Badecon-le-Pin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Badecon-le-Pin
Badecon-le-Pin
L'église en 2010.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre
Arrondissement Châteauroux
Canton Argenton-sur-Creuse
Intercommunalité Communauté de communes Éguzon - Argenton - Vallée de la Creuse
Maire
Mandat
François Broggi
2014-2020
Code postal 36200
Code commune 36158
Démographie
Gentilé Badeconnais
Population
municipale
739 hab. (2015 en diminution de 3,02 % par rapport à 2010)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 32′ 28″ nord, 1° 35′ 34″ est
Altitude Min. 111 m
Max. 259 m
Superficie 9,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Badecon-le-Pin

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte topographique de l'Indre
City locator 14.svg
Badecon-le-Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Badecon-le-Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Badecon-le-Pin

Badecon-le-Pin est une commune française située dans le département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le sud[1] du département, dans la région naturelle du Boischaut Sud.

Les communes limitrophes[1] et chefs-lieux[1] sont : Ceaulmont (2 km), Le Menoux (2 km), Chavin (3 km), Gargilesse-Dampierre (3 km), Pommiers (5 km), Éguzon-Chantôme (11 km), Châteauroux (31 km), La Châtre (31 km), Le Blanc (42 km) et Issoudun (54 km).

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les hameaux[2] et lieux-dits[2] de la commune sont : le Pin, Feuillets, les Touchards, la Roche bat l'Aigüe, Châtillon, le Pilori, les Granges, les Chocats et les Minières.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Géologie et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[3].

Le territoire communal est arrosé par la rivière Creuse[2], ainsi que par trois ruisseaux : le riau du Gué, le riau de Chatillon et le riau de Terron.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est desservi par les routes départementales[4] : 38, 38C, 40 et 48.

La gare ferroviaire la plus proche est la gare d'Argenton-sur-Creuse[4], à 8 km.

La commune est desservie par la ligne J du réseau L'Aile Bleue[5].

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre[4], à 43 km.

Le territoire communal est traversé par le sentier de grande randonnée de pays du Val de Creuse[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente le détail du secteur des logements[6] de la commune :

Date du relevé 2013
Nombre total de logements 497
Résidences principales 65 %
Résidences secondaires 29,2 %
Logements vacants 5,8 %
Part des ménages propriétaires de leur résidence principale 83 %

Toponymie[modifier | modifier le code]

En , la paroisse du Pin et la collecte de Badecon forment la municipalité du Pin. La commune du Pin prit le nom de Badecon-le-Pin, par décret du .

Ses habitants sont appelés les Badeconnais[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse[8] du Pin, à l’origine, recouvre son actuel territoire mais elle se prolongeait jusqu’au cours de la Gargilesse. Elle incluait la position de l’actuel château de Gargilesse. Ainsi, lorsque Hugues II de Naillac, en 1200, construit la chapelle du château, celle-ci est dédiée à Notre-Dame du Pin en raison de sa dépendance spirituelle à l’égard de son église mère, celle dédiée à Saint Denis au Pin.

Le bourg[9] du Pin était siège d’un prieuré rattaché à l’abbaye Saint-Gildas de Châteauroux, tout comme l’église paroissiale Saint-Denis-du-Pin datant elle-même du XIIe siècle.

Lors de l’érection de la chapelle féodale de Gargilesse, en 1200, Hugues de Naillac accorda au prieur du Pin le droit de justice sur les habitants du village du Pin et il donna à ceux-ci franchise dans un espace compris entre les croix plantées. Ces croix fourniront à certains endroits l’actuelle limite entre Gargilesse et Le Pin.

En mai 1782, un ouragan emporta le clocher, rasa la nef, laissant seulement debout le cœur de la sacristie.

En 1786, la paroisse du Pin perd définitivement une partie de son territoire, rattachée à celle de Gargilesse.

En 1789, dans les cahiers de doléances, les habitants de Badecon, se plaignent d’être obligés d’aller à la messe au bourg du Pin. Ils réclament donc l’érection de Badecon en paroisse et donc de ne plus dépendre spirituellement de Saint-Denis-du-Pin. À cette époque, la seigneurie de Badecon compte 191 feux et Le Pin, 200 feux.

En 1790, la paroisse du Pin et la collecte de Badecon sont regroupés en une municipalité.

La rivière Creuse est directement liée au développement économique de la commune. La géologie a longtemps fait que l’activité économique de la commune était basée sur la viticulture. Les côtes de la Creuse sont alors la continuité et la fin du vignoble du Menoux. Les côtes Gareuilles, de Châtillon, les Gardes sont alors couvertes de vignes. Les vins sont exportés principalement vers le Limousin. L’autre activité est directement liée aux moulins implantés sur le cours de la rivière. Cinq moulins se sont implantés sur la rive droite de la Creuse. Le moulin Drap fut longtemps spécialisé dans le foulage du chanvre d’où le nom de moulin à drap. Les moulins du Pin, Loup, de la Dine Jacques et le Grand Moulin étaient des moulins à blé.

La mise en eau du barrage de la Roche-bat-l’Aigue amena l’électricité à Badecon et Argenton-sur-Creuse dès 1907, mais provoqua la fin des moulins. Le surélèvement du barrage en 1976 noya la vallée sur tout le territoire de la commune, jusqu’au Pont Noir.

La commune fut rattaché de 1973 à 2015 au canton d'Éguzon-Chantôme et du au à la communauté de communes du pays d'Éguzon - Val de Creuse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'arrondissement de Châteauroux, du canton d'Argenton-sur-Creuse, de la deuxième circonscription de l'Indre et de la communauté de communes Éguzon - Argenton - Vallée de la Creuse.

Elle dispose d'un bureau de poste[10].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1979 Pierre Brunaud ? Militaire, résistant[11]
? mars 1983 Maurice Bonnin ? ?
mars 1983 en cours François Broggi[12],[13],[14] DVD[15] Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2015, la commune comptait 739 habitants[Note 1], en diminution de 3,02 % par rapport à 2010 (Indre : -3,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 045 1 146 1 073 1 036 1 135 1 182 1 206 1 191 1 170
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 185 1 184 1 168 1 143 1 091 1 109 1 104 1 027 1 061
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 036 990 967 757 707 657 651 626 594
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
561 578 596 523 595 696 725 729 733
2013 2015 - - - - - - -
746 739 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

La commune possède comme lieu d'enseignement[20] une école maternelle publique (Les Diablotins), qui dépend du RPI[21] : Badecon-le-Pin - Chavin - Malicornay - Le Menoux. Le collège public (Rollinat) de secteur[22] se trouve à Argenton-sur-Creuse. Les lycées publics de secteur[22] se trouvent à Argenton-sur-Creuse (lycée général Rollinat) et à Châteauroux (lycée polyvalent Blaise-Pascal).

La commune est couverte par les médias suivants : La Nouvelle République du Centre-Ouest, Le Berry républicain, L'Écho - La Marseillaise, La Bouinotte, Le Petit Berrichon, L'Écho du Berry, France 3 Centre-Val de Loire, Berry Issoudun Première, Vibration, Forum, France Bleu Berry et RCF en Berry.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Labels et distinctions[modifier | modifier le code]

Badecon-le-Pin a obtenu au concours des villes et villages fleuris une fleur en : 2004[23], 2005[24], 2006[25], 2007[26], 2008[27], 2011[28], 2013, 2014, 2015 et 2016[29].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Site de Lion 1906 : Indre, consulté le 10 septembre 2012.
  2. a, b, c et d Site du Géoportail : Badecon-le-Pin, consulté le 15 décembre 2013.
  3. Site de la prévention du risque sismique : Didacticiel de la règlementation parasismique : Indre, consulté le 30 juillet 2016.
  4. a, b et c Site de ViaMichelin : Badecon-le-Pin, consulté le 14 décembre 2013.
  5. Site du conseil départemental de l'Indre : Les horaires de l’Aile Bleue, consulté le 7 mars 2016.
  6. Site de l'Insee : Badecon-le-Pin, consulté le 6 septembre 2016.
  7. « Nom des habitants des communes françaises, Badecon-le-Pin », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 27 mars 2012).
  8. Eugène Hubert, Les Origines de Gargilesse.
  9. Paroisses et communes de France : Indre, Éditions CNRS.
  10. Site de La Poste : Un bureau de poste, consulté le 22 août 2012.
  11. « ? », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ .
  12. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2001, consulté le 18 février 2013.
  13. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2008, consulté le 28 novembre 2009.
  14. [PDF] Site de la préfecture de l'Indre : Résultats des élections municipales de 2014, consulté le 28 avril 2014.
  15. Site du journal Le Monde : Badecon-le-Pin, consulté le 8 mai 2016.
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  20. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Coordonnées des établissements scolaires publics et privés sous contrat, consulté le 16 août 2012.
  21. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Carte des communes sans écoles et regroupement pédagogique intercommunaux (RPI), consulté le 18 août 2012.
  22. a et b Site de l'académie d'Orléans-Tours : Tableau des secteurs de recrutement collèges et lycées, consulté le 20 août 2012.
  23. [PDF] 45e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2004, consulté le 23 septembre 2009.
  24. [PDF] 46e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2005, consulté le 23 septembre 2009.
  25. [PDF] 47e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2006, consulté le 23 septembre 2009.
  26. [PDF] 48e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2007, consulté le 23 septembre 2009.
  27. [PDF] 49e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2008, consulté le 23 septembre 2009.
  28. [PDF] 52e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2011, consulté le 23 septembre 2011.
  29. Site des villes et villages fleuris : Toutes les communes fleuries, consulté le 22 décembre 2016.
  30. Site du Sénat français : Monsacré Fernand, consulté le 20 août 2012.