Dolore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

la Dolore
Illustration
la Dolore en aval du barrage de Chalas, à Arlanc
Carte.
Arrondissement d'Ambert dans le Puy-de-Dôme
Caractéristiques
Longueur 37,1 km [1]
Bassin 130 km2 [1]
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 1,16 m3/s (Mayres) [2]
Nombre de Strahler 3
Régime pluvio-nival
Cours
Source entre les lieux dits les Communaux et les Thioles selon le SANDRE
· Localisation Fournols
· Altitude 1 002 m
· Coordonnées 45° 32′ 37″ N, 3° 34′ 18″ E
Origine selon l'IGN, Géoportail et OpenStreetMap
· Localisation Saint-Éloy-la-Glacière
· Altitude 1 037 m
· Coordonnées 45° 33′ 45″ N, 3° 34′ 33″ E
Confluence la Dore
· Localisation Marsac-en-Livradois
· Altitude 546 m
· Coordonnées 45° 27′ 06″ N, 3° 43′ 58″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche la Palle, les Bargues
· Rive droite le Forestier,
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Cantons les Monts du Livradois, Ambert
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes

Sources : SANDRE:« K2834000 », Géoportail, Banque Hydro, OpenStreetMap

La Dolore est une rivière française qui coule dans le département du Puy-de-Dôme en ancienne région Auvergne, donc en nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle prend sa source dans les monts du Livradois et se jette dans la Dore en rive gauche. C'est donc un sous-affluent de la Loire par la Dore, puis par l'Allier.

Géographie[modifier | modifier le code]

De 37,1 km de longueur[1], la Dolore prend ses sources sur le territoire de la commune de Fournols, dans le massif du Livradois, à 1 002 m d'altitude, entre les lieux dits les Communaux et les Thioles, selon le SANDRE[3]. Selon l'IGN, Géoportail et OpenStreetMap, la Dolore prend sa source sur la commune de Saint-Éloy-la-Glacière, à 1 033 m d'altitude[4].

Dès le départ, elle s'oriente vers le sud, direction qu'elle maintient jusqu'à la hauteur du bourg de Saint-Bonnet-le-Chastel. Son cours s'oriente alors vers l'est[5], comme le font d'ailleurs son affluent le Beligeon ou la Dore, dans laquelle elle finit par se jeter en rive gauche, en aval d'Arlanc, sur la commune de Marsac-en-Livradois, entre deux gués de la Dore, à 546 m d'altitude[6].

La totalité de son bassin versant fait partie du parc naturel régional Livradois-Forez.

Communes et cantons traversées[modifier | modifier le code]

Dans le seul département du Puy-de-Dôme, la Dolore traverse les huit communes[1] suivantes, d'amont vers l'aval, de Fournols (source), Chambon-sur-Dolore, Saint-Bonnet-le-Chastel, Novacelles, Saint-Sauveur-la-Sagne, Mayres, Arlanc et Marsac-en-Livradois (confluence).

Soit en termes de cantons, la Dolore prend source sur le canton des Monts du Livradois, traverse le canton d'Ambert, le tout dans l'arrondissement d'Ambert.

Toponyme[modifier | modifier le code]

La Dolore a donné son hydronyme à la commune de Chambon-sur-Dolore.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

La Dolore traverse une seule zone hydrographique « La Dolore & ses affluents » (K283) de 130 km2 de superficie[1]. Ce bassin versant est constitué à 61,51 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 37,49 % de « territoires agricoles », à 0,99 % de « territoires artificialisés »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

La Dolore a huit tronçons ou affluents référencés[1] :

  •  ? (rd[note 1]), 0,1 km venant de l'étang de Fournols
  • le complément de la Dolore (rg), 4,1 km venant de Saint-Éloy-la-Glacière, et confluant à Fournols
  • le ruisseau des Moches (rg), 3,4 km source Chambon-sur-Dolore, confluence Fournols.
  • le ruisseau le Forestier, ou ruisseau de la Grive (rd), 7,5 km avec un affluent de 0,8 km sans nom
  • le ruisseau de la Farge ou ruisseau de la Palle (rg), 7,3 km sur les trois communes de Chambon-sur-Dolore (source), Champétières et Saint-Bonnet-le-Chastel (confluence).
  • le ruisseau le Mons (rg), 2,4 km sur la seule commune d'Arlanc.
  • le ruisseau de la Combe (rg), 3,9 km sur la seule commune d'Arlanc.
  • le Ruisseau de Beligeon ou ruisseau les Bargues (rg), 12,6 km avec deux affluents

Rang de Strahler[modifier | modifier le code]

Donc le rang de Strahler est de trois.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Dolore est une rivière assez régulière et abondante.

la Dolore à Mayres[modifier | modifier le code]

Son débit a été observé depuis le (60 ans), à Mayres, localité du département du Puy-de-Dôme située à 800 m d'altitude, et à 10 kilomètres avant son confluent avec la Dore[2]. Cette station se situe 2 à 3 kilomètres avant le barrage du Chalas, cette retenue régule et donc lisse le débit naturel de ce cours d'eau. La surface ainsi étudiée est de 70 km2 soit 54 % de la totalité du bassin versant de 130 km2 de superficie[1].

Le module de la rivière à Mayres est de 1,16 m3/s[2].

Débit moyen mensuel (en l/s)
Station hydrologique : K2834010 - la Dolore à Mayres à 800 m d'altitude pour un bassin versant de 70 km2[2]
(15-05-2018 - Données calculées sur 54 ans)
Source : Banque Hydro - MEDDE

La Dolore présente des fluctuations saisonnières de débit bien nettes. Les hautes eaux se déroulent en hiver et surtout au printemps, et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 1,54 à 1,66 m3/s, de décembre à mai inclus (avec un maximum au mois de mars). En juin le débit chute fortement (0,983 m3/s), ce qui mène rapidement aux basses eaux d'été qui ont lieu de juillet à septembre inclus, entraînant une baisse du débit mensuel moyen jusqu'au plancher de 0,516 m3/s au mois de septembre[2]. Mais ces moyennes mensuelles cachent des fluctuations bien plus prononcées selon les années ou sur de courtes périodes.

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 0,058 m3/s (58 litres), en cas de période quinquennale sèche[2].

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être assez importantes, compte tenu de la petitesse du bassin versant. Les débits instantanés QIX calculés pour une crue sur 2, 5, 10, 20 et 50 ans valent respectivement 14, 21, 26, 31 et 36 m3/s. Le débit instantané maximal enregistré à Mayres a été de 52,5 m3/s le , tandis que le débit journalier maximal se montait à 22,8 m3/s le . La hauteur maximale instantanée a été de 191 cm le [note 2],[2].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La Dolore est une petite rivière assez abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 526 millimètres annuellement, ce qui est largement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France (320 millimètres/an), et encore plus supérieur à la moyenne du bassin de la Loire (plus ou moins 245 millimètres/an). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint de ce fait le chiffre robuste de 16,6 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

Rivière à truite, une portion importante de son cours est inscrite au programme Natura 2000, une petite population de margaritifera margaritifera étant encore présente. Si elle souffre peu de pollution agricole, industrielle ou domestique, le reboisement en plantation de résineux de ses berges a engendré une acidification de ses eaux et un colmatage par de microparticules de nombreuses frayères.

Barrage de Chalas[modifier | modifier le code]

Sur la commune d'Arlanc, le barrage de Chalas est un barrage privé de type poids, à 630 m d'altitude, haut de 13,35 m, long de 70 m destiné à l'hydroélectricité. Il retient en moyenne 135 000 m3 d'eau et la surface du bassin est d'environ 21 000 m2 soit 2,1 hectares45° 24′ 22″ N, 3° 42′ 06″ E.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. rd pour rive droite et rg pour rive gauche
  2. à 1h52

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Sandre, « Fiche cours d'eau - la Dolore (K2834000) » (consulté le 25 mai 2018)
  2. a b c d e f g et h Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Dolore à Mayres (K2834010) » (consulté le 25 mai 2018)
  3. « Source de la Dolore selon le SANDRE » sur Géoportail (consulté le 26 mai 2018).
  4. « Origine de la Dolore selon l'IGN » sur Géoportail (consulté le 26 mai 2018).
  5. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 26 mai 2018)
  6. « Confluence de la Dolore avec la Dore » sur Géoportail (consulté le 26 mai 2018).
Ressource relative à la géographieVoir et modifier les données sur Wikidata :