Judelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Judelle
Illustration
La Judelle à Savigny-en-Sancerre.
Caractéristiques
Longueur 11,6 km [1]
Bassin collecteur Bassin de la Loire
Débit moyen (Savigny-en-Sancerre)
Régime pluvial
Cours
Source Le Fait des Marnes
· Localisation Savigny-en-Sancerre
· Altitude 241 m
· Coordonnées 47° 25′ 49″ N, 2° 47′ 10″ E
Confluence Loire
· Localisation Léré
· Altitude 138 m
· Coordonnées 47° 29′ 02″ N, 2° 53′ 50″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite Moulin Neuf
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Cher, Nièvre
Arrondissements Bourges, Cosne-Cours-sur-Loire
Cantons Léré, Cosne-Cours-sur-Loire-Nord
Régions traversées Centre-Val de Loire, Bourgogne-Franche-Comté
Principales localités Savigny-en-Sancerre, Léré

Sources : SANDRE, Géoportail

La Judelle est une rivière de France dans les deux départements du Cher et de la Nièvre, en régions Centre-Val de Loire et Bourgogne-Franche-Comté, et un affluent direct de la Loire en rive gauche.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'étang d'où la Judelle prend sa source.

Elle prend sa source au pied du Faît des Marnes au hameau des Etangs dans plusieurs étangs successifs, sur la commune de Savigny-en-Sancerre et à 241 m d'altitude. Elle l’élargit au fur et à mesure de son trajet, puis elle se déverse dans la Loire au dévidoir de Léré après 11,6 kilomètres de parcours[1]. Elle est gonflée en chemin par le Moulin Neuf d'une longueur de 17,4 km[2].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans les deux départements du Cher et de la Nièvre, la Judelle traverse trois communes[1] et deux cantons :

Soit en termes de cantons, la Judelle prend source dans le canton de Léré et conflue dans le canton de Cosne-Cours-sur-Loire-Nord , dans les arrondissement de Bourges et arrondissement de Cosne-Cours-sur-Loire.

Affluents[modifier | modifier le code]

La Judelle a un affluents référencés[1] :

  • le Moulin Neuf (rive droite) 17,4 km[2] sur trois communes avec quatre affluents.

Pêche et peuplements piscicoles[modifier | modifier le code]

Sur le plan piscicole, la Judelle est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[3].

Réserve biologique[modifier | modifier le code]

Un cours d’eau est considéré comme réserve biologique lorsqu'il comprend une ou plusieurs zones de reproduction ou d’habitat des espèces de phytoplanctons, de macrophytes et de phytobenthos, de faune benthique invertébrée et l’ichtyofaune, et permet leur répartition dans un ou plusieurs cours d’eau du bassin versant[4]. Les réservoirs biologiques, nécessaires au maintien ou à l’atteinte du bon état écologique des cours d’eau, correspondent donc[5] :

  • à un tronçon de cours d’eau ou annexe hydraulique qui va jouer le rôle de pépinière, de « fournisseur » d’espèces susceptibles de coloniser une zone naturellement ou artificiellement appauvrie (réensemencement du milieu) ;
  • à des aires où les espèces peuvent accéder à l’ensemble des habitats naturels nécessaires à l’accomplissement des principales phases de leur cycle biologique (reproduction, abri-repos, croissance, alimentation).

Dans le cadre des travaux préparatoires à l'élaboration de ce classement au sein du SDAGE Loire-Bretagne 2016-2021, la Judelle et ses affluents, depuis la source jusqu'à sa confluence avec la Loire, sont répertoriés comme réserve biologique, sous l'identifiant RESBIO_744. Les espèces présentes sont : la lamproie de Planer, le chabot, le brochet, l'anguille[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]