Wikipédia:Sélection/Corée du Sud

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Historiographie de la Corée

Le Samguk sagi est le plus ancien récit historique à nous être parvenu.

L'historiographie de la Corée désigne l'étude des méthodes et des hypothèses formulées dans l'étude et l'écriture de l'histoire de la Corée.

Les premières productions écrites sont l'œuvre d'historiens chinois. Sima Qian est le premier entre le IIe et Ier siècles av. J.-C. à produire une histoire du pays dans son Shiji, suivi par d'autres jusqu'au VIe siècle. Le plus ancien document coréen est la stèle de Kwanggaet'o érigée en 414 par le fils du roi Kwanggaet'o Wang. L'existence de livres d'Histoire lors de la période des Trois royaumes est avérée, mais aucun document ne nous est parvenu. La période Koryŏ qui suit fournit les deux premiers écrits encore accessibles, le Samguk sagi publié en 1145-1146, et le Samguk Yusa rédigé entre 1274 et 1308. Tous deux s'inspirent de modèles chinois équivalents, mais introduisent aussi des éléments de la mythologie coréenne comme l'empereur mythique Tangun.

L'époque Joseon qui s'étend de 1392 à 1897 voit une institutionnalisation de l'écriture de l'Histoire se mettre en place. Sur le modèle de ce qui se fait en Chine, les principes néo-confucéens sont appliqués pour compiler des annales couvrant le règne de chaque souverain. Des productions couvrant les périodes antérieures sont aussi publiées à l'initiative du pouvoir, comme le Koryŏ-sa en 1451 pour l'époque Koryŏ, et le Dongguk Tonggam en 1485 pour l'ensemble de l'histoire du pays. La seconde moitié de la période voit l'émergence de travaux indépendants notables, initiés par des lettrés de l'école Silhak comme An Chŏng-bok.

L'occupation du pays par l'Empire du Japon lors de la première moitié du XXe siècle voit le développement de plusieurs écoles historiographiques. Les Japonais mettent un cadre institutionnel conforme à leurs méthodes de travail et forment plusieurs générations d'historiens coréens. Un groupe nationaliste se développe aussi derrière des personnalités comme Shin Chae-ho et An Chae-hong, le plus souvent liés aux mouvements indépendantistes. Le marxisme est lui introduit dès les années 1920 et Paek Nam-Un est la principale figure du mouvement.

La partition du pays après la guerre de Corée de 1950-1953 entraîne la division des historiens par écoles, les nationalistes restant au sud, et les marxistes rejoignant le nord. Ces derniers développent une école dynamique dont la progression est enrayée au début des années 1980 pour des raisons politiques. Au sud, le pouvoir du président Syngman Rhee limite l'apparition de travaux trop critiques jusqu'en 1960, et les deux décennies au pouvoir du président Park Chung-hee orientent l'écriture de l'Histoire dans une tendance nationaliste. Ce n'est que vers le début des années 1990 que de nouvelles tendances voient le jour, sans devoir composer avec un climat politique trop marqué.

Match AlphaGo - Lee Sedol

Logo d'AlphaGo.

Le match AlphaGo - Lee Sedol (titre officiel : Google DeepMind Challenge Match) est un match de cinq parties de go (jouées sans handicap, avec un temps de réflexion usuel en compétition) entre Lee Sedol, joueur professionnel sud-coréen considéré comme le meilleur joueur du monde au milieu des années 2000, et AlphaGo, un programme de go développé par Google DeepMind, qui s'est tenu entre le 9 et le 15 mars 2016 à Séoul. Le gagnant du match devait recevoir un million de dollars.

AlphaGo a gagné toutes les parties sauf la quatrième. Ce match voit la première victoire d'un programme face à un professionnel du plus haut niveau, et a été pour cette raison comparé avec le match d'échecs historique entre Deep Blue et Garry Kasparov en 1997.

Au cours de la rencontre, AlphaGo a fait preuve d'une créativité et d'une précision de lecture et d'évaluation qui ont surpris les meilleurs professionnels et les ont amenés à déclarer devoir repenser certaines de leurs idées sur le go. Lee Sedol a cependant réussi, au cours de la quatrième partie, à découvrir une faiblesse dans le jeu d'AlphaGo, remportant ainsi une victoire qu'il a déclarée être « sans prix ».

Le match a été suivi, surtout en Asie, par plusieurs centaines de millions de spectateurs, suscitant un regain d'intérêt pour le go. Il a provoqué également de nombreuses réactions des spécialistes d'intelligence artificielle qui ont salué une avancée significative des techniques d'apprentissage automatique.

À la suite de ce match, la Hanguk Kiwon (la fédération coréenne de go) a décerné à AlphaGo un titre honorifique de 9e dan (professionnel) – le plus haut grade existant – en reconnaissance du niveau d'excellence atteint par le programme.