Paul Mirguet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paul Mirguet
Illustration.
Fonctions
Député français

(4 ans)
Gouvernement Ve République
Groupe politique UNR
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Failly (France)
Date de décès (à 89 ans)
Lieu de décès Metz (France)
Nationalité Française
Résidence Moselle

Paul Mirguet, né le à Failly et mort le à Metz en France, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Mirguet naît le à Failly, petit village près de Metz. Ses parents sont paysans. Impressionné par son potentiel, le maître d'école du village insiste auprès de la famille pour qu'il poursuive des études. Il prend donc le train tous les jours pour étudier à Metz.Avant la Seconde Guerre mondiale il travaille dans le commerce de la viande[réf. nécessaire].

Résistance lors de la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de la bataille de France, il est mobilisé à bord d'un dragueur de mines. Après l'armistice, il retourne en Moselle avant d'être expulsé avec les autres habitants du village de Failly en .

Il arrive dans la région du Blanc en 1941 pour des raisons professionnelles. Dynamique, entreprenant et courageux, Paul Mirguet y organise un mouvement de Résistance en 1942 sous le pseudonyme « Surcouf » et intègre l'Armée secrète en 1943. Il entre dans la clandestinité à la fin de cette année[1]. Il dirige la section du département de l'Indre de l'Armée secrète après l'arrestation du capitaine René « Carpi » Antoine le [2],[3].

Il rencontre Pierrette Marx, d'origine juive, qu'il épouse. Elle aussi doit se cacher. Ils ont deux enfants, Jean-Charles et Marie-Christine.

Après la Libération, il est chargé de la logistique pour réapprovisionner la population. Ensuite, il quitte l'administration pour travailler à nouveau dans le commerce de la viande[réf. nécessaire].

Vie politique[modifier | modifier le code]

En 1947, Paul Mirguet est élu conseiller municipal à la mairie de Metz sur la liste du Rassemblement du peuple français.

Élu de l'Union pour la nouvelle République, il est député de la Moselle pendant la Ire législature de la Cinquième République française du au [4].

Paul Mirguet est connu pour être à l'origine de l'amendement Mirguet, voté le le , un texte visant à prendre « toutes mesures propres à lutter contre l'homosexualité »[5], classée comme « fléau social », et votée dans le cadre d'une loi autorisant le gouvernement à légiférer par ordonnance contre l'alcoolisme et le proxénétisme. Cet amendement doublait la peine minimum pour outrage public à la pudeur quand il s’agissait de rapports homosexuels. Cette disposition a été supprimée en 1980[6] sur proposition du gouvernement Raymond Barre.

En 1957, il est lauréat, avec le projet « Sully », d'un concours pour la rénovation des abattoirs de la Villette.

Il meurt le à Metz.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. creban.ifrance.com.
  2. ac-orleans-tours.fr.
  3. Jean-Luc Anglès et Patrick Grosjean, « Paul Mirguet, alias Surcouf, chef de l'Armée Secrète pour le secteur du Blanc, chef de l'Armée Secrète de l'Indre », La Seconde Guerre mondiale en Pays Blancois. Revue des Amis du Blanc et de sa région, hors série no 1, novembre 2009, p. 116-121, 321 p. .
  4. assembleenationale.fr.
  5. Projet de loi n°60-733, sous-amendement n°9 sur l'article 38.
  6. Loi no 80-1041 du « relative à la répression du viol et de certains attentats aux mœurs ».