205e rang mondial du classement FIFA. Elle dispute ses rencontres à domicile au BCI Stadium d'une capacité de 3 000 places.

Union sportive Orléans Loiret football

Orléans, en jaune, lors du match contre le Paris FC le 22 avril 2012.

L’Union sportive Orléans Loiret football est un club de football français situé à Orléans dans le département du Loiret en région Centre. L'USO est fondé en 1976 suite à la fusion de la section football de l'Arago sport orléanais avec l'US Orléans omnisports.

L'US Orléans prend la continuité sportive de l'Arago en Division 3 et remporte le groupe Ouest en 1978. Montée en deuxième division et professionnelle depuis 1980, l'USO réalise la même année son plus bel exploit sportif en se hissant en finale de la Coupe de France. En 1992, elle est reléguée administrativement et placée en liquidation judiciaire. Le club retrouve la Division d'Honneur Centre. Après cette relégation, la remontée progressive des Orléanais vers les divisions professionnelles se fait régulière, notamment à partir de 2002, date à partir de laquelle l'USO ne connaît plus de relégation. En 2010, l'US Orléans 45 d'alors remporte son groupe de CFA puis le titre de troisième division quatre saisons plus tard. L’équipe redevient professionnelle en juillet 2014 suite à sa montée en Ligue 2.

L'US Orléans dispute ses matchs à domicile au stade de la Source, et évolue en jaune et rouge à domicile. Depuis septembre 2010, elle dispose d'un centre de formation. L'équipe première est entraînée par Olivier Frapolli depuis l'été 2012 et participe au Championnat de France de Ligue 2 lors de la saison 2014-2015.

Sports réunis Colmar

Les SRC en déplacement à Créteil en 2011.

Les Sports réunis Colmar, couramment abrégés en SR Colmar ou SRC, est un club de football français fondé en 1920, sur la base de l'AS Colmar, fondée en 1919. Il dispute ses premiers matchs au sein de la Ligue d'Alsace de football, atteint la DH en 1924 et obtient le statut professionnel dès 1937. Le club de l'industriel Joseph Lehmann, locataire du Stade des Francs depuis 1928, adopte cette année-là sa couleur verte.

Inscrit en Gauliga Elsass pendant la Seconde Guerre mondiale, le club retrouve la Division 2 en 1945 et participe à la Division 1 1948-1949. Toutefois, le décès du président Lehmann à la fin de cette saison entraîne la rétrogradation du club en CFA par manque d'argent. À cet abandon du professionnalisme succède une baisse de niveau significative, l'équipe première participant deux fois à la Promotion d'Honneur (D2 régionale) dans les années 1950. À partir de 1962, on retrouve les SRC épisodiquement en CFA, Division 3 ou Division 4, mais ils ne parviennent pas à s'y démarquer. En 1997, le club retrouve pour la cinquième fois les championnats nationaux et accède au CFA 2. Deuxième en 2008, le club monte en CFA, dont il est champion en 2010.

Le club est depuis 2012 présidé par Christophe Gryczka. L'équipe première, entraînée par Damien Ott depuis 2008, évolue en National et joue au Colmar Stadium, stade où le club évolue depuis 2001.

La Berrichonne de Châteauroux

Entrée du Stade Gaston-Petit.

La Berrichonne de Châteauroux est un club omnisports français fondé en 1883 et basé à Châteauroux. La section football débute ses activités au début des années 1900.

La Berrichonne fusionne en 1920 avec l'Avenir Club de Châteauroux, puis en 1935 avec l'AS Châteauroux. Au cours de son histoire, le club effectue l'essentiel de ses saisons de l'après-Seconde Guerre mondiale aux deuxième et troisième échelons du football français, participant notamment à trente-six saisons de Division 2. En plus de cent-trente ans d'activité, le club n'a cependant atteint la première division qu'une fois lors de la saison 1997-1998. Avant la suppression de la rupture amateur-professionnel en 1970, La Berrichonne est un club majeur de la Ligue du Centre en remportant cinq fois le championnat de Division d'Honneur et une montée à chaque fois pour le Championnat de France amateur de l'époque dont une défaite en finale en 1964. En 1970, La Berri participe au premier championnat de Division 2 « open » mêlant amateurs et professionnels et s'y maintient jusqu'en 1985. Remonté en D2 en 1991, le club remporte le titre de deuxième division en 1997 et auparavant celui de National 1 en 1994 après une année en D3. La Berri atteint la finale de la Coupe de France 2004 mais s'incline face au Paris Saint-Germain (1-0).

Le club dispute ses matchs à domicile au stade Gaston-Petit où il évolue en bleu et rouge. Il dispose depuis septembre 1995 d'un centre de formation. Thierry Schoen préside la structure professionnelle et l'équipe première, entraînée par Pascal Gastien depuis l'été 2014, évolue en Ligue 2 lors de la saison 2014-2015.

Union sportive quevillaise

US Quevilly-PSG au stade Michel-d'Ornano à Caen lors de la demi-finale de l'édition 2010.

L'Union sportive quevillaise, dit aussi US Quevilly ou plus familièrement USQ, est un club de football français fondé en 1902, basé au Petit-Quevilly (Seine-Maritime). Fondé pour la pratique de nombreux sports, le club se regroupe progressivement autour de sa section football pour se consacrer exclusivement à cette dernière.

Dans ses premières années, l'US Quevilly évolue dans l'ombre des deux clubs haut-normands du Havre AC et du FC Rouen, mais se distingue en atteignant notamment la finale de la Coupe de France en 1927. L'adoption par les clubs havrais et rouennais du professionnalisme en 1933 permet à l'USQ de remporter ses premiers titres de champion amateur de Ligue de Normandie. Le club quevillais, lui, n'adopte pas le statut professionnel, dans la continuité de l'esprit footballeur-ouvrier cultivé par le président fondateur du club Amable Lozai.

L'US Quevilly devient après-guerre l'un des principaux clubs du championnat de France amateur, troisième niveau national et premier niveau amateur, qu'il remporte en 1954, 1955, 1958 et 1967. En Coupe de France, il s'illustre en devenant le premier club amateur depuis l'avènement du professionnalisme à atteindre les demi-finales en 1968. Profitant de l'ouverture de la deuxième division aux clubs amateurs en 1970, l'USQ y évolue deux saisons avant de demander sa rétrogradation pour des raisons financières. La chute est ensuite rapide, le club ne parvient pas à se remettre à flot et le dépôt de bilan est prononcé en 1978.

L'USQ doit repartir du plus bas niveau de la hiérarchie du football français. Il faut plus de vingt ans au club pour atteindre le CFA2, cinquième niveau français et plus basse division nationale, puis le championnat de France amateur (CFA) en 2002 et le championnat de National en 2011. Surtout, l'USQ réalise deux nouveaux parcours marquants en Coupe de France : en 2010 il n'est éliminé qu'en demi-finale par le Paris Saint-Germain, puis deux ans plus tard il se qualifie pour la finale où il s'incline face à l'Olympique lyonnais.

Racing Club de Roubaix

L'équipe du RC Roubaix en janvier 1922.

Le Racing Club de Roubaix, abrégé en RC Roubaix, est un club de football français fondé en 1895, disparu en 1990 et situé à Roubaix dans le Nord-Pas-de-Calais.

Fondé le 2 avril 1895, le RC Roubaix est l'un des premiers clubs du Nord. Il devient rapidement le meilleur club de France, remportant cinq fois entre 1902 et 1908 le championnat de France USFSA, le premier championnat national de football organisé en France. Après la Première Guerre mondiale, le club continue sa suprématie. Il devient ainsi quatre fois champion du Nord entre 1923 et 1930. Les Roubaisiens atteignent ensuite deux fois la finale de la Coupe de France en 1932 et en 1933, mais s'y inclinent les deux fois, dont la deuxième lors d'un derby contre l'Excelsior AC Roubaix.

Le RC Roubaix passe professionnel en 1933. Il participe alors à trois saisons de Division 2 puis à trois saisons de Division 1. En 1945, le RC Roubaix fusionne avec l'Excelsior AC Roubaix et l'US Tourcoing pour former le CO Roubaix-Tourcoing, qui devient champion de France en 1947. Le RC Roubaix reprend son indépendance en 1963, mais, loin de ses années de gloire, fusionne dans la foulée avec le Stade roubaisien pour former le Racing Stade de Roubaix, qui repart dans les divisions régionales et ne parvient pas ensuite à monter dans la hiérarchie. Le RS Roubaix finit par être absorbé en 1990 par Roubaix Football, issu de l'Excelsior AC Roubaix, mettant fin au club après 95 ans d'existence.

Stade athlétique spinalien

Le SAS (en jaune et noir) au Colmar Stadium en 2010.

Le Stade athlétique spinalien, couramment abrégé en SAS Football, SAS Épinal, SA Épinal ou SAS est un club de football français fondé en 1941 par fusion de deux clubs et basé à Épinal. Débutant dans le cadre difficile de la Seconde Guerre mondiale, le SAS participe pour la première fois au CFA dès 1948 et remporte son groupe en 1953. Ces premiers résultats sont toutefois suivis d'une première crise, le club spinalien retrouvant la Promotion d'Honneur deux ans plus tard.

Le SAS Football, remonté en Division 3 en 1971, est promu en Division 2 en 1974 où il enchaîne maints exercices honorables dans les années 1970. Toutefois, le club, locataire du stade de la Colombière depuis sa fondation, est marqué par une seconde crise après sa relégation en 1979 et se retrouve en Division 4 deux ans plus tard. Remontant progressivement, le club retrouve la Division 2 en 1990 et adopte le statut professionnel. Au cours des années 1990, le SAS oscille entre D2 et National, jusqu'à son dépôt de bilan, prononcé en 1998.

Contraint de redémarrer en Division d'Honneur, le club spinalien retrouve les championnats nationaux en 2003 et remporte son groupe de CFA 2 l'année suivante. Il faut attendre 2011 pour que le club remonte en National, niveau auquel il évolue actuellement après y être remonté en 2014. Le club est présidé par Yves Bailly et entraîné par Laurent Bénier depuis décembre 2014.

Saison 2001-2002 du Racing Club de Lens

Guillaume Warmuz, gardien de but et capitaine du RC Lens en 2001-2002.

La saison 2001-2002 du Racing Club de Lens est la quarante-neuvième saison du club pas-de-calaisien en première division du championnat de France, la onzième consécutive au sein de l'élite du football français. Cette saison voit l'équipe artésienne se classer deuxième en championnat après avoir été en tête de celui-ci durant vingt-huit journées et jusqu'au coup d'envoi de la dernière rencontre.

Au sortir d'une saison 2000-2001 où le RC Lens dispute le maintien, l'équipe professionnelle se voit dotée d'un nouvel entraîneur, Joël Muller. L'effectif est également remanié. Après un bon début de saison, le RC Lens prend la tête du championnat. Toutefois, bien qu'ayant compté jusqu'à huit points d'avance sur le deuxième, l'Olympique lyonnais, à dix journées de la fin, cette avance diminue progressivement amenant les Lensois à disputer une dernière rencontre décisive pour le titre contre Lyon au stade de Gerland. Ce match est remporté par les Lyonnais qui gagnent alors le championnat, le premier d'une série de sept titres consécutifs.

En parallèle de ce parcours en championnat, le RC Lens atteint les seizièmes de finale en Coupe de France et en Coupe de la Ligue. La deuxième place en championnat permet au club de se qualifier pour la Ligue des champions pour la deuxième fois de son histoire.

Guillaume Moullec

Guillaume Moullec, né le à Brest, est un footballeur français. Il dispute onze saisons au niveau professionnel et joue trois cent matchs pour quatre équipes différentes.

Fils d'un footballeur, Guillaume Moullec intègre le centre de formation du Stade brestois 29 à 12 ans, et joue avec les jeunes. En 1997, il poursuit sa formation au Montpellier Hérault Sport Club où il débute chez les professionnels en 2001. Il devient un titulaire récurrent à partir de 2003. Cependant, il subit, avec Montpellier, une relégation lors de la saison 2003-2004 et quitte le club en 2005.

Breton d'origine, il signe au Football Club de Lorient, en Ligue 2, et décroche la promotion avec les Merlus. Malgré une saison 2005-2006 très complète, Moullec alterne le poste de titulaire et le banc des remplaçants durant la saison 2006-2007. Non conservé, il rejoint le Football Club de Nantes, qui retrouve la Ligue 1 en 2008. Malgré des tensions, au début de la saison 2008-2009, il garde une place relativement importante au sein de l'effectif. Une blessure et des choix tactiques l'éloignent des terrains en fin de saison et les Canaris sont relégués en Ligue 2.

Le joueur retrouve Michel Der Zakarian au Clermont Foot 63 et reste deux saisons. La dernière, en 2011-2012, lui permet de devenir meilleur passeur de son équipe. Cependant, il n'est pas prolongé et se retrouve sans club. Le défenseur intègre l'USJA Carquefou en janvier 2013. Après un essai non concluant au DPMM Brunei en fin d'année 2013, il prend sa retraite de footballeur en 2014 pour devenir entraîneur du club amateur de l'AC Saint-Brévin.

Il est également un des joueurs ayant reçu le plus de sélections avec l'équipe de Bretagne de football avec cinq matchs de 2008 à 2013.

Équipe de Suisse de football

L'équipe suisse avant un match amical contre le Brésil le 15 novembre 2006.

L'équipe de Suisse de football (en allemand Schweizer Fussballnationalmannschaft, en italien Nazionale di calcio della Svizzera, en romanche Squadra naziunala da ballape da la Svizra) est constituée par une sélection des meilleurs joueurs suisses sous l'égide de l'Association suisse de football. Surnommée la « Nati » (abréviation de Nationalmannschaft), elle représente le pays lors des compétitions internationales.

Après la création de l'Association suisse de football en 1895, l'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire en 1905 face à la France. Elle remporte une médaille d'argent lors de sa première participation olympique en 1924 puis atteint les quarts de finale de la Coupe du monde en 1934, en 1938 et en 1954 à domicile. La « Nati » participe régulièrement à la Coupe du monde jusqu'en 1966 et connaît ensuite une période creuse de 28 ans. Elle fait son retour en 1994 puis prend part à trois Mondiaux consécutifs de 2006 à 2014 pour un total de dix participations. La Suisse participe également à trois éditions du Championnat d'Europe, qu'elle a coorganisé avec l'Autriche en 2008.

Les Suisses disputent la plupart de leurs rencontres à domicile au Parc Saint-Jacques, stade d'une capacité de 36 000 places situé à Bâle. Troisièmes du premier classement FIFA en août 1993, ils ont terminé l'année 2014 au 12e rang mondial. L'Allemand Ottmar Hitzfeld, sélectionneur depuis 2008, a été remplacé par Vladimir Petković après la Coupe du monde de 2014.

Paris Football Club

Maillots du Paris FC, en vitrine, pour la saison 2014-2015.

Le Paris Football Club, couramment abrégé en Paris FC ou PFC, est un club de football français fondé le 1er août 1969, à la suite d'une étude pour relancer le football de haut niveau dans la capitale. Peu après sa naissance, le club parisien fusionne avec le Stade Saint-Germain pour former le Paris Saint-Germain Football Club et jouer en deuxième division. Les Parisiens sont promus, mais les deux entités se séparent dès 1972.

Après cette séparation, le Paris FC évolue en première division pendant deux saisons, avant d'être relégué dans la division inférieure, pour plusieurs saisons. Le club retrouve brièvement l'élite, avant de réintégrer la Division 2. En 1983, le Paris FC fusionne avec le Racing Club de France. Un an après, la séparation du club est actée : l'équipe professionnelle reste le Racing Club de Paris, tandis que le Paris FC devient un club amateur, en Division 4.

Le club plonge ensuite en Division d'Honneur pour quatre saisons, avant de réintégrer la Division 4, puis un an après, la Division 3. Depuis, le club parisien oscille entre les troisième et quatrième divisions du football français. En 2014-2015, le Paris FC évolue en Championnat National (D3), présidé par Pierre Ferracci et entraîné par Christophe Taine.

Équipe du Liechtenstein de football

Mario Frick, attaquant liechtensteinois de classe internationale.

L'équipe du Liechtenstein de football (en allemand Liechtensteinische Fussballnationalmannschaft) est constituée par une sélection des meilleurs joueurs du Liechtenstein sous l'égide de la Fédération du Liechtenstein de football.

Après la création du Liechtensteiner Fussballverband en 1934, qui adhère à la FIFA et à l'UEFA en 1974, l'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire en 1981 face à Malte. La « Nati », surnom de la sélection, comme celui de la Suisse, n'a jamais réussi à se qualifier pour une compétition internationale.

Les Liechtensteinois disputent la plupart de leurs rencontres à domicile au Rheinpark Stadion, stade d'une capacité de 6 127 places situé à Vaduz, capitale du pays. 160e du premier classement FIFA en août 1993, la sélection a terminé l'année 2014 au 132e rang mondial. L'Autrichien Rene Pauritsch est le sélectionneur du Liechtenstein depuis 2012.

Neil Young (football)

Neil Young, né le à Manchester et mort le dans la même ville, est un footballeur anglais ayant disputé plus de 400 matchs en Football League. Il évolue au poste d'attaquant durant sa carrière entre 1961 et 1975 en passant la majeure partie de celle-ci à Manchester City où il joue durant onze saisons.

Au total, Young marque 109 buts en 416 matchs pour Manchester City, dont l'unique but de la finale de la Coupe d'Angleterre 1969, ou encore un des buts lors de la finale de la Coupe des coupes 1969-1970, remportée par son club. Il est transféré à Preston North End en 1972, où il marque 18 buts en 68 matchs avant de finir sa carrière professionnelle à Rochdale où il joue une dernière saison en quatrième division.

Équipe de Bohême et Moravie de football

L'équipe de Bohême et Moravie de football, créée en 1903 et dissoute en 1911, puis recréée en 1939 sous le nom d'équipe de Bohême-Moravie, est la sélection des meilleurs joueurs bohémiens représentant cette région austro-hongroise lors des matchs de football masculin.

Créée à la suite de la popularisation du football en Europe centrale, l'équipe bohémo-morave joue son premier match en 1903 contre la Hongrie. La fédération bohémienne rejoint la FIFA en 1906, et l'équipe nationale multiplie ses matchs, notamment contre son voisin hongrois. L'équipe affronte également en 1908 l'Angleterre. Rejetée de la FIFA, l'équipe est membre fondateur de l'UIAFA, association concurrente dont elle remporte le seul championnat d'Europe en 1911, mais ne participe pas aux Jeux olympiques de 1908 et 1912. L'équipe disparait totalement en raison de la première Guerre mondiale.

En 1919, l'équipe de Tchécoslovaquie succède à l'équipe de Bohême et Moravie. Celle-ci atteint notamment une finale de Coupe du monde de football en 1934. En 1939, la Tchécoslovaquie est annexée par le troisième Reich et est morcelée en plusieurs états, dont le Protectorat de Bohême-Moravie. L'équipe est ainsi recréée et joue trois matchs en 1939. L'équipe de Tchécoslovaquie est rétablie après la guerre. Depuis 1993, l'équipe de République tchèque représente un territoire correspondant approximativement à la Bohême-Moravie.

Football aux Jeux olympiques d'été de 1908

La sélection britannique, championne olympique.

Le football est un des vingt-deux sports officiels aux Jeux olympiques de 1908. La compétition se déroule par matchs à élimination directe (quarts de finale, demi-finales et finale) du 19 au . Tous les matchs sont joués à Londres au stade olympique, d’une capacité de 66 288 spectateurs, construit spécialement pour les Jeux. Le tournoi est organisé par le Comité olympique britannique (British Olympic Association) ainsi que par la Fédération anglaise de football (The Football Association). Cinquième édition d’une épreuve de football lors de Jeux olympiques, il ne s’agit cependant que de la troisième à être reconnue par le CIO. Cette épreuve, réservée pour la première fois aux équipes nationales, est de ce fait la première à être reconnue par la FIFA.

Huit équipes sont initialement inscrites, mais avant même le début du tournoi, la crise bosniaque en réduit le nombre à six, les deux équipes de l’Empire austro-hongrois, la Hongrie et la Bohême, s’étant retirées. Durant la compétition, le Danois Sophus Nielsen inscrit dix buts dans un même match contre la France, la rencontre se terminant sur le score de dix-sept buts à un, la plus lourde défaite de l’équipe nationale française et la plus large victoire de celle du Danemark. La médaille d’or est remportée par la Grande-Bretagne, après une victoire en finale par deux buts à zéro, face aux Danois. Parmi les joueurs sélectionnés, se trouve le célèbre mathématicien danois Harald Bohr.

Bataille de Berne

Le match de football Brésil - Hongrie du 27 juin 1954, surnommé la « bataille de Berne », est devenu pour différentes raisons un épisode important de l'histoire du football. Comptant pour les quarts de finale de la Coupe du monde de 1954, il s'agit de la première confrontation entre l'équipe du Brésil et celle de Hongrie, considérées alors comme deux des meilleures sélections du monde.

La rencontre, qualifiée de « finale officieuse » en raison des qualités des deux sélections, est marquée par une violence inhabituelle, notamment de la part des Brésiliens, très « nerveux ». Les Hongrois fêtent ostentatoirement leurs buts devant des supporteurs brésiliens échauffés. En fin de match, l'arbitre est contraint d'expulser plusieurs joueurs, dont Nílton Santos et le capitaine hongrois József Bozsik, ce qui ne suffit pas à réduire la tension sur le terrain.

À l'issue du match remporté par les Hongrois, les supporteurs brésiliens envahissent le terrain tandis que les joueurs se dirigent vers les vestiaires. Une bagarre générale éclate, entraînant plusieurs blessures. L'entraîneur Gusztáv Sebes reçoit une bouteille au visage. La Hongrie continuera toutefois son parcours jusqu'en finale.

Équipe de Hongrie de football

Nándor Hidegkuti et Ferenc Puskás, deux éléments majeurs de « l'équipe d'Or » de Hongrie, ici avec la sélection de Budapest en 1954.

L'équipe de Hongrie de football est la sélection des joueurs de football hongrois représentant le pays lors des compétitions internationales, sous l'égide de la Fédération hongroise de football.

Après la fondation de la Fédération hongroise en 1901, l'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire en 1902 face à l'Autriche. Affiliée à la FIFA à partir de 1907, la sélection hongroise dispute sa première compétition internationale lors des Jeux olympiques d'été de 1912 en finissant quart-de-finaliste. Quelques années plus tard, l'équipe hongroise se distingue en 1938, en atteignant la finale de la Coupe du monde. Dans les années 1950, le onze d'or hongrois, l'une des meilleures formations du monde, est sacré champion olympique en 1952 mais échoue lors de la Coupe du monde 1954 en s'inclinant en finale.

Le , les chars soviétiques entrent dans Budapest pour écraser l'insurrection hongroise. De nombreux éléments du onze d'or s'exilent alors en Espagne. Malgré ces pertes, la sélection hongroise continue à signer de grands résultats : la Hongrie termine troisième de l'Euro 1964 et est sacrée championne olympique la même année, titre conservé lors des Jeux olympiques suivants.

Les années 1970 sont synonymes de déclin pour la sélection hongroise. Une quatrième place lors de l'Euro 1972 et une médaille d'argent lors des Jeux olympiques de 1972 sont les dernières grandes performances de l'équipe. Après trois participations consécutives en Coupe du monde (entre 1978 et 1986) qui s'achèvent dès le premier tour, la Hongrie ne participe plus à aucune compétition internationale par la suite.

Depuis 1953, les Hongrois disputent la plupart de leurs rencontres à domicile au Népstadion, rebaptisé en 2002 stade Ferenc-Puskás, enceinte d'une capacité de 38 652 places située à Budapest. L'ancien international Pál Dárdai est le sélectionneur de l'équipe depuis septembre 2014. Les Hongrois ont terminé l'année 2014 au 45e rang mondial et au 27e rang européen selon le classement FIFA.

Équipe de Tchécoslovaquie de football

Équipe de Tchécoslovaquie en 1966.

L'équipe de Tchécoslovaquie de football (Československá fotbalová reprezentace), créée en 1920 et dissoute en 1993, est la sélection de joueurs tchécoslovaques représentant le pays dans les compétitions internationales de football masculin, sous l'égide de la Fédération tchécoslovaque de football.

Succédant à l'équipe de Bohême et Moravie, l'équipe tchécoslovaque apparaît en 1919, un an après l'indépendance de la Tchécoslovaquie, et dispute son premier match officiel lors des Jeux olympiques d'Anvers de 1920. En 1934, pour sa première participation à la Coupe du monde, elle ne s'incline qu'en finale face à l'Italie, pays hôte. Occupée par l'Allemagne lors de la seconde Guerre mondiale, la Tchécoslovaquie est disloquée entre plusieurs États, et plusieurs sélections « remplacent » celle de Tchécoslovaquie. Après sa libération, le pays est en proie à une certaine instabilité politique et la sélection peine à retrouver son niveau d'avant-guerre.

Le début des années 1960 marque le retour au très haut niveau des Tchécoslovaques qui terminent troisièmes de l'Euro 1960 et sont à nouveau finalistes de la Coupe du monde 1962, où ils s'inclinent face au Brésil. Cette embellie est brève, la Tchécoslovaquie n'arrivant plus ensuite à dépasser le premier tour des compétitions, quand elle parvient à s'y qualifier. Elle crée pourtant la surprise en étant sacrée championne d'Europe en 1976, avant que son homologue olympique ne l'imite en décrochant la médaille d'or à Moscou en 1980. La Tchécoslovaquie réalise une dernière performance notable en atteignant les quarts de finale de la Coupe du monde de 1990.

Après la dissolution du pays en 1993, l'équipe nationale laisse la place à deux nouvelles sélections : celle de République tchèque, qui sera finaliste de l'Euro trois ans plus tard, et celle de Slovaquie. La République tchèque est considérée par la Fédération internationale (FIFA) et le Comité international olympique (CIO) comme l'héritière juridique et statistique de l'équipe de Tchécoslovaquie.

KSK Beveren

Le Koninklijke Sportkring Beveren est un ancien club belge de football fondé en 1934 et basé à Beveren en Flandre orientale, non loin d'Anvers. Il porte le matricule 2300.

Le club compte six titres majeurs au niveau belge. Il remporte deux fois le championnat de Belgique, deux fois la Coupe de Belgique et deux fois la Supercoupe de Belgique. Tous ces trophées ont été remportés en six ans, de 1978 à 1984, à l'époque où le club bénéficiait d'une « génération dorée » comptant plusieurs internationaux belges dans ses rangs. Il est le club le plus titré de la province de Flandre-Orientale, devançant La Gantoise, qui compte un titre de champion et trois coupes de Belgique, et son rival du KSC Lokeren qui a remporté deux fois la coupe nationale.

Le KSK Beveren a participé à plusieurs reprises aux compétitions européennes, avec comme meilleur résultat une demi-finale en Coupe des vainqueurs de coupe 1978-1979 perdue contre le FC Barcelone. Le club est également connu pour la qualité de sa formation des gardiens de but, dont cinq ont porté le maillot de l'équipe nationale belge : Jean-Marie Pfaff, Filip De Wilde, Geert De Vlieger, Erwin Lemmens et Tristan Peersman.

En 2010, le club se met en inactivité et n'aligne pas d'équipe première, mais uniquement des équipes de jeunes, ainsi qu'une équipe féminine. C'est cette section qui maintient « vivant » le matricule beverenois, les équipes masculines étant désormais absorbées par le Red Star Waasland, rebaptisé depuis Waasland-Beveren.

Football aux Jeux olympiques d'été de 1988

L'épreuve de football sur un timbre zambien.

Le football est un des vingt-trois sports officiels aux Jeux olympiques de 1988. Il n’y a pas de compétition féminine et la compétition masculine se déroule par une phase de groupes puis par des matchs à élimination directe (quarts de finale, demi-finales et finale) du 17 septembre au 1er octobre 1988. Les matchs sont joués dans six stades répartis dans cinq villes sud-coréennes. Le tournoi est organisé par la Korea Football Association (대한축구협회) ainsi que par le Comité olympique sud-coréen (대한체육회). Vingt-et-unième édition d’une épreuve de football lors de Jeux olympiques, il ne s’agit cependant que de la dix-neuvième à être reconnue par le CIO et la dix-septième par la FIFA.

Cette épreuve est limitée aux joueurs professionnels n'ayant jamais participé à une Coupe du monde pour l'Europe et l'Amérique du Sud, mais aucune restriction n'est faite pour les autres confédérations. Les Jeux olympiques de 1992, réservés aux moins de 23 ans, mettront fin à cette règle.

Quinze équipes se sont qualifiées par l'intermédiaire de plusieurs éliminatoires, la Corée du Sud étant automatiquement inscrite en tant que pays hôte. Le Mexique qui s'est qualifié durant les éliminatoires est disqualifié et est remplacé par le Guatemala. La France, tenante du titre, termine dernière de son groupe de qualification et ne participe pas aux Jeux olympiques. La Chine y prend part pour la première fois.

Durant la compétition, la Zambie surprend en battant l'Italie quatre buts à zéro et l'Australie se qualifie pour les quarts de finale. L'Union soviétique remporte son second titre olympique après 1956 en battant en finale le Brésil et son meilleur buteur Romário, qui inscrit sept buts durant la compétition. La médaille de bronze est remportée par l'Allemagne de l'Ouest, qui est récompensée au passage par le trophée du fair-play.

Il faut rappeler que le contexte de la Corée du Sud est, dans les années 1980, celui d'un des quatre dragons asiatiques, faisant partie des Nouveaux pays industrialisés (NPI) et en passe de devenir un pays développé dans les années 1990. Au même moment, le pays connaît un soulèvement d'un million de Sud-Coréens en juin 1987, qui a été violemment réprimé et qui va entraîner la fin de la dictature pour installer un pouvoir démocratique dans le pays.

Sébastien Michalowski

Sébastien Michalowski, né le au Blanc-Mesnil, est un footballeur français.

Michalowski commence à jouer au football dans le club de sa ville natale avant de poursuivre sa formation au sein du Club Municipal d'Aubervilliers. En 1997, il intègre le centre de formation du Havre Athlétic Club comme stagiaire pro mais ne reste que six mois avant de retourner à Aubervilliers.

Repéré par le recruteur Michel Rablat, il intègre l'équipe réserve du LOSC Lille avant de signer son premier contrat professionnel et de faire ses débuts en Division 1 lors de la saison 2001-2002. Lors de cette saison, il alterne entre l'équipe « B » et l'équipe première, étant surtout appelé pour parer aux blessures des titulaires. Non conservé par Lille, il rejoint le Montpellier Hérault Sport Club en 2002. Sa carrière subit un coup d'arrêt, en février 2003, où il écope d'une suspension de deux mois après avoir gravement blessé le défenseur Adama Coulibaly contre le Racing Club de Lens. Pendant les trois années suivantes, Michalowski reste un solide titulaire au sein du MHSC avant de quitter l'équipe en 2006.

Après plusieurs essais non satisfaisants auprès de clubs professionnels, il retourne au niveau amateur, jouant au Pointe Courte de Sète, au Football Club de Sète 34 ou encore au Red Star Olympique Cournonterral. Après sa retraite sportive, il se lance dans la formation et est actuellement responsable adjoint des équipes de jeunes du Ballon Sportif Cournonsecois, basé à Cournonsec à côté de Montpellier.

Cercle athlétique bastiais

Le Cercle athlétique bastiais, couramment abrégé en CA bastiais, CA Bastia ou CAB, est un club français professionnel de football fondé en 1920 et basé à Bastia, en Corse. Le club obtient de nombreux titres régionaux durant les années 1920. Après quelques décennies passées dans l'anonymat, le club bastiais se relance en 1952 en gagnant la Coupe de Corse et évolue en Division d'Honneur.

En 1978, le club accède au championnat de France de Division 4. En 1986, le CA Bastia fusionne avec deux autres clubs des environs. Il oscille ensuite pendant une vingtaine d'années entre la Division d'Honneur, plus haut niveau régional, et la quatrième division nationale, avant la création en 1993 d'une cinquième division nationale, le National 3, actuel CFA 2. En 2006, le club parvient à intégrer le championnat de France amateur (quatrième échelon national) en 2006, puis le National (troisième niveau national) en 2012.

Promu en Ligue 2 et devenu ainsi professionnel en 2013, le club redescend en National après une seule saison et évolue depuis dans cette division. Le club corse est présidé par Antoine Emmanuelli et entraîné par Christian Bracconi depuis 2015.

Championnat de France de football National 2014-2015

Le stade de la Meinau est la plus grande enceinte du championnat.

La saison 2014-2015 du National est la dix-huitième édition du Championnat de France de football National. Le troisième niveau du football français oppose cette saison dix-huit clubs en une série de trente-quatre rencontres jouées d'août 2014 à mai 2015. C'est le plus haut échelon auquel peuvent accéder les équipes amateurs puisqu'au-delà, les clubs doivent avoir le statut professionnel pour participer au Championnat de France de football de Ligue 2.

Dominé dans un premier temps par les SR Colmar, le championnat se dirige rapidement vers un leadership francilien, le Paris Football Club et le Red Star Football Club occupant successivement la première place. La fin de saison est marquée par une lutte du Racing Club de Strasbourg pour la troisième place et par des résultats exceptionnels du Vendée Luçon Football. Le Red Star termine champion et remporte ainsi son premier titre national depuis 1939. Avec le Paris FC, le FC Bourg-Péronnas complète le podium.

Parmi les clubs classés de la 15e à la 18e place, seule l'US Colomiers est reléguée en CFA à la suite de sanctions de la FFF. Le retrait du Vendée Poiré-sur-Vie Football entraîne le repêchage du CA Bastia. Puis la rétrogradation de l'Athlétic Club Arles-Avignon de L2 directement en CFA entraîne celui du SAS Épinal, pourtant dernier : le FC Istres, avant-dernier, étant rétrogradé administrativement en DHR.

Les clubs promus et relégués sont remplacés pour l'édition suivante par les quatre clubs promus de CFA et par les deux clubs relégués de Ligue 2.

Finale de la Coupe du monde de football de 1954

L'horloge officielle du match conservée à proximité du stade de Suisse, à Berne.

La finale de la Coupe du monde de football 1954, connue comme le « Miracle de Berne » (en allemand : Das Wunder von Bern), est le match de football concluant la cinquième édition de la Coupe du monde, organisée en Suisse. Elle a lieu le au stade du Wankdorf, à Berne. L'Allemagne de l'Ouest s'impose face à la Hongrie par trois buts à deux, déjouant ainsi tous les pronostics.

L'équipe de Hongrie, invaincue depuis 31 matchs, est la favorite indiscutable de la rencontre. Elle commence à son avantage avec deux buts dans les dix premières minutes, mais un retour inattendu de l'équipe d'Allemagne porte le score à 2-2. Dans les ultimes minutes du match, « verrouillé », un but « miraculeux » de Helmut Rahn donne l'avantage aux Allemands, sacrés champions du monde de football pour la première fois.

Cette victoire, jugée « injuste » par une grande partie de l'opinion en dehors d'Allemagne, a un fort retentissement symbolique car elle incarne le renouveau politique, économique et identitaire de l'Allemagne de l'Ouest, toujours profondément meurtrie par la Seconde Guerre mondiale. Il s'agit de surcroît d'une victoire symbolique du Bloc occidental sur le Bloc de l'Est dans un contexte de Guerre froide. En 2010, un rapport démontrant le dopage des Allemands remet en question l'issue de la finale.

Bérangère Sapowicz

Bérangère Sapowicz lors du match France-Allemagne de la Coupe du monde de football féminin 2011.

Bérangère Sapowicz, née le 6 février 1983 à Verneuil-sur-Avre, est une footballeuse internationale française évoluant au poste de gardienne de but.

Débutant à l'AS Breteuil, Sapowicz a l'occasion de jouer à plusieurs postes sur le terrain. Après un passage à l'Évreux Football Club, elle poursuit sa formation au sein du Centre national de formation et d'entraînement de Clairefontaine. Remarquée, elle fait ses premières apparitions au sein des différentes équipes espoirs de la sélection française. Après avoir participé à la Coupe du monde des moins de 19 ans 2002, elle signe au Paris Saint-Germain.

Après une année de formation au club parisien, elle connaît sa première sélection en équipe de France et est sélectionnée, comme gardienne remplaçante, pour la Coupe du monde 2003. À partir de la saison 2003-2004, elle s'impose au poste de titulaire au PSG ainsi que comme remplaçante en sélection. Malgré une grave blessure qui la tient éloignée pour la période 2007-2008, elle retrouve ensuite sa place en club et en sélection, jusqu'à devenir titulaire en équipe de France pour la Coupe du monde 2011. Si la France termine quatrième de la compétition, Sapowicz vit une Coupe du monde difficile avec une expulsion, des prestations qui font débats et une grave blessure qui met fin à sa carrière internationale.

Diminuée par ces blessures à répétitions, elle ne fait que quelques apparitions de 2011 à 2013 avant de prendre sa retraite après 125 matchs et un but sous le maillot parisien ainsi que vingt-trois apparitions avec l'équipe de France.

Guillaume Norbert

Guillaume Norbert, né le à Châtenay-Malabry, est un footballeur français. Connu pour sa polyvalence au milieu de terrain, son poste de prédilection est le flanc droit. Il joue neuf saisons ainsi que 119 matchs au niveau professionnel.

Formé au Paris Saint-Germain puis à l'US Créteil, il quitte la France pour entrer au centre de formation du Arsenal FC où il se fait remarquer avant d'être freiné par de multiples blessures. Il revient en France, au Football Club Lorient, où il est prêté à l'US Créteil, faisant une saison pleine. Désirant recevoir plus de temps de jeu, il s'engage au SCO d'Angers, présidé par son père.

Après six mois convaincants, il est transféré au Football Club de Nantes. Il réalise quelques matchs mais est confronté, pendant plus de deux saisons, à des soucis physiques au niveau de son genou principalement. Après une saison marquée par d'autres blessures et un rôle de réserviste, il espère se relancer au Havre Athletic Club mais il n'y parvient pas, jouant plus souvent avec l'équipe réserve qu'avec l'équipe première.

Il continue de jouer au niveau amateur et en profite pour se reconvertir comme entraîneur. Il devient l'adjoint de Marco Simone, au FC Lausanne-Sport, qui ne reste que quelques mois à la tête de cette équipe, lors de la saison 2013-2014.

John William Madden

John William Madden.

John William Madden, surnommé parfois Jake Madden ou Johnny Madden, né le à Dumbarton et mort le à Prague, est un footballeur international et entraîneur écossais. Il évolue au poste d'attaquant du milieu des années 1880 à la fin des années 1890 et se reconvertit en entraîneur du milieu des années 1900 au début des années 1930.

John William Madden découvre le football dans les modestes clubs de Dumbarton, sa ville natale, alors qu'il est également riveur sur les chantiers navals du fleuve Clyde. En 1886, il débute une carrière de footballeur au Dumbarton Football Club. L'année suivante, il joue pour le Gainsborough Trinity Football Club, en Angleterre. En mai 1888, il est invité à participer au premier match du Celtic Football Club à Glasgow, et il rejoint définitivement ce club en 1889. Il y est notamment sacré triple champion d'Écosse en 1893, 1894 et 1896. En 1897, il quitte le Celtic et joue brièvement pour le Dundee Football Club puis le Tottenham Hotspur Football Club, avant de mettre un terme à sa carrière de joueur.

En 1905, il rejoint Prague pour devenir l'entraîneur du SK Slavia Prague. Il dirige l'équipe pendant 25 ans avec un grand succès. Il remporte notamment trois des six premières éditions du championnat de Tchécoslovaquie en 1925, 1929 et 1930. Il entraîne également la sélection de Bohême-Moravie, avec laquelle il remporte le Grand Tournoi européen de football association en 1911, puis la sélection tchécoslovaque à l'occasion des Jeux olympiques de 1920.

De 1905 à sa retraite en 1930, il conçoit et promeut un style de jeu novateur, inspiré du jeu pratiqué dans son Écosse natale et connu sous le nom de « football danubien ». Il est l'une des personnalités emblématiques du football tchèque de la première moitié du XXe siècle, au point d'être souvent qualifié de « père du football tchèque ». Il meurt en 1948.

Red Star Football Club

L'équipe du Red Star le 20 décembre 1908 avant un match du championnat de Paris de deuxième série contre le Stade français.

Le Red Star Football Club, couramment abrégé « Red Star », est un club de football français, fondé à Paris en 1897 et basé depuis 1909 à Saint-Ouen, en proche banlieue parisienne.

Créé notamment par Jules Rimet, futur président de la Fédération française puis de la Fédération internationale de football, le Red Star s'installe au stade de Paris, plus connu aujourd'hui sous le nom de « stade Bauer », en 1909. Vainqueur de la Coupe de France à cinq reprises entre 1921 et 1942, il s'impose comme l'un des principaux clubs français de l'entre-deux-guerres.

Les résultats du club deviennent plus irréguliers à partir de l'instauration du professionnalisme en France en 1932. Il intègre en effet le nouveau championnat professionnel national, mais malgré une éphémère fusion avec le Stade français à la fin des années 1940, le club oscille entre Division 1 et Division 2, jusqu'en 1978, lorsqu'un dépôt de bilan le contraint à repartir en championnat régional (Division d'Honneur).

Le Red Star remonte en deuxième division en 1982 et retrouve le statut professionnel en 1992. Après que ses dirigeants ont nourri l'ambition d'en faire le club résident du Stade de France, il entame une lourde chute à l'orée des années 2000, au point de retrouver le niveau régional (DH) en 2003. Le club remonte ensuite progressivement la hiérarchie du football français et retrouve le Championnat National (troisième division) en 2011, puis la Ligue 2 en 2015. Présidé par Patrice Haddad depuis 2008, l'entraîneur est Rui Almeida depuis 2015 et la promotion en Ligue 2.

Équipe de Guam de football

Brandon McDonald inscrit le deuxième but de Guam lors de la victoire historique contre l'Inde (2-1).

L'équipe de Guam de football est une sélection des meilleurs joueurs guamaniens sous l'égide de la Fédération de Guam de football (appelée en anglais, langue officielle de Guam, la Guam Football Association ou GFA).

Après la création de la Guam Football Association en 1975, qui adhère d'abord provisoirement en 1991 puis définitivement à la Confédération asiatique de football et à la Fédération internationale de football association en 1996, l'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire le face aux Fidji. « Matao », surnom de la sélection de Guam en langue chamorro, n'a jamais réussi à se qualifier pour une compétition internationale.

La sélection guamanienne est classée au 157e rang mondial en fin d'année 2015. L'Anglais Gary White est le sélectionneur de Guam depuis 2012.

Le 11 juin 2015, Guam remporte un match historique comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2018 contre le Turkménistan sur le score d'un but à zéro. Il s'agit de la première victoire de son histoire dans un match comptant pour les éliminatoires d'une Coupe du monde. Guam récidive cinq jours plus tard contre l'Inde, sur le score de deux buts à un.

Billy Meredith

Billy Meredith sous les couleurs de Manchester United.

William Henry Meredith, dit Billy Meredith, né le à Chirk et mort le à Withington, est un footballeur gallois.

Meredith est l'une des premières gloires du football. Il est sélectionné à quarante-huit reprises en équipe du pays de Galles en tant que joueur de Manchester City puis de Manchester United. Il marque onze buts pour sa sélection nationale et remporte deux fois le British Home Championship, qui oppose les sélections des nations constitutives britanniques. Il occupe principalement le poste d'ailier droit où il montre l'étendue de ses qualités de dribble, de passe, de centre et de tir, notamment. Très professionnel, il est entièrement dévoué à son sport au point de ne jamais boire d'alcool ni de fumer et d'inciter certains de ses coéquipiers à en faire de même. Meredith s'impose au haut niveau grâce à ses qualités athlétiques qu'il a forgées en travaillant dans les mines durant sa jeunesse. Il est également connu pour mâcher un cure-dent durant ses matchs.

En vingt-sept saisons de Football League, de 1892 à 1924, il marque 176 buts en 740 matchs de championnats et coupes. Il joue pour le Chirk AAA FC avant de rejoindre le Northwich Victoria Football Club en 1892. Sa carrière décolle en 1894 lorsqu'il rejoint le Manchester City Football Club et qu'il devient joueur professionnel en janvier 1895. Il est le capitaine des Citizens lors du premier grand succès du club face au Bolton Wanderers Football Club en finale de FA Cup, la Coupe d'Angleterre, en 1904. Il rejoint en mai 1906 le Manchester United Football Club, après avoir tenté de soudoyer le joueur d'Aston Villa Alex Leake pour que les Vilains perdent un match. Il est sacré champion d'Angleterre en 1908 et 1911, remporte une nouvelle FA Cup en 1909 ainsi que deux Charity Shield. Il participe également à la création du syndicat Players' Union, précurseur de la Professional Footballers' Association. Il retourne à Manchester City en 1921, alors qu'il est âgé de 47 ans, et joue trente-deux matchs avant de prendre sa retraite en 1924. Il devient ainsi le joueur le plus âgé ayant joué pour Manchester City, Manchester United et l'équipe du Pays de Galles.

Ricardo Zamora

Ricardo Zamora en 1930 à Madrid.

Ricardo Zamora Martínez, né le à Barcelone et mort le dans la même ville, est un footballeur international espagnol. Il est considéré comme l'un des plus grands gardiens de but de tous les temps.

Issu d'une famille bourgeoise de Barcelone, Ricardo Zamora commence le football dès son plus jeune âge. Repéré par les grands clubs de sa ville, il fait ses débuts dans l'équipe première de l'Español de Barcelone à quinze ans, puis rejoint le FC Barcelone en 1919, club avec lequel il remporte deux Coupes d'Espagne. En 1920, il fait ses débuts internationaux avec l'équipe nationale espagnole, devenant au cours des Jeux olympiques d'Anvers, une « star continentale ». En 1922, il retourne à l'Español, remportant pour seul titre majeur la Coupe d'Espagne en 1929.

L'année suivante, Ricardo Zamora est recruté par le Real Madrid, avec lequel il est sacré double champion d'Espagne, remportant également deux Coupes d'Espagne. En 1936, il met un terme à sa carrière internationale, avec 46 sélections, en raison de la Guerre d'Espagne. Emprisonné, il parvient à s'évader et rejoint l'OGC Nice, où il achève sa carrière de joueur. Après le conflit, il retourne dans son pays natal et devient entraîneur de plusieurs clubs, comme l'Atlético Aviación, le Celta de Vigo, l'Espanyol Barcelone, entraînant même brièvement la sélection nationale espagnole. Il meurt en 1978 dans sa ville natale.

Pratiquant un jeu spectaculaire pour une efficacité remarquable, Zamora est ainsi considéré comme l'un des meilleurs gardiens de tous les temps et le meilleur gardien espagnol. Il est également le premier joueur à devenir un véritable phénomène médiatique.

Derby de Munich

Derby de Munich en quart de finale du DFB-Pokal en 2008.

Le derby de Munich (en allemand : Münchner Stadtderby) est le match de football qui oppose les deux clubs principaux de la ville de Munich en Bavière (Allemagne) que sont le Bayern Munich et le TSV 1860 Munich. Au cours de leur histoire, les deux clubs ont entretenu l'antagonisme qui les oppose. La première confrontation a lieu en septembre 1902 et voit la victoire du FC Bayern. Le premier derby de l'ère du sport professionnel est disputé en août 1965 et voit la victoire du TSV 1860.

Les premières années du derby voient une domination nette du FC Bayern. À partir de 1916, les derbys s'équilibrent à l'exception de la période 1943-1949, largement à l'avantage du Bayern. Depuis 1971, le FC Bayern a retrouvé son hégémonie, le TSV 1860 n'ayant remporté que sept derbys toutes compétitions confondues depuis cette date. Entre 1902 et 2008, sur les 204 confrontations, 102 ont été remportées par le FC Bayern contre 50 pour le TSV 1860. À la suite de la relégation du TSV 1860 en 2. Bundesliga (deuxième niveau), aucun derby n'a eu lieu en championnat depuis 2004, les supporteurs se reportant sur l'opposition des équipes réserves, en Regionalliga (troisième puis quatrième niveau depuis 2008).

Les deux clubs partagent leur stade depuis 1925. Ainsi, après s'être joué au Grünwalder Stadion jusqu'en 1972 puis au Stade olympique de Munich jusqu'en 2005, actuellement, le derby se déroule en règle générale à l'Allianz Arena de Munich. Les rencontres, y compris entre réserves, sont considérées comme sensibles par la police et sont, de ce fait, accompagnées de dispositifs importants de sécurité.

Olympique (football)

Logo du club en 1923.

L'Olympique est un club de football français fondé en 1908, disparu en 1926 en fusionnant avec le Red Star Club et situé à Pantin, puis à Paris.

Le club est issu de la fusion de deux clubs, l'Étoile sportive parisienne et la Société athlétique de Pantin. Alors établi à Pantin, commune limitrophe de Paris, le club est parfois appelé Olympique de Pantin. Il fusionne avec le Sporting Club de Vaugirard en 1918 et s'installe à Paris au stade Bergeyre, récemment construit dans le 19e arrondissement. Il est alors parfois appelé Olympique de Paris. Néanmoins, le nom du club a toujours été simplement Olympique.

L'Olympique s'affilie à la Ligue de football association en 1911, ce qui lui permet de prendre de l'importance dans le paysage du football parisien. Il remporte ses premiers titres au cours de la Première Guerre mondiale, avec trois Challenges de la Renommée et surtout la toute première Coupe de France, alors appelée Coupe Charles Simon, en 1918.

Au sortir de la guerre, l'installation du club au stade Bergeyre accroit son assise parmi les meilleurs clubs parisiens. Entre 1919 et 1924, l'Olympique se partage avec le Red Star Club presque toutes les compétitions organisées par la jeune Ligue parisienne de football association. De cette mainmise naît une forte rivalité entre les deux clubs, alimentée par une concurrence géographique pour l'attraction des supporters dans les secteurs du Nord et de l'Est de la capitale, ponctuée par un affrontement mémorable en finale de la Coupe de France 1920-1921.

L'Olympique, club français le plus titré sur la période 1914-1924 et possédant de nombreux joueurs internationaux, est exproprié de son stade en 1926 en pleine crise du logement à Paris. Privé de stade, l'Olympique fusionne dans la foulée à la surprise générale avec son rival du Red Star Club, et lui lègue ses couleurs, le vert, et son nom, le Red Star prenant le nom de Red Star Olympique jusqu'en 1967.