Valneva SE

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Valneva SE
logo de Valneva SE

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Personnages clés Franck Grimaud (Président du conseil de surveillance)
Thomas Lingelbach (Président du directoire)
Forme juridique Société européenne
Action Euronext : VLA
Siège social Saint-Herblain, Loire-Atlantique
Drapeau de la France France
Direction Thomas Lingelbach et Franck Grimaud (co-présidents)
Actionnaires Groupe Grimaud (15 %)
MVM Partners (9 %)
Bpifrance (8 %)
Axa (2 %)
Activité Recherche-développement et production de vaccins
Produits Vaccins. Thérapies innovantes concernant les globules rouges contre des cancers et maladies orphelines
Filiales Valneva (United States) (d) et Valneva (Austria) (d)
Effectif > 500 en 2020
Site web valneva.com

Capitalisation 1 350 000 000  (23 août 2021)
Chiffre d'affaires 126 000 000  en 2019
Résultat net −1 700 000  en 2019 (perte)
Société précédente Intercell AGVoir et modifier les données sur Wikidata

Valneva est une société de biotechnologies française, basée à Saint-Herblain dans la banlieue ouest de Nantes, spécialisée dans les vaccins contre les maladies engendrant des besoins médicaux importants et non satisfaits. Elle commercialise deux vaccins destinés aux voyageurs.

Elle conçoit un vaccin contre la Covid-19, un vaccin contre la maladie de Lyme, ainsi qu'un vaccin à injection unique contre le chikungunya.

Elle est cotée à la Bourse de Paris et est membre de l'indice CAC Small. Elle a été cotée de à à la Bourse de Vienne[1]. Elle est membre du SBF 120 et du CAC Mid 60 depuis le [2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le groupe Grimaud, spécialisé dans la génétique aviaire, avait souhaité développer une activité de biotechnologies qui visait notamment les vaccins utilisant des cellules de canard. C'est ainsi qu'a été créée en 1999 la société Vivalis SA, dont Franck Grimaud était le PDG[3].

Intercell était une société autrichienne, basée à Vienne, qui développait des vaccins :

  • contre l'encéphalite japonaise (approuvé en Europe, Amérique et Australie) ;
  • contre l'hépatite C (en essais cliniques phase II au moment de la fusion) ;
  • et des patchs pour améliorer la prévention de la grippe (en essais cliniques phase II aux États-Unis au moment de la fusion).

Intercell était en difficultés financières en 2012.

Valneva a été créée en 2012-2013 par la fusion de Intercell et de Vivalis SA[4].

Le 9 avril 2021, Valneva a déposé une demande de cotation au NASDAQ[5].

En août 2021, la biotech francaise demande l'autorisation de son vaccin contre la Covid-19 au Royaume-Uni d'ici la fin de 2021. Elle a déjà signé un contrat avec le gouvernement britannique pour lui livrer 100 millions de doses d'ici à 2022[6].

En septembre 2021, le Royaume-Uni résilie son contrat avec Valneva, qui portait sur plus de 100 millions de doses de vaccin. Le cours de Bourse chute[7]. Cependant, à la suite des résultats très positifs obtenus le mois suivant, l'action connait un rebond de près de 40 %[8].

Produits[modifier | modifier le code]

Vaccins commercialisés[modifier | modifier le code]

Valneva concentre ses efforts sur les vaccins de voyage, sur lesquels les marges sont élevées[9]. Elle commercialise Ixiaro, un vaccin contre l'encéphalite japonaise (Europe, Amérique et Australie) et Dukoral, un vaccin contre le choléra (Europe, Amérique et Australie).

Vaccin contre la Covid-19[modifier | modifier le code]

La société développe le vaccin VLA2001 contre la Covid-19. Il s'agit du principal vaccin européen à base de virus entier inactivé[9].
Les essais cliniques de phase I / II ont donné de très bons résultats, et les essais de phase III ont débuté au 2e trimestre 2021[10].

La production d'anticorps est supérieure à celle du vaccin d'AstraZenaca. L'examen par l'Agence Européenne du Médicament est prévu au 1er trimestre 2022[11].

Ce vaccin fait l'objet d'une pré-commande de 60 millions de doses du gouvernement britannique, le prix étant de 470 millions d'euros[12]. Une commande ferme britannique de 100 millions de doses de VLA2001 est passée fin janvier 2021[9]. Les premières livraisons sont prévues vers le 1er novembre 2021. Valneva s'est engagé à fournir un maximum de 200 millions de doses avant fin 2022. La commande est annulée par le gouvernement britannique le [13].

Début 2021, l'Union européenne essaie d'obtenir 100 millions de doses de VLA2001. Toutefois, le 20 avril 2021, en l’absence d’accord d'approvisionnement avec la Commission européenne, Valneva annonce se tourner vers des discussions pays par pays[14]. La Commission aurait en effet demandé la garantie que le gouvernement britannique autorisera la diffusion du vaccin en Europe quand bien même tous les Britanniques ne seraient pas encore vaccinés, garantie que l'entreprise n'est pas en mesure de fournir[15],[5]. Le , la presse annonce une commande de l'Union européenne à Valneva pour la livraison de 60 millions de doses au cours des deux prochaines années, dont environ 27 millions de flacons en 2022[16].

La production est prévue en Écosse et la mise en flacons en Suède[17].

Autres vaccins en développement[modifier | modifier le code]

Outre le vaccin contre la Covid-19, 4 candidats vaccins sont en développement[18] :

  • Vaccin contre le chikungunya : le VLA 1553[19] a donné une immunité totale sur 120 personnes testées. Il est en phase III d'essais cliniques et pourrait être approuvé vers 2022. La FDA l'a classé Fast Track en et l'Agence Européenne des Médicaments l'a classé en PRIME (PRIority MEdicines) en [20].
  • Vaccin contre la maladie de Lyme : le VLA15, en phase II d'essais cliniques, pourrait être prêt vers 2024. Pfizer verse 130 millions d'euros pour disposer d'une licence et assurer le développement et la commercialisation[9].
  • Vaccin contre Clostridioides difficile : la phase II d'essais cliniques est terminée[21],[22].
  • Vaccin contre le virus Zika : la phase I est achevée[9].

Certains de ses candidats vaccins ont échoué lors des essais cliniques :

  • VLA43, un vaccin contre une maladie nosocomiale, l'infection à Pseudomonas aeruginosa, co-développé avec GSK et abandonné en après des essais de phase II-III décevants[23] ;
  • V710, un vaccin contre Staphylococcus aureus (en collaboration avec Merck)[24] ;
  • IC41, un vaccin contre l'hépatite C.[25]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Retrait des actions Valneva de la bourse de Vienne »
  2. « Valneva rentre aujourd'hui au SBF 120 », sur Boursorama,
  3. Emmanuel Guimard, « Biotechnologies : Vivalis réduit ses pertes », Les Echos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Les actionnaires de Vivalis SA et d'Intercell AG approuvent la fusion entre égaux proposée pour créer Valneva SE », Boursorama,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. a et b Catherine Ducruet, « Vaccin Covid : lassé par Bruxelles, Valneva veut désormais négocier avec chaque pays », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  6. « Etats-Unis : l'opérateur T-Mobile victime d'une importante cyberattaque », sur Les Echos, (consulté le )
  7. « Covid-19 : le Royaume-Uni résilie son contrat avec Valneva », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « Covid : Valneva flambe en Bourse après des résultats positifs pour son candidat-vaccin », sur Les Echos, (consulté le )
  9. a b c d et e Catherine Ducruet, « Covid : Valneva, la biotech française qui va livrer ses premiers vaccins en Angleterre », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  10. « Covid-19. Premiers résultats encourageants pour le candidat vaccin français de Valneva », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. « Résultats avancés avec AstraZeneca », Investir, no 2501,‎ , p. 19
  12. « Valneva : L'accord avec l’État britannique pour son vaccin Covid-19 propulse l'action Valneva »,
  13. « Vaccin : pourquoi le Royaume-Uni a résilié un contrat de 100 millions de doses avec Valneva », sur LExpress.fr, (consulté le )
  14. « Valneva se tourne vers des discussions bilatérales pour la fourniture de son vaccin inactivé et adjuvanté contre la COVID-19, VLA2001 »,
  15. « [Vaccin anti Covid-19] Le coup de poker de Valneva... et la réponse de la France », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. Zeliha Chaffin, « Le vaccin de Valneva contre le Covid-19 décroche une commande de l’Union européenne », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Le franco-autrichien Valneva démarre la production de son vaccin anti-Covid en Ecosse », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. Catherine Ducruet, « Bientôt un vaccin français contre le Chikungunya », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Le franco-autrichien Valneva évoque des résultats positifs pour son vaccin contre le chikungunya », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « VALNEVA obtient le statut PRIME de l'Europe pour son candidat vaccin contre le chikungunya »,
  21. « Clostridium difficile - VLA84 - Valneva » (consulté le )
  22. Guillaume Bayre, « Principal critère atteint dans l'essai de phase 2 du vaccin de Valneva contre C. difficile », sur BiotechBourse, (consulté le )
  23. Zone Bourse, « VALNEVA : Le candidat vaccin de Valneva contre le Pseudomonas Aeruginosa (VLA43) n'a pas confirmé son efficacité en Phase II/III | Zone bourse », sur www.zonebourse.com (consulté le )
  24. Tessie B. McNeely, Najaf A. Shah, Arthur Fridman et Amita Joshi, « Mortality among recipients of the Merck V710 Staphylococcus aureus vaccine after postoperative S. aureus infections: an analysis of possible contributing host factors », Human Vaccines & Immunotherapeutics, vol. 10, no 12,‎ , p. 3513–3516 (ISSN 2164-554X, PMID 25483690, PMCID 4514053, DOI 10.4161/hv.34407, lire en ligne, consulté le )
  25. « Essais cliniques sur Hépatite C chronique: IC41 - Registre des essais cliniques - ICH GCP », sur ichgcp.net (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]