Couzon (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Couzon
Illustration
Caractéristiques
Longueur 28,1 km
Bassin 74,5 km2
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 1,34 m3/s (Courpière)
Régime pluvio-nival
Cours
Confluence la Dore
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France

La Couzon est une rivière française qui coule dans le département du Puy-de-Dôme, en région d'Auvergne-Rhône-Alpes. C'est un affluent de la Dore en rive droite, donc un sous-affluent de la Loire par la Dore puis l'Allier.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Couzon naît à la limite entre les territoires de Noirétable (département de la Loire) et de La Renaudie (département du Puy-de-Dôme), dans une zone fort boisée des monts du Forez, sur le versant occidental du mont Vimont (1 348 mètres). Peu après sa naissance, elle s'engage définitivement dans le Puy-de-Dôme. Son orientation générale va de l'est vers l'ouest. Elle se jette dans la Dore (rive droite) sur le territoire de la commune de Courpière, pittoresque localité située au confluent des deux cours d'eau, et située à une douzaine de kilomètres au sud (en amont) de Thiers.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Le Couzon traverse ou longe les communes suivantes :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Couzon est une rivière fort généreusement alimentée par les précipitations abondantes des monts du Forez. Son débit a été observé durant une période de 39 ans (1970-2008), à Courpière, localité du département du Puy de Dôme située au niveau de son confluent avec la Dore[1]. La surface ainsi étudiée est de 74,5 km2, soit la quasi-totalité du bassin versant de la rivière.

Le module de la rivière à Courpière est de 1,34 m3/s.

Le Couzon présente des fluctuations saisonnières de débit bien marquées et typiques de bien des cours d'eau du Massif central auvergnat. Les hautes eaux se déroulent en hiver et au printemps, et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 1,65 à 1,86 m3/s, de décembre à mai inclus (avec un maximum en janvier-février). À partir du mois de juin, le débit baisse rapidement jusqu'aux basses eaux d'été qui ont lieu de juillet à septembre inclus, entraînant une baisse du débit mensuel moyen jusqu'à 0,612 m3/s au mois d'août, ce qui reste très confortable pour un cours d'eau de cette taille. Mais ces moyennes mensuelles ne sont que des moyennes et cachent des fluctuations bien plus prononcées sur de courtes périodes ou selon les années.

Aux étiages, le VCN3 peut chuter jusque 0,078 m3/s (78 litres), en cas de période quinquennale sèche, ce qui est loin d'être sévère pour un cours d'eau au bassin aussi exigu.

Les crues peuvent être assez importantes, compte tenu de l'exigüité du bassin versant. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 20 et 32 m3/s. Le QIX 10 est de 40 m3/s, le QIX 20 de 48 m3/s, tandis que le QIX 50 se monte à 58 m3/s.

Le débit instantané maximal enregistré à Courpière a été de 77,5 m3/s le 1er juillet 1977, tandis que la valeur journalière maximale était de 27,8 m3/s le 18 mars 1988. En comparant la première de ces valeurs à l'échelle des QIX de la rivière, il apparaît que cette crue était largement supérieure au QIX 50, c'est-à-dire plus que cinquantennale, sans doute même plus que centennale, et donc tout à fait exceptionnelle.

Le Couzon est une rivière fort abondante, dans le contexte généralement bien arrosé du Massif central. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 567 millimètres annuellement, ce qui représente près du double de la moyenne d'ensemble de la France (plus ou moins 320 millimètres) ou du bassin de l'Allier (326 millimètres). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 17,9 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]