Saint-Savin (Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint-Savin-sur-Gartempe)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Savin.
Saint-Savin
L'église abbatiale, vue aérienne oblique.
L'église abbatiale, vue aérienne oblique.
Blason de Saint-Savin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Montmorillon
Intercommunalité Communauté de communes du Montmorillonnais
Maire
Mandat
Jean-Marie Rousse
2014-2020
Code postal 86310
Code commune 86246
Démographie
Gentilé Saint-Savinois
Population
municipale
873 hab. (2012)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 34′ 01″ N 0° 51′ 52″ E / 46.5669444444, 0.86444444444446° 34′ 01″ Nord 0° 51′ 52″ Est / 46.5669444444, 0.864444444444
Altitude Min. 72 m – Max. 142 m
Superficie 18,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Saint-Savin

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Saint-Savin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Savin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Savin

Saint-Savin, communément appelée Saint-Savin-sur-Gartempe est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vienne, en région Poitou-Charentes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Savin est une commune rurale.

Les habitants de Saint-Savin s'appellent les Saint-Savinois.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Savin se trouve à l'est de la Vienne (département) dans la région Poitou-Charentes à la limite de l'Indre (département) et de l'Indre-et-Loire dans la région Centre-Val de Loire (région française).

La commune est proche du parc naturel régional de la Brenne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par la rivière Gartempe, affluente de la Creuse à la La Roche-Posay, donc sous-affluente de la Vienne à Port-de-Piles, puis de la Loire (fleuve) à Candes-Saint-Martin. Un pont du XIIe siècle permet de franchir la rivière, reliant Saint-Savin à Saint-Germain.

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Au sud la commune d'Antigny (Vienne), à l'est la commune de Saint-Germain (Vienne), au nord la commune de Nalliers (Vienne) et à l'ouest la commune de Paizay-le-Sec du Canton de Chauvigny.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Dessin du pont sur la Gartempe et du chevet de l'église Abbatiale de Saint-Savin
Dessin du logis Abbatial de Saint-Savin-sur-Gartempe

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Saint Savin est situé sur l'axe "Suisse Océan", la N 151 (D951) qui traverse le bourg est en effet un élément du réseau routier reliant directement Genève à Bordeaux et La Rochelle.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne de Saint-Benoît au Blanc passait par le territoire communal, une gare desservait la commune. Les gares SNCF les plus proches sont celles de Montmorillon, Châtellerault et Poitiers.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne TER Centre-Val de Loire : Châteauroux ←→ Argenton-sur-Creuse ←→ Le Blanc ←→ Saint-Savin ←→ Chauvigny ←→ Saint-Julien-l'Ars ←→ Poitiers.

Aéroport[modifier | modifier le code]

Les aéroports les plus proches sont ceux de Poitiers (50 km), Limoges et Tours (100 km) qui assurent en particulier de très nombreuses liaisons avec plusieurs villes de Grande-Bretagne

Sentier de randonnées[modifier | modifier le code]

Le principal sentier de randonnées est balisé sous l'indicatif de "la Vigne aux Moines". L'ancienne voie de chemin de fer est également transformé en sentier et relie Saint Savin au Blanc.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune porte le nom de saint Savin, frère de saint Cyprien, qui, bien que d'origine macédonienne, se serait installé dans le Poitou où il aurait été martyrisé.

Article détaillé : Saint Savin.

Avant la Révolution française, la commune était appelée Saint-Savin-sur-Gartempe. Pendant la Révolution, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom pour Pont-sur-Gartempe[1]. Elle prend ensuite le nom de Saint-Savin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lavandières et pont de pierre sur la Gartempe à Saint-Savin (Vienne)

Saint-Savin accueille favorablement les avancées de la Révolution française. Elle plante ainsi son arbre de la liberté, symbole de la Révolution[2]. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaires, comme le serment des officiers de la garde nationale[3], la fête de l'Être suprême[4] ou la célébration de l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI[5]. Autre signe de l’opinion favorable à la défense de la Révolution et de ses conquêtes : lors de la levée en masse, pour les quinze hommes que la commune devait fournir, soixante-dix se présentent[6].

L’arche centrale du pont sur la Gartempe est sabotée par les FFI à l’été 1944[7].

En 1945, pour fêter la Libération et le retour de la République, un arbre de la liberté est planté : il s’agit d’un tilleul[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Saint-Savin dépend de la Sous-Préfecture de la Vienne de Montmorillon.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1959 Victor Montaufier   Marchand de vin
1959 1971 André Métivier   Quincaillier en gros
1971 1976 Jean Borderon   Vétérinaire, décédé lors d'un accident de voiture en 1976, soit un an avant la fin de son mandat 1977,

il ne fit que 5 ans de mandat c'est son 1er adjoint qui fut élu maire le docteur Jean-Marie Gabette

1976 mars 1989 Jean-Marie Gabette RPR Docteur en médecine Générale et Conseiller Général du Canton de Saint-Savin (Vienne) (1982-1988), il fit 13 ans de mandat suite au décès accidentel de son prédécesseur Jean Borderon
mars 1989 mars 2008 Michel Brouard PCF Professeur de mathématiques, conseiller général du Canton de Saint-Savin (Vienne) (1988-2015)
mars 2008 en cours Jean-Marie Rousse[9] SE Entrepreneur de travaux en bâtiments
         Registres des comptes-rendus des réunions des conseils municipaux à la mairie de Saint-Savin-sur-Gartempe de 1860 à 2011[10].

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Les villes jumelées avec Saint-Savin sont :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 873 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 018 848 896 1 280 1 403 1 442 1 447 1 587 1 617
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 566 1 495 1 513 1 531 1 432 1 640 1 735 1 605 1 623
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 605 1 610 1 606 1 430 1 426 1 425 1 443 1 409 1 260
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 283 1 349 1 323 1 058 1 089 1 009 925 913 873
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 48 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

La diminution de 9 % de la population de la commune de 1999 à 2006 s’intègre dans une évolution générale à l’ensemble des communes rurales du département de la Vienne. Les zones rurales perdent de leurs habitants au profit d’une vaste région circonscrite autour des deux grandes métropoles du département : Poitiers et Châtellerault, et plus particulièrement au profit des cantons limitrophes de la préfecture.

En outre, parmi les 8 pays et les deux agglomérations structurant le département de la Vienne, sur la période 1999-2006, le pays Montmorillonais est le seul à avoir une moyenne négative de l’évolution de sa population : - 0,23 % par an. De plus, contrairement à d’autres villes moyennes comme Loudun, Montmorillon, au sein de cette zone n’exerce aucune attractivité puisque sa propre population a diminué en moyenne sur cette période de 0,66 % par an, alors que dans le même temps, le département a gagné 8 000 habitants.

Cette chute démographique s’inscrit dans un vieillissement des populations du sud-est du département. C’est aussi une problématique qui s’inscrit dans une région plus vaste qui impacte les départements voisins : ainsi, si la part des + 60 ans dans le département de la Vienne atteint 23,2 %, il est de 32,7 % dans le département de la Creuse, 29 % dans le département de l'Indre et 26,3 % pour le département de la Charente[13].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Savin dépend de l'Académie de Poitiers et les écoles primaires de la commune dépendent de l'Inspection académique de la Vienne. Le bourg possède une école maternelle et primaire publique: Félix Léon Edoux et un collège Prosper Mérimée.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[14], le nombre d'exploitations agricoles n'a pas évolué au cours de la décennie 2000-2010. Il est de 15 fermes.

Les surfaces agricoles utilisées ont augmenté de 61 % et sont passées de 1 294 hectares en 2000 à 2 086 hectares en 2010 dont 261 sont irrigables[14]. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[15].

48 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement et orge), 38 % pour les oléagineux (colza et tournesol), 1 % pour le fourrage et 3 % reste en herbes. En 2000,un hectare (0 en 2010) était consacré à la vigne[14].

Les élevages de bovins, d'ovins et de volailles ont disparu au cours de cette décennie[14]. La disparition des élevages de moutons est conforme à la tendance globale du département de la Vienne. En effet, le troupeau d’ovins, exclusivement destiné à la production de viande, a diminué de 43,7 % de 1990 à 2007[16].

Industrie[modifier | modifier le code]

La principale entreprise de la ville est l'usine Aubade, qui employait 132 personnes en 2008, après une première vague de 140 licenciements en 2007, suite à la délocalisation d'une partie de la production en Tunisie. Une seconde série de licenciements, concernant 104 employées, a été annoncée en juin 2009[17], mais suspendue fin juillet par le tribunal de grande instance de Poitiers[18]. Il ne reste plus que 28 employés en 2011, essentiellement chargés de logistique.

Commerce[modifier | modifier le code]

Selon l'INSEE, en 2009, Saint-Savin possédait encore 10 commerce :

  • un supermarché.
  • une supérette.
  • trois boulangeries.
  • deux librairie-papeterie-journaux.
  • un magasin d'équipements du foyer.
  • un magasin d'articles de sports et de loisirs.
  • un fleuriste.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe.
  • Un pont du XIe siècle franchit la Gartempe presque en face de l'abbaye. Il est classé comme Monument Historique depuis 1896.Il est prolongé par la Grand Rue traversant la partie la plus ancienne du Bourg. Plus loin, cette rue croise la rue des Bans bordée par un relais de poste du XVIIee siècle. La vieille cité était entourée de remparts dont quelques tours subsistent rue des Murailles et rue des Tanneries.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de la Vienne.
Blason Blasonnement :
D'azur, à une palme d'or et un coutelas d'argent emmanché d'or passé en sautoir, accompagné en chef d'un "E" couronné d'or et de trois fleurs de lis du même aux autres cantons.
Commentaires : La ville ne semble pas avoir possédé d'armes en propre, mais on rapporte les armes de l'ancienne abbaye  :

De France, à une palme d'or et un coutelas d'argent, la poignée d'or posée en sautoir, cantonnée de trois fleurs de lis d'or, avec un E couronné d'or en chef, le tout timbré d'une crosse et d'une mitre et entouré de deux palmes de sinople[20].


Orn.ext. (non représentés) : l'écu surmonté d'une crosse et d'une mitre, et entouré de deux palmes de sinople.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Bouyssi, Communes et paroisses d’Auvergne, mis en ligne en 2002 Charles Bouussy "Communes et paroisses d'Auvergne", consulté le 18 novembre 2008.
  2. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 206.
  3. Robert Petit, op. cit., p. 71-72.
  4. Robert Petit, op. cit., p. 131-132.
  5. Robert Petit, op. cit., p. 177.
  6. Robert Petit, op. cit., p. 92.
  7. Roger Picard, La Vienne dans la guerre 1939/1945 : la vie quotidienne sous l’Occupation, Lyon : Horvath, 1993. 264 pages. (ISBN 2-7171-0838-6), p. 227.
  8. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 226.
  9. Résultat des élections de mars 2008 sur le site officiel de la préfecture de la Vienne.
  10. Registres des comptes-rendus des réunions des conseils municipaux à la Mairie de Saint-Savin-sur-Gartempe de 1860 à 2011.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  13. Étude de KPMG pour le Conseil Général de la Vienne : FuturS en Vienne – diagnostic – novembre 2009
  14. a, b, c et d Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  15. Agreste – Enquête Structure 2007
  16. Agreste – Bulletin n°12 de mai 2013
  17. « Aubade supprime 104 emplois à Saint-Savin », sur Usine Nouvelle (consulté le 7 février 2010).
  18. « Le plan social chez Aubade suspendu », sur Nouvel Obs (consulté le 7 février 2010).
  19. La petite histoire de l'ascenseur.
  20. Malte-Brun, la France illustrée, tome V, 1884.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Bibliographies[modifier | modifier le code]

  • Livre de Saint-Savin à Chauvigny par René Crozet Imprimé par Scop-sadag - 01201 Bellegarde sur papier couché brillant des papeteries de Condat pour les nouvelles éditions Latines 1, rue Palatine Paris VIe. Dépôt Légal: Imprimeur no 1986 - éditeur no 1406 (ISBN 2-7233-0342-X) - (ISSN 0151-0819). Les Photographies sont de Jean-Louis Clavel.
  • L'abbaye et l'église de Saint-Savin par Pierre-André Lebrum, chanoine honoraire et curé doyen de Saint-Savin imprimerie P. Oudin 4, rue de l'Ḗperon 86000 Poitiers 1888, au profit de la Fabrique de l'église de Saint-Savin
  • Registres des comptes-rendus des réunions du conseil municipal à la Mairie de Saint-Savin-sur-Gartempe de 1860 à 2011.
  • Mes livres Voyages des Ḗditions Atlas, Région Poitou-Charente et la Vendée, Abbaye de Saint-Savin page 214 et 215. Dépôt légal 1er semestre 2007 (ISBN 978-2-7312-3903-4).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]