Wikipédia:Sélection/Jazz

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article

La section Lumière sur du portail met en avant différentes articles dont le résumé s'affiche aléatoirement sur la page.
A chaque purge du cache une sélection aléatoire met en évidence un article parmi la liste ci-dessous. Pour ajouter un article sur à la liste, référez vous à la page de discussion.. Attention : Tous les articles intégrés à cette liste doivent être impérativement sourcés.

Ahmad Jamal

Ahmad Jamal, de son vrai nom Frederick Russell Jones, est un pianiste et un compositeur de jazz américain né le 2 juillet 1930 à Pittsburgh en Pennsylvanie. Peu considéré par les critiques dans sa jeunesse, malgré (ou à cause d') un réel engouement public, il connaît aujourd'hui la situation inverse : peu connu du grand public, il jouit d'une réputation considérable de la part des acteurs de la scène jazz actuelle, qui n'ont de cesse de l'affubler des plus respectueux surnoms : « L’architecte », « Le prophète », « Ahmad le magnifique », « Le prestidigitateur du piano », « Le maître », « Le monstre aux deux mains droites »…

Les Aristochats

Promotion du film à Amsterdam en 1971, avec des costumes représentant deux personnages dont Scat Cat.

Les Aristochats (The Aristocats) est le 25e long-métrage d'animation et le 20e « Classique d'animation » des studios Disney. Sorti en 1970 et réalisé par Wolfgang Reitherman, ce film est inspiré d'une histoire de Tom McGowan et Tom Rowe, qui met en scène des chats, désignés comme héritiers par une vieille dame parisienne, aux prises avec un majordome qui souhaite bénéficier seul et plus rapidement de cet héritage.

Ce film est le dernier dont la production a été approuvée par Walt Disney, décédé fin 1966, avant que le film ne soit réalisé. L'élément le plus important du film est sa musique, avec la participation de Maurice Chevalier et des frères Sherman. Malgré un succès en salles, les critiques négatives sont nombreuses surtout à cause de la réutilisation d'une recette classique, tant dans le scénario que dans l'animation, dans les acteurs ou dans la musique. Cet usage est souvent vu comme une conséquence du décès de Walt Disney tandis que d'autres évoquent la mise à la retraite progressive de la plupart des artistes du studio. L'absence d'un méchant d'envergure est aussi un sujet de critiques.

Pour les studios Disney, après Le Livre de la jungle en 1967, le film s'inscrit dans les prémices de la période de déclin des années 1970 qui précède une forme de léthargie tout au long des années 1980, avant le Second âge d'or, débutant en 1989.

Peter Brötzmann

Peter Brötzmann.

Peter Brötzmann est un saxophoniste et clarinettiste de jazz allemand né le à Remscheid, Allemagne.

Brötzmann est considéré comme l’un des musiciens les plus importants du free jazz européen. Il est célèbre pour posséder un son de saxophone puissant, et un jeu énergique. Son disque Machine Gun enregistré en 1968 est devenu un classique du free jazz.

Edition of Contemporary Music


Edition of Contemporary Music, plus connu sous son sigle ECM, est un label allemand de jazz, de musique classique et de musique contemporaine, installé à Gräfelfing, dans la banlieue de Munich.

Le label a été créé par le contrebassiste Manfred Eicher à Munich en 1969, et s'est rapidement imposé comme une maison de disque avec une direction musicale originale voire visionnaire. Son influence a durablement marqué la production du jazz, en renforçant la visibilité d'un « jazz européen ». Le label a été la cible de critiques de la part de certains amateurs et critiques de jazz, trouvant les productions ECM dépourvues de swing, aseptisées, froides et monochromes.

ECM a aussi diversifié sa production en s'intéressant à la musique classique, la musique contemporaine et aux musiques du monde, en lançant les « ECM New Series » dédiées aux musiques hors jazz.

Erè Mèla Mèla

Mahmoud Ahmed en 2010

Erè Mèla Mèla (en amharique : እረ፡ መላ፡ መላ። et signifiant en français : « Je cherche une solution ») est un album du chanteur éthiopien Mahmoud Ahmed, l'un des chefs de file de l'éthio-jazz, paru en 1975. Cet album de quinze chansons (initialement onze titres puis treize lors de la première réédition en 1986), et plus particulièrement son morceau titre, sont à l'origine de la découverte en Occident du « groove éthiopien » lors de sa réédition en 1986 et du succès de ce genre musical à la fin des années 1990 sous l'impulsion de la collection Éthiopiques du label français Buda Musique consacré à la musique éthiopienne. Au fil du temps, l'album est devenu l'un des plus importants de l'« âge d'or de la musique éthiopienne » des années 1969-1975 et un classique des musiques du monde valant à son compositeur–interprète une reconnaissance et une seconde carrière internationales.

Jan Garbarek

Jan Garbarek à Oslo en 2005.

Jan Garbarek, né le à Mysen (Norvège), est un saxophoniste norvégien de jazz et d'ethno-jazz.

C’est un saxophoniste important dans l'histoire du jazz, en particulier par la création d’une esthétique originale et très personnelle, privilégiant la mélodie et la sensibilité. Garbarek possède une identité musicale extrêmement reconnaissable, se démarquant nettement du jazz américain traditionnel. Son travail couvre un spectre très large de musiques, du free jazz de ses débuts, à ses échanges avec The Hilliard Ensemble. Une contribution majeure de Garbarek est également d'avoir su engager un véritable dialogue avec des musiciens traditionnels et de musiques du monde, ainsi que l'intégration de sa propre musique traditionnelle dans ses œuvres.

Pilier du label ECM de Manfred Eicher, Garbarek est devenu de facto une figure d’un jazz « européen », attentif au silence et à la lenteur. Il jouit également d'une popularité importante, bien que contestée, auprès d'un large public qui n'est pas limité au milieu du jazz.