Wikipédia:Sélection/Exoplanètes

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Exobiologie

Rover martien de la NASA

L'exobiologie est une science interdisciplinaire qui a pour objet l'étude des facteurs et processus, notamment géochimiques et biochimiques, pouvant mener à l'apparition et l'évolution de la vie. Ceci s'applique aussi bien à l'émergence de la vie sur terre, il y a 3 à 4 milliards d'années, qu'à la possibilité de vie ailleurs dans le système solaire, voire sur d'éventuelles planètes extrasolaires ou autre. Elle s'attache à rechercher d'éventuels processus présidant à l’évolution de la matière organique simple (biomolécules : chaînes peptidiques, nucléiques ou lipidiques) vers des structures plus complexes (premières cellules, premiers systèmes génétiques…) autant que d'éventuelles traces ou possibilité de vie sur d'autres astres connaissant des environnements radicalement différents du nôtre...


Lire l’article

Étoile de Barnard

Étoile de Barnard

L'étoile de Barnard est une étoile de la constellation d'Ophiuchus. Cette naine rouge de type M est principalement connue pour être l'étoile possédant le mouvement propre le plus important (10,3" par an). L'étoile est nommée en l'honneur de l'astronome Edward Emerson Barnard qui découvrit cette propriété en 1916. Située à une distance de 1,828 parsec (soit 5,96 années-lumière), c'est la cinquième étoile la plus proche de la Terre après le Soleil et les trois composantes d'Alpha Centauri. L'étoile est cependant invisible à l'œil nu en raison de sa faible luminosité.

Habitabilité d'une planète

Déterminer l’habitabilité d’une planète correspond en partie à extrapoler les conditions terrestres, car c’est la seule planète sur laquelle l’existence de la vie est connue.

L’habitabilité d’une planète est la mesure de la capacité d’un corps astronomique à développer et accueillir la vie. Cette notion peut donc être notamment utilisée à la fois pour les planètes et leurs satellites naturels.

D’après les connaissances acquises par l’étude de la biologie terrestre, les éléments nécessaires au maintien de la vie sont une source d’énergie couplée à de la matière mobilisable, sachant que différents modèles sont proposés à l’appui des origines de la vie. Cependant, la notion d’habitabilité comme « possibilité d’accueillir la vie » est intrinsèquement limitée par la comparaison aux conditions biologiques terrestres, ce qui implique que plusieurs autres critères d’ordre géophysique, géochimique et astrophysique soient respectés. Dans la mesure où l’existence d’une vie extraterrestre est inconnue, l’habitabilité d’une planète est en effet en grande partie une extrapolation des conditions terrestres et des caractéristiques générales qui apparaissent favorables au développement de la vie au sein du système solaire. L’eau liquide est notamment considérée comme un élément indispensable à un écosystème viable. La recherche dans ce domaine relève donc à la fois de la planétologie et de l’astrobiologie.

L’idée que des planètes autres que la Terre puissent accueillir la vie est ancienne. Au cours de l’histoire, le débat a été autant philosophique que scientifique. La fin du XXe siècle a été le théâtre de deux découvertes majeures. Tout d’abord, l’observation et l’exploration par des sondes de planètes et satellites du système solaire a fourni des informations essentielles qui ont permis de définir des critères d’habitabilité et des comparaisons géophysiques entre la Terre et les autres corps célestes. D’autre part, la découverte de planètes extrasolaires, qui a débuté en 1995 et s’est accélérée depuis, a été le second tournant important. Elle a confirmé que le Soleil n’est pas la seule étoile à abriter des planètes et a élargi le champ des recherches sur l’habitabilité au-delà du système solaire.

Tau Ceti

Position de Tau Ceti dans la constellation de la Baleine.

Tau Ceti (τ Ceti / τ Cet) est une étoile de la partie méridionale de la constellation de la Baleine. Située à 12 années-lumière de la Terre, Tau Ceti est la 19e étoile la plus proche du Soleil. Elle est de masse et type spectral similaires au Soleil mais a une faible métallicité, c’est-à-dire que son abondance en éléments chimiques autres que l’hydrogène et l’hélium y est faible comparativement au Soleil.

Sa ressemblance partielle et sa proximité au Soleil lui valent un certain intérêt. Tau Ceti a par exemple fait l’objet de nombreuses études dans le cadre du programme SETI de recherche de vie extraterrestre. Elle apparaît également très fréquemment dans la littérature de science-fiction pour cette raison. Toutefois, en 2007, aucune planète n’a encore été détectée autour de Tau Ceti. Les recherches effectuées ont permis d’exclure la présence de certains compagnons sous-stellaires, telles les naines brunes et certaines planètes géantes gazeuses. Sa faible métallicité rend de plus peu probable qu’une planète tellurique soit en orbite autour d’elle. De plus, elle possède un important disque de débris. Toute planète en orbite subirait probablement un plus grand nombre d’impacts que la Terre. Cela contribue à atténuer les chances d’une vie développée dans ce système.

Vent

Une manche à air permet d’évaluer approximativement la vitesse du vent, et sa direction.

Le vent est le mouvement d’une atmosphère, masse de gaz située à la surface d’une planète. Les vents les plus violents connus ont lieu sur Neptune et sur Saturne. Le vent est essentiel à tous les phénomènes météorologiques. Il obéit aux lois de la dynamique des fluides, et est donc cousin des courants marins, avec lesquels il peut exister une interdépendance.

Les vents sont provoqués par un réchauffement inégalement réparti à la surface de la planète par l’énergie solaire, et par la rotation de la planète. Les vents sont généralement classifiés selon leur ampleur spatiale, leur vitesse, leur localisation géographique, le type de force qui les produit et leurs effets. La vitesse du vent est mesurée avec un anémomètre, mais peut être estimée par un manche à air, un drapeau, etc.

Le vent est l’acteur principal de l’oxygénation des océans, par agitation de leur surface. La circulation engendrée par les vents permet de disperser de nombreux agents minéraux et organiques. Le vent façonne la forme des plantes et du relief et influence le déplacement des populations d’insectes volants et la migration des oiseaux. Le vent a inspiré, dans les civilisations humaines, de nombreuses mythologies ayant influencé le sens de l’histoire. Il a influé sur les transports, voire les guerres, mais également fourni des sources d’énergie pour le travail purement mécanique et pour l’électricité. Il influe même sur certains loisirs

Exoplanète

Vue d'artiste des 3 étoiles de l'exoplanète HD 188753 Ab (l'une des étoiles étant couchée), à partir d'un hypothétique satellite de cette dernière.

Depuis longtemps l'Homme s'interroge sur la question suivante : « Sommes-nous seuls dans l'Univers ? ». Ce qui entraîne la question de savoir s'il existe ou non d'autres planètes sur lesquelles pourraient se développer d'autres formes de vie. Christiaan Huygens est le premier astronome à envisager l'utilisation des instruments d'observation afin de détecter de telles planètes.

Au cours du XXe siècle, grâce aux progrès technologiques des télescopes, tels que les détecteurs à couplage de charge (CCD), le traitement d'image, ainsi que le télescope spatial Hubble, qui permettent des mesures plus précises du mouvement des étoiles, beaucoup d'astronomes pensent détecter des planètes extrasolaires. Dans les années 1980 et au début des années 1990, quelques annonces sont faites, reprises dans les média, puis, après vérifications (cela peut prendre des mois, des années), finalement démenties (c'est la force de la méthode scientifique). La communauté astronomique se désespère, et certains en concluent déjà que le système solaire ne serait peut-être qu'une singularité... Il faut attendre l'année 1995 pour que la découverte de la première exoplanète soit confirmée.

Lire l'article