Grandrieu (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grandrieu.
le Grandrieu
(le Viala)
Illustration
Caractéristiques
Longueur 23,3 km [1]
Bassin 72,5 km2 [2]
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 1,11 m3/s (Grandrieu) [2]
Régime pluvial
Cours
Origine ruisseau des MazImberts
· Localisation Baraques de la Motte, Saint-Sauveur-de-Ginestoux
· Coordonnées 44° 43′ 21″ N, 3° 37′ 51″ E
Confluence le Chapeauroux
· Localisation Laval-Atger
· Coordonnées 44° 48′ 29″ N, 3° 41′ 42″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Lozère
Régions traversées Occitanie

Sources : SANDRE:« K21-0310 », Géoportail, Banque Hydro

Le Grandrieu est une rivière française qui coule dans le département de la Lozère, en ancienne région Languedoc-Roussillon, donc en nouvelle région Occitanie. C'est un affluent du Chapeauroux en rive gauche, donc un sous-affluent de la Loire par l'Allier.

Géographie[modifier | modifier le code]

De 23,3 km de longueur[1], le Grandrieu naît sur le territoire de Saint-Sauveur-de-Ginestoux, commune du département de la Lozère située sur le versant oriental de la Margeride. Son cours est globalement orienté du sud-ouest vers le nord-est. Il se jette dans le Chapeauroux (rive gauche) à Laval-Atger, petite localité située à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Langogne.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Le Grandrieu traverse ou longe les communes suivantes d'amont en aval :

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Grandrieu à Grandrieu[modifier | modifier le code]

Le débit du Grandrieu a été observé pendant une période de 64 ans (1944-2007), à Grandrieu, localité du département de la Lozère, située non loin du confluent avec le Chapeauroux[2]. La surface prise en compte est de 72,5 km2, soit 80 % du bassin versant total de la rivière.

Le module de la rivière à Grandrieu est de 1,11 m3/s[2].

Le Grandrieu présente des fluctuations saisonnières de débit fort marquées, avec des hautes eaux d'hiver portant le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 1,35 et 1,80 m3/s, de décembre à mai inclus (maximum en mars et surtout en avril). À partir du mois de mai, le débit diminue rapidement jusqu'aux basses eaux d'été qui ont lieu de juillet à septembre, avec une baisse du débit moyen mensuel allant jusque 0,241 m3/s au mois d'août (241 litres par seconde)[2], ce qui est encore bien consistant.

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Cependant, le VCN3 peut chuter jusque 0,050 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, soit 50 litres par seconde[2], ce qui devient sévère.

Crues[modifier | modifier le code]

D'autre part les crues peuvent être très importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 15 et 23 m3/s. Le QIX 10 vaut 28 m3/s, tandis que le QIX 20 se monte à 32 m3/s et le QIX 50 à 38 m3/s[2].

Le débit instantané maximal enregistré a été de 69,4 m3/s le , tandis que la valeur journalière maximale était de 21,8 m3/s le [2]. En comparant le premier de ces chiffres aux valeurs des différents QIX de la rivière, il apparaît que cette crue était bien plus que cinquantennale, peut-être centennale et vraisemblablement plus exceptionnelle encore.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin du Grandrieu est de 486 millimètres annuellement, ce qui est élevé, très nettement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, et bien sûr aussi à celle de l'ensemble du bassin versant de la Loire (244 millimètres/an). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 15,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

SandreVoir et modifier les données sur WikidataNotices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :