George Wallace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir George Wallace (homonymie) et Wallace.
George Wallace
George Wallace, le 8 février 1968.
George Wallace, le 8 février 1968.
Fonctions
45e gouverneur de l'Alabama
14 janvier 196316 janvier 1967
Prédécesseur John Malcolm Patterson
Successeur Lurleen Wallace
18 janvier 197115 janvier 1979
Prédécesseur Albert Brewer
Successeur Forrest Hood James Jr.
17 janvier 198318 janvier 1987
Prédécesseur Forrest Hood James Jr.
Successeur H. Guy Hunt
Biographie
Nom de naissance George Corley Wallace
Date de naissance 25 août 1919
Lieu de naissance Clio (Alabama)
Date de décès 13 septembre 1998 (à 79 ans)
Lieu de décès Montgomery (Alabama)
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Parti politique Parti démocrate
Diplômé de Université de l'Alabama

George Wallace
Gouverneurs de l'Alabama

George Corley Wallace, né le 25 août 1919 à Clio dans l'Alabama et mort le 13 septembre 1998 à Montgomery dans l'Alabama, est un homme politique américain, membre du Parti démocrate, partisan de la ségrégation raciale jusque dans les années 1970 (période à laquelle il a renoncé à cette position), gouverneur à quatre reprises de l'Alabama et candidat indépendant à l'élection présidentielle, échouant par trois fois à obtenir l'investiture démocrate.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

George Wallace naît dans l'Alabama. Diplômé en droit en 1942, il est enrôlé dans les forces aériennes de l'US Army et participe à la guerre du Pacifique durant la Seconde Guerre mondiale. Sergent, il sert sous les ordres du général Curtis LeMay, qui sera son colistier (comme candidat au poste de vice-président) pour le ticket de l'élection présidentielle de 1968. C'est à cette époque qu'il manque de mourir d'une fièvre cérébrale qui le privera partiellement de son ouïe et lui laissera des séquelles neurologiques.

Début de carrière politique[modifier | modifier le code]

En mai 1946, il est élu à la Chambre des représentants de l'État d'Alabama. C'est à l'époque un progressiste libéral du parti démocrate.

À la convention démocrate de 1948, il refuse de suivre la scission dirigée par Strom Thurmond et de soutenir les Dixiecrats contre Harry Truman bien qu'il s'oppose à ce dernier sur son programme de droits civiques. En 1963, il s'excusera pour ne pas avoir soutenu Thurmond.

En 1953, il est élu juge du troisième circuit. En 1958, il se présente pour le poste de gouverneur d'Alabama, soutenu par la NAACP, l'organisation pour l'avancement des gens de couleurs, mais il est battu aux primaires démocrates par John Malcolm Patterson, ce dernier étant soutenu par le Ku Klux Klan. À cette époque, les primaires démocrates constituent la véritable élection du gouverneur, du fait de l'inexistence d'opposition crédible lors de l'élection générale.

Wallace, révulsé par sa défaite, adopte alors une ligne dure sur la ségrégation raciale et courtise le vote des blancs les plus racistes[réf. nécessaire].

En 1962, c'est par un raz de marée qu'il est élu gouverneur de l'Alabama sur un programme ultra-ségrégationniste et anti-fédéral.

Gouverneur d'Alabama (1963-1967)[modifier | modifier le code]

George Wallace (devant la porte) défiant la déségrégation de l'université d'Alabama, en juin 1963.

Le 11 juin 1963, avec ses partisans, il est devant l'Université d'Alabama pour empêcher la déségrégation de l'institution et l'entrée en cours des deux premiers étudiants noirs, Vivian Malone Jones (en) et James Hood (en), lesquels sont encadrés et protégés par la Garde nationale, le Marshal fédéral et le procureur de l'État (Stand in the Schoolhouse Door (en)). C'est sous les huées que les deux élèves entreront dans l'université.

C'est cette même année qu'un attentat meurtrier vise une église baptiste de Birmingham tuant quatre petites filles noires. Wallace est rendu responsable de l'atmosphère de haine qui règne dans l'État et Martin Luther King l'appelle personnellement pour l'accuser d'avoir le sang de ces enfants sur ses mains.

Ambition présidentielle en 1964[modifier | modifier le code]

En 1964, en dépit de l'image qu'il donne de l'Alabama, il se présente aux primaires démocrates lors de l’élection présidentielle. Il est alors le principal concurrent du président Lyndon Johnson dans le camp démocrate et remporte de notables succès dans plusieurs États d'autres régions comme le Wisconsin, le Maryland et l'Indiana, avec 1/3 des votes exprimés en sa faveur.

Le gouverneur par procuration (1967-68)[modifier | modifier le code]

La constitution de l'Alabama l'empêchant de se présenter pour un nouveau mandat, George Wallace fait présenter son épouse, Lurleen Wallace, au poste de gouverneur. Et c'est elle qui remporte les élections de 1966 et lui qui continue dans les faits de gouverner. Mais, son état de santé se déteriore rapidement et elle meurt en mai 1968 après un peu plus d'un an de mandat. C'est alors le lieutenant-gouverneur, Albert Brewer, qui lui succède comme gouverneur.

Candidat à l'élection présidentielle de 1968[modifier | modifier le code]

En 1968, Wallace décide de se représenter à la présidentielle mais refuse de passer par les primaires démocrates qui lui seraient défavorables. Il se présente alors comme candidat du nouveau Parti indépendant américain (American Independent Party - AIP) avec Curtis LeMay comme colistier au poste de vice-président.

Wallace espérait recevoir suffisamment de votes pour empêcher le candidat d'un des deux grands partis d'avoir la majorité absolue des grands électeurs et obliger ainsi à recourir à un vote de la Chambre des représentants des États-Unis. Il espérait ainsi qu'au Congrès, le Sud obtiendrait suffisamment de concessions pour revenir à une politique fédérale favorable à la ségrégation en échange de l'élection d'un des candidats.

Wallace parvient à obtenir lors de l'élection la majorité dans cinq États du Sud mais Richard Nixon est élu avec la majorité absolue des voix des grands électeurs.

Gouverneur de l'Alabama (1971-1979)[modifier | modifier le code]

En 1970, George Wallace est de nouveau élu gouverneur de l'Alabama contre le gouverneur démocrate sortant Albert Brewer soutenu par le président Richard Nixon.

À cette époque, George Wallace est la septième personnalité la plus admirée des Américains juste devant le pape Paul VI.

Candidat à l'élection présidentielle de 1972[modifier | modifier le code]

En 1972, il est de nouveau candidat à l’élection présidentielle et accepte de participer aux primaires démocrates où il a comme adversaire notamment George McGovern et Hubert Humphrey.

Aux primaires de Floride, Wallace remporte 42 % des votes et la totalité des comtés de l'État.

Mais c'est dans le Maryland à Laurel, en pleine campagne, qu'il est victime d'une tentative d'assassinat. Arthur Herman Bremer lui tire dessus à quatre reprises et manque de le tuer alors que trois autres personnes sont touchées. L'enquête démontrera que les motivations de Bremer n'étaient pas politiques et qu'il était juste en quête de notoriété.

La tentative d'assassinat laissera Wallace paralysé. Il bénéficia à l'occasion d'un élan général de sympathie dans le pays ce qui lui permettra de remporter les primaires du Maryland, du Michigan, du Tennessee, et de Caroline du Nord. Il devra cependant s'incliner devant le progressiste George McGovern.

Durant sa convalescence, le lieutenant gouverneur, Jere Beasley, le remplaça comme gouverneur du 5 juin au 7 juillet 1972.

À l'été 1972, c'est en chaise roulante que George Wallace intervint à la convention démocrate qui eut lieu à Miami. McGovern sera battu en novembre par le président Nixon, vainqueur dans 49 des 50 États.

En 1974, Wallace est réélu gouverneur de l'Alabama, la Constitution de l'État ayant été modifiée.

Candidat à l’élection présidentielle de 1976[modifier | modifier le code]

En novembre 1975, Wallace se présente une nouvelle fois à la présidence et participe aux primaires démocrates. Sa santé défaillante et son handicap ne lui permettent pas de remporter suffisamment de votes et il renonce après plusieurs échecs dans les États du Sud devant le gouverneur de Géorgie, Jimmy Carter, dont il finira par endosser la candidature.

Le chrétien born-again[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1970, Wallace devient un chrétien born-again (a Born-Again Christian), c’est-à-dire un chrétien qui renaît à la foi.

Il demande pardon pour avoir soutenu la ségrégation aux dirigeants noirs des organisations des droits civiques. Il déclare alors rechercher l'amour et le pardon.

Gouverneur de l'Alabama (1983-1987)[modifier | modifier le code]

C'est sous son dernier mandat de gouverneur de l'Alabama que de nombreux Noirs accéderont à des postes à haute responsabilité dans l'administration de l'État. Il se retire de la vie politique en 1987 à cause de problèmes de santé.

George Wallace est mort en 1998 à Montgomery, en Alabama.

Mariages[modifier | modifier le code]

George Wallace s'est remarié deux fois après la mort de sa femme Lurleen, en 1968.

En 1971, il épouse Cornelia Ellis Snively, nièce de l'ancien gouverneur James Folsom (« Big Jim »). Ils divorcent en 1978.

En 1981, Wallace épouse Lisa Taylor dont il se séparera en 1987.

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Segregation now, segregation tomorrow, and segregation forever. » (ségrégation maintenant, ségrégation demain, ségrégation pour toujours) - George Wallace - discours d'inauguration de son premier mandat de gouverneur d'Alabama en 1963
  • « The average man in Africa or Asia doesn't even know where he is, let alone where Alabama is. » (L'homme moyen en Afrique ou en Asie ne sait même pas où il est, encore moins où est l'Alabama) - Déclaration de George Wallace en 1963 après l'attentat meurtrier de Birmingham (Alabama)
  • « I was killing fascists when you punks were in diapers. » (Je tuais des fascistes alors que vous, minables, vous portiez des couches) - "You shout four letter words at me, well, I have two for you: S-O-A-P and W-O-R-K." (vous me balancez des insultes à la figure, j'en ai deux pour vous : S-O-A-P (savon) et W-O-R-K (travail)) George Wallace s'adressant aux Hippies lors de la campagne présidentielle de 1968
  • « They're building a bridge over the Potomac for all the white liberals fleeing to Virginia. » (Ils construisent un pont sur le Potomac pour tous les blancs libéraux fuyant en Virginie) - George Wallace lors de la campagne présidentielle de 1968