Retour vers le futur (trilogie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Retour vers le futur (homonymie).

Retour vers le futur (Back to the Future) est une trilogie cinématographique écrite par Bob Gale et Robert Zemeckis, réalisée par ce dernier et dont les différents volets sont sortis respectivement en 1985, 1989, 1990.

Elle raconte les aventures d'un lycéen, Marty McFly (Michael J. Fox) et d'un scientifique, le Docteur Emmett Brown (Christopher Lloyd) qui voyagent à travers le temps à l'aide d'une DeLorean modifiée.

Fiche technique de la saga[modifier | modifier le code]

Équipe Retour vers le futur (1985) Retour vers le futur 2 (1989) Retour vers le futur 3 (1990)
Titre original Back to the Future Back to the Future, Part II Back to the Future, Part III
Réalisateur Robert Zemeckis
Scénaristes Robert Zemeckis et Bob Gale
Producteurs Neil Canton et Bob Gale
Producteur(s) exécutifs Steven Spielberg, Frank Marshall, Kathleen Kennedy
Monteur Harry Keramidas et Arthur Schmidt
Photographie Dean Cundey
Musique Alan Silvestri
Sortie Drapeau des États-UnisDrapeau du Canada 3 juillet 1985 20 novembre 1989 25 mai 1990
Sortie Drapeau de la France 30 octobre 1985 20 décembre 1989 18 juillet 1990
Durée 118 minutes 108 minutes 113 minutes
Budget 19 000 000 $ 40 000 000 $ 40 000 000 $
Genre Science-fiction
Distributeur Universal Pictures

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnages Retour vers le futur
(1985)
Retour vers le futur 2
(1989)
Retour vers le futur 3
(1990)
Marty McFly Michael J. Fox
Emmett Brown Christopher Lloyd
Biff Tannen Thomas F. Wilson
Lorraine Baines Lea Thompson
Dave McFly Marc McClure
Linda McFly Wendie Jo Sperber Wendie Jo Sperber
George McFly Crispin Glover Jeffrey Weissman
Jennifer Parker Claudia Wells Elisabeth Shue
Gerald Strickland James Tolkan
James Strickland James Tolkan
Match Billy Zane
Skinhead Jeffrey Jay Cohen
3-D Casey Siemaszko
Douglas Needles Flea

Synopsis[modifier | modifier le code]

Partie 1
Article détaillé : Retour vers le futur.
Partie 2
Article détaillé : Retour vers le futur 2.
Partie 3
Article détaillé : Retour vers le futur 3.

Analyse des paradoxes[modifier | modifier le code]

Les deux paradoxes temporels les plus courants sont le paradoxe du grand-père et le paradoxe de l'écrivain. Tandis que le premier crée une situation insoluble, le second crée une boucle de causalité. La saga fournit des exemples assez intéressants de ces deux types de paradoxes. En outre, des personnages sont souvent présents en plusieurs exemplaires.

Paradoxe du grand-père[modifier | modifier le code]

Lorsque Doc parle de « paradoxe » au cours de la trilogie, il fait allusion au paradoxe du grand père, et prétend que ce dernier peut entraîner la destruction de l’univers. Dès lors, il manœuvre habilement, tout au long de la saga, pour empêcher ce paradoxe de se produire. Quatre exemples peuvent illustrer cette affirmation :

  • dans le volume no 1, Marty empêche ses parents de se rencontrer. Doc ordonne alors à Marty, sous peine d’ailleurs qu’il n’existe plus dans cette réalité altérée, de rétablir la situation en provoquant un flirt entre ses parents. Le paradoxe du grand père est dès lors évité.
  • Le matin du 12 novembre 1955, Doc et Marty débarquent pour récupérer l’Almanach des sports. Doc demande à Marty d’attendre que le vieux Biff ait remis le livre au jeune Biff pour intervenir. En effet, si le vieux Biff voit que son objectif n’est pas atteint, il ne ramènera pas à temps la DeLorean dans le futur. Or c’est cet exemplaire de la Delorean, qui, en 2015, permet à Doc et Marty de retourner vers le passé (1985, puis 1955). Si la DeLorean ne revient pas en 2015, les deux personnages sont bloqués dans le futur, et ne peuvent pas se rendre en 1955. Dans un tel cas, aucun obstacle ne se dresse à la remise de l’Almanach au jeune Biff, et le vieux Biff ramène la DeLorean dans le futur. En attendant que le vieux Biff soit reparti dans le futur, Marty évite un terrible paradoxe
  • Le soir du 12 novembre 1955, les copains de Biff sont à la poursuite de Marty (appelons le Marty no 2) qui a dérobé l’Almanach. En entrant dans le gymnase, ils aperçoivent l’autre Marty, le no 1, en plein concert de guitare sur la scène. Ils prévoient alors de s’en prendre à lui. Doc donne alors pour instruction à Marty no 2 d’empêcher par tous moyens cette agression. En effet, si Marty no 1 est agressé, il ne sera pas en état de rejoindre la DeLorean, et de profiter de l’éclair de 22h04 qui doit le ramener en 1985. Dès lors, il ne réintègre pas son époque, du moins pas avant longtemps. Il ne peut pas vivre la suite des aventures, celles du volume no 2 (2015, 1985 modifié, puis 1955). Alors il ne peut pas dérober l’Almanach à Biff, et ses acolytes n’ont aucune raison particulière de s’en prendre à Marty, lequel peut alors rejoindre 1985. Et ainsi de suite, ce paradoxe n’ayant aucune solution. C’est pourquoi Marty no 2 empêche l’agression de Marty no 1 en neutralisant les copains de Biff.
  • Le soir du 12 novembre 1955, peu avant 22h, la foudre tombe sur la DeLorean dans laquelle se trouve le Doc. Emmet Brown de 1985. Quelques secondes seulement après l’accident, Marty reçoit une lettre datée du 1er septembre 1885, dans laquelle Emmet Brown lui annonce qu’il vit dans le vieux Far West. Cette lettre a donc été conservée pendant 70 ans. Emmet Brown a écrit une heure et une minute précise pour que la lettre soit remise à Marty. « Si mes calculs sont exacts, tu recevras cette lettre tout de suite après avoir vu la foudre tomber sur la DeLorean » S'il mentionnait une date postérieure, aucun paradoxe n’est encouru mais le risque est que la lettre ne parvienne jamais à son destinataire, ne sachant pas où Marty va résider dans une époque qui n’est pas la sienne. Si la lettre lui était remise avant cet instant, cependant, le paradoxe du grand père était encouru. Par exemple, si Marty prenait connaissance de la lettre dans l’après-midi du 12 novembre 1955, il aurait le temps d’informer Doc de l’accident temporel dont il va être victime peu avant 22h le soir même. Doc prendrait alors les mesures nécessaires pour que cet accident ne survienne pas, mais alors la lettre n’aurait plus aucune origine, et le paradoxe aurait lieu. Bien sûr, l’écrivain de la lettre pouvait interdire à Marty d’informer son homologue plus jeune de la situation, mais Marty a montré dans le volume précédent qu’il faisait primer la sécurité de son ami sur les risques de paradoxe. Le moment de remise de la lettre est donc précisément indiqué : assez tard pour qu’aucun paradoxe n’existe, et assez tôt pour que Marty ne s’inquiète pas.

Apprenant que le savant va être tué six jours après le dépôt de la lettre à la Western Union, Marty prend la décision d’aller sauver son ami. Le Doc de 1955 règle alors le tableau de la DeLorean sur le 2 septembre 1885. Pourquoi cette date, située seulement 5 jours avant son décès, ce qui laisse peu de temps à Marty pour le localiser ? La DeLorean aurait permis à Marty d’arriver plus tôt, d’autant plus que Doc est dans cette époque depuis le 1er janvier 1885 ; Marty aurait alors eu un timing moins serré. Cependant, Emmet n’a écrit la lettre que le 1er septembre 1885. S’il voit Marty débarquer avant cette date, il n’écrira pas la lettre. Or c’est cette lettre qui a informé Marty de sa présence dans le Far West. Comment, en l’absence de lettre, Marty aurait-il pu savoir ? S'il ne sait pas, il ne voyagera pas en 1885, et la lettre sera alors écrite. Un dangereux paradoxe est encouru. C’est pourquoi le jeune Doc Brown, déjà spécialiste de la question trente ans avant l’invention de la machine, envoie Marty à une date postérieure au dépôt de la lettre.

Paradoxe de l'écrivain[modifier | modifier le code]

Au contraire, les paradoxes de l’écrivain abondent :

- Dans le bar où Marty se rend juste après son arrivée le 5 novembre 1955, il y rencontre le futur maire Goldie Wilson, alors simple homme de ménage, et informe accidentellement celui-ci de sa destinée. C’est donc Marty qui a donné à Goldie Wilson l’idée de se lancer dans une carrière politique à Hill Valley, mais il ne l’a fait que parce qu’en 1985 Goldie Wilson était déjà maire. Il n’y a donc pas de cause à cet évènement.

- L'illustration la plus connue est la scène où on entend la chanson « Johnny be good ». Marty fait découvrir aux jeunes de 1955 « un bon vieux rock, bien rétro » qui n’est autre que la chanson Johnny B. Goode de Chuck Berry, qui ne sera écrite qu'en 1958. Pendant sa prestation, Marvin Berry téléphone à son cousin Chuck pour lui faire découvrir « un son nouveau ». Ainsi, Chuck Berry ne deviendra célèbre qu’en ayant repris la chanson, et non en l’ayant composée lui-même. Cette chanson n'a donc, dans la saga, jamais été écrite.

- Lors de son voyage en 1955, le jeune Mac Fly se présente à ses futurs parents sous son vrai prénom, Marty. Quand il leur fait ses adieux, juste avant de regagner l’année 1985, sa mère dit : « Marty, c’est un si joli prénom ». C’est donc grâce à lui que Lauraine et Georges ont ensuite prénommé leur troisième enfant Marty. Le fait, donc, que Marty porte ce prénom est dépourvu de cause.

- Dans le 1985 alternatif, lorsque Marty débarque pendant le bain de Tannen, celui-ci est en train de visualiser le film Pour une poignée de dollars, sorti en 1964. Marty peut alors voir le héros du film, interprété par Clint Eastwood, survivre au duel grâce à un bouclier qui sert de gilet pare balle. Lors de son voyage en 1885, Marty reprend la même idée (d'ailleurs il se fait appeler Clint Eatwood tout au long de son séjour dans le Far West). On peut donc supposer que cet évènement survenu à Hill Valley en 1885 a inspiré Sergio Leone, pour son film sorti 80 ans plus tard. Or Marty tire lui-même l'idée de ce film. L'idée d'utiliser un tel bouclier pour survivre à une balle ne vient donc de personne.

Dédoublement de personnages[modifier | modifier le code]

Le voyage dans le temps engendre des copies des personnages. Le même individu se trouve en deux exemplaires. Deux cas peuvent être distingués:

- le voyageur visite une période à laquelle il a vécu ou va vivre: par exemple, dans le volet no 1, le 26 octobre 1985, deux Marty cohabitent pendant 11 minutes, entre 1h24 heure de retour de la Delorean, et 1h35, heure de son départ pour le passé. Marty peut donc assister à son propre départ dans le temps. De plus, dans le volet no 2, Marty jeune est à quelques mètres de son double plus vieux en 2015, les deux Jennifer vont même jusqu'à se rencontrer; ou encore le jeune Doc de 1955 demande au vieux Doc de lui fournir un outil pendant la préparation d'une prétendue expérience météo.

- Autre cas, encore plus étrange: le voyageur visite deux fois la même époque. Marty se rend une première fois, par accident, en novembre 1955 dans le premier volet; il y retourne dans le second pour récupérer l'Almanach: il sauvera alors son double d'une agression des acolytes de Biff qui aurait pu entraîner un paradoxe temporel.

- Dans le 1985 alternatif, l'ont peux supposer le dédoublement de Doc et Marty, car Marty est censé être dans un pensionnat en suisse et Doc interné dans un asile psychiatrique dans cette réalité.

C’est la Delorean qui, ce qui s’explique par sa nature de machine à voyager dans le temps, se retrouve très souvent en plusieurs exemplaires au cours de la trilogie

  • dans le 1er volet, deux Delorean cohabitent le 26 octobre 1985 entre 1h24 et 1h35. La première revient du passé, tandis que la seconde y part
  • dans le 2nd volet, 4 delorean cohabitent le 12 novembre 1955. L’une permet au Marty du premier opus de regagner son époque, le soir à 22h04. La seconde a été emmenée par le vieux Biff pour se remettre l’Almanach à lui-même. La troisième a transporté Doc et Marty qui interviennent pour récupérer l’Almanach. La dernière est enterrée dans une mine depuis 70 ans : elle permettra à Marty de se rendre, le lendemain, dans le vieux Far West
  • dans le 3e volet, 2 Delorean cohabitent du 2 au 7 septembre 1885. La 1re a transporté Doc au 1er janvier 1885, et la seconde Marty au 2 septembre de la même année. Cette dernière disparaitra le 7 septembre, ramenant Marty à son époque

Récurrences[modifier | modifier le code]

  • L'expression récurrente de Marty (dans la version française) est « C'est pas le pied ! ». Celle du Doc est « Nom de Zeus ! ». Ces répliques sont entendues régulièrement tout au long des trois films. Il est à noter que lors d'une scène du troisième film, Doc et Marty échangeront ces deux répliques, ainsi Marty dira « Nom de Zeus ! » et Doc rétorquera « Je sais, c'est pas le pied ! ».
  • Dans chacun des trois films, un membre de la famille Tannen se fait recouvrir de fumier. Dans le premier et le deuxième, il s'agit de Biff et dans le troisième, c'est son ancêtre Bufford.
  • Dans chacun des trois films, un Tannen maltraite un McFly. En 1955 et 1985, Biff exploite et maltraite George, de la même manière qu'en 2015, Griff, petit-fils de Biff, tente d'utiliser Marty Junior, petit-fils de George, pour un mauvais coup. En 1885, Bufford Tannen maltraite également Seamus McFly.
  • Le voyage dans le temps engendre des copies des personnages. Le même individu se trouve en deux exemplaires : par exemple, dans le volet no 1, le 26 octobre 1985, deux Marty cohabitent pendant 11 minutes, entre 1h24, heure de retour de la Delorean, et 1h35, heure de son départ pour le passé. Marty peut donc assister à son propre départ dans le temps. De plus, dans le volet no 2, Marty jeune est à quelques mètres de son double plus vieux en 2015, les deux Jennifer vont même jusqu'à se rencontrer ; ou encore le jeune Doc de 1955 demande au vieux Doc de lui fournir un outil pendant la préparation d'une prétendue expérience météo. En outre deux Marty coexistent pendant la journée du 12 novembre 1955.
  • Dans le premier volet, lorsque le Doc de 1955 fait ses adieux à Marty, il lui dit « Rendez-vous dans 30 ans ». Dans le troisième opus, il lui dit « Rendez-vous dans le futur ».
  • Les problèmes de conjugaison posés par les voyages dans le temps sont abordés. En effet, le futur d'un personnage peut se situer dans le passé, et inversement :
    • Dans le second volet, dans le 1985 alternatif, Marty s'aperçoit qu'il est responsable de l'altération de la réalité, et Doc le réconforte en disant « C'est du passé ». Marty rétorque par « Du futur vous voulez dire ». En effet, c'est en 2015 que le vieux Biff s'est emparé de l'Almanach.
    • Dans le deuxième film, les deux exemplaires de Doc Brown discutent ensemble le soir du 12 novembre 1955. À l'issue de la conversation, le jeune Doc dit « On ne sait jamais, peut être qu'on se rencontrera un jour futur », et le vieux Doc ajoute, de manière à ce que l'autre ne l'entende pas « Ou un jour passé ».
    • Dans le troisième opus, lorsque Marty grimpe dans la Delorean le 13 novembre 1955, pour rejoindre le vieux Far West, le jeune Doc lui dit « Rendez-vous dans le futur », et Marty réplique « Dans le passé vous voulez dire ». Marty rejoint l'année 1885, donc 70 ans plus tôt que l'époque où il se trouve au début du film, et pourtant c'est un doc plus vieux de 30 ans qu'il va retrouver à cette époque.
  • L'utilisation d'un gilet pare-balles est un élément récurrent des trois films. Cet objet sauve le Doc dans le premier film et Marty dans le troisième. Dans le deuxième, on le voit uniquement dans le film que regarde Biff, Pour une poignée de dollars (avec Clint Eastwood, nom que prendra Marty dans son aventure au Far West).
  • La DeLorean a des problèmes de fonctionnement (manque d'énergie pour voyager dans le temps, panne des circuits temporels, réservoir percé). L'intrigue du premier volume et du troisième est même relativement similaire. La Delorean ne peut pas fonctionner dans le passé, et il s'agit d'exploiter un élément externe à la machine (le train en 1885, la foudre en 1955) à un moment précis, pour permettre à Marty de regagner son époque.
  • Il y a toujours une poursuite relativement similaire entre Marty et Tannen (ou ses descendants ou ancêtres) dans les 3 films. Dans ces poursuites, Marty est mis en difficulté mais finit à chaque fois par s'en sortir de justesse.
  • Un skateboard (planche à roulettes) est utilisé dans les 3 films. Créé à partir d'une caisse par Marty dans le premier film, un skateboard à lévitation futuriste appelé hoverboard servira à Marty dans le second film et à Doc dans le dernier.
  • Dans chaque film, Marty se réveille, après s'être évanoui, dans une pièce où il y a sa mère (où quelqu'un qu'il prend pour sa mère) :
    • 1er film : C'est sa mère en plus jeune.
    • 2e film : Dans le 1985 alternatif, c'est sa mère mariée à Biff et ayant quelque peu grossi.
    • 3e film : C'est une ancêtre du côté de son père ressemblant étrangement à sa mère (même actrice).
  • À plusieurs reprises lors de la trilogie, quand Marty traverse une rue à Hill Valley, il manque de se faire renverser.
  • Dans les volumes no 1 et 3, alors que Doc est en train d'expliquer à Marty comment la Delorean va retourner vers le futur, une femme fait irruption. Dans le premier volet, en 1955, c'est Lorraine qui a suivi Marty car elle souhaite que ce dernier l'invite au bal. Dans le troisième, c'est Clara qui, en 1885, souhaite demander un service à Doc. Dans les deux cas, Doc ordonne à Marty de cacher la machine à voyager dans le temps, avant que la personne n'entre dans la pièce.
  • Au moins une partie de l'action de chaque film se passe en 1955 et une autre en 1985. La scène du 12 novembre 1955 où la Delorean emportant Marty vers 1985 est frappée par la foudre peut être vue dans les trois volumes. Dans le premier, elle fait partie éminente de l'action du volet, dans le second, elle est la conclusion de l'opus, et elle sert de scène d'introduction au troisième volet.
  • Dans la version française, l'expression « retour vers le futur » n'est jamais employée par les personnages. Ils disent « vers le futur », « retour du futur » ou encore « retourner vers le futur » mais jamais le fameux titre de la trilogie. En anglais, il est utilisé car « Back to the future » peut être traduit en « retourner vers le futur » ou « retour vers le futur ».

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]