Morphologie (linguistique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morphologie.

La morphologie est la branche de la linguistique qui étudie les types et la forme des mots en interne ou en externe.

L'étude des mots en interne rend compte des relations qui existent entre différentes formes d'un même mot. Par exemple, toutes les formes d'un même verbe entretiennent mutuellement un certain nombre de relations. parles est en relation avec parleras car ces formes ont en commun une valeur 2e personne, tout comme parleras est en relation avec parlerons étant donné qu'elles possèdent toutes les deux une valeur futur. On parle de morphologie flexionnelle.

L'étude des mots en externe rend compte des relations qui existent entre différents mots du lexique. Par exemple, une étude rapide de certains mots contenant le suffixe -eur met en évidence différents sens à attribuer à ce morphème. En effet, si un chanteur est « une personne qui chante », un écailleur n'est pas « une personne qui écaille » mais « un instrument qui sert à écailler ». On remarque également qu'un détecteur est à la fois une « personne qui détecte » et « un instrument qui sert à détecter ». Le suffixe -eur peut donc revêtir trois sens différents : « personne qui fait l'action du verbe », « instrument qui fait l'action du verbe » ou les deux à la fois. On parle de morphologie dérivationnelle ou lexicale.

La morphologie observe et analyse les différentes parties d’un mot. La racine est l’origine du mot; quand on enlève tous affixes. Les affixes sont les unités ajouter au début ou à la fin du mot et ils modifient le sens du mot. Les préfixes se placent au début et les suffixes s’écrivent à la fin. Par exemple, le mot inchangeable, in- est un préfixe, -able est un suffixe et la racine est change.

Les mots sont composés des unités de sens; les unités de sens les plus petits sont les morphèmes. Dans l’exemple inchangeable, il y a 3 morphèmes – in, -change-, -able; chaque morphème porte un sens. On peut diviser les morphèmes en deux groupes – les morphèmes liés (ou dépendants) et les morphèmes libres (ou indépendants). Les morphèmes liés ne peuvent pas se placer seul, il faut qu’ils s’attachent à un autre élément. Par exemple, -able¬ doit être attaché à un autre morphème car il n’a aucun sens indépendamment. Les morphèmes libres peuvent apparaître seuls. Change est un exemple d’un morphème libre, il ne faut pas un autre élément pour que cette morphème porte un sens. On peut aussi diviser les mots en deux catégories – les mots complexe et les mots simples. Un mot complexe comporte plus d’un morphème dans son structure, comme le mot changeable. Un mot simple a un seul morphème. Change est un mot simple, car il contient un morphème.

On utilise souvent deux tests différents en morphologie. Le premier est le test de commutation. Dans ce test, on essaie de trouver quels éléments sont susceptibles de se placer à la même place. On établit un paradigme avec ce test; c’est une liste de morphème ou mot. Par exemple, si on fait un test de commutation pour Son chat noir; on établit un liste y compris mon, ton, leur, notre, votre, le, un, etc. Le deuxième test est le test de permutation quand on change l’ordre des mots pour voir quels mots peuvent se placer dans quelles positions. Ici, le résultat est un syntagme. Par exemple, on peut dire : J’ai vu John hier ou Hier, j’ai vu John. Mais, on ne peut pas dire *J’ai hier vu John. Cette phrase se note avec un astérisque (*) indiquant que la phrase / le mot est agrammatical ou mal formé (barbarisme).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Apothéloz, La construction du lexique français, Principes de morphologie dérivationnelle, Ophrys, Paris, 2002.
  • Bernard Fradin, Nouvelles approches en morphologie, Presses universitaires de France, Paris, 2003.
  • Hélène Huot, La morphologie, Forme et sens des mots du français, 2e éd., Armand Colin, Paris, 2006.
  • Françoise Kerleroux, La coupure invisible, Études de syntaxe et de morphologie, Septentrion, Villeneuve-d'Ascq, 1998.
  • Léon, P. R., Leon, P., & Bhatt, P.Structure du français moderne: introduction à l’analyse linguistique, Canadian Scholars’ Press. 2005.


Voir aussi[modifier | modifier le code]