Saint-Gaultier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaultier.
Ne doit pas être confondu avec Saint Gaultier.
Saint-Gaultier
La mairie en 2016.
La mairie en 2016.
Blason de Saint-Gaultier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre
Arrondissement Le Blanc
Canton Saint-Gaultier
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Éguzon - Argenton - Vallée de la Creuse
Maire
Mandat
Bruno Chartier
2014-2020
Code postal 36800
Code commune 36192
Démographie
Gentilé Galtois ou Saint-Gaultiens
Population
municipale
1 819 hab. (2014)
Densité 198 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 38′ 10″ nord, 1° 25′ 16″ est
Altitude Min. 91 m
Max. 169 m
Superficie 9,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Saint-Gaultier

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte topographique de l'Indre
City locator 14.svg
Saint-Gaultier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Gaultier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Gaultier
Liens
Site web mairie-saintgaultier.fr

Saint-GaultierPrononciation du titre dans sa version originale Écouter est une commune française située dans le département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le sud[1] du département, dans la région naturelle du Boischaut Sud, au sein du parc naturel régional de la Brenne.

Les communes limitrophes[1] et chefs-lieux[1] sont : Thenay (1 km), Rivarennes (3 km), Nuret-le-Ferron (5 km), Chasseneuil (6 km), Le Blanc (27 km), Châteauroux (29 km), La Châtre (44 km) et Issoudun (55 km).

Localisation de la commune d'Aigurande

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les hameaux[2] et lieux-dits[2] de la commune sont : les Belleloux, la Mottequin et le Domaine Neuf.

Tous les hameaux sont situés près de la Creuse dans le sud de la commune, sauf les deux hameaux signalés sur la route de Buzançais (la D11 vers le nord).

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par les rivières Creuse[2] et Bouzanteuil[2]. Le confluent de ces deux cours d'eau est sur le territoire de la commune.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé observé de 1961 à 1990, à la station météorologique de Châteauroux - Déols (36)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,5 1,2 2,6 4,9 8,2 11,2 13,2 13,1 10,9 7,6 3,5 1,1 6,5
Température moyenne (°C) 3,4 4,7 6,9 9,7 13,2 16,5 19,1 18,7 16,3 12,1 6,9 4 11
Température maximale moyenne (°C) 6,3 8,2 11,2 14,5 18,2 21,8 25 24,3 21,6 16,7 10,3 6,9 15,4
Record de froid (°C)
date du record
−22,8
16/01/1985
−15
05/02/1963
−10
03/03/1965
−3,9
12/04/1986
−0,2
08/05/1974
3
05/06/1969
5,8
02/07/1975
4,5
06/08/1967
1,1
19/09/1962
−2,8
25/10/1964
−6,3
23/11/1988
−17
10/12/1967
−22,8
16/01/1985
Record de chaleur (°C)
date du record
18,3
30/01/1967
22,9
24/02/1990
24,3
28/03/1989
26,9
20/04/1968
31,1
27/05/1967
35,6
28/06/1986
36,8
21/07/1990
37,3
16/08/1974
34
17/09/1987
29,5
02/10/1985
21,6
01/11/1984
20,5
16/12/1989
37,3
16/08/1974
Nombre de jours avec gel 13,4 11,6 9,1 2,5 0,1 0 0 0 0 0,8 6,8 12,9 57,2
Ensoleillement (h) 47 76 121 150 181 201 235 203 165 123 63 48 1 613
Record de vent (km/h)
date du record
101
30/01/1983
115
03/02/1990
126
10/03/1982
83
11/04/1985
87
02/05/1988
97
07/06/1987
94
26/07/1983
72
26/08/1986
97
22/09/1987
94
16/10/1987
101
08/11/1982
97
30/12/1981
126
10/03/1982
Précipitations (mm) 61,7 63,2 63,8 56,6 75,3 53,4 51,5 50,6 60,9 59,9 65,7 65,7 728,3
dont pluie (mm) 29,5 28,2 32,4 42,6 39,7 39,7 48,3 43 58,6 43 35,2 35 58,6
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
29,5
12/01/1962
28,2
13/02/1990
32,4
29/03/1978
42,6
18/04/1964
39,7
06/05/1985
39,7
20/06/1977
48,3
22/07/1963
43
29/08/1968
58,6
17/09/1975
43
29/10/1981
35,2
05/11/1962
35
14/12/1979
58,6
17/09/1975
Nombre de jours avec précipitations 11 10,4 11,1 10,3 11,9 8,1 6,6 7,7 7,5 9,1 11 11,1 115,8
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 4,1 4,1 4,5 3,8 5,2 3,7 3,2 2,9 3,6 4,1 4,8 4,5 48,5
Humidité relative (%) 88 85 79 75 76 74 69 70 76 84 88 88 79,33
Nombre de jours avec neige 3,3 3,4 1,9 0,8 0 0 0 0 0 0 1,3 2,7 13,4
Nombre de jours d'orage 0,1 0,2 0,4 1,1 3,4 3,3 0 0 2,1 0,9 0,3 0,3 12,1
Nombre de jours avec brouillard 5,7 4,4 2,3 1,4 1,2 1,1 0 0 2,8 5,9 5,8 6,4 37
Source : Infoclimat.fr
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
6,3
0,5
61,7
 
 
 
8,2
1,2
63,2
 
 
 
11,2
2,6
63,8
 
 
 
14,5
4,9
56,6
 
 
 
18,2
8,2
75,3
 
 
 
21,8
11,2
53,4
 
 
 
25
13,2
51,5
 
 
 
24,3
13,1
50,6
 
 
 
21,6
10,9
60,9
 
 
 
16,7
7,6
59,9
 
 
 
10,3
3,5
65,7
 
 
 
6,9
1,1
65,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est desservi par les routes départementales[4] : 1A, 11, 48C, 134, 927, 927B et 951.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Transports[modifier | modifier le code]

La ligne de Port-de-Piles à Argenton-sur-Creuse passait par le territoire communal, une gare desservait la commune. La gare ferroviaire la plus proche est la gare d'Argenton-sur-Creuse[4], à 10 km.

La commune est desservie par la ligne N du réseau L'Aile Bleue[5] et par la ligne 3.3 du réseau d'autocars TER Centre-Val de Loire[6].

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre[4], à 38 km.

Le territoire communal est traversé par la voie verte des Vallées[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente le détail du secteur des logements[7] de la commune :

Date du relevé 2013
Nombre total de logements 1 089
Résidences principales 74,7 %
Résidences secondaires 10,4 %
Logements vacants 14,9 %
Part des ménages propriétaires de leur résidence principale 62,2 %

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Roche-Libre.

Ses habitants sont appelés les Galtois ou Saint-Gaultiens[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Gaultier doit son nom à Gaultier, abbé de l’abbaye de Lesterps en Charente.

En 1040, le comte de la Marche et le seigneur de Chabanais pillent et incendient l’abbaye de Lesterps. L’abbé Gaultier, absent au moment des faits, porte plainte auprès du souverain pontife qui excommunie les deux criminels. En réparation, le comte de la Marche dut pourvoir aux frais de reconstruction de l’abbaye. Le seigneur de Chabanais, quant à lui, dut faire don d’une terre qu’il possédait alors en Berry et qui s’étendait aux deux rives de la rivière Creuse. Sur la rive gauche, s’élevait Rivarennes. La rive droite est, à cette époque, une terre sans nom, habitée uniquement par quelques paysans.

C’est sur cette terre qu’il fut décidé, à la fin du XIe siècle, de bâtir une église dédiée à l’abbé Gaultier qui mourut en 1070 et fut canonisé trois ans plus tard.

Saint-Gaultier était le siège d'une prévôté royale et faisait partie de l'élection de La Châtre. La seigneurie du village se partageait entre le prieur et le seigneur de Châteauroux[9].

La commune fut aussi rattaché du au à la communauté de communes du pays d'Argenton-sur-Creuse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'arrondissement du Blanc, du canton de Saint-Gaultier, de la première circonscription de l'Indre et de la communauté de communes Éguzon - Argenton - Vallée de la Creuse.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Claude Levrat[10]  ?  ?
mars 2008 mars 2014 Jean-Louis Simoulin[11] PS Vétérinaire retraité
mars 2014 en cours Bruno Chartier[12] DVG Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune dispose des services suivants :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 819 habitants, en diminution de -5,41 % par rapport à 2009 (Indre : -2,69 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 131 993 1 102 1 334 1 622 1 605 1 793 1 973 2 034
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 013 1 912 1 983 2 122 2 228 2 266 2 539 2 451 2 422
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 430 2 503 2 659 2 382 2 458 2 252 2 217 2 242 2 339
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
2 133 2 235 2 174 2 042 1 995 1 934 1 976 1 883 1 819
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède comme lieux d'enseignements[21] : une école maternelle publique (Professeur-Dubost), une école élémentaire publique (Professeur-Dubost) et un collège public (Jean-Moulin). Les lycées publics de secteur[22] se trouvent à Argenton-sur-Creuse (lycée général Rollinat) et à Châteauroux (lycée polyvalent Blaise-Pascal).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par les médias suivants : La Nouvelle République du Centre-Ouest, Le Berry républicain, L'Écho - La Marseillaise, La Bouinotte, Le Petit Berrichon, France 3 Centre-Val de Loire, Berry Issoudun Première, Vibration, Forum, France Bleu Berry et RCF en Berry.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique

La commune de Saint-Gaultier dépend de l'archidiocèse de Bourges, du doyenné du Val de Creuse[23] et de la paroisse de Saint-Gaultier. Le lieu de culte est l'église Saint-Gaultier.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'aire géographique et dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage du fromage Valençay[24].

Saint-Gaultier dispose de plusieurs commerces en centre-ville et d'un supermarché.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Gaultier[25]
  • Chapelle Notre-Dame de Pitié
  • Collège Jean-Moulin : le collège Jean-Moulin était une ancienne école de moines du XIIe siècle.
  • Monument aux morts
  • Fontaine de l'église
  • Veilles bâttisses
  • cimetière
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Gaultier Blason D’or aux deux bourdons de pèlerin avec leurs gourdes attachées passés en sautoir, l’un de gueules en bande, l’autre d’azur en barre brochant sur le 1er, cantonnés de quatre mouchetures d’hermine de sable rangées en fasce, deux à dextre et deux à senestre.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Brunaud, Saint-Gaultier et ses environs, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, , 128 p. (ISBN 2842536347).
  • Philippe Grimbert, Un secret[Note 2].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Dans ce roman, le père du narrateur avec une partie de sa famille trouve refuge en 1942 à Saint-Gaultier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Site de Lion 1906 : Indre, consulté le 10 septembre 2012.
  2. a, b, c, d et e Site du Géoportail : Saint-Gaultier, consulté le 15 décembre 2013.
  3. Site de la prévention du risque sismique : Didacticiel de la règlementation parasismique : Indre, consulté le 30 juillet 2016.
  4. a, b et c Site de ViaMichelin : Saint-Gaultier, consulté le 14 décembre 2013.
  5. Site du conseil départemental de l'Indre : Les horaires de l’Aile Bleue, consulté le 7 mars 2016.
  6. Site SNCF TER Centre : Fiches horaires, consulté le 13 mars 2016.
  7. Site de l'Insee : Saint-Gaultier, consulté le 6 septembre 2016.
  8. « Nom des habitants des communes françaises, Saint-Gaultie », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 11 février 2012).
  9. Eugène Hubert, Dictionnaire historique, géographique et statistique de l'Indre, Châteauroux, L. Badel, (lire en ligne), p. 173, consulté le 11 août 2017.
  10. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2001, consulté le 18 février 2013.
  11. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2008, consulté le 28 novembre 2009.
  12. [PDF] Site de la préfecture de l'Indre : Résultats des élections municipales de 2014, consulté le 28 avril 2014.
  13. Site de La Poste : Un bureau de poste, consulté le 22 août 2012.
  14. Site de Berry Province, consulté le 5 février 2013.
  15. Site de Région de Gendarmerie du Centre : Groupement de l'Indre, consulté le 23 août 2012.
  16. Site du conseil départemental de l'Indre : Avec le Département, des routes encore plus sûres !, consulté le 9 mars 2016.
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  21. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Coordonnées des établissements scolaires publics et privés sous contrat, consulté le 16 août 2012.
  22. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Tableau des secteurs de recrutement collèges et lycées, consulté le 20 août 2012.
  23. Site de l'archidiocèse de Bourges : Doyenné du Val de Creuse, consulté le 4 mai 2013.
  24. Site de l'Institut national de l'origine et de la qualité : Valençay, consulté le 15 août 2014.
  25. Notice no PA00097451, base Mérimée, ministère français de la Culture.