Camembert de Normandie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camembert.
Camembert de Normandie
Camembert de Normandie (AOP) 10.jpg
Pays d’origine
Région
Lait
Pâte
Appellation
Nommé en référence à

Le camembert de Normandie est un fromage au lait cru de vache, à pâte molle légèrement salée et à croûte fleurie fabriqué en Normandie. L'appellation d'origine de ce fromage français est protégée en France depuis 1982 par une appellation d'origine contrôlée et dans l'ensemble des pays de l'Union européenne par une appellation d'origine protégée (AOP). Camembert est aussi un petit village en Basse-Normandie où le fromage aurait été originellement fabriqué.

Sa production représente 4,2 %[1] de la production totale des camemberts fabriqués en France.

Caractéristiques du camembert de Normandie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Le camembert de Normandie a la forme d'un cylindre de 10,5 à 11 cm de diamètre et pèse 250 g[2] minimum[3], poids net à l'emballage. Il a 45 % de matières grasses minimum sur extrait sec, soit seulement 22 % sur le produit fini et un poids total de matière sèche supérieur ou égal à 115 g[4] par fromage. La croûte fleurie blanche[* 1] peut être tachetée de rouille[* 2], selon le degré d'affinage.

« La pâte [est] (…) ivoire à jaune clair ; affinée à cœur, elle est lisse et souple. »

— Décret no 2008–984 du 18 septembre 2008.

Il est obligatoirement commercialisé dans une boîte en bois. Il faut 2,2 l de lait pour fabriquer un camembert de Normandie.

Valeur nutritionnelle[modifier | modifier le code]

Valeur nutritionnelle moyenne du camembert au lait cru[5]
pour 100 g
eau 54,9 g
lipides 21,9 g
dont acides gras saturés 14 g
dont acides gras monoinsaturés 5,12 g
dont acides gras polyinsaturés 590 mg
dont cholestérol 74,5 mg
protéines 20 g
sodium 802 mg
phosphore 286 mg
calcium 235 mg
potassium 150 mg
glucides 0,1 g
magnésium 15 mg
zinc 3,78 mg
vitamine B2 640 µg
activité vitaminique E, équivalents α-tocophérol 440 µg
vitamine A 246 µg
cuivre 210 µg
vitamine PP 55 µg
vitamine B3 1,46 µg
vitamine B12 0,85 µg
vitamine D 0,76 µg
vitamine B5 0,33 µg
vitamine B6 0,2 µg
énergie 1 152 kJ
énergie 278 kcal

Histoire[modifier | modifier le code]

La légende[modifier | modifier le code]

« Camembert […] est le nom donné (1867) à un fromage fabriqué pour la première fois à la fin du XVIIIe siècle par Marie Fontaine, fermière de la commune de Camembert (Orne). »

— Alain Rey (dir.), Le Robert Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaires Le Robert, Paris, nouvelle édition janvier 1994, tome I, p. 333.

Selon la légende, historiquement peu crédible[6], le camembert de Normandie a été mis au point en 1791 par une fermière de Camembert, Marie Harel (née Fontaine), avec les conseils avisés d’un prêtre réfractaire, originaire de la Brie, réfugié chez elle.

Cette légende se retrouve dans de nombreux ouvrages, avec de surprenants enrichissements[7]. Le nom de Marie Harel, inventrice du camembert, apparaît en 1850, grâce à son petit-fils[8]. La légende est due à la remarquable réussite de sa famille et à l’intérêt commercial retiré[9]. Au début du XXe siècle, le syndicat des fabricants du véritable camembert de Normandie prend la relève des héritiers de Marie Harel pour perpétuer la légende du camembert normand[10] ; au XXIe siècle, l’association de défense et de gestion de l’AOC camembert de Normandie[* 3] le remplace.

Éléments historiques[modifier | modifier le code]

Origine inconnue[modifier | modifier le code]

Le premier texte, de 1708, qui cite le camembert est de Thomas Corneille[11]. Il fait référence à une observation de 1702[12].

Transformations du camembert de Normandie : innovations techniques et progrès scientifiques[modifier | modifier le code]

Deux innovations permettent l’essor de la production du camembert de Normandie :

– le développement du chemin de fer met Paris à moins de six heures de nombreuses petites villes normandes[13], [* 4] ;
– la boîte en bois qui, vers 1890[14], remplace le lit de paille et permet le transport sur de longues distances de ce fromage si fragile. À nouveau la légende est contredite ; sans source fiable, il est impossible d'attribuer l’invention de la boîte à fromage en bois de peuplier. Ridel, originaire de Vimoutiers, fils d’ébéniste, invente la machine à fabriquer des boîtes de fromage en bois de peuplier[15]. La boîte permet la création et la pose de l’étiquette du camembert.
La collecte du lait[modifier | modifier le code]

À partir de 1870, la production du camembert de Normandie se développe. Pour produire plus de lait, les troupeaux de vaches et les surfaces d’herbages augmentent. Les producteurs louent des fermes pour accroître la superficie de leurs exploitations. L’achat de lait dans les exploitations voisines se développe et inaugure l’industrialisation de la fabrication du camembert de Normandie[16].

Croûte bleue versus croûte blanche[modifier | modifier le code]

La croûte fleurie que nous connaissons n'est pas blanche avant les années 1960[Informations douteuses] [?].

« […] Pourtant, avant d'exhiber ce duvet blanc que nous lui connaissons aujourd'hui [mai 2007], sa croûte tirait sur le bleu. […] s’il lui arrive d’être blanc, il est le plus souvent entre le bleu et le gris, et marqué de taches brun-rouge. Dans les premières années de ce siècle [XXe siècle], la couleur blanche se fait plus fréquente, mais elle ne devient la norme que dans l’entre-deux-guerres. Encore la blancheur est-elle toute relative, pendant longtemps le duvet blanc est plus ou moins recouvert de taches brunes. Ce n’est qu’à partir de 1960 environ qu’il affiche ce teint blafard qui était autrefois regardé avec suspicion. »

— Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 99.

Cette transformation est le fruit d’une volonté de maîtriser les micro-organismes. Les travaux de Louis Pasteur, ses Principes de laiterie inaugurent des préparations de ferments lactiques et de moisissures sélectionnés pour les fromageries. Penicillium candidum, est un champignon blanc qui donne une croûte immaculée[17]. P. candidum va remplacer P. album, qui produit une croûte blanche virant au gris-bleu[17].

« Aujourd'hui tous les fromagers, même les plus attachés aux méthodes traditionnelles, ensemencent leur lait en P. candidum produit en laboratoire. »

— Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 109.

« Il est certain qu’en changeant de souche on modifie la vitesse de l’affinage […]. En changeant de moisissure, le camembert a donc non seulement changé de couleur, mais sans doute de goût. […] Ce changement l’a adouci, atténuant sa rudesse paysanne pour élargir le cercle de ses amateurs. Pendant plusieurs années, l’Institut Pasteur fournira à la demande les deux souches, album et candidum. »

— Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 106-107.

Lait cru versus lait pasteurisé[modifier | modifier le code]

Le blanchiment de la croûte prépare la quasi-généralisation de la pasteurisation dans les années 1950[18].

Le syndicat des fabricants du véritable camembert de Normandie[modifier | modifier le code]

Étiquette du Syndicat des fabricants du véritable camembert de Normandie.

Le 20 mars 1909, à la mairie de Lisieux, cinquante-trois fromagers[19] créent le Syndicat des fabricants du véritable camembert de Normandie (SFVCN) pour se défendre contre « […] ceux qui osent vendre sous le nom de « camembert » de pâles imitations fabriquées en dehors de Normandie avec du lait écrémé [20]» — les fromageries du Centre et de l'Est — ainsi que pour contrer la « surenchère locale sur le lait [20]» et protéger leurs marges[20]. Ces notables[21] se servent de cette structure patronale pour édicter des règles internes de non-concurrence pour la collecte du lait et empêcher le débauchage du personnel entre les membres du syndicat. Il lutte pour ne pas appliquer les nouvelles lois sociales[22]. Ils vont tenter de protéger leur appellation « camembert ». Ils réclament, sans résultat, l’interdiction de la fabrication de camembert hors de Normandie[23]. Le syndicat obtient la réglementation de la matière grasse minimum, d’abord à 36 % puis à 45 %[24], [25] pour lutter contre la production de fromage à base de lait écrémé.

Le syndicat a développé la zone de production du camembert, né dans un terroir restreint, le pays d'Auge, en une zone sans référence à l’origine. Il a étendu la zone de production, mais il a perdu l’exclusivité de l’appellation « camembert [26]».

« Cependant, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ses ambitions et son action ont changé. Il n’est plus question pour lui de maintenir intégralement l’ordre social ancien à l’abri de la concurrence et des lois sociales. Il lui faut, bon gré mal gré, se résigner à l’intrusion dans son paisible univers rural, de la grande industrie, des lois du marché et de la législation du travail. Il ne lui reste pour rôle que la défense du camembert normand d’appellation. »

— Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 134.

Lait cru versus lait « thermisé » ou microfiltré[modifier | modifier le code]

La coopérative Isigny Sainte-Mère et le groupe Lactalis, qui ont représenté 90 % des camemberts de Normandie AOC, ont renoncé courant 2007 à suivre le cahier des charges de l’AOC camembert de Normandie. Ceci a fait suite au refus définitif de l’institut national de l’origine et de la qualité (INAO) de modifier le cahier des charges pour permettre l’utilisation de la technique de thermisation et de la microfiltration pour les laits employés[27]. Ces groupes industriels ont continué de réclamer ce changement au nom de la sécurité sanitaire et pour réduire leurs coûts de production[28] en reprenant partiellement la production AOP[29]. Selon Sylvie Lontal, directrice du laboratoire scientifique et technologique du lait et de l’œuf de Rennes, les risques sanitaires sont « statistiquement infimes [28]». Fin février 2008, l’Association de défense et de gestion du camembert de Normandie vote à plus de 55 % en faveur du maintien du lait cru obligatoire pour l'élaboration du camembert de Normandie AOC. Elle déboute ainsi les groupes industriels de leur demande d’assouplissement du cahier des charges de l’AOC.

Notoriété du camembert[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale contribue à le faire connaître en France dans toutes les couches sociales[31]. À partir de 1916, par l’action du Syndicat des fabricants du véritable camembert de Normandie, il fait partie de la ration des Poilus.

Caractéristiques de la production du camembert de Normandie[modifier | modifier le code]

Aire géographique de l'appellation[modifier | modifier le code]

La production du lait, la fabrication, l’affinage et le conditionnement des fromages sont effectués dans l’aire géographique[4], [* 5] qui s’étend au territoire des communes des départements du Calvados[* 6] — sauf la plaine de Caen et une étroite zone jusqu’à Argentan —, de la Manche[* 7] — sauf deux zones au sud-ouest et au nord-est —, de l'Orne[* 8] — sauf le sud-est, autour d’Alençon et d’Argentan —, et à celles « de la frange occidentale » de l'Eure[* 9].

« Cette aire bénéficie d’un climat de type océanique avec des écarts minima-maxima assez faibles dus à la proximité de l’océan. Les précipitations sont abondantes (au moins 700 mm/an) et régulières (au moins 160 jours de précipitations). Les étés sont tempérés et les hivers peu rigoureux. L’aire de l’appellation est ainsi caractérisée par l’absence de déficit hydrique estival ainsi que par un nombre relativement faible de jours de gel. Les paysages sont dominés par une ambiance bocagère que traduisent la forte occupation du sol par la prairie permanente qui représente plus de 50 % de la [surface agricole utile] du territoire de l’aire et le maillage dense des haies. L’aire d’appellation, qui se situe au contact entre le Massif armoricain et le Bassin parisien est marquée, avec plus de 1 000 m de cours d’eau par km², par la densité du réseau hydrographique sous forme d’un réseau dense de vallées ou de marais. Le lait produit dans l’aire dispose d’une spécificité conférée par les pratiques d’alimentation des animaux ainsi que l’utilisation d’animaux de race normande. La principale originalité du système d’alimentation repose sur le recours important au pâturage qui est pratiqué de mars à novembre.

L’importance des surfaces en herbe est caractérisée par la dominance écrasante de la prairie permanente, marquée par une grande diversité floristique, et la part très marginale des prairies temporaires. Les herbages se distinguent selon qu’ils sont situés en vallées, sur des coteaux ou sur les plateaux. Les herbages des vallées sont les plus riches tandis que les alluvions humides des rivières entretiennent une végétation plus diversifiée. En outre, les exploitations laitières normandes disposent d’une grande autonomie fourragère. La ration de base est presque systématiquement intégralement produite sur l’exploitation. Les achats de fourrages restent marginaux et concernent essentiellement la paille et les betteraves achetés dans les plaines limitrophes de l’aire géographique. »

— Décret no 2008–984 du 18 septembre 2008.

En 1983, l’aire d’appellation s’étendait sur les cinq départements normands[* 10]. En 2008, la Seine-Maritime, une grande partie de l’Eure et quelques zones du Calvados et de la Manche en furent retirés[32].

Le lait[modifier | modifier le code]

Vache de race normande[modifier | modifier le code]

Vache normande sous les pommiers.

Le décret[4] impose qu’« à partir du 1er janvier 2020, les exploitations laitières comportent au moins 50 % de leur effectif de vaches laitières en vaches de race pure normande. »

« La race normande dispose d’aptitudes fromagères exceptionnelles. Elle présente le lait à la teneur en matières protéiques la plus importante de toutes les races laitières françaises. La race normande présente également une fréquence des combinaisons de certains variants génétiques des caséines du lait les plus favorables à la coagulation du lait très supérieure à celle observée dans les autres races (Grosclaude, 1988). Le lait issu de ces animaux est caractérisé par un rendement fromager supérieur, une vitesse de coagulation plus élevée, un temps de raffermissement du gel plus rapide (Vassal, 1991). Enfin, cette race occupe une place majeure dans le paysage régional. […] La race normande est créée également dans la deuxième partie du XIXe siècle, elle a été constituée à partir de croisements de populations issues de deux types principaux de vaches : la cotentine et l’augeronne, ainsi que d’apports extérieurs : Durham, jersiaise, races bretonnes, hollandaises difficiles à quantifier. La création du herd-book normand date de 1883. Au début du XXe siècle, la race normande s’exporte dans l’ensemble de l’Ouest de la France pour ses qualités laitières et bouchères. L’organisme de sélection en race normande prendra la succession du herd-book en 2008. »

— Décret no 2008–984 du 18 septembre 2008.

Pâturage[modifier | modifier le code]

Les vaches laitières doivent pâturer au moins 6 mois dans l’année. Les prairies pâturables doivent être « accessibles aux vaches laitières et aptes à les nourrir. »

Depuis le 1er janvier 2010, l’exploitation comporte au minimum :

« 0,33 ha de surface en herbe par vache laitière traite dont au moins 0,25 ha de surface en herbe pâturable accessible depuis les locaux de traite.
2 ha de prairie par hectare de maïs ensilage utilisé pour l’alimentation des animaux du troupeau. »

— Décret no 2008–984 du 18 septembre 2008.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Les prairies temporaires à flore réduite, les aliments fermentés — ensilage d’herbe et de maïs, végétaux enrubannés — sont autorisés dans le cahier des charges du camembert de Normandie.

« La ration de base du troupeau, exprimée en matière sèche, provient à hauteur de 80 %, exprimée en matière sèche, de l’exploitation. En dehors des périodes de pâturage, du foin est chaque jour mis à disposition des vaches laitières.
L’apport en aliments complémentaires est limité à 1 800 kg par vache du troupeau et par année civile.
La ration de base est constituée par les fourrages suivants : herbe de prairies permanentes, temporaires ou artificielles, pâturée, distribuée en vert, ensilée, enrubannée, déshydratée ou fanée, maïs, betteraves fourragères et autres racines et tubercules, céréales ou protéagineux distribués en vert ou ensilés, pailles de céréales et de protéagineux.
Les aliments complémentaires autorisés sont : les céréales et leurs coproduits, les protéagineux, oléagineux, protéagineux et leurs coproduits, les pulpes végétales, la mélasse, les produits d’origine laitière, les minéraux, les vitamines.
La préparation des céréales se fait uniquement par des moyens mécaniques. »

— Décret no 2008–984 du 18 septembre 2008.

Fabrication[modifier | modifier le code]

La maturation[* 11] primaire, le caillage, le moulage, le lent égouttage du caillé et l'affinage — dans les hâloirs — sont des phases caractéristiques :

– standardisation et maturation du lait ;

« le lait de vache [est] standardisé en matières grasses par écrémage d’une partie du lait mis en œuvre, assemblé avec du lait entier ou par « crémage naturel ». On entend par « crémage naturel » le retrait de la crème suite à la remontée de celle-ci à la surface du lait. Le stockage du lait ne peut excéder 72 h à compter de l’heure de la traite la plus ancienne jusqu’au début de la maturation. Le camembert de Normandie est un fromage élaboré à partir de lait maturé. La durée de maturation primaire à froid du lait est inférieure à 24 h à une température maximale de 22 °C et la durée de maturation secondaire, lorsqu’elle est réalisée, ne peut dépasser 2 h à une température maximale de 38 °C. Le lait est cru, il ne peut être traité thermiquement à plus de 40 °C, ni être bactofugé, ultrafiltré, microfiltré ou subir tout traitement d’effet équivalent. La concentration du lait par élimination partielle de la partie aqueuse avant coagulation est interdite. »

— Décret no 2008–984 du 18 septembre 2008.

– caillage ;

« Le lait est emprésuré en bassine […] d’un volume […] maximum de 330 litres. L’emprésurage s’effectue à une température maximale de 37 °C avec une dose de présure animale maximale de 23 ml/100 l de lait à une force équivalente à 520 mg de chymosine par litre. Le caillé peut être légèrement tranché verticalement avant le moulage à l’aide d’un tranche caillé dont l’écartement des lames ou des fils est au minimum de 2,5 cm. Deux passages au maximum de cet instrument sont autorisés dans la bassine. Le moulage des fromages est réalisé sitôt après le tranchage. Le soutirage du sérum est interdit. Le caillé est prélevé dans la bassine :

 ::– soit dans le cadre de dispositifs automatisés, à l’aide de têtes de moulage articulées, ::– soit manuellement, à l’aide de cuillerons hémisphériques montés au bout d’un manche.

[…], les têtes de moulage ou les cuillerons sont exempts de tout élément susceptible de fractionner le caillé prélevé dans la bassine. Le caillé est prélevé puis déposé dans les moules en 5 passages au minimum, chacun des dépôts étant espacé de 40 min au moins. Il s’égoutte de façon spontanée, dans les moules pendant au moins 18 h à compter du premier dépôt de caillé. La technique traditionnelle se définit par le moulage réalisé manuellement et l’égouttage qui se déroule dans des moules individuels statiques posés à même une table équipée d’un store d’égouttage. À partir du 1er janvier 2017, les fromages sont retournés au maximum une seule fois. Après retournement, les fromages sont recouverts (plaqués) d’une plaque métallique qui exerce une légère pression sur le fromage. Les fromages sont salés au sel sec. Après salage, le fromage peut être ressuyé avant le début de l’affinage pendant une période qui ne dépasse pas 24 h. La conservation par maintien à une température négative des matières premières laitières, des produits en cours de fabrication, du caillé ou du fromage frais est interdite. »

— Décret no 2008–984 du 18 septembre 2008.

– affinage et conditionnement.

« L’affinage des fromages s’effectue en hâloir à une température comprise entre 10 [°C] et 18 °C jusqu’au conditionnement. Les fromages ne peuvent être conditionnés avant le 13e jour suivant le jour d’emprésurage. Avant conditionnement, les fromages peuvent être placés sur des planches en bois. La conservation sous atmosphère modifiée des fromages frais et des fromages en cours d’affinage est interdite. Le camembert de Normandie est conditionné sous la forme d’un fromage entier dans un emballage individuel réalisé avec des boîtes en bois à l’exception du dessus de la boîte faisant office de support d’étiquettes, qui peut être en « compobois » (fibres de bois agglomérées avec du polypropylène). Les fromages conditionnés ne peuvent quitter l’entreprise avant le 17e jour après l’emprésurage. Pour l’acquisition des caractéristiques organoleptiques du produit, la livraison des clients n’intervient pas avant le 22e jour après l’emprésurage. Le fromage satisfait aux conditions de production du présent cahier des charges à partir de cette dernière date. »

— Décret no 2008–984 du 18 septembre 2008.

Production[modifier | modifier le code]

La production de 4 300 tonnes[33] de camemberts de Normandie représente 4,2 %[1] de la production de camemberts en France.

Production : 13 280 tonnes en 2004 (+ 23 % depuis 1996).

Entre 2006 et 2007, la production de camembert de Normandie a diminué de plus de 50 %[34] ; entre 2007 et 2008, elle a diminué de 33 %[35].

« [L]es camemberts de Normandie AOP ne représentent plus que 5 % de l’ensemble des camemberts, contre 10 [%] à 15 % il y a encore trois ans, soit 4 300 tonnes fabriquées par an contre 90 000 tonnes pour les industriels. »

— « L’AOP « camembert de Normandie » en guerre contre les industriels. », agro-media.fr, 21 novembre 2011.

Un producteur fermier et huit laiteries fabriquent le camembert de Normandie AOC — en Basse-Normandie.

Producteurs[modifier | modifier le code]

Liste mise à jour le 15 février 2011.

Production fermière :

– groupement agricole d'exploitation en commun Durand, la Héronnière Camembert (Orne).

Production laitière :

– société anonyme domaine de Saint Loup, Saint-Loup-de-Fribois (Calvados) ;
– société à responsabilité limitée fromagerie du Val de Sienne, Gavray (Manche) ;
– société coopérative agricole Isigny Sainte-Mère[36], Isigny-sur-Mer (Calvados) ;
– société en nom collectif société fromagère de Jort [filiale de Lactalis], Bernières-d'Ailly (Calvados) ;
– société en nom collectif société fromagère d’Orbec [filiale de Lactalis], Orbec (Calvados) ;
– société en nom collectif société fromagère du Moulin de Carel [filiale de Lactalis], Saint-Pierre-sur-Dives (Calvados) ;
– société par actions simplifiée Gillot[37], Saint-Hilaire-de-Briouze (Orne) ;
– société par actions simplifiée laiterie fromagerie du Val d’Ay – éts Réaux[38], Lessay (Manche).

Consommation[modifier | modifier le code]

Sa période de consommation idéale s’étale d’avril à août après un affinage de six à huit semaines, mais aussi de mars à décembre.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes *[modifier | modifier le code]

  1. Penicillium candidum.
  2. Brevibacterium linens.
  3. Association créée le 27 juillet 2007.
  4. Voir aussi le lien interne « histoire de la ligne de Mantes-la-Jolie à Cherbourg ».
  5. Carte de l’aire géographique.
  6. Le Calvados, l’Eure, l’Orne, la Manche et la Seine-Maritime.
  7. « Maturation du lait (dans la fabrication de certains fromages), de la crème (dans la fabrication du beurre). Phase au cours de laquelle se développent des microbes et des ferments favorables à la production (d’apr. Agric. 1977). »
    in le Trésor de la langue française informatisée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Produits et labels : le camembert de Normandie AOC », ministère de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire, mis à jour le 22 septembre 2011, consulté le 23 janvier 2012.
  2. Larousse gastronomique,  éd. Larousse, Paris, 1996, entrée camembert, p. 193.
  3. Définition du camembert de Normandie sur le site de l'association de défense et de gestion de l'AOC camembert de Normandie.
  4. a, b et c JO de la République française du 21 septembre 2008, décret no 2008–984 du 18 septembre 2008 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « camembert de Normandie »
  5. « Table de composition nutritionnelle des aliments, centre d’information sur la qualité des aliments (CIQUAL), 2008 », fiche nutritionnelle du camembert au lait cru, agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES).
  6. Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 25.
  7. Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 26.
  8. Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 50.
  9. Ibid.
  10. Pierre Boisard Le Camembert, mythe français, p. 154-155.
  11. Thomas Corneille, Dictionnaire universel géographique et historique contenant la description des royaumes, empires, Estats, Provinces, &c. - La situation, l’estendue, les limites, les distances de chaque pays. - Les religions, les mœurs, les coustumes, le commerce, les ceremonies particulières des peuples, Paris, Coignard, 1708, entrée « Vimonstiers ».
  12. « On y [Vimoutiers] tient tous les lundis un gros marché où l’on apporte les excellents fromages de Livarot et de Camembert. […]
    (Mémoires dressez sur les lieux en 1702). »
    – Thomas Corneille, Dictionnaire universel géographique et historique, t. III, p. 739, in Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 41.
  13. Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 60.
  14. Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 95.
  15. Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 97.
  16. Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 109-114.
  17. a et b Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 103.
  18. Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 109.
  19. Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 133.
  20. a, b et c Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 115-116.
  21. Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 132 et p. 195.
  22. Ibid, p. 130-133.
    « Incompréhension lorsque le ministre de l’Agriculture rejette la demande de protection de l’appellation « camembert », incompréhension encore lors de l’instauration d’un impôt sur les bénéfices, mesure ressentie comme une intrusion de l’État dans la gestion des entreprises. La législation sociale, en particulier les lois limitant la durée du travail, provoque également la colère des fromagers qui s’indignent de l’ingérence de l’État dans leurs affaires. Le syndicat est opposé à tout contrôle public sur ce qu’il estime être les affaires privées de ses membres, qu’il s’agisse de ses ouvriers, de ses revenus, du prix du lait ou de la réglementation du commerce. Cependant, il réclame l’intervention du gouvernement pour le protéger d’une concurrence qu’il estime déloyale. »
    – Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 132.
  23. Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 118.
  24. Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 118-119.
  25. « […], le syndicat vante la supériorité des camemberts de Normandie et s’en porte garant. »
    – Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 116.
  26. « Il n’y a aucune raison évidente pour faire de la Normandie la région du camembert. Ce fromage, qui porte le nom d’un village du pays d'Auge est avant tout augeron. Le pays d'Auge est une région naturelle présentant les traits distinctifs d’un terroir. Il constitue la seule délimitation ayant des bases objectives à la fois historiques et pédologiques pouvant soutenir la comparaison avec d’autres appellations d’origine. »
    – Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 233.
  27. Slow Food s’oppose au camembert AOC pasteurisé !.
  28. a et b « L’avenir du camembert au lait cru », Le Monde, 14 mars 2007.
  29. http://www.lefigaro.fr/societes/2009/01/22/04015-20090122ARTFIG00720-le-camembert-au-lait-cru-sauve-sa-peau-.php
  30. Inventeur contesté in Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français, p. 95.
  31. Pierre Boisard, Le Camembert, mythe français.
  32. Association de défense et de gestion de l’AOC camembert de Normandie, Le camembert de Normandie « Terroir », consulté le 23 janvier 2012.
  33. « Les camemberts de Normandie attaquent les industriels en justice », La France agricole.fr, 18 novembre 2011, consulté le 23 janvier 2012.
  34. Site de la chambre régionale d'agriculture de Normandie monographie juin 2009 « La Normandie laitière » p. 3
  35. Site de la chambre régionale d'agriculture de Normandie.
  36. (fr) (en) Site d’Isigny Sainte-Mère
  37. (fr) (en) Site de Gillot SAS
  38. (fr) (en) Site de la laiterie fromagerie du Val d’Aye – éts Réaux

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :