Loir (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Loire.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loir.
le Loir
Le Loir à Lavardin.Loir (rivière) sur Commons
Le Loir à Lavardin.
Caractéristiques
Longueur 317,4 km [1]
Bassin 8 294 km2 [1]
Bassin collecteur Bassin de la Loire
Débit moyen 32,2 m3/s (Durtal) [2]
Régime pluvial océanique
Cours
Source Perche
· Localisation Saint-Éman
· Altitude 200 m
· Coordonnées 48° 19′ 17″ N 1° 12′ 53″ E / 48.3213888, 1.2147 (Source - le Loir)
Confluence Sarthe
· Localisation Bec du Loir, Briollay/Écouflant
· Altitude 16 m
· Coordonnées 47° 33′ 30″ N 0° 31′ 39″ O / 47.5583, -0.5275 (Confluence - le Loir)
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite Braye
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Eure-et-Loir, Loir-et-Cher, Maine-et-Loire, Sarthe
Régions traversées Centre-Val de Loire, Pays de la Loire

Sources : SANDRE:M1--0160, Géoportail, Banque Hydro

Le Loir est une rivière du centre-ouest de la France, dans les quatre départements d'Eure-et-Loir, de Loir-et-Cher, de Maine-et-Loire, de la Sarthe, dans les deux régions Centre-Val de Loire et Pays de la Loire, et un affluent de la Sarthe, donc un sous-affluent de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

À Bonneval, des fossés remplis d'eau du Loir enserrent la ville
Le Loir, vu du pont de Montrieux (Naveil-41)

De 317,4 km de longueur[1], il prend sa source aux abords du Perche à Saint-Éman en Eure-et-Loir et longe au sud de cette région sur une grande partie de sa distance, pour se jeter dans la Sarthe (rive gauche) au nord d'Angers, dans le département de Maine-et-Loire.

Les confluences cumulées du Loir venu de l'est et de la Sarthe venue du nord, puis de la Mayenne venue de l'ouest donnent naissance à la Maine.

Départements et principales villes traversés[modifier | modifier le code]

La ville de Vendôme est reconnue comme une capitale culturelle et touristique de la moyenne vallée du Loir.[réf. nécessaire] Le Loir traverse pourtant quatre-vingt-dix-huit (98) communes réparties sur quatre départements dont les principales sont :

Le Loir repoussé à l'est par les collines du Perche coule grosso-modo du centre vers le sud du département d'Eure-et-Loir, il passe au nord-ouest du Loir-et-Cher, puis au sud du département de la Sarthe avant de pénétrer par le nord du Maine-et-Loire.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Principaux affluents et sous-affluents[modifier | modifier le code]

Les rivières les plus importantes pour les aménagements hydrauliques étaient autrefois de l'amont vers l'aval : la Thironne, le Foussard, l'Ozane, la Conie, le Yerre, l'Aigre, la Braye, La Veuve, Le Dême, la Fare ou le Long, la Meaulne, l'Aune.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Loir à Durtal[modifier | modifier le code]

Son débit a été observé sur une période de 48 ans (1961-2008), à Durtal, localité du département de Maine-et-Loire, située à peu de distance de son confluent avec la Sarthe (bassin versant de 7 920 km2)[2] pour un bassin versant de 8 294 km2 total selon le SANDRE.

Le module du Loir est de 32,2 m3/s.

La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit, avec des hautes eaux d'hiver portant le débit mensuel moyen à un niveau allant de 39,4 à 61,2 m3/s, de décembre à avril inclus (maximum en janvier-février), et des basses eaux d'été, sur une période assez longue allant de fin juin à début octobre, avec une baisse du débit moyen mensuel jusqu'au niveau de 12,4 m3/s au mois d'août.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : M1531610 - Le Loir à Durtal pour un bassin versant de 7 920 km2[2]
(1961 - 2008)
Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Étiage ou bases eaux[modifier | modifier le code]

Le VCN3 peut chuter jusque 3,5 m3/s en cas de quinquennale sèche, ce qui reste assez élevé. Dans bien des situations difficiles, le Loir bénéficie de l'apport fort régulier des cours d'eau beaucerons tels la Conie et l'Aigre.

Crues[modifier | modifier le code]

Le Loir à Vendôme. À l'arrière-plan, l'Église abbatiale de la Trinité
Le Loir à La Flèche, avec en premier plan le Moulin des Quatre Saisons

Les crues peuvent être assez importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 170 et 260 m3/s. Le QIX 10 est de 310 m3/s, le QIX 20 de 370 m3/s, tandis que le QIX 50 se monte à 440 m3/s.

Le débit instantané maximal enregistré a été de 454 m3/s le , tandis que le débit journalier maximal était de 449 m3/s le même jour. En comparant ces chiffres aux valeurs des différents QIX de la rivière, on constate que ces crues étaient d'ordre cinquantennal et donc plutôt exceptionnelles.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin du Loir est de 129 millimètres/an, ce qui est fort faible et plus de moitié inférieur à la moyenne d'ensemble de la France. Le débit spécifique ou Qsp tombe de ce fait à un petit 4,1 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les graphies anciennes les plus communes en latin médiéval de la rivière sont Lœdus ou Lidericus. Le nom le plus ancien est super-ledo attesté en 616 pour la partie amont carnute, mais les variantes graphiques latine ledis, liddus, lidus existent déjà avant 844[3].

La forme la plus ancienne est Ledo en 616 (Dictionnaire Topographique de la Sarthe), du gaulois ledo « flux, reflux ». En 800, Ledum puis évolution par rhotacisme * led - > ler- d'où Ler en 1142, puis Loir à partir de 1283. Il est apparenté au Lez[4].

Le gallo-romain ledus ou ledum désignerait trivialement un cours d'eau, un flux d'eau. Une attraction paronymique, avec le fleuve ligérien, n'est pas à exclure. La batellerie y montre depuis l'Antiquité une véritable identité ligérienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les bourgades celtes qui jalonnent son parcours sont apparemment d'une importance bien mineure, en tous cas par rapport à la capitale des Carnutes ou celle des Andécaves, à proximité de sa vallée. Le Ledus est incontestablement une rivière carnute en amont, puis cénomane et andécave en aval.

Dans la tradition française, le Loir prend naissance au débouché de l'étang de Cernay, situé dans le canton d'Illiers après 1801. Il coule ensuite vers Bonneval, Châteaudun, Fréteval, Vendôme, Les Roches, Château de Loir, Le Lud, La Flèche avant de se jeter dans la Sarthe en rive gauche à 8 km au nord d'Angers. En 1860, il est navigable en aval sur 113 km de ses 250 km (sic) de parcours global, grâce à un équipement de 39 écluses à portes marinières[5]. La navigation commençait au port de Château-du-Loir. Le fret fluvial consistait en pierre de taille, chaux, carreaux de verre ou de céramique, charbon, foin et fourrages divers, matières ligneuses, outre le flottage du bois. Mentionnons les principaux

De Vendôme à La Chartre-sur-le-Loir, sur un parcours de moins de 50 km, se trouve réuni le plus bel ensemble de fresques et de peintures murales (XIIe-XVIe siècle) que la région ligérienne offre aux amateurs de formes et de couleurs anciennes. Elles décorent des petites églises médiévales égrénées le long d'une rivière tout en méandres, autrefois sur l'un des chemins de Saint-Jacques de Compostelle.

La vallée est dominée par les ruines féodales de Vendôme, Lavardin, Montoire, Trôo. Cette vallée a profondément marqué l'identité du Vendômois, à l'origine comté qui s'est formé à partir des IXe et Xe siècles de part et d'autre de la vallée. La vallée est liée au souvenir de Pierre de Ronsard[6].

Faune piscicole - Pêche[modifier | modifier le code]

Le Loir est classé cours d'eau de deuxième catégorie. On y rencontre essentiellement des gardons, tanches, perches, carpes, sandres. Ses trois principaux affluents du département d'Eure-et-Loir, l'Ozanne, l'Yerre et l'Aigre, sont classés en première catégorie, ou cours d'eau dans lesquels la truite peut se développer.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire géographique universel, contenant la description de tous les lieux du globe ..., Volume 9, A. Lacrosse, 1839, en particulier l'entrée Loir, p. 161.
  • Daniel Schweitz, L’Identité traditionnelle du Vendômois : des travaux d’érudition locale à la reconnaissance d’un pays de la Vieille France (XVIIIe-XXe siècle), Vendôme, Éd. du Cherche-Lune, 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Loir (M1--0160) » (consulté le 13 décembre 2013)
  2. a, b et c Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Loir à Durtal (M1531610) » (consulté le 13 décembre 2013)
  3. Fabien Régnier, Jean-Pierre Drouin, Les peuples fondateurs à l'origine de la Gaule, édition Yoran Embanner, 2014, ISBN 978-2914855945
  4. Le terme ledus est cité par le géographe Pomponius Mela au Ier siècle.
  5. Dans les années 1830, il compte 40 écluses dont trente-neuf en bois et une en pierre ou maçonnerie. Sur ces 62 lieues de cours, les 23 lieues de l'aval sont navigable. Il existe encore 6 lieues de flottage autorisé entre Poncé et Couemont. Le kilométrage du cours global bondit à 311 dans le Larousse du XXe siècle.
  6. Daniel Schweitz, L’Identité traditionnelle du Vendômois, opus cité