Portail:Animation et bande dessinée asiatiques/Lumière sur

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lumière sur
Bienvenue sur la page de création des lumière sur.

Si vous désirez rajouter un ou des articles, il faut le faire à deux endroits ;

  1. Dans les arguments du modèle « Wikipédia:Lumière sur/Au hasard » ci-dessous ;
  2. Dans la table ci-dessous ;
Les mini-articles de présentation doivent être créés dans « Wikipédia:Lumière sur/ », par exemple Wikipédia:Lumière sur/Linux pour le premier article sélectionné de l'exemple ci-dessous, et dont le texte contient un lien en gras qui pointe vers Linux.

Liste du contenu labellisé[modifier le code]

Article de qualité Articles de qualité (liste) :

Bon article Bons articles (liste) :

modifier la liste

Propositions des prochains mises en lumière[modifier le code]

Sélection[modifier le code]

Articles de qualité[modifier le code]

Gundam

Photographie de Yoshiyuki Tomino en 2008

Mobile Suit Gundam (機動戦士ガンダム, Kidō senshi Gandamu?), ou plus simplement Gundam (ガンダム?), est une franchise d’animation japonaise créée par Yoshiyuki Tomino et Hajime Yatate pour le studio Sunrise en 1979. Appartenant au genre mecha, elle présente divers éléments classiques de la science-fiction — guerres spatiales, univers scientifiquement avancé — mais innove par sa volonté de réalisme, aussi bien à travers la narration qu’à travers les éléments technologiques. Les robots géants, essence du genre mecha, y sont donc pour la première fois ramenés au rang de simples armes de masse au Japon. Cette idée novatrice, qui reflète alors l’ouverture du public traditionnel des séries animées aux adultes, donne naissance à un sous-genre de la science-fiction japonaise nommé « real robot ».

Après des débuts difficiles, Gundam connaît le succès au début des années 1980 et ne le quittera plus jusqu’à nos jours ; ainsi, une trentaine de séries, d’OVA et de films sont réalisés pour la franchise, ainsi que des dizaines de mangas, de romans, de jeux vidéo et même de parodies via SD Gundam. Si les productions audiovisuelles constituent le cœur de la saga, Gundam repose en fait sur le second pilier que représentent les produits dérivés, et notamment les maquettes de robots (nommées Gunpla). Économiquement parlant, la franchise est la licence la plus rentable de la multinationale Namco Bandai, générant de nos jours environ 50 milliards de yens annuels. La plupart des critiques se portent d'ailleurs sur cette perception d'exigence économique qui prendrait le pas sur la créativité.

Mais le succès est avant tout culturel : pratiquement inconnu en francophonie, Gundam est pourtant un profond phénomène de société au Japon. La plupart des spécialistes académiques du sujet définissent clairement son impact comme majeur sur l’animation et la culture populaire japonaise, comparant régulièrement la franchise avec Star Wars en Occident. Cela se manifeste par une présence tangible dans la vie quotidienne de l’Archipel, que ce soit à travers les publicités, les magasins, les expositions d'art ou encore la construction d'une statue de dix-huit mètres près de Tōkyō. On ne peut toutefois pas parler d’hégémonie dans la mesure où la saga s’est peu exportée et a souvent été concurrencée par des séries comme Macross ou Evangelion.

Nausicaä (personnage)

Une adepte du cosplay en costume de Nausicaä lors du 70e Comic Market (Tokyo, été 2006).

Nausicaä (ナウシカ?) est l’héroïne du manga Nausicaä de la vallée du vent écrit par Hayao Miyazaki entre et , ainsi que du film d’animation du même nom sorti au cinéma en au Japon et en en France. Elle est la princesse de la vallée du vent, et est amenée à succéder à son père malade au début du manga.

Animée d’un grand amour pour son prochain et pour la vie, elle tente de comprendre, par l’étude de son habitat et de son cycle vital, la raison d’être de la « mer de la décomposition » (ou « forêt toxique » dans l’anime) qui a envahi la Terre suite aux « sept jours de feu », guerre technologique qui a détruit une grande partie de l’humanité.

Nausicaä possède une volonté impressionnante et une sorte de magnétisme qui force le respect. Son empathie lui permet d’être en phase avec de nombreux animaux, y compris les ômus, une race intelligente d’insectes géants gardiens de la « forêt toxique » avec lesquels elle parvient à communiquer.

Elle est aussi une fille du vent, et parvient à « voir » les déplacements d’air. Cela lui permet de maitriser son mœve (sorte de planeur avec un moteur d’appoint) mieux que personne.

Le personnage de Nausicaä, très populaire en son temps, a fait l’objet de nombreuses études universitaires ou par des auteurs spécialisés, du fait de ses caractéristiques particulières et novatrices.

À travers les pérégrinations et le parcours initiatique de son personnage, Miyazaki fait une étude approfondie du comportement humain dans un monde post-apocalyptique.

Le Voyage de Chihiro

Cosplay du Sans-Visage.

Le Voyage de Chihiro (千と千尋の神隠し, Sen to Chihiro no kamikakushi?, littéralement « Kamikakushi de Sen et Chihiro ») est un film d'animation japonais écrit et réalisé par Hayao Miyazaki et produit par le studio Ghibli, sorti en 2001.

Le film raconte l'histoire de Chihiro, une fillette de dix ans qui, alors qu'elle se rend en famille dans sa nouvelle maison, entre dans le monde des esprits. Après la transformation de ses parents en porcs par la sorcière Yubaba, Chihiro prend un emploi dans l'établissement de bains de Yubaba pour retrouver ses parents et le monde humain.

Miyazaki écrit le scénario en s'inspirant de la fille de son producteur associé Seiji Okuda qui vient lui rendre visite chaque été. Il y développe plusieurs thèmes qui lui sont chers, dont l'intégration par le travail collectif, le voyage initiatique, le renouement avec les valeurs ancestrales (notamment le shinto) et le danger de la société moderne pour la nature et les traditions. La production de Chihiro débute en 2000 avec un budget de 19 millions de dollars. La composition de la bande originale du film est confiée à Joe Hisaishi.

Le Voyage de Chihiro est le plus grand succès de l'histoire du cinéma japonais, avec 23 millions de spectateurs au Japon et 274 millions de dollars de recettes dans le monde. Acclamé par la critique internationale, le film est considéré comme l'un des meilleurs des années 2000. Il remporte plusieurs récompenses, dont l'Oscar du meilleur film d'animation et l'Ours d'or du meilleur film de 2002.

Bons articles[modifier le code]

L'Attaque des Titans

Cosplay de plusieurs personnages du manga.

L’Attaque des Titans (進撃の巨人, Shingeki no Kyojin?, litt. L’Avancée des Géants) est un shōnen manga écrit et dessiné par Hajime Isayama. Il est prépublié depuis septembre 2009 dans le magazine Bessatsu Shōnen Magazine de l’éditeur Kōdansha, et seize tomes sont sortis en avril 2015. La version française est publiée par Pika Édition depuis juin 2013.

L’histoire tourne autour du personnage d’Eren Jäger dans un monde où l’humanité vit entourée d’immenses murs pour se protéger de créatures gigantesques, les Titans. Le récit raconte le combat mené par l’humanité pour reconquérir son territoire, en éclaircissant les mystères liés à l’apparition des Titans.

Une adaptation en série télévisée d’animation de vingt-cinq épisodes produite par Wit Studio est diffusée initialement entre avril et septembre 2013 sur la chaîne MBS au Japon. La version originale sous-titrée en français est diffusée et distribuée par Wakanim en streaming et téléchargement légal, et par @Anime en DVD et Blu-ray. Des Original Video Animation sont commercialisés régulièrement au format DVD avec des éditions limitées du manga, et un film live en deux parties est prévu pour l’été 2015. Des adaptations en jeux vidéo, light novels et séries dérivées ont également vu le jour.

La série est un succès commercial à l’échelle mondiale, avec un tirage total s’élevant à plus de quarante millions d’exemplaires en août 2014. L’adaptation en anime a notamment permis une large popularisation de l’œuvre à l’international. L’accueil critique est également positif, de par l’atmosphère et le développement du récit, récompensé par de nombreux prix prestigieux, bien que le thème de la série soit sujet à controverse dans certains pays.

Détective Conan

Détective Conan (名探偵コナン, Meitantei Konan?) est une série japonaise de mangas créée par Gōshō Aoyama. La série débute en 1994 avec une première publication dans le magazine hebdomadaire Weekly Shōnen Sunday, et recense 85 volumes commercialisés au Japon au . Les éditions Kana proposent une version française de 78 volumes au .

Le manga est adapté en série télévisée d'animation par les studios TMS Entertainment, anciennement Tokyo Movie Shinsha, et Yomiuri Telecasting Corporation. Cette adaptation animée, qui recense actuellement plus de 760 épisodes, est pour la première fois diffusée le sur le réseau japonais Nippon TV. En France, sur les 214 premiers épisodes licenciés, seuls 170 épisodes ont été diffusés sur plusieurs chaînes de télévision incluant Cartoon Network du jusqu'à fin 2007, France 3 dans l'émission France Truc le , et sur NT1 jusqu'en 2008. Mangas a également diffusé les trente premiers épisodes en version intégrale non censurée à partir du mais a arrêté la diffusion début .

Depuis sa toute première publication, Détective Conan se popularise et s'étend en tant que franchise proposée sur une multitude de supports (incluant films d'animation, OAV, adaptations live, jeux vidéo) et produits dérivés. De 1994 à mai 2012, le manga s'est vendu à plus de 140 millions d'exemplaires au Japon. En 2001, il remporte la 46e place du prix Shōgakukan dans la catégorie shōnen. Les critiques sont globalement positives grâce à la tournure et la qualité des intrigues et investigations.

Digimon

Modèle de virtual pet, distribué dans les marchés japonais par Bandai, qui a permis la popularisation de Digimon au Japon, et vendu à 13 millions d'unités dans le monde entier en mars 2004.

Digimon (デジモン, Dejimon?, parfois présentée sous le nom de Digimon: Digital Monsters, et écrite DIGIMON) est une franchise médiatique japonaise créée par Akiyoshi Hongō et distribuée par la société Bandai. Elle met en avant ses créatures numériques homonymes, habitantes du digimonde, un monde intégralement composé de données informatiques, parallèle au monde réel, et relié à distance à ce dernier par le biais de réseaux ou portails immatériels et de connexions Internet.

La franchise est initialement lancée en 1997 dans les marchés japonais avec la parution d'un virtual pet, un petit gadget électronique et vidéoludique conçu pour l'élevage et les combats entre animaux de compagnie virtuels. Ces derniers se présentent l'année suivante, en 1998, sous la forme d'un premier jeu vidéo intitulé Digital Monster Ver. S: Digimon Tamers sur console Sega Saturn. Un premier court-métrage paraît dans les salles de cinéma japonaises, une journée avant la diffusion télévisée en 1999 de Digimon Adventure, la première saison de l'anime issue d'une collaboration entre Bandai et Toei Animation. Digimon est diffusée différemment en Occident, avec tout d'abord l'exportation et la diffusion de la première saison, lancée et distribuée la même année par la société américaine Saban Entertainment. Cette saison popularise paradoxalement le virtual pet et les autres produits considérés comme dérivés sur ces continents. En 2012, Saban en acquiert les droits internationaux, à l'exception du Japon, après un total de six saisons déjà diffusées dans plus d'une soixantaine de pays.

Digimon est généralement bien accueillie à l'échelle internationale, en particulier dans les points de vente, chez les jeunes enfants, adolescents et adultes, et dans une grande partie de la presse spécialisée. Cependant, elle est critiquée pour son incitation à la consommation, et est régulièrement perçue par le public comme une simple imitation de sa franchise rivale Pokémon. Avec la parution du virtual pet, la diffusion d'une première saison et la commercialisation de divers produits dérivés — jeux vidéo, mangas, films d'animation, compilations musicales, magazines, jouets et cartes à jouer, entres autres — la franchise se répand aux quatre coins du monde, devenant ainsi un phénomène culturel et sociétal durant les années 2000. Sa popularité lui permet de mieux s'établir en grande surface, avec un chiffre total de ventes dépassant les 25,1 milliards de yens en mars 2002.

La Légende de la forêt

La Légende de la forêt (森の伝説, Mori no densetsu?) est un film d'animation japonais réalisé en 1987 par Osamu Tezuka et son studio, Tezuka Productions.

Initialement prévu en quatre mouvements, le film est présenté de manière incomplète en 1988, à l'occasion de la remise du prix Asahi, sous la forme d'une première partie regroupant le premier et le quatrième mouvements. Les deux segments centraux restent inachevés à la mort de Tezuka, en 1989. Makoto Tezuka, fils du réalisateur dirigeant en partie Tezuka Productions, réalise le second mouvement en 2014 sous le titre The Legend of the Forest - Part 2.

Le premier mouvement de l'anime expose la lutte entre un écureuil volant et un bûcheron chasseur. Le second, réalisé par Makoto Tezuka, met en scène l'histoire d'amour de deux libellules en suivant le cours d'une rivière traversant la forêt. Le troisième mouvement, non réalisé, devait présenter la chute de gouttes de pluie. Le quatrième et dernier mouvement met en scène les esprits de la forêt qui tentent de sauver leur environnement des ravages causés par des forestiers.

Le film est entièrement muet et chaque segment est conçu de manière à être synchronisé avec la musique des différents mouvements de la Symphonie no 4 de Piotr Ilitch Tchaïkovski. Inspiré de l'univers de Walt Disney, il constitue également un hommage à l'histoire du cinéma d'animation, tout en s'érigeant en pamphlet artistique doublé d'une prise de position écologiste.

Hayao Miyazaki

Hayao Miyazaki.

Hayao Miyazaki (駿 宮崎, Miyazaki Hayao?), né le à Tôkyô, est un réalisateur japonais d’anime et cofondateur du studio Ghibli.

Presque inconnu en Occident en dehors des cercles d’amateurs d’anime et de manga jusqu’à la sortie internationale de Princesse Mononoké en 1999, ses films rencontrent aujourd’hui un grand succès partout dans le monde et surtout au Japon où certains ont battu des records d’affluence.

Il explore souvent les mêmes thèmes centraux, la relation de l’humanité avec la nature, l’écologie et la technologie, ainsi que la difficulté de rester pacifiste dans un monde en guerre. Les protagonistes de ses films sont le plus souvent de jeunes filles ou femmes fortes et indépendantes, et les « méchants » ont des qualités positives qui les rendent moralement ambigus.

Ses œuvres sont tout aussi accessibles aux enfants qu’aux adultes. Au Japon, il est considéré comme l’égal d’Osamu Tezuka, et en Occident on le compare souvent avec Walt Disney. Toutefois, Miyazaki reste modeste et explique le succès de son entreprise par la chance qu’il a eu de pouvoir exploiter pleinement sa créativité.

Il reçoit les honneurs du magazine Time en 2006 qui le place comme l’une des personnalités asiatiques les plus influentes des 60 dernières années.

Pokémon

Voiture Toyota urban cruiser aux couleurs de la franchise Pokémon.

Pokémon (ポケモン?) est une franchise créée par Satoshi Tajiri, présente en particulier en jeu vidéo, dans des séries éditées par Nintendo. Selon les statistiques officielles de Nintendo en octobre 2010, les jeux Pokémon se sont vendus à environ 250 millions d’unités. Le jeu vidéo Pokémon Rouge et Bleu s’est vendu à plus de 20 millions d’exemplaires, ce qui en fait un record des ventes dans l’histoire du jeu vidéo.

La franchise est également exploitée sous forme d’anime, de mangas, et de jeux de cartes à collectionner. Dans la série animée homonyme, le personnage principal, Sacha, voyage à travers divers pays fictifs dans le but d’attraper de nouvelles sortes de monstres éponymes, un concept qu’on retrouve également dans les jeux vidéo de la franchise. Pokémon eut un impact culturel très important dans les pays où il a été introduit, dont le Japon, les États-Unis, et plusieurs pays européens.

Bien que la franchise reste populaire chez les jeunes, elle reçoit de nombreuses critiques.

Pikachu

Pikachu (ピカチュウ?) est une espèce de Pokémon, une créature de fiction issue de la franchise médiatique Pokémon de Nintendo. Il est apparu la première fois au Japon en 1996, dans les jeux vidéo Pokémon Vert et Pokémon Rouge, créés par Satoshi Tajiri. Initialement conçu comme un personnage secondaire, Pikachu est devenu la mascotte de l'univers Pokémon après avoir été choisi comme personnage principal dans l'adaptation télévisuelle du jeu, aux côtés de son dresseur Sacha. Il apparaît depuis de manière récurrente dans le marketing de la franchise, au point de désigner parfois celle-ci par métonymie.

Généralement décrit comme une souris électrique, Pikachu est imaginé par l'équipe de Game Freak et dessiné par Ken Sugimori. Il est créé en même temps que son évolution, Raichu ; à partir de la seconde génération, il est également doté d’une pré-évolution, Pichu. Pikachu est de type électrique et occupe le 25e emplacement dans le Pokédex national, l'encyclopédie qui recense les différentes espèces de Pokémon.

Considéré comme une icône de la culture kawaii et présenté par Anne Allison comme l'équivalent japonais de Mickey Mouse, il est devenu mondialement célèbre et réapparaît parodié dans d'autres séries animées comme Les Simpson ou Drawn Together.

Sailor Moon

Photographie de quatre jeunes filles déguisées en Sailor Saturn, Jupiter, Venus et Mars.

Sailor Moon (セーラームーン, Sērā Mūn?), abréviation de « Bishōjo Senshi Sailor Moon » (美少女戦士セーラームーン, Bishōjo Senshi Sērā Mūn?, litt. « La Jolie Petite Guerrière Sailor Moon » en français) est une franchise de médias japonaise, incluant manga, anime, comédies musicales, drama, jeux vidéo et divers produits dérivés, créée par Naoko Takeuchi en .

Chaque adaptation de la franchise reprend les aventures d’Usagi Tsukino, une adolescente banale et maladroite, qui est en réalité Sailor Moon, une héroïne aux pouvoirs magiques. Combattant le mal au nom de l’amour et la justice, elle est rejointe par de nombreuses alliées, toutes placées sous la protection d’une planète du Système solaire.

Bien qu’elle soit critiquée pour son scénario répétitif et inégal, Sailor Moon devient une série à succès à travers le monde et contribue au renouveau du genre magical girl. En 1993, le livre remporte le prix du manga Kōdansha dans la catégorie shōjo tandis que le dessin animé japonais remporte l’Anime Grand Prix en 1992. Ce dernier est diffusé en France dès et le manga est édité deux ans plus tard chez Glénat. Dans le même temps, la série est adaptée en plusieurs comédies musicales dès 1993, puis est dérivée en drama japonais en 2003, avant d'être de nouveau déclinée en dessin animé, intitulé Pretty Guardian Sailor Moon Crystal, en juillet 2014.

Univers de Naruto

Carte du monde de Naruto.

L’univers de Naruto est un univers de fiction créé par Masashi Kishimoto dans lequel se déroule l’histoire du shōnen manga Naruto, et des anime associés.

Dans l’univers de Naruto, issu de nombreuses influences, les protagonistes principaux sont des ninjas animés d’une force spirituelle appelée chakra, qui leur permet d’utiliser toute une palette de techniques de combat (jutsu) fictives, variant selon l’utilisateur. En complément à cette originalité, l’apparence de ces ninjas est loin des stéréotypes habituels du Japon féodal auxquels la série emprunte cependant de nombreuses notions, les mélangeant avec certaines venues du shintoïsme, du bouddhisme, ou même du taoïsme et de l’hindouisme.

Les ninjas sont organisés en villages cachés, servant leur pays par des missions diverses et variées lorsqu’ils ne sont pas en guerre. Chaque village a sa propre organisation interne, et le chef, le plus puissant des ninjas du village, appelé kage, possède une certaine autonomie, même s’il est nommé par le daimyo, représentant le commandement civil du pays, et auquel il reste subordonné.

La hiérarchie suit les règles du shōnen, où les jeunes sont formés par leurs aînés.

Yuri

Les relations entre élèves d'établissement scolaire est l'un des thèmes récurrents du yuri.

Le yuri (百合?, lys), aussi appelé Girls' Love, désigne dans la culture populaire japonaise un genre d’œuvres de fiction centré sur les relations intimes entre femmes, qu'elles soient émotionnelles, sentimentales ou encore sexuelles. Ce genre ne se limite donc pas seulement au lesbianisme puisqu'il concerne aussi d'autres types de relations intimes comme peuvent l'être des liens spirituels ou encore des relations fusionnelles entre femmes. Le terme yuri est couramment employé dans le monde du manga et de l'anime, mais il est aussi parfois utilisé dans le cadre des jeux vidéo, de la littérature ou encore du cinéma. L'équivalent masculin du yuri est le yaoi.

Le yuri est perçu comme l'héritier du esu (エス?), un genre littéraire féminin du Japon du début du XXe siècle, avec lequel il partage de très nombreux points communs. Le yuri en tant que tel apparait au tout début des années 1970 dans les shōjo mangas, avant de s'étendre au fil des décennies à toutes les démographies du manga puis à d'autres types de média que le manga.


Articles sans label[modifier le code]

Osamu Tezuka

Osamu Tezuka (手塚治虫, Tezuka Osamu?), né le à Toyonaka, dans la préfecture d'Ōsaka, et mort le à Tokyo, est un mangaka et un animateur, character designer, producteur et scénariste d'anime, travaillant sous le pseudonyme homophone 治虫, dont la lecture osamu mushi rappelle le nom japonais d'un insecte : osamushi (筬虫).

Au cours de sa carrière, il va adapter, réinventer et rendre hommage à des mythes cinématographiques et littéraires aussi divers que Pinocchio, Blanche Neige, Faust, les chroniques futuristes de Isaac Asimov ou encore Crime et Châtiment de Dostoïevski.

Son œuvre adopte souvent des allures de méditation sur la nature et la destinée humaine. L’auteur y exprime le souci constant de véhiculer de mille façons différentes un message sous-tendu par quatre caractéristiques majeures : le respect de l'environnement naturel, le respect de la vie et de toutes les créatures vivantes, un profond scepticisme envers la science et la civilisation, et un solide engagement pour la paix et contre la guerre.

Sa force de création est colossale : plus de 170 000 pages dessinées au cours de sa carrière. Il a signé environ 700 œuvres et réalisé environ 70 séries animées, téléfilms animés, longs et courts-métrages d'animation. Plus de 120 millions de mangas ont été vendus depuis sa disparition en 1989.

Il fonde les studios Mushi Production puis Tezuka Productions. Les premières séries animées réalisées à un rythme soutenu y sont expérimentées et mises en images. De même, y sont conçues successivement la première série animée japonaise avec une diffusion hebdomadaire, Astro Boy en 1963, et la première série en couleurs, Le Roi Léo en 1965.

Le prix Tezuka récompense deux fois par an depuis 1971 les talents d'un mangaka pour une œuvre dont le scénario est particulièrement intéressant. Le Prix culturel Osamu Tezuka désigne une récompense remise annuellement au Japon depuis 1997 à un mangaka par le journal japonais Asahi Shimbun.

Lire l’article

Neon Genesis Evangelion

Neon Genesis Evangelion (新世紀エヴァンゲリオン, Shinseiki Evangelion?), aussi connu sous le titre court Evangelion, est un série animée japonaise réalisé par Hideaki Anno du Studio Gainax. Elle est composée d’un feuilleton de 26 épisodes et de 2 films.

Lors de sa première diffusion entre 1995 et 1996, elle devint très rapidement culte en raison de la grande qualité d’animation et de son scénario complexe associant des thèmes classiques comme les mechas ou la religion judéo-chrétienne à d’autres très peu utilisés comme l’introspection ou la philosophie.

Le titre est une transcription du grec νέον ένεσις ευαγγέλιον (Neon Genesis Euaggelion) et signifie littéralement l’Annonce de la nouvelle Genèse.

Lire l’article

Dragon Ball

Dragon Ball (ドラゴンボール, Doragon Bōru?) est un manga, dessiné et scénarisé par Akira Toriyama entre 1984 et 1995 au Japon. Publié en français à partir de aux éditions Glénat, Dragon Ball est l’un des mangas les plus populaires au monde. Ses 42 tomes se sont vendus à plus de 250 millions d’exemplaires à travers le monde (17 millions en France), dépassant les 225 millions des 24 tomes que compte Les Aventures de Tintin. Depuis sa sortie, la série est la source d’une multitude de produits dérivés dont plusieurs dizaines de jeux vidéo, contribuant à cette popularité. De nombreux shōnens actuels ont été inspirés par ce manga.

Une nouvelle édition française retravaillée et retraduite a été publiée de 2003 à 2008, elle vise à se rapprocher de l’édition originale japonaise.

L’histoire décrit sur 35 ans les aventures de Son Gokû, un jeune garçon naïf doté d’une queue de singe et d’une force extraordinaire. Fortement inspiré du Voyage en Occident au tout début, le récit évolue peu à peu vers un récit de science-fiction présentant le héros comme le dernier rempart avant l’invasion extraterrestre.

Lire l’article

Manhwa

L’une des premières illustrations du bois qualifiées de manhwa.

Manhwa (만화 ou 漫畵) est le nom donné à la bande dessinée en Corée. On l’utilise à l’étranger pour désigner la bande dessinée coréenne.

Né des traditions xylographiques, le manhwa est devenu une part importante de la culture coréenne. Il est très dynamique et se décline sous de nombreuses formes : papier, internet et téléphone mobile. La Corée est aujourd’hui l’un des premiers pays producteurs de bandes dessinées.

Un auteur de manhwa est appelé un manhwaga.

Mobile Suit Gundam (série télévisée d'animation)

Mobile Suit Gundam (機動•戦士•ガンダム, Kidō Senshi Gundamu?), plus connu sous le nom court Gundam (ガンダム, Gundamu?), est un anime japonais de 43 épisodes créé en 1979 par la Sunrise. L’histoire tourne autour de Amuro Ray, un pilote de la fédération terrestre, et de ses combats contre l’armé de Zeon, une colonie ayant déclaré son indépendance. Les deux forces s’affrontent à l’aide d’armures de combat géantes, les Mobile suits, dont l’une, la Gundam, sortira du lot.

Ironiquement, cette série devenu culte et faisant aujourd’hui encore recette a bien failli ne jamais être terminée. En effet, après 39 épisodes et un manque de succès trop important, les producteurs décidèrent d’arrêter la diffusion. Quatre autres épisodes furent tout de même créés afin de clôturer, mais le destin d’un genre complet de récit s’est joué sur un coup de dés.

Tous les autres séries estampillées Gundam sont des variations sur le même thème, la différence étant que le héros se situe parfois du côté des fédéralistes et parfois du côté des indépendantistes. Ce thème se retrouve également très souvent dans les autres séries de reals robots (Macross, Patlabor, Overman King Gainer, Mars Daybreaketc.).

Manga

Tagosaku to Mokube no Tokyo Kenbutsu de Kitazawa, publié en 1902, il est considéré comme le premier manga en tant que bande dessinée.

Manga (漫画 ou まんが) désigne en japonais les bandes dessinées en général. En français, ce terme désigne les bandes dessinées japonaises, et par extension, les bandes dessinées non-japonaises respectant les codes des productions populaires japonaises. Le mot manga est souvent utilisé de façon impropre pour nommer d’autres produits visuels rappelant ces bandes dessinées (dessins animés, style graphique…).

C’est à partir d’illustrations satiriques que ce support artistique à vu le jour à la fin du XVIIIe siècle, la composition de manga (man (, divertissant?) et ga (, dessin?)) signifiant littéralement « caricature ». Le mot ne pris son sens actuel qu’au cours du XXe siècle avec l’introduction de la bande dessinée au Japon.

À la différence de l’Europe et des États-Unis, le marché de la bande dessinée au Japon n’est pas un marché de niche mais un phénomène de masse qui touche une part énorme de la population (on estime à 50 % la proportion de Japonais qui lisent au moins un manga par semaine) et génère une importante activité économique. L’énorme popularité des mangas rivalise quelquefois avec les grosses pointures de la bande dessinée européenne ; ainsi les 42 tomes de Dragon Ball se sont vendus à plus de 250 millions d’exemplaires dans le monde, un chiffre qui surpasse celui enregistré par Les Aventures de Tintin. Cependant, cet aspect a rendu son exploitation industrielle, donnant par la même son aspect extrêmement cloisonné à ce genre artistique ; les récits sont très souvent basés sur un canevas-type par genre, donnant ainsi des similitudes à de nombreuses histoires.

Lire l’article

Gunnm

Gunnm (銃夢, Ganmu?, litt. « rêve d'une arme ») est une série de seinen manga de Yukito Kishiro prépubliée entre 1990 et 1995 dans le magazine Business Jump de l'éditeur Shūeisha et compilée en neuf volumes. En 2010, à la suite d'un désaccord avec son éditeur, Kishiro transfère Gunnm ainsi que l'ensemble de ses œuvres chez l'éditeur Kōdansha. La version française est publiée en intégralité par Glénat entre 1995 et 1998.

L'histoire de Gunnm est une dystopie basée sur une catastrophe écologique due à la collision d'une météorite avec la Terre, amenant l'humanité au bord de l'extinction. Le monde se divise alors entre Zalem, une ville suspendue réservée à une élite et Kuzutetsu, la terre qui lui sert de « décharge », où la lie de l'humanité survit dans la violence. Cette histoire raconte la renaissance d'une cyborg amnésique nommée Gally, qui va chercher un sens à sa vie.

Gunnm est la première série de l'auteur et également celle qui le révèle au Japon. Il s'agit également d'un des premiers mangas exportés avec succès en Occident. Œuvre nourrie par la science-fiction, Gunnm aborde au travers de son héroïne cyborg la question de l'identité, d'humanité, et imagine les dérives sociales d'une telle science.

Les deux premiers tomes de Gunnm sont adaptés en deux OAV en 1993, et commercialisés en français sous format VHS en 1995. Le manga connait également une suite alternative, Gunnm Last Order, publiée entre 2000 et 2014, ainsi qu'une troisième série, Gunnm Kasei senki, débutée en octobre 2014. L'univers de Gunnm est également enrichi par un roman sorti en 1997, par le jeu vidéo Gunnm Kasei no kioku sorti en 1998 ainsi que par deux mangas inspirés de l'histoire principale, le one shot Ashman et le recueil d'histoires courtes Gunnm Other Stories, sortis respectivement en 1997 et en 2007.