Wikipédia:Sélection/Management

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Henri Fayol

Fonds henri fayol.jpg

Henri Fayol (Istanbul, 1841 - Paris, 1925) est un ingénieur français et l'un des précurseurs du management . Il est présent dans l'école Albert Jacquard de Tamine sous la forme d'un petit bonhomme de papier d'aluminium colorié. Mascotte des élèves.

Dès 1900, ce patron veut transmettre la méthode qui l’a fait réussir. Il la nomme « administration », on dit aujourd'hui « gestion » ou « management ». Fayol pense que l’« administration » est une science où les connaissances résultent de la réflexion sur les expériences (les succès et les échecs). Ces connaissances peuvent être transmises par un enseignement. A ce titre, Henri Fayol est un des fondateurs d'une science du management. Il est connu dans le monde entier comme un précurseur, à côté de Frédéric Taylor. Son ouvrage le plus célèbre est Administration Industrielle et Générale, publié en 1917.

Adam Smith

AdamSmith.jpg

Adam Smith (5 juin 1723 - 17 juillet 1790) est un philosophe et économiste écossais des Lumières. Il reste dans l’histoire comme le père de la science économique moderne, et son œuvre principale, la Richesse des nations, est un des textes fondateurs du libéralisme économique. Professeur de philosophie morale à l’université de Glasgow, il consacre dix années de sa vie à ce texte qui inspire les grands économistes suivants, ceux que Karl Marx appellera les « classiques » et qui poseront les grands principes du libéralisme économique.

Si nombre d’économistes admirant Smith, le considérent comme : « le père de l’économie politique », c’est peut-être parce que nombre de courants peuvent y voir le père de leurs idées. Les libéraux le saluent comme celui qui a mis en lumière l’importance du marché comme mode de régulation automatique de la société, ceux recommandant une intervention modérée de l’État peuvent pourtant rappeler que Smith en a aussi souligné les imperfections éventuelles et a appelé la puissance publique à les corriger. Bien qu’à l’opposé des idées politiques de Smith, Karl Marx lui-même s’en inspire en développant toute une doctrine fondée sur la théorie classique de la valeur.

Frederick Winslow Taylor

Frederick Winslow Taylor.JPG

Frederick Winslow Taylor (, Germantown (Pennsylvanie) - , Philadelphie (Pennsylvanie) était un ingénieur américain qui a mis en application l'organisation scientifique du travail, qui est la base de la révolution industrielle du XXe siècle.

Frederick Winslow Taylor s'engage dans des expériences d'organisation du travail entièrement nouvelles, qu'il nomme organisation scientifique du travail (OST). Il restait influencé par un système de classification inventé par Melvil Dewey en 1872 (Dewey Decimal System) qu'il avait découvert au collège d'Exeter. En 1881, il entreprit une analyse du déroulement des tâches sur la base des "time-motion" créées par Frank B. et Lillian M. Gilbreth.

Son idée était de déterminer par des études la meilleure façon de faire un travail :

  • en décomposant les phases successives de ce travail ;
  • en cherchant les gestes les plus efficaces ;
  • en adaptant les outils.

Abraham Maslow

Pyramide des besoins

Abraham Maslow (1er avril 1908 - ) est un psychologue célèbre considéré comme le principal meneur de l'approche humaniste, surtout connu pour son explication de la motivation par la hiérarchie des besoins, qui est souvent représentée, à tort, par une pyramide des besoins.

Abraham Harold Maslow reste une référence pour nombre de manager dans le monde entier. Il est connu dans la psychologie du travail pour ses études sur la motivation, souvent résumées abusivement à une simple pyramide dont il faudrait monter les degrés les uns après les autres pour atteindre la pleine satisfaction. Pour les psychothérapeutes, c’est l’initiateur de la psychologie humaniste, avec Carl Rogers en particulier. D’autres psychologues voient encore en lui la figure de proue de la psychologie transpersonnelle — cette branche de la psychologie qui dépasse ce qui concerne strictement la personnalité pour s’intéresser à la dimension spirituelle de l’homme et aux états de conscience exceptionnels.

Henry Ford

Henry Ford

Henry Ford ( à Dearborn, Michigan, États-Unis – † , Dearborn) est un industriel de la première moitié du XXe siècle et le fondateur du constructeur automobile Ford. Son nom est notamment attaché au fordisme, une méthode industrielle alliant un mode de production en série basé sur le principe de ligne d’assemblage et un modèle économique ayant recourt à des salaires élevés. La mise en place de cette méthode au début des années 1910 révolutionne l’industrie américaine en favorisant une consommation de masse et lui permet de produire à plus de 15 millions d’exemplaire la Ford T ; il devient alors l’une des personnes les plus riches et les plus connues au monde.

Ford a une vision globale de son action : il voit dans la consommation la clé de la paix. Son important engagement à réduire les coûts aboutit à de nombreuses innovations techniques mais également commerciales ; il met ainsi en place tout un système de franchises qui installe une concession dans toutes les villes en Amérique du Nord et dans les grandes villes des six continents. La Fondation Ford hérite de la majeure partie de la fortune de Ford, mais l’industriel veille néanmoins à ce que sa famille en conserve le contrôle de façon permanente. D’ailleurs, il assumera très longtemps le poste de président de la Ford Motor Company.

Le diplôme de docteur en ingénierie lui est délivré par l’Université du Michigan et le collège de l’État du Michigan et il reçoit par ailleurs un LL.D. honoraire de l’Université de Colgate. En collaboration avec Samuel Crowther, il écrit My Life, and Work (1922), Today and Tomorrow (1926) et Moving Forward (1930) qui décrivent le développement de son entreprise et expose ses théories sociales et industrielles. Son nom est également associé au livre The International Jew ainsi qu’au journal The Dearborn Independent, ce qui lui vaudra de nombreuses controverses concernant son antisémitisme présumé et ses liens avec le régime nazi.

Max Weber

Portrait de Max Weber en 1864

Max Weber (21 avril 1864 - 14 juin 1920), sociologue et économiste allemand, est, avec Karl Marx, Émile Durkheim et Georg Simmel, l’un des fondateurs de la sociologie moderne. Max Weber est considéré comme le fondateur de la sociologie compréhensive, c’est-à-dire d’une approche sociologique qui fait du sens subjectif des conduites des acteurs le fondement de l’action sociale.

Son œuvre est dominée par une recherche sur la rationalité, et, plus spécifiquement, sur le processus de rationalisation de l’action pratique dans le monde qui lui semble être la spécificité de l’Occident moderne — processus marqué, en particulier, par la naissance et le développement du capitalisme. Il travailla aussi sur de nombreux objets, souvent liés à sa réflexion sur la rationalité, comme la domination, l’État, la bureaucratie, le droit, la musique etc.

Toutefois, la part la plus importante de son œuvre de sociologue est constituée par une sociologie des religions : il considérait, en effet, que les religions ont apporté une contribution décisive à la rationalisation du monde.

Lire la suite

Michael Porter

Michael Porter.jpg

Michael Porter, né en 1947, est un professeur de stratégie d'entreprise de l'université de Harvard, professeur honoraire dans de nombreuses universités (dont l'Université de Leipzig), également spécialiste de l'économie du développement

Il est célèbre pour ses études sur la façon dont une entreprise peut obtenir un avantage concurrentiel (ou avantage compétitif) en maîtrisant mieux que ses rivaux les forces qui structurent son environnement concurrentiel. Cette maîtrise des forces de la concurrence s'illustre par le déploiement d'une chaîne de valeur qui caractérise le modèle économique de l'entreprise. Porter a également formalisé sur le plan théorique la notion de pôle de compétence géographique, au point que le terme porte son nom en anglais : Porter's clusters. Michael Porter a ensuite participé à la fondation du cabinet de conseil en stratégie Monitor Group, dont il est encore un des vice-présidents.

Henry Mintzberg

Henry Mintzberg, né le à Montréal, est un universitaire canadien en sciences de gestion, auteur internationalement reconnu d'ouvrages de management.

Après avoir obtenu un doctorat à la Sloan School of Management en 1964 , puis du Massachusetts Institute of Technology. Ingénieur de formation et PhD du Massachusetts Institute of Technology, Henri Mintzberg a marqué la recherche en gestion, en management, en organisation et en stratégie.

En management, il s'est appliqué à montrer que l'activité du manager et du dirigeant est plus complexe que ce qu'on croit. Le manager a une activité fragmentée, et c'est à l'aide des relations interpersonnelles qu'il s'informe et agit.

Principal représentant du courant de la sociologie des organisations appelé école de la contingence, Henri Mintzberg est également à l'origine d'une typologie des organisations, qui fait référence. Elle permet en particulier de bien appréhender les phénomènes de pouvoir, d'une part, et la conduite du changement, d'autre part.

Peter Drucker

Peter Ferdinand Drucker, né le à Vienne en Autriche, mort le à Claremont en Californie aux États-Unis, est un théoricien américain du management. Il est à l'origine de nombreux concepts utilisés dans le monde de l'entreprise.

On retrouve plusieurs idées-forces dans ses différents travaux :

  • Un profond scepticisme sur la macroéconomie.
    Drucker estimait que les économistes des différentes écoles avaient échoué à expliquer les principaux aspects de l'économie moderne.
  • L'importance du rôle des managers dans la réussite de l'entreprise avec cinq points principaux : fixer des objectifs, organiser le travail, motiver et communiquer, mesurer la performance, former les salariés.
  • Une reconnaissance de la contribution durable du père du management scientifique, Frederick Winslow Taylor.
    Même si Drucker n'avait qu'une petite expérience dans l'analyse du travail des ouvriers (lui a passé sa carrière à analyser le travail managérial), il crédita Taylor de l'idée maîtresse et toujours valable selon lui que tout travail peut être décomposé, analysé et amélioré.
  • Un désir de rendre tout le plus simple possible.
    Selon Drucker, les entreprises doivent se concentrer sur ce qu'elle savent faire et ne pas trop diversifier leurs activités. Elles tendent à fabriquer trop de produits, à embaucher trop de personnel dont elles n'ont pas besoin (la meilleure solution est de sous-traiter) et d'aller sur des secteurs économiques sur lesquels elles ne devraient pas aller. Ce qu'il résume par : « Il faut s'en tenir à ce que l'on sait faire »
  • Lutter contre ce qu'il appelait "la maladie de gouvernement".
    Drucker estimait, de manière non idéologique, que les gouvernements, comme toute organisation bureaucratique et monopolistique, étaient incapables de fournir les nouveaux services dont les gens avaient besoin ou qu'ils souhaitaient.

Motivation

Buste de Platon.

La motivation est, dans un organisme vivant, la composante ou processus qui règle son engagement dans une action ou expérience. Ce processus reste assez complexe à expliquer. Georg Christoph Lichtenberg affirmait : « Rien n’est plus insondable que le système de motivations derrière nos actions. »

L’idée de motivation est déjà présente dans la division tripartite de l’âme chez Platon. Le concept intéressera aussi Kant ou Taylor. Ce dernier voyait la motivation comme la conséquence du salaire, mais il ne tenait pas compte des motivations intrinsèques du salarié, éludant une grande partie des moteurs du concept.

Les neurosciences ont mis, ces dernières années, en lumière les différentes bases biologiques impliquées dans la motivation. Elles se composent d’hormones, et de différentes parties du système nerveux central. Ces dernières serviront d’éclairages, afin de mieux comprendre certains types de motivation.

L’hypothalamus peut être également associé à la motivation de comportement assouvissant certains besoins physiologiques tels que la soif et la faim ; cet « expert » du système végétatif, est le « commandeur » de ces comportements. De même pour le système hédonique.