Gouët

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouet.
le Gouët
L'embouchure du Gouët entre Plérin et Saint-Brieuc.
L'embouchure du Gouët entre Plérin et Saint-Brieuc.
Arrondissement de Saint-Brieuc dans les Côtes-d'Armor
Arrondissement de Saint-Brieuc dans les Côtes-d'Armor
Caractéristiques
Longueur 46,6 km [1]
Bassin 251 km2 [1]
Bassin collecteur le Gouët
Débit moyen 2,11 m3/s (Ploufragan) [2]
Nombre de Strahler 4
Organisme gestionnaire syndicat mixte du pays de Saint-Brieuc[3]
Régime Pluvial océanique
Cours
Source à la cime de Kerchouan
· Localisation Haut-Corlay
· Coordonnées 48° 21′ 53″ N, 3° 01′ 29″ O
Embouchure la Manche
· Localisation Saint-Brieuc
· Altitude 0 m
· Coordonnées 48° 31′ 55″ N, 2° 43′ 11″ O
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Merlet
· Rive droite Gouédic
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Cantons Mûr-de-Bretagne, Plélo, Plaintel, Ploufragan, Plérin, Saint-Brieuc-1, Saint-Brieuc-2
Régions traversées Bretagne
Principales localités Quintin, Ploufragan, Saint-Brieuc, Plérin

Sources : SANDRE:« J15-0300 », Géoportail, Banque Hydro

Le Gouët (Ar Goued en breton) est un fleuve côtier français situé dans le département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, qui se jette dans la Manche.

Signification ou Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Gouët vient du mot moyen breton « gwed » (sang en français). Il a pu être donné à la suite du massacre des Vikings de Saint-Brieuc par les Bretons, ce qui aurait rendu le fleuve rouge de sang.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Gouët à Sainte-Anne-du-Houlin.

Il prend sa source à la cime de Kerchouan, un relief schisteux situé sur la commune du Haut-Corlay[4]. Son régime hydrologique est Pluvial océanique, cependant il est très fortement influencé par le barrage de Saint-Barthélémy servant à l'alimentation en eau potable de l'agglomération de Saint-Brieuc. Ce barrage draine 86 % de la surface du bassin.

Le Gouët est une rivière fortement polluée [réf. nécessaire]. Elle fait l'objet d'une agriculture intensive sur l'ensemble du bassin versant. Il subit aussi une pollution urbaine en recevant les rejets de plusieurs stations d'épurations dont notamment celle de Saint-Brieuc d'une capacité de 100 000 équivalent-habitants. Enfin, le Gouët subit une pollution engendrée par les industries agroalimentaires [réf. nécessaire].

Le fleuve est long de 46,6 kilomètres[1], il se jette dans la Manche à Saint-Brieuc, au port du Légué, séparant ainsi les communes de Saint-Brieuc et de Plérin. La largeur varie de 3 à 7 mètres.

Le bassin du Gouët est d'une superficie de 251 km2[1], il est granitique.

Des roches arrondies recouvertes de mousse dans le lit de la rivière forment un Chaos.

Villes traversées[modifier | modifier le code]

Quintin, Ploufragan, Saint-Brieuc, Plérin

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département des Côtes-d'Armor, le Gouët traverse les seize communes[1] suivantes, de l'amont vers l'aval, du Haut-Corlay (source), Le Vieux-Bourg, Saint-Bihy, Lanfains, Le Fœil, Saint-Brandan, Quintin, Plaine-Haute, Plaintel, Saint-Julien, Ploufragan, Saint-Donan, La Méaugon, Trémuson, Plérin, Saint-Brieuc (embouchure).

Soi en termes de cantons, le Gouët prend source dans le canton de Mûr-de-Bretagne, traverse les canton de Plélo, canton de Plaintel, canton de Ploufragan, canton de Plérin, canton de Saint-Brieuc-1 et a son embouchure dans le canton de Saint-Brieuc-2, le tout dans l'arrondissement de Saint-Brieuc.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Le Gouët traverse trois zones hydrographiques J150, J151 et J152 pour 251 km2 de superficie totale[1]. Ce bassin versant est constitué à 76,02 % de « territoires agricoles », à 12,01 % de « territoires artificialisés », à 11,63 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 0,36 % de « surfaces en eau », à 0,09 % de « zones humides »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est le syndicat mixte du pays de Saint-Brieuc[3]

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Gouët a seize tronçons affluents référencés[1] dont :

  • la Bronce (rg), avec un affluent
  • le Moulin du Bois (rd),
  • le Pas (rd), avec trois affluents et de rang de Strahler trois.
  • le Crénan (rg),
  • le Germain ou ruisseau de Saint-Germain (rd), 7,9 km sur les deux communes de Saint-Brandan et Plaintel, avec deux affluents.
  • la Mandouve (rg), avec deux affluents qui conflue dans le lac de barrage de Saint-Barthélémy
  •  ? avec un affluent le Gourgou.
  • la Salle (rg) qui conflue dans le lac de barrage de Saint-Barthélémy
  • le Merlet (rg), avec un affluent.
  • Le Gouédic (rd), 9,1 km sur trois communes qui se jette dans le Gouët à hauteur du port du Légué, avec deux affluents et de rang de Strahler trois.

Don son rang de Strahler est de quatre.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Gouët a été suivi dans deux stations hydrologiques :

  • à Saint-Julien depuis 1994 pour un bassin versant de 138 km2 à 80 m d'altitude et
  • à Ploufragan (Saint-Barthélémy) depuis 1978 pour un bassin versant de 194 km2 à 80 m d'altitude et

Le Gouët à Ploufragan[modifier | modifier le code]

Une station hydrologique est en service à Ploufragan depuis le (38 ans) pour un bassin versant de 194 km2 soit 77 % du bassin versant total du Gouët (251 km2), et à 80 m d'altitude[2].

Le module ou moyenne annuelle de son débit est à Ploufragan de 2,11 m3/s[2].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : J1523020 - Le Gouët à Ploufragan (Saint-Barthélémy) pour un bassin versant de 194 km2 et à 80 m d'altitude[2]
(le 08-05-2015 - données calculées sur 22 ans de 1994 à 2015)
Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, ou débit minimal du cours d'eau enregistré pendant trois jours consécutifs sur un mois, en cas de quinquennale sèche s'établit à 0,180 m3/s[2] soit seulement 8,5 % du module.

Crues[modifier | modifier le code]

Sur cette courte période d'observation, le débit journalier maximal a été observé le pour 26,60 m3/s. Le débit instantané maximal a été observé le [note 1] avec 33,70 m3/s en même temps que la hauteur maximale instantanée de 180 cm soit 1,80 m[2].

Le QIX 2 est de 15 m3/s, le QIX 5 est de 21 m3/s, le QIX 10 est de 25 m3/s et le QIX 20 est de 28 m3/s[2]. Le QIX 50 n'a pas été calculé vu la période d'observation de 22 ans[2]

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 345 millimètres annuellement, ce qui est légèrement au-dessus de la moyenne en France. Le débit spécifique (Qsp) atteint 10,9 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle nationale de la baie de Saint-Brieuc[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle nationale de la baie de Saint-Brieuc (RNN140) est une réserve naturelle nationale classée en 1998. Elle occupe une surface de 1 140 hectares dans la partie sud de la baie de Saint-Brieuc.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. à 13h08

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Gouët (J15-0300) » (consulté le 10 novembre 2013)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Gouët à Ploufragan (Saint-Barthélémy) (J1523020) » (consulté le 20 mai 2015)
  3. a et b « Le Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux de la Baie de Saint-Brieuc », sur www.pays-de-saintbrieuc.org (consulté le 6 janvier 2016)
  4. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 6 janvier 2016)

Une vallée minuscule. Récits déambulatoires dans la vallée du Gouët.