Kuneitra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Quneitra)
Aller à : navigation, rechercher
Quneitra
(ar) القنيطرة
Quneitra en septembre 2001
Quneitra en septembre 2001
Administration
Pays Syrie Syrie
Muhafazah (محافظة) Quneitra
Démographie
Population 37 022 hab. (2009)
Géographie
Coordonnées 33° 10′ 07″ N 35° 52′ 12″ E / 33.1686302, 35.8699323 ()33° 10′ 07″ Nord 35° 52′ 12″ Est / 33.1686302, 35.8699323 ()  
Altitude 942 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Syrie

Voir sur la carte Syrie administrative
City locator 14.svg
Quneitra

Quneitra (aussi orthographié Al Qunaytirah', Qunaitira, ou Kuneitra) (arabe : القنيطرة) est une ville fantôme située sur le plateau du Golan en Syrie à environ mille mètres d'altitude. Elle fut fondée sous le règne des Ottomans afin de servir de ville étape sur la route caravanière de Damas.

Le 10 juin 1967, le dernier jour de la guerre des Six Jours, l'armée israélienne prit le contrôle de Quneitra. Elle fut brièvement reconquise par la Syrie pendant la guerre de Kippour, mais Israël en reprit le contrôle lors de sa contre-offensive. La ville fut presque entièrement détruite avant le retrait israélien de 1974. Elle est de nos jours située dans la zone démilitarisée séparant la Syrie d'Israël, à courte distance de la frontière qui sépare de facto les deux pays. Le gouvernement syrien a décidé de laisser Quneitra en l'état, en témoignage de sa destruction[1].

Statut politique[modifier | modifier le code]

Quneitra est la capitale du gouvernorat de Quneitra, une division administrative du sud-ouest de la Syrie qui inclut aussi la partie du Golan occupé par Israël.

Géographie et démographie[modifier | modifier le code]

Quneitra est située dans une haute vallée du plateau du Golan à 1 010m d'altitude au-dessus du niveau de la mer[2]. La cité est dominée à l'ouest par les hauteurs du Golan contrôlées par Israël et, en particulier, le mont Har Bental. La zone entourant Quneitra est composée d'anciennes coulées de lave séparées par plusieurs cônes volcaniques qui culminent à 150-200 mètres au-dessus du niveau de la plaine. Ces proéminences volcaniques ont joué un rôle essentiel en tant que postes d'observation et de tir lors des conflits s'étant déroulés dans la région, en particulier la guerre de Kippour[3]. La fertilité des sols volcaniques a aussi permis la culture du blé et le pastoralisme[2].

La position de cette localité sur une route commerciale a entraîné une forte diversité de peuplement. Au début du XXe siècle, elle était majoritairement peuplée de Circassiens, musulmans originaires du Caucase. Après l'indépendance de la Syrie, la ville atteint les 20 000 habitants, principalement arabes[4]. Suite à l'abandon de la ville en 1967 et à sa destruction, la population s'est dispersée dans le reste de la Syrie. Ses seuls habitants sont des soldats syriens qui assurent la sécurité de la zone.

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire ancienne[modifier | modifier le code]

La zone de Quneitra est habitée depuis plusieurs millénaires. La découverte d'outils en silex taillées selon la méthode Levallois caractéristique de l'industrie lithique du Moustérien confirme la présence de chasseurs-cueilleurs du Paléolithique moyen dans la zone[5].

Une petite localité a existé durant la période romaine et byzantine, servant de halte sur la route entre Damas et la Palestine. On suppose que Saint Paul passa par cette localité lorsqu'il se rendit à Damas depuis Jérusalem. Le site où eut lieu la conversion de Saint Paul est traditionnellement identifié au village de Kobab, à proximité de Quneitra[6].

La ville moderne a grandi autour d'un noyau constitué d'un caravansérail ottoman qui fut construit avec des pierres de l'ancienne cité[7]. Au XXe siècle Quneitra devint le centre administratif du secteur du Golan majoritairement peuplé de Circassiens. Après l'indépendance de la Syrie et d'Israël, respectivement en 1946 et 1948, la ville prit une grande importance stratégique en raison de sa position clé sur la route liant les deux pays à 64 km de la frontière. Elle devint alors une ville marchande prospère et, sa population tripla suite à l'installation d'une garnison militaire[4].

1967–1974[modifier | modifier le code]

La prise de Quneitra par les Israéliens eut lieu dans des circonstances chaotiques le 10 juin 1967, dernier jour de la guerre des Six Jours. L'avancée des Israéliens par le nord-ouest provoqua le déploiement sous un bombardement massif des troupes syriennes au nord de la ville afin de protéger la route de Damas. À 8 h 45 du matin, la radio syrienne annonça par erreur que la ville était tombée. Paniquée par cette nouvelle, l'armée syrienne transforma son redéploiement en une retraite chaotique le long de la route de Damas. Bien qu'un démenti radiophonique ait été diffusé deux heures plus tard, l'armée israélienne profita de la méprise pour réellement occuper la ville[8]. Une brigade sous le commandement du général de division Albert Mendler entra à 14 h 30 dans la ville et constata qu'elle était entièrement abandonnée, du matériel militaire gisant çà et là.

Le cessez-le-feu proclamé plus tard dans l'après-midi laissa la ville sous contrôle israélien. Suite à la conquête, des pillages eurent lieu. Le représentant des Nations unies qui visita la ville en juillet 1967 rapporta que presque chaque boutique semble avoir été ouverte et pillée. Bien que les porte-parole israéliens aient affirmé à Gussing que Quneitra avait été pillée par les Syriens lors de leur retraite, le représentant de l'ONU jugea ceci improbable en raison du très court laps de temps s'étant écoulé entre l'annonce de la prise à la radio et l'entrée effective des Israéliens dans la ville quelques heures plus tard. Il conclut que la responsabilité de ce pillage à grande échelle de la ville de Quneitra repose en grande partie sur les forces israéliennes[9]. La ville désertée resta aux mains des Israéliens durant six ans.

Lors des deux premiers jours de la guerre de Kippour en 1973, Quneitra fut brièvement reprise par les Syriens aidés par les forces armées royales marocaine (FAR) du colonel 'Aqid El Allam, avant qu'ils ne soient repoussés lors de la contre-offensive israélienne[10]. Ces derniers l'occupèrent jusqu'au début de juin 1974, date à laquelle elle fut rendue au contrôle civil syrien suite à un accord de désengagement signé le 31 mai 1974. Cette rétrocession fut critiquée par certains Israéliens favorables à la colonisation[11] et par le Likoud et le Parti national religieux qui s'y opposaient[12] et une implantation fut même installée à la périphérie de Quneitra durant une brève période (cf. Keshet). L'accord stipulait que Quneitra soit repeuplée afin de prouver les intentions pacifiques des Syriens, ce témoignage de bonnes intentions devant pousser Israël à continuer son retrait[13].

Le désengagement eut lieu le six juin 1974[14]. Le 26 juin, le président syrien Hafez el Assad se rendit à Quneitra où il promit de reconstruire la ville et réclama le retrait des territoires occupés[15].

La destruction de la ville[modifier | modifier le code]

Bâtiment détruit à Quneitra
Hôpital abandonné de Quneitra

Suite au retrait israélien, il est apparu qu'une majeure partie de la ville avait été dévastée. Des reporters accompagnant des réfugiés syriens revenant à Quneitra en juillet 1974 ont décrit ce qu'ils y ont vu. Les correspondants du Time Magazine ont indiqué que les bâtiments étaient tous détruits, à terre comme frappés par de la dynamite. Un autre correspondant a fait cette description :

« Aujourd'hui, la ville est méconnaissable. Les maisons avec leurs toits allongés sur le sol ressemblent à des pierres tombales. Une partie des gravats est recouvert de terre fraîche drainée par les bulldozers. Partout subsistent des restes de meubles, des fragments d'outils de cuisines ou des restes de journaux hébreux datant de la première semaine de juin. Sur les quelques murs restant debout subsistent ces phrases “Il y aura un autre round, vous voulez Quneitra, vous l'aurez détruite.” »

La ville aurait été pillée par les soldats israéliens. Les meubles étant ensuite revendus à des entrepreneurs. Les maisons, une fois vidées, étaient détruites par les bulldozers et les tracteurs. À ce jour, le plateau reste recouvert de décombres. Le Rough Guide To Syria décrit ainsi la cité : « La première vue des maisons aplaties de la banlieue de Quneitra est la plus dramatique. La vision des toits indemnes reposant sur un tas de décombres laisse l'impression d'une implosion. »

Israël affirme que les dégâts causés à la ville le furent par des duels d'artillerie. Des rapports affirment que la ville était détruite bien avant le retrait israélien comme l'affirme un correspondant du Times le 6 mai : « La ville est détruite et déserte après 7 ans de guerre et d'abandon, on dirait une ville frappée par un tremblement de terre. Si les Syriens récupèrent la ville, ils devront faire preuve d'un immense effort de reconstruction. Presque chaque bâtiment est gravement endommagé[16] ».

Une preuve directe de l'état de la ville est un film tourné par une équipe britannique le 12 mai qui comprenait le journaliste Peter Snow. Il effectuait un reportage pour la chaîne indépendante News. Une nouvelle fois, selon un correspondant du Times, les téléspectateurs ont eu une vue panoramique de l'état de la ville, abandonnée par les Syriens depuis 1967. À cette époque, on peut voir que certains bâtiments sont toujours debout alors qu'après le retrait, très peu l'étaient. Enfin, les dégâts infligés aux bâtiments ne ressemblaient pas à ceux infligés par de l'artillerie ou de l'aviation. La manière dont était posé le toit ne donnait l'idée que d'un dynamitage de l'intérieur. Le correspondant en a ainsi déduit que la majeure partie des destructions avaient eu lieu après le 12 mai, époque à laquelle il n'y avait plus de combats à Quneitra[17].

L'ONU a alors décidé de créer une commission d'enquête pour étudier les pratiques israéliennes vis-à-vis des droits de l'homme, notamment envers les populations occupées. Le rapport en conclut que l'armée a effectivement opéré de nombreuses destructions avant son retrait. Cette conclusion fut adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies. Cette dernière vota le une résolution indiquant que la destruction de Quneitra impliquait une grave violation de la quatrième convention de Genève et décida de condamner Israël par une marge de 93 voix avec 8 contre et 74 abstentions. La Commission des Nations unies sur les droits de l'homme a également voté pour condamner la destruction et la dévastation délibérée de Quneitra lors d'une résolution du 22 février 1975 par une marge de 22 voix. La seule opposition venant des États-Unis et neuf abstentions[18].

Liens[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abraham Rabinovich. The Yom Kippur War, 492
  2. a et b Geoffrey William Bromiley. "Golan", in International Standard Bible Encyclopedia: E-J, p. 520. Wm. B. Eerdmans Publishing, 1994. ISBN 0-8028-3782-4
  3. Simon Dunstan. The Yom Kippur War 1973: The Sinai, p. 9. Osprey Publishing, 2003. ISBN 1-84176-220-2
  4. a et b "Qunaytirah, Al-." Encyclopædia Britannica. 2007.
  5. Takeru Akazawa, Kenichi Aoki, Ofer Bar-Yosef, Neanderthals and Modern Humans in Western Asia, p. 154. Springer, 1998. ISBN 0-306-45924-8
  6. Ivan Mannheim, "Biblical Damascus", in Syria & Lebanon Handbook, p. 100. 2001, Footprint Travel Guides. ISBN 1-900949-90-3
  7. Paul Virgil McCracken Flesher, Dan Urman, Ancient Synagogues: historical analysis and archaeological discovery, p. 394. Brill Academic Publishers, 1995. ISBN 90-04-11254-5
  8. Andrew Beattie, Timothy Pepper, The Rough Guide to Syria 2e édition, p. 146. Rough Guides, 2001. ISBN 1-85828-718-9
  9. Bowen, ibid.
  10. « Tables turned on Arabs, Israel general says », The Times, 9 octobre 1973, p. 8
  11. « Settlers insist Israel keeps Golan », The Times, 7 mai 1974, p. 6
  12. « Criticism in Israel over peace pact's concessions to Syria », The Times, 30 mai 1974, p. 7
  13. Michael Mandelbaum, The Fate of Nations: The Search for National Security in the Nineteenth and Twentieth Centuries, p. 316. Cambridge University Press, 1988. ISBN 0-521-35790-X
  14. « Israel-Syrian disengagement goes into effect today after detailed plan is signed in Geneva », The Times, 6 juin 1974, p. 6
  15. « Egypt offers air force to defend Lebanon », The Times, 26 juin 1974, p. 6
  16. « Settlers insist Israel keeps Golan », The Times, 7 mai 1974, p. 6
  17. « A question mark over the death of a city », The Times, 17 février 1975, p. 12
  18. « Human Rights Commission condemns Israel », The Times, 22 février 1975.