Wikipédia:Sélection/Pokémon

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mew (Pokémon)

Avion de la compagnie All Nippon Airways à l'effigie de plusieurs Pokémon, dont Mew. La tête et la queue de celui-ci peuvent être vues au-dessus de la première aile apparaissant sur la photo.

Mew (ミュウ, Myū?) est l'une des espèces de Pokémon, une franchise de médias créée par Satoshi Tajiri, détenue par Nintendo et regroupant des jeux vidéo, des animés, des mangas, des livres et des cartes à jouer. Il est considéré comme un Pokémon légendaire dans les jeux vidéo et les animés de la série.

Mew a été inclus dans Pokémon Rouge et Bleu par le programmeur de chez Game Freak Shigeki Morimoto comme étant un personnage secret. En tant que tel, il a fait l'objet de nombreux mythes et rumeurs, qui ont contribué au succès de la franchise Pokémon. Pour obtenir Mew, il était nécessaire aux joueurs d'utiliser soit un glitch, soit un appareil comme l'Action Replay, ou encore de profiter des évènements promotionnels de Nintendo.

La première apparition de Mew au cinéma s'est faite dans Pokémon, le film : Mewtwo contre-attaque, où il tient avec Mewtwo l'un des rôles principaux. Il y est révélé qu'un cheveu fossilisé de Mew, trouvé dans l'Amazone par une équipe de scientifiques, a été utilisé pour créer Mewtwo, un clone amélioré de Mew. Mew est plus tard apparu dans Pokémon : Lucario et le Mystère de Mew, où il tient aussi un rôle majeur, aux côtés de Lucario. L'action du film se concentre ici sur l'histoire mystérieuse de Mew et sur les origines de sa grande puissance.

Ponyta et Galopa

Ponyta (ポニータ, Ponīta?, dans les versions originales en japonais) et son évolution Galopa (ギャロップ, Gallop?) sont deux espèces de Pokémon de première génération.

Issus de la célèbre franchise de médias créée par Satoshi Tajiri, ils apparaissent dans une collection de jeux vidéo et de cartes, dans une série d'animation, plusieurs films, et d'autres produits dérivés. Ils sont imaginés par l'équipe de Game Freak et dessinés par Ken Sugimori et leur première apparition a lieu au Japon en 1996, dans les jeux vidéo Pokémon Vert et Rouge. Ponyta et Galopa ressemblent à des chevaux aux crins enflammés, Ponyta ayant l'apparence d'un poney, et Galopa celle d'une licorne. Ils sont de type feu et occupent respectivement les 77e et 78e emplacements du Pokédex national, l'encyclopédie qui recense les différentes espèces de Pokémon.

Tous deux jouissent d'une certaine popularité parmi les joueurs, en particulier chez les jeunes filles, en raison de leur apparence flatteuse. Galopa fait partie des plus célèbres chevaux des jeux vidéo selon IGN et MTV Multiplayer.

MissingNo.

MissingNo. sous la forme d'un amas de pixels rectangulaire.

MissingNo. (けつばん, Ketsuban?), parfois orthographié MissingNO, est un système de gestion d'exceptions des jeux vidéo Pokémon Rouge et Bleu, assimilé à une espèce de Pokémon. Signifiant « numéro manquant » et décrit comme une « erreur de programmation », MissingNo. est conçu par les développeurs de Game Freak pour apparaître au cours du jeu en cas d'accès aux données d'une espèce de Pokémon inexistante. Des failles dans la programmation du jeu permettent au joueur de rencontrer MissingNo. via un glitch.

MissingNo. a été évoqué par Nintendo pour la première fois dans le numéro de mai 1999 du Nintendo Power, qui décrit la méthode pour l'obtenir ainsi que les bugs qu'il peut provoquer. Son apparition dans Pokémon Rouge et Bleu a été désignée comme l'un des glitchs les plus célèbres du jeu vidéo par IGN et a été étudiée dans plusieurs travaux de sociologie. Les fans de la série ont également tenté de trouver une explication logique à la présence de MissingNo. dans l'univers du jeu.

Pokémon Rouge et Bleu

Pokémon version rouge et Pokémon version bleue, couramment appelés Pokémon Rouge et Pokémon Bleu, sont les deux éditions du premier jeu vidéo de rôle japonais de la série Pokémon développé par Game Freak sous la direction de Satoshi Tajiri. Elles sont originellement éditées par Nintendo sur la console portable Game Boy au Japon en 1996 sous le nom de Pokémon Vert et Pokémon Rouge (ポケットモンスター 赤・緑, Poketto Monsutā Aka Midori?), puis en Amérique du Nord et en Australie en 1998 et en Europe en 1999.

Le joueur contrôle le personnage principal via une vue aérienne et le dirige dans l'ensemble de la région fictive de Kanto. Son but est de capturer, d'entraîner et de faire combattre des créatures fictives appelées « Pokémon » afin d'obtenir le titre de « Maître Pokémon ». L'objectif ultime est de compléter le Pokédex par l'obtention des 150 Pokémon disponibles ; Nintendo a par la suite annoncé l'existence d'un 151e Pokémon secret, Mew. Les versions rouge et bleue sont quasiment identiques : la seule différence réside dans la présence ou l'absence de certains Pokémon, de sorte qu'il est nécessaire pour un joueur cherchant à tous les obtenir de réaliser des échanges avec l'autre version du jeu via un câble link, qui permet également d'organiser des combats entre joueurs.

Les jeux connaissent une très grande popularité dans les pays développés et deviennent les premiers produits d'une licence qui deviendra en une dizaine d'années la deuxième plus grosse franchise de l'histoire des jeux vidéo, après Super Mario, également propriété de Nintendo. La série se décline en une série de dessins animés, des films d'animation, des jeux vidéo dérivés et un jeu de cartes, qui connaissent aussi de gros succès. Le produit relance les ventes de la Game Boy, une console déjà ancienne à l'époque, ainsi que du câble link. Le jeu original est réédité dans plusieurs versions par la suite : Pokémon Jaune, une édition spéciale reprenant des éléments de la série télévisée, sortie environ un an plus tard, puis Pokémon Rouge Feu et Vert Feuille, des rééditions en couleur sortis en 2004 sur Game Boy Advance.

Pikachu

Pikachu (ピカチュウ?) est une espèce de Pokémon, une créature de fiction issue de la franchise médiatique Pokémon de Nintendo. Il est apparu la première fois au Japon en 1996, dans les jeux vidéo Pokémon Vert et Pokémon Rouge, créés par Satoshi Tajiri. Initialement conçu comme un personnage secondaire, Pikachu est devenu la mascotte de l'univers Pokémon après avoir été choisi comme personnage principal dans l'adaptation télévisuelle du jeu, aux côtés de son dresseur Sacha. Il apparaît depuis de manière récurrente dans le marketing de la franchise, au point de désigner parfois celle-ci par métonymie.

Généralement décrit comme une souris électrique, Pikachu est imaginé par l'équipe de Game Freak et dessiné par Ken Sugimori. Il est créé en même temps que son évolution, Raichu ; à partir de la seconde génération, il est également doté d’une pré-évolution, Pichu. Pikachu est de type électrique et occupe le 25e emplacement dans le Pokédex national, l'encyclopédie qui recense les différentes espèces de Pokémon.

Considéré comme une icône de la culture kawaii et présenté par Anne Allison comme l'équivalent japonais de Mickey Mouse, il est devenu mondialement célèbre et réapparaît parodié dans d'autres séries animées comme Les Simpson ou Drawn Together.

Lippouti et Lippoutou

Lippouti (ムチュール, Muchūru?, dans les versions originales en japonais) et son évolution Lippoutou (ルージュラ, Rūjura?) sont deux espèces de Pokémon.

Issues de la célèbre franchise de médias créée par Satoshi Tajiri, elles apparaissent dans une collection de jeux vidéo et de cartes, dans une série d'animation, plusieurs films, et d'autres produits dérivés. Lippoutou fait partie de la première génération de Pokémon, apparue en 1996 dans les jeux vidéo Pokémon Vert et Pokémon Rouge. Lippouti, sa pré-évolution a été créée avec la deuxième génération, en 1999. Elles sont de types glace et psy et occupent respectivement les 124e et 238e emplacements du Pokédex, l'encyclopédie qui recense les différentes espèces de Pokémon.

Ces deux Pokémon ont été accueillis de manière assez négative par le public. À cause de son apparence, Lippoutou a été au cœur d’une controverse aux États-Unis, où elle a été accusée de colporter des stéréotypes racistes envers les Noirs, notamment par la critique culturelle Carole Boston Weatherford. Ces accusations ont amené le studio Game Freak à modifier sa couleur de peau, qui est passée du noir au violet.