Aigronne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

l'Aigronne
Illustration
Caractéristiques
Longueur 31,3 km [1]
Bassin collecteur la Loire
Nombre de Strahler 3
Régime pluvial
Cours
Source l'Étang de l'Île
· Localisation Paulnay
· Altitude 143 m
· Coordonnées 46° 53′ 53″ N, 1° 08′ 36″ E
Confluence la Claise
· Localisation Le Grand-Pressigny
· Altitude 58 m
· Coordonnées 46° 55′ 12″ N, 0° 47′ 48″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche sans
· Rive droite Remillon
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Indre, Indre-et-Loire
Arrondissements Le Blanc, Châteauroux, Loches
Cantons Mézières-en-Brenne, Châtillon-sur-Indre, Preuilly-sur-Claise, Le Grand-pressigny
Régions traversées Centre-Val de Loire

Sources : SANDRE:« L6214000 », Géoportail

L'Aigronne est une rivière française de la région Centre-Val de Loire, qui coule dans les départements de l'Indre, puis d'Indre-et-Loire. C'est un affluent droit de la Claise, rivière dans laquelle elle se jette au Grand-Pressigny. Il s'agit donc d'un sous-affluent de la Loire par la Claise puis la Creuse, puis la Vienne.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Aigronne prend sa source à la frontière entre les départements de l'Indre et d'Indre-et-Loire, au sud de la commune de Cléré-du-Bois, sur la commune de Paulnay, au lieu-dit l'Étang de l'Île, à 143 m d'altitude, et au sud-est du bois de la Brosse.

De 31,3 km de longueur[1], elle s'écoule sur une petite trentaine de kilomètres pour se déverser dans la Claise, suivant globalement une orientation d'est en ouest.

Elle conflue en rive droite de la Claise, sur la commune Le Grand-Pressigny, à 58 m d'altitude, au lieu-dit les Réaux, en face de la station d'épuration et de l'ancienne gare ferroviaire.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans les deux départements de l'Indre et d'Indre-et-Loire, l'Aigronne traverse les sept communes[1] suivantes, dans quatre cantons, dans le sens amont vers aval, de Paulnay (source), Cléré-du-Bois, Obterre, Charnizay, Le Petit-Pressigny, La Celle-Guenand, Le Grand-Pressigny (confluence).

Soit en termes de cantons, l'Aigronne prend source dans le canton de Mézières-en-Brenne, traverse les canton de Châtillon-sur-Indre, canton de Preuilly-sur-Claise, et conflue dans le canton du Grand-Pressigny, le tout dans l'arrondissement du Blanc, arrondissement de Châteauroux, arrondissement de Loches.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

L'Aigronne traverse un seul bassin versant pour le Sandre : La Claise de l'Aiglonne (NC) à la Creuse (NC) (L621) de 1 204 km2.

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

L'Aigronne a plusieurs affluents dont :

Rang de Strahler[modifier | modifier le code]

Donc le rang de Strahler est de trois.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Hydronymie[modifier | modifier le code]

Nom rencontré en Anjou. Correspond au mot héron du (francique *haigro).

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

Pêche[modifier | modifier le code]

L'Aigronne est un cours d'eau de première catégorie[3]

Écologie[modifier | modifier le code]

La communauté de communes de la Touraine du Sud veut lancer prochainement un contrat de restauration et d'entretien sur tout le bassin de la Claise dont l'Aigronne[3].

Réserve biologique[modifier | modifier le code]

Un cours d’eau est considéré comme réserve biologique lorsqu'il comprend une ou plusieurs zones de reproduction ou d’habitat des espèces de phytoplanctons, de macrophytes et de phytobenthos, de faune benthique invertébrée ou d’ichtyofaune, et permet leur répartition dans un ou plusieurs cours d’eau du bassin versant[4]. Les réservoirs biologiques, nécessaires au maintien ou à l’atteinte du bon état écologique des cours d’eau, correspondent donc[5] :

  • à un tronçon de cours d’eau ou annexe hydraulique qui va jouer le rôle de pépinière, de « fournisseur » d’espèces susceptibles de coloniser une zone naturellement ou artificiellement appauvrie (réensemencement du milieu) ;
  • à des aires où les espèces peuvent accéder à l’ensemble des habitats naturels nécessaires à l’accomplissement des principales phases de leur cycle biologique (reproduction, abri-repos, croissance, alimentation).

Dans le cadre des travaux préparatoires à l'élaboration de ce classement au sein du SDAGE Loire-Bretagne, l'Aigronne et ses affluents, depuis la source jusqu'à sa confluence avec la Claise, sont répertoriés comme réserve biologique, sous l'identifiant RESBIO_330. Les espèces présentes sont l'écrevisse à pattes blanches, la truite fario, la lamproie de Planer et le chabot[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. rd pour rive droite et rg pour rive gauche

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - l'Aigronne (L6214000) » (consulté le 30 juin 2013)
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau le Remillon (L6215600) » (consulté le 30 juin 2013)
  3. a et b « L'Aigronne », sur fedepeche37.fr (consulté le 30 juin 2013)
  4. « Article R214-108 du code de l'environnement », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 18 août 2017)
  5. [PDF]Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, « Plan d'actions pour la restauration de la continuité écologique des cours d'eau (Parce) », sur http://www.ladocumentationfrancaise.fr, (consulté le 18 août 2017), p. 11
  6. « Liste des réserves biologiques dans le bassin Loire-Bretagne », sur http://www.donnees.centre.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 13 février 2019)
Ressource relative à la géographieVoir et modifier les données sur Wikidata :