Wikipédia:Sélection/Danse

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maurice Béjart

Maurice Béjart, de son vrai nom Maurice-Jean Berger, est un danseur et chorégraphe français. Né à Marseille le et mort à Lausanne (Suisse) le , il fut naturalisé Suisse en 2007.

Fasciné par la danse, il s'y est consacrer entièrement dès quatorze ans, âge auquel il est entré à l'Opéra de Paris. Il a été membre de l'Académie des Beaux-Arts française (section des membres libres) de 1994 jusqu'à sa mort. En hommage à Molière, il a pris comme pseudonyme le patronyme de l'épouse de celui-ci, Armande Béjart.

Lire l'article

Fred Astaire

Fred Astaire dans Mariage Royal en 1951.

Fred Astaire, de son vrai nom Frederick Austerlitz, est un acteur, compositeur de cinéma, danseur et chanteur américain. Il est né le 10 mai 1899 à Omaha dans l'état du Nébraska, et décéda le 22 juin 1987 à Los Angeles dans l'état de la Californie d'une pneumonie.

Il a joué dans de nombreux films et comédies musicales où il s'est distingué par ses talents de danseurs. Il a gagné un Oscar d'honneur pour son talent artistique unique, et sa contribution à l'association de l'image et de la musique.

Lire l'article

Boléro (Ravel)

Imperturbable, la caisse claire donne le rythme tout au long de l'œuvre.

Le Boléro de Maurice Ravel est une musique de ballet pour orchestre en do majeur composée en 1928 pour les ballets d'Ida Rubinstein.

Mouvement de danse au rythme et au tempo invariables, à la mélodie uniforme et répétitive, le Boléro de Ravel tire ses seuls éléments de variation des effets d'orchestration, d'un crescendo progressif et in extremis d'une courte modulation en mi majeur. Cette œuvre singulière, que Ravel disait considérer comme une simple étude d'orchestration, a suscité dès sa création une très large diffusion jusqu'à devenir, de nos jours encore, une des œuvres musicales les plus jouées dans le monde. Mais la popularité du Boléro tend à masquer l'ampleur de son originalité et les véritables desseins de son auteur.

Flamenco

Danseuse espagnole par John Singer Sargent (1880).

Le flamenco est un genre musical espagnol avec des chants et une musique rythmique, souvent accompagnés d'une danse passionnée se caractérisant par des mouvements puissants et gracieux.

Le flamenco incarne une tradition musicale et culturelle complexe. Considéré comme faisant partie de la culture de l'Espagne en général, le flamenco provient réellement d'une région, l'Andalousie. Cependant, d'autres régions, principalement l'Estrémadure et Murcie, ont contribué au développement de plusieurs formes de flamenco. Les racines du flamenco ne sont pas connues précision, mais on estime généralement qu'il s'est développé sous l'influence des cultures andalouse, islamique, sépharade et gitane qui ont coexisté en Andalousie après la Reconquista.

Lire l'article

Pina Bausch

Nelken - Les Œillets (1982) de Pina Bausch en 2005.

Pina Bausch, née le à Solingen en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, est une danseuse et chorégraphe allemande de danse contemporaine.

Formée à l'école de Kurt Jooss, Pina Bausch est une précurseuse et théoricienne, dans les années 1970, du concept de danse-théâtre ou Tanztheater sur la scène allemande et internationale. Avec sa compagnie Tanztheater Wuppertal, située à Wuppertal, en Allemagne, elle est dès lors une des figures les plus éminentes de la danse contemporaine avec des pièces faisant autorité comme Café Müller en 1978.

Lire l'article

Isadora Duncan

Isadora Duncan vers 1900.

Isadora Duncan, née à San Francisco et décédée à Nice, était une danseuse américaine qui révolutionna la pratique de la danse par un retour au modèle des figures antiques grecques. Par sa grande liberté d'expression, qui privilégiait la spontanéité et le naturel ainsi qu'un refus des régles de la danse classique, elle apporta les premières bases de la danse moderne européenne, à l'origine de la danse contemporaine.

Lire l'article

Bourrée

Bourrée à deux d'Auvergne (vers 1906).

La bourrée est à l'origine, une danse traditionnelle de couple du centre de la France. Elle apparaît au XVIe siècle et se distingue en deux variétés : la bourrée auvergnate et celles du Bourbonnais et de l'Anjou. Au XVIIe siècle, la bourrée développe une forme savante qui sera présente dans les bals et au théâtre : de Lully à Rameau, de nombreux opéras et ballets contiennent des bourrées. Mais sa grande vogue est surtout due à l'intégration du pas de bourrée dans les contredanses du XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, le pas de bourrée se codifie et devient l'un des principaux pas du ballet classique.

Le nom de bourrée provient peut-être des fagots de petit bois qui alimentaient le feu autour duquel la danse était pratiquée.

Lire l'article

Ballets russes

Léon Bakst, costume du Tsarévitch dans L'Oiseau de feu (1913).

Les Ballets russes sont une célèbre compagnie de ballet créée en 1907 par Serge de Diaghilev, avec les meilleurs éléments du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg. Dès 1909, la compagnie entame une tournée internationale et, en 1911, Diaghilev coupe les ponts avec le Ballet Impérial. La compagnie devient une troupe privée, indépendante, qui se fixe à Monte-Carlo, Paris et Londres, sans s'attacher à aucun théâtre en particulier. George Balanchine, Vaslav Nijinski, Serge Lifar, Bronislava Nijinska ont été parmi les plus fameux chorégraphes et danseurs de la troupe.

Diaghilev était également très proche du milieu artistique parisien du début du XXe siècle et collabora à de nombreuses créations notamment avec Igor Stravinski, Francis Poulenc, Jean Cocteau, Léon Bakst et Pablo Picasso.

Lire l'article

Fase

Motif musical principal de douze notes de Piano Phase (1967) de Steve Reich.

Fase, Four Movements to the Music of Steve Reich est une chorégraphie de danse contemporaine de la chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker, créée en 1982 pour deux danseuses sur des compositions de musique de phase de Steve Reich. Fase est la deuxième composition d'Anne Teresa De Keersmaeker, dont l'écriture fut initiée en 1980 lors de son séjour aux États-Unis et terminée à son retour à Bruxelles l'année suivante. La création de la version intégrale a eu lieu le au théâtre de la Bourse de Bruxelles. Cette œuvre est considérée comme une pièce séminale du travail de la chorégraphe.

Cette œuvre est composée de quatre mouvements distincts, constitués de trois pas de deux et un solo, qui reprennent directement les titres de quatre œuvres de Steve Reich — Piano Phase (1967), Violin Phase (1967), Come Out (1966) et Clapping Music (1972) —, pouvant tous être interprétés isolément ou de manière combinatoire. Dansé pendant des années avec sa complice Michèle Anne De Mey, Anne Teresa De Keersmaeker a obtenu en 1999 pour cette chorégraphie un Bessie Award à New York. Fase est régulièrement programmé depuis 30 ans dans le cadre de différents spectacles ou manifestations culturelles à travers le monde cumulant plus de 160 représentations. Cette pièce marque le renouveau du lien étroit entre la danse et la musique que développera Anne Teresa De Keersmaeker tout au long de sa carrière et son succès immédiat fut également l’élément déclenchant pour la fondation de la compagnie Rosas en 1983 à Bruxelles par la chorégraphe belge.

Angelin Preljocaj

Angelin Preljočaj, né en 1957 à Sucy-en-Brie en France, est un danseur et chorégraphe français, d'origine monténégrine, de danse contemporaine. Son travail chorégraphique est très imprégné dans son écriture de l'histoire des ballets classiques, mais est néanmoins résolument contemporain. Il est considéré comme l'un des chorégraphes les plus importants de la danse actuelle. Entré au répertoire du Ballet de l'Opéra national de Paris au début des années 1990, Angelin Preljocaj dirige depuis 1985 la compagnie Preljocaj, renommée par la suite Ballet Preljocaj, et qui est en résidence au Pavillon Noir d'Aix-en-Provence depuis 1996.

Lire l'article

Anne Teresa De Keersmaeker

Anne Teresa De Keersmaeker en 2008

Anne Teresa De Keersmaeker, née le à Malines en Belgique, est une danseuse et chorégraphe belge flamande. Elle est une figure majeure de la danse contemporaine belge et mondiale qui s'est imposée au début des années 1980 grâce à la volonté de renouveler le lien intense entre danse et musique dès sa première chorégraphie notable Fase écrite en 1982 sur la musique de Steve Reich. En 1983, elle crée la compagnie Rosas au sein de laquelle elle développe depuis son langage chorégraphique propre avec plus de 35 chorégraphies à son actif qui furent récompensées par deux Bessie Awards.

De Keersmaeker prend la direction chorégraphique du théâtre de La Monnaie en 1992. Passée par l'École Mudra de Maurice Béjart, elle est également une pédagogue qui a fondé à Bruxelles une des écoles de danse contemporaine les plus importantes : P.A.R.T.S..

Lire l'article

Michael Jackson

Michael Jackson en 1984

Michael Joseph Jackson ( à Gary, Indiana - à Los Angeles, Californie) est un chanteur, acteur-compositeur et danseur-chorégraphe américain surnommé « The King of Pop » (en français « Le Roi de la Pop »). Vedette dès son plus jeune âge avec les Jackson Five et icône planétaire depuis les années 1980, il a battu tous les records de l'industrie musicale et détient, encore à ce jour, celui de l'album le plus vendu au monde avec Thriller (1982), dont plus de 104 millions d'exemplaires ont été écoulés.

Malgré les controverses, Michael Jackson demeure une des figures majeures de la musique Pop / Rock des cent dernières années, et est cité dans le Guinness Book comme l'homme le plus connu de tous les temps. Il est aussi l'artiste le plus récompensé de l'histoire de la musique. En l'an 2000, il est nommé Artiste du Millénaire aux World Music Awards.

Il décède deux semaines avant son retour sur scène prévu pour juillet 2009. Le , après des funérailles privées, un hommage lui est rendu au Staples Center de Los Angeles, retransmis gratuitement en Mondovision.

Lire l'article

La Belle au bois dormant (ballet)

La première représentation du ballet de Tchaïkovski au Mariinsky le

La Belle au bois dormant est un ballet en un prologue, trois actes et cinq tableaux représenté pour la première fois le au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, avec une chorégraphie de Marius Petipa et sur une musique de Tchaïkovski (opus 66), inspiré du conte de Charles Perrault et des frères Grimm.

Il existait déjà une version de Jean-Pierre Aumer représentée pour la première fois le à l'Opéra de Paris, sur une musique de Ferdinand Herold et un livret d'Eugène Scribe. La version de Tchaïkovski est un hommage à la France de l'Ancien Régime, dans laquelle Petipa inscrit des mouvements d'ensemble construits avec rigueur, et des pas de solistes brillants qui figurent parmi les morceaux les plus accomplis du répertoire classique. Ce ballet s'imposera d'ailleurs comme son chef-d'œuvre.

Lire l'article

Ulysse (ballet)

Mosaïque romaine du IIe siècle av. J.-C. représentant Ulysse.

Ulysse est une œuvre de danse contemporaine du chorégraphe français Jean-Claude Gallotta, créée en 1981 pour huit danseurs. Elle est considérée comme l'une des pièces les plus importantes de Gallotta et constitue une pierre angulaire de la nouvelle danse française qui se développe au début des années 1980. Fidèle à sa volonté de revisiter ses œuvres, Jean-Claude Gallotta a rechorégraphié Ulysse à de nombreuses reprises en en proposant à ce jour quatre versions différentes tant au niveau du choix des interprètes que de la scénographie ou de la musique : Ulysse (1981), Ulysse, re-création (1993), Les Variations d'Ulysse (1995) et Cher Ulysse (2007). La version Les Variations d'Ulysse, qui est une commande de l'Opéra de Paris, est entrée au répertoire du ballet de l'Opéra de Paris en 1995 sous l'impulsion de Brigitte Lefèvre.

Tango (danse)

Milonga à Paris

Le tango est une danse et un genre musical rioplatense, c'est-à-dire du Río de la Plata, principalement Buenos Aires en Argentine et Montevideo en Uruguay, né à la fin du XIXe siècle.

Le tango est une danse de bal qui se danse à deux. C'est une danse d'improvisation, au sens où les pas ne sont pas prévus à l'avance pour être répétés séquentiellement, mais où les deux partenaires marchent ensembles vers une direction impromptue à chaque instant. Un partenaire (traditionnellement l'homme) guide l'autre, qui suit en laissant aller naturellement son poids dans la marche, sans chercher à deviner les pas.

Lire l'article

Contredanse

John Playford, The English Dancing Master, 1651.

La contredanse désigne une danse supposée d'origine anglaise (country dance : danse de campagne), bien que certains historiens la disent d'origine française (contre-danse : danse vis-à-vis). La contredanse anglaise est apparue au milieu du XVIe siècle, et le maître à danser John Playford (1623-1686) lui donna ses lettres de noblesse en publiant, en 1651, The English Dancing Master.

La contredanse se diffuse en France à partir de 1684, grâce au maître à danser anglais Isaac et au danseur André Lorin, qui invente un système de notation dont Pierre Beauchamp et Feuillet vont s'inspirer pour fonder une écriture qui aura cours jusqu'au milieu du XIXe siècle. La contredanse anglaise s'est perpétuée jusqu'à nous, notamment sous la forme du reel écossais, tandis que la contredanse française a donné naissance, au début du XIXe siècle, à une forme simplifiée et standardisée, le quadrille.

Lire l'article

Opéra Garnier

Façade de l'opéra Garnier.

L’Opéra Garnier ou Palais Garnier (48° 52′ 19″ N, 2° 19′ 55″ E), est un des éléments structurants du IXe arrondissement de Paris et du paysage de la capitale française. Situé à l'extrémité de l'avenue de l'Opéra, l'édifice s'impose comme un monument particulièrement représentatif de l'architecture éclectique de la seconde moitié du XIXe siècle, et s'inscrit dans la continuité des transformations de Paris instaurées par Napoléon III et menées par le baron Haussmann.

Inaugurée le 5 janvier 1875 par le président de la République Mac-Mahon et destinée à accueillir l'Académie royale de musique, dont la salle de la rue Le Peletier avait été détruite en 1873 par un incendie, le bâtiment a longtemps été désigné sous le terme « Opéra de Paris ». Depuis l'ouverture de l'Opéra Bastille en 1989, on la désigne par le seul nom de son auteur : Charles Garnier. Les deux sites sont aujourd'hui regroupés au sein de l'établissement public, industriel et commercial « Opéra national de Paris ».

L'architecture et les décorations intérieures et extérieures ont fait l'objet d'un classement de la Commission supérieure des monuments historiques le 19 octobre 1923. Parmi les réalisations remarquables, on compte le grand vestibule, le grand escalier de marbre blanc à double révolution, le grand foyer et ses salons de la Lune et du Soleil, le foyer de la Danse, les rotondes des Abonnés et du Glacier et bien entendu la salle « à l'italienne » de 2000 places.

Le nouveau plafond commandé par André Malraux au peintre Marc Chagall en 1964 et objet d'une forte controverse à son inauguration, évoque en quatre parties aux vives couleurs les grands jalons et ouvrages représentatifs de l'histoire des arts de l'opéra et de la danse ainsi que quelques des compositeurs particulièrement marquants des arts lyriques et chorégraphiques du répertoire.

Lire l'article

Danse macabre

Détail de la danse macabre de l'église Saint-Germain de La Ferté-Loupière dans l'Yonne.

La danse macabre est l'élément le plus achevé de l'art macabre du Moyen Âge du XIVe au XVIe siècle. Par cette sarabande qui mêle morts et vivants, la danse macabre souligne la vanité des distinctions sociales, dont se moquait le destin, fauchant le pape comme le pauvre prêtre, l'empereur comme le lansquenet.

Tout au long du XVe siècle et au début du XVIe, ce thème est peint a fresco sur les murs des églises et dans les cimetières d'Europe du Nord. Il est diffusé à travers l'Europe par les textes poétiques colportés par les troupes de théâtre de rues. Cette forme d'expression est le résultat d'une prise de conscience et d'une réflexion sur la vie et la mort, dans une période où celle-ci est devenue plus présente et plus traumatisante.

Lire l'article

Le Sacre du printemps

Le Sacre du printemps (en russe, Весна священная), sous-titré Tableaux de la Russie païenne en deux parties, est originellement un ballet composé par Igor Stravinski et chorégraphié par Vaslav Nijinski pour les Ballets russes de Serge de Diaghilev. Sa création au théâtre des Champs-Élysées à Paris, le a provoqué un véritable scandale. On considère aujourd'hui la partition de Stravinski comme l'une des œuvres les plus importantes du XXe siècle. Outre Nijinski, la partition de Stravinski a inspiré de nombreux chorégraphes tels que Maurice Béjart, Pina Bausch, Angelin Preljocaj, ou Emanuel Gat, qui en donneront leurs propres versions.

Lire l'article

Théâtre de la Ville

Le Théâtre de la Ville, place du Châtelet.

Le Théâtre de la Ville – Sarah-Bernhardt est un théâtre parisien situé 2, place du Châtelet dans le 4e arrondissement. Il a été édifié par l'architecte Gabriel Davioud entre 1860 et 1862 sur le même plan que le Théâtre du Châtelet. Il fut le lieu de résidence de Sarah Bernhardt à partir de 1899 jusqu'en 1923. En plus de ses activités purement théâtrales, il est devenu à partir du début des années 1980 un lieu majeur de promotion et de reconnaissance internationale de la danse contemporaine et de ses jeunes créateurs notamment sous l'impulsion de Jean Mercure puis de Gérard Violette. Il possède également, depuis 1996, une seconde salle dans le nord de Paris, le théâtre des Abbesses.

Lire l'article

L'Après-midi d'un faune (ballet)

Nijinski dans L'Après-midi d'un faune. Aquarelle de Léon Bakst - 1912

L'Après-midi d'un faune est un ballet en un acte de Vaslav Nijinski, sur la musique du Prélude à l'après-midi d'un faune de Claude Debussy (s'inspirant lui-même du poème de Stéphane Mallarmé L'Après-midi d'un faune), décors et costumes de Léon Bakst.

Créé par les Ballets russes de Serge de Diaghilev à Paris, au Théâtre du Châtelet le , ce ballet est la première chorégraphie de Nijinski, dont il est aussi l'interprète principal. Il s'y impose d'emblée comme un chorégraphe original, soulignant l'animalité et la sensualité du faune par le costume et le maquillage. Jouant avec les angles, les profils et les déplacements latéraux, Nijinski y délaisse la danse académique au profit du geste stylisé.

Lire l'article

Jean-Claude Gallotta

Jean-Claude Gallotta (au centre) en 2012.

Jean-Claude Gallotta, né en 1950 à Grenoble, est un danseur et chorégraphe français. Après un séjour à New York de 1976 à 1978, où il étudie auprès de Merce Cunningham, il fonde en 1979 avec Mathilde Altaraz, son assistante et compagne, le groupe Émile-Dubois avec lequel il va réaliser dès lors ses plus importantes chorégraphies. Parmi celles-ci peuvent être cités Ulysse (revisité à quatre reprises), Mammame, Docteur Labus, ou plus récemment Trois Générations. En 1995, Ulysse rentre au répertoire du corps de Ballet de l'Opéra de Paris qui lui commande par ailleurs en 2001 un ballet intitulé Nosferatu donné à l'Opéra Bastille. Directeur du Centre chorégraphique national de Grenoble, intégré à la MC2, il est considéré depuis le début des années 1980 comme l'un des plus importants représentants de la nouvelle danse française dont il a largement participé à l'essor et à la reconnaissance publique et institutionnelle.


Lire l'article

Sidi Larbi Cherkaoui

Sidi Larbi Cherkaoui (2009).

Sidi Larbi Cherkaoui, né à Anvers en 1976, est un danseur et chorégraphe belge de danse contemporaine. En résidence au Toneelhuis d'Anvers depuis 2007, il fait partie de la nouvelle génération émergente des chorégraphes flamands formés autour notamment d'Alain Platel et des Ballets C de la B et d'Anne Teresa De Keersmaeker à la fin des années 1990. Adepte d'une danse relativement physique notamment en termes de capacités de souplesse des membres, il collabore fréquemment avec de nombreux autres chorégraphes tels que Akram Khan et son complice de longue date Damien Jalet.

Lire l'article

Daphnis é Chloé

Daphnis é Chloé Pierre Auguste Cot - 1880

Daphnis é Chloé est une œuvre de danse contemporaine du chorégraphe français Jean-Claude Gallotta, créée en 1982 lors du Festival d'Avignon. Écrite pour trois danseurs (Mathilde Altaraz, Pascal Gravat, et lui-même) sur une musique originale de Henry Torgue, elle est considérée comme l'une des pièces importantes et fondatrices du chorégraphe.

Jean-Claude Gallotta a rechorégraphié Daphnis é Chloé en 2011 dans une nouvelle version précédée par un solo intitulé Faut qu'je danse qu'il interprète en prélude à la pièce.

Lire l'article

En atendant (ballet)

Le cloître de l'église des Célestins à Avignon où fut créée l'œuvre.

En atendant est un ballet de danse contemporaine de la chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker, écrit en 2010 pour la compagnie Rosas, constituant la première partie d'un diptyque avignonais avec Cesena (2011). La création mondiale a eu lieu le dans le cloître de l'église des Célestins dans le cadre du festival d'Avignon.

L'œuvre est composée en relation intime avec des partitions musicales du style Ars subtilior datant du XIVe siècle caractéristiques du sud de la France. Le titre fait référence à une ballade du poète médiéval occitan Philippus de Caserta intitulée En atendant souffrir m'estuet grief payne signifiant « en attendant, il me faut endurer de pénibles tourments ».

Lire l'article

Cesena (ballet)

John Hawkwood, capitaine des troupes mercenaires qui ruinèrent Cesena en juillet 1377.

Cesena est un ballet de danse contemporaine de la chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker écrit en collaboration avec Björn Schmelzer pour treize danseurs de la compagnie Rosas et un ensemble vocal de six chanteurs, qui prolonge sa précédente création, En atendant (2010), pour former un diptyque avignonais, non seulement en raison du contexte des commandes fait dans le cadre du festival d'Avignon, mais aussi parce qu'il trouve une cohérence musicale et thématique autour du schisme médiéval entre Rome et Avignon. La création mondiale a eu lieu le lors du festival d'Avignon et la pièce est présentée en tournée internationale de 2011 à 2012.

L'œuvre est composée en étroite relation avec ses sources d'inspiration que sont le Codex Chantilly et le Codex de Chypre, deux recueils majeurs de musique moyenâgeuse appartenant au style dit de l'Ars subtilior.

Lire l'article