1918 en littérature

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Années de la littérature :
1915 - 1916 - 1917 - 1918 - 1919 - 1920 - 1921
Décennies de la littérature :
1880 - 1890 - 1900 - 1910 - 1920 - 1930 - 1940

La littérature pendant la Première Guerre mondiale

Évènements[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Parutions[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  1. César Capéran : Motifs, éd. Gaston Gallimard, 110 pages.

Poésie[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume Apollinaire : Calligrammes (avril).
  2. Blaise Cendrars : J'ai tué, avec 5 dessins de Fernand Léger. À la Belle Édition, chez François Bernouard, (prose poétique).
  3. Paul Éluard : Poèmes pour la paix (juillet).
  4. Valery Larbaud : Les enfantines (février).
  5. Tristan Tzara : Vingt-Cinq Poèmes (juin).

Romans[modifier | modifier le code]

Auteurs francophones[modifier | modifier le code]

Auteurs traduits[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  1. Paul Claudel : Le Pain dur (août).
  2. James Joyce : Les Exilés.
  3. Vladimir Maïakovski : Mystère Bouffe, pièce créée à Petrograd (7 novembre).
  4. Ernst Toller : Die Wandlung, pièce écrite en prison.
  5. Heinrich von Kleist : La Cruche brisée, avec Emil Jannings (23 juillet).

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Principales naissances[modifier | modifier le code]

Principaux décès[modifier | modifier le code]