Lidenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lidenne
(ruisseau de Couteuges, ruisseau de Lidenne)
Illustration
Caractéristiques
Longueur 16,8 km [1]
Bassin 46,2 km2 [2]
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 0,238 m3/s (Couteuges) [2]
Nombre de Strahler 4
Organisme gestionnaire SICALA de Haute-Loire[3]
Régime régime pluvio-nival
Cours
Source au lieu-dit Chastenuel
· Localisation Jax
· Altitude 1 010 m
· Coordonnées 45° 09′ 04″ N, 3° 38′ 28″ E
Confluence la Senouire
· Localisation Paulhaguet
· Altitude 522 m
· Coordonnées 45° 12′ 26″ N, 3° 30′ 18″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Couteuges
· Rive droite Trintignac, Chavaniac
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Haute-Loire
Arrondissements Brioude
Cantons Paulhaguet
Régions traversées Auvergne
Principales localités Paulhaguet

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro, SICALA de Haute-Loire[3]

Le Lidenne est une rivière française du département Haute-Loire de la région Auvergne-Rhône-Alpes et un affluent gauche de la Senouire, c'est-à-dire un sous-affluent du fleuve Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

De 16,8 kilomètres de longueur[1], le Lidenne prend sa source sur la commune de Jax à 1 010 mètres d'altitude[4].

Il coule globalement du sud-est vers le nord-ouest en faisant un léger arc vers le sud-ouest[5].

Il conflue sur la commune de Paulhaguet, à 522 mètres d'altitude[6].

Les cours d'eau voisins sont la Fioule au sud et la Senouire au nord,

Rose des vents la Senouire Rose des vents
l'Allier N la Senouire
O    Lidenne    E
S
la Fioule

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de la Haute-Loire, le Lidenne traverse sept communes[1] et ddd cantons :

Soit en termes de cantons, le Lidenne prend source et conflue dans le même canton de Paulhaguet, le tout dans l'arrondissement de Brioude.

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Lidenne a trois tronçons affluents référencés[1] :

  • le ruisseau de Trintignac (rd), 2,2 km, sur les trois communes de Chavaniac-Lafayette (source), Sainte-Eugénie-de-Villeneuve, Saint-Georges-d'Aurac (confluence)
  • le ruisseau de Chavaniac (rd), 5,2 km, sur les deux communes de Saint-Georges-d'Aurac (confluence et Chavaniac-Lafayette (source) avec un affluent :
    • le Buis (rd), 1,3 km sur les deux communes de Jax et Chavaniac-Lafayette avec un affluent :
      • le Breuil (rd), 2,6 km sur les deux communes de Jax et Chavaniac-Lafayette.
  • le Couteuges (rg), 5,1 km, sur les deux communes de Cerzat (source) et Couteuges (confluence) avec deux affluents :
    • le ruisseau de Barret (rd), 6,6 km, sur les deux communes de Saint-Georges-d'Aurac (source) et Couteuges (confluence).
    • l'Espitavy (rg), 2,7 km, sur les deux communes de Saint-Privat-du-Dragon (source), Couteuges (confluence).

Le rang de Strahler est donc de quatre.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

La superficie du bassin versant La Senouire de la Ribeyrette (NC) au Doulon (NC) (K236) est de 254 km2[1]. Le bassin versant est composé de 46,62 % de territoires agricoles, de 51,79 % de forêts et milieux semi-naturels, et de 1,34 % de territoires artificialisés[1].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Une station hydrologique est implantée depuis 1969 à Couteuges au lieu-dit la Tuilerie Basse

Le Lidenne à Couteuges[modifier | modifier le code]

La Station K2365510 - Le Lidenne à Couteuges (La Tuilerie Basse), est en service depuis 46 ans[2].

Le module à Couteuges est de 0,238 m3/s[2].

Débit moyen mensuel (en l/s)
Station hydrologique : K2365510 - Le Lidenne à Couteuges (La Tuilerie Basse) pour un bassin versant de 46,2 km2, à 650 m d'altitude[2]
(08/05/2014 - données calculées sur 46 ans de 1969 à 2014)

Le régime hydrologique est donc de type régime pluvio-nival.

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, en cas de quinquennale sèche s'établit à 0,003 m3/s, ce qui représente en 1,5% du débit nominal, donc relativement peu[2].

Crues[modifier | modifier le code]

Sur cette courte période d'observation, le débit journalier maximal a été observé le pour 11,20 m3/s. Le débit instantané maximal a été observé le [notes 1] avec 14 m3/s et la hauteur maximale instantanée de 214 cm soit 2,14 m le [notes 2],[2].

Le QIX 10 est de 13 m3/s, le QIX 20 est de 15 m3/s et le QIX 50 est de 19 m3/s, alors que le QIX 2 est de 6,7 m3/s et le QIX 5 de 10 m3/s[2]. Le Qix centennal n'a pu être estimé puisque la période d'observation n'est que de 46 ans.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 162 millimètres annuellement, ce qui est inférieur à la moitié de la moyenne en France. Le débit spécifique (Qsp) atteint 5,1 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est le SICALA de Haute-Loire[3].

Pêche et AAPPMA[modifier | modifier le code]

Le Lidenne est couvert par l'AAPPMA du Paulhaguet concernant la Senouire et ses affluents[7]. C'est un cours d'eau de première catégorie[7].

Aménagements et Écologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. à 16h04
  2. à 11h59

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Lidenne (K2365500) » (consulté le 6 juin 2014)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Lidenne à Couteuges (La Tuilerie Basse) (K2365510) » (consulté le 6 juin 2014)
  3. a, b et c « CRE Senouire et des Étangs de Moissac bas et Berbejet », sur www.ode43.fr (consulté le 6 juin 2014)
  4. Source du Lidenne sur Géoportail (consulté le 6 juin 2014).
  5. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 6 juin 2014)
  6. Confluence du lidenne en rive gauche de la Senouire sur Géoportail (consulté le 6 juin 2014).
  7. a et b « La Senouire », sur www.pechehauteloire.fr (consulté le 6 juin 2014)