Canal du Nivernais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Canal du Nivernais
Illustration.
Une des écluses du canal située à proximité de La Collancelle
Géographie
Pays France
Coordonnées 46° 50′ 17″ N, 3° 27′ 06″ E
Début La Loire à Saint-Léger-des-Vignes
Fin L'Yonne à Auxerre
Traverse Les départements de la Nièvre et de l'Yonne
Caractéristiques
Statut actuel En service
Longueur 174 km
Altitudes Début :  m
Fin :  m
Maximale : 261,80 m
Minimale : 97,60 m
Gabarit « Faux » Freycinet, soit 39 m sur 5,20 m (péniches de 300 à 350 t.)

Ne passe pas avec un bateau de 5.1. Les bajoyers sont en mauvais états (enduit en surépaisseur....)

Mouillage 1,60 m
Hauteur libre 3,5 au centre de l'arche
2,71 au plus bas (pont de Mougny PK 62) m
Usage Canal de jonction à bief de partage
Infrastructures
Ponts-canaux 2
Écluses 116
Histoire
Année début travaux 1784
Année d'ouverture 1842
Concepteur Charles Bossut, Nicolas de Condorcet, Aimable Hageau, F. Bossu

Le canal du Nivernais est un canal entre le bassin de la Loire et Auxerre, au cœur du département de l'Yonne[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Voir la carte (source Bourgogne tourisme).

Dimensions des écluses
  • 39 m × 5,20 m de l'écluse no 81 à l'écluse no 16 sur le versant Seine et de l'écluse no 32 à l'écluse no 35 sur le versant Loire.
  • 30 m × 5,20 m de l'écluse no 15 sur le versant Seine à l'écluse de garde no 31 sur le versant Loire.
  • 40 m × 5,20 m pour l'écluse no 1 de Baye sur le versant Loire, après avoir été transformée et déplacée entre 1914 et 1924.
Autres caractéristiques

Le canal du nivernais comporte deux pont-aqueduc. Le premier enjambe l'Aron en amont de l'écluse de Mingot et l'autre situé à en amont de l'écluse de Roche entre Cercy-la-Tour et Decize enjambe l'Andarge.

On peut y voir quatre écluses à double-sas. Ce sont celle d'Eugny à proximité de Corbigny et l'écluse de Tannay sur le versant Seine ; l'écluse de Chavance et écluse de Mont-et-Marré sur le versant Loire ainsi qu'une écluse à triple sas à Chavance sur le versant Loire.

Sur la commune de La Collancelle, le canal traverse trois tunnels, le premier, celui de La Collancelle est d'une longueur de 758 mètres, le deuxième, celui de Mouas est de 268 mètres et le troisième, celui de Breuilles est de 212 mètres.

Alimentation[modifier | modifier le code]

L'alimentation est effectuée via la rigole d'Yonne qui achemine l'eau du lac de Pannecière jusqu'au bief de partage (point culminant du canal) délimité par les écluses de Baye et de Port Brulé.

À partir du bief de partage, l'eau s'écoule jusqu'à Chatillon en Bazois pour le versant Loire, ensuite c'est la rivière Aron qui apporte son eau jusqu'à Decize.

Pour le versant Seine la rivière Yonne alimente en eau le canal du nivernais à partir de La Chaise et La Cure se joint à elle via l'embranchement de Vermenton jusqu'à Auxerre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construit au départ pour faciliter le flottage du bois provenant de la région de Châtillon-en-Bazois vers Paris via Clamecy et les voies existantes depuis les pentes du Morvan, le canal du Nivernais fut un important axe de communication reliant La Loire à La Seine, qui contribua au développement économique des Vaux d’Yonne et de sa région jusqu’à l’arrivée du chemin de fer au XIXe siècle.

Il est aujourd’hui exclusivement réservé à la navigation de plaisance, et beaucoup de plaisanciers le considèrent comme étant l’un des plus beaux canaux d’Europe, dont l’attrait est renforcé par la présence de remarquables ouvrages d’art d'époque (voûtes, tunnels, écluses, pont-levis).

Les travaux de construction du canal commencèrent en 1784 à La Collancelle. Là fut percée sous la supervision d'Aimable Hageau la plus grande voûte du site, mesurant 758 mètres de longueur, avec en amont les étangs de Vaux et de Baye, et en aval, l’échelle de seize écluses de Sardy-lès-Épiry.

Interrompus par la Révolution, les travaux seront finalement achevés de 1822 à 1824. Philippe Fougerolle, un maçon de la Creuse, y participa[2] avant de fonder en 1844 l'entreprise Fougerolle (aujourd’hui intégrée au groupe Eiffage).

Le canal aujourd’hui[modifier | modifier le code]

Équipement et fréquentation[modifier | modifier le code]

Avec une fréquentation fluviale de 19 324 passages aux écluses en 2012[3], le Canal du Nivernais reste le 2e plus fréquenté de France pour la plaisance.

Une véloroute de 183,2 km longe le Canal entre Auxerre dans l'Yonne et Decize dans la Nièvre.

Le canal "numérique"[modifier | modifier le code]

Depuis 2012, le Canal du Nivernais est un Canal Numérique, équipé de bornes et antennes connectées au Réseau Public Départemental Haut Débit de la Nièvre. Cette structure permet de proposer des services accessibles par des QR Code apposés sur les supports de communication ou chez les prestataires[4] :

6 bornes numériques situées à Cercy-la-Tour, Panneçot, Châtillon-en-Bazois, Bazolles, Chaumot, Clamecy.

10 bornes Wi-Fi situées à Saint-Léger-des-Vignes, Decize, Cercy-la-Tour, Panneçot, Châtillon-en-Bazois, Bazolles, La Collancelle, Chaumot, Flez-cuzy, Clamecy[5].

Manifestations autour du canal[modifier | modifier le code]

  • Le Flottage en Fête sur le Canal du Nivernais : de juillet à août le long du Canal, des expositions itinérantes sur le flottage du bois et la reconstitution d'un train de bois.
  • La Fête du Flottage : en juillet à Clamecy
  • La Descente Bidon : en août à Clamecy, défilé d'embarcations bricolées

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Léonce-Abel Mazoyer, Dérivation du Canal du Nivernais dans la traversée de Clamecy (note extraite des Annales des Ponts et Chaussées), Paris, E. Bernard et Cie, 1902. Consultable sur la Bibliothèque numérique de l'École des Ponts à l'adresse http://patrimoine.enpc.fr/document/ENPC02_PER_Pjuris_277_1902

Paul de Haut, Le canal du Nivernais, collection Mémoires en images, éditions Alan Sutton, 160 pages, 2010, (ISBN 978-2-8138-0302-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]