Barrou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Barrou
Barrou
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Descartes
Intercommunalité Communauté de communes Loches Sud Touraine
Maire
Mandat
Gilles Beillouin
2014-2020
Code postal 37350
Code commune 37019
Démographie
Population
municipale
478 hab. (2016 en diminution de 5,53 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 52′ 01″ nord, 0° 46′ 17″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 146 m
Superficie 30,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Barrou

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Barrou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barrou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barrou
Liens
Site web mairiedebarrou.fr/

Barrou est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique de Barrou.

La commune est bordée sur son flanc ouest par la Creuse (1,616 km), qui constitue une limite séparative, ce qui en fait une commune limitrophe, à la fois du département de la Vienne et de la région Nouvelle-Aquitaine. Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 27,56 km, comprend également divers petits cours d'eau dont le Gué de la Reine[1],[2].

La Creuse, d'une longueur totale de 263,6 km, prend sa source à 816 m d'altitude sur le plateau de Millevaches, dans la Creuse et se jette dans la Vienne sur les territoires des communes de Port-de-Piles (Vienne), Ports et Nouâtre (Indre-et-Loire), après avoir traversé 80 communes[3]. Sur le plan piscicole, la Creuse est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[4].

Deux zones humides[Note 1] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « Les Marais » et « l'étang du Bois des Cours »[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 581, le duc de Bérufle envahi un territoire allant d'Yzeures à Barrou. C'était l'un des généraux de Chilpéric, roi de Soissons, qui l'envoya pour arrêter les incursions des habitants du Berry sur la Touraine. À cette époque, la Touraine faisait partie du Royaume de Neustrie alors que le Berry était du Royaume d'Aquitaine. Sur ce territoire, Bérufle força le duc Reginalde, envoyé par Gontran, roi d'Orléans, pour envahir Tours, à se replier sur Poitiers. Durant cet épisode, les "pays" d'Yzeures et de Barrou furent pillés[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Barrou depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2004 Gilles Beillouin   démissionnaire
2004 2014 Mme Massabielle Mangin d'Ouince   Sylvicultrice
2014 En cours Gilles Beillouin DVD Agriculteur retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Barrou se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription de Loches. Seule une école maternelle accueille les élèves jusqu'en GS.

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Barrou comptait 497 habitants (population légale INSEE) au . La densité de population est de 15,8 hab./km2.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

En 2016, la commune comptait 478 habitants[Note 2], en diminution de 5,53 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6856957127678098689139701 001
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
999963955926946894887883868
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
840800789721725700709666663
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
620626577551511482487506478
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Barrou en 2007 en pourcentage[12].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ans ou +
2,8 
9,2 
75 à 89 ans
14,1 
17,6 
60 à 74 ans
20,1 
21,8 
45 à 59 ans
17,3 
21,4 
30 à 44 ans
20,1 
10,9 
15 à 29 ans
10,8 
18,1 
0 à 14 ans
14,9 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2007 en pourcentage[13].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,4 
6,8 
75 à 89 ans
9,8 
13,1 
60 à 74 ans
13,9 
20,7 
45 à 59 ans
20,1 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
19,6 
15 à 29 ans
19,1 
18,8 
0 à 14 ans
16,4 

Équipements culturels et sportifs[modifier | modifier le code]

La commune de Barrou dispose d'une bibliothèque municipale, qui fait partie du réseau de la Direction Départementale de Bibliothèques et de la Lecture d'Indre-et-Loire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges préhistoriques et antiques[modifier | modifier le code]

  • Dépôts de lames de silex (les Ayez, la Creusette).
  • Vestiges gallo-romains.

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de la Commanderie

La Commanderie de l'Épinat se trouve sur le territoire de Barrou. C'était une commanderie de l'ordre du Temple, qui passa aux Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem au début du XIVe siècle. Vers 1600, elle passa à la commanderie de Bilson. On peut encore y voir les ruines de la chapelle : partie de son mur nord avec deux colonnes et avec sa façade ouest, dont la porte en arc brisé à deux rouleaux retombant sur deux colonnettes très dégradées date du XIIe siècle. Les bâtiments conventuels plus récents datent probablement du XVIIe siècle.

  • Château des Courtis

Le château des Courtis, dit en 1698 Maison noble des Courtis, était un fief relevant de la baronnie de Preuilly. Propriété en 1442 de Léonor de Mauléon, il fut acquis le 27 juin 1600 par Honorât Le François, capitaine gouverneur du château du Grand-Pressigny. Les Le François furent seigneurs des Courtis jusqu'en 1788. À cette date, le domaine est acheté à la famille Le François des Courtis par le comte de Carvoisin, baron de la Mothe-Sainte-Héraye. La maison des Courtis fut construite au XVIIe siècle à la place de l'ancien logis seigneurial, alors fortifié. Elle passa ensuite par successions et alliances à la famille du Bois des cours puis à la famille La Poeze, qui en fera le siège du Rallye La Poeze. On trouve encore dans le cimetière de Barou une chapelle commémorant le mariage La Poeze/ La Poeze alors que les descendants du second mariage d´Ambroise de la Poeze avec Virginie d´Harambure se dont installés non loin à Harambure. (Yzeures sur Creuse) La propriété sera vendue à la famille Lemaigre-Dubreuil qui y installera aussi son équipage de chasse à courre, puis à la famille de Rambures. C'est à l'image de cette même bâtisse, mais avec des moyens de construction récents, que la maison actuelle fut construite pendant la seconde moitié du XXe siècle. Reste seulement la tour du XVIIe.

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Maurice des XVIIIe siècle et XIXe siècle, restaurée en 1926.
  • L'église primitive a été emportée par les eaux, sur la rive droite de la Creuse.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 4 février 2019)
  2. « Carte hydrologique de Barrou », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  3. « Fiche Sandre - la Creuse », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 4 février 2019)
  4. (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  5. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 4 février 2019)
  6. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 4 février 2019)
  7. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Jean-Xavier Carré de Busserole, 1878, page 142
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. Pyramide des âges à Barrou en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 20/07/2010.
  13. Pyramide des âges d'Indre-et-Loire en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 25/07/2010.