Wikipédia:Sélection/Jeux olympiques

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dimítrios Vikélas

Dimítrios Vikélas.

Dimítrios Vikélas (grec moderne : Δημήτριος Βικέλας) est un homme d'affaires et un écrivain grec, né le 15 février 1835 ( dans le calendrier grégorien) à Ermoupoli dans l'île de Syros et mort le 7 juillet 1908 ( dans le calendrier grégorien) à Athènes. Il est le premier président du Comité international olympique (CIO).

Après une enfance passée en Grèce, à Constantinople et à Odessa, il fait fortune à Londres, où il se marie. Il s'installe ensuite à Paris en raison de l'état de santé de son épouse. Ayant abandonné les affaires, il se consacre à la littérature et à l'histoire. Il publie de nombreux romans, nouvelles et essais qui lui valent une réputation certaine. Il fréquente les milieux littéraires et artistiques.

Sa renommée et le fait qu'il habite Paris le font choisir pour représenter la Grèce à un congrès convoqué par Pierre de Coubertin en juin 1894. Ce congrès décide de rétablir les Jeux olympiques et de les organiser à Athènes en 1896, désignant Dimítrios Vikélas pour présider le comité d'organisation. Après les Jeux, il se retire à Athènes où il meurt en 1908.

Jeux olympiques d'hiver de 1952

Les Jeux olympiques d’hiver de 1952, officiellement connus comme les VIes Jeux olympiques d’hiver, ont lieu à Oslo, en Norvège, du 14 au . Les discussions sur l’organisation des Jeux olympiques d’hiver par Oslo commencent dès 1935, puisque la ville veut accueillir les Jeux de 1948, mais la Seconde Guerre mondiale entraîne le report de ce projet. Après la guerre, pour l’accueil des Jeux de 1952, une compétition oppose Oslo aux villes de Cortina d’Ampezzo, en Italie, et de Lake Placid, aux États-Unis ; ce sont les Norvégiens qui s’imposent. Tous les sites sont dans la zone métropolitaine d’Oslo, à part les épreuves de ski alpin, qui ont lieu à Norefjell, à 113 kilomètres de la capitale. Un nouvel hôtel est construit pour héberger la presse et les délégations, avec trois dortoirs pour accueillir les athlètes et les entraîneurs ; cela devient le premier village olympique moderne. La ville d’Oslo assume la charge financière de l’accueil des Jeux en échange des revenus générés.

Les Jeux rassemblent 694 athlètes de trente pays, qui participent dans six sports et vingt-deux épreuves. Le Japon et l’Allemagne font leur retour dans la compétition olympique, après avoir été écartés du « Mouvement olympique » à la suite de leur rôle durant la Seconde Guerre mondiale. L’Allemagne est uniquement représentée par des athlètes de l’Allemagne de l’Ouest, car l’Allemagne de l’Est refuse de participer en tant qu’équipe unifiée. Le Portugal et la Nouvelle-Zélande font leurs débuts aux Jeux d’hiver, et, pour la première fois, une femme est autorisée à participer au ski de fond.

Le camionneur norvégien Hjalmar Andersen gagne trois des quatre épreuves de patinage de vitesse, pour devenir l’athlète le plus médaillé de ces Jeux. L’Allemagne retrouve son hégémonie passée au bobsleigh, en remportant les épreuves du bob à deux et du bob à quatre. L’Américain Dick Button exécute le premier saut à triple rotation dans une compétition internationale, pour obtenir son second titre olympique consécutif chez les hommes en patinage artistique. Les Jeux de 1952 comportent un sport de démonstration, le bandy, mais uniquement trois pays, tous nordiques, participent au tournoi. La Norvège domine le tableau général des médailles, avec seize récompenses, dont sept en or. Les Jeux se terminent avec la présentation d’un drapeau, qui est transmis d’une ville hôte des Jeux olympiques d’hiver à la suivante. La bannière, connue plus tard sous le nom du « drapeau d’Oslo », est déployée depuis dans la ville hôte lors de chaque édition des Jeux olympiques d’hiver.

Suisse aux Jeux olympiques d'été de 2012

Photo de Steve Guerdat célébrant sa médaille d'or, qu'il a autour du cou, sur la scène de la Maison de la Suisse

La participation de la Suisse aux Jeux olympiques d'été de 2012 a lieu du 26 juillet au 12 août 2012 à Londres, au Royaume-Uni. C'est la 27e fois que ce pays participe aux Jeux olympiques d'été, après sa présence à toutes les éditions précédentes.

La délégation olympique suisse, dirigée par Gian Gilli, est composée de 102 athlètes : 72 hommes et 30 femmes. Elle est représentée par son porte-drapeau, le joueur de tennis Stanislas Wawrinka, champion olympique du tournoi de tennis en double en 2008. Les sportifs helvétiques, qui participent dans 18 sports, gagnent quatre médailles : deux d'or et deux d'argent. Cela les place au 33e rang du tableau des médailles.

Parmi les médaillés suisses, on trouve Nino Schurter, qui obtient sa deuxième médaille olympique, l'argent, lors de la course masculine de VTT. Le cavalier Steve Guerdat remporte la première médaille d'or suisse dans le saut d'obstacles individuel depuis 88 ans. Nicola Spirig devient la deuxième championne olympique suisse de triathlon depuis ses débuts en tant que sport olympique en 2000. Enfin, le numéro un mondial Roger Federer gagne la médaille d'argent dans le tournoi de tennis masculin en simple après sa défaite en finale contre le Britannique Andy Murray.

Plusieurs athlètes suisses ayant des chances de médailles manquent cependant leurs objectifs. Par exemple, le cycliste Fabian Cancellara, champion olympique en titre, est septième du contre-la-montre sur route après une chute lors de la course en ligne. La délégation suisse ne remplit pas l'objectif principal de Swiss Olympic, qui est d'être parmi les 25 meilleures nations. Elle gagne moins de médailles que lors des quatre éditions précédentes des Jeux d'été. Les athlètes suisses obtiennent 6 diplômes, contre 13 en 2008. Gian Gilli juge ces résultats insuffisants.

Tournoi féminin de basket-ball aux Jeux olympiques d'été de 2012

Tir en suspension de Taurasi, Beikes essayant de gêner le tir avec une main en l'air.

Le tournoi féminin de basket-ball aux Jeux olympiques d'été de 2012 se tient à Londres du 28 juillet au . Les matchs du premier tour ont tous lieu au sein de la Basketball Arena, tandis que les phases finales se déroulent à la North Greenwich Arena (appelée également the O2 Arena).

Les fédérations affiliées à la FIBA participent par le biais de leur équipe féminine aux épreuves de qualification. Onze équipes rejoignent ainsi la Grande-Bretagne, nation hôte de la compétition, pour s'affronter lors du tournoi final.

L'équipe des États-Unis s'adjuge son cinquième titre consécutif depuis les Jeux olympiques de 1996 à Atlanta. La France s'octroie sa première médaille olympique en remportant la médaille d'argent. L'Australie termine pour la cinquième fois consécutive sur un podium olympique en remportant la médaille de bronze.

Lors de cette compétition, sur les 38 rencontres disputées (30 au premier tour et 8 en phase finale), seules deux ont nécessité une prolongation au premier tour dans le groupe B. Ces deux rencontres ont été gagnées par la France, la première face à l'équipe triple vice-championne olympique l'Australie (74-70) et la seconde face au pays organisateur la Grande-Bretagne (80-77).

Mario et Sonic aux Jeux olympiques

Shigeru Miyamoto est le superviseur du jeu.

Mario et Sonic aux Jeux olympiques (マリオ&ソニック AT 北京オリンピック, Mario ando Sonikku atto Pekin Orinpikku?) est un jeu vidéo de sport développé par Nintendo SPD et Sega Sports R&D. Il est publié par Nintendo et Sega. Le jeu est autorisé officiellement par le Comité international olympique par une licence et c'est le premier jeu vidéo officiel des Jeux olympiques d'été de 2008. Il s'agit du premier crossover regroupant les personnages des univers de Mario et de Sonic. Il sort sur Wii en novembre 2007 et sur Nintendo DS en janvier 2008.

Mario et Sonic aux Jeux olympiques propose sur Wii et Nintendo DS un ensemble de 24 épreuves tirées des Jeux olympiques. Le joueur incarne un personnage de Nintendo ou de Sega et concourt contre les autres dans ces épreuves. Dans la version Wii, il utilise la Wiimote pour reproduire les mouvements réels, par exemple ceux d'une raquette de tennis. Dans la version DS, le stylet et les boutons de contrôle sont utilisés. Les deux versions suivent de près les règles des différents sports. Sega adopte la mission du CIO de promouvoir un esprit sportif et son désir d'intéresser les jeunes aux Jeux olympiques en utilisant ses personnages. Pour ces raisons et pour l'atmosphère d'esprit sportif compétitif que doivent offrir les Jeux olympiques, Sega reçoit l'autorisation de Nintendo d'inclure Mario dans le jeu avec Sonic.

Globalement, les critiques saluent l'interaction multijoueur de la version Wii et la variété des épreuves des deux versions. Ils critiquent cependant la version Wii pour son manque de simplicité et la version DS pour ne pas offrir la même interaction entre les joueurs. Le jeu Wii reçoit le titre de « Meilleur jeu Wii 2007 » à la Games Convention de Leipzig. Vendu à plus de onze millions d'exemplaires, Mario et Sonic aux Jeux olympiques est un succès commercial. C'est le début d'une série de jeux de sports sur les Jeux olympiques.

Jeux olympiques d'hiver

La flamme olympique à Vancouver durant les Jeux olympiques d'hiver de 2010.

Les Jeux olympiques d'hiver sont un événement sportif qui survient tous les quatre ans. La première célébration des Jeux d'hiver a lieu dans la station française de Chamonix en 1924. Les premiers sports sont le ski de fond, le patinage artistique et de vitesse, le hockey sur glace, le combiné nordique, le saut à ski, le bobsleigh, le curling et la patrouille militaire. Les Jeux ont lieu tous les quatre ans de 1924 à 1936. Ils sont ensuite interrompus par la Seconde Guerre mondiale et ont à nouveau lieu tous les quatre ans dès 1948. Les Jeux d'hiver sont organisés la même année que les Jeux d'été jusqu'en 1992. L'organe de direction des Jeux olympiques, le Comité international olympique (CIO), décide à cette date de placer les Jeux olympiques d'hiver et d'été en alternance sur les années paires d'un cycle de quatre ans.

Les Jeux d'hiver évoluent depuis leur création. De nouvelles épreuves sont ajoutées et certaines d'entre elles, telles que le ski alpin, la luge, le patinage de vitesse sur piste courte et le ski acrobatique, gagnent une place permanente dans le programme olympique. D'autres, comme le ski de vitesse, le bandy et le ski joëring sont des sports de démonstration lors d'une édition des Jeux, mais ne deviennent pas des sports olympiques officiels. L'essor de la télévision comme le média global de télécommunication améliore le profil des Jeux. Elle crée un flux de revenus via la vente de droits de diffusion et de publicité qui deviennent lucratifs pour le CIO. Cela permet aux entreprises extérieures, comme les chaînes de télévision et les sponsors, d'exercer une influence. Dans l'histoire des Jeux, le CIO doit répondre à plusieurs critiques tels que les scandales internes, l’utilisation de produits dopants par les athlètes ainsi que le boycott politique de la compétition. Pendant la Guerre froide, des nations utilisent les Jeux d'hiver pour montrer la supériorité revendiquée de leurs systèmes politiques...

Andorre aux Jeux olympiques d'été de 2012

Antoni Bernadó pendant le marathon.

L'Andorre participe aux Jeux olympiques d'été de 2012 à Londres au Royaume-Uni du 27 juillet au 12 août 2012. Il s'agit de sa 10e participation à des Jeux d'été.

L'Andorre fait partie des pays qui ne remportent pas de médaille au cours de ces Jeux olympiques. Parmi les six sportifs engagés, aucun ne termine dans les dix premiers de sa discipline. Le judoka Daniel García González est le seul athlète de la délégation andorrane à passer un tour de compétition. Il s'incline en seizième de finale contre l'Espagnol Sugoi Uriarte sur un waza-ari. Le marathonien Antoni Bernadó, invité par le CIO, termine la compétition à la 74e place. L'athlète Cristina Llovera est éliminée dès les séries du 100 m. À 16 ans, elle est la plus jeune athlète andorrane à participer à des Jeux olympiques. Le tireur Joan Tomàs Roca, qui porte le drapeau national lors de la cérémonie d'ouverture, est éliminé lors des qualifications où il termine 33e. En natation, l'Andorre est représentée par deux athlètes : Hocine Haciane pour le 200 m papillon et Mónica Ramírez Abella pour le 100 m dos. Ils sont tous les deux éliminés lors des séries.

Biélorussie aux Jeux olympiques

Les athlètes biélorusses entrent dans le stade olympique de Vancouver durant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de 2010.

La participation de la Biélorussie aux Jeux olympiques débute lors des Jeux d'été de 1952 à Helsinki, sous les couleurs de l'Union soviétique (Code CIO : URS) dont la Biélorussie est alors une république constitutive. Après la dissolution de l'Union soviétique en 1991, la Biélorussie participe aux Jeux olympiques d'hiver de 1992 d'Albertville et aux Jeux d'été la même année à Barcelone au sein d'une équipe unifiée qui rassemble quatre puis onze des quatorze autres anciennes républiques soviétiques. Deux ans plus tard, aux Jeux olympiques d'hiver de 1994 de Lillehammer, la Biélorussie est présente pour la première fois en tant que nation indépendante.

Entre 1952 et 2006, 168 athlètes biélorusses ont gagné 200 médailles, que ce soit pour l'Union soviétique ou la Biélorussie indépendante et depuis l'indépendance du pays, les athlètes biélorusses ont remporté 75 médailles : 11 en or, 24 en argent et 40 en bronze. Les disciplines qui ont rapporté le plus grand nombre de médailles au pays sont l'athlétisme pour les Jeux olympiques d'été et le ski acrobatique pour les Jeux olympiques d'hiver. Les athlètes biélorusses participent aux Jeux grâce au Comité national olympique biélorusse qui sélectionne les sportifs pouvant concourir aux Jeux d'hiver et d'été. Les Jeux sont diffusées en biélorusse par la Compagnie de Télévision et de Radio Biélorusse.

Colombie aux Jeux olympiques d'été de 1932

Délégation colombienne aux JO d'été de 1932 à Los Angeles.

La Colombie participe aux Jeux olympiques d'été de 1932 qui se déroulent du 30 juillet au 14 août 1932 à Los Angeles aux États-Unis. Il s'agit de sa première participation à des Jeux d'été. La délégation colombienne est représentée par un seul athlète en marathon, Jorge Perry, qui est le porte-drapeau du pays lors des cérémonies d'ouverture et de clôture de ces Jeux qui ont lieu au sein du Los Angeles Memorial Coliseum.

La Colombie fait partie des pays qui ne remportent pas de médaille au cours de cet évènement sportif dont le format est revu, passant à une durée moindre de seize jours. Le seul athlète engagé, Jorge Perry, ne se classe pas dans les dix premiers de sa discipline, abandonnant sur l'épreuve du marathon au dixième kilomètre. Il repart cependant avec la médaille du mérite olympique que lui décerne le comité international olympique.

À la suite de cette première participation aux Jeux olympiques, le comité olympique colombien (COC) est créé le , ce qui permet à six athlètes de concourir lors des Jeux olympiques d'été de 1936 à Berlin.

Palaos aux Jeux olympiques d'été de 2008

Quatorze personnes en bleu se tenant derrière un drapeau.

La participation des Palaos aux Jeux olympiques d'été de 2008 a eu lieu du 8 au 24 août 2008 à Pékin en Chine. C'est la troisième fois que ce pays, situé en Micronésie, participe aux Jeux olympiques d'été, après sa présence en 2000 à Sydney (Australie) et en 2004 à Athènes (Grèce).

La délégation olympique du Palaos est dirigée par Frank Kyota, le président du comité national olympique du Palaos, et est composée de cinq athlètes, de trois officiels et de quatre entraîneurs. Cela représente une augmentation du nombre de sportifs issus de la représentation du Palaos par rapport aux Jeux d'Athènes, où quatre athlètes avaient été envoyés.

L'équipe olympique du Palaos, représentée par leur porte-drapeau, le lutteur Elgin Loren Elwais, est l'une des 117 équipes qui ne remporte pas de médaille lors de ces Jeux puisque les cinq athlètes qualifiés (deux en athlétisme et en lutte et un en natation) ne réussissent pas à obtenir de distinctions. Ils sont en effet éliminés dès les séries (en athlétisme et en natation) ou lors de leur premier combat (pour les lutteurs).

Liechtenstein aux Jeux olympiques d'été de 2012

Marcel Tschopp pendant le marathon.

Le Liechtenstein participe aux Jeux olympiques d'été de 2012 à Londres au Royaume-Uni du 27 juillet au 12 août 2012. Il s'agit de sa 16e participation à des Jeux d'été.

Le Liechtenstein fait partie des pays qui ne remportent pas de médaille au cours de ces Jeux olympiques. Parmi les trois sportifs engagés, aucun ne se classe dans les dix premiers de sa discipline. La nageuse Julia Hassler obtient les meilleurs rangs pour le Liechtenstein à ces Jeux. Elle se classe 27e au 400 mètres nage libre puis 17e au 800 mètres nage libre en battant deux records nationaux. La joueuse Stephanie Vogt, qui a reçu une invitation pour venir aux Jeux et qui porte le drapeau national lors de la cérémonie d'ouverture, est éliminée au premier tour du tournoi de tennis féminin. Le marathonien Marcel Tschopp, également invité, termine sa course à la 75e place.

Rwanda aux Jeux olympiques d'été de 2012

Jean Pierre Mvuyekure pendant le marathon hommes aux Jeux olympiques.

Le Rwanda participe aux Jeux olympiques d'été de 2012 à Londres au Royaume-Uni du 27 juillet au 12 août 2012. Il s'agit de sa 8e participation à des Jeux olympiques d'été.

Le Rwanda fait partie des pays qui ne remportent pas de médaille au cours de ces Jeux olympiques. Parmi les sept sportifs engagés, aucun ne se classe dans les dix premiers de sa discipline. C'est le cycliste Adrien Niyonshuti qui est le porte-drapeau de la délégation lors des cérémonies d'ouverture et de clôture ; il se classe 39e dans son sport. La meilleure place du Rwanda à ces Jeux est la 14e place de l'athlète Robert Kajuga, lors de la finale du 10 000 mètres.

Saint-Marin aux Jeux olympiques d'été de 2012

drapeau de Saint-Marin.

Saint-Marin participe aux Jeux olympiques d'été de 2012 à Londres au Royaume-Uni du 27 juillet au 12 août 2012. Il s'agit de sa 13e participation à des Jeux olympiques d'été.

Saint-Marin fait partie des pays qui ne remportent pas de médaille au cours de ces Jeux olympiques. Parmi les quatre sportifs engagés, la tireuse Alessandra Perilli, porte-drapeau de la délégation lors des cérémonies d'ouverture et de clôture, manque de très peu de remporter ce qui eût été la première médaille olympique jamais obtenue par Saint-Marin. Dans l'épreuve féminine du trap, elle termine seconde ex aequo en finale, avec une Slovaque et une Française, et doit prendre part à une épreuve de barrage à trois pour l'attribution des médailles d'argent et de bronze. Elle termine troisième et dernière de ce barrage.

Jeux olympiques d'été de 1896

Couverture du rapport officiel des Jeux olympiques d'été de 1896 à Athènes

Les Jeux olympiques d'été de 1896, également appelés Jeux de la première olympiade, sont organisés en 1896 à Athènes en Grèce. Ces Jeux sont les premiers Jeux olympiques de l'ère moderne organisés par le Comité international olympique. Ils se déroulent du 6 au , neuf jours de compétition pendant lesquels 241 sportifs s'affrontent dans neuf sports différents pour un total de 122 médailles.

C'est à l'issue d'un congrès organisé en 1894 à Paris par le Français Pierre de Coubertin qu'est créé le Comité international olympique (CIO) et que la capitale grecque est désignée première ville hôte de l'événement olympique. Ce congrès décide également de l'exclusion des sportifs professionnels et des femmes au profit de l'amateurisme et du genre masculin…

Jeux olympiques d'hiver de 1928

Les Anneaux olympiques à Saint-Moritz.

Les Jeux olympiques d'hiver de 1928, officiellement connus comme les IIes Jeux olympiques d'hiver, ont lieu à Saint-Moritz en Suisse, du 11 au . Ce sont les premiers Jeux olympiques d'hiver à ne pas être organisés dans le même pays que les Jeux olympiques d'été, qui se déroulent la même année à Amsterdam, aux Pays-Bas. Ces Jeux sont marqués par des températures exceptionnellement chaudes pour la saison, qui atteignent 25 °C. Cela perturbe beaucoup d'épreuves. Le 14 février, la course de patinage de vitesse de 10 000 mètres est annulée à cause des mauvaises conditions de la glace. Aucune compétition ne peut être disputée le lendemain à cause de la pluie et de la température qui est de 10 °C. Cela entraîne de nombreux changements au programme des jours suivants.

Les Jeux rassemblent 464 athlètes de 25 pays, dont 9 participent pour la première fois aux Jeux olympiques d'hiver. En plus des quatre sports et des quatorze épreuves officiels, deux sports de démonstration sont disputés : la patrouille militaire, devenue plus tard le biathlon, et le ski joëring, dont c'est la seule apparition aux Jeux olympiques à ce jour. Les athlètes les plus médaillés de ces Jeux sont, avec deux médailles d'or chacun, le fondeur norvégien Johan Grottumsbraten et le patineur finlandais Clas Thunberg, ainsi que le patineur norvégien Bernt Evensen, qui obtient une médaille de chaque métal. La délégation norvégienne est de loin la plus médaillée : elle obtient quinze médailles, dont six en or. Les athlètes féminines, au nombre de 26, ne participent qu'à la compétition de patinage artistique. Les Jeux olympiques d'hiver se déroulent une seconde fois à Saint-Moritz en 1948.

Jeux olympiques d'hiver de 1948

Martin Lundström dans le 18 kilomètres.

Les Jeux olympiques d'hiver de 1948, officiellement connus comme les Ves Jeux olympiques d'hiver, ont lieu à Saint-Moritz en Suisse, du 30 janvier au . Ces Jeux sont les premiers célébrés après la Seconde Guerre mondiale. Douze ans ont passé depuis les derniers Jeux d'hiver en 1936. De la sélection d'un pays hôte neutre à l'exclusion du Japon et de l'Allemagne, l'atmosphère politique de l'après-guerre est très présente pendant les Jeux. Le comité d'organisation fait face à plusieurs défis en raison du manque de ressources financières et humaines.

Vingt-huit nations défilent à la cérémonie d'ouverture le 30 janvier 1948. 669 athlètes participent à vingt-deux épreuves, réparties en quatre sports. Il y a aussi deux sports de démonstration : la patrouille militaire, devenue plus tard le biathlon, et le pentathlon d'hiver, dont c'est la seule apparition aux Jeux olympiques à ce jour. Le skieur français Henri Oreiller remporte deux médailles d'or et une de bronze en ski alpin ce qui fait de lui l'athlète le plus médaillé de ces Jeux. La plupart des sites olympiques date de la première organisation des Jeux à Saint-Moritz en 1928. Tous les sites sont à l'extérieur, ce qui rend les Jeux fortement dépendants des conditions météorologiques. Cette compétition marque la première participation aux Jeux olympiques d'hiver pour les cinq pays suivants : le Chili, le Danemark, l'Islande, la Corée du Sud et le Liban. Trois pays, la Norvège, la Suède et la Suisse, se partagent le record du plus grand nombre de médailles, avec dix médailles chacun. C'est en partie grâce à ces Jeux que Saint-Moritz est aujourd'hui une des stations de sports d'hiver et de villégiature les plus connues des Alpes.

Jeux olympiques d'hiver de 1956

La championne olympique de patinage artistique Tenley Albright.

Les Jeux olympiques d'hiver de 1956, officiellement connus comme les VIIes Jeux olympiques d'hiver, ont lieu à Cortina d'Ampezzo en Italie, du 26 janvier au . Cortina est d'abord retenue pour accueillir les Jeux olympiques d'hiver de 1944, mais ils sont annulés à cause de la Seconde Guerre mondiale. Elle bat la ville de Montréal au Canada et celles de Colorado Springs et Lake Placid aux États-Unis pour obtenir l'organisation des Jeux de 1956. Ces Jeux sont uniques dans la mesure où presque tous les sites sont séparés par des distances très courtes. Le comité d'organisation reçoit un soutien financier du gouvernement italien pour améliorer les infrastructures, mais le reste des coûts doit être financé par le Comité olympique italien, qui est aidé par des sponsors.

Pas moins de 821 athlètes parmi 32 nations, un record pour les Jeux d'hiver, concourent dans quatre sports et vingt-quatre épreuves. L'Union soviétique, qui fait des débuts aux Jeux olympiques d'hiver, est la nation la plus médaillée. L'Autrichien Toni Sailer devient le premier à remporter les trois médailles d'or de ski alpin la même année. Le Suédois Sixten Jernberg gagne quatre médailles en ski de fond, ce qui fait de lui l'athlète le plus médaillé de ces Jeux. Les épreuves de patinage artistique sont disputées pour la dernière fois à l'extérieur. Le seul problème logistique est le manque de neige sur les pistes de ski alpin. Pour y remédier, l'armée italienne transporte de grandes quantités de neige.

La politique n'a pas d'impact sur les Jeux d'hiver de 1956, comme c'est le cas lors des Jeux d'été, à Melbourne, en Australie, où la réponse soviétique à la Révolution hongroise et la crise du canal de Suez causent le boycott des Jeux de nombreuses nations. Les Jeux de Cortina sont les premiers à bénéficier d'une diffusion télévisuelle internationale. Comme les pays communistes ont des technologies plus avancées, des pays d'Europe de l'Ouest comme l'Allemagne de l'Ouest et la Finlande ne reçoivent les images des Jeux que par les diffuseurs communistes. C'est une victoire significative des Soviétiques dans leur propagande pendant la Guerre froide.

Jeux olympiques d'hiver de 1960

Panneau à l'extérieur du village olympique à Squaw Valley.

Les Jeux olympiques d'hiver de 1960, officiellement connus comme les VIIIes Jeux olympiques d'hiver, ont lieu à Squaw Valley aux États-Unis, du 18 au . En 1955, le Comité international olympique fait le choix inattendu d'attribuer les Jeux d'hiver de 1960 à Squaw Valley. La station est alors très peu développée. Tous les équipements sportifs et les infrastructures sont construits ou améliorés entre 1956 et 1960 pour un coût de 80 millions de dollars. Les athlètes logent dans le premier véritable village olympique et les organisateurs conçoivent les sites pour que les spectateurs et les athlètes puissent les atteindre à pied. Les cérémonies d'ouverture et de clôture sont produites par Walt Disney et diffusées par la chaîne CBS. C'est la première fois que les droits de télévision pour diffuser les Jeux olympiques sont vendus au plus offrant. C'est aussi la première fois depuis 28 ans que les Jeux sont organisés en Amérique du Nord.

665 athlètes de 30 nations participent à 4 sports et 27 épreuves. Le patinage de vitesse féminin et le biathlon font leurs débuts olympiques. Les organisateurs décident de ne pas construire de piste de bobsleigh à cause des coûts élevés et du faible nombre de participants. C'est la seule fois de l'histoire que ce sport n'est pas au programme des Jeux d'hiver. L'Union soviétique est de loin la nation la plus médaillée : elle gagne 21 médailles, dont 7 en or. Les patineurs de vitesse soviétiques Evgueni Grichine et Lidia Skoblikova sont les seuls doubles champions olympiques. Le bûcheron suédois Sixten Jernberg ajoute une médaille d'or et une d'argent aux quatre récompenses obtenues aux Jeux d'hiver de 1956. Avec ses trois médailles gagnées quatre ans plus tard, il finit sa carrière avec 9 médailles olympiques. En 1964, c'est l'athlète le plus médaillé de l'histoire aux Jeux d'hiver.

La situation politique affecte la préparation des Jeux. Les tensions entre les États-Unis et l'Union soviétique s'intensifient et le CIO est obligé de débattre sur la participation de la Chine, de Taïwan, de la Corée du Nord et de l'Allemagne de l'Est à cause de la Guerre froide. En 1957, le gouvernement américain menace de refuser les visas aux athlètes des pays communistes. Le CIO menace donc de retirer l'organisation des Jeux d'hiver de 1960 à Squaw Valley. Sous la pression internationale, les États-Unis autorisent la participation des sportifs des pays communistes.

Athlétisme aux Jeux olympiques d'été de 2012

Le Stade olympique de Londres le 4 août 2012

Les épreuves d'athlétisme lors des Jeux olympiques d'été de 2012 ont lieu du 3 au à Londres, au Royaume-Uni. Les compétitions rassemblent 2 231 athlètes, issus de 201 fédérations affiliées au Comité international olympique. Les épreuves sur piste se déroulent au sein du Stade olympique de Londres, pendant que les épreuves sur route (marathon et marche athlétique) ont lieu dans le centre-ville londonien. Quarante-sept finales figurent au programme de cette compétition (24 masculines et 23 féminines), soit les mêmes que lors de la précédente édition des Jeux à Pékin.

Les États-Unis occupent la première place du classement par nations avec 29 médailles remportées (dont 9 en or), devant la Russie (18 dont 8 en or) et la Jamaïque (12 dont 4 en or). Usain Bolt, qui réalise le triplé 100 m, 200 m et 4 × 100 m, comme à Pékin quatre ans plus tôt, devient l'athlète le plus médaillé de ces Jeux en compagnie de l'Américaine Allyson Felix, titrée sur 200 m, 4 × 100 m et 4 × 400 m. Le Britannique Mohamed Farah réussit quant à lui le difficile doublé 5 000 m et 10 000 m.

Quatre records du monde sont améliorés durant ces neuf jours de compétitions : celui du 800 mètres par le Kényan David Rudisha, celui du 20 km marche par la Russe Elena Lashmanova, celui du 4 × 100 m masculin par l'équipe de Jamaïque et celui du 4 × 100 m féminin par l'équipe des États-Unis. Par ailleurs, onze records olympiques et vingt-trois meilleures performances mondiales de l'année sont établis.

Course en ligne masculine de cyclisme sur route aux Jeux olympiques d'été de 2008

2008 Olympic cycling road race men.JPG

La course en ligne masculine de cyclisme sur route, épreuve de cyclisme des Jeux olympiques d’été de 2008, a lieu le sur le Vélodrome urbain sur route de Pékin (l’un des huit sites temporaires prévus pour ces Jeux). La course démarre à 11 heures du matin heure chinoise (UTC+8), avec une arrivée prévue au plus tard à 17 heures 30. Le parcours de la course, d’une longueur totale de 245,4 kilomètres (152,5 miles), s’étend au cœur de la métropole chinoise, et passe à proximité de lieux historiques de la ville tels que le Temple du ciel, le Palais de l’Assemblée du Peuple, la place Tian’anmen et le Stade national de Pékin. Après avoir roulé sur un terrain relativement plat de 78,8 km (49,0 mi) au nord du centre-ville de Pékin, les coureurs rejoignent ensuite une boucle de 23,8 km (14,8 mi). Ce circuit, à parcourir sept fois, contient des côtes avec des pourcentages allant jusqu’à 10 %, à proximité de la Grande Muraille.

La course est remportée par le coureur espagnol Samuel Sánchez, après avoir devancé au sprint cinq autres coureurs échappés. L’Italien Davide Rebellin et le Suisse Fabian Cancellara prennent respectivement la deuxième et la troisième place et reçoivent les médailles d’argent et de bronze…

Rugby à XV aux Jeux olympiques d'été de 1920

Photographie noire et blanche d'une équipe de rugby sur un bateau. Les joueurs sont répartis sur trois rangées.

L'épreuve de rugby à XV aux Jeux olympiques d'été de 1920 est la troisième édition depuis l'introduction du rugby à XV comme sport olympique aux Jeux de 1900. En raison du désistement de dernière minute de la Tchécoslovaquie et de la Roumanie, une seule rencontre est disputée entre l'équipe des États-Unis et l'équipe de France le 5 septembre. Les Américains deviennent champions olympiques en battant les Français peu préparés sur le score de 8 à 0. Un match de revanche est organisé le 10 octobre suivant et les Français dominent 14 à 5 les Californiens, surnom donné à l'équipe américaine qui est composée essentiellement d'étudiants des universités californiennes.

Skeleton aux Jeux olympiques de 2010

In Ho Cho, skeletoneur sud-coréen dévalant la piste de Whistler.

Les épreuves de skeleton aux Jeux olympiques d'hiver de 2010 se déroulent les 18 et au Centre des sports de glisse de Whistler, dans la station de sports d'hiver de Whistler, en Colombie-Britannique (Canada). Après avoir été programmé deux fois aux Jeux olympiques, en 1928 et en 1948, le skeleton a attendu les Jeux de 2002 pour être programmé de nouveau.

Le Centre des sports de glisse de Whistler, composé de seize virages sur une longueur de 1 395 mètres, avec des vitesses maximales atteignant les 140 km/h, accueille donc les deux épreuves. Le résultat est connu après les quatre passages de chaque participant.

Les deux premiers passages se déroulent le 18 février et les deux derniers le lendemain. Le Canadien Jon Montgomery et la Britannique Amy Williams remportent le titre olympique, inscrivant pour la première fois leurs noms au palmarès. La seule nation remportant deux médailles est l'Allemagne, avec Kerstin Szymkowiak et Anja Huber, qui remportent respectivement la médaille d'argent et de bronze dans l'épreuve féminine.

Monaco aux Jeux olympiques d'été de 2012

La Maison de Monaco.

Monaco participe aux Jeux olympiques d'été de 2012 à Londres au Royaume-Uni du 27 juillet au 12 août 2012. Il s'agit de sa 19e participation à des Jeux olympiques d'été.

La délégation olympique monégasque, menée par son chef de mission Sébastien Gattuso, est la plus grande depuis celle des Jeux olympiques d'été de 1988 avec six athlètes dans six sports (cinq hommes et une femme). Elle est représentée par son porte-drapeau, la nageuse Angélique Trinquier, lors de la cérémonie d'ouverture.

Monaco fait partie des pays qui ne remportent pas de médaille durant ces Jeux olympiques. Un seul athlète monégasque se classe parmi les dix premiers de sa catégorie ; il s'agit de Yann Siccardi qui prend la neuvième place du tournoi de judo des moins de 60 kg. Un autre athlète se place dans le top 20 de son épreuve : Mathias Raymond obtient le 18e rang du skiff en aviron. Les représentants monégasques restants se classent quant à eux en 45e position pour deux d'entre eux et en 49e position pour un autre, alors que Brice Etès se voit disqualifier en athlétisme.

Durant les Jeux, le pays dispose d'une Maison de Monaco située dans le quartier de Piccadilly à Londres et émet des timbres à l'occasion de ceux-ci. Également, les Monégasques peuvent regarder les Jeux sur les chaînes de télévision françaises.