Brame (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brame.
la Brame
Le Saut de la Brame, entre Darnac et Thiat, Haute-Vienne.JPG
Le Saut de la Brame, entre Darnac et Thiat, Haute-Vienne
Images externes
selon le SMAGA - Syndicat Mixte d'Aménagement de la Gartempe et de ses Affluents
La Brame dans le bassin de la Gartempe
Caractéristiques
Longueur 60,4 km [1]
Bassin 273 km2 [1]
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 2,25 m3/s (Oradour-Saint-Genest) [2]
Nombre de Strahler 3
Organisme gestionnaire SMAGA, Syndicat Mixte d'Aménagement de la Gartempe et de ses Affluents[3]
Régime pluvial
Cours
Source dans le Bois de Margot
· Localisation La Souterraine
· Altitude 420 m
· Coordonnées 46° 14′ 05″ N 1° 27′ 28″ E / 46.2346, 1.4577 (Source - la Brame)
Confluence la Gartempe
· Localisation Bussière-Poitevine, Thiat, Darnac
· Altitude 124 m
· Coordonnées 46° 16′ 33″ N 0° 56′ 09″ E / 46.2759, 0.9358 (Confluence - la Brame)
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Nadaud, Longé, Lage
· Rive droite Brunet, Belleterie
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Haute-Vienne, Creuse
Arrondissements Guéret, Bellac
Cantons La Souterraine, Châteauponsac, Le Dorat, Bellac
Régions traversées Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes
Principales localités La Souterraine, Le Dorat

Sources : SANDRE:L53-0300, Géoportail, Banque Hydro, SMAGA[3]

La Brame est une rivière française de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes qui coule dans le département de la Haute-Vienne. C'est un affluent droit de la Gartempe, donc un sous-affluent de la Loire par la Vienne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Brame prend sa source à la limite du département de la Creuse, à peu de distance à l'ouest de La Souterraine, dans le bois de Margot, à 420 m d'altitude[4].

La Brame coule globalement en direction de l'ouest et son bassin est situé au nord de celui de la Semme[5]. Après un trajet de 60,4 kilomètres[1]. Elle passe sous l'autoroute A20 l'Occitane, sur la commune d'Arnac la Poste.

La Brame conflue en rive droite de la Gartempe près de Thiat, au croisement des trois communes de Bussière-Poitevine, Thiat, Darnac, après avoir formé une cascade appelée le Saut de la Brame, à 124 m d'altitude[6].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans les deux départements de la Creuse et de la Haute-Vienne, la Brame traverse les quatorze communes[1] suivantes, dont les deux premières en Creuse et douze en Haute-Vienne, de l'amont vers l'aval, de La Souterraine (source), Saint-Maurice-la-Souterraine, Arnac-la-Poste, Saint-Hilaire-la-Treille, Saint-Sornin-Leulac, Dompierre-les-Églises, Magnac-Laval, Le Dorat, Oradour-Saint-Genest, Thiat, Darnac, Bussière-Poitevine (confluence).

Soit en termes de cantons, la Brame prend source dans le canton de La Souterraine, traverse les canton de Châteauponsac et canton du Dorat, conflue dans le canton de Bellac, le tout dans les deux arrondissement de Guéret et arrondissement de Bellac.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

La Brame traverse trois zones hydrographes L530, L531 et L532[1] pour une superficie totale de 273 km2[1]. Ce bassin versant est constitué à 93,28 % de « territoires agricoles », à 5,30 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 1,48 % de « territoires artificialisés »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est depuis le 1er janvier 2013, le SMAGA ou Syndicat Mixte d'Aménagement de la Gartempe et de ses Affluents[3].

Affluents[modifier | modifier le code]

La Brame a dix-sept tronçons affluents référencés[1] dont :

Son rang de Strahler est donc de trois.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Brame est une rivière fort irrégulière, comme presque tous les cours d'eau issus du nord du Limousin.

La Brame à Oradour-Saint-Genest[modifier | modifier le code]

Son débit a été observé depuis 1971 soit 45 ans (1971-2015), à Oradour-Saint-Genest, à 161 m d'altitude, localité du département de la Haute-Vienne située au niveau de son confluent avec la Gartempe, 30 kilomètres en amont de [2]. Le bassin versant de la rivière est de 235 km2 soit 86 % du bassin total de 273 km2[1].

Le module de la rivière à Oradour-Saint-Genest est de 2,25 m3/s[2].

La Brame présente des fluctuations saisonnières de débit très marquées, comme bien souvent dans la région. Les hautes eaux se déroulent de la fin de l'automne au début du printemps et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 3,72 et 4,81 m3/s, de décembre à mars inclus (avec un sommet en janvier-février). Dès le mois d'avril, le débit moyen baisse rapidement jusqu'à la période des basses eaux d'été, qui ont lieu de juillet à septembre, accompagnée d'une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 0,299 m3/s au mois d'août. Mais les fluctuations sont plus prononcées selon les années et sur de plus courtes périodes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : L5323010 - La Brame à Oradour-Saint-Genest pour un bassin versant de 235 km2, à 161 m d'altitude[2]
(08-11-2015 données calculées sur 45 ans)
Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Ainsi l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, ou débit minimal du cours d'eau enregistré pendant trois jours consécutifs sur un mois, en cas de quinquennale sèche peut chuter jusque 0,029 m3/s, soit 29 litres par seconde, ce qui est sévère.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être très importantes, compte tenu de la taille assez modeste du bassin versant de la rivière. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 36 et 51 m3/s. Le QIX 10 est de 61 m3/s, le QIX 20 de 70 m3 et le QIX 50 de 83 m3/s.

Le débit instantané maximal enregistré à la station hydrométrique d'Oradour-Saint-Genest a été de 72,8 m3/s le 6 janvier 1982[note 1], tandis que la valeur journalière maximale était de 51,2 m3/s le même jour. En comparant la première de ces valeurs à l'échelle des QIX de la rivière, il ressort que cette crue était d'ordre vicennal, destinée à se répéter tous les 20 ans en moyenne. La hauteur maximale instantanée s'est établie, sur la période, à 379 cm ou 3,79 m, le même 6 janvier 1982[note 1].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La Brame est une rivière moyennement abondante, alimentée par des précipitations assez abondantes dans la région. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 303 millimètres annuellement, ce qui est plus ou moins comparable à la moyenne française, ainsi qu'à la moyenne du bassin de la Vienne (319 millimètres/an), mais nettement supérieur à la totalité du bassin de la Loire (245 millimètres/an). Le débit spécifique (ou Qsp) de la rivière atteint 9,6 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

Sur le cours de la Brame on rencontre de nombreux moulins et/ou lieux-dits [11] : le Pont Georges, le moulin de Commergac, le moulin de Lascoux, le moulin Treillard, le moulin Siquet, le moulin de Lavaud, le moulin des Rempiottes, le moulin de Dompierre, le moulin du Couret, le moulin des Combes, un gué à côté d'un ancien moulin à Magnac-Laval, le moulin de Chantranne, le moulin de Beaubeyrot, le moulin du Thot, le moulin de la Barre, le moulin de la Grange, le moulin du Roi, le moulin de la Rivalerie, le moulin de l'Écorce, le moulin de chez Daubusson, le moulin de la Locherie, le moulin de la Perrière, le moulin de chez Joyeux, le moulin de la Forge, le moulin de Guinay, le moulin de Brame avant la cascade su Saut de la Brame[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b à 14h54

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Sandre, « Fiche cours d'eau - La Brame (L53-0300) » (consulté le 22 octobre 2014)
  2. a, b, c et d Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Brame à Oradour-Saint-Genest (L5323010) » (consulté le 22 octobre 2014)
  3. a, b et c « Syndicat Mixte d'Aménagement de la Gartempe et de ses Affluents », sur www.smabga.fr (consulté le 29 novembre 2015)
  4. Source de la Brame sur Géoportail (consulté le 29 novembre 2015).
  5. a et b Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 29 novembre 2015)
  6. Confluence de la Brame avec la Gartempe sur Géoportail (consulté le 29 novembre 2015).
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau la Brame et rivière la Brame (L53-0301) » (consulté le 29 novembre 2015)
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Brunet (L5317900) » (consulté le 29 novembre 2015)
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Belleterie (L5325200) » (consulté le 29 novembre 2015)
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Nadaud (L5325900) » (consulté le 29 novembre 2015)
  11. « La Brame et ses moulins », sur gartempe.fauvet.pagesperso-orange.fr (consulté le 29 novembre 2015)