Vaccin d'AstraZeneca-Oxford contre la Covid-19

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vaccin d'AstraZeneca-Oxford contre la Covid-19
Image illustrative de l’article Vaccin d'AstraZeneca-Oxford contre la Covid-19
Noms commerciaux vaccin Oxford-AstraZeneca,
Covishield,
Vaxzevria (Inde)[1]
précédemment :
AZD1222,
ChAdOx1 nCoV-19
Laboratoire Université d'Oxford et AstraZeneca
Administration injection intramusculaire
Autres informations Vecteur viral
Statut Union européenne : CMA[2],[3],[4]

Royaume-Uni : AUU temporaire[5],[6]
Inde : AUU
Argentine : AUU
Salvador : AUU
Colombie : AUU

Identification
DCI COVID-19 Vaccine (ChAdOx1-S [recombinant])[3]
No CAS 2420395-83-9 Voir et modifier les données sur Wikidata
DrugBank 15656 Voir et modifier les données sur Wikidata

Le vaccin d'AstraZeneca-Oxford contre la Covid-19, officiellement nommé COVID-19 Vaccine AstraZeneca[4] est un vaccin contre la Covid-19 mis au point par l'université d'Oxford et la société pharmaceutique AstraZeneca à partir de l'adénovirus ChAdOx1 (en) d'un chimpanzé[7],[8],[9],[10]. Lors de son développement, il a précédemment été nommé ChAdOx1 nCoV-19[4],[11], puis AZD1222[11]. Il est plus généralement connu par le nom de vaccin Oxford-AstraZeneca, ses noms commerciaux sont Covishield ou Vaxzevria. Il doit être injecté dans les muscles. Pour atteindre son efficacité maximale, deux doses doivent être injectées dans un intervalle maximal de 12 semaines[12].

À partir du 29 mars 2021, le vaccin AstraZeneca s'appelle désormais VaxZevria[13],[3].

De très rares cas de thromboses atypiques, que certains associent à l'injection du vaccin, entravent le cours de la vaccination contre la Covid-19 dans certains pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

La recherche universitaire a été effectuée par le Jenner Institute (en) et par l'Oxford Vaccine Group (en), deux entités de l'université d'Oxford[14],[15]. La société italienne Advent Srl de Pomezia a produit le 1er lot de vaccin pour les tests.

En mars 2020, le gouvernement britannique ainsi que les scientifiques concernés poussent l'Université d'Oxford à confier la production à AstraZeneca plutôt qu'à Merck & Co., par crainte que les vaccins fabriqués aux États-Unis ne soient pas exportés au Royaume-Uni et dans le reste du monde[16]. Leur méfiance était fondée, puisque le président américain Joe Biden a signé un décret en mars 2021 donnant aux Américains la priorité des vaccins produits aux États-Unis[17].

En mars 2021, la conférence des évêques catholiques du Canada « [recommande] de ne pas recevoir les vaccins de Johnson & Johnson et d’AstraZeneca, parce que leur procédé de fabrication est lié à des cellules dérivées de l’avortement », ce qui est démenti par les deux sociétés pharmaceutiques et le gouvernement du Québec[18].

Principe[modifier | modifier le code]

Schéma de fonctionnement du vaccin covid 19 par vecteur viral non réplicable (Exemple Astrazeneca, Johnson&Johnson, Sputnik)

Le vaccin d'Oxford-AstraZeneca, à l'instar du vaccin Spoutnik V ou de l'Ad26.COV2.S de Johnson & Johnson, utilise comme vecteur viral un adénovirus (famille de virus très courants responsables notamment de rhumes). Le vecteur adénovirus est incapable de réplication car certains de ses gènes essentiels ont été supprimés et remplacés par un gène codant la protéine S des spicules S de SARS-CoV-2 (la protéine complète, codon optimisée, à laquelle a été ajoutée une séquence signal tPA)[19],[20]. Lors de la vaccination, le virus modifié pénètre dans les cellules, libère ses gènes qui sont transportés vers le noyau, la machinerie cellulaire transcrit en acide ribonucléique messager (ARN messager) puis traduit en protéines, dont la protéine S, éduquant le système immunitaire à la reconnaître[21].

L'AZD1222 utilise un adénovirus de chimpanzé comme vecteur, alors que le Spoutnik V, développé par le Centre de recherches en épidémiologie Gamaleïa avec le ministère russe de la Défense, utilise deux adénovirus humains[22].

Essais cliniques et performances[modifier | modifier le code]

Début , des essais de provocation immunitaire, tant sur le modèle animal (singes macaques) que pour certains essais humains à un stade précoce (visant à tester la sécurité de vaccins), suggèrent qu'un candidat-vaccin mis au point par l'université d'Oxford permettrait d'éviter l'infection pulmonaire (et donc la pneumonie induite), mais sans bloquer l'infection ailleurs dans le corps (y compris dans les fosses nasales où la charge virale reste aussi élevée que chez les individus non-vaccinés et exposés au virus)[23]. Un tel vaccin anti-Covid-19 réduirait la sévérité des symptômes chez les personnes vaccinées, mais pas la propagation du virus[24].

L'étude portant sur 1 077 personnes a permis d’obtenir une réponse immunitaire avec la production de lymphocytes T et d'anticorps ciblant la protéine Spike qui permet au virus d'infecter les cellules[25]. Quelques effets secondaires (fièvre et maux de tête) ont toutefois été relevés. AstraZeneca et l'université d'Oxford lancent l'étude phase III en . Ce vaccin AZD1222 entre en production pour une livraison à partir de fin .

La survenue d'un cas sévère de réaction indésirable est signalée le . Les détails de l'incident restent inconnus. Les essais sont interrompus, mais reprennent peu après enquête d'un groupe indépendant. Selon le site Vaccination Info service, il convient de rester vigilant à cause du polysorbate 80, un excipient qui permet de fludifier le vaccin[26], et qui possède « une structure proche du PEG », dont le risque est un choc anaphylactique pour les personnes allergiques[27],[26]. Selon BFM TV, seules les personnes ayant déjà fait une réaction sévère après un vaccin ou un traitement injectable doivent consulter un allergologue ou un médecin avant d'envisager de se faire vacciner[26].

Le 23 novembre 2020, l'université d'Oxford et AstraZeneca annoncent des résultats intérimaires (en) tirés de la phase III des essais cliniques : ils affirment un taux de succès de 70 %[28]. Ils sont toutefois critiqués parce que la méthode de calcul s'appuie sur des taux de 62 % et 90 %, obtenus de deux groupes de sujets soumis à des doses différentes du vaccin candidat[29].

Le vaccin Oxford/AstraZeneca est, selon LCI, le premier vaccin dont les résultats d'efficacité ont été validés par une revue scientifique : The Lancet (8 décembre 2020[30]), le présente comme « sûr » mais efficace à seulement 70 %, et insuffisamment testé sur les personnes âgées[22]. Aussi Olivier Véran, ministre de la Santé de la France, estime qu'il faut le réserver aux « personnes plus jeunes »[31].

Études anglaises[modifier | modifier le code]

Le , The Lancet publie une étude preprint analysant les détails des études de phase III menées au Royaume-Uni, au Brésil et en Afrique du Sud. La protection offerte en espaçant les deux injections de douze semaines est portée à 82 % et la réduction de transmission du virus est de 67 % dès la première dose[32],[33].

L’université d’Oxford déclare, le 6 avril 2021, suspendre les essais sur les enfants du vaccin développé avec AstraZeneca, "dans l’attente de l’avis de l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) britannique"[34].

Étude écossaise[modifier | modifier le code]

Une étude est menée par des universités en Écosse sur l'efficacité de la première dose de vaccins Pfizer-BioNTech et Oxford-AstraZeneca COVID-19 contre les admissions à l'hôpital en Écosse, sur la base d'une étude de cohorte prospective nationale de 5,4 millions de personnes. Entre le 8 décembre 2020 et le 15 février 2021, 1 137 775 patients ont été vaccinés dans le cadre de l'étude, dont 490 000 avec le vaccin Oxford-AstraZeneca. La première dose du vaccin Oxford-AstraZeneca a été associée à un effet vaccinal protecteur, réduisant de 94 %[35] l'hospitalisation liée au COVID-19, 28 à 34 jours après la vaccination. Les résultats pour les deux vaccins combinés ont montré un effet vaccinal pour la prévention de l'hospitalisation liée au COVID-19 qui était comparable en limitant l'analyse aux personnes âgées de ≥ 80 ans (81 %). La majorité des patients de plus de 65 ans ont reçu le vaccin Oxford-AstraZeneca. Au 22 février 2021, l'étude est un preprint et n'a pas fait l'objet d'un examen par les pairs[36].

À la date du 13 mars 2021, alors que les incidents relatifs aux campagnes de vaccination à l'aide du vaccin AstraZeneca-Oxford, notamment au sein de l'Union Européenne, cette étude n'est toujours ni validée ni publiée par la prestigieuse revue The Lancet. Un débat scientifique est toujours en cours relativement à certaines études en preprint, qui pourraient notamment être en rapport avec les méthodologies des "méta-analyses" sur la base de "cohort datas" et les possibles suspicions de conflits d'intérêt entre producteurs pharmaceutiques -chercheurs - universités - administrations et autorités politiques[36],[37].

Étude américaine[modifier | modifier le code]

Le 22 mars 2021 sont publiés les résultats d'une étude de phase III portant sur 32 449 participants aux États-Unis. On observe 79 % de prévention des infections symptomatiques et 100 % de prévention des cas sévères et des hospitalisations. L'efficacité est comparable chez les patients de plus de 65 ans qui représentaient 80 % des participants. Une attention particulière est portée sur l'effet secondaire thrombotique. Il n'est pas observé d’augmentation du risque de thrombose ou de thrombose veineuse cérébrale (CVST) parmi les 21 583 patients ayant reçu au moins une dose de vaccin[38],[39]. La fiabilité de ces résultats est mise en doute par Anthony Fauci qui soupçonne AstraZeneca d'avoir utilisé des données partiellement obsolètes [40]. Le 25 mars 2021, AstraZeneca publie de nouveaux résultats actualisés. Avec 190 symptomatiques, l'efficacité ressort finalement à 76 % en population générale. Elle est supérieure pour les plus de 65 ans : 85 %. Avec 8 cas sévères dans le groupe placebo contre 0 dans le groupe traité, la prévention des cas sévères à 100% est confirmée dans cette étude[41].

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Les effets secondaires du virus (ou du vaccin) seraient extrêmement rares selon les essais réalisées jusqu'en décembre 2020. Sur les 23 754 volontaires qui ont participé aux essais, seul un patient à qui ce vaccin a été administré a connu un « effet indésirable grave susceptible d'être lié » à cette injection (un cas de myélite transverse)[22].

En France, après quelques jours de vaccination des personnels médicaux, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) décrit, le 11 février 2021, des « syndromes grippaux souvent de forte intensité » constituant un « signal potentiel » (un « signal » étant défini comme une « relation entre un médicament et un effet inconnue ou non documentée »). Après 5 jours et 10 000 injections, le vaccin a fait l'objet de 149 déclarations de pharmacovigilance[42]. La forte fièvre, les maux de tête et les courbatures sont signalés comme étant intenses mais de courte durée. Pour limiter le nombre total d'arrêts de travail simultanés, la vaccination est alors prévue de façon échelonnée dans le personnel des hôpitaux[43]. Ces phénomènes d'effets secondaires sont observés principalement pour le personnel soignant. Le médecin Frédéric Adnet estime que cela est explicable par le fait que ces soignants ont probablement dus être déjà infectés par le virus : En France, le délai entre une infection et une vaccination a été fixé à trois mois. Une parade pour éviter les effets secondaires pourrait être de tester le personnel soignant pour repérer les personnes qui ont déjà été infectées[44].

« Comme [ces personnes] ont déjà des anticorps, donc une immunité, l'organisme pense de nouveau être infecté et réagit violemment. L'hypothèse que nous formulons est que nous observons ce type de réaction chez des personnes vaccinées trop tôt après la fin de la maladie. »

Au fur et à mesure de l'avancée des campagnes de vaccination dans le monde, de nouveaux effets secondaires se révèlent, comme la thrombocytopénie immunitaire prothrombotique induite par le vaccin. L’Agence européenne des médicaments ajoute, le 12 mars 2021, l’anaphylaxie et l’hypersensibilité, à la liste[45].

Au 7 avril 2021, des agences du médicament considèrent que les "thromboses veineuses cérébrales et viscérales abdominales, parfois associées à des diminutions des plaquettes sanguines", sont très rares[46].

Performance réduite contre le variant sud-africain[modifier | modifier le code]

Début février 2021, le Financial Times dévoile que le vaccin « a montré une efficacité significativement réduite contre la variante virale 501Y.V2. » AstraZeneca a confirmé le rapport, affirmant que son vaccin ne semble offrir qu'une protection limitée contre les maladies bénignes causées par la « variante sud-africaine » sur la base des premières données d'une étude menée par l'Université du Witwatersrand et l'Université d'Oxford[47].

L'essai mené depuis fin juin 2020 par le professeur Shabir Madhi, à l'université du Witwatersrand à Johannesburg, confirme que le vaccin développé par AstraZeneca « ne protège pas efficacement contre les infections du Covid-19 légères à modérées causées par le variant B.1.351 »[48]. et que le vaccin britannique offre une "protection limitée contre les formes modérées de la maladie dues au variant sud-africain, chez les jeunes adultes", à seulement 22 % [49].

Aussi, Le ministre sud-africain annonce avoir commandé "20 millions de vaccins Pfizer/BioNTech pour pallier l’inefficacité du sérum AstraZeneca sur la souche locale du Covid-19"[50].

Commandes publiques[modifier | modifier le code]

La Commission européenne, qui a négocié un contrat avec AstraZeneca.

En août 2020, le Serum Institute of India (SII) annonce que l'AZD1222 produit en Inde pourrait être commercialisé au prix de 3 dollars la dose dans les pays pauvres, en accord avec la Fondation Bill-et-Melinda-Gates[51].

En septembre 2020, AstraZeneca et l'université d'Oxford annoncent leur intention de produire un milliard de doses vaccinales, vendues à prix coûtant[52],[53].

Après son autorisation en Europe, la Commission européenne a révélé les teneurs du contrat. Par erreur elle a révélé que le total des paiements est d'un minimum de 870 millions d'euros pour 300 millions de doses. La Commission s'est aussi engagée à verser environ 200 millions d'euros cinq jours après la signature du contrat, le [54].

Le vaccin commence à être livré en France le 5 février 2021[55].

Vaccination[modifier | modifier le code]

La première dose du vaccin permet d'atteindre une bonne efficacité. « La deuxième dose permet d’assurer une protection à long terme ». Les deux doivent être injectées dans un intervalle maximal de 84 jours (12 semaines)[12].

Mises sur le marché dans le monde et campagnes de vaccination[modifier | modifier le code]

Liste des pays ou groupes de pays ayant accordé une AMM au vaccin AZD1222
Mis à jour le 30 mars 2021[56]
AMM pleine Australie, Brésil, Canada, Corée du Sud, Malaisie, Norvège[57], Union européenne (y compris Andorre, Groenland, Îles Féroé et Islande)
AMM d'urgence Organisation Mondiale de la Santé

Afghanistan, Albanie, Arabie Saoudite, Argentine, Bahrain, Bangladesh, Colombie, Côte d'Ivoire, Equateur, Egypte, El Salvador, Ethiopie, Gambie, Grande Bretagne, Guyane, Inde, Indonésie, Irak, Kenya, Lesotho, Maldives, Maroc, Île Maurice, Mexique, Myanmar, Népal, Nigeria, Ouganda, Pakistan, Philippines, République dominicaine, Rwanda, Saint Vincent et Grenadines, Serbie, Sri Lanka, Soudan, Suriname, Taïwan, Thailande, Togo, Ukraine, Vietnam

Liste de pays ou groupes de pays n'ayant pas approuvé ou ayant refusé ou renoncé définitivement à utiliser le vaccin AZD1222
Mis à jour le 14 avril 2021[58]
Motif Pays
Non approbation Etats-Unis, Suisse
Refus d'approbation Effets secondaires Vénézuela
Renonciation définitive d'utilisation Cas de thrombose Danemark
Manque d'efficacité Afrique du Sud

Après quelques jours où l'injection du vaccin a été suspendue à la mi-mars 2021 dans une bonne moitié des pays européens pour cause de risque de thrombose, les vaccinations ont repris dans la plupart de ces pays, y compris en France, après que l'Agence européenne du médicament ait jugé le vaccin « sûr et efficace »[59].

Liste de pays ayant instauré un âge minimum pour l'administration du vaccin AZD1222
Mis à jour le 11 avril 2021[60]
Age minimum requis
pour l'injection
Pays ayant décidé cet âge minimum
30 ans Grèce, Royaume-Uni
50 ans Australie
55 ans Belgique, Canada, France
60 ans Allemagne, Espagne, Italie, Pays-Bas, Philippines, Portugal
65 ans Finlande, Suède
70 ans Islande

Approbations nationales et hésitations concernant l'administration aux personnes âgées[modifier | modifier le code]

Au , le vaccin est approuvé au Royaume-Uni[61] pour utilisation d'urgence pendant la campagne de vaccination contre la Covid-19 de ce pays. Le , l'Inde autorise l'usage de ce vaccin pour « usage restreint dans des situations d'urgence »[62]. Le , l'Agence européenne des médicaments approuve l'utilisation « conditionnelle » du vaccin « pour toutes les personnes âgées de 18 ans et plus »[63]. Le 26 février 2021, le Canada approuve le vaccin, mais le déconseille aux personnes de 65 ans et plus[64].

Fiole contenant de l'AZD1222 (commercialisé en Inde sous le nom de Covishield[1]).

Le 29 décembre 2020, le directeur adjoint exécutif de l'Agence européenne des médicaments, Noel Wathion, annonce que les autorités européennes ne devraient pas approuver son usage avant février 2021, ajoutant que personne n'avait encore soumis une demande d'homologation à l'agence[65].

Fin janvier, la commission de vaccination allemande déconseille le vaccin AstraZeneca pour les personnes âgées de plus de 65 ans[66], les données disponibles étant « insuffisantes pour évaluer l'efficacité du vaccin au-delà de 65 ans »[67]. En février, l'Allemagne redevient favorable à l'injection aux plus âgés.

La Belgique, faute de données suffisantes sur l'efficacité pour les plus âgés, décide de ne pas administrer le vaccin aux plus de 55 ans[68]. Cependant, au cours de la première semaine de mars 2021, la Belgique, comme la France, l'Allemagne et la Suède, recommande l'utilisation de l'AZD1222 aux plus de 65 ans, conformément aux préconisations de l'OMS[69]. À partir du 20 mars, la France décide même de limiter provisoirement les injections aux personnes de plus de 55 ans compte-tenu de la pénurie provisoire du vaccin[59].

Aux États-Unis, quoique une usine américaine produise le vaccin, les essais cliniques et les évaluations ne permettront pas une acceptation avant avril 2021[70]. Toutefois, le président Joe Biden interdit l'exportation du vaccin hors des Etats-Unis[17].

Retards de livraison et interdiction d'exporter en dehors des États-Unis[modifier | modifier le code]

A plusieurs reprises, et notamment au début de la campagne et à la mi-mars 2021, la société AstraZeneca ne livre pas les quantités prévues contractuellement à l'Union européenne. Globalement, sur le 1er trimestre 2021, AstraZeneca livre à l'Union européenne 40 millions de doses sur une prévision initiale de 120 millions[71].

AstraZeneca impute ces retards notamment à l'interdiction faite successivement par les présidents américains Donald Trump, puis Joe Biden, d'exporter les vaccins américains, selon le principe que les citoyens américains doivent avoir la priorité sur le reste du monde[17].

Hésitations concernant l'efficacité contre des variants[modifier | modifier le code]

De son côté, dimanche 7 février, l'Afrique du Sud annonce qu'elle suspend son programme de vaccination qui devait démarrer prochainement « avec un million de vaccins » d'AstraZeneca, suite à une étude « révélant une efficacité «limitée» contre le variant sud-africain »[72].

Début février 2021, Swissmedic, l'agence suisse du médicament, « qui délivre les autorisations de mise sur le marché », estime que « des études supplémentaires sont nécessaires », les données actuellement disponibles ne permettant pas encore « de conclure à un rapport bénéfices-risques positif », avant d'autoriser le vaccin d'AstraZeneca[73].

De même aux États-Unis, le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) exprime ses doutes à propos de l'efficacité du vaccin, dans une déclaration parue le 23 mars. Les données utilisées dans l'essai clinique leur semblent dépassées[74].

Suspensions à la suite de cas de thrombose[modifier | modifier le code]

Les tergiversations des autorités sanitaires vis à vis du vaccin s’expliquent en grande partie par les taux d’occurrence de la « thrombocytopénie immunitaire prothrombotique induite par le vaccin (TIPIV) », variant d’un pays à l’autre[75].

Le 8 mars 2021, l'Autriche annonce cesser d'utiliser un lot (ABV5300) du vaccin, après le décès d'une infirmière de 49 ans suite à de « graves troubles de la coagulation » quelques jours après avoir été vaccinée[76]. L'Estonie, la Lituanie, la Lettonie et le Luxembourg ont également suspendu les vaccinations avec les doses venant « de ce lot d'un million de vaccins, livré dans 17 pays ».

Le 11 mars 2021, suspectant des risques de caillots sanguins chez des personnes vaccinées, « le Danemark suspend par précaution, et jusqu'à nouvel ordre, l'utilisation du vaccin AstraZeneca »[77],[78]. La Norvège et l'Islande suspendent le même jour l'usage du vaccin d'AstraZeneca[79] et l'Italie met au rebut tout un lot (ABV2856) du vaccin suite à deux accidents mortels[80]. Le 12 mars, c'est au tour du premier ministre de la Bulgarie d'arrêter la campagne, « jusqu'à ce que l'Agence européenne des médicaments (EMA) dissipe tout doute quant à son innocuité »[81], et de la Thaïlande de retarder le début de la sienne[82]. Le 15 mars, l'Allemagne déclare arrêter sa campagne et l'Indonésie, prudente, retarde la sienne, « en attendant une décision de l’Organisation mondiale de la Santé »[83]. La France fait de même le soir du 15 mars en attendant l'avis de l'EMA le 18 mars 2021[84].

Le 18 mars 2021, le communiqué de l'EMA déclare que les bénéfices de la vaccination surpassent les risques d'effet secondaire, et qu'aucun lien entre vaccination et augmentation de risque thrombose n'a pu être établi[85]. Or le même jour, un étudiant en médecine de 24 ans est retrouvé mort dans son appartement à Nantes, 10 jours après avoir été vacciné. L'autopsie révèle « une hémorragie interne causée par une thrombose »[86]. Et l'ANSM admet "neuf cas de thromboses des grosses veines", dont “deux décès”, rapportés en France entre le 12 et le 18 mars[87].

Le 19 mars 2021, deux cas suspects de thromboses cérébrales incitent la Finlande à cesser la vaccination avec ce vaccin[88]. En France, le 27 mars 2021, un homme de 63 ans meurt de multiples thromboses 10 jours après sa vaccination[89] et, le 29 mars, une assistante sociale trentenaire meurt à Toulouse d’une thrombose survenue 14 jours après l’injection[90].

Le 24 mars, la Finlande reprend la vaccination AstraZeneca pour les plus de 65 ans et l'Islande pour les plus de 70 ans[91]. Le vaccin AstraZeneca est également réservé aux plus de 65 ans en Suède[92].

Le groupe de chercheurs et de médecins « Du côté de la science » soutient, en avril 2021, que les cas de thrombose peuvent être liés à des erreurs humaines. L'injection du vaccin en intraveineuse au lieu d'être faire en intramusculaire serait à l'origine des cas des thromboses[93],[94].

Le 29 mars, le Canada interrompt l'utilisation du vaccin pour les moins de 55 ans[95]. En Allemagne, le 30 mars 2021, l'autorité des vaccins fait état de « thrombose veineuse cérébrale (TVC) rare, dont neuf mortels, après l'administration du vaccin contre le COVID-19 d'AstraZeneca »[96], et les villes de Berlin et de Munich suspendent le vaccin pour les moins de 60 ans[97],[98] avant que la mesure soit étendue à tout le pays le même jour[99]. En plus du Canada et de la France, la Belgique réserve le vaccin AstraZeneca aux plus de 55 ans. En plus de l'Allemagne, d'autres pays réservent le vaccin AstraZeneca aux plus de 60 ans comme l'Italie, l'Espagne, le Portugal et les Pays-Bas[100],[101].

Le 6 avril, l'EMA établit un lien entre le vaccin AstraZeneca et des cas de thrombose veineuse cérébrale (1 cas sur 100 000 vaccinations) tout en admettant ignorer ce qui provoque cette réaction[102].

Le 9 avril, la Haute Autorité de santé annonce qu'en France, les moins de 55 ans vaccinés avec une première dose d’AstraZeneca auront leur deuxième dose avec un vaccin à ARN messager de Pfizer/BioNTech ou Moderna. Au Royaume-Uni, le vaccin d'AstraZeneca est réservé aux plus de 30 ans[103].

Mi-avril 2021, les autorités du Danemark annoncent retirer ce vaccin de la campagne danoise[104].

Fin avril 2021, « le régulateur britannique (Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency – MHRA) » annonce avoir « recensé sur son sol 168 cas majeurs de caillots sanguins − dont 32 mortels − relatifs à des patients ayant reçu le vaccin d’AstraZeneca[105]. »

En France[modifier | modifier le code]

En France, la vaccination avec le vaccin AstraZeneca commence le dans plusieurs établissements de santé en France ; l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) poursuit « son enquête de pharmacovigilance afin d'identifier les potentiels effets secondaires générés par la vaccination »[106].

Mi-février 2021, le président du conseil d'orientation de la stratégie vaccinale Alain Fischer, « suite à l'apparition d'effets secondaires chez de nombreux soignants après leur vaccination », notamment à Brest et à Morlaix, remet en cause l'efficacité du vaccin sur certains variants du Covid-19. L'ANSM annonce que 1,49 % des soignants vaccinés avec le vaccin AstraZeneca ont développé des « syndromes grippaux de forte intensité »[107] et recommande d'échelonner la vaccination du personnel d'un même service[108]. La vaccination pour le personnel de l'hôpital d'Arras est suspendue à la mi-février[109].

La secrétaire du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du centre hospitalier de Périgueux fait part du pourcentage de soignants et agents ayant contracté des effets indésirables très élevé (entre 50 et 70 %) par rapport au seuil habituel de tolérance à 10 %, et demande de se tourner vers les autres vaccins[110].

Cependant, après que le vaccin a prouvé son efficacité sur le variant dit « anglais » et que les premières données en provenance d'Écosse ont montré que l'administration de la première dose permettait une baisse de plus de 80 % des hospitalisations des personnes âgées de plus de 80 ans, la Haute Autorité de santé recommande le 2 mars 2021 l'administration de l'AZD1222 pour les plus de 65 ans en France également[111].

Le 14 mars 2021, à la suite d'effets secondaires aigus sur l'un des leurs, les pompiers des Bouches-du-Rhône suspendent leur vaccination[112]. Dans la foulée, le 15 mars 2021, le Président de la République Emmanuel Macron annonce qu'à la suite de l'Allemagne, la France suspend à son tour la vaccination par l'AZD1222 en attendant la recommandation officielle de l'EMA attendue pour le 16 mars après-midi[113].

Le 18 mars 2021, l'EMA émet une recommandation officielle en faveur du vaccin, indiquant que le vaccin est sûr et efficace. Le Premier ministre Jean Castex annonce le soir-même la reprise de la campagne de vaccination pour le 19 mars après-midi [114]. Le 19 mars 2021, la Haute autorité de santé (HAS) donne des nouvelles recommandations relatives à l'utilisation du vaccin AstraZeneca : à ce stade le vaccin ne doit être utilisé que pour les personnes âgées de 55 ans et plus ; dans l'attente de données supplémentaires les vaccins à ARN doivent être utilisés chez les personnes éligibles à la vaccination âgées de moins de 55 ans [115] . Le même jour cette information est reprise sur le site internet grand public vaccination-info-services.fr géré par l’agence publique Santé publique France[116].

En avril 2021, des médecins généralistes font part du fait qu'ils sont contraints de se débarrasser des doses, faute de candidats du fait de la réputation du vaccin[117].

Production[modifier | modifier le code]

Au premier trimestre 2021, AstraZeneca a produit des vaccins dans l'union européenne, dont 30 millions à destination des 27 pays de l'Union européenne et 21 millions à destination du Royaume-Uni et quelques autres à destination de 32 autres pays[118].

Le Serum Institute of India (SII), « le plus gros producteur de vaccins au monde », affirme en décembre 2020 fabriquer de 50 à 60 millions de doses de l'AZD1222[62] à Pune. Grâce à un investissement de 650 millions d'euros et au recrutement de 400 personnes, le SII crée 5 lignes de production de vaccins anti-Covid, avec comme objectif de vacciner les indiens et de fournir 600 millions de doses au GAVI[119].

Compte-tenu de capacités de production insuffisantes pour les livraisons promises en Europe, AstraZeneca décide en février 2021 de s'associer avec le laboratoire allemand IDT Biologika (de) pour fabriquer des vaccins à Dessau (Allemagne) à partir de fin 2021[55].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « AZD1222 » (voir la liste des auteurs).

  1. a et b (en) « Already produced 40-50 million dosages of Covishield vaccine, says Serum Institute », The Hindu,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Conditional marketing authorisation », sur ema.europa.eu (consulté le 3 mai 2021)
  3. a b et c (en) « Vaxzevria (previously COVID-19 Vaccine AstraZeneca) », sur ema.europa.eu (consulté le 3 mai 2021).
  4. a b et c (en) « COVID-19 Vaccine AstraZeneca authorised for use in the EU », sur astrazeneca.com, (consulté le 3 mai 2021)
  5. (en) « Information for Healthcare Professionals on COVID-19 Vaccine AstraZeneca », sur Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA), (consulté le 4 janvier 2021)
  6. (en) « Conditions of Authorisation for COVID-19 Vaccine AstraZeneca », sur Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA), (consulté le 4 janvier 2021)
  7. (en) Nick Walsh, Jo Shelley, Eduardo Duwe et William Bonnett, « The world's hopes for a coronavirus vaccine may run in these health care workers' veins », CNN, São Paulo,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 3 août 2020).
  8. (en) « Investigating a Vaccine Against COVID-19 » [archive du ], sur ClinicalTrials.gov, United States National Library of Medicine, (consulté le 14 juillet 2020).
  9. (en) « A Phase 2/3 study to determine the efficacy, safety and immunogenicity of the candidate Coronavirus Disease (COVID-19) vaccine ChAdOx1 nCoV-19 » [archive du ], sur EU Clinical Trials Register, European Union, (consulté le 3 août 2020).
  10. (en) p. O'Reilly, « A Phase III study to investigate a vaccine against COVID-19 », ISRCTN,‎ (DOI 10.1186/ISRCTN89951424).
  11. a et b (en) « AstraZeneca advances response to global COVID-19 challenge as it receives first commitments for Oxford’s potential new vaccine », sur astrazeneca.com, (consulté le 3 mai 2021).
  12. a et b Mélanie Meloche-Holubowski, « La stratégie de vaccination vouée à s’adapter à une réalité en mutation », Ici.Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne).
  13. https://www.midilibre.fr/2021/03/31/le-vaccin-astrazeneca-va-changer-de-nom-lallemagne-reserve-son-utilisation-aux-plus-de-60-ans-9461118.php.
  14. (en) « COVID-19 Vaccine Trials », sur covid19vaccinetrial.co.uk (consulté le 11 avril 2020)
  15. (en) « Oxford team to begin novel coronavirus vaccine research », University of Oxford, (consulté le 28 novembre 2020)
  16. Jenny Strasburg, « Oxford Developed Covid Vaccine, Then Scholars Clashed Over Money », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  17. a b et c « Joe Biden s’oppose à l’exportation de vaccins AstraZeneca vers l’Europe », La Croix,‎ (lire en ligne)
  18. « La position morale des évêques catholiques sur certains vaccins démentie et dénoncée », Ici.Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne)
  19. Arashkia A, Jalilvand S, Mohajel N, Afchangi A, Azadmanesh K, Salehi-Vaziri M, Fazlalipour M, Pouriayevali MH, Jalali T, Mousavi Nasab SD, Roohvand F, Shoja, « Severe acute respiratory syndrome-coronavirus-2 spike (S) protein based vaccine candidates: State of the art and future prospects », Reviews in Medical Virology, vol. n/a, no n/a,‎ , e2183 (PMID 33594794, PMCID 7646037, DOI 10.1002/rmv.2183)
  20. Y. Watanabe, L. Mendonça, E. R. Allen, A. Howe, M. Lee, J. D. Allen, H. Chawla, D. Pulido, F. Donnellan, H. Davies, M. Ulaszewska, S. Belij-Rammerstorfer, S. Morris, A. S. Krebs, W. Dejnirattisai, J. Mongkolsapaya, P. Supasa, G. R. Screaton, C. M. Green, T. Lambe, P. Zhang, S. C. Gilbert et M. Crispin, « Native-like SARS-CoV-2 spike glycoprotein expressed by ChAdOx1 nCoV-19/AZD1222 vaccine », bioRxiv : The Preprint Server for Biology,‎ , p. 2021.01.15.426463 (PMID 33501433, PMCID 7836103, DOI 10.1101/2021.01.15.426463)
  21. https://www.nytimes.com/interactive/2020/health/oxford-astrazeneca-covid-19-vaccine.html
  22. a b et c Audrey Le Guellec, « Vaccin AstraZeneca : quelles différences avec ceux de Pfizer et Moderna ? », sur lci.fr,
  23. (en) Neeltje van Doremalen, Teresa Lambe, Alexandra Spencer et Sandra Belij-Rammerstorfer, « ChAdOx1 nCoV-19 vaccination prevents SARS-CoV-2 pneumonia in rhesus macaques », bioRxiv, Microbiology,‎ (PMID 32511340, PMCID PMC7241103, DOI 10.1101/2020.05.13.093195, lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020)
  24. (en) Davide Castelvecchi, « Welcome anyons! Physicists find best evidence yet for long-sought 2D structures », Nature, vol. 583, no 7815,‎ , p. 176–177 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/d41586-020-01988-0, lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020)
  25. James Gallagher, « Coronavirus : Un vaccin développé à Oxford déclenche une réponse immunitaire », BBC news,‎ (lire en ligne)
  26. a b et c « Covid-19: souffrir d'allergie n'est pas une contre-indication à la vaccination », sur BFMTV, (consulté le 14 février 2021)
  27. Vincent Richeux, « Choc anaphylactique après vaccin anti-COVID: le polyéthylène glycol suspecté », MedScape,
  28. (en) « AZD1222 vaccine met primary efficacy endpoint in preventing COVID-19 », sur astrazeneca.com (consulté le 27 novembre 2020)
  29. (en) E. Callaway, « Why Oxford's positive COVID vaccine results are puzzling scientists », Nature, vol. 588, no 7836,‎ , p. 16–18 (PMID 33230278, DOI 10.1038/d41586-020-03326-w, S2CID 227156970, lire en ligne)
  30. (en) Merryn Voysey, Sue Ann Costa Clemens, Shabir A Madhi, Lily Y Weckx, Pedro M Folegatti, Parvinder K Aley, Brian Angus, Vicky L Baillie, Shaun L Barnabas, Qasim E Bhorat, Sagida Bibi, Carmen Briner, Paola Cicconi, Andrea M Collins, Rachel Colin-Jones, Clare L Cutland, Thomas C Darton, Keertan Dheda, Christopher J A Duncan, Katherine R W Emary, Katie J Ewer, Lee Fairlie, Saul N Faust, Shuo Feng, Daniela M Ferreira, Adam Finn, Anna L Goodman, Catherine M Green, Christopher A Green, Paul T Heath, Catherine Hill, Helen Hill, Ian Hirsch, Susanne H C Hodgson, Alane Izu, Susan Jackson, Daniel Jenkin, Carina C D Joe, Simon Kerridge, Anthonet Koen, Gaurav Kwatra, Rajeka Lazarus, Alison M Lawrie, Alice Lelliott, Vincenzo Libri, Patrick J Lillie, Raburn Mallory, Ana V A Mendes, Eveline P Milan, Angela M Minassian, Alastair McGregor, Hazel Morrison, Yama F Mujadidi, Anusha Nana, Peter J O’Reilly, Sherman D Padayachee, Ana Pittella, Emma Plested, Katrina M Pollock, Maheshi N Ramasamy, Sarah Rhead, Alexandre V Schwarzbold, Nisha Singh, Andrew Smith, Rinn Song, Matthew D Snape, Eduardo Sprinz, Rebecca K Sutherland, Richard Tarrant, Emma C Thomson, M Estée Török, Mark Toshner, David P J Turner, Johan Vekemans, Tonya L Villafana, Marion E E Watson, Christopher J Williams, Alexander D Douglas, Adrian V S Hill, Teresa Lambe, Sarah C Gilbert et Andrew J Pollard, « Safety and efficacy of the ChAdOx1 nCoV-19 vaccine (AZD1222) against SARS-CoV-2: an interim analysis of four randomised controlled trials in Brazil, South Africa, and the UK », The Lancet,‎ (DOI 10.1016/S0140-6736(20)32661-1, lire en ligne)
  31. Marie Desbonnet, « Covid-19 : le vaccin AstraZeneca sera-t-il réservé aux moins de 65 ans ? », Passeport Santé,
  32. (en) « Single Dose Administration, And The Influence Of The Timing Of The Booster Dose On Immunogenicity and Efficacy Of ChAdOx1 nCoV-19 (AZD1222) Vaccine », sur The Lancet,
  33. « Covid-19: le vaccin d'AstraZeneca réduirait la transmission dès la première dose », sur huffingtonpost.fr,
  34. https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/06/vaccin-d-astrazeneca-et-cas-de-thrombose-l-agence-europeenne-des-medicaments-n-a-pas-encore-abouti-a-une-conclusion_6075735_3244.html
  35. (en) Ingrid Torjesen, « Covid-19: Les premières doses de vaccins en Écosse ont entraîné une baisse substantielle des admissions à l'hôpital », sur https://www.bmj.com, (consulté le 5 mars 21)
  36. a et b (en) Ivan F. N. Hung et Gregory A. Poland, « Single-dose Oxford–AstraZeneca COVID-19 vaccine followed by a 12-week booster », The Lancet, vol. 397, no 10277,‎ , p. 854–855 (ISSN 0140-6736 et 1474-547X, PMID 33676614, DOI 10.1016/S0140-6736(21)00528-6, lire en ligne, consulté le 13 mars 2021)
  37. (en) Eleftheria Vasileiou, Colin R. Simpson, Chris Robertson et Ting Shi, « Effectiveness of First Dose of COVID-19 Vaccines Against Hospital Admissions in Scotland: National Prospective Cohort Study of 5.4 Million People », Preprint with the Lancet (prépublication), Social Science Research Network, no ID 3789264,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mars 2021)
  38. (en) « AZD1222 US Phase III trial met primary efficacy endpoint in preventing COVID-19 at interim analysis », sur pharmiweb.com,
  39. « ASTRAZENECA : 79% D'EFFICACITÉ DU VACCIN EN ESSAI DE PHASE 3 », sur tradingsat.com,
  40. « AstraZeneca devrait communiquer à nouveau sur son vaccin, dit Fauci », sur www.latribune.fr,
  41. « Coronavirus : Le vaccin d'AstraZeneca efficace à 76% selon les résultats actualisés d'un essai clinique mené aux US », sur www.latribune.fr,
  42. Corentin Lesueur avec Raphaêl Baldos, « Covid-19 : les effets secondaires du vaccin d’AstraZeneca inquiètent les hôpitaux », La Croix,‎ (lire en ligne)
  43. « Santé. Covid-19 : vigilance sur les effets secondaires du vaccin AstraZeneca », sur ledauphine.com, (consulté le 15 février 2021)
  44. « D'où viennent les nombreux effets secondaires du vaccin AstraZeneca ? », sur LCI.fr, (consulté le 15 février 2021)
  45. https://www.huffingtonpost.fr/entry/vaccin-astrazeneca-des-allergies-severes-comme-possibles-effets-secondaires_fr_604b7a6fc5b65bed87da0ee6
  46. https://www.prescrire.org/fr/203/1845/60975/0/PositionDetails.aspx
  47. (en) « AstraZeneca vaccine far less effective against South African Covid-19 variant », sur mybroadband.co.za,
  48. https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/02/08/covid-19-en-afrique-du-sud-il-serait-inconsidere-de-jeter-un-million-de-doses-a-la-poubelle_6069176_3212.html
  49. https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/astrazeneca-moins-efficace-l-afrique-du-sud-suspend-la-campagne-de-vaccination-7900000581
  50. https://www.sudouest.fr/sante/coronavirus/vaccin/astrazeneca-l-afrique-du-sud-suspend-son-programme-de-vaccination-1240938.php
  51. (en) « Coronavirus: India should have vaccine by December, says Serum Institute chief », Scroll.in,
  52. Aline Gérard, « Covid-19 : AstraZeneca fait une pause dans les essais cliniques de son vaccin », Le Parisien, no 23647,‎ , p. 10 (rubrique Société) (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2020). L'article est beaucoup plus complet dans la version papier du journal que dans la version à lire en ligne.
  53. Thuy-Diep Nguyen, « Pourquoi le retour d'AstraZeneca dans la course au vaccin anti-Covid est une bonne nouvelle », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2020).
  54. Claudia Cohen, « Vaccins anti-Covid : le montant du contrat entre AstraZeneca et l'UE révélé à cause d'une grossière erreur », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  55. a et b Frédéric Bianchi, « AstraZeneca s'associe à l'allemand IDT Biologika pour produire plus de vaccins en Europe », BFMTV,‎ (lire en ligne)
  56. Voir les références dans l'article de Wikipedia en anglais : COVID-19 vaccine
  57. Suspension provisoire, voir : « La Norvège prolonge la pause du vaccin AstraZeneca jusqu'au 15 avril », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  58. « Vaccination : Le Danemark, premier pays d’Europe à renoncer définitivement au vaccin d’AstraZeneca »,
  59. a et b Nicolas Berrod, « AstraZeneca : la vaccination va reprendre seulement pour les plus de 55 ans », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  60. « Vaccin d'AstraZeneca : des recommandations tous azimuts en Europe », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  61. (en) « Covid-19: Oxford-AstraZeneca coronavirus vaccine approved for use in UK », sur BBC News, BBC, (consulté le 30 décembre 2020)
  62. a et b Agence France-Presse, « L'Inde autorise deux vaccins contre la COVID-19 », Ici.Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne)
  63. Agence France-Presse, « Le régulateur européen approuve le vaccin AstraZeneca », Ici.Radio-Caanda.ca,‎ (lire en ligne)
  64. François Messier, « Santé Canada autorise le vaccin d'AstraZeneca contre la COVID-19 », Ici.Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne)
  65. (en) « AstraZeneca vaccine not ready for quick European approval, watchdog official says », sur reuters.com, Reuters, (consulté le 29 décembre 2020)
  66. AFP et 20 Minutes, « Coronavirus : Face aux doutes allemands, AstraZeneca défend l’efficacité de son vaccin », sur msn.com,
  67. franceinfo et AFP, « Covid-19 : l'Allemagne déconseille le vaccin AstraZeneca pour les personnes âgées de plus de 65 ans », FranceInfo,‎ (lire en ligne)
  68. Le Parisien avec AFP, « Suisse, Belgique… ces pays qui restent prudents avec le vaccin AstraZeneca », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  69. « France, Allemagne, Belgique, Suède: ces États qui élargissent finalement l'accès au vaccin AstraZeneca », sur bfmtv.com,
  70. https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2020-12-30/vaccin-astrazeneca-oxford/les-etats-unis-misent-sur-une-autorisation-en-avril.php
  71. « Covid-19 : AstraZeneca annonce de nouveaux retards de livraison de son vaccin à l’Union européenne », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  72. Le Figaro et AFP, « L'Afrique du Sud suspend les vaccinations après une étude révélant l'efficacité limitée du vaccin AstraZeneca contre son variant », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  73. La Provence (avec AFP), « Coronavirus : la Suisse demande de "nouvelles études" sur le vaccin AstraZeneca », La Provence,‎ (lire en ligne)
  74. https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/vaccin-anti-covid-astrazeneca-efficacite-vaccin-remise-question-agence-sante-americaine-86391/
  75. https://www.ledevoir.com/societe/science/597938/astrazeneca-les-risques-du-vaccin-remis-en-perspective
  76. « Accidents thrombo-emboliques : le vaccin d'AstraZeneca est-il en cause ? », sur Accidents thrombo-emboliques : le vaccin d'AstraZeneca est-il en cause ? (consulté le 17 mars 2021)
  77. « Coronavirus : le Danemark suspend jusqu'à nouvel ordre l'utilisation du vaccin AstraZeneca », sur France Bleu, (consulté le 17 mars 2021)
  78. « Le Danemark suspend le vaccin d’AstraZeneca », sur LeFigaro.fr (consulté le 11 mars 2021)
  79. « Le Danemark, la Norvège et l'Islande suspendent l’usage du vaccin d’AstraZeneca », Ici.Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne)
  80. « Le vaccin Covid-19 d’AstraZeneca suspendu au Danemark, l'Italie écarte un lot ! », sur Capital.fr, (consulté le 17 mars 2021)
  81. « Le vaccin Covid-19 d’AstraZeneca suspendu par la Bulgarie ! », sur Capital.fr, (consulté le 17 mars 2021)
  82. https://www.ouest-france.fr/sante/vaccin/coagulation-les-x-polemiques-autour-du-vaccin-d-astrazeneca-7183417
  83. AFP, « L'Indonésie reporte le lancement de la vaccination avec AstraZeneca », sur Le Journal de Montréal (consulté le 17 mars 2021)
  84. « Le vaccin "COVID-19 Vaccine AstraZeneca" suspendu par précaution en France avant un nouvel avis de l'Agence européenne des médicaments », sur Le vaccin "COVID-19 Vaccine AstraZeneca" suspendu par précaution en France avant un nouvel avis de l'Agence européenne des médicaments (consulté le 17 mars 2021)
  85. (en) « Investigation of COVID-19 Vaccine AstraZeneca and thromboembolic events continues », sur Site web officiel de l'European Medecines Agency,
  86. https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/astrazeneca-enquete-ouverte-apres-le-deces-d-un-etudiant-en-medecine-a-nantes-0a3ad804-8b34-11eb-be07-a782e4049e5a
  87. https://www.huffingtonpost.fr/entry/vaccin-astrazeneca-lansm-confirme-un-risque-de-thrombose-rare_fr_605e422bc5b6531eed04d7b5?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&utm_campaign=fr_main
  88. https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/astrazeneca-la-finlande-suspend-le-vaccin-malgre-le-feu-vert-europeen_4339785.html
  89. https://www.ledauphine.com/sante/2021/03/30/annecy-un-sexagenaire-decede-de-thromboses-10-jours-apres-son-injection-par-astrazeneca
  90. https://www.lavoixdunord.fr/972254/article/2021-03-31/astrazeneca-une-femme-de-38-ans-meurt-toulouse
  91. « AstraZeneca: la Finlande et l’Islande vont reprendre la vaccination pour certains aînés »
  92. « Covid-19 dans le monde : AstraZeneca annonce que son vaccin est efficace à 76 %, la Suède reprend la vaccination pour les plus de 65 ans »
  93. Lucas Person et Margot Brunet, « Vaccin AstraZeneca : une nouvelle théorie sur les cas de thromboses », sur www.marianne.net, 2021-04-06utc07:00:00+0000 (consulté le 6 avril 2021)
  94. "Nous ne savons pas trop sur quelle base cette décision a été prise", s'interroge le chercheur en immunologie, https://www.industrie-techno.com/article/astrazeneca-et-si-les-thromboses-etaient-causees-par-l-injection-accidentelle-du-vaccin-dans-le-sang.64404
  95. https://www.dailymail.co.uk/health/article-9415509/Canadian-panel-recommends-AstraZeneca-pause-55.html
  96. https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/coronavirus-des-cas-de-thrombose-c%C3%A9r%C3%A9brale-signal%C3%A9s-en-allemagne-apr%C3%A8s-le-vaccin-astrazeneca/ar-BB1f7rtZ
  97. https://www.lindependant.fr/2021/03/30/astrazeneca-des-thromboses-cerebrales-signalees-en-allemagne-berlin-suspend-le-vaccin-chez-les-moins-de-60-ans-9458905.php
  98. https://www.swp.de/panorama/corona-impfung-astrazeneca-thrombose-nebenwirkungen-berlin-muenchen-impfen-impftermin-55997820.html
  99. « Vaccination : L'Allemagne suspend le vaccin AstraZeneca pour les moins de 60 ans »
  100. « Covid-19 : la Belgique réserve le vaccin AstraZeneca aux plus de 55 ans, l'Italie et l'Espagne aux plus de 60 ans »
  101. « Le Portugal limite à son tour le vaccin AstraZeneca aux plus de 60 ans »
  102. L'EMA établit un lien entre le vaccin AstraZeneca et des cas de thrombose-presse, boursorama.com, 6 avril 2021
  103. « AstraZeneca : pour leur 2e dose, les moins de 55 ans auront le vaccin Pfizer ou Moderna »
  104. Magazine Marianne, « Covid : pourquoi le Danemark abandonne le vaccin AstraZeneca », sur www.marianne.net, 2021-04-14utc15:26:54+0000 (consulté le 15 avril 2021)
  105. https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/22/covid-19-dans-le-monde-le-variant-indien-detecte-en-belgique-chez-des-etudiants-passes-par-roissy_6077716_3244.html
  106. « Vaccin AstraZeneca : les effets secondaires observés en France », sur MediSite,
  107. « Alain Fischer recommande de ne pas administrer le vaccin d'AstraZeneca aux soignants du département de Moselle », La Dépêche,‎ (lire en ligne)
  108. « Covid-19 : vigilance sur les effets secondaires du vaccin AstraZeneca », Le Bien public,
  109. Philippe Gaudin, « Covid-19 : vigilance sur les effets secondaires du vaccin AstraZeneca », sur bfmtv.com,
  110. Des agents de l’hôpital de Périgueux dénoncent les effets du vaccin AstraZeneca ; site:Journal régional français Sud Ouest ; date=16 février 2021 ; consulté le:6 mars 2021.
  111. « Le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 désormais recommandé pour les plus de 65 ans », sur lemonde.fr,
  112. https://www.lanouvellerepublique.fr/a-la-une/astrazeneca-les-pompiers-des-bouches-du-rhone-suspendent-leur-utilisation-du-vaccin
  113. « La France suspend pour 24 heures le vaccin AstraZeneca, annonce Emmanuel Macron », sur lci.fr,
  114. « La campagne de vaccination avec AstraZeneca relancée dès ce vendredi en France », sur lesechos.fr,
  115. « Avis n° 2021.0018/AC/SEESP du 19 mars 2021 du collège de la Haute Autorité de santé sur la place du vaccin AstraZeneca dans la stratégie vaccinale suite à l'avis de l’agence européenne des médicaments concernant des évènements indésirables survenus dans plusieurs pays européens chez des personnes vaccinées », sur Haute Autorité de Santé (consulté le 20 mars 2021)
  116. « COVID-19 », sur vaccination-info-service.fr (consulté le 20 mars 2021)
  117. « AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées », sur Lci,
  118. https://www.nicematin.com/faits-de-societe/pourquoi-leurope-va-t-elle-bloquer-les-exportations-de-vaccin-astrazeneca-662676
  119. Rajesh Lawale, « L'Inde précipite ses cadences », Challenges,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]