Dette publique des États de la zone euro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article traite de la dette publique des États de la zone euro en pourcentage du produit intérieur brut (PIB), ainsi qu'en chiffres nominaux et par habitant (en euros), en se basant sur les statistiques publiées en avril 2019 par Eurostat (dettes de l'année 2018) .

Principes[modifier | modifier le code]

La mise en place de l'euro correspond à la mise en place d'une discipline budgétaire, conformément à l'article 126 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne. Les textes communautaires veulent donc encadrer la dette.

Le périmètre de la dette[modifier | modifier le code]

L'approche communautaire est une approche globale qui va intégrer l'ensemble des administrations publiques et interdit tout transfert entre les administrations publiques.

Les obligations résultant du droit communautaire[modifier | modifier le code]

Situation à la fin de l'année 2018 :
  • Pays respectant les critères de Maastricht.
  • Pays respectant les critères sur un point seulement.
  • Pays avec dette et déficit public modérés.
  • Pays avec déficit public modéré.
  • Pays avec dette et déficit public forts.
  • Pays avec déficit et dette très forts, pays en difficulté.
Article détaillé : Critères de Maastricht.
Article connexe : Two-pack.

Les quatre critères de convergence sont définis dans l'article 121 du traité instituant la Communauté européenne[1], ils imposent la maîtrise de l'inflation, de la dette publique et du déficit public, la stabilité du taux de change et la convergence des taux d'intérêt.

Les seuils à respecter sont les suivants :

Ces seuils sont assortis d'une procédure d'alerte en cas de déficit ou de rapprochement. Cela oblige les États à faire des propositions et essayer de revenir en dessous des niveaux requis, afin que la dette puisse être soutenable. En cas de manquement, des sanctions juridiques pourraient être appliquées[2].

Dettes par États[modifier | modifier le code]

La dette des pays de l'Union européenne s'élève, en 2018, à 12 715 milliards d'euros, soit 80,0 % du PIB total des 28 pays membres. Pour la seule zone euro, la dette s'élève à 9 859 milliards d'euros, soit 85,1 % du PIB total des 19 pays membres.

Dette publique des états de l'Union européenne en 2018
Pays
unité
Dette publique/PIB
%
Dette publique/habitant
Population
millions
Dette publique
milliards €
Drapeau de la Grèce Grèce 181,1 31 149 10,7 335
Drapeau de l'Italie Italie 132,2 38 390 60,5 2 322
Drapeau du Portugal Portugal 121,5 23 798 10,3 245
Drapeau de Chypre Chypre 102,5 24 604 0,86 18,7
Drapeau de la Belgique Belgique 102,0 40 324 11,4 460
Drapeau de l'Irlande Irlande 64,8 42 694 4,8 206
Drapeau de l'Espagne Espagne 97,1 25 140 46,7 1 173
Drapeau de la France France 98,4 34 595 66,9 2 315
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 86,8 31 758 66,2 2 105
Drapeau de l'Autriche Autriche 73,8 32 275 8,8 285
Drapeau de la Croatie Croatie 74,6 9 352 4,2 38,4
Drapeau de la Slovénie Slovénie 70,1 15 601 2,1 32,2
Drapeau de la Hongrie Hongrie 70,8 9 389 9,8 91,7
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 60,9 24 920 82,8 2 063
Drapeau de la Finlande Finlande 58,9 24 949 5,5 138
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 52,4 23 597 17,2 405
Drapeau de Malte Malte 46,0 11 901 0,48 5,7
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 48,9 8 110 5,4 44,1
Drapeau de la Pologne Pologne 48,9 6 329 38,0 240
Drapeau de la Suède Suède 38,8 17 074 10,1 173
Drapeau de la Lituanie Lituanie 34,2 5 489 2,8 15,4
Drapeau de la Lettonie Lettonie 35,9 5 485 2,0 10,6
Drapeau du Danemark Danemark 34,1 17 545 5,8 101
Drapeau de la Roumanie Roumanie 35,0 3 549 19,5 69,3
Drapeau de la République tchèque Tchéquie 32,7 6 359 10,6 67,4
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 22,6 1 772 7,1 12,5
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 21,4 20 909 0,6 12,6
Drapeau de l'Estonie Estonie 8,4 1 631 1,32 2,2
Drapeau de l’Union européenne Union européenne (moyenne/total) 80,0 24 816 512,4 12 715
Sources : Eurostat[3],[4]

Un vaste programme de rachat de dette souveraine des États membres de l'UE est prévue en vue de la relance de la croissance européenne. Le curseur est placé à 60 milliards d'euros par mois et ce pendant plus d'une année jusqu'en septembre 2016 et en tout état de cause jusqu'à ce que l'inflation soit revenue sur une trajectoire en phase avec l'objectif d'être proche de 2 %. En mars 2015, l'Eurosystème commencera ainsi à racheter les titres d'investissement libellés en euros émis par les gouvernements de la zone euro, les agences et les institutions de l'UE, ceci sur le marché secondaire, a indiqué Mario Draghi. Ceci n'aura aucune incidence directe sur la dette des états, qui ne fera que changer de créancier, mais injectera plus de 1 100 milliards d'euros de liquidités dans l'économie européenne.

Graphiques[modifier | modifier le code]

Dettes publiques des états européens en % du PIB en 2014.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]