Échandon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Échandon
Illustration
Caractéristiques
Longueur 25,7 km [1]
Bassin 127 km2 [2]
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 0,612 m3/s (Saint-Branchs) [2]
Régime pluvial
Cours
Source au lieu-dit Têtelain
· Localisation Manthelan
· Altitude 116 m
· Coordonnées 47° 07′ 18″ N, 0° 45′ 44″ E
Confluence l'Indre
· Localisation au sud de Esvres
· Altitude 60 m
· Coordonnées 47° 16′ 36″ N, 0° 47′ 40″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Indre-et-Loire
Régions traversées Centre-Val de Loire

Sources : SANDRE:K7514000, Géoportail, Banque Hydro

L'Échandon est une petite rivière française qui coule dans le département d'Indre-et-Loire, dans la région Centre-Val de Loire. C'est un affluent de l'Indre en rive gauche, donc un sous-affluent de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

De 25,7 km de longueur[1], l'Échandon prend sa source à Manthelan dans le département d'Indre-et-Loire, dans une région boisée comportant de nombreux étangs. Peu après sa naissance, il prend la direction du nord, et se renforce bientôt de l'apport de plusieurs petits affluents.

Il rejoint l'Indre au niveau de la localité d'Esvres.

Affluents[modifier | modifier le code]

  • Ruisseau de Quincampoix
  • Ruisseau de Montant
  • Ruisseau le Mouru

Communes traversées[modifier | modifier le code]

L'Échandon traverse les six communes de Manthelan, Le Louroux, Saint-Bauld, Tauxigny, Saint-Branchs et Esvres, toutes situées dans le département d'Indre-et-Loire.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Échandon à Saint-Branchs[modifier | modifier le code]

Le débit de l'Échandon a été observé pendant une période de 46 ans (1967-2013), à Saint-Branchs, localité du département d'Indre-et-Loire, située tout près du confluent avec l'Indre[2]. Le bassin versant de la rivière est de 127 km2.

Le module de la rivière à Saint-Branchs est de 0,612 m3/s.

L'Échandon présente des fluctuations saisonnières de débit importantes. Les hautes eaux ont lieu en hiver et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 1,06 à 1,44 m3/s, de janvier à mars inclus (maximum en janvier). Dès le mois de mars, avec le printemps, le débit diminue progressivement jusqu'aux basses eaux d'été-automne qui se déroulent de juin à octobre inclus, avec une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 0,155 m3/s au mois d'août (155 litres/s), ce qui est encore acceptable pour une aussi petite rivière, sans être trop sévère.

Débit moyen mensuel (en l/s)
Station hydrologique : K7514010 - l'Échandon à Saint-Branchs à 63 m d'altitude sur un bassin versant de 127 km2[2]
(le 08/04/2013 données calculées sur 46 ans de 1967 à 2013)
Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Aux étiages cependant, le VCN3 peut chuter jusque 0,030 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, soit 30 litres/s, ce qui devient sévère, mais correspond, toutes proportions gardées, à la moyenne des cours d'eau de la région.

Crues[modifier | modifier le code]

D'autre part les crues peuvent être fort importantes, compte tenu de l'exiguïté du bassin versant de la rivière. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 11 et 19 m3/s. Le QIX 10 vaut 25 m3/s, tandis que le QIX 20 se monte à 30 m3/s. Enfin le QIX 50 vaut 37 m3/s.


Le débit instantané maximal enregistré à Saint-Branchs a été de 55 m3/s le , tandis que la valeur journalière maximale était de 23,5 m3/s le 8 juillet de la même année. En comparant le premier de ces chiffres aux valeurs des différents QIX de la rivière, il apparaît que cette crue était bien plus importante que la crue cinquantennale calculée par le QIX 50, peut-être centennale, voire plus, mais dans tous les cas très exceptionnelle.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

L'Échandon est loin d'être une rivière abondante, suivant en cela la norme des cours d'eau de plaine du bassin de la Loire. Sa lame d'eau écoulée est de 155 millimètres annuellement, ce qui est faible, très nettement inférieur à la moyenne d'ensemble de la France, mais également à l'ensemble du bassin versant de la Loire (244 millimètres). Le débit spécifique (ou Qsp) se monte dès lors à un petit 4,9 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Curiosités - Tourisme[modifier | modifier le code]

Nous sommes en Touraine et les châteaux et manoirs abondent. Mais il n'y a pas que cela dans le bassin de la rivière. Il y a de nombreux bois et forêts. Il y a aussi de nombreux étangs, creusés par les moines au Moyen Âge, qui offrent de belles possibilités : sports nautiques, pêche, etc. Située non loin de Tours et de son TGV, la région a un beau potentiel touristique.

  • Manthelan : Église Saint-Gervais-et-Protais-et-Saint-Volusien avec une tour du XIIe siècle. Château des Usages des XVIIe et XIXe siècles. Manoir de la Marche du XVIe. Étangs de Fau et de la Cauchoise, bois et forêts. Fête de la Truite en juin. Gîtes ruraux. Pêche, chasse, centre équestre, équitation, randonnées, tennis...
  • Le Louroux : Prieuré bien conservé des XIIIe, XVe et XVIe siècles (inscrit Monument historique) avec douves et tours circulaires. Manoir de la Hubaudière du XVIe. Grange d'Armançay des XVe et XVIe siècles. Église Saint-Sulpice du XIIIe. Étangs du Louroux (70 hectares) et de Gousset. Vol à voile, pêche, oiseaux aquatiques, randonnées, sports nautiques. Aérodrome de Tours.
  • Saint-Branchs : Église partiellement du XIIIe siècle. La vallée de l'Échandon est dominée par la Tour du XVIe. Pont Girault du XIIIe sur l'Échandon. Château de Montchenin des XIVe et XIXe siècles. Manoir de la Richardière des XVe et XVIe siècles. Étangs, sources et bois. Pêche, chasse, cyclotourisme, centre équestre, etc.
  • Esvres : très riche patrimoine civil et religieux. Église Saint-Médard du XIIe siècle, remaniée plusieurs fois. Prieuré avec chapelle du XIVe (inscrite Monument historique). Plusieurs châteaux et manoirs. Château d'Evres du XVIIIe, avec tours d'angle, courtines et tours d'enceinte du XIIIe (Monument historique). Château de la Dorée du XVIIIe. Château de Vaux du XIXe. Manoirs de la Baudelière et manoir de la Roche Farou du XVIIe siècle, situés dans la vallée de l'Échandon. Manoir de la Villaine au confluent Indre-Échandon. Parcs de Montbazon et de la Duporterie. Pêche, chasse, équipements sportifs...

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références