Langouyrou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

le Langouyrou
(le ruisseau des Rébaudes
Le Valat des Amarinios)
Illustration
Le Langouyrou à Langogne.
Caractéristiques
Longueur 18,8 km [1]
Bassin 65 km2 [1]
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 1,51 m3/s (Langogne) [2]
Régime pluvial
Cours
Source sur les pentes nord du Moure de la Gardille (1 503 mètres)
· Localisation Cheylard-l'Évêque
· Altitude 1 500 m
· Coordonnées 44° 35′ 44″ N, 3° 48′ 49″ E
Confluence l'Allier
· Localisation Langogne
· Altitude 907 m
· Coordonnées 44° 43′ 57″ N, 3° 51′ 35″ E
Se jette dans Allier
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche le Cheylard
· Rive droite le Cartalaye
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Lozère
Canton canton de Langogne
Régions traversées Occitanie
Principales localités Langogne

Sources : SANDRE:K2064000, Géoportail, Banque Hydro

Le Langouyrou (Langoirón en occitan) est une rivière française qui coule dans le département de la Lozère dans la région Occitanie. C'est un affluent de l'Allier en rive gauche, donc un sous-affluent de la Loire par l'Allier.

Géographie[modifier | modifier le code]

D'une longueur de 18,8 km[1], le Langouyrou prend naissance sur le territoire de la localité de Cheylard-l'Évêque, dans le département de la Lozère, à une quinzaine de kilomètres au sud de Langogne, sur les pentes nord du Moure de la Gardille (1 503 mètres). Il s'appelle aussi en partie haute, le ruisseau des Rébaudes et le Valat des Amarinios.

Il adopte d'emblée la direction du nord, orientation qu'il maintient jusqu'à la fin de son parcours.

Il se jette dans l'Allier (rive gauche) à Langogne, un peu en amont du lac de retenue du barrage de Naussac, à 907 mètres d'altitude[3].

Communes et cantons traversées[modifier | modifier le code]

Le Langouyrou traverse les quatre communes de Cheylard-l'Évêque, Luc, Saint-Flour-de-Mercoire et Langogne, toutes situées dans le département de la Lozère et dans le même canton de Langogne[notes 1].

Le Langouyrou à Langogne

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Langouyrou a sept affluents référencés[1] :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Langouyrou à Langogne[modifier | modifier le code]

Le débit du Langouyrou a été observé pendant une période de 54 ans (1954-2007), à Langogne, localité du département de la Lozère, située tout près du confluent avec l'Allier[2]. Le bassin versant de la rivière est de 65 km2.

Le module de la rivière à Langogne est de 1,51 m3/s.

Le Langouyrou présente des fluctuations saisonnières de débit importantes, avec des hautes eaux d'hiver et de printemps portant le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 1,9 et 2,48 m3/s, de novembre à mai inclus (maximum en mars et surtout avril), et des basses eaux d'été de juillet à septembre inclus, avec une baisse du débit moyen mensuel jusque 0,3351 m3/s au mois d'août (335 litres par seconde), ce qui est acceptable sans être sévère.

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Cependant, le VCN3 peut chuter jusque 0,110 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, soit 110 litres par seconde, ce qui devient sévère.

Crues[modifier | modifier le code]

D'autre part les crues peuvent être très importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 26 et 44 m3/s. Le QIX 10 vaut 57 m3/s, tandis que le QIX 20 se monte à 68 m3/s. Enfin le QIX 50 vaut 84 m3/s.

Le débit instantané maximal enregistré a été de 112 m3/s le , tandis que la valeur journalière maximale était de 70 m3/s le . En comparant le premier de ces chiffres aux valeurs des différents QIX de la rivière, il apparaît que cette crue était bien plus que d'ordre cinquantennal et donc très exceptionnelle.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin du Langouyrou est de 733 millimètres annuellement, ce qui est médiocre, très nettement supérieur au double de la moyenne d'ensemble de la France, mais également très supérieur à l'ensemble du bassin versant de la Loire (244 millimètres par an). Le débit spécifique (ou Qsp) se monte dès lors à 23,2 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b le SANDRE 2012 rajoute -?- la commune de Chasseradès pourtant de l'autre côté de la ligne de crête

Références[modifier | modifier le code]