Creuse (affluent de la Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

la Creuse
Image illustrative de l’article Creuse (affluent de la Vienne)
La Creuse au pont Noir à Gargilesse-Dampierre en 2017.
Image illustrative de l’article Creuse (affluent de la Vienne)
Cours de la Creuse (Version interactive)
Caractéristiques
Longueur 263,38 km [1]
Bassin 10 279 km2
Bassin collecteur Bassin de la Loire
Débit moyen 85 m3/s (Leugny)
Nombre de Strahler 7
Régime Pluvial
Cours
Source Plateau de Millevaches
· Localisation Le Mas-d'Artige
· Altitude 811 m
· Coordonnées 45° 43′ 43″ N, 2° 10′ 47″ E
Confluence la Vienne
· Localisation Port-de-Piles
Ports
· Altitude 34 m
· Coordonnées 47° 00′ 20″ N, 0° 34′ 05″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Gartempe
Sédelle
· Rive droite Petite Creuse
Bouzanne
Claise
Esves
Suin
Rozeille
Gargilesse
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Creuse
Indre
Indre-et-Loire
Vienne
Régions traversées Nouvelle-Aquitaine
Centre-Val de Loire
Principales localités Aubusson
Sainte-Feyre
Argenton-sur-Creuse
Le Blanc
Descartes

Sources : « Sandre », Géoportail et BanqueHYdro

La Creuse est un cours d'eau français, qui coule dans les départements de la Creuse, de l'Indre, d'Indre-et-Loire et de la Vienne, en régions Centre-Val de Loire et Nouvelle-Aquitaine.

C'est un affluent de la Vienne, donc un sous-affluent de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cours[modifier | modifier le code]

Le cours d'eau à une longueur de 263,38 km[1].

Il prend sa source dans le département de la Creuse, à 811 m d'altitude, prés du lieu-dit « Chirat » (au bord de la RD 8), dans le plateau de Millevaches, sur le territoire de la commune du Mas-d'Artige[2], puis s'écoule vers le nord-ouest[1].

Son confluent avec la Vienne, se situe à 34 m d'altitude, prés du lieu-dit « Bec des Deux Eaux », sur le territoire des communes de Port-de-Piles (Vienne) et de Ports (Indre-et-Loire)[3],[1].

Départements et communes traversés[modifier | modifier le code]

La rivière traverse quatre vingt communes situés dans les départements de la Creuse, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne[1],[Note 1].

Creuse (23)[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Indre (36)[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Indre-et-Loire (37)[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Vienne (86)[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Les bassins hydrographiques sont découpés dans le référentiel national BD Carthage en éléments de plus en plus fins, emboîtés selon quatre niveaux : régions hydrographiques, secteurs, sous-secteurs et zones hydrographiques[4].

La Creuse traverse les trente[1] zones hydrographiques suivantes :

  • la Creuse de la Gartempe à la Luire ;
  • la Rozeille du rau des Cotes à la Creuse ;
  • la Vienne de la Creuse à la Bourouse ;
  • la Creuse de la Luire à la Claise ;
  • la Creuse du rau des Mazeaux au rau du Pont de Chatre ;
  • la Creuse de la Rozeille au rau de Tranloup ;
  • la Creuse du rau de Tranloup au rau de Chezalet ;
  • la Creuse du rau de Pont de Chatre à la Petite Creuse ;
  • la Creuse de la Sédelle au rau de Gargilesse ;
  • la Creuse du rau de Gargilesse à la Bouzanne ;
  • la Vienne du rau des Trois Moulins à la Creuse ;
  • la Creuse de la Petite Creuse à la Sédelle ;
  • l'Esves de la Ligoire à la Creuse ;
  • la Creuse de l'Esves à la Vienne ;
  • la Creuse de sa source à la Gionne ;
  • la Creuse de la Bouzanne à la Drouille ;
  • la Sédelle de la Brezantine à la Creuse ;
  • la Creuse du rau de Chezalet au rau des Mazeaux ;
  • la Petite Creuse du rau du Moulin de Gautrou à la Creuse ;
  • la Bouzanne du Creusanîais à la Creuse ;
  • la Claise de l'Aigronne à la Creuse ;
  • la Creuse de la Claise à l'Esves ;
  • le Suin de l'étang de la Mer Rouge à la Creuse ;
  • la Gartempe du Ris à la Creuse ;
  • la Creuse de la Drouille au Brion ;
  • la Creuse du Suin à la Gartempe ;
  • la Luire & ses affluents ;
  • la Creuse du Brion au rau de Saint Victor ;
  • la Creuse du rau de Saint Victor au Suin ;
  • la Creuse de la Gionne à la Rozeille.

Son bassin versant à une superficie totale de 1 693 km2[1] et est constitué à 70,67 % de « territoires agricoles », à 25,00 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 3,76 % de « territoires artificialisés », à 0,55 % de « surfaces en eau » et à 0.02 % de « zones humides »[1]. Il s'insère dans les zones hydrographiques « La Creuse de la Gartempe à la Luire, La Creuse de la Luire à la Claise, La Creuse du rau des Mazeaux au rau du Pont de Chatre, La Creuse de la Rozeille au rau de Tranloup, La Creuse du rau de Tranloup au rau de Chezalet, La Creuse du rau de Pont de Chatre à la Petite Creuse, La Creuse de la Sédelle au rau de Gargilesse, La Creuse du rau de Gargilesse à la Bouzanne, La Creuse de la Petite Creuse à la Sédelle, La Creuse de l'Esves à la Vienne, La Creuse de sa source à la Gionne, La Creuse de la Bouzanne à la Drouille, La Creuse du rau de Chezalet au rau des Mazeaux, La Claise de l'Aigronne à la Creuse, La Creuse de la Claise à l'Esves, La Creuse de la Drouille au Brion, La Creuse du Suin à la Gartempe, La Creuse du Brion au rau de Saint Victor, La Creuse du rau de Saint Victor au Suin et La Creuse de la Gionne à la Rozeille », au sein du bassin DCE plus large « La Loire, les cours d'eau côtiers vendéens et bretons et La Garonne, l'Adour, la Dordogne, la Charente et les cours d'eau côtiers charentais et aquitains »[1].

Échelle du bassin[modifier | modifier le code]

En France, la gestion de l’eau, soumise à une législation nationale et à des directives européennes, se décline par bassin hydrographique, au nombre de sept en France métropolitaine, échelle cohérente écologiquement et adaptée à une gestion des ressources en eau. La Creuse est sur le territoire du bassin Loire-Bretagne et l'organisme de gestion à l'échelle du bassin est l'agence de l'eau Loire-Bretagne[5].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

La Creuse possède cent quatre vingt trois[1] affluents.

Les affluents en rive gauche
Noms km Noms km Noms km Noms km Noms km
La Gartempe 205 Le Lardillier 9 La Gorce 4 Ruisseau des Ganiches 2 L4735100 1
La Sédelle 38 Les Chers 8 Ruisseau du Mas du Theil 4 Ruisseau de la Font Chapereau 2 L4205300 1
La Gargilesse 22 Les Grandes Courances 8 Ruisseau de Chantemilan 4 Ruisseau de Ribois 2 L4004000 1
Le Brion 17 Le Besse 7 La Rongère 4 Ruisseau du Moulin de l'Étang 2 L4734800 1
La Gioune 17 Le Félinas 7 Ruisseau du Riveau 4 Ruisseau d'Antariaux 2 L4105750 1
La Beauze 17 Le Chambéraud 7 L6024600 4 Ruisseau des Prés de la Croix Blanche 2 L6334300 1
La Luire 16 La Ribière 7 Ruisseau des Genêts 4 Ruisseau de la Roche du Ris 2 L4004300 1
Le Gourbillon 15 Le Chassidouze 7 L4014300 3 L6004200 2 L4765000 1
La Naute 14 Le Ris 7 L4114100 3 L4115800 2 L4005500 1
Le Cherpont 12 Le Chantadoux 6 Ruisseau de Grouille 3 L6305400 2 L4704700 1
Le Saint-Hilaire-la-Plaine 11 Le Gué de la Reine 6 L6305000 3 L6304050 2 L4765100 1
La Siauve 10 Ruisseau de la Combette 6 L6004000 3 Ruisseau de Valette 2 Le Rueil de la Grange Neuve 1
L'Épy 10 Ruisseau de Champotier 6 L4205740 3 L6005000 2 L4016900 1
L'Isles 10 L4734200 5 L4764200 3 Courance des Philippe 2 L4017000 1
Le Chézalet 10 Le Chirouze 5 L'Abat 3 L4216450 2 L4534400 1
La Clavière 10 Petites Courances 5 L4004100 3 L4734350 2
Le Tranloup 9 Riau de Socco 4 L4224050 3 L4545800 2
Le Fransèches 9 La Fortune 4 L4114050 2 L6304100 2
Les affluents en rive droite
Noms km Noms km Noms km Noms km Noms km
La Petite Creuse 95 L4704800 7 L6005200 4 Ruisseau de Bourlat 3 L4534150 2
La Claise 87 L4104200 7 L4734020 4 L6025000 3 L6004600 1
La Bouzanne 84 Ruisseau la Drouille 7 Ruisseau du Moulin Ratet 4 L6025100 3 L4213900 1
L'Esves 39 La Mage 7 Ruisseau la Gasne 4 L4004200 3 L6004550 1
Le Suin 36 L4106700 6 L4114000 4 L4014100 3 Ruisseau des Cotes Planes 1
La Rozeille 34 Ruisseau du Breuil 6 La Gerge 4 L4224100 2 L4015550 1
Le Bouzanteuil 12 Le Gône 6 Les Dauges 4 L4216500 2 L4216600 1
Le Grand Vicq 11 Ruisseau de la Cour 6 L6024300 4 Ruisseau de Longsagne 2 Ruisseau de Puymanteau 1
Le Bouzantin 11 L4734040 6 La Planche 4 L4117060 2 L4005550 1
Le Voutouéry 10 Le Bois 6 Ruisseau de la Fontrouille 4 L4106840 2 L4106950 1
Les Mazeaux 9 Le Chanive 6 L4715200 3 L6024360 2 L4014350 1
Ruisseau de Saint-Victor 9 Le Breuil 5 Ruisseau du Villard 3 L4535700 2 L4216940 1
Ruisseau de Follet 9 Les Chézeaux 5 Ruisseau le Léonardet 3 L4206450 2 L4764100 1
La Dejonne 8 Les Longes Fonts 5 Le Pont de Châtre 3 L6005100 2 L4216920 1
La Vallée des Bois 8 Ruisseau des Chambons 5 Le Sagnevieille 3 L4104000 2 L4226000 1
Le Saint Pardoux 8 L6004700 5 Ruisseau de Villegondry 3 L4116150 2 L4016600 0
Le Villechaud 8 L'Ourdeaux 5 L4764900 3 L6305200 2
Le Lombarteix 7 Le Ribault 5 L4116100 3 L6025050 2
L4714300 7 L4764600 5 L4534200 3 L6004900 2
Le Vigeville 7 L6024750 4 L4206900 3 Ruisseau de Linard 2

Rang de Strahler[modifier | modifier le code]

Son rang de Strahler est de sept.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Stations de mesures[modifier | modifier le code]

Felletin

Établie à 510 m[6] d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune de Felletin (Creuse). Elle fut mis en service le [6] à 12h00. C'est une station de type « station à une échelle[6] » et son statut est « station avec signification hydrologique[6] ». Son bassin-versant topographique représente 165 km2[6].

Aubusson

Établie à 438 m[7] d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune de Aubusson (Creuse). Elle fut mis en service le [7] à 12h00. C'est une station de type « station à une échelle[7] » et son statut est « station avec signification hydrologique[7] ». Son bassin-versant topographique représente 401 km2[7].

Glénic

Établie à 310 m[8] d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune de Glénic (Creuse). Elle fut mis en service le [8] à 12h00. C'est une station de type « station à une échelle[8] » et son statut est « station avec signification hydrologique[8] ». Son bassin-versant topographique représente 944 km2[8].

Fresselines

Établie à 212 m[9] d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune de Fresselines (Creuse). Elle fut mis en service le [9] à 12h00. C'est une station de type « station à une échelle[9] » et son statut est « station avec signification hydrologique[9] ». Son bassin-versant topographique représente 1 235 km2[9].

L'Indre est un cours d'eau français, qui coule dans les départements du Cher, de l'Indre et d'Indre-et-Loire, en régions Centre-Val de Loire.

Gargilesse-Dampierre

Établie à 120 m[10] d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune de Gargilesse-Dampierre (Indre). Elle fut mis en service le [10] à 00h00. C'est une station de type « station à une échelle[10] » et son statut est « station avec signification hydrologique[10] ». Son bassin-versant topographique représente 2 569 km2[10].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Argenton-sur-Creuse

Établie à 100 m[11] d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune d'Argenton-sur-Creuse (Indre). Elle fut mis en service le [11] à 00h00. C'est une station de type « station à une échelle[11] » et son statut est « station avec signification hydrologique[11] ». Son bassin-versant topographique représente 2 635 km2[11].

Saint-Gaultier

Établie à 93 m[12] d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune de Saint-Gaultier (Indre). Elle fut mis en service le [12] à 00h00. C'est une station de type « station à une échelle[12] » et son statut est « station avec signification hydrologique[12] ». Son bassin-versant topographique représente 3 259 km2[12].

Scoury

Établie à 90 m[13] d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune de Ciron (Indre), au lieu-dit Scoury. Elle fut mis en service le [13] à 12h00. C'est une station de type « station à une échelle[13] » et son statut est « station avec signification hydrologique[13] ». Son bassin-versant topographique représente 3 343 km2[13].

Le Blanc

Établie à 74 m[14] d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune du Blanc (Indre). Elle fut mis en service le [14] à 00h00. C'est une station de type « station à une échelle[14] » et son statut est « station avec signification hydrologique[14] ». Son bassin-versant topographique représente 3 577 km2[14].

Tournon-Saint-Martin

Établie à 64 m[15] d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune de Tournon-Saint-Martin (Indre). Elle fut mis en service le [15] à 14h00. C'est une station de type « station à une échelle[15] » et son statut est « station avec signification hydrologique[15] ». Son bassin-versant topographique représente 3 643 km2[15].

La Roche-Posay

Établie à 55 m[16] d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune de La Roche-Posay (Vienne). Elle fut mis en service le [16] à 00h00. C'est une station de type « station à une échelle[16] » et son statut est « station avec signification hydrologique[16] ». Son bassin-versant topographique représente 7 771 km2[16].

Leugny

Établie à 48 m[17] d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune de Leugny (Vienne). Elle fut mis en service le [17] à 00h00. C'est une station de type « station à une échelle[17] » et son statut est « station avec signification hydrologique[17] ». Son bassin-versant topographique représente 7 997 km2[17].

Le débit de la Creuse a été observé sur une période de 45 ans (1964-2008), à Leugny, localité du département de la Vienne, située peu en amont de la commune de Descartes, donc un peu avant le confluent avec la Vienne. À cet endroit le bassin versant de la rivière est de 8 020 km2, sur un total de 10 279 km2[1], soit 78 % de sa totalité. La portion du bassin non couverte par les observations est constituée avant tout des sous-bassins de la Claise et de l'Esves.

Le module de la rivière à Leugny est de 76,7 m3/s[18]. Compte tenu de ce qui précède, le débit de la Creuse à son débouché dans la Vienne est d'au moins 85 m3/s.

La Creuse présente des fluctuations saisonnières de débit moyennes, avec des hautes eaux d'hiver-printemps portant le débit mensuel moyen à un niveau de 105 à 150 m3/s, de décembre à avril inclus (maximum en février), et des basses eaux d'été de juillet à septembre, avec une baisse du débit moyen mensuel jusqu'au niveau de 21,1 m3 au mois d'août, niveau encore appréciable, il est vrai. Mais ces moyennes mensuelles cachent des oscillations périodiques plus importantes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : L6020710 - La Creuse à Leugny pour un bassin versant de 8 020 km2[18]
(données calculées sur 45 ans - 1964-2008)
Source : Banque Hydro - MEDDE
Descartes

Établie à 40 m[19] d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune de Descartes (Indre-et-Loire). Elle fut mis en service le [19] à 00h00. C'est une station de type « station à une échelle[19] » et son statut est « station avec signification hydrologique[19] ». Son bassin-versant topographique représente 0 km2[19].

Marcé-sur-Esves

Établie à 56 m[20] d'altitude, la station de mesure est située dans la commune de Marcé-sur-Esves (Indre-et-Loire). Elle fut mis en service le [20] à 10h00. C'est une station de type « station à une échelle[20] » et son statut est « station avec signification hydrologique[20] ». Son bassin-versant topographique représente 223 km2[20].

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Le VCN3 peut chuter jusque 6,3 m3, à Leugny, en cas de période quinquennale sèche.

Crues[modifier | modifier le code]

Le débit instantané maximal enregistré à la station de Leugny a été de 1 210 m3/s, le , tandis que la valeur journalière maximale avait été de 1 110 m3/s, le . En comparant ces données avec l'échelle des QIX calculés de la rivière, il apparaît que la crue de n'avait rien d'exceptionnel et a une probabilité de se reproduire à peu près tous les quinze ou seize ans.

À titre de comparaison, le QIX 10 de la Marne à l'entrée de Paris vaut 510 m3/s, tandis que son QIX 50 est de 650 m3. Le QIX 10 comme le QIX 50 de la Creuse, rivière de moindre débit moyen, sont de plus du double de ceux de la Marne, alors que le bassin versant de cette dernière est nettement plus étendu. La même comparaison avec la Seine à Alfortville nous donne pour cette dernière un QIX 10 de 1 200 m3/s et un QIX 50 de 1 600 m3, soit des valeurs quasi égales, mais pour un bassin versant de la Seine d'une étendue presque quadruple (30 800 km2) de celle de la Creuse (voir l'article concernant le débit de la Seine à Paris).

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin de la Creuse est de 303 millimètres annuellement, ce qui est un peu moindre que la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus, ainsi d'ailleurs que celle du bassin versant de la Vienne (319 millimètres). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 9,6 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

État des masses d'eau et objectifs[modifier | modifier le code]

Pour les cours d’eau, la délimitation des masses d’eau est basée principalement sur la taille du cours d’eau et la notion d’hydro-écorégion. Ces masses d’eau servent ainsi d’unité d’évaluation de l’état des eaux dans le cadre de la directive européenne[21].

La Creuse fait partie des masses d'eaux codifiée : FRGR0363a, FRGR0364a, FRGR0364b, FRGR0364d, FRGR0365b, FRGR0366a et FRGR0366b et dénommée « La Creuse et ses affluents depuis la source jusqu'à la retenue des Combes, La Creuse depuis retenue des Combes jusqu'à la confluence avec le ruisseau des Chers, La Creuse la confluence avec le ruisseau des Chers jusqu'au complexe de L'Âge, La Creuse depuis le complexe de L'Âge jusqu'au complexe d'Éguzon, La Creuse depuis le complexe d'Éguzon jusqu'à la confluence avec la Gartempe, La Creuse depuis confluence avec la Gartempe jusqu'à Descartes et La Creuse Descartes jusqu'à la confluence avec la Vienne »[Note 3].

Le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) Loire-Bretagne est un document de planification dans le domaine de l’eau. Il définit, pour une période de six ans les grandes orientations pour une gestion équilibrée de la ressource en eau ainsi que les objectifs de qualité et de quantité des eaux à atteindre dans le bassin Loire-Bretagne. L'état des lieux 2013 défini dans la SDAGE 2016 – 2021 et les objectifs à atteindre pour cette masse d'eau sont les suivants[22],[23],[24] :

Code et libélé
Code masse d'eau Libellé masse d'eau
FRGR0363a La Creuse et ses affluents depuis la source jusqu'à la retenue des Combes
FRGR0364a La Creuse depuis retenue des Combes jusqu'à la confluence avec le ruisseau des Chers
FRGR0364b La Creuse la confluence avec le ruisseau des Chers jusqu'au complexe de L'Âge
FRGR0364d La Creuse depuis le complexe de L'Âge jusqu'au complexe d'Éguzon
FRGR0365b La Creuse depuis le complexe d'Éguzon jusqu'à la confluence avec la Gartempe
FRGR0366a La Creuse depuis confluence avec la Gartempe jusqu'à Descartes
FRGR0366b La Creuse Descartes jusqu'à la confluence avec la Vienne
État écologique 2013 des cours d'eau
Écologique Biologique Physico-chimie générale Polluants spécifiques
FRGR0363a Bon état X Bon état X
FRGR0364a Bon état Bon état Moyen X
FRGR0364b Bon état Bon état Bon état X
FRGR0364d Bon état Moyen Moyen Bon état
FRGR0365b Moyen Moyen Bon état Bon état
FRGR0366a Moyen Moyen Bon état Bon état
FRGR0366b Bon état Bon état Bon état X
Objectifs 2021
Écologique Chimique Global
FRGR0363a Bon état Bon état Bon état
FRGR0364a Bon état Bon état Bon état
FRGR0364b Bon état Bon état Bon état
FRGR0364d Bon état Bon état Bon état
FRGR0365b Bon état Bon état Bon état
FRGR0366a Bon état Bon état Bon état
FRGR0366b Bon état Bon état Bon état

Histoire[modifier | modifier le code]

La Creuse (Cròsa, Creusa ou encore Cruesa en occitan[25] est attestée sous les formes : Crosa au VIIIe siècle, Chrosa en 730, Crosa en 936 et Croza en 1310[26].

On peut noter l'analogie entre la première forme du mot « creux » attestée en ancien français : cruose et la forme occitane du nom de la rivière Cruesa. En outre, le genre féminin est le plus fréquent parmi les hydronymes.

Ernest Nègre y voit un préceltique crosa « vallée profonde ». Le mot creux en français, cròs en occitan est d'origine gallo-romane. Son aire de répartition, tant en France qu'en Italie septentrionale, rend plausible une étymologie celtique[27].

La rivière a donné son hydronyme aux quatre communes d'Argenton-sur-Creuse, Néons-sur-Creuse, Saint-Rémy-sur-Creuse et Yzeures-sur-Creuse.

L'école de Crozant est située sur les rives des deux Creuses à proximité des communes de Crozant et de Fresselines, dans le département de la Creuse. C'est une école « sans maître », qui n'est rien d'autre qu'une commode appellation, imaginée ultérieurement, pour désigner tous ceux qui ont trouvé l'inspiration sur les rives de la Creuse. Claude Monet en 1889, au cours d'un séjour à Fresselines, peignait une de ses séries sur le site du confluent des deux Creuses. Il réalisera 23 toiles dans la vallée.

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Groupement d'usines d'Éguzon[modifier | modifier le code]

Le groupement d'usines d'Éguzon comprend six[28] barrages qui sont situés entre les communes d'Ahun (Creuse) et Argenton-sur-Creuse (Indre).

Au total, la puissance installée de ce groupement d’usines équivaut à 105 MW[29],[30], soit la consommation électrique moyenne d’une ville de 77 000 habitants[28],[30].

Barrage Champsanglard[modifier | modifier le code]

Le barrage Champsanglard[28],[31] se situe à 30 km en amont du barrage d'Éguzon. Il sert à la régulation de la Creuse et à la production d'électricité.

Il se situe sur le territoire des communes de Champsanglard[31] (rive droite) et Anzême[31] (rive gauche).

L'ouvrage fut mis en service en 1984.

Barrage des Chezelles[modifier | modifier le code]

Le barrage des Chezelles[28],[32] se situe à 26 km en amont du barrage d'Éguzon. Il sert à la régulation de la Creuse et à la production d'électricité.

Il se situe sur le territoire des communes du Bourg-d'Hem[32] (rive droite) et Anzême[32] (rive gauche).

L'ouvrage fut mis en service en 1985.

Barrage de L'Âge[modifier | modifier le code]

Le barrage de L'Âge[28],[33] se situe à 23 km en amont du barrage d'Éguzon. Il sert à la régulation de la Creuse et à la production d'électricité (production annuelle 45 GWh).

Il se situe sur le territoire des communes du Bourg-d'Hem[33] (rive droite) et La Celle-Dunoise[33] (rive gauche).

L'ouvrage fut mis en service en 1982.

Barrage d'Éguzon[modifier | modifier le code]

Le barrage d'Éguzon[28],[34] sert à la régulation de la Creuse et à la production d'électricité (production annuelle 101 GWh[30]).

Il se situe sur le territoire des communes de Cuzion[34] (rive droite) et Éguzon-Chantôme[34] (rive gauche).

L'ouvrage fut mis en service en 1926[30].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Barrage de La Roche-au-Moine[modifier | modifier le code]

Le barrage de La Roche-au-Moine[28],[35] se situe à 6 km en aval du barrage d'Éguzon. Il sert à la régulation de la Creuse et à la production d'électricité (production annuelle 21 GWh[30]). La Roche au Moine est une usine de démodulation[36].

Il se situe sur le territoire des communes de Gargilesse-Dampierre[35],[30] (rive droite) et Baraize[35] (rive gauche).

L'ouvrage est de type poids-rectilignes et fut mis en service en 1932[30]. La centrale quant à elle fut mise en service, le [37].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Barrage de La Roche-Bat-L'Aigue[modifier | modifier le code]

Le barrage de La Roche-Bat-L'Aigue[28],[38] se situe à 9 km en aval du barrage d'Éguzon. Il sert uniquement à la production d'électricité (production annuelle 15 GWh[30]).

Il se situe sur le territoire des communes de Badecon-le-Pin[38] (rive droite) et Ceaulmont[38] (rive gauche).

L'ouvrage est de type fil de l'eau et fut mis en service en 1977[30].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres[modifier | modifier le code]

  • Lac de Chambon (base de loisir d'Éguzon, plage de Bonnu[39], plage de Chambon[40] et plage de Fougères[41])
  • Plage de Montcocu
  • Plage de Chenet
  • Plage de Lurais
  • Canoë-kayak
  • Stade d'eau vive de Tournon-Saint-Martin[42].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Milieu naturel[modifier | modifier le code]

La Creuse et ses cours d'eau affluents de la source jusqu'à la retenue des Combes, de l'aval du barrage des Combes à la confluence du ruisseau des Chers et du complexe d'Eguzon jusqu'à la confluence avec la Vienne sont classés dans la liste 1[Note 4] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Du fait de ce classement, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux[43].

Le cours d'eau est de première catégorie [44] dans le département de la Creuse (sauf en aval de son confluent avec le « ruisseau de Fransèches » et la retenue d'eau du barrage des Combes[Note 5]). Il est de deuxième catégorie[44] sur le reste de son parcours.

Le castor d’Europe est présent sur les berges de la rivière, dans le département de l'Indre, entres les communes d'Argenton-sur-Creuse et de Tournon-Saint-Martin. Cela fait suite au passage en « espèce protégée » en 1968, puis a sa réintroductions par l'homme[45].

Réserve biologique[modifier | modifier le code]

Un cours d’eau est considéré comme réserve biologique lorsqu'il comprend une ou plusieurs zones de reproduction ou d’habitat des espèces de phytoplanctons, de macrophytes et de phytobenthos, de faune benthique invertébrée et l’ichtyofaune, et permet leur répartition dans un ou plusieurs cours d’eau du bassin versant[46]. Les réservoirs biologiques, nécessaires au maintien ou à l’atteinte du bon état écologique des cours d’eau, correspondent donc[47] :

  • à un tronçon de cours d’eau ou annexe hydraulique qui va jouer le rôle de pépinière, de « fournisseur » d’espèces susceptibles de coloniser une zone naturellement ou artificiellement appauvrie (réensemencement du milieu) ;
  • à des aires où les espèces peuvent accéder à l’ensemble des habitats naturels nécessaires à l’accomplissement des principales phases de leur cycle biologique (reproduction, abri-repos, croissance, alimentation).

Dans le cadre des travaux préparatoires à l'élaboration de ce classement au sein du SDAGE Loire-Bretagne 2016-2021, La Creuse depuis le complexe d'Éguzon jusqu'à la confluence avec la Gartempe, est répertorié comme réserve biologique, sous l'identifiant RESBIO_292. Les espèces présentes sont : la mulette perlière et la truite fario[48].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Circle-icons-globe.svg

Les coordonnées de cet article :

Ressources relatives à la géographieVoir et modifier les données sur Wikidata :


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les départements sont classés par ordre de la source du cours d'eau au confluent, les communes quant à elles sont classées par ordre alphabétiques.
  2. a b c d e f g h i j k l et m Station « Vigicrues » - Territoire Vienne-Charente-Atlantique (centre de Poitiers).
  3. Issu de la Directive cadre européenne sur l’eau (DCE) du , le découpage en masses d’eau permet d'utiliser un référentiel élémentaire unique employé par tous les pays membres de l'Union européenne. Une masse d'eau de surface est une partie distincte et significative des eaux de surface, telles qu'un lac, un réservoir, une rivière, un fleuve ou un canal, une partie de rivière, de fleuve ou de canal, une eau de transition ou une portion d’eaux côtières.
  4. Le classement en liste 1 au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  5. Entre le barrage et la passerelle de fer établie à l'extrémité amont de la retenue

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Sandre, « Fiche cours d'eau - La Creuse (L---0070) » (consulté le 4 mai 2020).
  2. « La Creuse au Mas-d'Artige » sur Géoportail (consulté le 4 mai 2020).
  3. « La Creuse à Port-de-Piles » sur Géoportail (consulté le 4 mai 2020).
  4. « Référentiel Sandre - définition zone hydrographique », sur le site du Sandre (consulté le 11 mai 2020).
  5. « Agence de l'eau Loire-Bretagne », sur le site de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne (consulté le 11 mai 2020).
  6. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à Felletin (L4010710) » (consulté le 13 janvier 2020).
  7. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à Aubusson (L4100710) » (consulté le 13 janvier 2020).
  8. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à Glénic (L4210710) » (consulté le 13 janvier 2020).
  9. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à Fresselines (L4220710) » (consulté le 13 janvier 2020).
  10. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à Gargilesse-Dampierre (L4540710) » (consulté le 13 janvier 2020).
  11. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à Argenton-sur-Creuse (L4540720) » (consulté le 13 janvier 2020).
  12. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à Saint-Gaultier (L4700710) » (consulté le 13 janvier 2020).
  13. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à Scoury (L4710710) » (consulté le 13 janvier 2020).
  14. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse au Blanc (L4730710) » (consulté le 13 janvier 2020).
  15. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à Tournon-Saint-Martin (L4730720) » (consulté le 13 janvier 2020).
  16. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à La Roche-Posay (L6000710) » (consulté le 13 janvier 2020).
  17. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à Leugny (L6020710) » (consulté le 13 janvier 2020).
  18. a et b Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à Leugny (L6020710) » (consulté le 4 mai 2020)
  19. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à Descartes (L6300710) » (consulté le 13 janvier 2020).
  20. a b c d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Creuse à Marcé-sur-Esves (L6323010) » (consulté le 13 janvier 2020).
  21. « La Directive-cadre européenne sur l'eau » [PDF], sur le site de la Commission européenne (consulté le 11 mai 2020).
  22. « État 2013 publié en 2015 des masses d’eau du bassin Loire-Bretagne établi en application de la Directive Cadre sur l’Eau : Synthèse » [PDF], sur le site de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne (consulté le 11 mai 2020).
  23. « État 2013 publié en 2015 des masses d’eau du bassin Loire-Bretagne établi en application de la Directive Cadre sur l’Eau : Rapport complet » [PDF], sur le site de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne (consulté le 11 mai 2020).
  24. « Etat 2013 des cours d'eau : Tableaux », sur le site de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne (consulté le 11 mai 2020).
  25. « Creuse », sur le site du Dictionnaire et Cours d'Occitan (consulté le 4 mai 2020).
  26. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1, Librairie Droz, , p. 49.
  27. « Creux », sur le site du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (consulté le 4 mai 2020).
  28. a b c d e f g et h « Barrage et usine d'Éguzon » [PDF], sur le site d'Électricité de France (consulté le 4 mai 2020).
  29. J-FL, « ERDF promeut l'énergie renouvelable », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2020).
  30. a b c d e f g h et i Jean-Michel Bonnin, « La double fonction d'une chaîne de barrages », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2020).
  31. a b et c « Champsanglard » sur Géoportail (consulté le 12 janvier 2020).
  32. a b et c « Les Chezelles » sur Géoportail (consulté le 12 janvier 2020).
  33. a b et c « Barrage-usine de L'Âge » sur Géoportail (consulté le 12 janvier 2020).
  34. a b et c « Barrage d'Éguzon » sur Géoportail (consulté le 12 janvier 2020).
  35. a b et c « Barrage de La Roche-au-Moine » sur Géoportail (consulté le 12 janvier 2020).
  36. Maxime Escot, « 700.000 investis sur un barrage de la vallée de la Creuse », La Montagne, Creuse,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2020).
  37. Décret n° 2012-264 du 22 février 2012 approuvant la convention et le cahier des charges de concession par l'État à Électricité de France SA de l'exploitation des chutes d'Eguzon et de la Roche-au-Moine sur le territoire des départements de l'Indre et de la Creuse.
  38. a b et c « Barrage de La Roche-Bat-L'Aigue » sur Géoportail (consulté le 12 janvier 2020).
  39. « Plage de Bonnu », sur le site de l'Office de tourisme d'Éguzon Val de Creuse (consulté le 12 janvier 2020).
  40. « Plage de Chambon », sur le site de l'Office de tourisme d'Éguzon Val de Creuse (consulté le 12 janvier 2020).
  41. « Plage de Fougères », sur le site de l'Office de tourisme d'Éguzon Val de Creuse (consulté le 12 janvier 2020).
  42. « Stade d'eau vive de Tournon-Saint-Martin », sur le site d'Hydrostadium (consulté le 4 mai 2020).
  43. Arrêté du 10 juillet 2012, portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne.
  44. a et b Décret n°58-873 du 16 septembre 1958, déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories.
  45. Jean-Luc Pavot, « Dans l'Indre, la difficile cohabitation du castor et de l'homme », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2020)
  46. Code de l'environnement - Article R214-108.
  47. Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, « Plan d'actions pour la restauration de la continuité écologique des cours d'eau (Parce) » [PDF], sur le site de Vie publique, (consulté le 14 avril 2020).
  48. « Liste des réserves biologiques dans le bassin Loire-Bretagne », sur le site du Ministère de la Transition écologique et solidaire (consulté le 14 avril 2020).