Guerre des Six Jours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Guerre des Six jours)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guerre des Six Jours (homonymie).
Guerre des Six Jours
Les territoires conquis par Israël lors de la guerre des Six Jours
Les territoires conquis par Israël lors de la guerre des Six Jours
Informations générales
Date 5 juin - 10 juin 1967
Lieu Israël, Égypte, Sinaï
Issue Victoire israélienne
Belligérants
Drapeau d’Israël Israël Drapeau de l'Égypte Égypte
Drapeau de la Syrie Syrie
Drapeau de la Jordanie Jordanie
Commandants
Flag of Israel.svg Yitzhak Rabin
Flag of Israel.svg Moshe Dayan
Flag of Israel.svg Uzi Narkiss
Flag of Israel.svg Israël Tal
Flag of Israel.svg Yeshayahu Gavish
Flag of Israel.svg Motta Gur
Flag of Israel.svg Mordechai Hod
Flag of Israel.svg Ariel Sharon
Flag of Israel.svg Ezer Weizman
Flag of United Arab Republic.svg Gamal Abdel Nasser
Flag of United Arab Republic.svg Abdel Hakim Amer
Flag of United Arab Republic.svg Abdul Munim Riad
Flag of United Arab Republic.svg Ahmad Ismail Ali
Flag of Iraq (1963-1991); Flag of Syria (1963-1972).svg Noureddine al-Atassi
Flag of Iraq (1963-1991); Flag of Syria (1963-1972).svg Salah Jedid
Flag of Iraq (1963-1991); Flag of Syria (1963-1972).svg Hafez el-Assad
Flag of Jordan.svg Hussein
Flag of Jordan.svg Zaid ibn Shaker
Flag of Jordan.svg Asad Ghanma
Forces en présence
264 000 hommes
300 avions militaires
800 chars de combat
547 000 hommes
957 avions militaires
2 504 chars de combat
Pertes
776 à 883 morts
4 517 blessés
15 prisonniers
400 chars de combat détruits[1]
46 avions détruits
Égypte - 10 000 à 15 000 tués ou portés disparus et 4 338 capturés

Jordanie - 700 à 6000 tués ou portés disparus et 533 capturés

Syrie - 2 500 tués et 591 capturés


Total - 13 200 à 23 500 tués et plus de 5 500 capturés ; des centaines de chars et plus de 452 aéronefs détruits.

Conflit israélo-arabe

La guerre des Six Jours est la guerre que mena, du lundi 5 au samedi 10 juin 1967, Israël face à l'Égypte, à la Jordanie et à la Syrie.

Cette guerre fut déclenchée comme une « attaque préventive » d'Israël contre ses voisins arabes, à la suite du blocus du détroit de Tiran aux navires israéliens par l'Égypte le 23 mai 1967 (les Israéliens avaient préalablement annoncé qu'ils considéreraient cet acte comme un casus belli)[2]. Le soir de la première journée de guerre, la moitié de l'aviation arabe était détruite ; le soir du sixième jour, les armées égyptiennes, syriennes et jordaniennes étaient défaites[3]. Les chars de l'armée israélienne bousculèrent leurs adversaires sur tous les fronts. En moins d'une semaine, l'État hébreu tripla sa superficie : l'Égypte perdit la bande de Gaza et la péninsule du Sinaï, la Syrie fut amputée du plateau du Golan et la Jordanie de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est.

Plus symbolique encore que la défaite arabe fut la prise de la vieille ville de Jérusalem. Israël considère alors cette ville comme sa capitale, sans la reconnaissance de la plus grande partie de la communauté internationale.

Les résultats de cette guerre, épisode du conflit israélo-arabe, influencent encore aujourd'hui la géopolitique de la région[4]. En particulier, certains territoires ont été annexés ou sont toujours occupés par Israël aujourd'hui, par exemple une partie de la Cisjordanie[5].

Résumé[modifier | modifier le code]

En mai 1967, l'Égypte, qui procède à d'importants mouvements de troupes dans le désert du Sinaï, exige le départ des forces de maintien de l'ordre de l'ONU qui s'y trouvent depuis 1957 et signe une alliance militaire avec la Jordanie. Elle impose aussi le blocus du détroit de Tiran qui donne accès au port israélien d'Eilat. Après un mois d'incertitudes, Israël décide de lancer une attaque préventive aérienne et terrestre le 5 juin 1967 contre l'Égypte au sud. Israël demande par voie diplomatique à la Jordanie de rester neutre mais celle-ci rejette la demande. Suite au succès éclair dans le Sinaï, Israël attaque la Jordanie puis le 9 juin la Syrie sur le plateau du Golan.

Après six jours de combats, de nouvelles lignes de cessez-le-feu remplacent les anciennes, la Cisjordanie, la péninsule du Sinaï, la bande de Gaza et le plateau du Golan passant sous contrôle israélien. La navigation des navires israéliens par le détroit de Tiran est désormais assurée et Jérusalem, qui était divisée entre Israël et la Jordanie depuis 1949, passe entièrement sous contrôle israélien.

À l'issue de la guerre des Six Jours, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté la Résolution 242 (1967) qui réclame la fin immédiate de l'occupation militaire. Cette résolution, fréquemment invoquée depuis dans les négociations de paix au Proche-Orient, reste encore inappliquée[6]. Elle ne précise toutefois pas comment devraient être restitués les territoires dont elle demande l'évacuation par Israël, les territoires aujourd'hui dits « palestiniens » étant avant 1967 sous contrôle jordanien ou égyptien.

Situation géostratégique précédant le conflit (1956 – 1967)[modifier | modifier le code]

La précédente guerre israélo-arabe de 1956 lors de la crise du canal de Suez s'était soldée par une défaite militaire mais une victoire politique capitale pour l'Égypte. À la suite du renoncement des États-Unis (sous les pressions française et britannique) à soutenir financièrement la construction du barrage d'Assouan, le président égyptien, Gamal Abdel Nasser avait nationalisé le canal de Suez en 1956. La France et le Royaume-Uni avaient alors soutenu ensemble une attaque israélienne dans le Sinaï jusqu'au canal de Suez. Mais la condamnation fut unanime dans le monde. Les États-Unis, l'Union soviétique et l'ONU s'accordèrent sur le retrait israélien et l'URSS menaça même Paris et Londres d'une frappe nucléaire[7].

Le succès de Nasser avait donc été d'obtenir cette pression diplomatique des États-Unis et de l'Union soviétique pour pousser Israël à se retirer de la totalité du Sinaï. En échange, Israël obtint le maintien de Casques bleus de l'ONU dans le Sinaï pour veiller à garder cette frontière démilitarisée. L'Égypte avait également accepté de mettre un terme à la guérilla menée sur le sol israélien. Ainsi, la frontière israélo-égyptienne put connaître une période de calme sans précédent depuis 1948.

Aucun pays arabe n'avait pourtant reconnu l'existence de l'État d'Israël, mais la région était dans un équilibre incertain depuis 1956, maintenu davantage par la compétition entre Égypte, Syrie et Jordanie que par une résolution réelle des problèmes. En pleine Guerre froide, l'Égypte et la Syrie étaient désormais alliées à l'URSS de Nikita Khrouchtchev et au Bloc de l'Est tandis que la Jordanie était soutenue par les Britanniques.

Plusieurs années après le conflit, Israël construisit un réseau de transport de l'eau en puisant dans les eaux du lac de Tibériade. En réponse, la Syrie initia un plan de détournement des eaux de certaines rivières (Dan / Baniyas) afin qu'elles n'alimentent plus le lac. Des attaques à l'artillerie lourde, depuis les hauteurs du Golan, se répétèrent aussi contre les civils israéliens du nord-est de la Galilée. Certains avancent que ces tirs faisaient suite à des provocations israéliennes et à des incursions dans la zone démilitarisée de la frontière[réf. nécessaire]. Avec le bombardement des voies et de détournement de l'eau en 1964, la frontière israélo-syrienne resta le théâtre de tensions permanentes.

En 1966, l'Égypte et la Syrie signèrent une alliance militaire qui les engageait réciproquement dans le cas d'une guerre impliquant l'un des deux pays. Le 7 avril 1967, un incident mineur à la frontière israélo-syrienne se transforma rapidement en une bataille aérienne de grande échelle au-dessus du Golan. Le résultat fut la destruction de sept Mig-21 syriens et le survol menaçant des avions de l'armée israélenne au-dessus de Damas. Les incidents frontaliers se multiplièrent et nombre de leaders arabes politiques et militaires appelèrent à la fin des représailles israéliennes. En Égypte, Nasser, toujours en quête d'une position centrale dans le monde arabe, surenchérit par la déclaration selon laquelle il prévoyait de remilitariser le Sinaï. La Syrie encouragea l'Égypte dans ce sens, mais ne se prépara pas immédiatement à l'éventualité d'un nouveau conflit. L'Union soviétique soutint les besoins militaires des pays arabes. On apprit plus tard qu'un rapport soviétique du 13 mai avait prétendu que les troupes israéliennes se regroupaient le long de la frontière syrienne alors qu'il n'en était rien[réf. nécessaire].

Les troupes israéliennes ont détruit un avion de surveillance arabe

Le 17 mai 1967, Nasser exigea le retrait des forces d'interposition de l'ONU du Sinaï et le secrétaire-général de l'ONU, U Thant, suivit cette requête. L'ONU demanda à déplacer ses troupes sur le territoire israélien mais Israël refusa ce redéploiement qui aurait constitué une brèche dans l'accord de cessez-le-feu précédent. Nasser concentra des troupes et des chars d'assaut sur la frontière avec Israël. Le 23 mai, l'Égypte bloqua l'accès au détroit de Tiran aux navires israéliens (route du sud essentielle à l'approvisionnement des israéliens en pétrole et blocus du port d'Eilat), ce qui était sans précédent depuis les accords internationaux sur les droits de passage dans le détroit, signés en 1957 par 17 puissances maritimes[8]. Israël considéra cela comme un casus belli. La tension dans la région glissait d'un relatif statu quo vers une guerre régionale.

Les quelques réticences à entrer en guerre du roi Hussein qui craignait le panarabisme de Nasser furent vite effacées par les nombreux partisans de la guerre en Jordanie. Le 30 mai, l'Égypte signait avec la Jordanie un traité de défense mutuelle, qui s'ajoutait à l'alliance militaire déjà en place avec la Syrie. Le président Nasser déclara : « Notre objectif sera la destruction d'Israël. Le peuple arabe veut se battre. » Plusieurs jours plus tard, les forces jordaniennes étaient commandées par un général égyptien. Israël appela de nombreuses fois la Jordanie à éviter les hostilités, mais Hussein était face à un dilemme : partir en guerre et risquer le contrecoup d'une réponse israélienne, ou bien rester neutre et risquer une insurrection en Jordanie.

Le gouvernement d'Israël était soucieux de savoir si la Jordanie serait impliquée dans le conflit pressenti, car une attaque depuis la Cisjordanie (sous contrôle jordanien depuis 1949) aurait pu couper le pays en deux très rapidement. Toutefois, l'armée jordanienne ne semblait pas capable d'une telle manœuvre et la Jordanie avait plutôt jusque-là été le terrain d'opérations menées par les autres pays arabes. De plus, plusieurs états éloignés commencèrent à mobiliser leurs armées, notamment l'Irak, le Soudan, le Koweït et l'Algérie.

En Israël, certains voyaient, dans l'éventualité d'un nouveau conflit, une occasion d'assurer l'intégrité du pays en établissant des zones tampons. En effet, comme Menahem Begin l'admit en 1982, Nasser n'a pas choisi d'attaquer Israël, Israël a choisi d'attaquer Nasser[réf. nécessaire]. Selon le journaliste Mike Shuster, Israël « était encerclé par des états arabes décidés à le détruire. L'Égypte était dirigée par Gamal Abdel Nasser, un nationaliste provocateur dont l'armée était la plus puissante des pays arabes du Moyen-Orient. La Syrie était gouvernée par le radical parti Baas qui préparait en permanence des menaces pour pousser Israël à la mer. » [réf. souhaitée] L'élite israélienne, dans la situation de blocus du détroit au sud et de mobilisation égyptienne dans le Sinaï et étant donné l'état d'embourbement des États-Unis au Viêt Nam, jugea que, si des dispositions militaires pouvaient apparaître non souhaitables, elles pourraient néanmoins être nécessaires.

Dans le camp égyptien, Nasser, fort du soutien syrien et du contrôle militaire des forces jordaniennes que lui attribuait l'alliance signée le 30 mai, se faisait la même réflexion. Il estimait qu'Israël se soucierait de l'opinion publique internationale et n'attaquerait donc pas en premier. En même temps, le blocus du détroit du sud fragilisait de plus en plus l'économie et l'armée israélienne, et Nasser estimait que son armée pourrait facilement repousser une première attaque déclenchée par les Israéliens, puis aurait suffisamment de forces pour couper Israël en deux. Certains de ses commandants pensaient le contraire, sachant qu'un tiers des troupes égyptiennes était impliqué dans la guerre civile au Yémen et que les moyens de communication et de ravitaillement égyptiens n'étaient pas en bon état. Nasser continua néanmoins à augmenter le niveau de mobilisation en Égypte, en Syrie et en Jordanie pour mettre Israël sous pression.

Israël tenta d'empêcher le blocage du détroit par des voies diplomatiques. Notamment, elle se tourna vers les États-Unis et le Royaume-Uni qui avaient garanti en 1957 qu'ils seraient capables d'ouvrir le détroit de Tiran si besoin était. Elle se tourna même vers le général de Gaulle qui avait déclaré que « 1967 n'est pas 1957 », dans le cadre de la nouvelle politique arabe de la France. Toutes les demandes israéliennes pour éviter le conflit furent sans réponse, menaçant l'avenir du pays. Les Israéliens dénoncèrent le blocus comme étant une action correspondant aux critères internationaux d'acte de guerre.

D'après l'historien israélien Michael Oren, ce fut la première fois que le « téléphone rouge » liant la Maison-Blanche au Kremlin fut utilisé pendant la Guerre froide. Le 26 mai, le ministre israélien des affaires étrangères, Abba Eban, se rendit à Washington pour connaître la position du gouvernement américain dans l'éventualité d'une guerre. À peine arrivé, il lui fut secrètement annoncé par le gouvernement israélien que des informations révélant le plan d'une attaque syro-égyptienne dans les 48 prochaines heures avaient été obtenues. Eban en informa le président Johnson et ses conseillers, qui le renvoyèrent en précisant que les positions égyptiennes dans le Sinaï n'étaient que défensives et que les services d'espionnage américains n'avaient pas reçu d'informations corroborant l'annonce de cette opération. Toutefois, Johnson entra en contact avec Alexeï Kossyguine au Kremlin pour demander à l'URSS d'empêcher ses protégés du Proche-Orient d'attaquer Israël pour éviter une crise mondiale. L'ambassadeur soviétique au Caire, Dimitri Pojidaev, lut une lettre de Kossyguine à Nasser qui le prévenait qu'en cas d'attaque dans les 48 heures l'URSS ne le soutiendrait pas. Le ministre égyptien de la défense, Abdel Hakim Amer, annonça alors au général Mahmud Sidqi que l'opération était annulée[9].

Les dirigeants israéliens décidèrent qu'en l'absence de réaction américaine et de l'ONU Israël se devait d'agir. Le 1er juin, Moshe Dayan fut nommé ministre de la défense d'Israël. Le 3 juin, le cabinet du président américain Johnson fit un constat ambigu : Israël continue ses plans de guerre. L'attaque israélienne contre l'Égypte survint le 5 juin et démarra une guerre-éclair.

La guerre[modifier | modifier le code]

Le front égyptien[modifier | modifier le code]

L'attaque d'Israël[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération Focus.
La conquête du Sinaï.

La plus grande force aérienne des armées arabes était en Égypte. Leurs avions étaient tous récents et de conception soviétique. Ils possédaient également 45 bombardiers moyens Tu-16 capables d'attaquer des cibles civiles ou militaires israéliennes. Toutefois, les infrastructures défensives égyptiennes étaient relativement faibles et ils ne disposaient pas non plus de bunkers pour protéger leur aviation en cas d'attaque.

Le lundi 5 juin 1967 à h 45, survolant la Méditerranée à très basse altitude pour éviter les radars, l'aviation israélienne attaqua l'Égypte où la plupart des avions de chasse et leurs pilotes étaient comme à leur habitude au sol après leur première patrouille de la matinée comme les services secrets israéliens l'avaient observé. La totalité de l'aviation israélienne est engagée tandis que seuls 12 intercepteurs sont gardés en réserve pour protéger l'espace aérien israélien. En 500 sorties, Israël détruisit 300[réf. souhaitée] des 340 avions militaires égyptiens. Cela représentait un succès au-delà des espérances des stratèges israéliens, qui avaient élaboré ce plan depuis longtemps. Les pertes israéliennes furent de 19 appareils, pour des causes techniques principalement. Cela eut pour conséquence une supériorité aérienne totale de l'aviation israélienne durant tout le conflit, supériorité dont dépendit en grande partie la victoire écrasante d'Israël.

La situation en Égypte et en Israël au soir du premier jour[modifier | modifier le code]

L'Égypte vit depuis longtemps sous la censure et la propagande pour mobiliser l'opinion arabe. Au soir du premier jour, alors que la situation des troupes égyptiennes est catastrophique, la radio diffuse l'annonce de grandes victoires et insiste sur le fait que des avions israéliens ont été abattus. Le peuple est en fête, surtout au Caire où les gens descendent dans les rues fêter une victoire qu'ils croient acquise[10]. Alors que l'armée israélienne progresse, les généraux égyptiens préfèrent dissimuler l'effondrement de l'armée égyptienne à Nasser : lorsqu'il l'apprend, celui-ci est effondré[11]. En Israël, la radio israélienne diffuse seulement l'annonce du début des combats, sans dire les vainqueurs. La seule chaîne de télévision en Israël étant égyptienne, la population croit à un désastre.

La frontière entre l'Égypte et Israël aux environs de Eilat, en 2008

Bande de Gaza et péninsule du Sinaï[modifier | modifier le code]

Bénéficiant de l'avantage acquis par l'aviation, l'armée de terre israélienne attaqua les forces égyptiennes stationnées dans le Sinaï. Privées de soutien aérien, celles-ci ne furent non seulement pas capables de faire face, mais les officiers supérieurs ne purent coordonner une retraite en ordre. Les jours suivants, l'armée israélienne conquit facilement le désert du Sinaï.

Le 8 juin, l'Égypte accepte le cessez-le-feu.

Le théâtre de Cisjordanie[modifier | modifier le code]

Suite de la guerre : dégagement par les Israéliens de l'esplanade devant le Mur des Lamentations à Jérusalem en juillet 1967

Le premier jour de guerre était un désastre pour l'armée égyptienne, mais la radio diffusait des annonces de victoire. Au contraire, les communiqués de l'armée israélienne disaient seulement que des combats avaient été engagés. Israël brouillant les communications, le roi Hussein de Jordanie tout comme le général (égyptien) de ses armées croyaient à la victoire de l'Égypte. L'armée jordanienne se mit à bombarder Israël et occupa le quartier général des Nations unies à Jérusalem le 5 juin. Le ministre de la Défense israélien Moshe Dayan, au vu de la facilité qu'avaient ses troupes au Sinaï, rappela des forces à Jérusalem. L'aviation israélienne détruisit celle de la Jordanie, tandis que les parachutistes israéliens encerclaient puis prenaient le contrôle de tout Jérusalem et de toute la rive occidentale du Jourdain le mercredi 7 juin. Dans le calendrier hébraïque, cette date correspond au 28 Iyar 5727, jour où est célébré chaque année le Jour de Jérusalem.

Historique de la frontière sur le plateau du Golan

Le cessez-le-feu israélo-jordanien prend effet le 7 juin au soir.

Le théâtre du Plateau du Golan[modifier | modifier le code]

Jusqu'au vendredi 9 juin, les combats sur la frontière syro-israélienne s'étaient limités à des bombardements. Mais le 9 juin, après avoir intercepté un télégramme qui le convainc que les Soviétiques n'ont pas l'intention d'intervenir, Moshe Dayan décide de lancer l'armée israélienne à la conquête du plateau du Golan. Ce plateau représente une hauteur stratégique importante pour Israël. La Syrie étant un allié de l'Union soviétique, l'armée israélienne n'a que quelques heures pour avancer avant de se voir imposer un cessez-le-feu par l'URSS et les États-Unis.

Les combats du 9 juin donnent des résultats mitigés : les Syriens perdent en fin d'après-midi leurs positions avancées, mais la pénétration israélienne reste limitée. Le 10 juin, l'état-major syrien, craignant un mouvement de contournement israélien à travers la plaine de la Bekaa au Liban, ordonne le retrait de ses troupes du Golan pour construire une ligne de défense autour de Damas. L'armée israélienne s'engouffre alors dans l'espace libéré et la confusion s'installe côté syrien où l'on voit par exemple la radio annoncer vers 8 h 45 la chute de Quneitra alors que les premières troupes israéliennes n'atteindront la ville que dans l'après-midi[12].

Face à l'évolution de la situation, Brejnev (dirigeant de l'URSS) menace les États-Unis d'intervenir militairement de façon directe et les deux super puissances imposent un cessez-le feu à la Syrie et à Israël qui prendra effet le 10 juin au soir, mettant fin à la guerre des Six Jours[13].

Batailles en mer et dans les airs[modifier | modifier le code]

Le 8 juin 1967, la marine israélienne attaque l'USS Liberty, navire américain spécialisé dans la collecte de renseignements[14].

Conclusion des hostilités[modifier | modifier le code]

La résolution 242 du Conseil de sécurité des Nations unies du 22 novembre 1967 exigeait « l'instauration d'une paix juste et durable au Proche-Orient » (Middle-East dans le texte en anglais).

Nouvelle guerre d'usure[modifier | modifier le code]

Les pays arabes adoptent la résolution de Khartoum en septembre 1967, définissant une ligne de conduite commune. La résolution contient notamment dans son paragraphe 3, ce qui est connu comme les « trois non » des relations israélo-arabes de l'époque[15] :

1. pas de paix avec Israël,
2. pas de reconnaissance d'Israël,
3. pas de négociation avec Israël.

À partir du début de l'année 1969, de nouveaux combats eurent lieu entre l'Égypte et Israël le long du canal de Suez. Les Égyptiens s'appuyaient sur l'utilisation de l'artillerie dans des opérations de type soviétiques. Les avions israéliens faisaient des incursions poussées en Égypte. Les États-Unis parvinrent à mettre un terme à ces hostilités en août 1970 mais malgré leurs efforts dans les négociations, ils n'obtinrent ni une réouverture du canal de Suez ni un désengagement militaire. Cette guerre d'usure constitua une transition avant la guerre du Kippour, en octobre 1973.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Zaloga, Steven (1981). Armour of the Middle East Wars 1948-78 (Vanguard). Osprey Publishing.
  2. « Modifications des frontières d'Israël, page 5 », ministère israélien des affaires étrangères (consulté le 18 novembre 2007).
  3. (fr) « La guerre des six jours (1967) • Philippe Rekacewicz — avril 1998 », sur www.monde-diplomatique.fr/cartes/procheorient1967 (consulté le 3 octobre 2010)
  4. « La Guerre des Six Jours », Arte
  5. « Il y a 40 ans, la guerre des Six-Jours », RFI, 4 juin 2007
  6. « 1967: Israel ends six-day war », BBC
  7. http://www.cesa.air.defense.gouv.fr/IMG/pdf/La_crise_de_Suez-2.pdf
  8. Voir la déclaration de Georges Picot pour la France, et celle d'une douzaine d'autres nations, à l'AG de l'ONU le 1er mars 1957 (ici) : « le golfe d'Aqaba dont les côtes appartiennent à quatre différents États constitue des eaux internationales... la liberté de navigation doit être assurée dans ce golfe et dans les détroits qui y mènent... aucun pays n'a le doit d'empêcher le libre et simple passage des navires de toute nationalité et de tout type ».
  9. Event Archive: Michael Oren - Commonwealth Club
  10. Hazan P., 1967, la guerre des six jours : la victoire empoisonnée, Éditions Complexe, 2001, p. 37 ; consultable sur Google Books
  11. ibid.
  12. Henry Laurens, La Question de la Palestine après 1967, cours au Collège de France, 7 novembre 2007 Consultable en ligne
  13. (en) « Six-Day War », Microsoft Encarta
  14. (en) John Crewdson, « New revelations in attack on American spy ship - Veterans, documents suggest U.S., Israel didn't tell full story of deadly '67 incident », sur www.chicagotribune.com,‎ 2 octobre 2007 (consulté le 3 octobre 2010).
  15. (en) [peace-and-security/khartoum-resolution/p14841?breadcrumb=%2Fpublication%2Fpublication_list%3Ftype%3Dessential_document%26page%3D69 Khartoum Resolution, Council on Foreign Relations.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Razoux, La Guerre des Six Jours (5-10 juin 1967). Du mythe à la réalité, Éditions Economica, 2004. Lire la critique du livre par L'@érobibliothèque
  • Christophe Réveillard, « Le Général de Gaulle et la guerre des Six Jours » in Jean-Paul Bled, Le Général de Gaulle et le monde arabe, Beyrouth, éditions Dar An-Nahar, 2009, p. 225-237.
  • Yves Cuau, Israël attaque, éditions Robert Laffont, Collection J'ai lu, 1971

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :