Anneaux de pouvoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Anneaux de Pouvoir)
Aller à : navigation, rechercher

Les anneaux de pouvoir (Rings of Power en anglais) sont des objets fictifs appartenant au légendaire créé par l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien.

Apparaissant dans son roman Le Seigneur des anneaux, ils sont d'abord décrits au début de La Communauté de l'anneau dans un poème, connu depuis longtemps des elfes et énoncé par Gandalf le magicien à Frodon Sacquet :

Le passage parlant de l'Anneau unique dans les vers 6 et 7 du poème.
Texte écrit en runes elfiques dans un mode antique et dans la langue de Mordor.

« Trois anneaux pour les rois Elfes sous le ciel,
Sept pour les Seigneurs Nains dans leurs demeures de pierre,
Neuf pour les Hommes Mortels destinés au trépas,
Un pour le Seigneur Ténébreux sur son sombre trône,
Dans le Pays de Mordor où s'étendent les Ombres.
Un anneau pour les gouverner tous. Un anneau pour les trouver,
Un anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier
Au Pays de Mordor où s'étendent les Ombres[1]. »

— J. R. R. Tolkien, La Communauté de l'anneau

Historique[modifier | modifier le code]

À la fin du Premier Âge de la Terre du Milieu, après la chute de Morgoth, défait par les Valar lors de la Guerre de la Grande Colère, son serviteur Sauron demande le pardon des Valar, mais revient sur sa promesse de se soumettre au jugement et s'enfuit.

Pendant le Second Âge, ayant revêtu une nouvelle apparence noble et aimable et répondant au nom d’Annatar, « le dispensateur »[2], il se présente aux dirigeants restants des Eldar en Terre du Milieu et leur offre son aide. Les Elfes Galadriel, Gil-Galad et Círdan se méfient de lui, mais il est bien accueilli par les forgerons elfes de l'Eregion, avec à leur tête Celebrimbor, à l'ouest des Monts Brumeux, ceux-ci étant désireux d'accroître leurs connaissances et leurs techniques de réalisation.

La fabrication des Anneaux de Pouvoir débute autour des années 1500 du Second Âge[3]. Les Sept anneaux des Nains et les Neuf anneaux des Hommes sont forgés par les elfes avec l'aide de Sauron (en effet, avant d'être corrompu par Morgoth, Sauron était un Maia rattaché à Aulë, le forgeron des Valar ; il a donc des connaissances étendues dans le domaine de la forge). Les Trois anneaux des Elfes, les plus grands des anneaux elfiques, sont forgés par Celebrimbor, petit-fils de Fëanor et chef de la Guilde des Forgerons de Joyaux (Gwaith-i-Mírdain). Il accomplit la tâche seul, sans l'aide de Sauron, mais avec les connaissances obtenues par lui, et les complète autour de l'année 1590. Il est également sous-entendu que de nombreux autres anneaux mineurs ont été forgés par les forgerons elfes d'Eregion, lors du perfectionnement de leur art, avec des pouvoirs limités et non précisés.

Vers 1600 S.A., Sauron forge alors en secret, dans les profondeurs de l'Orodruin en Mordor, l'Anneau unique. Plus puissant que tous les autres anneaux, car investi d'une bonne partie du pouvoir de Sauron, l'Unique est destiné à dominer les autres anneaux et leurs pouvoirs, et ouvrir les pensées de leurs porteurs et leurs volontés au contrôle de Sauron. Cependant, dès qu'il passe l'anneau à son doigt, les autres porteurs d'anneau de puissance en sont alertés. Ils comprennent alors qu'ils ont été dupés par Sauron, enlèvent et cachent tous les anneaux. Celebrimbor envoie Nenya à Galadriel, en Lórien, et fait parvenir Narya et Vilya à Gil-galad, souverain du Lindon[4], qui en donne un à Círdan.

Lorsqu'il apprend cela, Sauron lève une armée et, quittant le Mordor, attaque l'Eregion qu'il ravage 90 ans plus tard. Il s'empare des Neuf et, en torturant Celebrimbor, apprend où sont cachés les Sept, mais l'elfe ne lui révèle pas où se trouvent les Trois. Sauron le tue et se sert de son corps comme étendard.[réf. souhaitée] Il est finalement vaincu en 1701 S.A. par une puissante armada envoyée par les hommes de Númenor, et doit se réfugier dans l'Est.

On ignore précisément quand Sauron distribua les Sept aux Nains et les Neuf aux Hommes. Toujours est-il que, si les Nains se révélèrent impossible à soumettre, les Hommes sont aisément dominés : les neuf seigneurs qui reçoivent un anneau de puissance s'en servent pour accroître leur pouvoir, mais l'un après l'autre, ils basculent dans le royaume des ombres, devenant des spectres entièrement soumis à la volonté de Sauron : les Nazgûl ou Spectres de l'Anneau. Leur première apparition a lieu aux alentours de 2250 S.A[3].

Pouvoirs[modifier | modifier le code]

Tous les anneaux créés par les Elfes avaient comme pouvoir et comme but la guérison, la création et l'acquisition du savoir. Bien que Sauron eût essayé, il n'a pas réussi à séduire les elfes, parce que les Trois grands anneaux elfiques ne furent jamais souillés par sa main, et ont même été créés à son insu. Ainsi, le mécanisme original grâce auquel il aurait dû contrôler les autres a pu être contré par ces créations non prévues. Tolkien va rarement dans les détails sur les mécanismes de la magie dans son monde, donc tout reste assez mystérieux et sujet aux spéculations. Quoi qu'il en soit, tous les anneaux de puissance accordent de grands pouvoirs à leurs porteurs, bien qu'on ne sache pas précisément leur capacités véritables et leur degré de puissance. Seuls quelques aspects sont dévoilés dans le roman.

Les anneaux permettront aux mortels (Nains et Hommes) de ne pas mourir, rallongeant leur espérance de vie, mais ceux-ci seront tôt ou tard accaparés par la lassitude, inexorablement attirés vers les ombres. Malgré les bonnes intentions du porteur, tôt ou tard les ténèbres prendront le dessus[1]. Les anneaux accordent apparemment (tout au moins l'Unique) la possibilité de voir les choses qui sont normalement invisibles, comme la capacité qu'a Frodon de voir les Spectres sous leur véritable forme, lorsqu'il porte l'Anneau Unique[5]. Il voit aussi Nenya, l'anneau que Galadriel a au doigt, alors que son compagnon Sam Gamegie ne voit rien, sinon une vague lumière[6].

On ne sait pas si ces effets ont toujours été présents dans les seize anneaux ou ont été ajoutés après que Sauron les eut repris des Elfes. Sauron « pervertit » les Neuf et les Sept de telle manière qu'ils furent maudits et trahirent tous ceux qui les avaient utilisés[2]. Cette « malédiction » peut être vue dans la mort des nains Thrór et Thráin, poussés à entreprendre des missions dangereuses et mortelles par l'anneau de leur maison[7].

Les Neuf ont été présentés à des rois et sorciers des hommes, y compris chez les númenóréens. Ils ont été rapidement dominés et ont fini par devenir des ombres, les Nazgûl. Les Neuf se sont révélés très utiles à Sauron, au cours du Troisième Âge, surtout lorsque ce dernier était trop faible pour agir personnellement[2].

Les Sept ont été présentés aux sept chefs des maisons des Nains mais, en raison de l'ascendance unique des nains (créés par Aulë à partir de la pierre dans les premiers temps de la Terre du Milieu, comme raconté dans le Silmarillion), Sauron ne peut ni les contrôler, ni lire dans leurs pensées. L'un des objectifs de Sauron lors du Troisième Âge était de récupérer le plus grand nombre des Sept encore existants. En fin de compte, seuls trois ont subsisté. Certains furent dévorés par les flammes des dragons et les derniers finirent entre ses mains[2]. Le seul mal connu perpétré par les Sept était d'attiser la convoitise, déjà fort développée chez un nain, pour l'or, les bijoux, les objets travaillés et de permettre au porteur de devenir riche. À son tour, cette richesse attira les dragons et la plupart des Sept furent détruits avec leurs porteurs. Il y est fait allusion lors du Conseil d'Elrond, où il est indiqué que l'Unique était trop puissant pour que les dragons puissent le détruire de cette façon[8].

Dans une ébauche non utilisée, Tolkien a indiqué que les elfes Calaquendi, comme Glorfindel, pourraient utiliser le pouvoir d'invisibilité de l'anneau pour choisir d'apparaître dans le monde physique ou invisible, mais aussi dans les deux à la fois. Cela pourrait être similaire à la capacité qu'ont Sauron et Tom Bombadil de rester visibles tout en portant l'Unique.[réf. souhaitée]

Les grands anneaux de pouvoir sont presque impossibles à endommager ou à détruire. S'exprimant à propos de l'Unique, Gandalf dit que le feu, que ce soit celui issu d'un foyer de cheminée ou d'un des grands fours des nains, ne peut pas le faire fondre ; puis il mentionne que le feu d'un dragon pourrait faire fondre un anneau de pouvoir, mais que les dragons restants ne sont pas aussi forts que pendant le Second Âge, et que même le puissant Ancalagon le Noir, s'il était encore vivant, ne pourrait endommager l'Anneau unique avec sa flamme[1].

Les anneaux de pouvoir[modifier | modifier le code]

Les Neuf[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Neuf anneaux des Hommes.

Les Neuf anneaux des Hommes ont été données aux rois et sorciers des hommes par Sauron. Ces hommes ont été rapidement dominés et ont fini par devenir les Nazgûl. Trois d'entre eux étaient issus du peuple de Númenor, dont leur chef, le Roi-Sorcier d'Angmar.

Les Sages crurent que les Nazgûl avaient disparu avec leur maître lors de la Guerre de la Dernière Alliance, mais dès l'an 1300 du Troisième Âge, leur chef réapparut et fonda, au nord de l'Eriador, le royaume d'Angmar. Les Neuf se sont révélés très utiles à Sauron au cours du Troisième Âge. Pendant la Guerre de l'Anneau, les Nazgûl eurent pour mission de retrouver l'Anneau unique. Ils participèrent aussi aux différents combats dont le but était de prendre possession de Minas Tirith. Ils furent tous détruits après la destruction de l'Anneau unique.

Les Sept[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sept anneaux des Nains.

Les Sept anneaux des Nains ont été donnés aux chefs des « maisons » des Nains. Sauron ne pouvait pas les contrôler et lire dans leurs pensées comme il aurait voulu, mais ces anneaux ont dominé leur volonté et ont grandement augmenté leur cupidité. Ceci attira les dragons qui convoitaient trésors et richesses. Quatre de ces anneaux furent détruits par ces dragons. Sauron, qui put retrouver les trois anneaux restants, les offrit au roi Dáin II, mais celui-ci eut la sagesse de les refuser.

Les Trois[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Trois anneaux des Elfes.

Les Trois anneaux des Elfes furent cachés de la vue de Sauron lorsque les elfes eurent connaissance de sa duperie. Ils ont été fabriqués par Celebrimbor sans l'aide de Sauron, qui ne put les contrôler ni les trouver une fois que les Elfes les eurent ôtés et cachés. Narya a été porté par Círdan, puis a été donné à Gandalf, Nenya a été donné à Galadriel et Vilya a été porté par Gil-galad, puis a été donné à Elrond. Sauron n'a jamais su où ils se trouvaient. Après la destruction de l'Anneau unique, ils ont peu à peu perdu leurs pouvoirs.

L'Unique[modifier | modifier le code]

L'Anneau unique forgé par Sauron.
Article détaillé : Anneau unique.

L'Anneau unique a été fabriqué en secret par Sauron et son but était de contrôler tous les autres anneaux. Il y déposa une grande partie de son ancien pouvoir de Maïa. Il était très lié à lui et malgré la victoire de la Dernière Alliance, cela lui a permis de ne pas être détruit.

Après avoir vaincu Sauron, Isildur en prit possession, mais le perdit dans l'Anduin lors d'une attaques des orques des Monts Brumeux, lors du désastre des Champs d'Iris. L'Anneau fut retrouvé des siècles plus tard par un Hobbit nommé Déagol. Mais il fut tué juste après par son cousin Sméagol, qui lui vola l'Anneau, son « cadeau d’anniversaire ». Celui-ci fut tellement perverti par le pouvoir de l'Anneau qu'il perdit toute trace d'humanité et devint une créature repoussante, plus tard connue sous le nom de Gollum. Dans le Hobbit, Bilbon Sacquet lui reprit l'Anneau et le légua par la suite à son héritier Frodon Sacquet. Frodon, lors du Seigneur des Anneaux, reçut pour mission de détruire l'Anneau avec l'aide de la Communauté de l'Anneau. L'Unique fut finalement détruit lorsqu'il fut jeté dans les crevasses de la Montagne du Destin.

Conception et évolution[modifier | modifier le code]

Critique et analyse[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Le film d'animation Le Seigneur des anneaux de 1978 réalisé par Ralph Bakshi débute par le forgeage des Anneaux du Pouvoir et les événements de la guerre de la Dernière Alliance contre Sauron sont présentés en silhouette devant un fond rouge.

Le film La Communauté de l'anneau, premier film de la trilogie cinématographique du Seigneur des Anneaux réalisée par Peter Jackson, débute par un prologue semblable, mais plus long et plus détaillé. Les trois anneaux elfiques sont présentés lorsqu'ils sont forgés en utilisant un os de seiche comme moule, une technique ancienne de coulée primitive compatible avec la description du livre d'entre eux en tant que des « essais du métier avant qu'ils n'aient atteints de meilleures techniques ». Cependant, c'est l'une des seules fois dans la trilogie cinématographique Le Seigneur des anneaux qu'il est fait référence aux anneaux de pouvoir autres que l'Anneau unique. Les Anneaux elfiques peuvent cependant être aperçus aux doigts de Gandalf, Elrond et Galadriel, ainsi que dans la trilogie Le Hobbit. Par contre, dans la version longue de La Communauté de l'Anneau, Galadriel présente à Frodon Nenya.

Les versions longues de la saga Le Hobbit de Peter Jackson mettent en évidence les sept anneaux des Nains. Dans la version longue de Le Hobbit : Un voyage inattendu, durant la réunion du Conseil Blanc, Gandalf s'interroge sur la disparition des Sept. Dans la version longue de Le Hobbit : La Désolation de Smaug, Gandalf découvre Thráin à Dol Guldur, dont le doigt portant l'anneau a été amputé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Le Seigneur des anneaux, La Communauté de l'anneau, « L'ombre du passé ».
  2. a, b, c et d Le Silmarillion, « Les Anneaux de Pouvoir et le Troisième Âge ».
  3. a et b Le Seigneur des anneaux, Le Retour du roi, Appendice B
  4. Contes et légendes inachevés, « L'histoire de Galadriel et Celeborn ».
  5. Le Seigneur des anneaux, La Communauté de l'anneau, « Un poignard dans le noir ».
  6. Le Seigneur des anneaux, La Communauté de l'anneau, « Le miroir de Galadriel ».
  7. Contes et Légendes inachevés, « L'Expédition d'Erebor ».
  8. Le Seigneur des anneaux, La Communauté de l'anneau, « Le conseil d'Elrond ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]