Traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Traité de Paris (1951))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir traité de Paris.
Traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier
Signature
Lieu de signature Paris
Entrée en vigueur
Dépositaire Gouvernement français
Langues

Wikisource logo Voir le traité sur Wikisource

Le traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA), aussi appelé traité de Paris, est signé le par la République fédérale d'Allemagne (RFA), la Belgique, la France, l'Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas pour une durée de 50 ans. Il est entré en vigueur le [1] et est arrivé à expiration le .

Ce traité est considéré comme l'un des actes fondateurs de l'Union européenne.

Historique[modifier | modifier le code]

Contexte : motivations du traité[modifier | modifier le code]

La structure institutionnelle du traité résulte des motivations de leurs auteurs ainsi que de la volonté des États membres au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Par conséquent, la négociation du traité combine trois motivations principales : la paix, la prospérité et l'idée d'Europe[2].

La première motivation, la paix, s'exprime dans la volonté de priver les six États fondateurs des moyens de se faire la guerre[2]. Cette « privation » prend la forme d'une mutualisation des marchés du charbon et de l'acier, alors matériaux nécessaires à l'armement, qui seraient gérés au sein d'une « structure empêchant les dérives militaristes et favorisant […] la coopération entre les élites et la vie en commun des peuples »[2]. Ce modèle est aussi présent dans les traités établissant la Communauté européenne de l'énergie atomique et Communauté économique européenne[2]. Cette motivation implique la mise en place progressive d'une « solidarité de fait » entre les Européens[3]. Le traité reflète cela et les compétences conférées aux institutions sont le contraire de celles données aux fédérations, c'est ainsi que là où les fédérations sont compétentes en matière de défense, de justice, de politique, de monnaie et des affaires étrangères, la CECA n'est compétente qu'en matière économique (marché commun du charbon et de l'acier, certaines compétences liées aux travailleurs de ce secteur, etc.)[3].

La seconde motivation est la prospérité, c'est-à-dire, au lendemain de la Secondaire Guerre mondiale, la reconstruction et le développement économique[3].

Dispositions originale[modifier | modifier le code]

Il organise la mise en commun de la production et la consommation du charbon et de l’acier entre les six pays signataires en instituant la communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA).

Fondation de la Communauté[modifier | modifier le code]

Personnalité juridique[modifier | modifier le code]

La Communauté est créée par l'article premier du traité[4]. Elle a la personnalité juridique[5].

L'article 6, alinéa 2 donne à la Communauté la capacité juridique nécessaire à l'exercice de ses fonctions et atteindre ses objectifs sur la scène internationale[5].

En interne, la Communauté « jouit de la capacité juridique la plus large reconnue aux personnes morales nationales »[5].

Objectifs[modifier | modifier le code]

L'article 1 du traité précise notamment qu'elle est fondée sur trois éléments : le marché commun, des objectifs communs et des institutions communes[4]. Ces objectifs communs sont la contribution à « l'expansion économique, au développement de l'emploi et au relèvement du niveau de vie dans les États membres ». Elle veille à ce que la recherche de la productivité et la rationalisation de la production ne nuisent pas à l'emploi et ne causent des troubles fondamentaux et persistants aux économies des États membres[6].

Afin d'atteindre ces objectifs, les institutions doivent notamment assurer l'approvisionnement du marché commun, assurer l'accès égal aux sources de production aux utilisateurs du marché commun, assurer le prix le plus bas (et qu'il n'ait pas de conséquence tel que la hausse des prix dans un autre secteur non couvert par les traités et sur les rémunérations), assurer le développement et l’amélioration du potentiel de production de production des entreprises, promouvoir l'amélioration des conditions de vies et de travail de la main-d’œuvre, promouvoir les échanges internationaux et promouvoir l’extension et la modernisation de la production et de la qualité afin d'éviter de devoir mettre en place des mécanismes de protection face à la concurrence[7].

Ainsi le traité CECA contient des dispositions relatives à la « sécurité d'approvisionnement », qui est un concept clef de la politique énergétique de l'Union européenne telle qu'elle s'est développée par la suite[8].

Établissement du cadre institutionnel[modifier | modifier le code]

Le traité établit quatre institutions : la Haute Autorité, l'Assemblée commune, le Conseil spécial de ministres et la Cour de justice[9]. L'article 7 du traité dispose notamment que la Haute Autorité est assistée par un Comité consultatif[9].

La Haute Autorité est composé de 9 membres dont huit sont nommés par les États membres et un par cooptation[10]. Il s'agit d'une institution supranationale dont les délibérations sont adoptées à la majorité[11]. Elle peut adopter quatre types d'actes : des décisions (obligatoires, à l'instar des règlement), des recommandations (similaires aux directives) et des avis[12]. Le traité prévoit un président et un vice-président élu pour deux ans[13], toutefois la pratique a rajouté un second vice-président[14].

Marché commun[modifier | modifier le code]

Le traité dispose que certains éléments visant à limiter la concurrence sont interdits au sein du marché commun[15] :

  • les droits d'entrée ou de sortie, ou taxes d'effet équivalent, et les restrictions quantitatives à la circulation des produits ;
  • les mesures ou pratiques établissant une discrimination entre producteurs, entre acheteurs ou entre utilisateurs ;
  • les subventions ou aides accordées par les États ou les charges spéciales qu'ils imposent ;
  • les pratiques restrictives tendant à la répartition ou à l'exploitation des marchés.

En ce sens, l'approvisionnement du marché commun était un des principaux objectifs de la CECA. Il s'agit de la première apparition de la notion de « sécurité d'approvisionnement » dans ce qui deviendra le droit de l'Union[8].

1957 : institutions communes des Communautés européennes[modifier | modifier le code]

Le traité instituant la Communauté économique européenne était accompagné de conventions et protocoles modifiant le traité CECA, en particulier la Convention relative à certaines institutions communes aux Communautés européennes[16]. Ce traité abroge certaines dispositions et les remplace :

  • l'article 21 du traité, sur le nombre de député, est remplacé : le nombre de député est augmenté proportionnellement au nombre d'origine[17]. Le texte rappelle la volonté de procéder à l'élection au suffrage universel direct des députés[17].
  • l'article 32 du traité, sur la Cour de justice, est abrogé et remplacé par les articles 32, 32 bis, 32 ter, 32 quater sur la composition et l'organisation de la Cour de justice[18]. En conséquence, le protocole sur le statut de la Cour de justice annexé au traité est abrogé car il n'est pas conforme aux nouvelles dispositions. En lieu est place de ce protocole, le protocole sur le statut de la Cour de justice s'applique[19].
  • en termes de financement, l'article 6 de la Convention dispose que les dépenses de fonctionnement de ces institutions sont réparties de façon égale entre les trois Communautés[20].

1965 : modifications apportées par le traité de fusion[modifier | modifier le code]

Le traité de fusion des exécutifs communautaires apportent plusieurs modifications au traité CECA ainsi qu'au traité Euratom et au traité CEE : la création du Conseil des Communautés européennes, la création de la Commission des Communautés européennes, certaines dispositions financières liées à la fusion et la création du statut de fonctionnaires et agents des Communautés européennes, résultant de la fusion également[21]. Le traité contient également des modifications dans un chapitre « dispositions générales et finales »[21].

Au sujet du Conseil, le traité dispose que le Conseil spécial de ministres de la Communauté européenne du charbon et de l'acier, le Conseil de la Communauté économique européenne et le Conseil de la Communauté européenne de l'énergie atomique allaient fusionner en un Conseil des Communautés européennes[22]. En dépit de cette fusion, le Conseil conserve les compétences décrites dans chacun des traités et les exerce selon les procédures adaptées de chacun d'eux[22]. Les règles concernant les présidences tournantes du Conseil, les convocations des sessions et le règlement intérieur sont rappelées[23]. Du fait de l'influence du traité CEE, le traité de fusion prévoit la création du Coreper et apporte de vagues éléments quant à ses fonctions[24]. Enfin, les articles 27 (composition et présidence du Conseil), 28 alinéa 1 (convocation des réunions), 29 (fixation des indemnités) et 30 (règlement intérieur) du traité CEE sont abrogés pour être respectivement remplacé par le contenu des articles 2 (composition du Conseil), 3 (convocation des réunions), 6 (fixation des indemnités) et 5 (règlement intérieur) du traité de fusion[25]. L'article 28 est modifié plus en profondeur par l'article 8 du traité de fusion[26]. L'alinéa 3 de l'article 28 est modifié et inclut la notion de consensus négatif, c'est-à-dire qu'une abstention ne rends pas l'unanimité nulle et permet l'adoption de la décision[27]. La règle de la majorité prévue à l'article 28 alinéa 4 est également modifiée et ne requiert que la majorité absolue des représentants des États membres, y compris un représentant dont l’État membre assure au moins 1/6 de la production de charbon et d'acier de la Communauté (auparavant, il s'agissait de 20 %)[28]. Enfin, le protocole relatif au statut de la Cour de justice est également modifié : les articles 5 et 15, concernant respectivement les droits pécuniaires et les indemnités du greffier, sont abrogés. Les articles 16, 20 alinéa 3, 28 alinéa 5 et 44 sont également sont également modifiés[29].

En ce qui concerne la Haute Autorité, le traité dispose que la Haute Autorité de la Communauté européenne du charbon et de l'acier, la Commission de la Communauté économique européenne et la Commission de la Communauté européenne de l'énergie atomique allaient fusionner en une Commission des Communautés européennes[30]. De manière similaire au Conseil, la Commission ne voit pas ses compétences modifiées et conserve celles qui lui sont attribuées en vertu de chaque traité[30]. Les articles 9 à 13, 16 alinéa 3, 17 et 18 alinéa 6 du traité sont abrogés et remplacé par leurs articles correspondant de 10 à 17 du traité modificatif[31].

Afin de prendre acte de la fusion des institutions, les dépenses administratives de la CECA et les dépenses et recettes de la CEE et de l'Euratom, à l'exception de l'Agence d'approvisionnement de la Communauté européenne de l'énergie atomique, doivent être inscrite au budget des Communautés européennes[32]. Le budget doit être équilibré en recette et en dépense[32]. L'article 78 du traité CECA est abrogé et remplacé par les articles 78 à 78 septimo[33].

1970 : modifications de dispositions budgétaires[modifier | modifier le code]

1975 : modifications de dispositions financières[modifier | modifier le code]

1984 : modification du statut du Groenland[modifier | modifier le code]

1986 : Acte unique européen[modifier | modifier le code]

1992 : modifications du traité de Maastricht[modifier | modifier le code]

1997 : modifications du traité d'Amsterdam[modifier | modifier le code]

2001 : modification du traité de Nice[modifier | modifier le code]

Expiration du traité[modifier | modifier le code]

L'article 97 du traité prévoyait une durée de validité de 50 ans[34]. Après un débat sur son possible renouvellement ou une solution de compromis, le traité expira en 2002 et ses règles furent transférées à la Communauté européenne[35].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Signature 
Entrée en vigueur 
Nom du traité 
1948
1948
Traité de Bruxelles
1951
1952
Traité CECA
1954
1955
Accords de Paris
1957
1958
TICE
Traité Euratom
1965
1967
Traité de fusion
1975
1976
institution officieuse
1986
1987
Acte unique européen
1992
1993
Traité de Maastricht
(TUE et TCE)
1997
1999
Traité d'Amsterdam
(TUE et TCE)
2001
2003
Traité de Nice
(TUE et TCE)
2007
2009
Traité de Lisbonne
Pix.gif Pix.gif Pix.gif Pix.gif Pix.gif Pix.gif Pix.gif Pix.gif
                       
Les trois piliers de l'Union européenne  
Communautés européennes  
Communauté européenne de
l'énergie atomique
(Euratom)
Communauté européenne du
charbon et de l'acier
(CECA)
dissoute en 2002 Union européenne (UE)
    Communauté économique
européenne
(CEE)
Communauté européenne (CE)
    TREVI Justice et affaires intérieures (JAI)  
  Coopération policière et judiciaire en matière pénale (CPJMP)
  Coopération politique européenne (CPE) Politique étrangère et de sécurité commune (PESC)
D'abord inactive Union de l'Europe occidentale (UEO)    
Dissoute en 2011  
                     

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. CVCE - 2002
  2. a, b, c et d Brack et Costa 2014, p. 30
  3. a, b et c Brack et Costa 2014, p. 31
  4. a et b Article 1 du traité CECA
  5. a, b et c Article 6 du traité CECA
  6. Article 2 du traité CECA
  7. Article 3 du traité CECA
  8. a et b Andoura, Hancher et Van Der Woude 2010, p. 8
  9. a et b Article 7 du traité CECA
  10. Article 10 du traité CECA
  11. Article 13 du traité CECA
  12. Article 14 du traité CECA
  13. Article 11 du traité CECA
  14. Le Monde - 9 août 1952
  15. Article 4 du traité CECA
  16. Convention relative aux institutions communes de 1957
  17. a et b Article 2(2) de la Convention relative aux institutions communes de 1957
  18. Article 4(2) de la Convention relative aux institutions communes de 1957
  19. Article 4(2)(b) de la Convention relative aux institutions communes de 1957
  20. Article 6 de la Convention relative aux institutions communes de 1957
  21. a et b Traité de fusion - 8 avril 1965
  22. a et b Article premier du traité de fusion
  23. Articles 2, 3 et 5 du traité de fusion
  24. Article 4 du traité de fusion
  25. Article 7 du traité de fusion
  26. Article 8 du traité de fusion
  27. Article 8(2)(a) du traité de fusion
  28. Article 8(2)(b) du traité de fusion
  29. Article 8(3) du traité de fusion
  30. a et b Article 9 du traité de fusion
  31. Article 19 du traité de fusion
  32. a et b Article 20 du traité de fusion
  33. Article 21 du traité de fusion
  34. Article 97 du traité CECA
  35. Traité CECA - EUR-Lex

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier, (lire en ligne)
  • Traité instituant un Conseil unique et une Commission unique des Communautés européennes, EUR-Lex, (lire en ligne)
  • Convention relative à certaines institutions communes aux Communautés européennes, EUR-Lex, (lire en ligne)
  • Nathalie Brack et Olivier Costa, Le fonctionnement de l'Union européenne, Université libre de Bruxelles, , 2e éd. (ISBN 978-2-8004-1547-5)
  • « Cérémonie pour l'expiration du traité CECA », sur CVCE, Bruxelles,‎
  • « Les neuf membres de la Haute Autorité du pool charbon-acier abandonnent toutes leurs attributions nationales », Le Monde, Centre virtuel de la connaissance sur l'Europe,‎ (lire en ligne)
  • Rapport de la Délégation française sur le Traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier la Convention relative aux dispositions transitoires signés à Paris le 18 avril 1951, Ministère des Affaires étrangères,
  • Sami Andoura, Leigh Hancher et Marc Van Der Woude (préf. Jacques Delors), « Vers une Communauté européenne de l'énergie : un projet politique », Notre Europe,‎
  • « Traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier », sur EUR-Lex (consulté le 23 mars 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]