Artière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Artière (homonymie).

Artière
Illustration
L'Artière à Beaumont.
Caractéristiques
Longueur 30,4 km [1]
Bassin collecteur Bassin de la Loire
Nombre de Strahler 3
Cours
Source source
· Localisation Saint-Genès-Champanelle
· Coordonnées 45° 44′ 22″ N, 3° 00′ 19″ E
Confluence l'Allier
· Localisation Martres-d'Artière
· Coordonnées 45° 50′ 16″ N, 3° 17′ 38″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Puy-de-Dôme
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes
Principales localités Clermont-Ferrand

Sources : SANDRE, Géoportail

L'Artière est une rivière française qui coule dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes, et un affluent de rive gauche de l'Allier, donc un sous-affluent de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

De 30,4 km de long[1], l'Artière a un cours globalement dirigé vers le nord-est. Elle longe par l'est l'agglomération de Clermont-Ferrand, arrose Aulnat et se jette dans l'Allier aux Martres-d'Artière. Au début de son parcours, elle est elle-même formée par la réunion de plusieurs petits ruisseaux nés sur le plateau des Dômes au pied de la chaîne des Puys.

L'Artière reçoit les eaux de la station d'épuration de Clermont Auvergne Métropole à Aulnat.

Elle est couverte dans la plus grande partie de l'agglomération de Clermont-Ferrand, jusqu'à Aulnat, puis canalisée dans la traversée de cette ville. Un projet, piloté par le Conseil départemental et Clermont-Communauté, vise à reconstituer une rivière vivante sur la commune d'Aulnat[2].

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Coulant dans le seul département du Puy-de-Dôme, l'Artière traverse neuf communes[1] :

Affluents[modifier | modifier le code]

Elle a trois affluents : la Gazelle, qui arrose Romagnat, la Tiretaine (branche sud) et le Bec, qui coule entre Pérignat-lès-Sarliève et Cournon-d'Auvergne[3]. L'Artière a deux affluents référencés[1] :

  • le Saint-Gênes, 9,6 km sur les quatre communes de Saint-Genes-Champanelle, Romagnat, Ceyrat, et Beaumont avec un affluent :
    •  ?, 2,6 km sur les deux communes de Romagnat et Ceyrat.
  • la Grande Rase de Sarliève, 13,7 km[note 1]

Le rang de Strahler est donc de trois.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Artière peut venir de la francisation de l'auvergnat arteirà, "défrichement". Une deuxième hypothèse pouvant être envisagé est que le toponyme initial de la source de la rivière soit un endroit marqué par une présence des ours[4]. Le préfixe gaulois/celte art signifiant ours étant accolé au suffixe roman tiera, et pourrait donc également être la "terre des ours"[5].

L'Artière a donné son nom à la commune Les Martres-d'Artière ainsi qu'à divers commerces.

Une entente sportive a également utilisé son nom durant une décennie (2001-2012): L'entente du Val d'Artière regroupant les clubs de rugby de Beaumont, Romagnat et Saint Genès Champanelle. Ce regroupement a permis un développement majeur pour chacun des clubs concernés au niveau de ses jeunes (5 à 18 ans) avec de nombreux titres (Champion D'auvergne Cadets Teulière A 2010 et Juniors Danets 2012, Vainqueur Oval'team Minimes 2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Laurent et al, Les mémoires de l'eau - Beaumont, édité par la mairie de Beaumont, 2009, (ISBN 2-9522833-46)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le SANDRE 2014 a mis cet affluent en état gelé

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Artière (K2724200) » (consulté le 1er mai 2014)
  2. La Montagne, 6 mars 2012, p. 11.
  3. « Êtes-vous menacé par les eaux », La Montagne, 2 novembre 2015, p. 9 (avec carte).
  4. Chapeau, Quand l'Artière et la Tiretaine débordaient... Le Gonfanon n°21, Argha
  5. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, Errance, coll. « Collection des Hespérides », , 352 p. (ISBN 2-87772-198-1)