Les Mines du roi Salomon (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Mines du roi Salomon.

Les Mines du roi Salomon
Image illustrative de l’article Les Mines du roi Salomon (roman)

Auteur Henry Rider Haggard
Pays Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Genre Roman d'aventure
Version originale
Langue Anglais britannique
Titre King Solomon's Mines
Éditeur Cassell and Company
Date de parution 1885
Version française
Traducteur René Lécuyer
Éditeur Jules Tallandier
Collection Aventures et Voyages
Lieu de parution Paris
Date de parution 1926
Nombre de pages 224

Les Mines du roi Salomon (titre original : King Solomon's Mines) est un roman de l'écrivain britannique Henry Rider Haggard paru en 1885. En France, il a été publié pour la première fois en 1887-1888 dans le Magasin d'éducation et de récréation en feuilleton [1], puis en 1926[2].

Datant de l'époque victorienne et du début de la « course à l'Afrique », il relate les aventures d'un groupe d'explorateurs anglais dans une partie de ce continent jusque-là inconnue des Européens. Partis à la recherche d'un parent disparu, ils découvrent une contrée où abondent les diamants.

Il s'agit du premier roman de fiction britannique dont la trame se situe en Afrique. L'ouvrage a connu un grand succès. Le personnage d'Allan Quatermain apparaît pour la première fois dans ce roman.

Le thème des Mines du roi Salomon est également évoqué dans le roman de Frison-Roche, La Piste oubliée.

Résumé de l'intrigue[modifier | modifier le code]

Allan Quatermain, chasseur renommé et fin connaisseur de l'Afrique du sud installé à Durban (province du Natal), est contacté par Sir Henry Curtis (en) et son ami le Capitaine John Good. Le sir est un aristocrate brouillé avec son frère depuis des années et désire ardemment le revoir pour faire la paix avec lui. Or, Quatermain est la dernière personne connue à l'avoir vu vivant, voici deux ans, du temps où le chasseur se trouvait sur le territoire des Bamangouatos, au Transvaal. Ce frère, qui se faisait appeler Mr. Neville, partait alors en expédition vers Inyati (en), accompagné d'un voorlooper (en) et d'un chasseur, à la recherche des légendaires mines du Roi Salomon. Celles-ci, situées au pays des Koukouanas, regorgeraient de diamants, entre autres richesses.

Carte indiquant l'itinéraire menant aux Mines du roi Salomon, à travers le pays des Koukouanas.

À bord du navire naviguant du Cap jusqu'à Durban, le chasseur se vit donc proposer par les deux autres de les accompagner dans une expédition visant à retrouver le frère disparu. Après longues hésitations, ayant un fils à charge et n'étant pas riche, il finit par accepter, à condition que Sir Henry s'engage à verser une pension à son fils en cas de malheur. Il prend toutefois soin de les mettre en garde sur les différents explorateurs qui sont partis à la recherche de cette mine et qui n'ont trouvé, à la place des richesses espérées, que la mort. C'est par exemple le cas d'un ami Portugais qui avait imité son ancêtre parti à la recherche de ces mines et qui ont tous deux péri à la suite de leur expédition respective. Avant de mourir, cet ami donna Quatermain à la carte tracée par son ascendant, expliquant comment se rendre vers l'objectif.

Malgré ces antécédents peu rassurants, les trois hommes décident de partir en expédition, qu'ils préparèrent à Berea (en), montagne de Durban où Quatermain a sa maison. Ils prirent à leur service un Hottentot et quelques Zoulous, dont un particulièrement intrigant. Prénommé Oumbopa, il rappelle au chasseur l'avoir connu lors de la bataille d'Isandhlwana, avant de venir vivre dans le Zoulouland. C'est ainsi que le groupe part jusqu'à la région indiquée par la carte, près de la diffluence entre les rivières Kalukoué et Loukanga (en). Commence alors une longue et assoiffante traversée du désert...

Allusions culturelles[modifier | modifier le code]

Le Roi Salomon en Afrique[modifier | modifier le code]

L'Afrique en 1898

Henry Rider Haggard parle dans son roman des mines légendaires du Roi Salomon. C'est là où ce souverain, connu pour sa sagesse et sa richesse, puisait son immense fortune. L'auteur choisit de les situer dans le sud de l'Afrique, en laissant dans son œuvre quelques indices sur leur emplacement.

Dans le deuxième chapitre, une fois le contrat passé entre Quatermain et les deux autres, celui-ci leur raconta que lorsqu'il chassait le koudou près de la ville sud-africaine de Lydenburg, il vit des mineurs découvrir une cavité souterraine abritant une cité en ruine, qui selon un certain Evans, ne serait autre que la légendaire Ophir. C'est ce lieu biblique qui aurait envoyé régulièrement au roi Salomon des riches cargaisons de pierres et métaux précieux, de bois (probablement de santal), d'ivoire, d'animaux exotiques... Ce même Evans, chasseur d'éléphant enterré près des chutes du Zambèze, a aussi parlé au chasseur des montagnes de Suliman, en pays Mashoukouloumbwé[3], derrière lesquelles se situeraient ces fameuses mines (Suliman étant la forme arabe de Salomon), au pays des Koukouanas. Il rajoute que lorsqu'il était en pays Manica (en)[4], il a connu une isanousi (sorcière pratiquant la médecine) qui lui expliqua qu'au-delà de ces montagnes vivent des descendants des Zoulous, dont le dialecte diffère et qui vivent isolés sur un territoire doté d'une mine de "pierres brillantes".

Lorsque Quatermain se trouva lui-même dans cette région, dans le kraal de Sitanda, il rencontra un Portugais de Delagoa du nom de José Silvestre qui partit vers ces montagnes à la recherche de ces mines. Quelque temps plus tard, il revint mourant, lui annonçant avoir échoué dans son expédition. Mais il lui remit un tissu ayant appartenu à son ancêtre, Jose da Silvestra, lisboète qui fut parmi les premiers Portugais à débarquer au sud de l'Afrique, trois siècles plus tôt. Celui-ci avait entrepris la même expédition et périt dans les montagnes, mais il a eu le temps de dessiner sur un tissu une carte de la région et d'écrire une lettre narrant ses mésaventures avec son sang. Il parvient à franchir les Seins de la Reine de Saba, deux monts qui gardent l'entrée du pays des Koukouanas, puis à rencontrer ce peuple et à atteindre les mines. Mais, trahi par une femme maléfique du nom de Gagoul, il dut renoncer et revenir aux Seins, où il décéda et rédigea ces documents, que son esclave ramena. C'est ainsi que son descendant put en prendre possession et les reproduire sur papier ; au moment de mourir à son tour, il les offrit au chasseur. Des années plus tard, lorsque ce dernier aperçut Mr. Neville partant en expédition, il le vit accompagné d'une de ses connaissances nommée Jim, un Béchouana. Il le renseigna sur ce que cherchait le frère disparu et on ne devait plus revoir les membres de cette expédition.

Si l'on en croit la carte indiquant comment se rendre aux mines, celles-ci se situent au nord de la diffluence entre les rivières Kalukoué et Lukanga . Concernant cette dernière, il s'agit peut-être de la zone humide de Loukanga (en), en Zambie.

Inspirations[modifier | modifier le code]

Les Mines du roi Salomon ont inspiré partiellement un des romans de l'écrivain Roger Frison-Roche, passionné par le Sahara, qui évoque la piste millénaire y menant dans La Piste oubliée (1950), en page 217, lorsque la traversée du Ténéré mène à une pierre portant le sceau du roi Salomon.

Adaptations et allusions aux Mines du roi Salomon[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Les Mines du roi Salomon a été adapté au cinéma à plusieurs reprises, notamment :

Ainsi qu'à la télévision, avec :

Dans la bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • L'ouvrage Les Mines du roi Salomon a fait l'objet d'une adaptation fidèle en bande dessinée, dans la collection 1800 de l'éditeur Soleil Productions. Un diptyque écrit par Dobbs et dessiné par DimD, publié entre 2010 et 2012. Le tome 1 s'intitule "L'Équipée sauvage" et le tome 2 "En territoire hostile".
  • Le marin Corto Maltese, héros de la série éponyme créé par Hugo Pratt, embarque depuis la Chine vers l'Afrique à la recherche de ces mines, en compagnie de son ami Raspoutine, comme on l'apprend dans La Jeunesse de Corto Maltese. Seulement, après une mutinerie en mer de Célèbes, leur voyage tourne court. Ils sont alors recueillis par un cargo en route pour l’Amérique et abandonnent finalement leur expédition.
  • Balthazar Picsou conserve dans son coffre-fort une amphore contenant des joyaux des mines du roi Salomon, qu'il découvrit lors d'une de ses aventures.

Dans le jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Magasin d'éducation et de récréation n° 48 » (1888) sur le site NooSFere.
  2. Notice n°: FRBNF32215993 de la Bibliothèque nationale de France
  3. Voir cet article sur John Harrison Clark (en), qui parle de ce territoire, situé au confluent du Zambèze et du Luangwa, en actuelle Zambie.
  4. Peuple vivant à cheval sur les territoires des actuels Zimbabwe et Mozambique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Patrick Brantlinger, Rule of Darkness : British Literature and Imperialism, 1830–1914, Ithaca (New York) / Londres, Cornell University Press, , XI-309 p. (ISBN 0-8014-2090-3, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • (en) Patrick Brantlinger, « Victorians and Africans : The Genealogy of the Myth of the Dark Continent », Critical Inquiry, University of Chicago Press, vol. 12, no 1 « "Race", Writing, and Difference »,‎ , p. 166-203 (lire en ligne).
  • (en) Sally Bushell, « Mapping Victorian Adventure Fiction : Silences, Doublings, and the Ur-Map in Treasure Island and King Solomon's Mines », Victorian Studies, Indiana University Press, vol. 57, no 4,‎ , p. 611-637 (lire en ligne).
  • (en) Peter Berresford Ellis, H. Rider Haggard : A Voice from the Infinite, Londres / Henley, Routledge and Kegan Paul, , XIV-291 p. (ISBN 0-7100-0026-X, présentation en ligne).
  • (en) Norman A. Etherington, « Rider Haggard, Imperialism, and the Layered Personality », Victorian Studies, Indiana University Press, vol. 22, no 1,‎ , p. 71-87 (lire en ligne).
  • (en) Alan Freeland, « Versions of the Imperial Romance : King Solomon's Mines and As Minas de Salomão », Portuguese Studies, Modern Humanities Research Association, vol. 23, no 1,‎ , p. 71-87 (lire en ligne).
  • (en) Heidi Kaufman, « « King Solomon's Mines ? » : African Jewry, British Imperialism, and H. Rider Haggard's Diamonds », Victorian Literature and Culture, Cambridge University Press, vol. 33, no 2,‎ , p. 517-539 (lire en ligne).
  • (en) Robbie McLaughlan, Re-imagining the « Dark Continent » in Fin de Siècle Literature, Édimbourg, Edinburgh University Press, coll. « Edinburgh Critical Studies in Victorian Culture », , VIII-237 p. (ISBN 9780748647156 et 0748647155, présentation en ligne).
  • (en) Gerald Cornelius Monsman, H. Rider Haggard on the Imperial Frontier : the Political and Literary Contexts of his African Romances, Greensboro, ELT Press, coll. « 1880-1920 British authors series » (no 21), , IX-294 p. (ISBN 0-944318-21-5, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • (en) R. D. Mullen, « The Books of H. Rider Haggard : A Chronological Survey », Science Fiction Studies, Greencastle (Indiana), SF-TH Inc, vol. 5, no 3,‎ , p. 287-291 (lire en ligne).
  • (en) Richard F. Patteson, « King Solomon's Mines : Imperialism and Narrative Structure », The Journal of Narrative Technique, Journal of Narrative Theory, vol. 8, no 2,‎ , p. 112-123 (lire en ligne).
  • (en) Richard F. Patteson, « Manhood and Misogyny in the Imperialist Romance », Rocky Mountain Review of Language and Literature, Rocky Mountain Modern Language Association, vol. 35, no 1,‎ , p. 3-12 (lire en ligne).
  • (en) Rebecca Stott, « The Dark Continent : Africa as Female Body in Haggard's Adventure Fiction », Feminist Review, Palgrave Macmillan Journals, no 32,‎ , p. 69-89 (lire en ligne).
  • (en) Martin Tucker, « The African Novel : The Four Traditions », Africa Today, Indiana University Press, vol. 11, no 6,‎ , p. 7-9 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]