Marie Charrel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie Charrel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Site web

Marie Charrel est une romancière et journaliste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 2006, Marie Charrel, diplômée de l'IPJ, devient lauréate de l'académie Prisma[1]. Elle intègre ainsi la rédaction du magazine Capital.

En 2010, Plon publie son premier roman Une fois ne compte pas. Le roman reçoit un accueil enthousiaste de la critique[2],[3].

En 2013, elle rejoint Le Monde pour suivre la politique monétaire internationale et l'économie européenne.

En 2014, Plon publie L'enfant tombée des rêves. Ce second roman reçoit des critiques positives[4],[5]. Le roman sort en version Pocket en 2016.

En 2016, les Éditions Rue Fromentin publient Les Enfants Indociles[6]. Le roman sort en version Pocket en 2017.

En 2017, Fleuve éditions publie Je suis ici pour vaincre la nuit. Yo Laur (1879-1944), un roman inspiré du destin de la peintre Yo Laur, aventurière, arrière-grand-tante de l'autrice, déportée à Ravensbrück.

En 2018, Fleuve éditions publie Une nuit avec Jean Seberg[7],[8],[9].

En 2018, Marie Charrel, ancienne étudiante de l'Institut d'études politiques de Grenoble, contribue au recueil de nouvelles L'Institut publié par les éditions Presses universitaires de Grenoble (PUG)[10],[11],[12].

En 2019, elle participe au recueil de nouvelles policières On tue la Une, diffusé au Québec, par les éditions Druide[13],[14].

Son sixième roman, Les danseurs de l'aube[15],[16],[17], paraît aux éditions de l'Observatoire en janvier 2021, inspiré de l'histoire vraie d'un couple de danseurs de flamenco des années 1930, un frère et un sœur séparés par le Nazisme. Le roman est sélectionné pour le prix de la Maison de la Presse 2021[18] et le prix de l'Instant[19].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Contributions à des recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

Prix de journalisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Promotion 2006 de l'Académie Prisma Presse, 3 juillet 2006
  2. Marie Charrel, la face claire, Marie Claire, Emmanuelle de Boysson, juin 2010
  3. Premier roman Une fois ne compte pas, Biba, juin 2010
  4. Chronique de l'Enfant tombée des rêves, Elle, Mathilde Dondeyne, 3 avril 2014
  5. L'Enfant tombée des rêves, Le Monde des Livres, 11 avril 2014
  6. « Les brèves critiques du « Monde des livres » », sur Le Monde.fr (consulté le 23 mai 2016)
  7. Lauren Malka, « Une nuit avec Jean Seberg - Très chères causes », Causette #93,‎ .
  8. « Une nuit avec Jean Seberg », L'Obs,‎ .
  9. Adeline Fleury, « Rien ne s'oppose à cette nuit », Le Parisien Week-End,‎ .
  10. « L'institut, PUG »
  11. « L'institut, France Bleu Isère, 20 octobre 2018 »
  12. « L'institut, Place Grenet. »
  13. « On tue la une », sur www.editionsdruide.com (consulté le 20 janvier 2020)
  14. « Ces journalistes qui écrivent sur le journalisme... », sur La Presse, (consulté le 20 janvier 2020)
  15. « Vengeaaaaance ! », sur Europe 1 (consulté le 16 mars 2021)
  16. « Florence Cestac, Caroline De Mulder, Rainer Maria Rilke, Leïla Slimani… Les brèves critiques du « Monde des livres » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mars 2021)
  17. « Les corps résistants - Ernest Mag », sur Ernest, (consulté le 16 mars 2021)
  18. « Une première sélection pour le Prix Maison de la Presse 2021 », sur ActuaLitté.com (consulté le 16 mars 2021)
  19. « Première sélection pour le Prix de l'Instant 2020 », sur ActuaLitté.com (consulté le 16 mars 2021)
  20. Marie Charrel, Catherine Le Gall et Benjamin Adam récipiendaires du Prix du Meilleur Article Financier 2015, 8 avril 2015
  21. Prix reçus par les anciens de l'IPJ Paris-Dauphine
  22. Les lauréats 2006 du prix AJIS

Liens externes[modifier | modifier le code]