Sornin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

le Sornin
Illustration
le Sornin à Charlieu. Au fond à droite le château de Gatellier à Saint-Denis-de-Cabanne
Caractéristiques
Longueur 47 km [1]
Bassin 520 km2
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 7,44 m3/s (Charlieu)
Régime pluvial
Cours
Source entre les lieux-dits Grand Bois et Champ Bayon
· Localisation Saint-Bonnet-des-Bruyères
· Altitude 595 m
· Coordonnées 46° 15′ 08″ N, 4° 27′ 40″ E
Confluence la Loire
· Localisation en face de Briennon, entre Pouilly-sous-Charlieu et Saint-Nizier-sous-Charlieu
· Altitude 256 m
· Coordonnées 46° 09′ 11″ N, 4° 05′ 50″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Botoret, Chandonnet, Mussy
· Rive droite Bézo, Genette
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Loire, Rhône, Saône-et-Loire
Arrondissements Villefranche-sur-Saône, Charolles, Roanne
Cantons Monsols, La Clayette, Chauffailles, Charlieu, Roanne-Nord
Régions traversées Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes
Principales localités La Clayette, Charlieu

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro
Pont sur le Sornin - Châteauneuf.jpg

Le Sornin est une rivière française qui coule dans les départements du Rhône, de la Loire et de Saône-et-Loire. C'est un affluent direct de la Loire en rive droite.

Géographie[modifier | modifier le code]

La longueur de son cours d'eau est de 47 km[1]. Le Sornin se jette dans la Loire (rive droite) à Pouilly-sous-Charlieu, à une douzaine de kilomètres en aval de Roanne.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans les trois départements de la Loire, Rhône et Saône-et-Loire, le Sornin traverse dix-huit communes[1] :

Soit en termes de cantons, le Sornin prend source dans le canton de Monsols, traverse les canton de la Clayette, canton de Chauffailles, canton de Charlieu et conflue dans le canton de Roanne-Nord, le tout dans les trois arrondissement de Villefranche-sur-Saône, arrondissement de Charolles et arrondissement de Roanne.

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Sornin a vingt affluents référencés[1] ou plutôt huit bras, et douze affluents.

Son principal affluent est le Botoret (rg) 23,4 km qui prend sa source à 700 m d’altitude au col des Aillets sur la commune de Belleroche (Loire). Il rejoint le Sornin au pont de Char sur la commune de Saint-Denis-de-Cabanne à 278 m d'altitude.

Ses autres affluents d’amont en aval sont :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Sornin est une rivière très abondante, comme tous les cours d'eau issus de la partie occidentale des monts du Beaujolais. Son débit a été observé sur une période de 18 ans (1970-1987), à Charlieu, localité du département de la Loire située à une quinzaine de kilomètres au nord-nord-est de Roanne, peu avant son confluent avec la Loire[2]. Le bassin versant de la rivière y est de 457 km2 soit la quasi-totalité de ce dernier.

Le module de la rivière à Charlieu est de 7,44 <abbr class=abbr title="mètre puissance 3/s">m3/s.

Le Sornin, rivière de moyenne montagne, présente des fluctuations saisonnières de débit très marquées, comme bien souvent dans l'est de la France, avec des hautes eaux d'hiver et de printemps portant le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 9,2 et 14,3 <abbr class=abbr title="mètre puissance 3/s">m3/s, de décembre à mai inclus (avec un maximum en février), et des basses eaux d'été, de juillet à septembre, avec une baisse du débit moyen mensuel jusqu'à 1,44 <abbr class=abbr title="mètre puissance 3/s">m3/s au mois d'août. Mais les fluctuations sont bien plus prononcées sur de courtes périodes, et aussi d'après les années.

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 0,075 <abbr class=abbr title="mètre puissance 3/s">m3/s, en cas de période quinquennale sèche, soit 75 litres par seconde, ce qui est très sévère pour une rivière de cette importance, mais assez normal dans les régions nord-est du massif central.

Les crues peuvent être très importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 130 et 200 <abbr class=abbr title="mètre puissance 3/s">m3/s. Le QIX 10 est de 250 <abbr class=abbr title="mètre puissance 3/s">m3/s, le QIX 20 de 300 <abbr class=abbr title="mètre puissance 3/s">m3/s, tandis que le QIX 50 n'a pas été calculé, faute de durée d'observation suffisante.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : K1063010 Le Sornin à Charlieu pour un bassin versant de 457 km2 et à 265 m d'altitude[2]
(le 08-05-2013 sur 18 ans de 1970 à 1987)

Le débit instantané maximal enregistré à la station de Charlieu a été de 339 <abbr class=abbr title="mètre puissance 3/s">m3/s le 17 mai 1983, tandis que la valeur journalière maximale était de 221 <abbr class=abbr title="mètre puissance 3/s">m3/s le 26 avril 1983. En comparant la première de ces valeurs à l'échelle des QIX de la rivière, il ressort que cette crue était plus que vicennale.

Pour se faire une idée de l'importance de ces débits, on peut les comparer à un des affluents de la Seine au sud-est de Paris, le Loing, réputé jadis pour ses débordements, et quelque peu régularisé depuis (la surface de bassin est de 4 150 km2). Le QIX 10 du Loing en fin de parcours vaut seulement 190 <abbr class=abbr title="mètre puissance 3/s">m3/s (contre 250 pour le Sornin) et son QIX 20 se monte à 220 <abbr class=abbr title="mètre puissance 3/s">m3/s (contre 300 pour le Sornin). Ainsi malgré un bassin près de neuf fois moins étendu et un débit moyen d'à peu près 40 % de celui du Loing, le volume des crues du Sornin l'emporte largement sur celles du Loing.

Le Sornin est une rivière abondante, alimentée par des précipitations elles aussi abondantes, dans les régions nord-est du massif central. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 515 millimètres annuellement, ce qui est très élevé, de loin supérieur à la moyenne d'ensemble de la France (320 millimètres), mais aussi largement supérieur à la moyenne du bassin de l'Allier (326 millimètres à son confluent) et de la Vienne (319 millimètres à Nouâtre). Le débit spécifique de la rivière (ou Qsp) atteint 16,3 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références