Yerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yerre (homonymie).
Ne pas confondre avec l'Yerres, rivière d'Île-de-France, affluent de la rive droite de la Seine, et l'Yères, fleuve côtier de Seine-Maritime.
l'Yerre
Illustration
Caractéristiques
Longueur 48,7 km [1]
Bassin 299 km2 [1]
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 1,58 m3/s (Saint-Hilaire-sur-Yerre) [2]
Nombre de Strahler 3
Régime pluvial océanique
Cours
Source au lieu-dit la Jaterie
· Localisation Chapelle-Guillaume
· Altitude 243 m
· Coordonnées 48° 07′ 51″ N, 0° 51′ 53″ E
Confluence le Loir
· Localisation Saint-Hilaire-sur-Yerre
· Altitude 97 m
· Coordonnées 48° 01′ 11″ N, 1° 15′ 32″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Carrelière, Araignée, Fretons
· Rive droite Pinterie, Gallas
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Eure-et-Loir
Arrondissements Nogent-le-Rotrou, Châteaudun
Cantons Authon-du-Perche, Châteaudun, Cloyes-sur-le-Loir
Régions traversées Centre-Val de Loire
Principales localités Arrou

Sources : SANDRE« M1114000 », Géoportail, Banque Hydro

L'Yerre est une rivière située dans le département français d'Eure-et-Loir, en région Centre-Val de Loire, et un affluent droit du Loir, donc un sous-affluent de la Loire, la Maine et la Sarthe.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'Yerre est documentée sous les formes Era (1031), Edera (1045), Erra (vers 1140), Hière (1384), probablement d'un ancien Atura[3]. Le nom actuel peut avoir subi l'influence de l'ancien français yerre > 'lierre'.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Yerre prend sa source au sein de la forêt de Montmirail, dans le Perche, sur le territoire de la commune de Chapelle-Guillaume, au lieu-dit la Jaterie, à 243 m d'altitude, à l'extrême sud-ouest du département d'Eure-et-Loir.

Il coule ensuite vers l'est et le sud-est sur 48,7 km[1] et se jette finalement dans le Loir à Saint-Hilaire-sur-Yerre, à 97 m d'altitude.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département d'Eure-et-Loir, l'Erre traverse dix communes[1] et trois cantons :

Soit en termes de cantons, l'Yerre prend source dans le canton d'Authon-du-Perche, traverse le canton de Châteaudun et conflue dans le canton de Cloyes-sur-le-Loir, le tout dans l'arrondissement de Nogent-le-Rotrou et l'arrondissement de Châteaudun.

Toponyme[modifier | modifier le code]

L'Yerre a donné son hydronyme à la commune de confluence Saint-Hilaire-sur-Yerre.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

L'Yerre traverse une seule zone hydrographique L'Yerre & ses affluents (M111) de 299 km2 de superficie[1]. Cette zone est constituée à 87,94 % de territoires agricoles, à 10,61 % de forêts et milieux semi-naturels, à 1,28 % de territoires artificiels[1]

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

L'Yerre a douze tronçons affluents référencés[1] dont :

Le rang de Strahler est donc de trois.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Yerre à Saint-Hilaire-sur-Yerre (Bechereau)[modifier | modifier le code]

Le débit de l'Yerre a été observé pendant une période de 22 ans (1993-2014), à Saint-Hilaire-sur-Yerre, localité du département d'Eure-et-Loir, située au niveau du confluent avec le Loir[2]. Le bassin versant de la rivière est de 297 km2, et à 97 m d'altitude.

Le module de la rivière à Saint-Hilaire-sur-Yerre est de 1,58 m3/s[2].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : M1114011 - L'Yerre à Saint-Hilaire-sur-Yerre (Bechereau) pour un bassin versant de 297 km2, à 97 m d'altitude[2]
(le 08/06/2014 - Données calculées sur 22 ans de 1993 à 2014)

Le régime de l'Yerre ressemble beaucoup à celui de l'Ozanne voisine, ce qui se comprend aisément en considérant que les deux rivières parcourent côte-à-côte les mêmes zones climatiques (le Perche). Comme l'Ozanne, l'Yerre présente des fluctuations saisonnières de débit assez importantes, avec des hautes eaux d'hiver portant le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 2,84 et 4,41 m3/s, de décembre à mars inclus (maximum en janvier), et des basses eaux d'été de mai à octobre, avec une baisse du débit moyen mensuel jusque 0,395 m3/s au mois de septembre (395 litres par seconde)[2], ce qui reste cependant assez consistant.

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3 ou débit minimal du cours d'eau enregistré pendant trois jours consécutifs sur un mois, peut chuter jusque 0,15 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, soit 150 litres par seconde[2].

Crues[modifier | modifier le code]

D'autre part les crues peuvent être assez importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 31 et 50 m3/s. Le QIX 10 est de 62 m3/s, tandis que le QIX 20 se monte à 74 m3/s et le QIX 50 à 89 m3/s[2].

Le débit instantané maximal enregistré a été de 90 m3/s le , tandis que la valeur journalière maximale était de 65,5 m3/s le [2]. En comparant le premier de ces chiffres aux valeurs des différents QIX de la rivière, il apparaît que cette crue était d'ordre vicennal et nullement exceptionnelle, et donc statistiquement destinée à se répéter tous les 20 ans environ. La hauteur maximale instantanée a été de 2 070 mm ou 2,07 m, le [2].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin de l'Yerre est de 168 millimètres annuellement, ce qui est médiocre, très nettement inférieur à la moyenne d'ensemble de la France, mais également à celle de l'ensemble du bassin versant de la Loire (244 millimètres par an), mais cependant largement supérieur à l'ensemble du bassin du Loir (128 millimètres par an à Durtal). Le débit spécifique (ou Qsp) se monte dès lors à 5,3 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Yerre (M1114000) » (consulté le 15 juin 2014)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L'Yerre à Saint-Hilaire-sur-Yerre (Bechereau) (M1114011) » (consulté le 16 juin 2014)
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 1, 1990.